Psaumes de David

« Quand pourrai-je m'avancer ? » Psaume 41

Le Seigneur est mon berger

Psaume 22

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l'honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.
Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m'accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j'habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Méditation

précédente suivante

Contemporains du Christ

Ce psaume célèbre décrit à merveille ce que nous vivons au cœur de la messe. Il est comme l’autel au cœur d’une église : une semaine sainte en résumé.
« Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis. » Autour de cette table du jeudi saint, le Christ partage son dernier repas avec ses amis, qui vont l’abandonner et le renier. Mais lui prend la parole et se livre corps et sang dans l’eucharistie par amour pour nous. Oui, « ma coupe est débordante. »
« Si je traverse les ravins de la mort, ton bâton me guide et me rassure. » Ce bâton rassurant sur lequel je peux m’appuyer dans les épreuves, c’est la croix. Sur la croix, Jésus fait de sa vie une offrande pour nous : il prend sur lui le mal dont il nous sauve et nous donne la vie éternelle. L’autel est alors le rocher du Golgotha sur lequel se dresse la croix. « Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. » Nous sommes auprès du Christ et nous participons à son sacrifice en offrant notre vie au Père.
L’autel est enfin ce tombeau où Jésus repose après sa mort le samedi saint. Mais aussi le tombeau vide du dimanche de Pâques puisque nous croyons qu’il est ressuscité le troisième jour, comme il nous l’avait promis.
Jésus est le bon berger, qui nous a menés vers les eaux tranquilles du baptême pour nous faire revivre. Avec lui, je suis déjà ressuscité. Avec lui, « j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours. »
Chaque messe célébrée sur l’autel fait de nous les contemporains de la mort et de la résurrection du Christ. Pour moi, Jésus a vaincu la mort. Maintenant « grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie. »

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

78 commentaires

"Ton bâton me guide et me rassure "

ST Claude de la Colombiere écrivait "représentez -vous la désolation d'un pauvre berger dont la brebis s'est égaré.
On entend dans toutes les campagnes voisines que la voix de ce malheureux qui ayant abandonné son troupeau court dans le bois et sur les collines en se lamentant et en criant de toutes sa force,et ne pouvant se résoudre à rentrer, qu'il n'est retrouvé sa
petite brebis, et qu'il ne l'ait ramenée à la bergerie "
C'est jésus qui ne cesse de nous poursuivre, qui n'a qu'un désire nous faire revenir vers lui.
Bien souvent moi aussi j'ai pu voir le bon berger qui prenait soin de sa petite brebis,

Je pense a toi Marie, qui a reçu le testament d'amour de son fils pour nous et qui est le modèle de l'église en prière
Je remercie ce bon berger*qui nous conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom*
Qui nous donne une coupe debordante,
Qui nous prépare une table,
Celle de son corps,et de son sang,
parce que c'est lui encore qui nous mène au delà des ravins de la mort ,jusque dans la maison du Père.
Je prie pour tout les religieux, les religieuses et pour les vocations sacerdotales afin que la parole de Dieu se répande partout dans le monde.
Dieu d'amour qu'il recherche toujours ses brebis perdues. ...bien fraternellement

Par brig 27 août 2017 à 19 h 14 Répondre à ce commentaire

HYMNE : RESTE AVEC NOUS, SEIGNEUR JÉSUS
CFC — CNPL

Reste avec nous, Seigneur Jésus,
Toi, le convive d’Emmaüs ;
Au long des veilles de la nuit,
Ressuscité, tu nous conduis.

Prenant le pain, tu l’as rompu,
Alors nos yeux t’ont reconnu,
Flambée furtive où notre cœur
A pressenti le vrai bonheur.

Le temps est court, nos jours s’en vont,
Mais tu prépares ta maison ;
Tu donnes un sens à nos désirs,
À nos labeurs un avenir.

Toi, le premier des pèlerins,
L’étoile du dernier matin,
Réveille en nous, par ton amour,
L’immense espoir de ton retour.

Par Hymne 27 août 2017 à 17 h 25 Répondre à ce commentaire

Comme ce psaume nous parle!

Combien l'avons-nous chanté!

Je ne résiste pas, je chante avec vous:

"Tu es mon Berger ô Seigneur, rien ne saurait manquer où tu me conduis!"

Ce psaume peut être chanté en toutes circonstances, si nous le méditons nous ressentons vraiment la présence constante du Seigneur auprès de nous et la confiance qui nait de la certitude de son AMOUR qui nous porte.

Merci, Seigneur, avec TOI nous ne craignons aucun mal, ton bâton nous guide et vous rassure, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen

Par MARIE 27 août 2017 à 15 h 05 Répondre à ce commentaire

Oui Seigneur Tu es avec moi.
Mais Tu m'invite dans un libre arbitre d'aller vers Toi ; dans ces temps si particuliers , je me souviens de mon enfance , Le Dimanche t'était consacré complètement !
Maintenant il y a des magasins ouvert , des brocantes , des truc à visiter , et Tu passe parfois en dernier ...
Les habits du dimanche ! Une petite robe blanche en dentelle , juste pour Toi .
Pour aller vers cette Table :dire notre coeur brûlant en écoutant ,les écritures .
Quel bonheur , quelle joie ,d'habiter Ta Maison Seigneur .Je voulais prendre l'Eucharistie , et le prêtre me renvoyais en souriant ;
J'avais un Chemin à faire , pour mieux Te connaître , mais je me lassais pas d'essayer .Ajourd'hui , en Te recevant , j'ai traverser bien des lieux arides .Mais Tu m'a conduit et me mène sans cesse vers Ta Maison .
Celle de mon coeur , de mon corps , et de mon âme , qui par bien des tempêtes , par la foi , m'a appris à Te Parler .
La profession de foi. La famille, les catéchistes , les prêtres !
Et je me souviens de celui qui nous chantait l'évangile , Dominique avec sa simplicité va partout dans le monde , pour
parler du Seigneur ..grâce et bonheur , béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur .Merci frère Nicolas .
Ma Mère et mes frères , ce sont ceux qui écoutent La Parole de Dieu et qui la mettent en "pratique";afin que La Croix du Christ ne soit pas rendue vaine .Il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication , faiblesse de Dieu +forte
que les hommes.

Par fred 27 août 2017 à 7 h 48 Répondre à ce commentaire

"Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal", ce qui ne veut pas dire qu'il ne me les faut pas traverser, ni que le "juste chemin" ne passe pas par là. Mais il est quelque chose en moi que nul mal ne peut atteindre, que nul mal ne peut me prendre ou détruire. Ce lieu, au plus profond de moi, où Seigneur tu vis en moi, tu marches avec moi.
Il me faut dire "tu" pour en parler, comme le psalmiste qui, en quelques versets, passe du "il" au "tu", "car tu es avec moi," au présent, là, maintenant, présence véritable de chaque instant. Il est de ces moments où l'on regarde en arrière, où apparaît en pleine lumière cette présence que peut-être je ne savais pas. Pourtant si, je la savais, puisque du fond du ravin, du fond du silence, je criais, vers qui sinon vers toi?
Elle est là cette "table" que pas un "ennemi" ne peut empêcher, il est là ce "parfum sur ma tête" : ta main, "la bonne odeur du Christ", "une odeur qui de la vie conduit à la vie" (2 Co 2, 16). La table n'est pas seulement pour que je m'y rassasie, elle est pour que j'en partage les fruits, que 'ma coupe déborde', pour cet autre, assoiffé de vie. Elle est là, la grâce, il est là, le bonheur. De te savoir là, de le savoir dans ma chair, au plus profond de moi. Non, vraiment, "je ne manque de rien", car tu es avec moi.

Prières pour Karine et Ninette, dont je découvre les messages au moment de poster. Nous sommes avec vous, par le cœur et la pensée.

Par Audrey 27 août 2017 à 7 h 00 Répondre à ce commentaire

Seigneur, tu me conduis par le juste chemin pour l'honneur de ton nom. Je déprime, je ne pense qu'au suicide en ce moment. J'ai été victime d'une arnaque et toute l' existence n'a plus de sens pour moi. J'ai besoin de vos prières.

Par Ninette 14 juin 2017 à 10 h 59 Répondre à ce commentaire

Chère Ninette,notre sœur en Jésus Christ, nous prions de tout cœur pour votre guérison.

Par Ton Esprit saint, Seigneur, redonne force et courage, à Ninette, soutiens-la et guide-la à tout instant avec Marie, tous les saints et les anges, entends nos prières monter vers Toi. Amen

Par MARIE 27 août 2017 à 15 h 29

Chère Ninette,
votre petit crie de souffrance me touche,la vie n'ai pas facile, et il y a des arnaques, de tout genre ,sa fait mal,mais dite vous,que la vie et précieuses, que vous êtes pas seul,nous sommes une grande familles, qui prie pour vous,dans l'amour du christ, bien fraternellement

Par brig 27 août 2017 à 17 h 18

Bonjour.
Oui le Seigneur est mon Berger, mon Rocher.
Éric, mon mari est dépressif depuis 3 semaines. Prions afin que le Seigneur agisse dans sa vie.
Amen

Par Karine 12 mars 2017 à 23 h 28 Répondre à ce commentaire

Avec vous de tout cœur par la prière.

Seigneur, Père Fils et Esprit avec Marie, tous les saints et les anges venez au secours de notre sœur et de son mari, nous t'implorons humblement pour la guérison. Amen.

Par MARIE 27 août 2017 à 15 h 21

Seigneur, que notre prière pour Éric, le guérisse par votre main bénis, courage Karine,

Par brig 27 août 2017 à 17 h 31

Merci, oui, c'est toute la puissance de ce psaume qui dit le don parfait de notre Seigneur qui nous nourrit de son corps (église d'amour et compassion dans la Charité du Christ) et nous libère la force (paroles acte de sagesse versée sur nous) et la Joie du chemin quotidien accordé. AMEN

Par Detchen 17 août 2016 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

Accepte alors que Jésus Réssuscité entre dans ta vie, accueille-le comme ami,avec confiance : Il est la vie , N'aie pas peur, fais-lui confiance , sois sûr que lui est proche de toi, qu'il est avec toi et te donnera la paix que tu cherches et la force pour vivre comme Lui le veut. Homélie du Pape François, veillée pascale du 30 mars 2O13. La messe pour moi est importante dans ma vie, je ne me sens jamais seule, l'eucharistie me rapproche de Jésus, je lui confie ma vie, ma famille, il me guide, merci Seigneur Jésus de ta présence, dans ma vie. Merci frère Nicolas Burle, pour cette belle méditation. Rita

Par Rita Giuliani 15 août 2016 à 17 h 03 Répondre à ce commentaire

La messe devient parfois un rituel dominical qui se sclérose en une habitude vidée de son sens profond.
Merci pour cette réflexion sur le psaume 22 qui nous interpelle et nous fait reconnecter à l'essence même de l'eucharistie et de notre lien au Christ.

Par Sylvie 10 août 2016 à 13 h 35 Répondre à ce commentaire

Seigneur augmente ma confiance, ma foi en Toi.L.D.

Par dourte léon 9 août 2016 à 23 h 49 Répondre à ce commentaire

Je souhaitai en ce jour de la St Dominique évoquer le nom d'un "grand " dominicain : le P. Loew ... mais une panne informatique m'a empêché de le faire dans les temps.
C'était en 1947/48 (?) sachant que nous (*) étions dans la région ... en pèlerinage à la Ste Beaume?...Le Père nous avait invité à venir le voir dans la paroisse , dont il avait la charge avec 3 autres frères - paroisse populaire située près des quais de la Joliette à Marseille.
Il n'était pas question à cette époque ...de concile, ce n'était pas dans "l'air du temps"...!
Surprise, dans l'église... le Père avait pris l'initiative de positionner l'autel au centre... au milieu de la nef. Tout un programme ! qui donnait un sens nouveau à l'esprit de la liturgie ... et les fidèles en demi-cercle autour de l'officiant !!! Une révolution ?... ou un signe prémonitoire avant le concile ???, à vous de juger.
La 2° chose.. Après la visite de l"église, la Cté nous recevait pour le "verre de l'amitié"dans leur lieu de vie ... une simple longère entourée par un mur de briques avec un trou béant en son milieu ( qui apparemment était dans l'état depuis un certain temps...). A ma question : " Pourquoi ?.." - "...Pour favoriser les contacts avec les enfants et les gens du quartier !""
Dans cette description je rejoins les propos du frère Nicolas, quand il dit dans sa méditation : " Cœur de la Messe " et ... "L'autel au cœur de l'Eglise". Je ne sais si le frère connaissait cette église ? (dont j'ai perdu le nom !) et cet épisode ?
L'Esprit du concile ( '1959 ! ) était déjà en route...!
La "petite histoire, dans la grande histoire de l'Eglise...?
*J'étais accompagné du P.Yvan Daniel, co-auteur avec l'abbé Godin du fameux livre " France, Pays de Mission3, une autre histoire ?...
C'était en mémoire du P. Loew, une grande figure dominicaine...

Par breizh 9 août 2016 à 23 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci ,merci de m'aider à croire en vérité que je suis associée à la souffrance de Jésus sur la Croix ,o la souffrance du Monde ! Mais parfois ,je trouve le combat un peu long ! Alors je pense à votre prière ,et à celle des Croyants à travers le Monde ! L'Auvergne est pleine de soleil ce soir Je vais recevoir ce soleil ,dans mon coeur ..et vous envoyer ..quelques rayons !!

Par desmichelle colette 9 août 2016 à 19 h 39 Répondre à ce commentaire

Michèle d'AUVERGNE comme moi je suis entièrement d'accord avec vous ! j'aimerais vous contacter mais par quel moyen ? NOUS POURRIONS PARTAGER de tels moments -
mickette63@orange.fr si vous le souhaitez

Par DUBOURGNOUX LULU 10 août 2016 à 16 h 26

J'aime beaucoup ce psaume et surtout lorsque lors des inhumations nous le chantons, car il résume tout !
Et nous espérons tous de la grâce et de la miséricorde du Sauveur....
OUI il est notre berger, et il nous prend sur ses épaules pour nous faire regagner la bergerie et y habiter pour le reste de notre vie ....
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 9 août 2016 à 18 h 51 Répondre à ce commentaire

Acceptons l'invitation du Père à la messe pour faire mémoire de son fils qui a tout subit par Amour pour nous racheter....nous devons pas rester insensible à l'eucharistie, oui sa coupe est débordante d'Amour pour nous, nous avons une richesse dans notre église il faut vraiment demander cette grâce pour comprendre ce mystère...Et l'envoie c'est pour que nous allons partager ce que nous avons vécu, et inviter d'autre a rencontrer le bon Berger pour demeurer avec lui pour la durée de nos jours !!!Amen !!! Merci pour cette riche méditation !

Par Marie-Noëlle HONORE 9 août 2016 à 18 h 40 Répondre à ce commentaire

Ce Psaume 22 est un chant doux à mon cœur. C’est un Psaume de David, il est le nôtre, le mien...... Regardons bien notre vie, les chemins que nous prenons, sont-ils toujours ceux que prend notre Berger ? Hélas non, bien souvent nous sommes tentés par un chemin moins caillouteux, moins escarpé ou bien un chemin sans issue mais plus fleuri ; tu trembles pour nous, Jésus ! Si nous sommes blessés par les cailloux du mauvais chemin, tu nous panses, si la route que nous avons choisie est trop dure à monter, tu nous portes sur tes épaules et si nous nous égarons dans le chemin sans issue, tu viens nous chercher ........ Seigneur comme tu nous aimes !

Psaume 41
Comme une biche se tourne
vers les cours d’eau
ainsi mon âme se tourne
vers Toi, mon Dieu
j’ai soif de Toi mon Dieu

Par ce Psaume, nous crions vers Toi notre soif de t’aimer, Seigneur viens en nous, nous voudrions t’aimer d’avantage car nous savons que Toi aussi tu as soif, soif de l’amour de chacune de tes brebis........... mais nous sommes si inconstants et faibles. Seigneur ouvre nos cœurs !

Par Marie-Madeleine 9 août 2016 à 17 h 21 Répondre à ce commentaire

A marie Therese l.
Merci de votre réponse.
Dans la phrase "Dieu vomit les tièdes" , j'entends Dieu veut nous sortir de nos hésitations... Telle la baleine qui vomit Jonas peut être ?
Etre hésitant, osciller entre bien et mal, ne pas choisir, justifier souvent les bourreaux tels des pêcheurs à pardonner (on ne pardonne pas pour les autres, Dieu seul sait), et oublier trop souvent les vraies victimes, est une attitude souvent insupportable qui confine à un angélisme bienséant. Je pense que la colère est necessaire, et si le pardon est indispensable pour apaiser la victime, car c'est à elle avant tout qu'il sert, il ne doit en aucun cas justifier la mauvaise action... Ce serait trop facile. L'humain doit changer en profondeur et pour ce faire, doit choisir dans l'absolu le bon, le bien et au bout l'amour.
La tiédeur est une forme de lâcheté et entraîne des faux semblants dont Dieu n'est pas dupe.
Je ne sais pas si je me fais bien comprendre ?
Bien cordialement
Blandine

Par Blandine 9 août 2016 à 10 h 55 Répondre à ce commentaire

....c'est très beau, je suis très émue....Dans ma petite Bible de Jérusalem c'est : Le bon Pasteur
"Yahvé est mon berger, rien ne me manque.
Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer.
Vers les eaux du repos il me mène,
il y refait mon âme;
il me guide aux sentiers de justice
à cause de son nom.
Passerais-je un ravin de ténèbre,
je ne crains aucun mal car tu es près de moi;
ton bâton, ta houlette sont là qui me consolent.
Devant moi tu apprêtes une table
face à mes adversaires;
d'une onction tu me parfumes la tête
ma coupe déborde.
Oui, grâce et bonheur me pressent
tous les jours de ma vie;
ma demeure est la maison de Yahvé
en la longueur des jours."
Mille merçi Frère Burle
Dominique K.

Par Dominique KIEFFER 9 août 2016 à 10 h 14 Répondre à ce commentaire

Chers frères et soeurs dominicains (es), merci pour vos méditations; vous avez l'art de nous éclairer, de nous faire découvrir la beauté des textes, de marcher ensemble dans la Bible.

Ce psaume est une pure merveille de paix, de confiance, d'abandon au bon berger qui mène son petit "petit troupeau" vers les eaux vives, les verts pâturages, vers le repos.
Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre, il me conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom." Quelqu'un a dit que ce psaume l'aiderait pour les funérailles; c'est vrai, on me l'a souvent demandé aussi. Il est tellement rassurant, il met tellement en confiance; il y a tant d'amour, de douceur, de tendresse; on se sent enveloppé de fraîcheur, caresses.
Comme c'est bon de se savoir guider, de s'appuyer en toute confiance sur le Seigneur.
Il m'est arrivé de traverser "les ravins de la mort"; des moments de noir découragement, de désespoir, il a toujours été là pour me guider, me remettre sur le juste chemin.
Oui, à chaque messe, nous célébrons la mort et la résurrection du Seigneur jusqu'à ce qu'il revienne.

Merci à vous tous frères et soeurs pour vos commentaires; chacun s'exprime comme il peut, comme il sait; à nous tous, nous formons une grande famille priante, sous le regard bienveillant de notre Bon Berger.

Par Marjeanne 8 août 2016 à 19 h 06 Répondre à ce commentaire

Belles explications je comprends mieux... Merci

Par Claudemarie 8 août 2016 à 18 h 45 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle méditation de mon psaume préféré.

Par Philippe J 8 août 2016 à 18 h 11 Répondre à ce commentaire

vos réflexions sur ce psaume me font percevoir avec quelle intensité la messe peut-être vécue...merci

Par nicole 8 août 2016 à 17 h 55 Répondre à ce commentaire

Frère Nicolas.
Quelle belle méditation sur le Psaume , je vais le contempler souvent en présence de l'eucharistie en m'unissant au messe qui se célèbrent chaque jour.
Je vous remercie de tout coeur et union de prière.

Par Thérèse Pelchat, s.s.s. 8 août 2016 à 17 h 26 Répondre à ce commentaire

Seigneur, que ta croix me guide et me relève lorsque les épreuves de la vie me font tomber. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 8 août 2016 à 17 h 17 Répondre à ce commentaire

Lorsque j'ai eu l'occasion de lire ce psaume, je dois dire que a lecture était superficielle : "Oui, je le sais, Jésus est là, à côté de moi. Je vois bien que tel ou tel problème qui me tracassait s'est solutionné facilement. Mais quoi, le hasard explique bien des choses. Mais le hasard, c'est peut-être l'action de Dieu ? Qui sait ? Mais mon gros problème avec mon fils unique, ma solitude sont toujours là".
Frère Nicolas, votre méditation me permet de prier ce psaume et non seulement de le lire. Merci.

Par Marie DELORME 8 août 2016 à 17 h 00 Répondre à ce commentaire

Union de prières avec vous, Maurin.
Non, le Seigneur ne nous abandonne jamais, il est au cœur de chacune de nos vies, nous ne sommes pas seuls, et sachez que les priants de ce site prient avec vous et pour vous.

Seigneur redonnez confiance et force à Maurin, que sa rancœur diminue, que son chemin vers le pardon progresse, nous te le demandons humblement.
UDP avec chacun de vous

Par MARIE 8 août 2016 à 17 h 18

Excusez moi, Marie DELORME, j'ai lu les deux derniers messages en même temps, je voulais vous répondre aussi; au contenu de ma première réponse j'ajoute cette prière pour vous, que nous pouvons dire tous ensemble en UDP:

Seigneur, nous venons t'implorer pour notre sœur Marie, nous Te prions d'alléger le fardeau de son fils unique et de l'aider â trouver aide, réconfort et solutions pour améliorer cette situation, Toi qui peux tout.
AMEN

Par MARIE 8 août 2016 à 17 h 28

Je ne sais où le Seigneur veut me conduire, mais j'ai beaucoup de rancœur en moi, le pardon m'est difficile ; étant seule on se sent abandonné de plus je n'ai pas le courage d'aller vers les autres. Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien......; me donne le sentiment qu'il m'a laissé sur le bord du chemin..... Priez pour moi ,qu'il vienne me visiter. Merci Bonne Fête Frères Dominicains

Par Maurin 8 août 2016 à 16 h 41 Répondre à ce commentaire

Maurin, mon message précédent vous est destinné, le Seigneur nous réunit tous d'intention!

Seigneur, faites que Maurin ressente votre présence constante à ses côtés, nous Te le demandons tous ensemble de tout cœur. UDP

Par MARIE 8 août 2016 à 17 h 33

PSAUME 22
Oui le Seigneur est mon berger, c'est vraiment le psaume pour réconforter, faire confiance, pour remédier dans l'épreuve et la déprime, tu es avec moi Seigneur, ton bâton me guide et me rassure, tes paroles sont éternelles
Lèves-toi suis moi dit le SEIGNEUR, je suis le bon berger.Union de prières

Par suzanne K. 8 août 2016 à 16 h 34 Répondre à ce commentaire

Le Bon Berger du Psaume est venu me reconforter quand j'ai perdu mon pere en 2013.J'etais en mission au Quebec justement a la celebration du dimanche du Bon Berger. Cela reste une priere de confiance pour moi. Et je crois que mon pere continue de veiller sur moi en la presence du Bon Berger qui est Jesus. Union de prieres

Par Daniele 8 août 2016 à 15 h 58 Répondre à ce commentaire

Bonjour clara;je rajoute un petit mots,votre blessure fait mal,s'il y avait pas d'amour,il n'y aurait pas de peine,une très belle parole que je retient qui dit"quand on commence a aimé, nous commençons a souffrir "et cela est vrai pour toute chose dans notre vie, mais peut être avec le temps, et parfois beaucoup de temps, cela s'atténue, petit a petit, et on ce dit,que peu être, c'était pas là que le seigneur voulais que nous allions, en ce jour de la fête de st Dominique, que le souffle de l'esprit vous éclaire, en union de prière avec ...brig

Par brig 8 août 2016 à 15 h 47 Répondre à ce commentaire

Merci à vous pour vos mots ainsi qu'aux autres personnes qui ont eu la bonté de m'écrire. Que Dieu vous bénisse et vous garde dans sa tendresse.

Par Clara 8 août 2016 à 23 h 38

St Dominique "sont visage rayonnait de la lumière divine"
La bible ouverte où père Dominique puise la paix, qu'il rayonne,souriant, et joyeux, mais ému de compassion pour ces frères,
sa beauté naît de son effacement, comme le psaume d'aujourd'hui nous le rappelle, son amour pour la parole de Dieu, est son Église, . La page est blanche car ou coeur des écritures, il y a cette page blanche que chacun de nous doit chercher sans cesse. Si nous pouvions nous encourager les uns les autres a la chercher, être les bon Berger, comme la été père Dominique, fort de nos frères et soeurs, nous pourrions en Église, écrire encore notre poème Vital d'alliance avec Dieu amour,avec jésus christ, avec l'esprit qui se joint a notre Esprit! Alliance où s'enracine la prédication.

Bonne fête a vous frères et soeurs Dominicains, vous qui êtes transformé par la parole,traversés par la parole, transfiguré par la parole fait chair a l'image de st Dominique " Merci de rayonner par cette parole de vérité, de miséricorde, qui relève,
réveille, ressuscite dans l'esprit du seigneur, nous pouvons continue la route de cette promesse du christ :
"Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps "oui seigneur tu est le bon berger, rien ne pourra nous manquer "

Par brig 8 août 2016 à 15 h 03 Répondre à ce commentaire

Chère Brig,

Merci pour cette belle intervention, cette confiance en notre Seigneur.

Mes pensées et mes prières vous accompagnent chaque jour. De tout coeur avec vous dans vos espoirs et vos doutes mais surtout dans la Foi, l'espérance et la paix intérieure en Jésus.

Par Lise 8 août 2016 à 17 h 05

Merci, Brig: "écrivons ensemble notre poème vital d'alliance avec Dieu AMOUR, Père Fils et Esprit" !

UDP pour ce beau chemin d'Alliance qui continue!

Par MARIE 8 août 2016 à 18 h 16

Magnifique interprétation de ce psaume , je le comprend mieux maintenant

Par colmant 8 août 2016 à 13 h 56 Répondre à ce commentaire

Jésus a vaincu la mort, oui, mais que de souffrances avant ! Doit on accepter ou lutter tant le non sens est présent... Cette lumière que vous voyez, je vous l'envie, car à travers douleurs et larmes le désespoir guette et le questionnement est lancinant. J'ai parfois envie de hurler mais je me dis qu'au fond si Dieu est, il n'aime pas les tièdes. Ma prière est cris et parfois insultes... Je ne peux pas remercier de laisser faire, je ne peux pas tout comprendre, suis je une brebis récalcitrante ou simplement une brebis désespérée ?
Merci à tous de votre espérance et de vos prières.
Blandine

Par Blandine 8 août 2016 à 13 h 22 Répondre à ce commentaire

Criez, criez, chère Blandine, à cor et à cri, avec les cris de votre corps et de votre cœur.
Protestez auprès de notre Père comme Job, c'est notre job de malmenés à toutes et à tous.
Très fraternellement,

Par Bernard (Bruxelles) 8 août 2016 à 13 h 59

Ma chère Blandine ,un jour où l'autre nos crions touse vers le seigneur, notre cri,de colère, moi la première, de peine,de douleur, vous n'êtes pas une brebis égaré, au yeux de Dieu qui vous aime, car il est proche de ceux qui sont dans cette terrible souffrance, regarder bien Blandine, il vous fait des petits signes tout les jours, mais parfois nous les voyions pas,,fraternellement en union de prière

Par brig 8 août 2016 à 15 h 22

Chère Blandine,
"Si Dieu est, Il n'aime pas les tièdes". Vous faites allusion sans doute, au verset 3, 16 de l'Apocalypse : "ainsi, puisque te voilà tiède, ni chaud ni froid, je vais te vomir de ma bouche". Pour moi qui n'ai rien d'une exégète, ce verset rejoint le lot de tous les passages imbuvables de l'A.T., qui ont suscité pas mal de remous parmi nous. Que je sois tiède, renégate, chargée d'innombrables maux, je ne puis empêcher Dieu de m'aimer puisqu'Il est AMOUR.

Vos cris, votre détresse, vos reproches figurent aussi dans le psaume 87 et dans le livre de Job, dans lequel tant d'êtres humains se retrouvent. Je crois qu'on peut le dire aussi du Christ qui reproche à son Père de l'avoir abandonné. Il n'est pas venu expliquer le problème du mal (que de tentatives infructueuses en ce sens ! Satan a eu bon dos) mais il l'a porté, subi avec nous. Nous ne pouvons pas tout comprendre comme vous dites et c'est frustrant. Mais ce dont nous sommes sûrs, c'est que le mal n'aura pas le dernier mot.Nous avons été crées pour la VIE. Je ne vois pas quelle autre lumière nous pourrions avoir que celle-là ?

Chers FRERES DOMINICAINS,
Permettez-vous une remarque toute fraternelle.
Lorsque j'ai pris connaissance du programme de "Marche dans la Bible", j'ai regretté que le personnage de Job ne soit pas repris. J'ai ressenti d'autant plus cette absence en rédigeant cet essai de commentaire à l'intervention de Blandine.
Merci pour votre attention.
Et bonne fête de St Dominique.

Par Marie-Thérèse L 8 août 2016 à 18 h 59

A Gilles - 8 août - Après avoir reçu des nouvelles perturbantes récemment, votre parole Gilles est le cadeau du jour qui réconforte et pousse à aller de l'avant. Vous voyez Clara, l'aide arrive de façon impromptue. L'Esprit souffle où il veut. Restons disponibles pour l'accueillir.

Par mahona 8 août 2016 à 12 h 39 Répondre à ce commentaire

A Mahona - 8 août - Amen! Gloire à Dieu, je reste en union de prière avec vous.

Par Gilles 8 août 2016 à 12 h 46

"CHAQUE MESSE célébrée sur l'autel fait de nous les contemporains de la mort et de la résurrection du Christ". En conséquence "grâce et bonheur m'accompagnent TOUS LES JOURS de ma vie". Merci pour cette lecture christologique de ce beau psaume. Merci au psalmiste pour l'expression de sa foi même et surtout au milieu des adversités.
"N'ayez pas peur" dit aussi Jésus -Christ à chacun aujourd'hui, je l'entends comme une injonction personnelle de Lui à notre personne. Puissions-nous l'entendre et "faire foi" , il est le VIVANT éternellement, et nous sommes incorporés à lui par l'eau du baptême "Il me mène vers les eaux tranquilles", même lorsqu'elles semblent déchaînées en moi...
Force et Paix à chacun tout au long de cette journée, en communion avec Le Seigneur, notre berger.

Par Béatrice 8 août 2016 à 10 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau chemin avec le Psaume 22 il m' éclairera pour mes célébrations des funérailles.
Belle fête de la Saint Dominique...

Par marie-Claude 8 août 2016 à 10 h 39 Répondre à ce commentaire

Merci cher Frère pour cette méditation. Petit à petit, pas à pas, j'apprends comment fortifier ma vie spirituelle, comment garder la foi. Et tout ça, c'est grâce aux méditations. Merci beaucoup.

Par LOUISE HARILANTO 8 août 2016 à 10 h 31 Répondre à ce commentaire

Grâce et bonheur m'accompagnent au soir de ma vie ! Merci Seigneur !
Je pense que Jésus est ressuscité dès son dernier soupir. Ne dit-il pas au bon larron: "ce soir même tu seras avec moi au paradis. Mais ses amis avaient besoin de constater sa mort puis de cheminer avec lui ressuscité . Ils assistaient à quelque chose de si extraordinaire ! Thomas n'a pas été le seul à avoir besoin de constater.

Par ninon 8 août 2016 à 10 h 25 Répondre à ce commentaire

Cher frère, merci pour ce psaume qui arrive dans un moment de souffrance pour moi. Mon coeur et mon corps peinent à oublier une personne et je suis tentée de la revoir en pensant qu'elle va combler le manque de tendresse et d'affection qui m'habitent. Je m 'engouffre, je m'enferme dans ma douleur et je suis tentée d'aller la rencontrer en sachant qu'elle ne m'aime pas. J'oublie facilement que le Seigneur es "don" et "Amour" et que je ne peux rien sans lui, sans sa présence. Je demande à Dieu qu'il me conduise par le juste chemin et que sa grâce m'accompagne pour trouver le bonheur tant désiré et à vous me frères et soeurs d'internet je vous demande, de prier pour moi. Que Dieu vous bénisse!

Par Clara 8 août 2016 à 10 h 05 Répondre à ce commentaire

Bonjour à vous ! Que vous «dire», vous écrire sinon que je suis de tout coeur avec vous et vos besoins. Dans une certaine mesure aussi, je vous comprends moi qui ai, il y a de cela lunes et soleils, souffert du manque d'affection et de tendresse...maternelles. En thérapie, je suis allé «voir» pour finalement tout régulariser. Concernant le beau texte du Frère Nicolas, là aussi je m'y reconnais en ce sens que j'ai avec la Croix du Christ une relation que je considère....??? particulière? Le mot est faible. Une relation très forte car elle m'est Croix de mort et Croix de résurrection. Une Croix qui a tellement «à dire» Elle m'a été Croix de couleur rouge et noir à la fois (mort) et blanche ( résurrection). Je dois aussi à la Croix du Christ cette «résurrection» qui fût et est encore mienne. Une résurrection qui s'appelle aussi survie parce que survivant je suis. Sans foi, je suis un homme mort. Je pèse mes mots. À cette Croix du Christ, j'ai des tonnes de mercis à formuler comme j'ai de ces mercis à dire à l'endroit de toutes celles et tous ceux qui, par leur foi, leur amour, leur compassion, leur miséricorde ont contribué au fait à ce que je sois et suis encore de ce monde. Que Dieu les bénisse, que Dieu vous bénisse, que Dieu nous bénisse toutes et tous! Sans prétention et avec mes respects, Gaston Bourdages - Auteur - Saint-Mathieu-de-Rioux au Québec.

Par Gaston Bourdages 8 août 2016 à 10 h 30

Courage, Clara. Se "désenchanter" d'une personne demande du temps. Je souhaite que l'Esprit vous envoie la force et la perspective de choses attrayantes, intéressantes pour combler ce vide. C est possible ; l'avenir peut avoir de belles surprises. Je pense à vous..

Par mahona 8 août 2016 à 11 h 02

Chère Clara, je vous comprends, car j'ai vécu cette expérience dans ma chaire. Le Psaume 32 avec la méditation du frère Nicolas est édifiant pour vous fortifier dans la foi. Dans mon cas j'ai pensé au Psaume 21: "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné" et à cette psaume cette question pourquoi aimer une personne qui ne m'aime pas. Malheureusement, on ne choisi pas souvent la personne qu'on aime ça tombe sur nous. Et, c'est aussi notre croix qu'il faut porter pour suivre Jésus, accepter que l'amour que nous avons pour l'autre n'est pas partagé. Il faut accepter la situation sans haïr cette personne. Comment l'oublier? Tout un programme, sur ce point je ne peux pas vous aider mais je sais que la prière est une aide efficace. Demandez au Père de vous donner la force de continuer à aimer sans souffrir. Que ce Psaume 32 et la méditation du frère Nicolas vous donne la force de vous relever et de prendre votre croix de pèlerin derrière le Seigneur. Je vous porte dans ma prière. Je partage le point de vue de Mahona. Mahona m'a beaucoup aidé à travers ses commentaires.

Par Gilles 8 août 2016 à 11 h 29

Quand j'étais enfant, ce psaume était un chant de messe très utilisé, sous une traduction un peu différente : "Dans la vallée de l'ombre, je ne crains pas la mort...". Les gens de mon âge connaissent sûrement. Je trouvais déjà ce chant très beau, même si je n'en comprenais pas tout le sens. La foi ne nous met pas à l'abri de la vie, de ses tentations et de ses vicissitudes, mais elle nous permet de les traverser sans nous laisser détruire moralement, car nous sommes guidés par l'exemple du Christ, et soutenus par son imitation (donner , se donner, comme dit Audrey). Tout de même plus facile à dire qu'à faire, mais me le rappeler dans les moments critiques peut de fait me sauver la vie.
Je pense à un témoignage lu il y a longtemps : un américain était en voyage au Mexique avec sa famille dans un camping car. Il avait commis l'imprudence de stationner pour la nuit sur une plage, et ils ont été attaqués. Il s'est rappelé cette phrase du psaume : "Tu as dressé la table devant mes ennemis", et il a compris ce qu'il devait faire. Il était au pouvoir des autres, mais il pouvait reprendre l'initiative en organisant lui-même le partage de ses biens. Alors qu'en résistant, ils y seraient tous passés, sa famille et lui ont eu la vie sauve, et le chef des voleurs s'est même excusé d'être amené à ça par la pauvreté ! Je raconte cette histoire pour dire que les images du psaume recouvre une attitude bien concrète devant la vie, ce ne sont pas que de belles paroles !
Autre chose enfin : j'essaye de partager de mon mieux,de façon sans doute très terre à terre, mais j'aimerais savoir, parfois, si ce que je dis peut être utile à à d'autres ?

Par Antoinette G 8 août 2016 à 9 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci Antoinette pour votre commentaire; moi aussi j'ai chanté ce psaume, Tu es mon berger oh Seigneur, rien ne saurait manquait où tu me conduit. C'était l'époque des "negros spirituals" et des psaumes de Gelineau. Ca nous ramène quelques décennies en arrière. Nous faisions la découverte des psaumes et pour nous, c'était une manière de prier dans la joie et de rendre gloire au Seigneur. Oui, aujourd'hui plus que jamais, le Seigneur est mon berger.
Marie Jeanne

Par Marjeanne 8 août 2016 à 11 h 57

Chère Antoinette,

Un grand merci pour cet exemple très concret. Il est précieux pour moi. C'est ainsi que je voulais agir la nuit où les voleurs ont fait irruption dans notre maison ; je me sentais entourée d'une présence bienfaisante que je ne pourrai expliquer mais qui restera gravée dans mon coeur pour toujours. Il n'y eut pas de traumatisme pour nous.

Par Lise 8 août 2016 à 17 h 22

Que cette méditation est belle et fait du bien.
Merci de nous aider à découvrir toujours d'avantage nos richesses..

Par Fauvette 8 août 2016 à 9 h 46 Répondre à ce commentaire

L'autel du sacrifice a disparu pour laisser la place à la table du Seigneur. Plus de sacrifice mais notre louange au Dieu trois fois saint. L'épître aux hébreux nous le dira mainte fois: "Christ s'est offert une fois pour toute" pour le pardon des péchés du monde entier. Merci pour vos méditations.

Par Auvens 8 août 2016 à 9 h 33 Répondre à ce commentaire

Ce psaume est à rapprocher de ce que nous vivons au quotidien et tout au long de notre vie.
Merci Frère Nicolas de nous avoir transporté à l'époque ou le Christ est servi par ses contemporains.
Ainsi nous sommes en communion avec tous nos frères autour de notre Seigneur Jésus Christ.
" Maintenant « grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie. » "

Par SYLVESTRE14 8 août 2016 à 9 h 23 Répondre à ce commentaire

''Il me conduit par le juste chemin , pour l'honneur de son nom ''
ou '' ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du mal ''
ou '' qui est celle-ci qui remonte du désert, appuyée sur son Bien-Aimé '' ,
Seigneur je ne me lasse pas de ton amour qui n'est que tendresse et bienveillance ...

Par Esther 8 août 2016 à 9 h 21 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Dominique pour votre méditation qui nous rend plus proche le mystère de l'eucharistie. Il y a "les ravins de la mort" physique ; il y a ceux tout aussi angoissants et douloureux de la mort spirituelle. Dans nos moments de doute, Seigneur, fais-nous entrevoir ta Maison et le chemin pour y accéder.

Par mahona 8 août 2016 à 9 h 20 Répondre à ce commentaire

Savoir que:" Jésus est mon berger"et "qu'Il me mène par les justes chemins" me fortifie et empêche la désespérance quand plus rien ne va...Que le Saint Esprit de Dieu nous habite et guide nos pas.

Par Thomas 8 août 2016 à 9 h 14 Répondre à ce commentaire

<< Grâce et bonheur m'accompagne tous les jours de ma vie. >>
Dans les difficultés de la vie au quotidien cette phrase devrait nous aider à continuer notre chemin .... Un chemin ou les épines sont souvent mêlées aux fleurs ....
Que le Seigneur nous accompagne , nous prenne par la main pour nous aider à avancer encore et toujours .....AMEN

Par Ninine 8 août 2016 à 8 h 47 Répondre à ce commentaire

Heureuse et sainte fête à toute votre communauté.Merci pour votre constante disponibilité.Je prierai à votre intention à la messe de ce jour.Anne-Marie.biteboul.Merci de ne pas publier!

Par Abiteboul 8 août 2016 à 8 h 32 Répondre à ce commentaire

Un grand merci a vous. Mais frère dominicain. Pour les prière je prie avec vous. Et aussi je vous souhaite une bonne fête de saint Dominique de Sandra

Par sandra 8 août 2016 à 8 h 31 Répondre à ce commentaire

Très bonne fête de Saint Dominique à tous les Dominicains, ceux de Poitiers et d'ailleurs, à toutes les Dominicaines, celles de Prouilhe spécialement. Je suis heureuse de trouver ce psaume en ce matin...Psaume de paix, comme un contrepoids à notre monde en guerre. La plupart du temps, je le récite en allemand, mais ce matin, la pureté du son de la langue française m'a touché le cœur. J'y trouve comme un cadeau. Si je traverse les ravins de la mort, l'angoisse parfois...due au grand âge, mais aussi émerger du ravin...manque de souffle. A chaque fois, remercier...Un merci spécial à Audrey, je cherche chaque fois, son commentaire. Un regard renouvelé sur la Messe, merci encore. Que Dieu garde la famille des internautes, Gaby

Par Gabrielle 8 août 2016 à 8 h 22 Répondre à ce commentaire

Je lis d'habitude avec profit toutes ces belles méditations. Mais je me pose et je vous pose aujourd'hui, cher Frère Nicolas, la question de la "supériorité" de la messe dominicale. La Cène a eu lieu un jeudi. On me rétorque toujours que le Christ est ressuscité un dimanche. Si je communie à la messe en semaine, je devrais logiquement en conclure que je communie au corps du Christ non ressuscité ! L'argument invoqué par l'Église ne tient pas, il renvoie simplement à la tradition.
Bien à vous.

Par Chantal 8 août 2016 à 8 h 19 Répondre à ce commentaire

OUI, nous avons bien besoin d'encouragements ... dans ce monde oû l'argent est de plus en plus erige en idole ou les valeurs deviennent un mot rabache et si peu vecu ...Mettons notre confiance dans les paroles du psalmiste et chaque jour buvons l'eau fraiche au creux des sources vives .....bonne journee à tous

Par BUCHIN 8 août 2016 à 8 h 13 Répondre à ce commentaire

Se laisser guider et aimer par le Christ et avoir confiance en lui.
Accepter le chemin qu'il nous demande d'emprunter.
Oui si nous arrivons à accepter cela , Grâce et Bonheur nous accompagnent tous les jours de notre vie.

Par Pierre 8 août 2016 à 8 h 05 Répondre à ce commentaire

contemporains du Christ.
Si dans la célébration de l'eucharistie le Christ revit avec nous,c'est bien vrai que nous sommes ses contemporains.Que sa présence nous stimule pour mieux être ses disciples.Donne nous cette grâce
Seigneur

Par andré 8 août 2016 à 7 h 09 Répondre à ce commentaire

Voyage dans les psaumes... Voyage au cœur à cœur de l'homme avec Dieu. Voyage au cœur de ma vie, voyage en aujourd'hui. Prier avec le psalmiste, comme lui. A certaines heures, crier ma souffrance, mon désarroi, à d'autres laisser éclater ma joie. Prier avec tous ceux qui, au cours des âges, ont trouvé dans les psaumes les mots qui manquaient à leur voix. Prier les psaumes, comme le Christ, avec lui. Dialogue éternel avec le Père. "Contemporains du Christ" pourtant, oui, à chaque fois.

Ce psaume a les mots de la paix, cette paix que le Christ à chaque eucharistie nous invite à construire, à donner. Sa paix. Elle commence en nous. Et peut-être commence-t-elle par voir, avec des yeux neufs, Dieu présent dans ma vie, à chaque instant. Dieu qui me mène et me conduit, qui me donne le repos, qui me donne la vie. Une vie neuve, en lui, par lui, avec lui. Le Seigneur, mon défenseur. Les ravins de la mort sont creusés d'angoisse mais il n'est de lieu qu'il n'habite de sa présence. Elle qui me sauve quand je suis perdue, lumière dans ma nuit.
"Grâce et bonheur m'accompagnent", et le parfum de ta bénédiction, Seigneur. "Je ne manque de rien", car toujours tu donnes, car tu es don. Aide-moi, Seigneur, à donner, à me donner, chaque jour un peu plus, pour l'honneur de ton nom.

Merci fr. Nicolas, et très belle fête de St Dominique à tous les dominicains!
Et de nouveau merci pour tous ces messages d'encouragement que j'ai lus hier en rentrant. Soyez tous bénis! C'est ensemble que nous avançons. Prières pour tous, avec tous.

Par Audrey 8 août 2016 à 7 h 09 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey
Très heureuse de vous lire ce matin. Bonne journée à vous. Bien fraternellement et en union de prières avec vous et avec tous. Marie-Agnès.

Par Marie-Agnès 8 août 2016 à 9 h 09

Chère Audrey,

Merci pour votre fidèle présence matinale. Vous avez bien raison de poursuivre la voie de votre voix précieuse. Si j'ai fait écho peut-être lourdement à un commentaire plutôt négatif à votre égard dans le forum précédent, c'est que je suis très perméable aux critiques que je peux moi-même susciter dans ma vie de chrétien engagé et dans mes prises de position. Cette forme de réceptivité aide à rester humblement lucide, tenant compte des sensibilités d'autrui, pour revoir sans cesse la manière dont nous manifestons notre foi. Ce qui est authenticité pour les uns peut passer pour une forme d''étalage selon les autres. Tout en ne s'arrêtant jamais au qu'en-dira-t-on, il faut, me semble-t-il, pouvoir simplement tenir compte des risques de malentendu, les assumer et aller tranquillement au-delà.
Toutes ces lourdeurs, scories et incompréhensions, confions-les aux épaules divines, bien plus vigoureuses que les nôtres, pour que la charge de nos vies à toutes et à tous soit allégée et devienne, si possible, alléluia !
Très fraternellement,

Par Bernard (Bruxelles) 8 août 2016 à 12 h 41

Ce psaume on ne s'épuise pas de le réciter et de l'entendre. Cest un message d'espérance...

Par Jean Claude 8 août 2016 à 4 h 51 Répondre à ce commentaire

Époustouflant que de réaliser toute la richesse de ce psaume, déjà apprécié !

Ce parallèle avec les jours saints est inattendu pour ma part.

Si logique pourtant ! J'aime votre réflexion et votre voix , c'est bon de l'entendre.

Merci, vous m'étonnerez toujours les uns et les autres.

Par Cécile Breton 8 août 2016 à 4 h 50 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires