Ezéchiel

« Mon troupeau erre sur les Montagnes. » Ezéquiel 34,7

Ézéchiel, le guetteur

Ézéchiel 33, 7-9

La parole du Seigneur fut adressée à moi, Ézéchiel :
« Toi aussi, fils d'homme, je t'ai fait guetteur pour la maison d'Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.
Si je dis au méchant : "Méchant, tu vas mourir", et que tu ne parles pas pour avertir le méchant d'abandonner sa conduite, lui, le méchant, mourra de sa faute, mais c'est à toi que je demanderai compte de son sang.
Si au contraire tu as averti le méchant d'abandonner sa conduite pour se convertir et qu'il ne s'est pas converti, il mourra, lui, à cause de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie. »

Méditation

précédente suivante

Ma prière porte le monde

La prière me semblait un acte volontariste, pauvre et solitaire.
Comment peut-on passer tant d’heures à se taire ?
En vérité, je n’ai essayé qu’un instant et j’ai arrêté bien vite.
La prière, j’en étais convaincu, ne concerne qu’une élite.

J’ai été croyant et j’ai cherché Dieu avec insistance.
Mais je l’ai perdu avec la foi de mon enfance.
L’enfant qui savait simplement se mettre à genoux
Ne pouvait convaincre l’adulte qui croit vivre debout.

La vie me donna deux leçons contradictoires.
La première d’entre elles fut une magnifique histoire :
Une naissance, un enfant, qui élargissait mon cœur.
Comment aurais-je pu être seul et sans Dieu dans ce bonheur ?

La seconde est celle de la mort, l’ordinaire drame
Qui déchire nos cœurs par de grandes larmes.
À genoux comme autrefois, les mains jointes
comme on se rend.
Je n’étais plus adulte ou enfant, athée ou ignorant.
Dieu, par la prière, préparait maintenant mon cœur
Pour les grandes peines et les humbles bonheurs :
« Avec moi, tu traverseras les épreuves de la croix
Et tes joies ne te conduiront plus jamais loin de moi.

J’ai fait de toi un guetteur pour la maison d’Israël.
Tandis que l’aube soulève son aile,
Ou que le soir se couvre d’un velours sombre,
Tiens-toi sur les remparts du monde et avec nous fais nombre.

Car ta prière porte le monde et chacun de ses habitants.
Si tu manques à ton poste, qui sera ton remplaçant ?
Si tu ne m’écoutes pas, comment pourras-tu leur parler ?
Offre-toi à moi, comme mon Fils, et je t’exaucerai. »

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

124 commentaires

Hey, je suis tellement excitée que mon mariage brisé a été restauré et mon mari est de retour après son départ de moi et de nos 2 enfants pour une autre femme. Après 8 ans de mariage, mon mari et moi avons été dans une querelle ou une autre jusqu'à ce qu'il me quitte enfin et déménage en Californie pour être avec une autre femme. Je sentais que ma vie était finie et que mes enfants pensaient qu'ils ne reverraient jamais leur père. J'ai essayé d'être forte juste pour les enfants mais je ne pouvais pas contrôler les douleurs qui tourmentent mon cœur, mon cœur était rempli de douleurs et de douleurs parce que j'étais vraiment amoureux de mon mari. Chaque jour et chaque nuit, je pense à lui et je souhaite toujours qu'il revienne vers moi. J'étais vraiment contrarié et j'avais besoin d'aide. J'ai donc cherché de l'aide en ligne et je suis tombé sur un site Web qui suggérait que le Dr Mohammed pouvait aider à obtenir un retour rapide à la fonction ex . Alors, j'ai senti que je devrais lui donner un essai. Je l'ai contacté et il m'a dit quoi faire et je l'ai fait puis il a fait un (sort d'amour) pour moi. 28 heures plus tard, mon mari m'a vraiment appelé et m'a dit qu'il me manque beaucoup, à moi et aux enfants, tellement incroyable !! C'est ainsi qu'il est revenu le même jour, avec beaucoup d'amour et de joie, et il s'est excusé pour son erreur et pour la douleur qu'il a infligée à moi et aux enfants. Puis à partir de ce jour, notre mariage était maintenant plus fort qu’avant, tout

Par Diana Luis 7 novembre 2018 à 5 h 15 Répondre à ce commentaire

si vous demandez quelque chose en mon nom je le ferai

Par EZECHIEL 21 mars 2018 à 12 h 38 Répondre à ce commentaire

Heureux ceux qui vont à la rencontre
Auteur : Jean-Charles Thomas, évêque de Versailles

Heureux ceux qui vont à la rencontre
de ceux dont l'Eglise est loin :
non-croyants, croyants d'autres traditions religieuses,
pauvres et étrangers,
hommes et femmes d'autres cultures.

Heureux ceux qui acceptent d'aimer
même ceux qui refusent de les aimer.

Heureux ceux qui acceptent d'exposer leurs idées
tout en acceptant que les autres n'y adhèrent pas.

Heureux ceux qui suscitent dans l'Eglise et la société
des lieux et temps où chacun
puisse être reconnu et prendre la parole.

Heureux ceux qui, sans craindre les épreuves,
s'enracinent dans la durée et la patience,
sans jamais se lasser de faire des petits pas
pour rencontrer enfin les autres.

Heureux ceux qui ont un souci de cohérence
entre leur propre vie et le combat qu'ils mènent.

Heureux ceux qui s'en remettent à Dieu
chaque jour dans la prière.

Heureux ceux qui espèrent toujours :
ils trouveront la route qui conduit
au coeur des autres et de Dieu.

Par Partage 21 septembre 2017 à 17 h 56 Répondre à ce commentaire

"Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part". Le rôle du chrétien est d'annoncer l'Evangile "à temps et à contre-temps" : les vérités premières sont si facilement oubliées...Mais aussi : "Si tu ne m'écoutes pas, comment pourras-tu leur parler ?". Je ne hurle pas avec les loups, mais je ne joue pas non plus " les pères la vertu", gardiens de l'ordre moral. Ce qui importe, c'est que je fasse ce qui dépend de moi : par rapport aux autres, mon rôle est d'avertir, pas d'obliger, car chacun est responsable d'écouter ou non. La seule limite est le secours dû à une personne en danger.
Le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel sont bien à distinguer ("Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu". Les 10 commandements correspondaient au premier état d'une société (modèle théocratique). Le Christ a posé les bases de la société moderne en les résumant par le seul commandement de l'amour ("Aime le Seigneur de toutes tes forces et ton prochain comme toi-même"). C'est ce qui permet à une société d'évoluer, car tout ce qui est légal n'est pas forcément moral et vice-versa. Par exemple, dans les 10 commandements, certains , qui étaient autrefois des délits susceptibles de sanctions, sont maintenant dépénalisés (l'adultère, le blasphème...). Les lois sont faites pour maintenir le minimum vital d'ordre social, pas pour régir les consciences. On en revient au rôle de guetteur (lanceur d'alertes) des hommes de bonne volonté, chrétiens ou non.

Par Antoinette G 21 septembre 2017 à 11 h 00 Répondre à ce commentaire

Frères,
moi qui suis en prison à cause du Seigneur,
je vous exhorte à vous conduire
d’une manière digne de votre vocation :
ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience,
supportez-vous les uns les autres avec amour ;
ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit
par le lien de la paix.
Comme votre vocation vous a tous appelés
à une seule espérance,
de même il y a un seul Corps et un seul Esprit.
Il y a un seul Seigneur, une seule foi, (un seul baptême,)
un seul Dieu et Père de tous,
au-dessus de tous,
par tous, et en tous.
À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée
selon la mesure du don fait par le Christ.
Et les dons qu’il a faits,
ce sont les Apôtres,
et aussi les prophètes, les évangélisateurs,
les pasteurs et ceux qui enseignent.
Merci frère Nicolas , de vos être offert comme un fils , pour Dieu.
Afin que tous aient la vie ...ce passage de la lecture ci-joint , me
rappelle le Credo Symbole de Nicée -Constantinople !
Je crois en l'Eglise , catholique et apostolique .
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés .
J'attends la résurrection des morts , et la vie à venir .Amen
Dieu merci , il y a des veilleurs ..On ne sait ni l'heure ni le jour !
Prions et veillions les uns pour les autres L 'Esprit Saint que
Jésus nous à envoyer .

Par fred 21 septembre 2017 à 7 h 59 Répondre à ce commentaire

Guetteur, veilleur... Ces mots vont avec le prophète, et le prophète avec ces mots. "Que vois-tu, Jérémie?" demande Dieu, au prophète qu'il vient d'établir. "Je vois une branche de "veilleur"," répond celui-ci. "Sur tes remparts, Jérusalem, j'ai posté des veilleurs, de jour et de nuit, jamais ils ne se tairont. Vous qui vous rappelez au souvenir de Yahvé, pas de repos pour vous," dit Isaïe (62, 6).
Veiller, de 'vigilare', rester éveillé. Les yeux grand ouverts sur ce monde qui s'endort dans le ronron confortable de ces habitudes qui peu à peu nous asservissent, voilent nos yeux, les arrêtent aux quatre murs de notre quotidien. Le veilleur dérange, le monde n'aime pas être tiré de cette léthargie qui le rassure peut-être, quand il ne se glorifie pas de son impunité à écraser son prochain, dans le mépris journalier et ordinaire.
Et le veilleur parfois a peur, longtemps espère en ce bon sens qui devrait prévaloir au cœur de chacun, finit par se dire que peut-être il ne sait pas, cet homme qui empiète sur la vie de ses voisins. Alors s'arme de courage, prie, et s'en va lui parler. Si, il savait, et n'en avait cure. Est-ce à dire que le veilleur a échoué? Peut-être pas. Il est là, et il voit, et il vit. Confie à Dieu cet homme et ceux qui l'entourent, et chaque fois par un simple bonjour, lui dit, encore et toujours, "je suis là".
Prières pour tous et avec tous, en ce petit matin.

Par Audrey 21 septembre 2017 à 6 h 58 Répondre à ce commentaire

Bonjour , Comment le guetteur reconnais le méchant dans le monde actuelle et lui dire d arrêter et de ce convertir , il y a tant de méchant , je croise beaucoup de monde et je parle d amour du vrai amour mais cela ne sert a rien ,le mal fait maintenant partie des gens,je sais par mes chemins de pécheur que dieu existe je ne vais pas vous raconter ma vie mais je peux vous dire que Marie ma sauver ,que le mot apocalypse m est apparue (RÉVÉLATION) ,que j ai pressentie tant de chose qui ce sont avéré juste ,maintenant j ai peur de ce que je doit révéler et comment avertir le malin; Merci d essayer de m aider a résoudre ce dilemme

Par Ruginis David 4 septembre 2017 à 19 h 11 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas Burle, pour cette belle méditation ...la prière fait grandir ma Foi, .. La vierge Marie, notre maman du Ciel, dans les épreuves, m'aide et me donne la force d'avancée dans la vie, merci Maman Marie.... Rita

Par Rita Giuliani 7 septembre 2016 à 16 h 45 Répondre à ce commentaire

Merci fr Nicolas pour ces profondes paroles.

Par Irene 5 septembre 2016 à 9 h 04 Répondre à ce commentaire

Mon message m'a échappé, je n'ai même pas eu le temps de le relire. Zut ! je vais aller promener Thaïs, elle n'attend que ça. Peut-être verrai-je Lydie ?

Bonne soirée à vous toutes, tous, à vous frère Nicolas.

Union de prière;

Marie Jeanne

Par Marjeanne 4 septembre 2016 à 20 h 15 Répondre à ce commentaire

Je vois que ce thème du guetteur sur le rempart est en train de battre des records de participation et c'est bien !
Moi, aujourd'hui, je veux vous parler d'une joie que j'ai eue ce matin à la messe, qui n'a pas de lien direct avec cette méditation.
Il faut tout d'abord que je vous raconte une petite anecdote; je promène mon petit bichons maltais, Thaïs, chaque soir j'ai l'occasion de rencontrer des personnes qui font de même avec leurs chiens. Nous habitons pas loin les unes des autres, à environ deux kilomettres du centre de notre petite ville; c'est encore la campagne. Au début, c'était un bonjour, bonsoir timide, des rires quand nos chiens nous enroulent de leur laisse et petit à petit, nous faions connaissance. J'aime les gens et je les écoute volontiers; c'est ainsi que j'ai appris que Sabrina, jeune maman avaut perdu sa petite Marine de la mort subite des nouveaux-nés; elle s'est confiée spontanément, j'ai écouté, je l'ai embrassée que peut-on dire ? tous les soirs, je passe devant chez elle, on se fait un petit coucou, elle sort Rocco et Nina qui viennent jouer avec Thaîs. Il y a aussi Catherine et sa Bianca; pendant que nos toutous s'amusent, nous parlons de tout, de nos enfants, des évènements...un jour, elle m'a dit qu'elle avait assisté à des funérailles célébrées par une laïque et ça l'avait surpris. Je lui ai dit que moi aussi j'avais eu mission pou les célébrer, ce que j'ai fait pendant 23 ans et que j'avais arrêté en fin d'année; cela devenait lourd à mon âge. depuis, elle me posait des question. Je ne savais rien de sa religion et je me gardai bien de lui poser des questions. Hier soir elle m'a demandait ce que je faisais aujourd'hui; je lui ai dit à 10 heures je vais à la messe, puis mon fils et ma belle-fille passeront me faire un coucou. Aussi ce matin, j'ai eu la joie de la voir à l'église, elle est venue vers moi et m'a dit qu'elle ne savait pas si elle pouvait communier parce qu'il y avait longtemps qu'elle ne s'était pas confessée. Je lui ai dit de laisser parler son coeur; ce matin, je donnai la communion, elle est venue vers moi recvoir le Christ. Je lui ai dit : Catherine : le corps du Christ. Elle était heureuse. Je n'avais fait que l'écouter, surtout pas du prosélytisme. Comme quoi, que les périphéries, il ne faut pas les chercher bien loin; elles sont là où l'on vit.. C'est ma mission d'écouter, de réconforter.
Récemment, c'est Lydie qui s'est confiée, elle avait besoin de parler; et moi qui voulait rentrer tôt pour regarder une émission de télé ! tant pis, je l'ai écoutée; elle m'a confié que c'était une nécessité pour elle de faire une quinzaine de kilomètres par jour , pour se changer les idées; elle n'en peut plus de voir son mari souffir et qu'elle ne peut rien faire pour le soulager. Je l'ai écoutée, tant pis pour la télé. Ca fait plusieurs soirs que je ne la voit pas;; elle m'a donné son adresse, j'essaierai de trouver pour prendre de ses nouvelles.

Par Marjeanne 4 septembre 2016 à 20 h 06 Répondre à ce commentaire

Merci.

Par & 4 septembre 2016 à 20 h 13

Beau commentaires de votre rencontres, de votre écoute, bien souvent on ne ce regarde même pas entre voisins, bonne soirée fraternellement

Par Brig 4 septembre 2016 à 20 h 54

Merci, chère Marie Jeanne. Votre message, au moins c'est du vécu ! J'ignore si je pourrai accompagner aussi longtemps que vous les personnes endeuillées, mais ce chemin de rencontre avec tant de personnes aux sensibilités les plus diverses vaut le détour.
Ma découverte du jour a été la lecture d'une série d'essais de Marilynne Robinson, rassemblés sous le titre "Quand j'étais enfant, je lisais des livres" (traduction de l'américain, Actes Sud, 2016). Auteur de plusieurs romans très primés aux États-Unis, Marilynne Robinson livre ici ses convictions et ses réflexions, notamment à propos de l'Ancien Testament, qu'elle défend bec et ongles en tant que calviniste. Pour moi, c'est une révélation qui me réconcilie avec certains aspects remarquables des Écritures, qui contrebalancent largement ce que je me suis employé, en digne "frondeur", à stigmatiser dans maints commentaires.
Dieu parle...

Par Bernard (Bruxelles) 4 septembre 2016 à 21 h 33

LA VIE D'APRES MERE THERESA

La vie est un rêve, réalise-le
La vie est un défi, relève-le
La vie est un devoir, fais-le
La vie est un jeu, joue-le
La vie est précieuse, soigne-la bien
La vie est richesse, conserve-la
La vie est amour, jouis-en
La vie est un mystère, pénètre-le
La vie est une promesse, tiens-la
La vie est tristesse, dépasse-la
La vie est un hymne, chante-le
La vie est un combat, accepte-le
La vie est une tragédie, lutte avec elle
La vie est une aventure, ose-la
La vie est bonheur , mérite-le
La vie est la vie, défends-la
SAINTE THERESA
Très bon anniversaire à Sabine , & bcp de bonheur & joie !!!

Par Najoi 4 septembre 2016 à 19 h 05 Répondre à ce commentaire

Pour respecter son prénom : Teresa.
Cordialement,

Par Bernard (Bruxelles) 4 septembre 2016 à 19 h 45

À &. "non je ne fais pas nombre avec vous!"
Est-ce que faire nombre on doit être tous pareil, : les mêmes goûts, les mêmes croyances, les mêmes façons de vivre, etc. ? Je ne le crois pas.
C’est avec nos différences que nous avançons, que nous enrichissons mutuellement. Le monde et la VIE seraient vraiment ennuyeux si nous étions tous pareils. Oui &, vous êtes seulement un élément de l’univers, comme chaque être humain, qui y a vécu, qui y vit et qui y vivra dans le futur. MAIS un élément très important. C’est comme un mur de brique, on ne remarque pas nécessairement chacune des briques. Mais s’il y en manque une, on verra tout de suite le trou, l’espace vide laissés par cette brique.
Merci d’être une belle brique dans le mur de mon univers. Continuez vos commentaires, s’il-vous-plait.

Par Micheline (Canada) 4 septembre 2016 à 17 h 52 Répondre à ce commentaire

Tout grand merci à Blandine et Audrey pour leurs souhaits d'anniversaire. Ma carcasse de vieille pomme s'en réjouit vivement et cela lui donne courage et force pour le nouveau traitement anti-cancer....
Au fait pour les souffrants (es) voici le texte Félix Leclerc....Pour les natifs de la Vierge, un chouette mois de septembre.


Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son cœur, Sans remords, sans regrets, dans regarder l'heure
Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur, Car à chaque âge se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son corps, le garder sain dedans beau en dehors
Ne jamais abdiquer devant un effort, l'âge n'a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c'est donner un coup de pouce ,à ceux qui se sentent perdus dans la brousse,
Qui ne croient plus que la vie peut être douce, Et qu'il y a toujours quelqu'un à la rescousse

Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement, Ne pas pleurer sur ses souvenirs d'antan,
Etre fier d'avoir des cheveux blancs, Car pour être heureux on a encore le temps.
Car où que l'on soit à l'aube du jour, il y a quelqu'un à qui dire bonjour.
Ne regrette pas de vieillir, et lorsque viendra le point de non-recevoir,se dire qu'au fond ce n'est qu'un au-revoir, Ne regrette pas de vieillir, c'est un privilège refusé à beaucoup !

Félix Leclerc

Par sabine 4 septembre 2016 à 16 h 18 Répondre à ce commentaire

Sabine, je me joins à Blandine et Audrey, je vous souhaite un bon anniversaire, quel bel âge!!
Merci pour ce texte de Félix Leclerc, que j'avais oublié. Je devrais le copier pour une personne proche qui a 1 an de plus que vous et qui vit uniquement sur des regrets depuis que je la connais, donc depuis ....40ans!!!
Mon fils va avoir 31ans le 10 de ce mois, bel âge aussi, où l'on a la vie devant soi, et encore de l'insouciance, ce qui est bien aussi.
Bon courage à vous, pour vos soins, fraternellement!!

Par monette 4 septembre 2016 à 18 h 15

Hey Sabine,
merci pour Félix... La chanson que j'aimais beaucoup de lui "c'était un petit bonheur, que j'avais ramassé, etc...,"
Plein de bonnes choses à vous, des clins d'œil, de la malice et des tas de petits trucs qui égayent sans oublier une lumière et une joie resplendissantes.
Toute mon Amitié Sabine
Blandine.

Par Blandine 4 septembre 2016 à 18 h 46

A ( & )13 h 30 .

Vous avez oublié de dire " je n'aime pas comme vous "

Pourriez -vous au moins aimer comme nous ???

Bon dimanche à Nous tous !!!

Par Najoi 4 septembre 2016 à 13 h 56 Répondre à ce commentaire

Non.
Et vous pourriez-vous aimer comme moi?

Par & 4 septembre 2016 à 15 h 44

Je guette, je guette,...
quelque chose qui pourrait me faire dire: "non je ne fais pas nombre avec vous!" Mais hélas nous habitons le même monde, le même univers, même si je n'adhère pas à vos croyances, vos idées, vos discours, vos "points de vue", que je ne vis pas comme vous, ne pense pas comme vous, ne prie pas ou pas comme vous,...
Suis-je, comme vous, "perchée" sur un rempart ou seulement un élément de l'univers, constituée d'une multitude d'éléments?!...

Par & 4 septembre 2016 à 13 h 30 Répondre à ce commentaire

Pourquoi transformer * en conflit, en opposition,* une différence ???
C'est partir du mauvais pied... ou Est-ce une reculade, un bouclier derrière lequel vous vous abritez ?
A vous bientôt peut être...

Par Sabine 4 septembre 2016 à 17 h 57

Je ne "transforme" pas, j'exprime le fossé qui me sépare de vous, de l'Eglise, de la "religion", comme le fossé qui sépare Lazare et le riche, ou le fils aîné de la joie du festin pour le retour du fils prodigue...
Et chacun mettra qui il veut où il veut, à la place qu'il veut, à la place de qui il veut...

Par & 4 septembre 2016 à 18 h 36

Pourquoi couper les cheveux en quatre, vous êtes vous./ d'accord, pas d'accord, la belle affaire, ce que ce serait ennuyeux de penser "tous pareil" !

Par Blandine 4 septembre 2016 à 18 h 52

Chère Blandine,
Vous n'avez rien compris!

Par & 4 septembre 2016 à 18 h 59

bing, bang, crac, boum ! Aie !!!

Par Blandine 4 septembre 2016 à 19 h 41

Ah! Ah! Ah!
Oh! Oh! Oh!
Hi! Hi! Hi!
Je me gausse, je me gausse...

Par & 4 septembre 2016 à 19 h 55

J'aime le titre de cette méditation et je m'explique.
Il y a déjà 6 mois, à l'occasion du Jubilé de la Miséricorde, j'ai rencontre des personnes qui travaillent dans l'ombre à une oeuvre admirable" Un enfant dans la prière" UEDLP
Creuser la blessure pour que coule la miséricorde.
J'ai été invité à prier pour un enfant maltraité par un adulte, mais aussi pour un adulte maltraitant. j'ai alors reçu un petit carton avec une prière que j'adresse au Père, j'ai juste 2 prénoms, j'en sais pas plus.
Cela a changé le sens de ma prière, je ne m'adresse plus au Père pour lui demander quelque chose pour moi, mais pour les autres et cela a donné un sens plus profond à ma prière, à ma pratique, j'oserais dire qu'elle fait non pas grandir ma foi, mais lui donner sa juste place.
Suite à une demande particulière, le Seigneur m'a répondu en me disant "Jean Michel, je t'ai tout donné, cherche le trésor que j'ai déposé en toi"
Cet enfant, cet adulte attende de moi, si je manque ma prière, qui me remplacera.
Je sais et je suis sur que Notre Père parlera, parle au coeur de chacun d'eux, ma prière va mettre en place des processus qui me dépassent,je ne suis pas le maitre à bord, je suis serviteur et serviteur obéissant.
Que Dieu garde chacun de vous dans la Paix, nous qui sommes aussi artisans de Paix

Par Jean Michel 3 septembre 2016 à 18 h 52 Répondre à ce commentaire

C'est indiqué: S. Martin de Tours...Comme ce n'est pas un "blog", les réponses doivent venir des lecteurs : pas de webmaster. Bonne journée.

Par Suze 3 septembre 2016 à 17 h 40 Répondre à ce commentaire

J'ai peine à vous comprendre, Suze. D'après vous, le texte "Ma prière porte le monde" serait de St Martin de Tours plutôt que du frère Nicolas Burle qui rédige la méditation ?

Par Marie-Thérèse L. 3 septembre 2016 à 18 h 43

Chère Suze,
Excusez-moi, mais je crois que vous vous fourvoyez. La méditation se conclut par cette phrase :
Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin
Il s'agit donc bien d'une méditation de Frère Nicolas, enregistrée dans les studios de Radio RCF qui se trouvent à Tours Saint-Martin.

Par Bernard (Bruxelles) 3 septembre 2016 à 19 h 01

Auteur du texte de la méditation: Frère Nicolas Burle.
Mes plus plates excuses pour m'être fourvoyée de cette façon, d'avoir induit quelqu'un en erreur en donnant une réponse fausse et au premier chef, d'avoir enlevé à Frère Nicolas ses droits d'auteur. Fr Nicolas je vous demande pardon et à l'avenir je m'appliquerai à mieux m'informer. On me pardonne?

Par Suze 3 septembre 2016 à 21 h 19

Bjr, pourriez vous m indiquer qui est l auteur de ce très beau texte, intense et émouvant ? Est ce le frère Nicolas Burle ?
Avec tous mes remerciements anticipés et mes félicitations pour ce que vous faites,
Bien fraternellement
Céline

Par CADIEU DUMONT 3 septembre 2016 à 15 h 15 Répondre à ce commentaire

Et voilà, entre-temps, le texte original d'Audrey figure à nouveau dans les commentaires, mais toute la série de messages qui ont suivi l'intervention de Blandine hier à 15h04 n'apparaissent plus lorsque je consulte l'ensemble des commentaires. Je les avais heureusement enregistrés au fur et à mesure :
Par Micheline (Canada) 2 septembre 2016 à 17 h 59
Par Blandine 2 septembre 2016 à 18 h 22
Par & 2 septembre 2016 à 19 h 05
Par Blandine 2 septembre 2016 à 19 h 32
Par Bernard (Bruxelles) 2 septembre 2016 à 19 h 35
Par Blandine 2 septembre 2016 à 19 h 53
Par Bernard (Bruxelles) 2 septembre 2016 à 20 h 30
Par Suze 2 septembre 2016 à 21 h 05
Par & 2 septembre 2016 à 21 h 31
(et c'est ma réponse à ce dernier message qui n'a jamais, à ma connaissance, été diffusée)
Pardon de jouer Big Brother, mais il est bon que le dialogue reste intact tant que les échanges se poursuivent.
Au secours, quelqu'un ??

Par Bernard (Bruxelles) 3 septembre 2016 à 12 h 07 Répondre à ce commentaire

Bernard,
Je sais, j'en ai fait les frais, qu'il est parfois frustrant de ne pas voir un message que l'on a posté apparaître, même plus tard. On a parfois le sentiment de ne pas avoir pu dire (à quelqu'un) quelque chose qui nous semblait important.
Les voies de l'informatique sont parfois comme celle de Dieu, "impénétrables", de même que celle de l'Eglise et de ses communautés religieuses.
Pour ma part, je fais un message quand j'ai envie d'écrire, quelles que soient les raisons, il part, il arrive, je préfère, mais ça ne me fait pas toujours du bien,... Il part et ne ressort jamais? Tant pis! Ce n'est pas de mon ressort... Il m'a fallu du temps pour en arriver là...
Bon week-end.

Par & 3 septembre 2016 à 14 h 31

Alors, au moins, chère &, nous nous rejoignons dans la connivence d'une même frustration. Je vous disais hier soir (avec d'autres mots) que je me sentais particulièrement réceptif à ce que vous exprimez, dans la concision incisive comme dans le développement aux multiples allusions, constituant chaque fois pour moi (et, j'en suis sûr, pour beaucoup d'entre nous) autant de possibilités de rebond pour ne jamais s'enfermer dans nos certitudes. Donc, merci, et sachez que si je ne suis pas assez guetteur comme Ézéchiel, je guette tout de même vos messages.

Par Bernard (Bruxelles) 3 septembre 2016 à 19 h 12

Permettez-moi d'évoquer les mystères informatiques de ce site. Après avoir adressé hier soir très tard un message à &, j'ai reçu la notification habituelle du style "votre commentaire a bien été reçu", mais pas de parution de ce message dans la série prévue. J'adresse alors un message destiné à Marjeanne, lequel ne passe pas non plus après trois essais. J'ai évoqué cela ce matin dans un petit commentaire qui est bien visible sur le site, mais au moment de recevoir l'avis de bonne réception de ce dernier message, j'ai cherché sous cet avis tous les autres commentaires du jour, mais un seul alors est apparu, signé de notre chère Audrey, daté du 3 septembre 2016 à 7h52. Or, ce message d'Audrey ne figure plus dans la série des commentaires auxquels je suis revenu entre-temps, comme s'il était parti dans les limbes de l'opérateur.
Je reproduis ce beau message ci-dessous, et on verra s'il fait double emploi lors des prochaines actualisations du site.
Bien amicalement,
Bernard

"Moi, je suis le bon pasteur; le bon pasteur dépose sa vie pour ses brebis," dira Jésus (Jn 10-11), lui qui cherche la brebis égarée, ramène celle qui était perdue. Et c'est toute la tendresse de Dieu pour ses brebis qui emplit les versets suivants d'Ezéchiel. "Voici que j’aurai soin moi-même de mon troupeau et je m'en occuperai" (v.11), "C'est moi qui ferai paître mes brebis et c'est moi qui les ferai reposer", v.15 et les suivants. L'amour de Dieu déborde de ces lignes, comme une eau. ??"Mon troupeau erre sur toutes les montagnes". Ces mots résonnent de manière si actuelle. Les églises de village sont closes, la plupart du temps. Les enfants passent devant sans les voir vraiment. Le prêtre n'est plus cette figure familière. Beaucoup n'en ont jamais vu, si ce n'est, parfois, pour un baptême dont ils ne connaissent pas le sens, ou un mariage, entre mairie et cotillons. C'est ainsi que sur toute une classe rurale d'enfants de 8 à 11 ans, pas un, lorsque j'ai posé la question, n'a su dire ce qu'était un prêtre. Pas un n'a su dire ce qu'était un chrétien. "Un grec", a tenté une élève. Dyslexique, elle avait entendu "grétien"... Pas un non plus pour réaliser que ce "gésucri" (sic) dont on affuble les dates, était un homme. Quant à savoir qu'il était aussi Dieu... J'avais mal, ce jour-là, pour ces enfants, élevés sans Dieu. Ces enfants à qui l'on offre pour toute espérance que le foot et l'argent-roi.??Alors merci, chers frères dominicains, merci d'être là sur la toile. Grâce à elle, vous amenez la parole de Dieu là où elle ne résonnait plus. Vous lui ouvrez de nouvelles routes qui, pour être virtuelles, n'en sont pas moins réelles. Le troupeau est dispersé mais vous êtes la voix du berger qui partout peut se faire entendre. Déjà vous le rassemblez, n'en sommes-nous pas la preuve vivante?
Par Audrey 3 septembre 2016 à 7 h 52

Par Bernard (Bruxelles) 3 septembre 2016 à 11 h 48 Répondre à ce commentaire

De nos jours quelle est la vision d'un prêtre par un enfant ? ....non catéchisé, je précise, et dans une famille indifférente ?
Un homme ,vêtu de robes qui prie en levant les bras devant une table à l'église. Avant le prêtre était un personnage connu dans la ville, maintenant le nom du célébrant est inconnu, c'est un remplaçant...
Dans nos villages le prêtre donnait de la voix lorsque les groupe des garçons était trop remuant, la part sociale était assurée par l'Eglise, maintenant des groupes de laïcs organisent des collectes et fonctionnent sans prêtres, en fait la vie est organisée souvent sans leur présence... non, je ne leur jette pas la pierre,.... mais ils ont leurs réunions lorsqu'on sollicite leur présence. alors on se débrouille sans eux.!
Ceci est la situation dans notre canton, je précise. Et pourtant , la générosité est là-

Par sabine 3 septembre 2016 à 12 h 44

Merci, cher Bernard! Je peux peut-être éclaircir une partie du mystère: le message que j'ai écrit ce matin concernait le texte qui est publié page suivante (les jours sans méditation le chemin continue avec un autre texte du même livre biblique, cette semaine d'Ezéchiel). On peut y accéder, le jour même, en cliquant sur le logo 'marche dans la Bible' en haut à gauche de l'écran, ou, n'importe quel jour, en cliquant sur les petites flèches en forme de < et > à côté du titre en orange, ou bien encore en passant la souris sur le menu "Figure bibliques" et ensuite en cliquant sur le nom du personnage en question. Les six textes d'Ezéchiel de cette semaine y apparaissent maintenant par exemple.

Il m'est arrivé également que mon texte n'apparaisse pas à l'écran bien que la page mentionne qu'il a été pris en compte. J'en ai fait part à chaque fois à l'équipe technique de Retraite dans la Ville qui a pu les débloquer (et grand, grand merci à eux! Vous êtes formidables! :-) ).

Permettez-moi aussi de vous souhaiter un peu en avance un très bon anniversaire Sabine! :-)

Par Audrey 3 septembre 2016 à 14 h 53

Mes messages d'hier soir ne sont pas passés.
Le "frondeur" s'adressait à Marjeanne pour la remercier et exprimer sa gratitude à celles et ceux qu'elle citait, ainsi qu'à tou(te)s les autres. Quel bonheur de pouvoir partager en vérité, à la recherche de la Vérité !
Il y avait aussi un message d'encouragement complice à &... J'y reviendrai si je ne suis pas censuré !

Par Bernard (Bruxelles) 3 septembre 2016 à 10 h 05 Répondre à ce commentaire

Bonjour Bernard, sa m'arrive déjà plusieurs fois,,les texte n'apparaisse pas,sa bloque complètement, je n'arrive même plus a les joindre,donc c'est une amie qui fait un petit mots via le site pour qu'il me débloque, peut être il y a deux envoie en même temps, ??je vous remercie t'avoir signaler ce problème, car je pensé que sa venais de moi,sa me rassure un peu,a bientôt vous lire fraternellement

Par brig 3 septembre 2016 à 19 h 17

Père , je veux que là où je suis , ceux que tu m'as donnés soient eux aussi avec moi,
et qu'ils contemplent ta gloire que tu m'as donnée , car tu m'as aimé dés avant la fondation
du monde . Père juste ,tandis que le monde ne t'a pas connu ,et ceux-ci ont reconnu que tu
m'as envoyé . Je leur ai fait connaître ton nom et je leur ferai connaître encore ton nom ,afin
que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux ,et moi en eux .
Pourquoi cherchez -vous parmi les morts celui qui est vivant !
La prière est simplement ce que le coeur exprime dans la foi et l'amour , elle est sagesse de Dieu
elle est et sera toujours , pour l'humanité une source qui coule et abreuve , La Parole , devenant vrai
témoignage d'un langage dans toutes les langues , dans des hymnes , des prières , qui attestent bien
que l'homme sans Dieu , n'est que charnel , avec l'amour de Dieu , le Paraclet nous fait connaître le Christ .
Même dans le silence le plus profond , l'Esprit de Dieu , oeuvre , car rien n'est impossible à Dieu à celui qui
croit ....Ta main me conduit ;
Ta droite me saisit . PSAUME 139)
Jean 11 , 28 : Je ne vous laisserai pas orphelins .
Je viendrai vers vous ....Nous sommes alors vraiment enfant de Dieu , avec les arrhes de l'esprit , le temple
de l'Esprit Saint . Une prière universelle ; qui prends les ailes de l'aurore , pour dire le Maître est là et Il t'appelle .

Par Profondis 3 septembre 2016 à 8 h 38 Répondre à ce commentaire

« CELUI QUI EST SANS PECHE QU’IL LUI JETTE LA PREMIERE PIERRE ….. »
Nous ne pouvons être des anges que dans nos rêves …
Car sur terre ….. il nous manque des ailes ….
Le ciel garde des ailes à celui qui est passé , quittant sa misère .
Nous étions tous un jour des enfants sur terre ,
Croyions avoir des ailes , croyions à nos beaux rêves .
La réalité nous a volé notre enfance & nos rêves ,
& nous voilà DEBOUT AVEC LE CHRIST , face à la vie & ses misères ….
avec sa beauté & sa dureté ,
avec son énigme & ses mystères ,
avec des épreuves , des souffrances ,
& aussi avec des joies , des surprises , des injustices ……..
Qui est le méchant ?? qui est l’ange ?? qui est le juste ??Qui est l’injuste ?? parmi NOUS ……
« CELUI QUI N’A PAS PECHE , QU’IL LUI JETTE LA PREMIERE PIERRE . »
Merci frère Nicolas pour cette superbe méditation ,
& Bonne journée à Nous tous !!!

Par Najoi 3 septembre 2016 à 7 h 47 Répondre à ce commentaire

La prière c'est le cordon ombilical qui dans le sein de notre Mère l'Eglise, nous permet de croître jusqu'au: passage de la grande épreuve: la mort.Nous naîtrons alors à la vraie Vie car nous ouvrirons les yeux à la Vraie Lumière. Léon

Par dourte léon 3 septembre 2016 à 1 h 02 Répondre à ce commentaire

OUI la prière porte le monde .

Merci

Par mic 2 septembre 2016 à 23 h 29 Répondre à ce commentaire

J'ai lu et relu votre méditation belle et poétique, vraiment les dominicains vous êtes 'hommes de parole' ! un petit clin d'oeil à un reportage sur K.T.O. tous ces commentaires d'une si grande richesse, sensibilité, de poésie, de beaux témoignages de foi sincère; chacun a apporté sa contiribution à offrir au Seigneur, un bouquet de fleurs multicolores, précieuses; de la matinale et douce Audrey, Gilles avec toute sa sincérité, son humilité, Bernard, le "frondeur", j'aime et OK avec lui ! Micheline, Monette, Lise..Blandine...je ne peux pas tous et toutes les citer. Merci, merci à vous à tous. J'allai oublier le petit signe typographique qui a toujours une petite flèche dans son carquois ! ceci dit gentiment, fraternellement.
Et moi, je ne sais plus trop quoi dire ! Prier pour moi, c'est sortir de mes doutes, de mes souffrances, des problèmes de l'instant, lâcher prise; ça ne va pas aujourd'hui ? Avec ton aide, ça ira mieux demain, avec toi, Seigneur ! Cela a d'ailleurs était le cas aujourd'hui. Alors j'ai ouvert mon missel et j'ai lu les textes de dimanche pour mieux les comprendre et me préparer pour la messe.
Je crois au pouvoir de la prière. Dieu m'écoute et je l'écoute. Cela me fait penser au paysan, assis sur son banc qui regardait la Croix et à qui le Curé d'Ars avait demandé ce qu'il faisait; il a répondu : "Je l'avise et Il m'avise". C'est comme ça pour moi; il y a un dialogue entre Lui et moi, je me laisse saisir par sa Parole, je me laisse aimer, consoler.
Avant d'aller dormir, je vais penser à tout ce que vous avez dit de beau, de généreux, unir ma prière à la vôtre : "En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit, écoute et viens me délivrer". Prière de Complies avec les moines et moniales dans la paix du Christ.

Par Marjeanne 2 septembre 2016 à 22 h 03 Répondre à ce commentaire

"Tiens toi sur les remparts du monde et avec nous fais nombre". Merci fr Nicolas. Avec vous tous, je prie jour après jour.
Que nos prières soient toutes entendues et exaucées.
Père Éternelle prend pitié de nous et du monde entier au nom de ton fils bien-aimé Jésus Christ.
En union de prière

Par Marilou 2 septembre 2016 à 21 h 42 Répondre à ce commentaire

A temps et à contre temps nous devons évangéliser nos frères, prier pour la conversion du monde notre vie doit être une vie de prière, nous somme le gardien de nos frères...C'est pour cela qu'il faut puiser dans les sacrements, et être à l'écoute de Dieu pour renouveler nos force, oui notre prière porte le monde et chacun de ses habitants ...Offrons nous au Père il nous exaucera !!!Amen !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 2 septembre 2016 à 21 h 31 Répondre à ce commentaire

À Blandine dans votre réponse à Pénélope (11 h 58)

« L'angélisme visant à prier pour un Hitler, Staline ou assimilés est benêt / Leur sort, s'ils en ont un concerne plus grand que nous dans la mesure où ils n'ont rien regretté. On privilégie d'abord et surtout les innocents. »
J’ai beaucoup de difficultés avec votre approche.
- Ces Hitler, Staline et les autres ont eu, eux aussi, la chance de reconnaître leur erreurs lors de l’ultime rencontre avec le Christ, lors de la mort. Alors qui suis-je pour manquer `la charité en leur offrant le secours de ma pauvre prière, N’oublions pas que pour Dieu tout est dans un ÉTERNEL PRÉSENT »
- On privilégie surtout les victimes. Ces « méchants » ont peut-être été de grandes victimes, `divers niveaux au cours de leur vie. Et ce sont peut-être les plus dans le besoin de notre prière, afin de reconnaître leurs erreurs et pouvoir s’amender.
- Jésus nous dit : « ne jugés pas, sinon vous serai jugé avec la même mesure.
Et si ce méchant serait mon frère, mon enfant, mon meilleur ami, etc. mon attitude serait-elle la même ?
Bien sûr notre première réaction devant de tels crimes commis, peut être la révolte, la colère. Mais si je me réclame du Christ, je me dois d’être moi-aussi miséricordieuse, sans jugement de la personne tout en jugeant l’acte.
Cela, parfois et même très souvent n’est possible qu’avec l’aide de Dieu. « Demandez et vous recevrez ». Fraternellement.

Par Micheline (Canada) 2 septembre 2016 à 17 h 59 Répondre à ce commentaire

Bonjour Micheline
Connaissez vous la phrase de la chanson des amants meurtriers de lanterneau : "c'est une larme au fond des yeux qui leur valut les cieux"
Ce que je voulais dire c'est que Dieu sait et se fait miséricordieux s'il y a repentir.
s'il n'y a pas de repentir, de conscience du mal accompli, si des innocents meurent massacres dans des conditions monstrueuses et que les bourreaux continuent à œuvrer sans état d'âme
sans qu'on puisse les toucher, les atteindre, que faire ? C'est ce qui tue une deuxième fois les victimes, la non reconnaissance des actes.
Alors à partir de la, je me dis que c'est l'affaire de Dieu et je prie humblement pour que ces victimes vident la haine, c'est un travail, et que dans l'apaisement elles puissent devenir des femmes et des hommes debout pour ne pas répéter un schéma mortifère et destructeur.
A ce titre le texte du jour est édifiant et Dieu donne une réponse.
Bien à vous
Blandine

Par Blandine 2 septembre 2016 à 18 h 22

"Dieu sait et se fait miséricordieux s'il y a repentir."
Personnellement ce n'est pas ce Dieu-là que j'ai rencontré. Celui que j'ai rencontré fait miséricorde même s'il n'y a pas repentir...
Mais peut-être n'est-ce pas le Dieu de Jesus Christ ni d'aucune religion... Peut-être n'est-ce même pas un Dieu... Juste un pauvre con...

Par & 2 septembre 2016 à 19 h 05

Dieu est patient il attendrajusqu'a ce que... Je crois,
Sinon pourquoi se gêner ?
Le Pere de camus disait "un homme ca s'empêche".

Par Blandine 2 septembre 2016 à 19 h 32

Merci pour cette belle confrontation de points de vue, tous aussi enrichissants les uns que les autres. Oserais-je dire que je me sens à l'aise avec chaque argument, car on sent bien que la sincérité est à l'œuvre, avec toute la complexité du vécu et du ressenti de chacun(e). Je reste en tout cas persuadé que Dieu s'adresse jusqu'au bout avec amour à chaque être humain, car nous sommes ses enfants. Il donne l'occasion, j'en suis sûr, même après la mort, à tel ou tel pervers "impardonnable" ou tyran "irrécupérable" qui est enfin à même de comprendre jusqu'à quel point il s'est fourvoyé ou a laissé germer en lui les forces délétères semées par d'autres avant lui. Juger, pour notre Dieu d'amour, ce ne peut être qu'une évaluation bienveillante, c'est-à-dire qui veille à nous montrer où est le bien. Et alors, en pleine connaissance de cause, il restera, pour décider de notre éternité, la liberté, qui demeure jusqu'au bout notre plus cher cadeau et notre responsabilité la plus lourde.
(Micheline, j'ai répondu à votre gentil message hier soir, dans le forum précédent.)

Par Bernard (Bruxelles) 2 septembre 2016 à 19 h 35

Merci beaucoup Bernard, c'est exactement ce que je voulais dire, je suis maladroite et "dure" mais la vie est rude, Je prie chacun de bien vouloir m'en excuser.
Cordialement
Blandine

Par Blandine 2 septembre 2016 à 19 h 53

Non, chère Blandine, ne vous culpabilisez pas, vous avez exprimé humblement les limites du supportable auxquelles nous sommes toutes et tous confrontés, sachant pourtant que Dieu nous demande, dans les Évangiles, de "prier pour ceux qui nous persécutent". Hitler ne m'a pas persécuté personnellement, même si mon père a été pris en otage, en 1944, donc indirectement à cause de lui, mais il en a réchappé, sinon je ne serais pas là pour l'évoquer, étant né en 1947. En l'occurrence, ma prière pour Hitler n'aurait guère de mérite par rapport au cheminement, douloureux entre tous, de celles et ceux qui sont revenus des camps d'extermination et ont dû assister, médusés, à l'émergence de l'Europe "unie" consacrant l'inanité de ce massacre européen et mondial et donc l'absurdité radicale de cette guerre qui avait orchestré le mal absolu. Car au génocide perpétré sans état d'âme contre nos grands frères juifs a répondu l'anéantissement aveugle d'Hiroshima et de Nagasaki, prélude aux exactions de nos grands protecteurs américains au Vietnam, en Amérique latine, en Irak et ailleurs. Et pourtant, il y a eu Maximilen Kolbe, saint entre tous, il y a eu des Martin Gray capables de résilience, il y a notre cœur à toutes et à tous qui saigne quand le mal progresse par l'hypocrisie de Monsanto et autres apprentis OGMagiciens qui préparent le prochain génocide mondial en détruisant sciemment tout l'équilibre écologique de la planète. Prions, oui, prions, ne serait-ce que pour essayer, d'avance, de leur pardonner d'accélérer la fin de notre monde. Ou bien (pour imiter les considérations désabusées et désopilantes à la fois de &), faudra-t-il les remercier de mener plus vite l'humanité à la venue finale du Christ ??

Par Bernard (Bruxelles) 2 septembre 2016 à 20 h 30

Ce jugement de Jésus ( car le Père l'a établi juge et seigneur) a lieu au moment de la mort.
Nul ne nous dit et Jésus non plus n'a pas spécifié qu'il nous donnerait encore la possibilité de choisir son camp ( ce serait à espérer). Il a juste dit de veiller , d'être prêt , qu'il viendrait comme un voleur.
En plus, je lisais dernièrement qu'au dernier jugement, comme nations et peuples , nous aurons à rendre compte de nos prises de positions envers nos frères, ce que nous avons laissé faire par lâcheté et égoïsme. Étre chrétien, c'est exigeant.

Par Suze 2 septembre 2016 à 21 h 05

Cher Bernard, je suis désabusée en effet ce soir sur ce site...
Désabusée qu'il y ait tant de gens qui veuillent sauver le monde, et si peu pour croire et annoncer qu'il est déjà sauvé... Mais peut-être n'ai-je rien compris à la foi catholique... Car, En effet ma connaissance est partielle... Alors peut-être que je ne me rends pas bien compte de ce que je fais...

Par & 2 septembre 2016 à 21 h 31

Le christ est venu sauver le monde mais nous en sommes les ouvriers, c'est pour cela que nos devons contribuer à ce salut. La création est dans les douleurs de l'enfantement, elle n'est pas finie, nous avons nous aussi à participer à sa finitude. Là est notre tâche et notre liberté, car nous avons à choisir ce qui est le "mieux" pour elle.
Merci Bernard de votre réponse, elle me fait du bien, vous comprenez beaucoup.
Cordialement,
Bl.

Par Blandine 3 septembre 2016 à 8 h 45

Sabine
Je suis bien certaine que vos pommes sont excellentes, à la fois savoureuses et douces telles votre message.
Remettez vous vite
Amicalement
Bl.

Par Blandine 3 septembre 2016 à 9 h 26

CE TEXTE EST MAGNIQUE IL N'Y A RIEN AJOUTER MERCI

Par olga D 2 septembre 2016 à 17 h 38 Répondre à ce commentaire

Merci à tous pour vos textes et à Blandine qui est mise en question , je voudrais la remercier pour sa sincérité courageuse .
La vie nous interpelle plus souvent et si nous nous dérobons : silence..langue de bois, bien sûr que c'est plus confortable,
Qui se souvient de l'expression : faites le, ça se fera !
Il ne faut pas mésestimer le témoignage silencieux, continuel, têtu, j'ajouterai souriant envers nous-mêmes également.
Que vous dire d'autre ? je suis encore hospitalisée, dans quelques jours je fêterai mes 85 ans !

Je suis un vieux pommier, mes pommes sont excellentes " Félix Leclerc

Par sabine 2 septembre 2016 à 21 h 04

Sabine
Je vous ai répondu un peu plus haut avant le message de Olga. J'espère que vous pourrez le lire.
Mais j'ai omis le Must : très très heureux anniversaire.
Bl.

Par Blandine 3 septembre 2016 à 9 h 31

Merci Frère Nicolas de nous rappeler que nous devons être des guetteurs pour porter la parole de Dieu à ceux qui ne l'entendent pas. Merci de nous rappeler l'importance de la prière et qu'elle porte le monde. Aujourd'hui, j'invite tous les internautes de Marche dans la Bible à prier pour toutes ses familles qui se retrouvent privées d'emploi suite à l'annonce de la multinationale Carterpillar de licencier environ 10.000 personnes à travers le monde et de fermer sa filiale belge de Gosselies (2200 emplois à la trape) ; en comptant les sous-traitants de cette filiale belge c'est plus de 6000 emplois qui vont être perdus en Wallonie. Demandons au Seigneur que son esprit de partage,de justice et de solidarité souffle sur les décisions des instances politiques et économiques pour rendre espoir à ses familles et lutter contre le profit, la rentabilité et le pouvoir qui accroissent de plus en plus les inégalités au sein de notre monde. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 2 septembre 2016 à 17 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci encore, frère Nicolas pour cette belle méditation poétique, elle nous fait encore réfléchir sur la prière, nous demander quelle est notre attitude devant Dieu.

Le texte d'Ezéchiel nous interpelle, il me semble qu'il nous renvoie à notre responsabilité de chrétiens: "il te sera demandé selon ce que tu auras reçu."

En tant que guetteurs nous pouvons avertir du danger de certains comportements.

Dieu nous donne le discernement nécessaire, il faut oser nous exprimer quand celà permet de faire avancer les situations. Bien sûr, tout en sachant nous remettre en question avec humilité sous le regard du Seigneur.

Lorsque l'homme a conscience qu'il est dans l'erreur et qu'il ne se corrige pas, là est la responsabilité.

Seigneur, guide nos pas de guetteurs au service de Ta Parole. UDP avec chacun de vous.

Par MARIE 2 septembre 2016 à 16 h 28 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas pour cette méditation sur la prière, je vais l'imprimer pour la relire.
Bonne continuation à vous tous.

Par Lalaurie Michèle 2 septembre 2016 à 16 h 18 Répondre à ce commentaire

Ô mon Dieu, ô mon Dieu, le monde court à sa perte! L'homme court à sa perte!
Ouf! Tu as tout sauvé!

Par benêt&naïf ressuscité 2 septembre 2016 à 15 h 47 Répondre à ce commentaire

"Offre-toi à moi, comme mon Fils, et je t’exaucerai. » "
C'est ça, oui, car il n'y a plus rien d'autre à faire...

Par & 2 septembre 2016 à 15 h 34 Répondre à ce commentaire

"Tiens-soi sur les remparts du monde et avec nous fais nombre"
Ce poème que vous nous offrez aujourd'hui, cher Frère Nicolas, vient me rejoindre dans mon quotidien, et avec quelle résonnance ! merci infiniment
Les remparts du monde peuvent être simplement notre terre familiale, combien de fois ai-je été traversée par ce sentiment d'être "un veilleur" au cœur de notre nombreuse famille.
Celle qui tient comme une lampe allumée, qui est porteuse de la mémoire familiale et pas seulement !
Chaque jour, le corps fatigué ou non, la nuit peuplée d'obscurités ou pas, je monte sur ce rempart rejoindre silencieusement Celui à qui je dédie mon amour.
Et là, sur le rempart, devant la lumière qui dissipe les ténèbres, je me tiens, porteuse de cette famille que j'aime... sans jugement sur leurs styles de vie, faisant taire les inquiétudes qui parfois m'habitent comme de lourds papillons de nuit.
Paumes ouvertes, cœur à cœur avec mon Dieu, je joins mes joies et mes larmes à tout ce qui se vit dans le monde, tellement solidaire de toutes les mères du monde...
Quelle joie avons-nous de nous entreporter les uns les autres autour d'un texte offert par un homme appelé par Dieu et qui partage.... merci

Par anne-claire 2 septembre 2016 à 15 h 11 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas pour cette belle méditation! Ah la prière! Je trouvais parfois monotone et en même temps que Dieu ne m'écoute quand je ne fais que la même demande dans ma prière. Si ma prière n'est que demande, je pense que j'ai juste un Père qui n'existe que par ma dépendance. Si ma prière n'est plus une demande, je pense que ma relation avec mon Père serait plus libre. C'est une réflexion d'enfant... J'ai compris depuis que je ne dépends pas de mon père financièrement. Mes rapports avec lui n'étaient plus les mêmes. J'ai compris que c'est par orgueil ou un désir immodéré de liberté que je souhaite me libérer du joug parental. Faire, ma volonté n'est pas toujours synonyme de liberté car je ne maîtrise pas toutes les conséquences de mes actes. Aujourd'hui, j'ai compris qu'avec Dieu la vraie liberté est de faire sa volonté.

Par Gilles 2 septembre 2016 à 15 h 01 Répondre à ce commentaire

Merci pour tous ces très beaux textes. Moi aussi , j'aimerais connaître l'auteur du texte cité par Sophie.
Maintenant, pour le passage du jour, ce qui est en jeu, c'est la crainte et l'espoir, qui vont de pair. Dieu dit juste après : "Je prends plaisir, non à la mort du méchant, mais à sa conversion et à son salut". Je le rapporte à la parole du Christ, dans l'évangile de la brebis égarée : "Il y a plus de joie dans le ciel pour un pêcheur qui se repend, que pour 10 justes qui n'ont pas besoin d'être sauvés". C'est pour contrer notre propension à vouloir rester entre gens "bien" et à regarder de haut les autres. Il n'y a pas de rente de situation auprès de Dieu, et pas de condamnation non plus.
Et puis oui, je suis le gardien de mon frère, dans le sens que je ne peux faire semblant de rien. Certes, je ne peux forcer personne, mais j'ai quand même une responsabilité, celle de parler pour essayer de faire ouvrir les yeux sur le mal commis. Beaucoup de gens se disent "Tant que ça ne me touche pas, ça ne me regarde pas". Cela me rappelle cette histoire symbolique : "Ils sont venus chercher mes voisins juifs, je n'ai rien dit, je n'étais pas juif; puis ils sont venus chercher mon voisin homosexuel, je n'ai rien dit, je n'étais pas homosexuel ; puis ils sont venus chercher....(et ainsi de suite) ; puis ils sont venus me chercher moi, et il n'y avait plus personne pour me défendre" (citation de mémoire).
La loi de la vie est l'entraide. Le jeune africain qui a aidé des personnes à se cacher lors de l'attaque du supermarché l'a bien dit : "Je n'ai fait qu'aider d'autres êtres humains".

Par Antoinette G 2 septembre 2016 à 14 h 35 Répondre à ce commentaire

A votre attention et à celle de Ricardo (6 h 25).

Selon Google, ce cantique : "Nul n'est disciple" émane de la Commission francophone cistercienne (f. Marie et s. Marie-Pierre).

Par Marie-Thérèse L. 2 septembre 2016 à 19 h 37

Merci pour ce commentaire où je m'y retrouve bien. Sentir que d'autres font la même expérience concernant ce que l'on devient au cours des ans, comment la foi peut être chahutée... cela aide...Encore merci et bien unie dans "la prière" !

Par GUERIN Gisèle 2 septembre 2016 à 14 h 30 Répondre à ce commentaire

Le chemin de Dieu ,n'est pas un chemin facile, vue les textes de l'ancien testament, qui pour moi qui sont très dur a suivre a comprendre, mais au fil du temps, en approfondissant les textes, la parole,j'en conclues dans tiré que le meilleur,
car je me dit ma vie n'a pas été un roman à l'eau de rose,mais dans mais souvenir je ne garde que les meilleurs moments en partage. C'est pour cela que je garde dans mon coeur la bonté de Dieu, c'est impossible pour moi de voir un Dieu qui ordonne,
j'ai appris a force de temp ,a voir surtout la patience dans cette grande bonté ,qui est dans la parole du christ, dans ceux chemin de vie que tu nous montre,chacun doit assumer la responsabilité de ses propres actes,même difficile, parfois ,et ne pas rejeté la faute sur l'autre,car le péché est une blessure dans la relation avec Dieu, demandez pardon a ceux que j'ai pu nuire dans mes paroles ou acte,est mettre dans mon coeur de l'amour pour chacun de nous,pour mon prochain, même si tout les jours je suis pas toujours prête a le faire ou l'entendre,alors seigneur être témoin comme tu veux pour devenir ouvrière de la moisson. ..petite serviteurs de la miséricorde

Par Brig 2 septembre 2016 à 14 h 27 Répondre à ce commentaire

Si tu ne parles pas pour avertir le méchant......c,est à toi que je demanderai compte....terrible cette injonction !!!!
J,en aurais presque la chaire de poule....
Que faut il en penser ? Aucun de vous n,en a parlé ...
Je reste sur ma faim....merci de me répondre....

Par Penelope 2 septembre 2016 à 13 h 20 Répondre à ce commentaire

"Si tu ne parles pas pour avertir le méchant......c,est à toi que je demanderai compte....terrible cette injonction !!!!"
terrible! Comme tant d'autres passages de l'ancien testament comme du nouveau d'ailleurs, avec la séparation des brebis des chèvres, être voué à la géhenne,... Il n'y a guère que sur la croix où il n'y a plus d'injection aux hommes mais seulement une pour le Père: "pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font"...
Quand bien même je ne préviendrais pas le méchant alors que je sais pertinemment qu'il est méchant et que je pense que je devrais le prévenir, puis-je réellement savoir la portée de ma parole ou de mon silence, de mon inaction, ou de mon action d'ailleurs?
Et d'abord qui suis-je pour juger mon frère et ses actes? Les raisons qui le poussent à agir comme il le fait? Comment prévenir le méchant sans voir un pauvre caché derrière?
Demande-moi compte si tu veux, Seigneur, mais je pourrais bien en avoir aussi à te demander...alors on va peut-être arrêter de demander compte et mourir ensemble sur le bois de la croix...
PS : souviens-toi de moi quand tu inaugure(ra)s ton règne.

Par & 2 septembre 2016 à 14 h 13

il faut dénoncer le mal, la miséricorde ne nous appartient pas. En revanche se protéger, protéger les siens, marquer ses désaccords, dire et redire, sont des actes de bien.
Le pauvre qui se cache éventuellement derrière le méchant se fera connaitre ou ressentir ; alors il pourra se repentir. si ce n'est pas le cas, alors le reste appartient à Dieu.
L'angélisme visant à prier pour un hitler, Staline ou assimilés est benêt. Leur sort, s'ils en ont un concerne plus grand que nous dans la mesure où ils n'ont rien regretté. On privilégie d'abord et surtout les innocents et très vite pour ne pas se voir perpétrer de generation en generation ce mal qui contamine les uns et les autres, via une frustration, une injustice, un défaut d'écoute. Choisir le bien, c'est toujours condamner le mal avec vigueur et courage. Le non jugement excessif est un idéal qui aboutit à une forme de complicité silencieuse, lâche et qui donne une pseudo bonne conscience qui n'a rien à voir avec la vraie générosité, celle que l'on appelle dans son sens le plus noble : la charité.
En un mot, si quelqu'un est méchant, on lui dit, s'il change, tant mieux, s'il persiste, tant pis pour lui.
Bl.

Par Blandine 2 septembre 2016 à 14 h 34

Franchement, chère Blandine, je trouve vos commentaires souvent très très durs et trop sûrs de ce que vous croyez être le "bien", la "charité", et les "bonnes actions" à accomplir ou les "bonnes choses" à dire... Mais sans doute suis-je trop "benête", eh bien tant pis! Je mourrai dans cet état et vous n'aurez rien à vous reprochez!

Par Isabelle 2 septembre 2016 à 14 h 47

Je suis dure Brigitte en disant que je ne prie pas pour hitler ou Staline mais que mes pensées vont aux innocents assassines ? Je suis dure en disant qu'il est facile de ne pas juger quand nous ne sommes pas concernés par des horreurs et que Dieu seul sonde les cœurs ? J'ai choisi le camp des victimes, j'ai choisi de les aider, j'ai choisi de les faire cheminer vers du beau, du bien, en abandonnant les encombrements, les méchancetés, les rancœurs qu'ils pourraient développer dans une acceptation visant à refouler leur statut de victime.
Le Christ a dit "pardonne leur Pere..." Mais il etait le Christ. Moi je ne suis qu'une petite poussière avec ses manques, ses chagrins, ses encombrements... Mais je suis certaine d'être au moins sincère et je suis aussi certaine que le Bon Dieu sait et qu'il me pardonne mes "duretés". Lui seul saura faire avec les vrais méchants.
Pardon Brigitte, mais je n'ai aucune sympathie pour les cruels, les bourreaux, les pervers etc... Et ils font foison.
Et oui, je ne prie pas pour eux, mais j'ai une compassion infinie pour celles et ceux à qui ils ont fait du mal et qui sont rarement reconnus dans un statut de pauvres parmi les pauvres.
Je crois que le monde irait beaucoup mieux si on prenait à bras le corps tous ces gens misérables soumis à des horreurs contre lesquelles ils ne peuvent pas lutter et qu'on a lamentablement abandonnés.
Le mot benêt n'est pas méchant, simplement il signifie une naïveté qui atteint des sommets alors que la lucidité, le réalisme, la force veulent une révolte unanime face à un monde malade de sa démesure.

Par Blandine 2 septembre 2016 à 15 h 04

Merci !
Catherine

Par Lauber Catherine 2 septembre 2016 à 12 h 04 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas pour votre méditation sous forme de poème, j'aime beaucoup. Et le contraste, la vie en réalité: la joie de la naissance, la douleur d'un décès!
Je vous ai lu juste avant de regarder "la une" de la presse: le chaos au Gabon, et il y a une photo vraiment terrible, d'un homme en prière, à genoux, les bras levés au ciel, tenant un chapelet, le visage en larmes. Quel choc! J'en suis bouleversée, quelle chance nous avons d'être dans un pays relativement paisible.
Puis, continuant ma lecture, plus loin, un article sur l'électronique: la réalité virtuelle...formidable, et de penser bien sûr, qu'à
Noël, ça va cartonner!! Noël=cadeau?????
Nous faisons à peine la rentrée!!! Le monde marche sur la tête?? Je suis si choquée que j'ai voulu le partager. Le progrès est bon, mais jusqu'à quel point?
La prière porte le monde et chacun de ses habitants: alors soyons vraiment des guetteurs, des veilleurs.
Seigneur entends-tu et vois-tu tout ce qui se passe sur la terre? Je veux garder confiance en Toi, car Tu es miséricordieux et fidèle.
Pardon pour la longueur de mon commentaire, mais je suis si touchée ce jour! Bonne journée à tous malgré tout.

Par monette 2 septembre 2016 à 11 h 58 Répondre à ce commentaire

toujours plus loin, toujours plus haut, gravir la montagne sur des sentiers raides, tombant parfois à genoux, exténuée, assoiffée ou en pente douce, le sourire aux lèvres, en chantant, le regard toujours fixé sur Dieu, dès l'aube, avec comme boussole Jésus et Marie, tout en
semant;
là où il y a de la bonne terre, des fleurs écloront; c'est Dieu qui fait pousser

Par Antoinette 2 septembre 2016 à 11 h 46 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Nicolas, nous avons tous besoin de la prière et surtout de prier pour les autres, pour tous se qui se passe dans ce monde révolté par la violence. Mon souhait quand je parle au Seigneur, c'est de lui dire d'arrêter tout cela, de dire aux hommes de s'aimer les uns les autres, mais eux n'entendent pas, le monde est sourd.

Encore merci Frère Nicolas.
Anne Marie

Par anne marie 2 septembre 2016 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

Bon alors si je comprends bien le texte, je dis au méchant qu'il est méchant et que sa conduite est épouvantable... Ok, mais si le méchant ne change pas, ne reconnaît pas et qu'il continue... Qu'est ce que je fais ? Je persévère ? Je m'use à essayer de changer de qui est verrouillé, figé ?
Pas évident.
Ceci dit avec un peu de malice, je trouve la méditation bien elle, "offre toi à moi et je t'exaucerai", lâcher prise, se laisser aller, mon Dieu, comme c'est difficile ? Comment fait on ?
Dieu paraît si lointain, si absent, si silencieux... Alors me rétorquerez vous, c'est moi qui n'entend rien, ne voit rien... Peut être mais en attendant, comment je fais pour entendre ?
Tout parait si simple pour les croyants alors que tout est si compliqué en realite.

Par Blandine 2 septembre 2016 à 11 h 12 Répondre à ce commentaire

C'est beaucoup plus facile si je diminue pour laisser une plus grande place au Seigneur.Si on sait s'oublier, nos problèmes sont presque inaudibles et c'est Jésus en moi qui guérit et qui marche avec moi. La route du Seigneur est la plus belle.

Par acsaljen 2 septembre 2016 à 12 h 21

C'est magnifique! En vers! Merci !

Par anne-marie chapus 2 septembre 2016 à 11 h 09 Répondre à ce commentaire

merci frère nicolas de vos phrases courtes, simples et claires qui nous aident à méditer

Par dufour isabelle 2 septembre 2016 à 10 h 54 Répondre à ce commentaire

En ces temps où nos coeurs pleurent la mort tragique de nitre jeune frère Philippe, que pouvons-nous d'autre que de tomber à genoux et prier pour lui, avec lui? Merci frère Nicolas de nous conduire si simplement et si profondément vers la prière, pour moi bien difficile.

Par Brigitte 2 septembre 2016 à 10 h 38 Répondre à ce commentaire

Je pense bien a vous Brigitte, dans ma prière de la miséricorde, pour votre frère Philippe, courage, fraternellement brig

Par Brig 2 septembre 2016 à 14 h 42

Merci à vous frère Nicolas pour ces trés belles mèditations sur la prière et à vous tous les internautes.
Je vous lis tous les jours et cela m'aide beaucoup.

Seigneur aide moi àêtre à l'écoute et augmente ma foi.

Françoise

Par Françoise 2 septembre 2016 à 10 h 13 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas pour cette méditation;gràce à Dieu et à toi,nous savons que nous ne sommes pas seuls.Nous avançons ensemble dans les joies et les peines.Bonne journée à tous.

Par CHAPELL 2 septembre 2016 à 10 h 11 Répondre à ce commentaire

Juste merci pour cette méditation. Je viens de réaliser que je remercie Dieu non seulement de me faire miséricorde mais aussi de faire miséricorde à ceux que j'aime, ceux qui m'entourent, ceux que je ne connais pas mais que je rencontrerai et aimerai quand je serai au Royaume de Dieu. C'est important car comment serions-nous heureux si les autres ne le sont pas ?

Par Marie Hautefort 2 septembre 2016 à 10 h 06 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas tu t'es acquitté d'une mission que le Seigneur t'a confié. Nous renforcé dans nos désirs d'être toujours à l'écoute de Dieu dans la prière et d'être à notre tour des guetteurs.

Par Boniface 2 septembre 2016 à 9 h 45 Répondre à ce commentaire

"Ta prière porte le monde et chacun de ses habitants".
A la fois espoir suscité par cette méditation et désespoir en écho à certains commentaires que je rejoins.
En effet, je ressens moi aussi autour de moi non seulement l'indifférence face à la transmission de la foi chrétienne mais aussi la perte du sens du religieux, outre les fanatismes divers et variés de notre temps. La perte du sens du religieux en tant que fait d'être relié à plus grand que soi, à un Créateur, qui plus est dans notre religion Créateur et Père aimant.
Pour ma part, je perds mes repères dans cette société et cela m'empêche d'être ce que je suis.

Par Sonia 2 septembre 2016 à 9 h 38 Répondre à ce commentaire

"Car ta prière porte le monde et chacun de ses habitants.
Si tu manques à ton poste, qui sera ton remplaçant ?"
Personne, parce que je suis unique.
Mais moi je ne porte pas grand chose, tout au plus puis-je supporter...
Et si je quitte mon poste, c'est moi qui aurait dû mal à supporter le monde et à vivre dans le monde...

Par & 2 septembre 2016 à 9 h 31 Répondre à ce commentaire

Si je devais retenir qu'une seule chose, révélatrice pour moi:
"Avec moi, tu traverseras les épreuves de la croix"

Par catherine 2 septembre 2016 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

"Si tu manques à ton poste, qui sera ton remplaçant ?
Si tu ne m'écoutes pas, comment pourras-tu leur parler ?
Offre-toi à moi comme mon Fils"
Seigneur, je m'offre à toi. Garde-moi tout près de Toi tout au long de cette journée, que je vive chaque moment de joie ou d'angoisse avec Toi. Voilà mon plus cher désir.
Merci à chacun des internautes pour les commentaires et à fr Nicolas pour ces deux dernières méditations qui m'ont particulièrement touchée.
Bonne journée à tous

Par Alice S 2 septembre 2016 à 9 h 10 Répondre à ce commentaire

merci, merci, merci... au moins trois fois merci. à Ezechiel pour être guetteur, merci à frère Nicolas pour éveiller notre prière si doucement et merci pour vos si beaux commentaires à vous amis priants. voilà une communauté bien étrange, juste un prénom, un poème et pas de visages.

Par paumier 2 septembre 2016 à 9 h 06 Répondre à ce commentaire

Tout simplement merci de vos mots qui touchent le cœur.

Par Annie 2 septembre 2016 à 8 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci
Le texte simple et limpide est très imprégné de l'amour pour Dieu et les hommes

Par Micheline 2 septembre 2016 à 8 h 48 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas pour cette belle poésie, elle m'a profondément touchée car elle correspond à ce que je suis en ce moment. j'ai quitté la chaine des guetteurs par chagrin, mais vous avez raison la prière doit être plus forte. Que le Seigneur vous bénisse

Par Dauphin Chantal 2 septembre 2016 à 8 h 44 Répondre à ce commentaire

Avec moi , tu traverseras les épreuves de la croix.
Et les joies ne te conduirons plus jamais loin de moi ...

Magnifique témoignage , c'est vrai que les événements de la vie au quotidien , joies ou peines nous donnent des leçons et quand Dieu est présent , il nous renvoie vers l'essentiel .....
Que le seigneur m'aide à porter ma croix quotidienne et que je rendre grâce pour tous les petits bonheurs .....

AMEN

Par Ninine 2 septembre 2016 à 8 h 43 Répondre à ce commentaire

La toute récente naissance en tant que grand mère m'a élargi le cœur comme une bombe, que le Seigneur en soit loué ! Aide moi Seigneur à continuer à être présente près des mourants et leurs familles pour être guetteur de ta parole d'espérance et que leurs larmes te soient un don de partage de ta croix pour la paix,Sophie

Par Sophie 2 septembre 2016 à 8 h 28 Répondre à ce commentaire

Votre poétique méditation, Frère Nicolas , est remplie d'un Souffle qui touche mon Coeur.
Merci pour votre prière de guetteur .
Louanges à Toi , Seigneur.

Par Nicole.B 2 septembre 2016 à 8 h 24 Répondre à ce commentaire

Que de moment vivants évoqués, contemporains, vécus ou non au quotidien.
Merci pour cette formulation verbale et poétique.

Par SYLVESTRE14 2 septembre 2016 à 8 h 18 Répondre à ce commentaire

"Que ta prière porte le monde" Qui Seigneur, dans mon petit monde, ma famille, (4 soeurs, un frère, 13 neveux et nièces), je suis la seule restée dans l'église. Pendant les vacances on était nombreux à table et ils respectent la silence de ma prière avant les repas, comme on avait l'habitude de le faire, mais ne me joignent pas. C'était comme un petit pique dans mon coeur, malgré les merveilleux moments ensemble. Oui, si je ne continue pas à prier, "qui sera ton remplaçant ". Donne moi la force Seigneur de continuer, que la grâce de ton amour renaît dans leurs coeurs, sans oublier le grand monde, qui en a tant besoin! Merci frère Nicolas de me rappeler de rester guetteur et de garder ma lampe allumer ! En union de prière,
Jacqueline Maxime

Par Jacqueline 2 septembre 2016 à 7 h 57 Répondre à ce commentaire

Que se passe-t-il ? Nous sommes nombreux, je pense, à vivre des situations semblables, à peu de choses près...Nous sommes nombreux à être témoins et acteurs en même temps dans un monde qui fut "chrétien"" et qui ne l'est plus. Sans doute notre civilisation quitte ses références spirituelles, nous sommes pris dans un mouvement général de déshumanisation...J'écris sans doute dans une vision pessimiste des événements. Mais le sans doute est de trop. Dans le respect qui vous entoure Jacqueline quand vous manifestez votre foi, on peut lire aussi bien une communion spirituelle qui ne sait pas se dire, peut-être par un excès de pudeur sur les sentiments de l'âme, peut-être parce que l'église (au sens large, vous et moi y compris) n'a pas su aller aux confins de notre temps

Par Michel (occitanie) 2 septembre 2016 à 8 h 47

Chère Jacqueline,
Michel a eu les mots justes pour vous encourager à relativiser les attitudes apparemment distantes qui vous blessent. Je souhaite moi aussi que vous puissiez comprendre le malaise que peuvent susciter nos gestes de croyants dans un monde pour qui des attitudes priantes peuvent être interprétées comme des incantations superstitieuses. Mais il faut percevoir le positif dans cette forme d'accueil respectueux à votre prière : le fait de ne pas intervenir, de ne pas vous critiquer, est déjà l'amorce d'une possible connivence dans le questionnement qui nous habite toutes et tous.
Mon épouse n'a pas suivi mon retour au sein de l'Église après une épreuve de deuil, mais si elle se sent en porte-à-faux par rapport à tous les rites catholiques, elle a des initiatives de solidarité qui m'émerveillent, et c'est pour moi une leçon permanente. Je vous invite vous aussi, si c'est possible, à vous réjouir avec vos proches du bien qu'ils accomplissent, quel que soit leur cheminement spirituel.
Dans l'accompagnement des familles endeuillées que j'assume dans ma paroisse, je rencontre le plus souvent des non-croyants se sentant "obligés" de se rallier à un rituel chrétien parce que la personne défunte le souhaitait, alors qu'eux-mêmes ne comprennent pas cette démarche de foi. Je cherche à rencontrer ces personnes dans leur désarroi, leurs doutes, leurs révoltes, leur indifférence, et cette empathie est bien sûr facilitée du fait que j'ai vécu longtemps à distance de l'Église, après une enfance toute baignée dans les "certitudes d'en haut". En proposant, par exemple, des textes "profanes", profondément humains et empreints de bienveillance, en remplacement de lectures "pieuses" qui leur sont indigestes, je fais un bout de chemin avec ces personnes qui me manifestent alors, soit dit en passant, une vive reconnaissance. Dieu merci, ma paroisse est ouverte à cet esprit de partage, et le célébrant ne brandit pas le lectionnaire officiel pour fustiger cette démarche.
Oui, décidément, c'est une grâce d'être en pays de mission au sein de ses proches, ne serait-ce que pour ne jamais s'installer tranquillement dans une foi ronronnante... Très cordialement à vous, chère Jacqueline, et à celles et ceux qui partagent les réflexions de ce forum, avec l'éclairage ô combien apprécié de Frère Nicolas. Comme souvent, le texte biblique qui inspire cette belle prière suscite des réactions en sens divers, et je reste tout aussi sensible aux interrogations de Blandine, & et autres internautes parfois très déroutés par les lectures proposées. Bienvenue au club !

Par Bernard (Bruxelles) 2 septembre 2016 à 17 h 01

Génial ! Merci.

Par Jean-Paul 2 septembre 2016 à 7 h 57 Répondre à ce commentaire

Simplement un grand merci frère, Kat

Par Kat namur 2 septembre 2016 à 7 h 35 Répondre à ce commentaire

Assidue à l écoute du texte de méditation , celui de ce jour m'a particulièrement touché...Il me parle . Simple, mais profond j'apprécie beaucoup

Par Catherine Thery 2 septembre 2016 à 7 h 18 Répondre à ce commentaire

Merci

Par Marie-Cécile 2 septembre 2016 à 7 h 09 Répondre à ce commentaire

C'était au début de l'été, un matin avant l'aube, en montagne. Mon rempart était un muret surplombant un grand jardin. Devant moi, la vallée s'ouvrait, dominée par une crête rocheuse. La lune immense et pleine, reflétait déjà la splendeur du soleil dont j'attendais les premières lueurs. Tout dormait encore, dans le calme immobile du point du jour.

Assise sur le muret, le cœur plein de questions, je parlais à Dieu. J'ai longtemps cru que la prière était demande, elle est offrande. Et c'était bien ce que je faisais là.
"Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore, attend le Seigneur Israël." C'est alors que les mots de ce psaume me sont revenus, et c'était comme si je les entendais pour la première fois. J'étais ce veilleur qui guette l'aurore, ce veilleur qui attendait le Seigneur.

Les premiers rayons ont habillé de rose et d'or le sommet de la crête et l'aube s'est faite chant, s'est faite louange. Les oiseaux semblaient se joindre à celle qui montait dans mon cœur. L'instant était prière sans mot. Une joie avec Dieu. Tout semblait ne faire qu'un, la prière et la lumière, la beauté et la joie.
La cloche de l'église a sonné Vigiles et j'ai laissé mon rempart pour ses pierres. La prière qui montait dans sa pénombre aussi n'était qu'une avec celle qui encore m'emplissait. Portait-elle le monde? Je ne sais pas, mais elle s'unissait à lui. A la réflexion, peut-être bien que oui.

Merci fr. Nicolas, pour ce texte magnifique. Merci Sabine, merci Gilles. L'aube point alors que j'écris ces mots. Que nos prières à tous se mêlent à sa lumière ce matin.

Par Audrey 2 septembre 2016 à 7 h 00 Répondre à ce commentaire

c'est exactement ce que je resens ce matin au jour qui se lève

Par pascal 2 septembre 2016 à 7 h 20

Chère Audrey,

Heureuse de vous lire ! C'est vraiment sublime et lumineux !
Merci pour la profondeur de cette méditation qui m'ouvre à de vastes horizons. Dieu est bien présent dans la beauté de la nature.

Par Lise 2 septembre 2016 à 8 h 34

donne moi Seigneur un coeur qui écoute et qui avec ta grâce me permettra de répéter ce que tu dis pour le bien
de tous.
Donne moi l'humilité et affermis ma foi.

Par andre fourmanoir 2 septembre 2016 à 6 h 51 Répondre à ce commentaire

Seigneur, maintenant que je suis vieux
Seigneur, maintenant que je suis vieux
Tu as fait de moi un guetteur de l'ombre
Je lève mes ailes comme je peux
Le soir se couvre d'un velours sombre
Je me tiens sur les remparts du monde
et avec tant d'autres je fais nombre.

Car ta prière porte le monde et chacun de ses habitants.

Par Gillles 2 septembre 2016 à 6 h 32 Répondre à ce commentaire

Merci Gilles pour cette magnifique prière. je la garderai précieusement.

Par Lise 2 septembre 2016 à 8 h 38

C'est simple et c'est très beau tout ce que j'aime dans votre prière. .brig

Par Brig 2 septembre 2016 à 14 h 54

Merci pour ce texte magnifique qui me permet de commencer cette journée parfaitement bien.

Par JPierre Counet 2 septembre 2016 à 6 h 28 Répondre à ce commentaire

magnifique

Par Agnès Bigot 2 septembre 2016 à 6 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce si beau texte, il va éclairer et guider ma prière d'aujourd'hui, votre texte a fait monter en moi le chant nul n'est disciple. A mon tour je vous en livre le texte pour le partager avec vous.

"Nul n’est disciple
Hormis le serviteur.
Nul n’est lumière
Sans l’amour indicible
Qui, dans le frère,
Découvre le Seigneur.

Nul ne console
A moins d’avoir souffert.
Nul ne témoigne,
S’il ne vit la Parole
Où l’homme gagne
Sa joie, quand il se perd.

Nul n’est tendresse
A moins d’être blessé.
Nul ne pardonne
S’il n’a vu sa faiblesse,
Qui l’abandonne
Aux mains du Transpercé.

Nul ne partage,
S’il n’a donné son tout.
Nul ne peut dire
La folie du message,
S’il ne se livre
Lui-même jusqu’au bout.
Nul n’est semence
A moins d’être semeur:
Point de récolte
Sans le temps du silence,
Car tout apôtre
Devient le grain qui meurt."

Soyez béni, belle journée à vous

Par Sophie 2 septembre 2016 à 6 h 01 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation, Frère Nicolas,
et merci à Sophie pour ce très beau texte: Nul n'est disciple.
De qui est-il?
Merci
Ces deux textes vont ensoleiller ma journée

Par Ricardo 2 septembre 2016 à 6 h 25
voir tous les commentaires