Tobie

« J’ai marché sur des chemins de vérité. » Tobie 1,3

Tobit sur les chemins de vérité

Tobie 1, 3-6

Moi, Tobit, j'ai marché sur des chemins de vérité et dans les bonnes œuvres tous les jours de ma vie. J'ai fait beaucoup d'aumônes à mes frères et à mes compatriotes déportés avec moi à Ninive, au pays d'Assyrie. Dans ma jeunesse, quand j'étais encore dans mon pays, la terre d'Israël, toute la tribu de Nephtali mon ancêtre se détacha de la maison de David et de Jérusalem. C'était pourtant la ville choisie parmi toutes les tribus d'Israël pour leurs sacrifices ; c'était là que le Temple où Dieu réside avait été bâti et dédié pour toutes les générations à venir.
Tous mes frères, et la maison de Nephtali, eux, sacrifiaient au veau qu'avait fait Jéroboam, roi d'Israël, à Dan, sur tous les monts de Galilée. Bien des fois, j'étais absolument seul à venir en pèlerinage à Jérusalem.

Méditation

précédente suivante

Le scandale d’un juste en exil

En 722 avant Jésus-Christ, le Royaume d’Israël, situé au nord de la Palestine, est rayé de la carte par l’Empire d’Assyrie. Les élites de la nation sont déportées à Ninive. Cette première déportation précède d’un siècle et demi l’Exil à Babylone des populations du Royaume du sud, celui de Juda, dont la capitale est Jérusalem. Tel est le cadre du livre de Tobie. Mais ce livre biblique n’est pas un récit historique. Il s’agit d’un conte à visée théologique, qui met en scène la vie à Ninive d’une famille de déportés d’Israël, avec, pour personnages principaux du récit, le père Tobit et son fils Tobie. Les passages que nous entendons cette semaine nous centrent sur la figure du vieux Tobit. Dans la relation que Tobit fait de son parcours, il y a un détail qui cloche et vient contredire une conception bien enracinée dans l’idée qu’un homme peut se faire de Dieu.
Dieu est spontanément vu comme le protecteur de nos existences. Tout ennui s’y produisant ne tardera pas à voir s’imposer la pensée, pouvant surgir même chez ceux qui disent ne pas croire en Dieu : « Mais qu’est-ce que j’ai fait au Bon Dieu pour mériter cela ? » Cette pensée s’entend dans les paroles de Tobit, si ce n’est que Tobit a la vive conscience d’être un juste, une sorte de Noé à sa manière. Mais justement, Noé avec sa famille a été préservé du déluge, alors que Tobit s’est vu emporter par les eaux de l’Exil, lui et sa famille. Quelque chose donc ne va pas là-dedans. Mais là où ça ne va pas, là où ce qui semble logique, théo-logique, ne fonctionne plus, là alors, la foi peut naître...

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

43 commentaires

Merci frère Pascal Marin pour ce beau partage, ... depuis mon enfance je traverse des épreuves, mais j'ai un esprit patient , encore aujourd'hui malgré les épreuves, j'ai confiance en Dieu, car il me donne la force d'avancer lorsque je le prie , merci Seigneur pour les grâces que tu me donnes ... Rita

Par Rita Giuliani 17 octobre 2016 à 18 h 08 Répondre à ce commentaire

OUI nous pouvons dire "Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu?" Chacun de nous DOIT se sentir coupable d'avoir offensé Dieu dans sa création
Nous les hommes, nous avons pollué, cassé, presque détruit SA création qu'IL nous avait donné à entretenir au mieux !!!
Qu'avons nous fait ???
Attendons nous à une déportation à Ninive ? où sera ce le contraire ?
Déchirons nos habits somptueux, couvrons nous d'un sac et couchons nous sur la cendre...
Peut-être alors la colère de Dieu se détournera !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 4 octobre 2016 à 21 h 30 Répondre à ce commentaire

A la relecture de la méditation, un autre sujet de réflexion m'apparaît : comment vivre sa foi en pays étranger et qui ne pratique pas la même religion. Vaste sujet, surtout si on fait le rapprochement avec l'actualité. Il semble que Tobit ait pu le faire sans être inquiété. "Mon Dieu, sur la terre où je m'exile, où sont les chants de ta maison ?" Union de prière pour tous les déracinés ; qu'ils puissent vivre en paix dans leur terre d'accueil.

Par mahona 4 octobre 2016 à 19 h 02 Répondre à ce commentaire

"Mais qu'est-ce-que j'ai fait au bon Dieu pour mériter cela ?".
Cri de détresse surgi de l'insécurité, du malheur dans lequel on est plongé. Réaction bien naturelle lorsque l'idée d'un Dieu justicier qui récompense le bien et punit le mal est dans l'air, est en nous.
Idée véhiculée depuis l'Ancien Testament et qui persiste encore. L'Eglise porte sa part de responsabilité : elle a longtemps diffusé un enseignement basé sur le dogme et la morale.

Citation de Lytta Basset dans "La Fermeture à l'Amour" :
Il y a de quoi s'étonner : l'article " Je crois que je suis aimé de Dieu" est absent du Credo ..., la plus ancienne des confessions de foi chrétiennes.

Vous voyez dans ce cri, JM, vanité et orgueil (3 octobre 9 hres 51). N'êtes-vous pas trop sévère ? J'y vois plutôt un manque de lumière : notre image de Dieu doit être sans cesse purifiée. "Mais là où ça ne va pas, là où ce qui semble logique, théo-logique, ne fonctionne plus, alors la foi peut naître".Dernière phrase de la méditation mais phrase capitale, susceptible d'ouvrir des perspectives inouïes. J'y crois même si l'expérience me fait défaut.

"Donne-moi la lumière, montre-Toi, aie pitié de mes efforts pour te trouver car je ne puis rien sans Toi ... Apprends-moi à Te chercher car je ne peux le faire si Tu ne me l'apprends pas". (Henri Suso.

Vous êtes dans ma prière, Marie-France (3 oct. 11 hres 19).

Par Marie-Thérèse L. 4 octobre 2016 à 18 h 07 Répondre à ce commentaire

J'aime savoir que la foi peut se lire a travers tout évènement.
Comme vous dites dans l'inédit, dans l'exclusif, la foi a une forte réponse
Oserai-je vivre sous le sigle de cette foi intelligente et divine d'autre part
Je sais le saisir comme tel, il me reste a poser les actions appropriées.

C'est une vision qui me fait vivre! A LA GRÂCE DE DIEU

ME VOICI SEIGNEUR JE VIENS FAIRE TA VOLONTÉ

Par Cécile Breton 4 octobre 2016 à 16 h 43 Répondre à ce commentaire

Merci, frère Pascal,

" Mais là où ça ne va pas, là où ce qui semble logique, théo-logique,
ne fonctionne plus, là alors, la foi peut naître... "

J'ai lu dans une église en Flandres , l'an passé,
une parole de notre cher Pape François, que je vous traduis :
" Pensez avec votre cœur, et aimez avec votre intelligence ".

Ne vous laissez pas emporter par vos émotions ...
et ne vous cantonnez pas dans vos pensées.
Utilisez les deux.

La rencontre avec la Présence de Dieu
ne se passe pas, me semble-t-il, dans la certitude,
mais dans l'abandon de celle-ci.

A quel signe puis-je alors discerner, Sa Présence ?

Dans la Paix intérieure qui prend place
à la fois dans mon cœur et dans mon esprit.

" Je vous laisse ma Paix, je vous donne ma Paix ", nous as-Tu dit.
Merci, Seigneur Jésus, pour Ta Présence parmi nous.

Bonne journée à tous, vraiment

Par Paul (Belgique) 4 octobre 2016 à 14 h 02 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation matinale. Qu'est-ce que le juste et l'injuste? Je tente une approche différente dans le monde tel qu'il est et tel qu'il fut, le juste et l'injuste existent-ils? cette réflexion est nourrie par la lecture de "L'autre Dieu" de M.Muller où il est question de la plainte de Job. Il y a "ce qui est", ni juste, ni injuste... L'acceptation inconditionnelle de"ce qui est" et où "L'autre Dieu" peut alors apparaître. Ce livre merveilleux m'a été offert par une amie, il est celui que l'on tient sur le cœur après en avoir lu la dernière ligne...

Par Doyen Brigitte 4 octobre 2016 à 9 h 39 Répondre à ce commentaire

Qu'il est difficile de comprendre la volonté de Dieu sur nous et de ne pas se décourager devant la misère du monde.............

Par Marguerite 4 octobre 2016 à 9 h 29 Répondre à ce commentaire

Il ne faut pas oublier que Dieu n'est qu'AMOUR, qu'Il ne fait que ce que l'amour fait ( lire Paul )
Père , Toi qui es l'Amour, donne-nous la force de suivre le chemin que Tu nous proposes;
Coeur Msericordieux de Jésus , enracine-nous en cet Amour
Et rends-nous docile à ton ESPRIT

ce joli conte a été écrit , un temps où les hommes ne connaissaient pas encore Dieu et notre connaissance , aujourd'hui est encore imparfaite (voir toujours Paul) et nous avons à découvrir encore ce que nous dit l'Ecriture

Par Micheline 4 octobre 2016 à 8 h 12 Répondre à ce commentaire

Donne-moi Ô Père Éternel de ne jamais te faire porter la responsabilité de nos maux. Tu n'es pas responsable de le méchanceté, de l'égoïsme, de la soif de pouvoir de l'homme.

Donne à tous mes frère de se conduire avec l'humilité, de ne pas croire qu'être chrétien nous donne le statut de juste. C'est toi qui connaît les cœurs de chacun et qui est seul juge.

Nous jugeons souvent à tort en pensant que c'est juste car nous avons mal interprété.

Donne-nous la sagesse, l'humilité et surtout la patience car à force de prières tu nous montres toujours la voie, la solution. Ô Seigneur Jésus tu es le chemin de la vérité et de la vie. Marche avec tes brebis et n'en laisse aucune en marge, nous t'en supplions. Kyrie Eleison.

Par Marilou 4 octobre 2016 à 0 h 37 Répondre à ce commentaire

MERCI !

PAIX, FORCE et JOIE pour demain!

Par mic 3 octobre 2016 à 23 h 20 Répondre à ce commentaire

Et le Seigneur dit , Simon Simon , Satan vous a réclamés , pour
vous cribler comme le froment . Mais j'ai prié pour toi , afin que ta
foi ne défaille point , et toi , quand tu sera CONVERTI, affermis tes
frères....
Simon fils de Jonas , m'aimes - tu ?
Pierre fut attrister de ce qu'il avait dit pour la troisième foi :M'aimes -tu ?
Et il lui répondit /Seigneur tu sais toutes choses , tu sais que je t'aime .
Jésus lui dit : Pais mes brebis .Merci frère Pascal Marin , j'ai tant de fiente
dans les yeux ....et j'attends de prendre conseil de toute personne avisée ...
en attendant ,je vous souhaite à tous que du bonheur ...Merci Fred Cacheux ...
Dieu est pleins d'humour .....

Par fred 3 octobre 2016 à 20 h 01 Répondre à ce commentaire

La vision , et la pensée de Dieu n'est du tout pas ceux des hommes...Dieu sonde et connait les cœurs ; et en tout cela il veut le bien pour l'homme !!!Seigneur augmente notre foi en toi et en ta miséricorde !!!Amen !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 3 octobre 2016 à 18 h 49 Répondre à ce commentaire

Nous sommes des adultes, nous pouvons réfléchir à cette meditation...
Mais quid des petits enfants, des innocents qui souffrent sans trouver de sens à leur souffrance ? Les petits déportés ? Les mutilés de la guerre ? Etc etc etc... !!!!
Moi, j'ai du mal !
Ou donc est la Theo...logique ?

Par Blandine 3 octobre 2016 à 18 h 13 Répondre à ce commentaire

Ma foi,il y a des hauts,il y a des bas,des luttes, et des chutes, il y a des turbulences, et des échecs, mais aussi l'espérance, la confiance, la joie,le bonheur, et t'on amour seigneur, toi qui ressent tout ceux qu'on ressent dans notre vie, mais contre vent et marées tu été, surment fatiguée, mais tu ma toujours porté, toi mon ami fidèle, je me suis accroché, et c'est encore vrai aujourd'hui, j'ai confiance en toi seigneur qui me dit a l'oreille "c'est ici le chemin, marchez-y "

En avant donc avec courage,
Avec espoir,avec bonheur,
je me consacre sans partage,
A mon Dieu, mon Roi,mon sauveur,
il dit a mon âme ravie :
ne t'occupe plus que de moi,
Et je dirigerai ta vie
Et je m'occuperai de toi,

Il a saisi mes main tremblantes;
j'ai dit amen a ce contrat !
il étend sa main benissantes ,
C'est en effet lui qui combat.
Et les yeux fermés, je m'avance,
Tranquille, sur le droit chemin,
j'entonne un chant de délivrance,
Il peut tout,car je ne suis rien ! .............je suis avec vous Marie -France,courage, uni dans la prière ,fraternellement

Par Brig 3 octobre 2016 à 16 h 01 Répondre à ce commentaire

Chère Brig,

Merci pour cette belle prière jaillie du fond du coeur, je la garderai précieusement.

Par Lise 3 octobre 2016 à 20 h 48

Bon......jour,

@ Brig
Merci pour ce très joli poème , je vous envoie mes pensées et prières
La compréhension de l'homme n'est pas celle de Dieu...
Fraternellement

Par annie 4 octobre 2016 à 8 h 25

Ce texte biblique me fait penser à la parabole de l'enfant prodigue ou au récit de l'offrande à Dieu de Caïn et d'Abel. Tobit énumère toutes les actions réalisées pour respecter les enseignements reçus et malgré cela il doit vivre exilé. Tel qu'il est relaté dans les Ecritures, le dessein de Dieu ne lui paraît pas compréhensible et peut-être injuste Les règles humaines ne s'appliquent pas : le système bonne conduite/récompense ne semble pas fonctionner et la vie de ceux/celles qui ont voulu devenir saint(e)s n'est pas exempte de souffrances. Des personnes placées dans des situations extrêmes ont pu (re)découvrir une foi somnolente ou absente. "Que tes pensées, Seigneur, sont pour moi difficiles" . aide-moi à mieux comprendre : "que Ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel".

Par mahona 3 octobre 2016 à 15 h 29 Répondre à ce commentaire

Encore une réaction bien humaine!: "Mais qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour mériter cela!" Comme si le fait de croire en Dieu, d'être baptisé, d'être chrétien pouvait nous préserver de tout malheur, de toute catastrophe! C'est oublier que Dieu ne veut pas notre malheur, au contraire il nous veut heureux parce qu'il nous aime, et sa seule toute puissance c'est celle de l'Amour. Les drames qui nous arrivent ne sont pas une punition divine; au contraire, Dieu ne nous abandonne pas, il est là à nos côtés et nous porte dans ses bras pour traverser ce mauvais pas: osons lui demander son aide, faisons-lui confiance... alors la foi n'est pas loin.
C'est sans doute ce que le rédacteur du livre de Tobit veut nous faire comprendre.

Par Mamie Ed 3 octobre 2016 à 14 h 27 Répondre à ce commentaire

Bien oui, la foi, c'est renoncer à ce qui nous procure l'illusion de contrôle : si je crois au système punition/récompense, je vais penser que par ma conduite, je suis en mesure d'éviter le malheur et de mériter le bonheur. C'est vrai dans une certaine mesure seulement, parce que c'est une construction humaine pour aider à la vie sociale. Mais c'est faillible : il y a des égoïstes qui vivent heureux et des généreux accablés de maux.
C'est difficile de rester fidèle à des valeurs spirituelles quelques soient les circonstances (hors peut-être des cas extrèmes) . Je crois vraiment que ce qui importe à Dieu, c'est uniquement ce qui dépend de nous, pas ce qui n'en dépend pas. C'est la parabole du semeur : ce qui m'appartient, c'est d'être une terre accueillante pour faire vivre la Parole. Cela soulage de ne plus porter le poids du monde ("baisser les bras et retrousser ses manches").

Par Antoinette G 3 octobre 2016 à 14 h 20 Répondre à ce commentaire

Et puis, il faut compter aussi avec le hasard, chance ou malchance : par exemple, même si je conduis très bien, un chauffard peut croiser ma route. Si en plus je devais me dire que je l'ai mérité pour expier mes péchés ! Idem si je gagne à la loterie : ça ne fait pas de moi un béni de Dieu !

Par Antoinette G 3 octobre 2016 à 15 h 37

Je vous prie de prier pour moi je me demande qu'est ce que j'ai fais au Bon DIeu pour mériter toutes ces épreuves que je travers depuis l'âge de 6 ans et aujourd'hui 56 ans je vous prie de prier pour moi pour que ma foi vaincre

Par Marie France LEMIERE MARMELS 3 octobre 2016 à 11 h 19 Répondre à ce commentaire

Oui, Marie-France, soyez assurée de nos prières et rassurée, Jésus marche avec vous.
"Victoire tu règneras, ô croix tu nous sauveras!"

Par MARIE 3 octobre 2016 à 12 h 14

Mon Dieu , au malade de l'Evangile , ton Fils à dit : Ta foi t'a sauvé..
ô mon Père
Tu sais combien elle est fragile , ma foi
blessée par cette maladie qui me ronge ...
par cet handicap qui me pèse ..
par ce grand âge qui me révolte ...
épuisée par les efforts faits
pour soulager et guérir ...
par les échecs trop nombreux
encore devant le mal ...
par le désemparement devant les limites de ma vie .....
Pourtant , à moi aussi , Jésus dit : Ta foi t'a sauvé.
Alors je comprends , Père ..
Je comprends
Que sauver , c'est plus fort que guérir ..
Que sauver c'est Ton oeuvre...
Que sauver , c'est Ta vie que Tu fais naître en moi ...
Que sauver , c'est comme au matin de Pâques ...Malgré la Croix ...
Alors ..enfin ..j'entends la Parole de Ton Fils Jésus , Père
qui me dit à moi qui suis malade,
Relève- Toi, Va ..Là où tu iras , tu ne sera jamais seul ..
Je serai avec toi ...Je te prendrai la main et par Moi, ta foi te sauvera ...
à moi qui tente de soigner et guérir ,
Relève - toi , va ...Là où je t'envoi , tu trouvera les mots , les gestes , la science ,
...Je serai avec toi ...et par Moi , ta foi te sauvera .
à Moi qui essaie d'accompagner ,
Relève - toi va ..Là où je t'envoie, je serai avec toi et tu deviendras un signe de Ma présence ..
Tu sera un peu Moi quand tu tiendras leur main ..quand tu leur tendras un verre d'eau , quand tu prieras
avec eux et par Moi , ta foi te sauvera ..
ô Mon Père , qui que je sois ...
Souffrant ..Soignant ...ou accompagnant ..
Donne - moi cette foi qui est confiance
Donne -moi cette foi qui est amour ...
Donne-moi cette foi qui est espérance ..
Oui ! Donne-moi de croire vraiment en La Parole de Ton Fils:
Relève - toi , va , ta foi t'a sauvé ...Car cette Parole elle est pour moi
aujourd'hui . Amen . ( Pastorale de la santé )diocèse de Tournai .Journée mondiale des malades :
2012. Je met aussi cette Parole inspirée /: ISAÏE 61, 6 Vous serez appelés Prêtres du Seigneur .

Par T. 3 octobre 2016 à 11 h 09 Répondre à ce commentaire

Très beau, T. Union de prières, merci!

Par MARIE 3 octobre 2016 à 13 h 55

Bonjour je rejoins 2 méditations : la dernière phrase que je vais méditer, et celle de Marie qui trouve que la foi est comme une discipline pour contrer tout cela : prière détermination courage du petit pas ...... je rajoute pour moi volonté de choisir Dieu premier servi c'est le partage que j'ai eu avec mon confesseur devant les multiples événements qui surgissent chaque fois que je dois aller à la messe en semaine le Prêtre me dit c'est comme un RV chez le docteur; j'ai rendez-vous avec Jésus c'est important pour moi. Par la grâce c'est ce que je dde e à Jésus dans sa Divine Miséricorde de m'accorder en lui confiant tous les proches et les amis afin de pouvoir vivre toutes les grâces que le Seigneur a pour moi en cette année de la miséricorde et la Vierge Marie en ce mois du rosaire. Merci à vous de m'aider dans chacune de vos méditations que le Seigneur vous bénisse et nous aide tous ensemble à marcher vers le Père.

Par Fred 3 octobre 2016 à 11 h 03 Répondre à ce commentaire

Même si nous pensons marcher sur "des chemins de vérité" nous pouvons être en proie en proie au doute, aux interrogations, à la révolte, au découragement.

Seigneur, donne nous ta lumière en toute circonstance!

Par MARIE 3 octobre 2016 à 10 h 56 Répondre à ce commentaire

Merci, frère Pascal!
Votre dernière phrase est certainement la phrase la plus juste que j'ai jamais entendue sur la foi.
Je vais la garder précieusement, comme une lumière.

Par Béa 3 octobre 2016 à 10 h 02 Répondre à ce commentaire

"Qu'est ce que j'ai fait au bon Dieu" Quelle vanité, quel orgueil!
J'exerce la liberté que Dieu m'a alloué mais je ne veux pas en assumer les conséquences!
C'est un rapport calculé à Dieu qui nous apporte la déception.
Ecoutons le! plutôt que d'essayer de négocier avec lui!
Allons vers lui, essayons de comprendre son message, faisons grandir notre foi qui comme nous le rappelait l'évangile de ce Dimanche est très loin de peser le poids d'une graine de moutarde!
Dieu quand tu éclaires mon chemin, j'avance avec confiance.
C'est à moi de percevoir la lumière que tu diffuses constamment et avec amour!

Par JM 3 octobre 2016 à 9 h 51 Répondre à ce commentaire

C'est dépouillant mais juste!
Merci pour cette lumière ce flash qui fait tomber le non-essentiel...Et il faut que je ne lâche pas cet essentiel . Car ce n'est pas garanti chez moi. Je tombe souvent et je me mets du temps à me relever en ce moment ...
Fatigue, découragement , peur, pessimisme, révolte , amertume , ressentiment me tiennent tenacement.
La foi , je trouve, demande comme une discipline pour contrer tout cela:prière, détermination, courage du petit pas devant l'autre , confiance et acceptation , sobriété, optimisme, sourire intérieur...
Une lutte sans savoir ce qu'il en adviendra.
Quelquefois la corde est usée...
Je crois aux anges; j'espère qu'il viendront et seront toujours là en dépit de mes actes.

Par marie 3 octobre 2016 à 9 h 47 Répondre à ce commentaire

C'est vrai, la foi peut naître là où ce qui semble logique ne fonctionne plus. Moi aussi, j'ai tendance à perdre la foi quand il m'arrive un ennui : je ne peux pas confier ma vie à quelqu'un incapable de me protéger ! Mais je me rappelle que tant que je suis sur terre, tout peut m'arriver, je ne suis à l'abri de rien. Et ce, même si je m'efforce de bien me conduire. Combien de saints et saintes sont morts jeunes ? Les boudhistes disent "C'était son karma". Et dans l'Ancien Testament : "Dieu fait pleuvoir et briller le soleil sur les bons comme sur les méchants". Autrement dit, je dois renoncer aux idées de punition et de récompense : ce sont des adjuvants utiles, mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est d'avoir la vie en plénitude, comme le Christ le promet. Et là, je suis sûre de rencontrer joies et souffrances mêlées. Mais la manière de les vivre est très différente, si je suis en acceptation ou en révolte. Je pense aux déportés politiques sous Staline : j'ai lu les livres d'Eugénia Guinzbourg, où elle montre bien la différence de réactions avec les prisonniers de droit commun, dans les mêmes conditions de vie.

Par Antoinette G 3 octobre 2016 à 9 h 19 Répondre à ce commentaire

La foi peut naître .... Mais qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour mériter cela .... Oui c'est une question que l'on se pose parfois quand des mauvais événements se succède..... mais Dieu nous afflige pas le mal .... Prions -le pour qu'Il nous aide à accepter les difficultés rencontrée sur notre chemin et nous serons plus fort dans les épreuves ....AMEN

Par Ninine 3 octobre 2016 à 9 h 06 Répondre à ce commentaire

Plus difficile à comprendre. Quand tous vas bien sa roule!
Quand les ennuis arrive beaucoup plus dificile de faire confiance de s'abandonner.... et pourtant !
Merci.
En union de priére avec tous les révoltés de Dieu, moi comprit, quand la souffrance est trop lourde!

Par sabrina 3 octobre 2016 à 8 h 35 Répondre à ce commentaire

Je suis un peu comme Tobit...J'ai du mal à accepter l'échec... "Quand tout le monde sira du mal de vous à cause de mon nom, réjouissez-vous" oui, et même quand ce n'est pas l'ennemi ? QUAND C4EST LA PERSONNE EN QUI VOUS AVIEZ LE PLUS CONFIANCE ?
Aide-moi Jésus ! sans toi, c'est impossible .

Par Ninon. 3 octobre 2016 à 8 h 23 Répondre à ce commentaire

De l'exil, nous pouvons renforcer notre foi. Merci Seigneur de m'aider à tenir debout face aux difficultés.

Par Sonia 3 octobre 2016 à 8 h 13 Répondre à ce commentaire

Les épreuves que nous avons à affronter sont le résultat de notre vie terrestre mortelle. La manière dont nous les affrontons est seule passible du jugement. Ne jamais oublié que dans ces circonstances nous avons toujours des intercesseurs : Jésus miséricordieux, la Vierge, et tous les saints du ciel.

Par Erling 3 octobre 2016 à 8 h 12 Répondre à ce commentaire

Merci Seigneur pour le désert que je traverse. Fais grandir ma foi pour que j'accepte ma situation.

Par Ida 3 octobre 2016 à 7 h 48 Répondre à ce commentaire

le commentaire du Père est un peu difficile à comprendre !

Par Gilles 3 octobre 2016 à 7 h 19 Répondre à ce commentaire

Est ce à dire mon père que les difficultés naissent pour intensifier la foi ?Puisque Dieu veut notre bonheur, est ce là notre bonheur ?

Par rolande 3 octobre 2016 à 7 h 11 Répondre à ce commentaire

La foi peut Naître !
l'autre jour Paul disait , sa façon de penser ...
Jésus ai - je penser à voulu que nous soyons libres , pour exprimer
notre foi , en Dieu . Mais quand une personne dans cette foi est
pleine de Dieu , la bonne odeur , peut attirer les convoitises des
autres , parfois dans un travail , et non plus dans une action de grâce .
Il me revient l'histoire des ouvriers pendant que le patron absent , ceux -ci
tuent à la fin même le fils du Patron . La foi , la garder. Dans un monde désormais
industrialiser , où les religions multiples deviennent une excuse , quand cela va plus ,
on voit , on entend des gens : "se convertir " , d'autres en regard font naître le doute !
D'autres se prennent pour Dieu , Jésus disait qu'il y aurait des dérives , des sectes ect .
Cela pour dire la peur d'être contraint , et non plus libre , nous parlions du service aussi ,
n'oublions pas que c'est un libre choix Dans La Foi " , au risque de perdre la libre arbitre
de traduire sa foi , et non de la trahir .C'est pour dire qu'il faut conserver cette foi là , si
précieuse dans la vérité et la justice de ce que Jésus c'est fait ce Chemin , pour conduire
non pas des , mais toute l'humanité , beaucoup de gens culpabilisent de ne pas avoir
le temps de ceci , cela , d'autres en ont , tant mieux ; le tout c'est de garder La Foi , la théologie
ensuite peut , selon les vocations devenir , un sacerdoce,( Voulu ) qui est un signe d'adhérence ,
de fidélité comme les autres choisi à cause et pour La Foi . Pour Un corps , il faut une Tète , et des
membres , pour bien marcher sans tituber .L'église visible et invisible , chacun prie , partout , puis
va dans ce sanctuaire donner à tous qu'est l'église consacrée . Luc , 1, 45. Luc 10; 20.
En toute circonstance , bénis le Seigneur Dieu , demandez-Lui de diriger vos voies , et de faire aboutir
vos sentiers dans vos projets ...C'est vivre Dieu au quotidien , dans chaque instant , donc au Nom du Père ,
du Fils et du Saint Esprit . Grandir dans la foi d'un baptême , d'amour dans un mariage Sans Craintes .
Non tam processe quam prodesse .Paul il y a des bousculades salutaires pour tous . Et
je PENSE AU BON Samaritain , Puis à Saint Paul disant : qui vous à jeté un mauvais sort ? (voir Galates ) .

Par fred 3 octobre 2016 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

Tobit, Tobie, une seule lettre sépare le père de son fils, comme si ce dernier était son double ou plutôt comme si le personnage principal de ce conte était dédoublé. Tous deux sont des hommes en marche, des hommes qui marchent. Avant même d'être déporté, Tobit semble déjà en déplacement constant, lui, le pèlerin assidu à Jérusalem, qui vit son parcours quotidien comme une marche "sur des chemins de vérité". Mais qu'est-ce qu'un "chemin de vérité"? Est-ce un chemin où l'on sait marcher "dans le vrai" ou bien un chemin vers la vérité?

Resté fidèle à Dieu, Tobit se sait "dans le vrai", mais connaît-il Dieu pour autant? Il est sans défaut dans ses actes, suit tous les préceptes de la Loi à la règle, mais cela est-il suffisant? Voilà la question que semble poser ce conte au départ et déjà y répond. Non, cela ne l'est pas. Tobit va devoir emprunter les chemins de vérité, les chemins de la rencontre avec Dieu, au plus intime de lui-même. Au plus douloureux de lui-même, aussi.

Tobie, son 'double', que Tobit enverra sur les chemins, marchera avec Raphaël, l'ange de Dieu. Mais cela veut-il dire pour autant que Tobit marche sans Dieu à ses côtés? Peut-être est-ce là son parcours: voir, sur ce chemin de vérité, Celui qui toujours l'y a accompagné. Accompagné jusqu'aux portes de la mort, et guéri, et sauvé.
"Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père sinon par moi," dit Jésus. Ce chemin vers la vérité, vers Dieu, se fait avec Dieu, et en Dieu. C'est un chemin de Vie.

Par Audrey 3 octobre 2016 à 6 h 39 Répondre à ce commentaire

Merci au Frère Pascal d'avoir situé ce passage dans le temps.
Comment mieux expliquer, Audrey, ce texte ambigu, à première lecture, d' autant plus qu'il doit être considérer comme un conte.
Merci de nous replacer sur le chemin de la Vérité, toujours à chercher, en suivant Jésus.

Par Christiane 3 octobre 2016 à 9 h 14

Oui , c'est vrai , il faut souffrir et s'arrêter pour laisser en nous la place pour que Dieu vienne .

Par Marie-Françoise 3 octobre 2016 à 6 h 30 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires