Ezéchiel

« Mon troupeau erre sur les Montagnes. » Ezéquiel 34,7

Les pasteurs d'Israël

Ézéchiel 34, 1-7

La parole du Seigneur me fut adressée à moi, Ézéchiel, en ces termes :
« Fils d'homme, prophétise contre les pasteurs d'Israël, prophétise. Tu leur diras : Pasteurs, ainsi parle le Seigneur. Malheur aux pasteurs d'Israël qui se paissent eux-mêmes. Les pasteurs ne doivent-ils pas paître le troupeau ?
Vous vous êtes nourris de lait, vous vous êtes vêtus de laine, vous avez sacrifié les brebis les plus grasses, mais vous n'avez pas fait paître le troupeau. Vous n'avez pas fortifié les brebis chétives, soigné celle qui était malade, pansé celle qui était blessée. Vous n'avez pas ramené celle qui s'égarait, cherché celle qui était perdue.
Mais vous les avez régies avec violence et dureté. Elles se sont dispersées, faute de pasteur, pour devenir la proie de toute bête sauvage ; elles se sont dispersées. Mon troupeau erre sur toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées, mon troupeau est dispersé sur toute la surface du pays, nul ne s'en occupe et nul ne se met à sa recherche. »

Méditation

précédente suivante

Gardiens de la fraternité

Cette prophétie d’Ézéchiel est comme le négatif de la parabole de la brebis perdue* dans laquelle Jésus parle de la joie qu’il y a à retrouver la brebis perdue tout en laissant les 99 autres le temps de la chercher. Mais chez Ézéchiel, les mots sont durs. C’est une prophétie « contre » : contre l’abandon, contre l’immobilisme et l’encroûtement. Ce qui est reproché aux pasteurs, c’est de ne s’être pas déplacés pour aller près de la brebis isolée, en train de s’éloigner du troupeau. Le pape François invite souvent les pasteurs à « sentir (la même odeur que) le troupeau ».
Il pourrait être tentant pour le laïc de ne pas se sentir concerné : c’est après tout le rôle des pasteurs que de paître le troupeau, n’est-ce pas ? Mais le « bien commun », le bien du troupeau, c’est aussi mon bien, ma responsabilité, avant d’être celle des autres.
Nous sommes donc aussi invités à veiller les uns sur les autres.
Rappelons-nous la parole terrible de Caïn, plein de défi quand il lance à Dieu : « Suis-je le gardien de mon frère ? ».**
Nous ne sommes pas appelés à veiller sur le troupeau comme des surveillants qui épient les faits et gestes de leur prochain. Même Dieu ne veille pas sur nous de la sorte. Mais peut-être sommes-nous appelés à veiller sur le lien qui nous unit, à être non pas « gardiens de nos frères », mais « gardiens de la fraternité » qui nous lie. Si le troupeau se disperse, il ne peut aller nulle part : alors plutôt que d’attendre qu’« on » le rassemble, il faut y prendre sa part : tout simplement en veillant sur notre bien commun, la fraternité, notre solidarité en humanité.

*Lc 15,4-7
**Gn 4,9
Méditation enregistrée dans les studios d'Alsace Média


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

85 commentaires

Il me vaut l'honneur de lire votre texte. Je trouve qu'il parait un peu menaçant pour les Bergers qui ont fait mauvais usage de leur vocation et négligent leur responsabilité. Il était réellement bénéfic

Par Max Marmontel 27 janvier 2019 à 19 h 26 Répondre à ce commentaire

Bonjour

Je suis très ravie de pouvoir vous lire votre mail , je me présente Salutation Je suis SONIA Bardiau , chrétienne née le 25 Février 1946 de la France. J'ai le cœur serin vu que je suis touchée par une maladie. Selon mon Docteur, une boule de sang s'est installée dans mon cerveau et est à un niveau très avancé. Bien sûre que je ne vous connais pas, mais après une longue réflexion et à travers mes prières, j'ai pris cette décision de vous contacter. Je veux mettre à votre disposition une somme de
2.025.000 Euros que je vous offre pour réaliser un projet qui consiste à aider les enfants de la rue, les orphelins et les gens qui sont dans le grand besoin. Car ce sont nos œuvres qui resteront quand tombera sur nous, le rideau de la mort.

En mourant nous n'emportons aucun bien matériel avec nous. Les prières et la foi valent beaucoup plus que l'or. Le destin m'oriente vers vous, ce n'est pas un simple hasard. Votre destin n'est il pas ainsi tracé par le seigneur? Toutefois, je comprendrais votre étonnement quant à ma façon de procéder. Je vous prie donc d'accepter cet offre que je veux mettre gracieusement à votre disposition contre votre prière pour moi et fait profiter les autres autour de vous. J'aimerais surtout que vous me répondiez car c'est la boite que je consulte le plus souvent et qui me donne l'espoir de continuer à vivre et à retrouver le sourire qui s'est détalé de moi. Alors, si vous êtes d'accord j'attends donc votre réponse à mon message.

Par SONIA Bardiau 18 décembre 2018 à 13 h 17 Répondre à ce commentaire

J ai lu plusieurs fois ce texte mais je n' avais pas réalisé que j'avais, moi aussi, une grande responsabilité vis à vis de mes frères.
Vous m'avez ouvert les yeux. Merci.

Par chabert gilda chabert- 24 février 2018 à 20 h 48 Répondre à ce commentaire

Frère Marie Augustin
Comment vous dire merci pour vos méditations
Je ne connaissais presque rien à l'ancien testament; trouvant qu'il y avait assez à faire avec le nouveau
Et puis, il ne m'inspirait pas
Là, oui, je suis concernée
C'est très important
Que Dieu vous bénisse
JiDé

Par DELEAU Jeannine 25 septembre 2017 à 10 h 35 Répondre à ce commentaire

Oui, cher Frère Marie-Augustin, nous sommes responsables les uns des autres; nous ne pouvons pas vivre que pour soi. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ce qui se passe autour de nous, près de nous.
Laisser le frère se détourner du bon chemin sans réagir, sans lui tendre la main, sachant qu'il risque de se perdre. Nous devons tous être des pasteurs en quête de la brebis qui s'éloigne du troupeau. La ramener avec douceur, la soigner, la panser si elle s'est blessée...
Nous sentir solidaires, responsables les uns des autres.
Nous sommes tous, fils du même Père, donc frères, comment ne pas se sentir liés les uns aux autres. Nous sommes membres d'un seul corps.
Saint Paul nous dit : " Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui?; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui.
Vous êtes le corps de Christ et vous êtes ses membres, chacun pour sa part".
Nous sommes responsables les uns des autres. Dieu ne fait pas de différence, chacun de nous est unique à ses yeux.
Garde-nous Seigneur, de ne jamais réagir comme Caïn; mais au contraire, fais de nous des hommes et des femmes responsables, soucieux du bien-être de notre prochain.
Que notre coeur soit sensible à toute souffrance, à toute détresse. Que la prière nous unisse, nous lie, nous rende responsables les uns des autres sous le regard bien veillant du Seigneur.

Par Marie Jeanne 24 septembre 2017 à 23 h 13 Répondre à ce commentaire

Merci a notre Dame de Beauraing,écouter les prières de tout nos frères et soeurs en prière, pour la guérison de tout ceux qui souffre par le monde,
merci de prier pour moi,aussi pour nous touse,réunis comme une grande familles,l'union d'un coeur douloureux du christ,
je vous et laissez un petit mots pour chacun, en lisant tout vos commentaires, sur l'autre page,je ne trouve pas assez de mots pour vous remercier, je vous garde touse dans mon coeur, que Dieu vous bénisse

Par brig 24 septembre 2017 à 22 h 08 Répondre à ce commentaire

Assurance de prières pour notre Brig, si courageuse et si forte ;Notre Dame de Beauraing (Belgique), sois à ses côtés dans son combat.
I. Virginie

Par I.Virginie 24 septembre 2017 à 20 h 55 Répondre à ce commentaire

A toi ma chère petite soeur Brig, ce texte que tu aurais pu écrire, tellement ressemblant à ce que tu vis.
J'aime ta foi, ta confiance en ce Dieu auquel tu t'es donnée quoiqu'il puisse t'arriver.
Marcheurs dans le Bible, nous sommes tous avec toi.
Que le Seigneur te bénisse !

J'ai tout remis entre tes mains :
ce qui m'accable et qui me peine,
ce qui m'angoisse et qui me gêne,
et le souci du lendemain.
J'ai tout remis entre tes mains.

J'ai tout remis entre tes mains :
le lourd fardeau traîné naguère,
ce que je pleure, ce que j'espère,
et le pourquoi de mon destin.
J'ai tout remis entre tes mains.

J'ai tout remis entre tes mains :
que ce soit la joie, la tristesse,
la pauvreté ou la richesse,
et tout ce qu'à ce jour j'ai craint.
J'ai tout remis entre tes mains.

J'ai tout remis entre tes mains :
que ce soit la mort ou la vie,
la santé ou la maladie,
le commencement ou la fin.
J'ai tout remis entre tes mains.

Marie Henrioud

Par Marie Jeanne 24 septembre 2017 à 20 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci ma petite soeur, dans cet belle prière, si précieuses pour moi,bien fraternellement

Par brig 24 septembre 2017 à 22 h 11

Chère Antoinette, 8 h 37
« Je ne peux atteindre la profondeur de certains partages, mais je ne pense pas faire "un simple habillage de mots autour d'un thème". C'est important pour moi de réfléchir à la place effective de la foi dans ma vie, à sa traduction concrète dans mon comportement. «
Je suis comme vous, et je pense comme d’autres internautes, je ne saisis pas toujours la pensée exprimée par certain. Cela fait partie de notre vécu et de notre besoin du moment. L’important c’est, comme vous le dite, de s’enrichir mutuellement pour notre avancement spirituel selon le plan du Père pour chacun de nous.
S.V.P. continuer à nous partager vos commentaires, ils sont précieux.

Par micheline (Canada) 24 septembre 2017 à 13 h 10 Répondre à ce commentaire

Très chère petite sœur Brig,
Je viens de lire vos commentaires. Comment ne pas être évangélisée par votre abandon absolu dans la volonté du Seigneur, tout en gardant votre goût de vivre. Je connais bien la vie de Padre Pio, ce saint homme. Merci pour la prière que vous nous avez transmise. Je la réciterai à tous les jours en union avec vos amies parties prier Padre Pio pour votre guérison et celle de tous les malades. Je rends grâce au Seigneur pour votre sérénité et la richesse de votre spiritualité. Au plaisir de partager avec vous nos commentaires sur ce site pour encore très longtemps.

Par micheline (Canada) 24 septembre 2017 à 13 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci ma chère Micheline, il y a quelques années que nous cheminons ensemble sur les chemins de la foi, qui pour moi une immense joie de pouvoir échangé, et être éclairé par tout c'est commentaires, méditation si riche, pour moi,un soutien pour chacun de nous,j'espère pouvoir rester avec vous touse,si ma santé me le permet encore c'est aussi grâce a toute vos prières, de tout mais frères et soeurs du site,je vous porte moi aussi dans moi coeur et dans ma simple petit prière, je me permet de vous embrassé bien fraternellement

Par brig 24 septembre 2017 à 22 h 34

Je suis heureuse d`inrichir ma vie spirituelles avec ces textes je vous en remercie

Par Inés Fonseca Merino 23 septembre 2017 à 17 h 20 Répondre à ce commentaire

MERCI DE BIEN VOULOIR NOTER MA NOUVELLE ADRESS MAIL (ci-dessus)
urgent svpl;

Cordialement NICOLE LEININGER

Par LEININGER Nicole 23 septembre 2017 à 16 h 44 Répondre à ce commentaire

Suite

Mon Padre,de votre prière, comme d'une source toujours vive,surgisait la charité, l'amour qu'il avait dans son coeur, et qu'il transmettait aux autres était plein de tendresse, toujours attentif aux situations réelles des personnes et des familles, il privilégié le coeur du christ spécialement enversles malades et souffrant, invoquez son intercession aujourd'hui pour qu'il nous obtienne du seigneur la lumière et la force dont nous avons touse besoin pour poursuivre sa mission imprégné de l'amour de Dieu et de charité fraternelle. ..
Prière
O jésus, plein de grâce et de miséricorde, victime pour les pêcheurs qui pour l'amour de nos âmes voulu mourir sur la croix
je te prie humblement par l'intercession de ton serviteur saint Pio de Pietrelcina qui en participant généreusement à tes souffrance, t'aime d'un grand amour et se prodigua sans compterpour la gloire de ton père et pour le bien des âmes,
je te supplie donc,de bien vouloir m'accorder par son intercession la grâce de notre guérison a touse,physiquement ou moralement, que je désire ardemment, jésus j'ai confiance en toi,Amen

notre Père. ..nous te prions a nous qui sommes associés aux souffrances du christ, accorde la joie de parvenir à la gloire de sa résurrection lui qui règne avec toi et le st esprit. .
"Le juste trouveras dans le seigneur sa joie et son refuge,et tous les hommes, au coeur droit leur fierté "...Fraternellement

Par brig 23 septembre 2017 à 16 h 39 Répondre à ce commentaire

Bonsoir Chère Brig
Je vous ai laissé un petit message sous votre 1er commentaire(18h44). Marie- Agnès.

Par Marie- Agnès 23 septembre 2017 à 18 h 55

Je me suis remis à lire la Bible après des années d'interruption.. De tous les prophètes celui qui m'émeut le plus - et dont autrefois je n'avais pas bien saisi le sens de ses paroles - est Ezechiel, le prophète de l'Exil.. Celui qui dénonce avec le plus de virulence les turpitudes du monde du pouvoir malsain, de l'argent qui tue, de l'individualisme.. Paroles dures, mais ô combien vraies et fondamentales.. pour hier comme pour aujourd'hui.. Merci pour votre méditation, Frère.

Par Philippe J 23 septembre 2017 à 16 h 10 Répondre à ce commentaire

Bonjours a vous en ce beau jour pour la fête de st pio de pietrelcina,a san giovanni de rotondo italy

Ma petite histoire avec ce padre qui me suis comme mon ange gardien, a la mort de maman qui aimait beaucoup le padre,sachant quel été gravement malade, a 36ans,moi j'avais 5ans,elle me confia a ce saint père, pour qu'il veille sur notre famille, tout spécialement pour cet petite fille, oui il fait partie de ma vie, pour ceux qu'il ne le connais pas,mais amie sont parti,en ce moment sur les lieux de sainteté que j'affectionne tant ,pour prié et intercedez pour nous touse,par sa prière de guérison merci mon St padre pio cher a mon coeur ...

Par brig 23 septembre 2017 à 16 h 08 Répondre à ce commentaire

Bonsoir Chère Brig

Je suis très heureuse de vous revoir sur le site et j'en remercie infiniment notre Seigneur. Je n'écris pas souvent car je ne sais pas trop bien m'exprimer mais soyez toujours assurée de mes pensées et prières pour vous et votre mari.
Justement ce matin à la petite messe nous avons prié pour ce Père.
Que notre Seigneur vous bénisse et vous garde. Je me permets de vous embrasser bien affectueusement. Marie- Agnès.

Par Marie- Agnès 23 septembre 2017 à 18 h 44

De tout coeur avec vous dans la prière, merci a vous Marie -Agnès, pour votre soutien, bien amicalement

Par brig 25 septembre 2017 à 19 h 00

Nous sommes envoyés en "mission" ...
Quelle est cette mission ?
Veiller sur nos frères, sur le prochain.... que nous devons aimer comme nous même !
Oui c'est très bien....mais dans la vie de chaque jour, il est parfois difficile de veiller sur nos propres enfants ! que dire de nos petits-enfants?
Seigneur donnes nous le courage et la force d'y faire face !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 23 septembre 2017 à 10 h 00 Répondre à ce commentaire

Parfois je me demande si les "croyants" ne se sentent pas trop investis d'une "mission", au détriment de la vie simple et humble, sans calcul, mais pas sans crainte parfois pour leurs proches...

N'est-ce pas qui peut en faire des pasteurs violents et durs, qui sacrifient des brebis grasses, piétinent des brebis faibles,... est-ce qu'ils sauvent pour autant la brebis pauvre, malade, en prison, affamée?...

Par Sam 23 septembre 2017 à 10 h 46

je suis tjrs pr les choses simples:
répondre à un courrier
répondre à un coup de téléfone,
OU CARR2MENT le LANCER!..........

Par ronze françoise 23 septembre 2017 à 12 h 58

"Gardiens de la fraternité, veiller au bien commun, la fraternité, la solidarité en humanité..."
Pour moi tout cela c'est comme un iceberg. Il y a la partie visible et tout ce qui ne se voit pas... et si pour un iceberg c'est la partie invisible qui est la plus dangereuse, dans l'Amour c'est le contraire. C'est la partie visible qui finit toujours par décevoir, et c'est la partie invisible qu'il faut atteindre, c'est elle qui rassemble le troupeau et qui le stabilise, en gardant à chacun sa singularité, et toute sa personnalité...
Et pour repérer un iceberg il y a plusieurs possibilités: vous pouvez voir de loin sa partie visible, ou vous pouvez vous heurter à sa partie invisible de plein fouet, ou juste vous écorcher les genoux en la frôlant...

Par Ophélie 23 septembre 2017 à 9 h 50 Répondre à ce commentaire

Nous sommes appelés à veiller sur le lien qui nous unit, notre fraternité, enfants d'un même père, d'une même mère, union de la terre et du ciel. C'est très juste, mais pas évident du tout à se rappeler et à mettre en pratique, tant nous sommes différents et avec des intérêts immédiats différents. Sinon, il n'y aurait pas de guerre, militaire, sociale ou économique...
C'est vrai que la prière élargit le coeur, comme dit Audrey. Les autres, même ceux qui paraissent éloignés ou qui me dérangent, ont la même humanité que moi, ce qui leur arrive me touche comme si c'était moi.
Je ne peux atteindre la profondeur de certains partages, mais je ne pense pas faire "un simple habillage de mots autour d'un thème". C'est important pour moi de réfléchir à la place effective de la foi dans ma vie, à sa traduction concrète dans mon comportement..

Par Antoinette G 23 septembre 2017 à 8 h 37 Répondre à ce commentaire

Notre-Dame de Bon-Secours,
je viens à toi parce que tu es ma mère;
c'est Jésus, ton Fils, qui me l'assure.
Je viens avec toi louer et remercier le Seigneur.

Toi qui as appris à Jésus à prier,
montre-le moi aussi.
Toi qui as accouru auprès d'Elisabeth,
avec le même amour,
conduis-moi auprès des autres.
Toi qui as intercédé à Cana,
apprends-moi à faire tout ce que Jésus me dit.
Toi qui as souffert avec ton Fils,
sois avec moi en tout temps.
Toi qui fus présente avec les apôtres à la Pentecôte,
sois toujours des nôtres en Eglise.
Notre-Dame de Bon-Secours,
je t'en prie, sois de notre famille,
obtiens-nous une foi fidèle,
une espérance rayonnante
et un amour vrai. - Amen.

Par Prière 23 septembre 2017 à 7 h 28 Répondre à ce commentaire

Nous avons à rentrer en nous même et nous poser la question ....quel est ma mission d'apôtre, est-ce-que je suis en harmonie avec moi même, suis-je au service de mon prochain, suis-je un bon Samaritain, est-ce-que je m'aime moi, je me pardonne, est-ce-que j'ouvre mon cœur et mon esprit aux faveurs illimitées de Dieu? On aura beaucoup de questions encore à débattre...mais le Seigneur nous dit : Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs, au repentir ...Alors écoutons l'appel de Dieu et vivons notre solidarité en humanité ... Amen !!!

Par honoré marie-noëlle 22 septembre 2017 à 22 h 37 Répondre à ce commentaire

Suite. Qui s'appelle amour pour chacun de nous et fraternité, je vous embrasse touse fraternellement

Dieu notre père touche notre coeur,

Tu n'es pas indifférent à nous,
a ce que nous vivons
Tu portes chacun de nous dans ton coeur,
Tu nous connais par notre non
Et tu prend soins de nous
Tu nous cherches même quand nous t'abandonnons
Chacun de nous t'intéresse
Car ton amour t'empêche d'être indifférent
a ce qui nous arrive,
Touche notre Coeur!
Ouvre notre Coeur ,
Afin qu'il soit revêtu de ta Bonté
et ta Miséricorde,
Pour devenir en ton fils jésus,
Serviteur des Hommes. ......amen

Par brig 22 septembre 2017 à 21 h 13 Répondre à ce commentaire

Quelle bonheur de vous lire, merci pour la belle prière, elle nous dit votre confiance dans le Père et m'invite à cette même confiance, je vous embrasse bien fort, kat

Par Kat namur 22 septembre 2017 à 21 h 29

Heureuse que vous puissiez nous offrir encore votre bonté et votre courage, portée par votre foi. Merci Brig,je continue à vous soutenir par la prière. Je vous embrasse bien fraternellement.

Par Monette 22 septembre 2017 à 21 h 44

Quelle bonne surprise, Brig, de vous rencontrer ce soir. Soyez bénie pour pour ce nouveau message qui témoigne comme tous les autres de votre abandon et de votre espérance stimulante. De tout cœur je vous embrasse.

Par Esperanza 22 septembre 2017 à 21 h 45

Bonsoir, Brig !

Cela fait du bien de vous lire.
Je suis avec vous,
... et regardez, lisez : avec tous les autres !
et avec Jésus sur notre chemin.

Bonne nuit, Brig, et à tous.

Par Paul (Belgique) 22 septembre 2017 à 22 h 32

Nous sommes très heureux de vous lire à nouveau, chère Brig.
Soyez sûre que nous continuons à prier bien fort avec vous et pour vous.

Le Seigneur nous unit tous, et nous pensons aussi à tous ceux qui ne peuvent pas s'exprimer, ils sont dans l'Amour infini du Seigneur.

Par MARIE 22 septembre 2017 à 22 h 49

Bonsoir a vous touse et toute,

chère frères et soeurs, un petit mot pour vous dire un grand merci, car préservez votre étincelle divine,c'est ce qui fait entrevoir un peu plus le seigneur a ceux qui vous entoure,oui votre étincelle vous rend unique dans marche dans la bible,
merci de m'avoir enveloppés et de brillez de c'ette lumière et de laisser Dieu faire du bien a tout ceux qui en ont besoin par,votre gentillesse, générosité, vos prières du coeur, votre soutien, pour nombreux mots d'encouragement dans c'est moments douloureux, qui me touche profondément,
La fraternité n'ai tel pas en chacun de vous ,pour celui qui souffre, rien n'ai plus beau que l'élan du coeur,
aussi je n'oublie pas mon amie Josiane, par sont appel a la prière, si précieuses, tout cela me donne encore aujourd'hui un peu de force pour continuer un peu le chemin avec vous,si le chemin et difficile aussi pour le corps médical qui sont impuissant face a ma maladie face a de nombreux problème qu'il rencontre vue les allergies au médicaments, je les remercie d'être a mais côté,car nous aarrêtons l'acharnement thérapeutique que je ne supporte plus...
Je ne connais pas l'avenir ou les plan de Dieu pour moi,j'ai tout remis dans les main bénis du seigneur, je le suivrez sereinement la voie qu'il a tracé pour moi,avec confiance, car c'est plan peuve être changé, si vous le voulez bien, continue de me porté encore dans vos simple prière, de m'accompagner vous aussi, peut -être jusqu'au bout,vers cette lumière.

Par brig 22 septembre 2017 à 20 h 59 Répondre à ce commentaire

Nous sommes là, Brig! Merci de nous donner ainsi de vos nouvelles. Il y a une telle force en vous pour nous écrire ainsi!
Surtout, prenez bien soin de vous! Et comptez sur notre prière.
Si vous le permettez, je vous embrasse.

Par Audrey 22 septembre 2017 à 21 h 07

Bonsoir Brig,

Je ne vous oublie pas , les mots sont pauvres , que les prières des uns et des autres puissent aller jusqu'à vous et vous apporter la chaleur et réconfort pour garder Espérance , je vous embrasse Brig

Par annie 22 septembre 2017 à 21 h 17

Quelle joie, quel bonheur, chère petite Brig. Tu es un exemple pour nous tous. Prends bien soin de toi, petite soeur; nous avons encore besoin de tes prières, de ta foi communicative. Merci, grand merci pour ta joie de vivre malgré tes souffrances.
Nous sommes à tes côtés, nous sommes unis dans la prière. Nous t'aimons sincèrement.
Que notre Seigneur et sa Sainte Mère t'assistent et veillent sur toi.
Remercie ton amie Françoise, d'avoir été ton porte-parole. Qu'elle soit bénie.
Je t'embrasse très affectueusement
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 22 septembre 2017 à 22 h 05

Pardon, Josiane ! et non Françoise

Par Marie Jeanne 22 septembre 2017 à 22 h 13

De tout coeur avec vous , Brig , nous continuons à prier .

Par fred 22 septembre 2017 à 23 h 12

Bien chère Brig,
C'est une joie immense de te retrouver (si ce tutoiement m'est permis, chère grande ou petite sœur), toujours fidèle au poste et aux posts, soucieuse de nous montrer sans cesse la Voie. Celle-ci est toute tracée devant toi, quoi qu'il arrive, et tu marches vaillamment vers Celui qui t'inspire, malgré ta maladie. Préserve en tout cas cette magnifique confiance qui te fait tout endurer et qui te projette en permanence vers les autres, vers tes compagnes et compagnons de route qui te sont tellement reconnaissants !

Par Bernard (Bruxelles) 22 septembre 2017 à 23 h 36

BOUTEILLE A LA MER
J’ai rencontré un type, il avait marché sur la mer.
Il avait même calmé une tempête après avoir nourri, sur la berge, de seulement trois poissons et deux pains les cinq mille qui lui faisaient alors cortège –« sans compter femmes et enfants » me fit-il comprendre avec ses doigts métaphoriques dont l’index était à lui seul parabole.
Car longtemps dans sa vie brève une foule sans cesse renouvelée mais exténuée de le suivre (il guérissait l’inguérissable) lui avait fait cortège dans le désert et ses environs. Jusqu’au jour où tous même certains des plus proches l’abandonnèrent. Sur un radeau céleste.
Tout ça dans l’indifférence des anciens cortèges : on sait les foules versatiles, mais leurs clercs ne valent pas mieux –qu’en penses-tu ?– Alors cette fois, me raconta-t-il en sa langue de doigts et de regards inconnus de moi, il fallut traverser le vrai désert : Le Désert Sans Dieu. Puis traverser la Mer : la grande vulve qui engloutit et rejette vague à vague, racontent les rares rescapés.
Ce type-là je l’ai pris en stop sur une route qui mène à Calais vers l’Angleterre. Pourtant il a refusé la flasque de whisky que je lui tendais et que je porte toujours dans la poche revolver de mon jean. Et au moment où je ne m’y attendais pas il s’est jeté par la portière et a roulé sur le talus –où il s’est immobilisé bras en croix.
Depuis je suis en garde à vue. Si quelqu’un connaît ce type, qu’il me confie son nom, je ne dirai rien aux gendarmes : qu’il se prénomme Youssef, Jésus, Joseph ou même Machin.


Roland Nadaus

Par NADAUS 22 septembre 2017 à 20 h 24 Répondre à ce commentaire

Un bello perfil de lo que es un pastor, un líder apostólico.

Par Amparo Ángel Bernal 22 septembre 2017 à 18 h 29 Répondre à ce commentaire

Merci frère Marie- Augustin,
vraiment , ce bien est nôtre , je sais il m'arrive d'aboyer , mais vous le savez , je ne mors pas .
J'aime l'église , j'aime Jésus , J'aime Marie , l'un me renvoie à l'autre sans cesse , et de veiller
sur l'église , comme la prunelle de mes yeux non pas pour mon propre bien , mais de tout un
chacun , au plus profond de moi , c'est ma prière , que celle -ci soit ,pour veiller les uns pour les
autres ce lien visible et invisible de La Présence de Dieu .
Le Baptême , l'Eucharistie , et tant d'autres , qui sont pour nous , en commun , un trésor qu'il faut
apprendre pas à pas à découvrir , pour ce bien universel ...qu"est l'amour de Dieu .
Notre Dame de Lourdes , je vous confie tout ceux que je porte en moi , et tout autour de moi .
Merci .C'est dire tous .

Par fred 22 septembre 2017 à 18 h 24 Répondre à ce commentaire

HYMNE : REGARDE OÙ NOUS RISQUONS D’ALLER
D. Rimaud — CNPL

Regarde où nous risquons d’aller
Tournant le dos
À la cité
De ta souffrance !
Ta Pâque est lente aux yeux de chair
De tes bourreaux :
Explique-nous le livre ouvert
À coups de lance.

Comment marcherions-nous vers toi
Quand il est tard,
Si tu ne vas
Où vont nos routes ?
Ne manque pas aux pèlerins
Mais viens t’asseoir :
La nappe est mise pour le pain
Et pour la coupe.

Comment te saurons-nous vivant
Et l’un de nous,
Si tu ne prends
Ces simples choses ?
Partage-nous ton corps brisé
Pour que le jour
Se lève au fond des cœurs troublés
Où tu reposes.

Ce jour que nous sentons lever,
Nous le voyons
Dans la clarté
De ton visage :
Ne laisse pas le vent de nuit
Ni les démons
Éteindre en nous le feu qui luit
Sur ton passage.

Remets entre nos mains tendues
À te chercher
L’Esprit reçu
De ta patience :
Éclaire aussi l’envers du cœur
Où le péché
Revêt d’un masque de laideur
Ta ressemblance.

Par Vêpres 22 septembre 2017 à 17 h 55 Répondre à ce commentaire

A l'attention de BERNARD.

Cher Bernard,
J'ai revu avec - une personne plus compétente que moi - vos explications concernant la recherche de commentaires émanant d'un seul signataire et je les trouve maintenant lumineuses à tel point que cette recherche devient un jeu. J'ai plaisir à vous le dire et vous adresse un grand merci.

Par Esperanza 22 septembre 2017 à 17 h 48 Répondre à ce commentaire

Seigneur, prions pour que ceux qui ne te connaissent pas puissent entendre TA PAROLE!

Ta parole est lumière, alléluia!

Ta parole est tendresse, alléluia!

Ta parole est vivante, alléluia!

Seigneur donne- nous de savoir accueillir et partager TA PAROLE dans nos vies avec patience et discernement. Amen

Ta parole nous fait vivre, alléluia!

Par MARIE 22 septembre 2017 à 16 h 48 Répondre à ce commentaire

Je ne connaissais pas le texte de la Bible . L'Evangile en effet nous donne l'impression que le reste du troupeau est délaissé ,mais il doit y avoir une autre lecture .Celle que vous suggerez ouvre une autre dimension .
merci frere Augustin

Par touchon therese 22 septembre 2017 à 16 h 00 Répondre à ce commentaire

Il aurait fallu afficher ce texte d'Ezéchiel dans les églises avant qu'un obscur moine augustin allemand n'affiche ses 95 thèses au portes de la sienne.
Cela nous aurait peut-être évité que depuis 500 ans et aujourd'hui encore avec les plus hautes autorités de l'Etat on nous agite ce chiffon rouge devant notre visage pour nous culpabiliser, nous autres catholiques..

Par Rémy 22 septembre 2017 à 14 h 00 Répondre à ce commentaire

A

Par Blandine 22 septembre 2017 à 13 h 16 Répondre à ce commentaire

merci pour toutes ces belles paroles d'encouragement , on en a vraiment besoin . Nicole

Par PELISSIERnicole.maurice03@orange. 22 septembre 2017 à 13 h 11 Répondre à ce commentaire

Nicole, si je puis me permettre de vous conseiller : Nom : indiquez votre Pseudo, ou votre Prénom uniquement.
Email: votre email

Ainsi l'email n'apparaîtra pas.

Bien cordialement,

Par Florine. 22 septembre 2017 à 16 h 53

Chers amis,

je me sens parfois écartelé,
comme beaucoup d’entre nous, sans doute,
entre mes convictions et ma façon de les vivre au milieu de mes proches.

J’étais avec le scribe lorsqu’il a accosté le Fils
pour lui demander quel est le premier des commandements.

Vous savez comme moi ce que le Fils lui a répondu ce jour-là. (Marc 12, 28-34)

J’ai alors vu un sourire de satisfaction
s’épanouir sur le visage du scribe :
« C’est bien ce que je pensais … »
J’ai d’ailleurs entendu mon ami le scribe lui répondre, comme un homme avisé :
« Fort bien, Maître, tu as raison de dire que Dieu est l’Unique
et qu’il n’y en a pas d’autre que lui.
L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force,
et aimer son prochain comme soi-même,
vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices. »

Peut-être s’est-il même dit intérieurement :
« C’est un type bien … parce que nous pensons la même chose… ».

Mais a-t-il écouté Jésus lui dire : « Tu n’es pas loin du Royaume de Dieu » ?

Et pourtant, Tu lui disais :
« Mon ami, Je suis là.
Ne t’égare pas dans la lecture fiévreuse des tables,
ne t’engage pas non plus dans actions sociales effrénées.

Je suis là. Je suis Dieu, Homme parmi vous.
Avec toi, et avec chacun de vous.
Dans le silence de ton cœur, écoute-moi.
Je suis venu vous apporter la Résurrection.
Je suis la Vie, aujourd’hui.
Je te le demande, accepte Ma Présence ».

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 22 septembre 2017 à 12 h 33 Répondre à ce commentaire

Comment se pourrait-il en être autrement. Merci Seigneur.

Par Florine. 22 septembre 2017 à 13 h 02

Prière pour nos pasteurs
Auteur : Jules Beaulac

Seigneur,
nous Te prions
pour les bergers de nos Eglises.

Donne-leur sagesse et force :
qu'ils sachent guider les brebis
vers de bons pâturages
et qu'ils aient le courage
de se tenir debout dans l'adversité.

Donne-leur lumière et vigilance :
qu'ils soient fidèles à ton Evangile
malgré les contradictions de ce monde
et qu'ils puissent discerner l'ivraie du bon grain.

Donne-leur enthousiasme et espérance :
qu'ils soient des allumeurs de joie
au coeur de leurs fidèles
et qu'ils communiquent leur élan
à tous ceux qu'ils rencontrent.

Et donne à leurs brebis
de les aimer,
de les soutenir,
de leur pardonner au besoin,
dans leur merveilleux et dur labeur.

Par Amen 22 septembre 2017 à 12 h 23 Répondre à ce commentaire

Des pasteurs parfois me mettent en colère. Elle est profonde lorsqu'ils osent appeler à prier pour 'des enfants non nés'. Que connaissent-ils du ventre des femmes? Savent-ils qu'un enfant, son corps se doit fabriquer dans un corps de femme neuf mois durant et que le travail ne se limite pas à celui d'accoucher ? Qu'il est impossible de l'entreprendre en particulier lorsque le père s'est carapaté? Des jugements de prêtres célibataires sur les femmes qui avortent, je me passe. Ils ne sont pas audibles. En particulier quand des enfants, mis au monde, bien vivants, portés et élevés par des mères courageuses, se font violer par des hommes consacré : dans ce cas oui, le crime est avéré. Pour leurs victimes je prierai, pour les femmes avortées aussi qui sont traitées par l'Eglise comme des homicides.
Je ne veux plus recevoir de commentaires bibliques où il est qu'est 'd'enfants non nés' (cf un commentaire récent).

Par agathe 22 septembre 2017 à 10 h 47 Répondre à ce commentaire

La fraternité passe aussi par la correction fraternelle... Pas facile, ni à donner ni à recevoir !
Seigneur, donne cet amour à tous tes enfants... "si tu le veux, tu le peut" Merci

Par ninon 22 septembre 2017 à 10 h 45 Répondre à ce commentaire

toutes ces belles paroles font partie de ce qui nous est appris dans le catéchisme; mais en réalité on ne peut pas aimer à sens unique, ni même obligé quelqu'un à faire ce qu'il ne veut passion peut aider, conseiller mais pas agir pour celui qui ne veut pas, chacun est libre de vivre sa vie comme il l'entend mais bien sûr en espérant que ce soit bien.

Par penelope 22 septembre 2017 à 10 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette "odeur de Chrétienté"
Union de Prières
Pierre

Par Pierre KARRIERE 22 septembre 2017 à 10 h 02 Répondre à ce commentaire

essayer de susciter un tantinet d'amabilité souriante, à commencer par moi-même.......

FRançoise, priez pr mon déclin

Par ronze françoise 22 septembre 2017 à 13 h 13

merci pour cette explications de la brebis perdu cela nous montre beaucoup se sont perdu et nous devons nous chrétiens de les ramenées sur le chemin que dieu nous à montré par notre témoignage de notre foi allons par les routes au secours des brebis perdu Père aide nous à témoigner de l'évangile que nous avons recu

Par schmitt anne marie 22 septembre 2017 à 9 h 53 Répondre à ce commentaire

La prière oui.
Je vous confie mon petit neveu atteint d'un cancer incurable et ses parents.
Merci

Par Françoise 22 septembre 2017 à 9 h 43 Répondre à ce commentaire

Oui Françoise nous prions "fraternellement" pour eux

Par ninon 22 septembre 2017 à 9 h 54

Oui, je prie pour eux.

Par Cricri 22 septembre 2017 à 12 h 21

Avec vous, Françoise, nous prions de tout notre cœur pour votre petit neveu et pour ses parents.

Par MARIE 22 septembre 2017 à 16 h 20

Dans ma generaton nous étions biberoné a la notion de l'autre,puis le mot altérité est venu,plus savant et empathie.
L'autre c'etait mes voisins ,que j'aime j'aime pas , les maitrsses pareils que j'aime ,j'aime pas les curés et les religieuses que j'aime pas, ils étaient incorrect ou mauvaises pour les religieuses ou tte miel pour les nantis tts ces choses que l'enfant perçois et vous font dire que les représentants de Dieu sont defaillants.c'est un choc .
merci Frere Marie Augustin pour la vibration de votre voix qui me touche sincérement
Bonne journée ,Fraternellement

Par jnc 22 septembre 2017 à 9 h 35 Répondre à ce commentaire

j'aime moi aussi la référence au Pape François

merci Frère pour cette réfléction a prendre égard a mon Frère

Par Albatre 22 septembre 2017 à 9 h 13 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Audrey, pour votre belle invitation née de l'expérience. Bien au-delà d'un simple habillage de mots autour d'un thème de réflexion, vous nous proposez cette communion de pensée avec notre prochain, quel qu'il soit, source d'actes bien concrets, car la bienveillance intérieure entraîne les gestes de solidarité.
Belle journée à vous et à nos frères et sœurs internautes !

Par Bernard (Bruxelles) 22 septembre 2017 à 9 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci Bernard! Oui, la prière change des choses, et déjà notre regard. Elle creuse, je le crois profondément, des chemins en nous. Elargit le cœur. "Nous le tournons vers le Seigneur," répondons-nous, lors de la prière eucharistique, mais il en est bien ainsi de chaque prière, si nous l'y mettons, n'est-ce pas?
Merci Odile, belle route!
Merci Chantal, pour votre prière!
Prière, de tout cœur, pour tous, et avec tous, avec une pensée particulière pour Brig, pour le neveu de Françoise, et pour tous ceux qui souffrent.

Par Audrey 22 septembre 2017 à 20 h 55

La fraternité : La méditation de ce matin, met en regard la nuance, que je n'avais pas, réellement, perçue à ce jour.
"Gardiens de la fraternité", comme un parfum d'amour de Dieu, que l'on a versé, sur nos cœurs, et, nos âmes,
et embaume ceux que nous croisons sur notre chemin.

Prière de ce jour, Bonne journée.

Par Florine. 22 septembre 2017 à 8 h 40 Répondre à ce commentaire

O combien je vous entends, ce matin. Cela pourrait être tous les jours pareils. Combien j'entends le chemin matinal d'Audrey, de Dominique, et d'autres encore. Merci cher Frère Marie Augustin, il est temps maintenant de rentrer dans la vraie prière, sans avoir peur de perdre du temps parce qu'on a du travail à faire. C'est incroyable ça. Voila la source de ma colère en fait. Je crois que j'ai enfin trouvée. Oui je fais partie de ces femmes qui ont tant de reconnaissance envers notre Seigneur, tant de grâce à louer. Confession, confession ...............

Par Odile 22 septembre 2017 à 8 h 27 Répondre à ce commentaire

Bon..jour,

Il y a de la fraternité, de la générosité si on , j'arrive à voir autour de moi ce qui est beau et non pas que le mauvais comme nous montre beaucoup les médias , car malheureusement s'est ce qui fait vendre!!!
Apprendre à recevoir , tout un chemin , pour moi s'est plus facile de donner mon coeur est alors allégé quand je peux offrir, sans prétention aucune , quelque chose , un sourire , un regard qui encourage ...
Très belle journée

Par annie 22 septembre 2017 à 8 h 24 Répondre à ce commentaire

Du moment que cette fraternité , ne se retourne pas en rivalités .
Que la solidarité , ne deviennent une excuse pour sauver la barque , qui coule .
Dans l'exil de ce monde , notre patrie est représentée par Marie , les pasteurs
par les sacrements , se doivent à l'exemple de Jésus , de réconcilier , toutes les brebis .
Afin d'être dans Un Corps Parfait ,et dans Un Esprit Parfait !
Cette Parole sur les pasteurs , reste d'actualité , elle nous convie à prier pour nos pasteurs .
Car c'est aussi notre responsabilité étant notre moyen de Salut .
Si l'on apprends à déléguer sans cesse , les brebis en feront autant , et la tète ne saura plus
qui fait quoi , voir n'importe quoi .
Au lieu d'engendrer de la fraternité
, il y aura des bousculades , des grincements de dents .
La foi du juste nous invite à accueillir sans discuter , sans juger , comme le Père embrassant
l'enfant prodigue .Chaque perle du rosaire , chaque mystère , éclaire , transforme , rassemble.
Mais elles ont toutes une place , bien alignées , pour arriver à celle du Notre Père .
La charité , l'amour , l'encens de l'église , alors ne sont plus des larmes de sangs , mais de joie .
Dans Rois , 1 13: 20: l'homme de Dieu se fait tuer par un lion , parce que il désobéit au Seigneur !
Le lien ? , il n'a pas pris sa part au sérieux .
Vigilance dans l'amour fraternel , respect de tout un chacun , dans sa dignité et sa dévotion.
Je joint Un lien certain , troisième mystère lumineux .

Par fred 22 septembre 2017 à 8 h 10 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation, c'est un très beau appel de veiller sur notre bien commun qu'est la fraternité, notre solidarité en humanité. Le monde irait mieux si nous prenons conscience de ce bien commun.

Par Gilles 22 septembre 2017 à 8 h 06 Répondre à ce commentaire

J'apprécie cette méditation,je la lis à la lumière de mon engagement dans le service pastoral que j'essaie de vivre et de partager avec d'autres, en paroisse,en secteur pastoral. Et c'est parfois si difficile, lorsque les égos,les visions différentes des situations empêchent d'avancer et de construire ensemble !

Par Dominique 22 septembre 2017 à 7 h 27 Répondre à ce commentaire

"[J]e t'ai fait guetteur pour la maison d'Israël", disait Dieu à Ezéchiel, dans le texte hier. Guetteur, veilleur, ces mots qui désignent ou résonnent avec la vie du prophète, qu'il soit Ezéchiel, Jérémie ou Isaïe, me semblent résonner aussi en celui d'aujourd'hui, en la méditation qui le suit. De 'veiller', être en éveil, vivant, dans un monde endormi d'un sommeil de mort, à 'veiller sur' ceux dont nous partageons le sort.
"Veiller sur la fraternité", je me disais, en écoutant ces mots, que cela commençait peut-être par prier. Prier pour ceux que l'on aime, ceux que l'on sait ne pas aimer assez, mais aussi pour ces inconnus, ces visages rencontrés, l'espace d'un instant, au hasard de la route. La prière crée des liens, invisibles, mystérieux. Elle nous lie, en conscience, à ces frères dont nous croisons le chemin. Non plus troupeau indistinct alors, mais hommes et femmes en chemin et dont je ne sais rien. Ce lien, aussi, fait bouger des lignes en soi.
Expérience étonnante que j'ai faite souvent. J'aime à prier en marchant, en conduisant, et à offrir cette prière pour qui croise ma route. Cet ado, tirant une figure de trois pieds de long, au matin de la rentrée. La dame voûtée qui promène son chien. Cet homme, endormi à la porte de l'église, dont seule se devinait la forme dans son sac de couchage miteux. Cet autre, trop pressé, ces gamins ricaneurs pendus à leur téléphone et tant d'autres, qui prie pour eux?
Prière pour lui, pour elle, pour, et avec, chacun de vous ce matin.

Par Audrey 22 septembre 2017 à 6 h 58 Répondre à ce commentaire

Comme je vous rejoins ici, chère Audrey ! Prier pour l'inconnu que je croise, le bénir, cela me met du baume au coeur. Je me sens alors utile, responsable. Prier, bénir, sourire spontanément même, un sourire en retour... quelle belle expérience !
Une petite prière de bénédiction pour vous et vos élèves ce matin.

Par Chantal K.-B. 22 septembre 2017 à 8 h 06

HYMNE : RETOURNEZ-VOUS, VOICI L'ESPRIT
La Tour du Pin — CNPL

Retournez-vous, voici l'Esprit
Du Seigneur, au vent de la nuit,
Qui passe au monde ;
Accueillez-le, ne craignez rien ;
A la croisée de vos chemins,
Laissez-vous couvrir de son ombre.

N'alliez-vous pas vous desséchant
Dans vos lois de chair et de sang,
A perte d'être ?
Hébergez-le, vous renaîtrez,
Car Dieu travaille au plus secret :
Sa lumière luit aux ténèbres.

Ouvrez la fente de vos coeurs,
Et voyez celle du Seigneur,
L'arbre de vie ;
Rapprochez-les, restez greffés,
Buvez la sève désormais
Dont la plaie du Christ est remplie.

Et son Esprit brise les joints
Avec l'arbre mort du jardin
De sève humaine ;
Ne manquez pas ici le bond
Des derniers temps de création
Où l'amour de Dieu nous entraîne.

Ne rompez pas vos nouveaux liens :
Vous croîtrez avec l'Esprit Saint
Jusqu'à cette heure
Du Fils de l'homme éblouissant
Par tous les hommes de son sang
Qui l'auront choisi pour demeure.

Par Hymne 22 septembre 2017 à 6 h 01 Répondre à ce commentaire

Ma chère Micheline
vous savez que mon époux et moi même, aimons beaucoup votre beau pays, un rêve que nous n'avons malheureusement pas pu réalisé du a la maladie, mais nous avons deux beaux érable dans le jardin en souvenir ,je ne manque jamais de vous
lire avec joie,je vous remercie pour vos prières toujours précieuse dans mon coeur, bonne journée a vous fraternellement brig

Par Brig 4 septembre 2016 à 21 h 35 Répondre à ce commentaire

Mon message n'a pas passer, alors je me ré-essaye

Brig, merci pour cette belle prière de Sainte Mère Teresa. Prière que je ne connaissais pas. Et Je lui demande qu’elle vous obtienne votre guérison, si c’est la Volonté de Dieu

Par Micheline (Canada) 4 septembre 2016 à 18 h 36 Répondre à ce commentaire

Bonjour je suis vos parole,Escano, sainte Mère Teresa ,tu a été un vrai exemple pour moi,pour pouvoir suivre ma mission sur cette terre, pour les pauvres a travers le monde ,merci
Modèle de sainteté, déjà de votre vivant, toi étrangère, toi la mère de touse,missionnaire de la charité, femme courageuse, icône du bon samaritaine, elle se rendait partout pour servir le christ miséricorde chez les plus pauvres parmi les pauvres,
foi profonde au coeur de sont jésus, sourire inoubliable dans l'acte d'amour fait a ceux qui on faim,soif,étrangers, nus,malades, et prisonniers, Vous qui avez connu comme nous "c'est moments " obscurité intérieur "
Mère Térésa aidez-nous par votre humilité au coeur de jésus, a suivre votre exemple, voir en chacun de nous ," l'amou de Dieu, la présence de Dieu, la compassion de Dieu, et rappeller ainsi a touse la valeur et la dignité de chaque enfant de Dieu
" crée pour aimer et être aimé "
Vierge Marie ,Reine de tous les saints et saintes aide-nous à être doux et humbles de coeur comme cette courageuse messagère de l'amour, Aide -nous a servir avec joie et le sourire chaque personne que nous rencontrons,
Aide - nous a être des missionnaires du christ et notre espérance, et que votre odeur de Sainteté envahissent notre terre de ta grande Paix. .....

Seigneur, enseigne-moi a ne pas parler,
comme un bronze qui résonne,
ou une clochette stridente,
mais avec amour

Rends-moi capable de comprendre
et donne moi la foi qui soulève
des montagnes, mais avec amour,

Enseigne - moi cet amour toujours patients,
et gracieux :jamais envieux,
pretentieux,égoïste ni susceptible,

L'amour qui trouve sa foi dans la vérité,
toujours prêt à pardonner,
à croire, à espérer, à supporter.

Enfin,quand toutes les choses finies
se dissoudront et que tout sera claire,
fais en sorte que j'aie été le reflet,
faible mais constant,de ton amour parfait ......Sainte mère de teresa de Calcutta

Pardonner moi,je suis un peu bavard aujourd'hui, je tient a dire merci a notre saint père François pour ce très bel hommage, a mère Térésa, est quel nous bénis touse par sa sainteté. ..très bon dimanche a vous

Par Brig 4 septembre 2016 à 12 h 01 Répondre à ce commentaire

Heureusement qu'il y a des FIGURES comme MERE TERESA de CALCUTA pour rappeler que le CHRIST est mort sur la CROIX et qui est venu pour les Pauvres les sans noms .Elle sera canonisée aujourd'Hui par Le PAPE FRANçOIS.
SEIGNEUR QUE TOUTE CETTE FOULE présente à ROME et que tous ceux qui vont voir la retransmission, REFLECHISSENT et se Convertissent

Par ESCANO 4 septembre 2016 à 8 h 03 Répondre à ce commentaire

Rien de nouveau sous le soleil ! Les dirigeants de cette époque , déjà, s'intéressaient surtout à tondre la laine sur le dos de leurs sujets. De nos jours aussi, combien de pays où des dictateurs accaparent toutes les richesses produites, sans se soucier de la misère de leur peuple, poussé à l'exil ou à dépendre de l'aide internationale, pendant que les comptes ouverts dans les paradis fiscaux sont florissants ? Pourtant le rôle du responsable est avant tout de servir, et non de se servir ("Tu est le roi, le serviteur, tu es l'agneau et le pasteur")
Mais rien n'est jamais perdu : les bons bergers existent, et les os desséchés peuvent reprendre vie (verset 37). Chez nous aussi, malgré les apparences, "la graine germe dans l'obscurité de la terre". Les JMJ rassemblent des dizaines de milliers de jeunes. Les mouvements chrétiens sont très actifs, sous la nouvelle impulsion donnée par le pape François. Ce n'était pas du tout évident de relier le ravage de la planète avec l'accroissement des inégalités (pendant longtemps, on a pensé plutôt le contraire, le progrès technique ayant pris la place de Dieu). Mais la demeure de Dieu est dans le coeur de l'homme.

Par Antoinette G 3 septembre 2016 à 12 h 54 Répondre à ce commentaire

Comme Audrey, après avoir lu ce passage, je pense à la parabole du bon pasteur.

Seigneur, Tu connais tes brebis, et elles te connaissent, Tu cherches celle qui est perdue et Tu ne l'abandonnes pas.

Et nous, trop souvent cantonnés entre chrétiens qui avons la chance de T'avoir rencontré, aide-nous à Te partager dans notre vie, en suivant les conseils de notre bon pape François.

Prions pour que ceux qui ne Te connaissent pas puissent entendre Ta Parole.

UDP avec chacun (&, je vous ai mis un petit message suite à votre réponse à AntoinetteG d'avant hier.)

Par MARIE 3 septembre 2016 à 10 h 46 Répondre à ce commentaire

Est-ce ma faute Seigneur si ton troupeau est dispersé?
N'ai-je pas fait tout ce que je pouvais pour rassembler les brebis et les pasteurs sous ton nom?
Que pouvais-je dire de plus?
Mais ont-ils compris?
Ont-ils compris que je me refuse à sacrifier des brebis grasses pour faire paître le troupeau, fortifier des chétives, soigner des malades et panser des blessées?
Ont-ils compris que je voulais leur donner la paix et la joie que tu me donnes et qu'ils en soient comblés.
Père, je ne suis plus du monde, même encore dans ce monde.
Jetée dans la fausse aux lions je ne peux me renier.
Souviens-toi de moi quand tu inaugure(ra)s ton royaume.

Par & 3 septembre 2016 à 10 h 13 Répondre à ce commentaire

"Moi, je suis le bon pasteur; le bon pasteur dépose sa vie pour ses brebis," dira Jésus (Jn 10-11), lui qui cherche la brebis égarée, ramène celle qui était perdue. Et c'est toute la tendresse de Dieu pour ses brebis qui emplit les versets suivants d'Ezéchiel. "Voici que j’aurai soin moi-même de mon troupeau et je m'en occuperai" (v.11), "C'est moi qui ferai paître mes brebis et c'est moi qui les ferai reposer", v.15 et les suivants. L'amour de Dieu déborde de ces lignes, comme une eau.

"Mon troupeau erre sur toutes les montagnes". Ces mots résonnent de manière si actuelle. Les églises de village sont closes, la plupart du temps. Les enfants passent devant sans les voir vraiment. Le prêtre n'est plus cette figure familière. Beaucoup n'en ont jamais vu, si ce n'est, parfois, pour un baptême dont ils ne connaissent pas le sens, ou un mariage, entre mairie et cotillons. C'est ainsi que sur toute une classe rurale d'enfants de 8 à 11 ans, pas un, lorsque j'ai posé la question, n'a su dire ce qu'était un prêtre. Pas un n'a su dire ce qu'était un chrétien. "Un grec", a tenté une élève. Dyslexique, elle avait entendu "grétien"... Pas un non plus pour réaliser que ce "gésucri" (sic) dont on affuble les dates, était un homme. Quant à savoir qu'il était aussi Dieu... J'avais mal, ce jour-là, pour ces enfants, élevés sans Dieu. Ces enfants à qui l'on offre pour toute espérance que le foot et l'argent-roi.

Alors merci, chers frères dominicains, merci d'être là sur la toile. Grâce à elle, vous amenez la parole de Dieu là où elle ne résonnait plus. Vous lui ouvrez de nouvelles routes qui, pour être virtuelles, n'en sont pas moins réelles. Le troupeau est dispersé mais vous êtes la voix du berger qui partout peut se faire entendre. Déjà vous le rassemblez, n'en sommes-nous pas la preuve vivante?

Par Audrey 3 septembre 2016 à 7 h 52 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires