Jonas

« Jonas se mit en route pour fuir à Tarsis. » Jonas 1,2

Il y a ici plus que Jonas

Luc 11, 29-32

Comme les foules se pressaient en masse, Jésus se mit à dire : "Cette génération est une génération mauvaise ; elle demande un signe, et de signe, il ne lui sera donné que le signe de Jonas. Car, tout comme Jonas devint un signe pour les Ninivites, de même le Fils de l'homme en sera un pour cette génération. La reine du Midi se lèvera lors du Jugement avec les hommes de cette génération et elle les condamnera, car elle vint des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon !
Les hommes de Ninive se dresseront lors du Jugement avec cette génération et ils la condamneront, car ils se repentirent à la proclamation de Jonas, et il y a ici plus que Jonas !

Méditation

précédente suivante

Trois jours et trois nuits

La foule se presse autour de Jésus. Elle réclame un signe. Une manifestation de la puissance de Dieu. Des prodiges. Une preuve sonnante et trébuchante. Une garantie que Jésus est bien le sauveur d’Israël. Jésus, tout habité des Écritures, hausse le ton : « il ne leur sera donné que le signe de Jonas » – c’est-à-dire une parole déjà adressée dans l’histoire par le prophète Jonas, mettant en garde le peuple de Ninive contre ce qui peut porter atteinte à sa vie sensée et vivante. Parole écoutée, entendue qui sauvera Ninive de la destruction. Jésus aujourd’hui est cette parole. Non plus une parole portée, mais le Verbe lui-même. Parole de Dieu faite chair, qui, de la Samaritaine à Zachée, de l’aveugle Bartimée à Lazare, guérit. Libère. Transforme les êtres qui se laissent toucher par elle. Accueille. Entend. Répond. Comprend. Redonne une orientation aux vies empêchées.
Sauve de la fatalité. Ne pas se laisser inspirer par cette vie redonnée par Jésus, ne pas reconnaître cette bienfaisance de Dieu par le Fils, voilà ce qui menace la génération à laquelle Jésus s’adresse. « Il y a ici bien plus que Jonas ! » : Jonas, avalé par le monstre marin, resta trois nuits et trois jours captif de ses entrailles. Résonne déjà dans l’exclamation de Jésus l’annonce de sa mort et de sa résurrection. La Sagesse de Dieu faite chair, la Parole de Vie, sera confisquée, mise à mort, par ceux qui ne l’ont pas reconnue. Aux premières heures du matin du troisième jour, ayant traversé la mort, la Parole de Vie, le Christ, discrètement, loin des manifestations spectaculaires, avec bienveillance, convertira à nouveau le cœur de Marie de Magdala en prononçant son nom*. Simplement.

*Jean 20, 16
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

51 commentaires

Ce matin a la liturgie ,en écoutant regardant l'Evèque, j'ai eu ce sentiment que cette image et ces paroles etaient d'un autre temps.
Il y a du vide dans ces mots
Je n'ai pas senti l'energie avec les autres fidéles
voila ,je pose cela

Par jnc 22 octobre 2017 à 19 h 35 Répondre à ce commentaire

Non, PETIT POUCET nous ne sommes pas une élite mais un groupe de chercheurs de Dieu, que certains -dont vous même- réduisent à quelques noms Audrey. Odile, Bernadette, Anne, ,........dommage, car cela fait penser à une sélection, genre conversation entre personnes de connaissance, et pourtant ! Il y a de la vie et beaucoup de Foi chercheuse dans les témoignages! D'un certain côté, on peut comprendre ce qui se passe, car les témoignages sont longs, nombreux. J'ai essayé une ou deux fois de les lire tous, il faut du temps, beaucoup de temps et actuellement c'est une denrée rare pour ceux qui travaillent encore.
Et encore si les témoignages ne sont pas ceux de l'an dernier !

Par saabine 22 octobre 2017 à 17 h 32 Répondre à ce commentaire

Bonjour Sabine, Merci de me faire remarquer que j'ai oublié les points de suspension dans ma liste des auteurs des commentaires que j'ai pu lire. J'aurais du effectivement citer tout le monde. Pratiquement, je ne vois pas trop comment faire
mais c'est surement possible.
Sur le fond je suis d'accord avec vous, les chercheurs de Dieu, c'est l'humanité tout entiere

Par petit poucet 23 octobre 2017 à 11 h 23

Comme les foules qui se pressent en masse devant Jésus et qui sans doute voudraient un signe, nous aussi nous avons besoin de fortifier notre confiance.

Trouver dans ma VIE TA PRÉSENCE tenir une lampe allumée, choisir AVEC TOI LA CONFIANCE, aimer et se savoir aimé.

Avec vous par le chant et la prière.

Par MARIE 21 octobre 2017 à 22 h 28 Répondre à ce commentaire

Fais en bon usage

Par Marcelle koffi 21 octobre 2017 à 13 h 52 Répondre à ce commentaire

Mère de nos souffrances et
de nos espérances

Michel Hubaut

Je te salue Marie,
mère de tous nos désirs d'être heureux.
Tu es la terre qui dit oui à la vie.
Tu es l'humanité qui consent à Dieu.
Tu es le fruit des promesses du passé
et l'avenir de notre présent.
Tu es la foi qui accueille l'imprévisible,
tu es la foi qui accueille l'invisible.

Je te salue Marie,
mère de toutes nos recherches de ce Dieu imprévu.
Du Temple où tu le perds,
au Calvaire où il est pendu,
sa route te semble folle.
Tu es chacun de nous qui cherche Jésus,
sans bien comprendre sa vie et ses paroles.
Tu es la mère des obscurités de la foi,
toi qui conserves tous les événements dans ton coeur,
toi qui creuses et médites tous nos "pourquoi?"
et qui fais confiance en l'avenir de Dieu, ton Seigneur.

Je te salue Marie,
mère de toutes nos souffrances.
Tu es la femme debout au pied de l'homme crucifié,
tu es la mère de tous ceux qui pleurent,
l'innocence massacrée et le prisonnier torturé.

Je te salue Marie,
mère de toutes nos pentecôtes.
Tu es, avec les apôtres, l'Église qui prie
et accueille les dons de l'Esprit.
Je te salue Marie,
mère de toutes nos espérances.
Tu es l'étoile radieuse d'un peuple en marche vers Dieu.
Tu es l'annonce de l'humanité transfigurée,
tu es la réussite de la création
que Dieu a faite pour son éternité. Amen.

Par Partage 21 octobre 2017 à 12 h 28 Répondre à ce commentaire

«Jésus est à ce moment découragé de l'incompréhension des gens »
Qu’est qui vous fait dire que Jésus est découragé à ce moment-là?
Nous peut-être on le serait, on l’est, on l’a été dans de telles circonstances ou des situations qui y font penser.
Bien souvent on prête des sentiments à Jésus qui sont les nôtres, mais qui ne sont pas explicites dans l’écriture...
Bien sûr Jésus est sensé avoir épousé toute notre condition humaine donc ces sentiments là aussi mais est-ce vraiment au moment où on les lui prête?...
Admettons qu’il a ces sentiments là à ce moment-là, alors comment réagit-il ? Et c’est là qu’on lui fait hausser le ton, comme nous le faisons parfois nous sous le coup de l’exaspération mais là encore est-ce la « bonne attitude », celle de Jésus, Seigneur et Fils de Dieu?...
Je me pose souvent des questions sur ce que pouvait ressentir Jésus dans ces épisodes de sa vie qui sont relatés dans le nouveau testament et il y a bien souvent peu d’indications à ce sujet...

Par Isa 21 octobre 2017 à 10 h 50 Répondre à ce commentaire

Mon commentaire était une question-réponse au commentaire d’Antoinette G mais si quelqu’un a des infos ou sa propre interprétation je prends

Par Isa 21 octobre 2017 à 10 h 57

Oui, je pense que c'est logique : Jésus, en tant qu'être humain, peut être , temporairement, découragé et même s'énerver devant la bêtise ou la mauvaise foi. Cela n'enlève rien à sa sainteté, au contraire, cela montre qu'il n'est pas imperturbable , détaché du monde : il est bien dans le monde, mais il n'est pas de ce monde. En effet, sa divinité se manifeste par la force qu'il tire de la prière à son Père, afin de rester fidèle à sa mission d'amour.
En fait, j'ai lu récemment un article écrit par un prêtre, sur ce thème "Pourquoi Jésus a-t-il besoin de prier ?". S'il était imperméable aux émotions humaines, comment pourrait-il nous servir de modèle ?

Par Antoinette G 21 octobre 2017 à 16 h 03

PS : je reprends ce que disait Audrey : si les Ninivites acceptent d'abandonner leur mauvaise conduite et de faire pénitence, c'est parce qu'ils croient Jonas, à cause du risque qu'il prend pour les avertir. Ils se disent alors que ça doit bien être une question de vie ou de mort, seule motivation assez forte pour expliquer son intervention hasardeuse.
A contrario, est ce que je crois que le Christ a vécu, est mort et ressuscité pour me montrer le chemin de la vie éternelle, celui qui permet de surmonter angoisse et désespoir pour aller vers la paix et la joie ?

Par Antoinette G 21 octobre 2017 à 9 h 01 Répondre à ce commentaire

Et la reine de Saba , combien a-t-elle fait de km? Combien de jours a t elle marché? Quel était l'intensité de son désir de voir si ce qu'on disait de Salomon était vrai.
Et il y a ici bien plus que Salomon.
Et mon désir ? Est il assez puissant pour me faire entamer le voyage de mon bureau à un coin prière, de ma cuisine à un moment de silence, de tête à tête avec le Seigneur , de mon smartphone au recueillement, du dîner avec les copains à l'eucharistie?

Par Kientz Philippe 21 octobre 2017 à 8 h 53 Répondre à ce commentaire

Ce passage est à rapprocher de la parabole des vignerons homicides, qui enfonce encore plus le clou. Jésus est à ce moment découragé de l'incompréhension des gens à qui il s'adresse, et qui ne reconnaissent pas la parole de Dieu faite chair. C'est parce que ce n'est pas ce à quoi ils s'attendaient : un roi, doté d'un pouvoir surnaturel, afin de sauver Israël, alors occupé par les Romains. Mais le Christ n'est pas venu pour ça : s'il a pris notre condition humaine, c'est pour nous montrer qu'il est possible, sur cette terre, de vivre en enfant de Dieu, c'est à dire dans la vérité, la justice et l'amour. Seulement, cela suppose beaucoup de renoncements et de prises de risque, car le royaume de Dieu est à ce prix. "Celui qui perd sa vie à cause de moi la sauvera", c'est à dire, il n'aura pas vécu pour rien, il aura sauvé l'essentiel, son âme, et par ses actions positives, il aura contribué à l'oeuvre de Dieu.
Je crois que la foi, c'est de me rappeler quelle est la fin dernière de ma vie, comme on disait autrefois. La vie a bien une fin dernière, qu'il est important de distinguer des moyens de vivre, car c'est ce qui ordonne (oriente) la vie. Conversion = retournement, donc changement de direction à 180 °. En me tournant vers Dieu même si c'est à mon dernier souffle, comme le bon larron, ma vie n'aura pas été vaine. En résumé, est ce que je crois que ma réceptivité à la parole de Dieu peut , comme le dit Soeur Véronique, "redonner une orientation à ma vie empêchée ?"

Par Antoinette G 21 octobre 2017 à 8 h 29 Répondre à ce commentaire

HYMNE : COMMENT ES-TU FOYER DE FEU
Syméon le Nv. Théo (adapt. J.F Frié) — Levain

Comment es-tu foyer de feu
et fraîcheur de la fontaine,
une brûlure, une douceur
qui rend saines nos souillures ?

Comment fais-tu de l'homme un dieu,
de la nuit une lumière,
et des abîmes de la mort
tires-tu la vie nouvelle?

Comment la nuit vient-elle au jour ?
Peux-tu vaincre les ténèbres,
porter ta flamme jusqu'au coeur
et changer le fond de l'être ?

Comment n'es-tu qu'un avec nous,
nous rends-tu fils de Dieu même ?
Comment nous brûles-tu d'amour
et nous blesses-tu sans glaive ?

Comment peux-tu nous supporter,
rester lent à la colère,
et de l'ailleurs où tu te tiens
voir ici nos moindres gestes ?

Comment de si haut et de si loin
ton regard suit-il nos actes ?
Ton serviteur attend la paix,
le courage dans les larmes !

Par Hymne 21 octobre 2017 à 6 h 14 Répondre à ce commentaire

la generation est bien mauvaise comme nous le sommes ayant toujours besoin de preuves mais des preuves de quoi?

Par garnier patrick 21 octobre 2017 à 0 h 17 Répondre à ce commentaire

« Jésus, tout habité des Écritures, hausse le ton  »... « l’exclamation de Jésus »
C’est peut-être ainsi que vous lisez ce passage mais on peut le lire aussi avec un ton plutôt empreint de pitié et de compassion, avec une grande douceur, pour des gens qui ne distinguent peut-être pas leur droite de leur gauche, même s’ils sont persuadés du contraire, et sont une « génération mauvaise »...
La compassion, la patience et la douceur de Dieu sont pour tous, et peut-être même d’autant plus pour les malades et les pêcheurs, non?!...
il serait dommage de cacher la parole de Vie, de la mettre à mort, parce qu’on ne l’a pas reconnue dans la lecture...
La reine de Saba (ou du Midi?) condamnera, les gens de Ninive condamneront, et celui qui dit qu’il y a plus que Jonas, est celui dont on dit qu’il donne sa vie pour ceux qu’ils aiment, pour tous ceux que le Père lui a donné, mais comment le fait-il?
En haussant le ton? Au contraire, il se tait devant ceux qui l’accusent.
Dans une exclamation qui condamne? Plutôt dans un cri de pitié et de compassion: pardonne-leur? Et le Père pourrait-il ne pas exhausser le Fils?
S’il nous dit de croire que tout ce qu’on demande en son nom on l’a déjà reçu, combien plus on peut croire que ce qu’il demande lui-même on l’a déjà reçu...

Par & 20 octobre 2017 à 21 h 10 Répondre à ce commentaire

OUI.... j'écoute ta parole Seigneur...
OUI... j'essaie de la suivre et de la mettre en pratique...;
Mais souvent je ne reconnais pas les petits signes que tu m'envoies...
alors parfois j'hésite et je ne fais pas le bon choix !
Salomon a eu cette grande sagesse que nul humain ne peut avoir...
Seigneur donnes m'en une toute petite parcelle...
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 20 octobre 2017 à 17 h 47 Répondre à ce commentaire

HYMNE : REGARDE OÙ NOUS RISQUONS D’ALLER
D. Rimaud — CNPL

Regarde où nous risquons d’aller
Tournant le dos
À la cité
De ta souffrance !
Ta Pâque est lente aux yeux de chair
De tes bourreaux :
Explique-nous le livre ouvert
À coups de lance.

Comment marcherions-nous vers toi
Quand il est tard,
Si tu ne vas
Où vont nos routes ?
Ne manque pas aux pèlerins
Mais viens t’asseoir :
La nappe est mise pour le pain
Et pour la coupe.

Comment te saurons-nous vivant
Et l’un de nous,
Si tu ne prends
Ces simples choses ?
Partage-nous ton corps brisé
Pour que le jour
Se lève au fond des cœurs troublés
Où tu reposes.

Ce jour que nous sentons lever,
Nous le voyons
Dans la clarté
De ton visage :
Ne laisse pas le vent de nuit
Ni les démons
Éteindre en nous le feu qui luit
Sur ton passage.

Remets entre nos mains tendues
À te chercher
L’Esprit reçu
De ta patience :
Éclaire aussi l’envers du cœur
Où le péché
Revêt d’un masque de laideur
Ta ressemblance.

Par Hymne 20 octobre 2017 à 17 h 27 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J'apprécie vraiment vos textes si bien présentés.
Merci bien.
Huguette Parent, sco

Par Huguette parent, sco 20 octobre 2017 à 16 h 41 Répondre à ce commentaire

" Heureux ceux qui croient... sans avoir vu "...
Je suis autodidacte âgé, je ne comprend pas tout.. hélas...! mais je cherche journellement son visage...
Dieu m'a "choisi" ?...Je ne sais pourquoi ?... J'ai répondu à son appel... Il m'a pris par la main et m'a conduit sur des chemins invraisemblables qui humainement je n'aurai jamais du emprunter ...?
... et voilà... je crois en sa miséricorde... car il m'est arrivé parfois de franchir la "ligne jaune" sans m'en rendre compte, je le constate aujourd'hui, en regardant maintenant (au crépuscule de ma vie)... dans le "rétroviseur" !...
Pardon Seigneur de mon ingratitude... Comme Jonas, je n'ai pas tout compris !!!

Par breizh 20 octobre 2017 à 15 h 21 Répondre à ce commentaire

Donne-moi la paix
Auteur : Monastère de l'Annonciade

Donne-moi,
Jésus, la paix:
sérénité rayonnante,
harmonie retrouvée,
maîtrise de moi-même
qui permet d'être plus fort
que l'obstacle imprévu.
Donne-moi,Jésus, la paix
et je découvrirai
le bonheur simple et profond
de donner
jour après jour de ma vie,
ma vie reçue
comme un Don.

Par Partage 20 octobre 2017 à 14 h 46 Répondre à ce commentaire

Pouvez-vous envoyer marche dans la bible à Madame Hoff Marie-Bernadette cela lui serait très bon .

Par Hoff Marie-Bernadette 20 octobre 2017 à 14 h 15 Répondre à ce commentaire

cette réponse est pour PETIT POUCET : d'une part il y a sur internet d'autres sites il suffit de se donner la peine de chercher vous allez trouver facilement vous qui faites partie de la sois disant "petite élite" pour qui vous prenez vous ? Vous m'avez profondément choqué et cela n'est pas digne de ce site. je vais prier pour vous et demander à l'Esprit Saint qu'il vous éclaire

Par Lulu 20 octobre 2017 à 14 h 04 Répondre à ce commentaire

Cherchons ensemble, voulez vous, dans l'evangile : " que celui qui est sans péché lui jette la première pierre "
Ça donne à réfléchir ?

Par Micheline 21 octobre 2017 à 8 h 32

Nous sommes donc appelés à entretenir l'Esprit , dans cette unique loi , qu'est l'amour .
La charité , dans toute la beauté de nous aimer les uns les autres , mais aussi à nous porter secours les uns les autres .
Il est écrit :sans amour je suis rien , mais aussi , je peux avoir pleins de dons , mais sans amour cela sonne creux!
Il y a beaucoup de talents , mais sans l'Esprit , aucune consolidation .Or l'église nous invite en tant que membres , à
marcher selon l'Esprit Saint , pour vivre et transmettre des valeurs humaines tout facilement abordable .Partant de nos familles , et tout autour et au dedans , en toute simplicité de coeur , recevoir Dieu , par Jésus dans un Esprit Saint , ce qui
consacre c'est Dieu .
Ainsi Jésus dira Je suis le chemin ; Il redonne ainsi un sens à nos vie , dans la vérité , et nous montre cette alliance qui s'établit avec nous et nos descendants dans des véritables liens d'amour .
Ce qui tue l'Esprit , c'est l'indifférence à tout actes de charité possible...Il restera donc de nous , ce que nous aurons fait de tout notre coeur , être fidèle au Seigneur , célébrer le Seigneur , dans l'ardeur d'une vie à aimer et à donner pour ceux qu'on aime ...Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur .

Par fred 20 octobre 2017 à 13 h 57 Répondre à ce commentaire

Entend. Répond. Comprend. Redonne une orientation aux vies empêchées.
Sauve de la fatalité. Ne pas se laisser inspirer par cette vie redonnée par Jésus, ne pas reconnaître cette bienfaisance de Dieu par le Fils, voilà ce qui menace la génération à laquelle Jésus s’adresse. « Il y a ici bien plus que Jonas. ...discrètement, loin des manifestations spectaculaires, avec bienveillance, convertira à nouveau le cœur de Marie de Magdala en prononçant son nom*. Simplement.

Merci pour cette méditation( toutes et tous les commentaires )
Rebonjour à tous sur ce site et en union de prière

Par Béatrice 20 octobre 2017 à 11 h 55 Répondre à ce commentaire

Seigneur Jésus,
Tu n’as cessé d’être présent au plus intime de nos vies,
lorsque nous acceptions de nous tourner humblement vers Toi.

Par moments, la vie est si intense et prenante
que je ne pense plus qu’à bien faire ce que je fais.
Et encore … « bien faire » … en tous cas : « à le faire ! »

Accorde-nous de pouvoir revenir régulièrement
à la source réelle de notre vie,
celle de Ta Présence parmi nous.

Oui, il y a bien plus que Jonas,
bien plus que ce que nous pourrions observer, déduire et penser.

Il y a, avant tout, pour moi, le souvenir de Ta Présence
aimante et pardonnante, il y a quelques années,
lorsqu’à l’intérieur de moi, j’avais tout perdu.

Tu as réchauffé mon cœur,
Tu as réveillé ma vie.

Depuis, Ta Présence n’est pas restée en moi comme un souvenir du passé,
ni comme un conseil de bonnes actions quotidiennes.
« Heureux l’homme à qui Dieu accorde d’être juste,
indépendamment de la pratique des œuvres » nous dis-Tu aujourd’hui.

Lorsqu’à certains moments,
Tu m’accordes d’être juste,
aide-moi à ne jamais oublier,
lorsque je suis avec mes frères,
que je suis avant tout un pécheur pardonné,
et que Tu es la source toujours présente de mon bonheur d’aujourd’hui.
Tu nous as dit : « Aimez, partagez, pardonnez.
Je suis en vous et au milieu de vous, aujourd’hui ».

Bonne journée à tous, vraiment.
Vraiment.

Par Paul (Belgique) 20 octobre 2017 à 11 h 34 Répondre à ce commentaire

Merci Paul pour votre commentaire qui est si paisible ,comme les autres d'ailleurs. Je vous souhaite une belle fin de semaine sereine et ensoleillée

Par Biniou 21 octobre 2017 à 17 h 15

Ce message est pour le "Petit Poucet", mais je ne sais pas où appuyer pour lui répondre!!
Vous dites, "comme si nous lisions la Bible ensemble autour d'une table": ce constat montre une fraternité via internet et c'est vrai que c'est plutôt réjouissant... et surtout vous notez les LIENS entre tous les textes Bibliques! et cela est intéressant car cela signifie que les textes ne sont pas des rondelles de saucisson...mais ont une UNITE.. Bref! merci "petit poucet"!
ce qui veut sans doute dire semer des cailloux le long du chemin, c'est-à-dire semer des graines pour plus de VIE! Vous avez la délicatesse de remercier les dominicains de Lille, qui font un travail magnifique, sans qui ces partages n'auraient pas lieu...Quant à intégrer des personnes de toute obédience, c'est une belle idée.... A suivre!

Par Emma 20 octobre 2017 à 11 h 10 Répondre à ce commentaire

Il faut simplement, Emma, cliquer sur "répondre à ce commentaire". Amicalement.

Par Esperanza 20 octobre 2017 à 22 h 44

Nos vies empêchées,voilà un mot qui soudain m éclairé par sont sens lui même,voilà notre vie est empêchée,de voir ,d entendre,de croire que le fils de dieu est venu sur terre juste par amour, alors oui seul l Esprit Saint peux nous sortir de ce péché qui nous aveugle Seigneur ouvre notre coeur et notre âme à la vérité et l amour

Par Bernadette 20 octobre 2017 à 9 h 44 Répondre à ce commentaire

Jésus, ici, semble montrer son irritation par rapport aux désirs des gens: adhérer à sa Parole par des signes. Peut-être des signes qui leur feraient dire: c'est un nouveau dirigeant?
Jésus insiste pour annoncer une autre Parole: il n'est pas venu pour vivre et régner en roi de ce monde , mais Quelqu'un qui va "descendre" vers les hommes pour leur apprendre le lavement des pieds! pour servir et non pour régner...pour nous apprendre à aimer! Avec la Passion pour tout bagage! la Passion au deux sens du terme! passion pour les hommes et passion de la mort à la vie! Il y a de quoi être déboussolés pour ces foules (et pour nous aujourd'hui,) qui attendaient un sauveur à la manière du monde...Mais Lui n'aime pas à la manière de ce monde!
Fasse Seigneur que nous comprenions mieux ta venue en Ce Fils aux signes hors du commun! car ce n'est pas commun de mourir d'aimer!
Merci Sœur Véronique pour votre commentaire qui nous redit encore et encore ce pour quoi le Christ est là.

Par Emma 20 octobre 2017 à 9 h 19 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous,
Merci à Audrey, Odile, Anne, Emma et Bernadette pour leurs commentaires. Je trouve fort passionnants la quasi totalité des commentaires car ils établissent le plus souvent des liens entre divers versets de la bible mais toujours en partant du texte biblique. On croit qu'il n'y a que deux ou trois idées par verset, et puis on s'aperçoit très vite qu'il y a des liens multiples
avec des dizaines d'autres passages de la bible. Finalement c'est exactement comme si on était dans la même pièce
en train de lire la bible ensemble et que chacun dise 'cela me fait penser à tel verset'.
Je ne pensais pas qu'il existait un site d'une telle qualité sur internet.
Ceci dit, il y a encore quelques personnes dans la grande famille humaine qui ne connaissent pas ce site (d'une part)
et d'autre part qui n'ont pas tout à fait les mêmes codes culturels que nous, petite élite qui essaie d'enrichir le site du mieux qu'elle peut. Le site pourrait être bilingue (français/anglais) dans un premier temps. Ensuite on doit pouvoir ajouter
l'espagnol, l'italien, le portugais, le polonais, le russe. Il faudrait aussi proposer à des prédicateurs des sphères protestantes et orthodoxes de participer au site sur un pied d'égalité avec le groupe catholique.

Par le petit poucet 20 octobre 2017 à 10 h 46

bonjour,comme le dit audrey dans son commentaire,les trois conversions possibles de trois façons différentes sont là,mais soeur véronique margron ne l'explicite pas dans sa méditation,merci à audrey d'avoir ainsi clarifié les trois jours et les trois nuits et à odile d'oser dire que l'on peut se convertir tout le temps suivant la compréhension que l'on a des choses.
chers dominicains,vos internautes cheminent sur la bonne voie,puissiez-vous nous accompagner tout au long de ce périple
comme jésus lui-même qui essaie de nous ouvrir les yeux pour que nous ne nous perdions pas!
mais,comme le dit john newman :"ce n'est pas par la dialectique qu'il a plu à Dieu de sauver son peuple",ce que disent avec leurs mots micheline et antoinette le 1er octobre.
bonne journée à tous,anne frabolot

Par anne frabolot 20 octobre 2017 à 9 h 18 Répondre à ce commentaire

On se converti tout le temps, et à chaque moment, à chacun de nos actes et de nos paroles, et de nos mots, et de la compréhension des choses. On fait,, et on pense à ce qu'on vient de faire, tu aurais pu faire mieux, tu n'as pas fait ce qu'il fallait faire, tu n'a pas dit ce qu'il fallait dire. Et le temps passe, la grâce nous pétrie, de l'intérieur, on avance. Parfois avec la conviction d'avoir échoué dans nos missions, notre travail, nos intentions, parfois avec la joie d'être dans la bonne voie. Aides nous Mon Seigneur et Mon Dieu.

Par Odile 20 octobre 2017 à 7 h 36 Répondre à ce commentaire

"Encore 40 jours et Ninive sera détruite." Telle était la proclamation de Jonas. Quelle est cette destruction promise? N'est-elle pas celle de vivre sans Dieu, cette mort celle de ne pas entendre sa voix? De refuser cette vie offerte, cette vie donnée de marcher à son pas? Ce qui n'a pas grand chose à voir avec la religion 'officielle'; ceux qui écoutent Jésus dans les évangiles, ceux pour qui Jésus est bonne nouvelle, sont bien souvent des païens.
Les scribes et Pharisiens, empêtrés dans leur paraître, ne savent pas reconnaître la vie quand elle vient. Ils sont dans la mort déjà, ceux que Jésus compare à "des sépulcres blanchis à la chaux : à l'extérieur ils ont une belle apparence, mais l'intérieur est rempli d'ossements [...]" (Mt 23, 27). Le signe demandé est de l'ordre de ce paraître, mais c'est tout l'être que Dieu, par sa venue, vient retourner tout entier. Vient donner vie à ce qui en soi était mort. Cette conversion, ce retournement, Paul, "précipité à terre" par la clarté soudaine de Dieu, en montre toute la force en sa chair.
Jésus, au matin de Pâques, "convertira à nouveau le cœur de Marie de Magdala," écrivez-vous, Sr Véronique, ce qui m'a posé question. En quoi est-elle convertie, elle qui, par ses larmes, de tout son être, est tournée vers celui qui n'est plus? Mais la réponse est là. Il est. Vivant. Elle qui se retourne vers celui qui vient est appelée à le voir vivant. La mort qui pesait sur son cœur alors disqualifiée par la force de la résurrection. Merci!

Par Audrey 20 octobre 2017 à 6 h 46 Répondre à ce commentaire

HYMNE : RETOURNEZ-VOUS, VOICI L'ESPRIT
La Tour du Pin — CNPL

Retournez-vous, voici l'Esprit
Du Seigneur, au vent de la nuit,
Qui passe au monde ;
Accueillez-le, ne craignez rien ;
A la croisée de vos chemins,
Laissez-vous couvrir de son ombre.

N'alliez-vous pas vous desséchant
Dans vos lois de chair et de sang,
A perte d'être ?
Hébergez-le, vous renaîtrez,
Car Dieu travaille au plus secret :
Sa lumière luit aux ténèbres.

Ouvrez la fente de vos coeurs,
Et voyez celle du Seigneur,
L'arbre de vie ;
Rapprochez-les, restez greffés,
Buvez la sève désormais
Dont la plaie du Christ est remplie.

Et son Esprit brise les joints
Avec l'arbre mort du jardin
De sève humaine ;
Ne manquez pas ici le bond
Des derniers temps de création
Où l'amour de Dieu nous entraîne.

Ne rompez pas vos nouveaux liens :
Vous croîtrez avec l'Esprit Saint
Jusqu'à cette heure
Du Fils de l'homme éblouissant
Par tous les hommes de son sang
Qui l'auront choisi pour demeure.

Par Hymne 20 octobre 2017 à 6 h 22 Répondre à ce commentaire

Pour les personnes du temps de Jésus, il leur était difficile de faire le lien entre l’expérience de Jonas et la résurrection de Jésus. Ils n’avaient pas, comme nous, le recul pour comprendre. Nous n’avons pas la même excuse. Mais on demande encore des preuves, pas n’importe lesquelles, mais celles que nous aimerions dicter à Dieu. Cependant cela ne nous excuse pas de refuser de croire et d’accueillir le message de Jésus ?
Est-ce par ignorance, que nous lui refusons le titre du Fils de l’homme, de le reconnaître comme Fils de Dieu et Dieu lui-même ? Les plus jeunes, dans bien des cas n’ont pas reçu la même éducation religieuse que nous et nous ne leur donnons pas toujours l’exemple : loin de là ?
Combien d’adultes ont mis de côté la pratique religieuse ? Combien divorcent, se séparent et se retrouvent dans des situations de concubinage ? Combien critiquent l’Église et son enseignement, tout en le méconnaissant ou le refusant ? Alors où sont les modèles à offrir à nos jeunes, et moins jeunes.
Et nous (les bons pratiquants) que faisons-nous ? Prenons-nous la parole pour rectifier les erreurs prononcées, dans le respect de l’autre, mais aussi en respectant nos convictions.
Je me pose souvent la question : quand faut-il que je parle, quand faut-il que je me taise ? Esprit-Saint éclaire-moi. Donne-moi la grâce de l’audace.

Par micheline (Canada) 20 octobre 2017 à 5 h 42 Répondre à ce commentaire

Merci ma chère Micheline,
Bien souvent je me pose les même question?Que l'esprit saint nous guide vers les bonne réponse,pour pouvoir répondre le plus simplement par les parole du Christ,éclairé nous mais surtout nos jeunes, qui ce perde dans notre monde,bien des fois bien fraternellement

Par Brig 21 octobre 2017 à 8 h 51

Témoignage d'un signe "sensible" dans notre malheur...
Nous étions invités avec les enfants par la gardienne d'une chapelle en centre Bretagne..
A la fin de la journée, nous avons été convié à visiter la chapelle et voir un beau Christ en croix du XIII° siècle.
Mon fils (7 ans) voulut allumer un cierge.? La gardienne lui fit comprendre justement qu'elle allait fermer la chapelle, mais lui promettait de le faire bruler le dimanche suivant pendant la messe...
... Il décédait 48 h après ...
La chapelle s'appelait " Notre Dame du Bon Réconfort"... mon épouse et moi, l'ignorions !...
Coïncidence, dirons certains ?... Nous avons une autre traduction, en ce qui nous concerne....

Par breizh 2 octobre 2016 à 23 h 01 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau témoignage, comme vous je pense que la lumière de votre fils brille dans l'éternité et qu'il veille sur vous, uni à. vous dans la communion des saints, dans l'amour infini du Seigneur. UDP

Par MARIE 3 octobre 2016 à 9 h 09

Merci,pour votre témoignage, en union de prière

Par Brig 3 octobre 2016 à 14 h 19

Témoignage d'un signe "sensible"... dans le malheur...
Nous étions reçu avec les enfants chez la gardienne d'une chapelle dans le centre Bretagne...
A la fin de la

Par breizh 2 octobre 2016 à 22 h 39 Répondre à ce commentaire

Pour moi,peu importe la génération à laquelle nous appartenons, l'appel de Dieu est lancé a tous pour travailler à la grandeur de ce royaume. Notre Dieu est un Dieu qui donne sa chance et son amour à touse,qui appelle les hommes à partager sa gloire.
Faisons confiance a Dieu pour ce qui est de son amour et refusons de comparer nos mérite. ..bon dimanche fraternellement

Par Brig 2 octobre 2016 à 21 h 29 Répondre à ce commentaire

comme Jonas je n'ai plus l'hombre de marche dans la bible mais je prie et loue toujours le Seigneur amitié à tous et toutes

Par louange 2 octobre 2016 à 19 h 01 Répondre à ce commentaire

Je suis en union avec vous Louange,dans la prière, marchons ensemble sur le chemin, fraternellement brig

Par Brig 2 octobre 2016 à 21 h 35

« Je suis le chemin, la vérité, la vie. Personne ne peut aller au Père autrement que par moi. » (Jean 14, 6)

Par MARIE 1 octobre 2016 à 14 h 51 Répondre à ce commentaire

La foi est une confiance, à la foule, "cette génération", c'est à dire ses contemporains, Jésus adresse une parole restrictive: "il ne lui sera donné que le signe de Jonas", nous demandons toujours plus, alors que Dieu a besoin de notre confiance.

"Il y a ici plus que Jonas" permet de faire un parallèle entre l'ancien testament et la nouvelle alliance, Jésus est le chemine, la Vérité, la Vie!

Nous aussi, nous pouvons porter et transmettre cette Vérité: Dieu vit avec nous et en chacun de nous. UDP

Par MARIE 1 octobre 2016 à 13 h 15 Répondre à ce commentaire

Ce texte est un redoublement du précédent, donc Jésus insiste énormément. Dans l'Evangile, Jésus a souvent déploré le manque de foi des Juifs, en comparant avec l'adhésion immédiate rencontrée auprès d'étrangers païens.C'est d'ailleurs ce qui lui a mis à dos les pharisiens. Il lutte contre la morale de clan : sa vie est un témoignage (un signe) d'une autre réalité, comme le dit Audrey.
De même aujourd'hui, la foi est bien plus présente en dehors de l'Europe, pays de vieille culture chrétienne.Ici, elle semble réduite à une aide à vivre personnelle. Pourtant, c'est bien plus que ça, comme le Christ est bien plus qu'un lanceur d'alerte ou qu'un gouvernant très sage. La question à me poser : j'admire ceux qui ont donné leur vie pour l'humanité, mais est ce que ça m'incite à croire que c'est possible aussi pour moi ? Est ce que je reconnais le signe du chemin à prendre ? Autrement dit, est ce que ça me décide à changer ma façon de vivre, au nom de la fin dernière de ma vie ? Il ne suffit pas de dire "Seigneur, Seigneur"...

Par Antoinette G 1 octobre 2016 à 8 h 50 Répondre à ce commentaire

Il me faut beaucoup d'humilité car des païens ( les Ninives ) , une femme étrangère , un voleur au supplice pendu sont promis au royaume de Dieu, sans le connaître , sans avoir étudier les écritures , sans avoir philosopher. ils ont écouter simplement la petite voix de leur coeur, de leur conscience ( disent les païens ) et moi qui pratique, qui réfléchis sur les textes, qui se demande : que veux dire Dieu, qui fait des assemblages comme pour un puzzle , je suis bien loin derrière .
Seigneur prend pitié de nous.

Par Micheline 1 octobre 2016 à 8 h 12 Répondre à ce commentaire

C'est vrai, si j'avais vraiment soif et faim de vérité, d'espérance, d''amour et de pardon, je ne tergiverserais pas à me tourner vers le Christ. Est ce que je ressens assez le besoin que ma vie soit sauvée (de l'insignifiance et de la condamnation )? Pourtant le temps m'est désormais compté, je ne peux plus guère me dire "plus tard..."Merci Micheline pour cette réflexion dure à avaler, mais bénéfique.

Par Antoinette G 1 octobre 2016 à 18 h 17

Un signe est quelque chose qui se voit. Les Ninivites ont entendu la proclamation de Jonas, mais ils ont aussi vu un homme, prophète de Dieu. Un homme qui a touché la mort du doigt, que la rencontre avec Dieu a sauvé, qui depuis marche à Son pas, qui se fait sa voix. Un homme qui fait en un jour ce qui en demanderait trois. Il y a comme une distorsion du temps, un décalage, entre ce que vit Jonas et ce que voient les Ninivites. Peut-être parce que ce que dit le prophète, il faut le vivre soi-même pour vraiment l'entendre, l'expérimenter au plus profond de son être.

C'est à cette traversée que Jonas les appelle. Et à cette convocation-là, ils répondent présent. Ils jeûnent, ils éprouvent la soif et la faim. Cette faim physique n'est-elle pas la révélation d'une faim, d’une soif, plus profondes qui, sans qu'ils puissent y répondre, depuis toujours les taraudait? Une faim de Dieu, une soif de sa Parole. Le roi quitte son manteau, signe lui aussi, signe extérieur du pouvoir qu'il détient, et reconnaît ainsi la puissance de Dieu comme seul pouvoir véritable. Il n’est plus qu’un homme, comme tous ceux qui vivent à ses côtés. N’est-il pas plus roi, ainsi dépouillé, dans sa nudité offerte à Dieu, qu'il ne l'a jamais été ?

"[I]l y a ici plus que Jonas", "plus que Salomon". Il y a ici un homme, Fils de Dieu, qui non seulement donne à voir sa Parole faite chair, mais qui la donne et se donne lui-même en nourriture seule à même d'apaiser toute faim, d'étancher toute soif. Un homme dépouillé, dénudé, mis à mort, et pourtant Roi d'un Royaume où tous sont conviés, un Royaume qui montre à voir par lui, en lui, avec lui, une autre réalité.

Par Audrey 1 octobre 2016 à 7 h 28 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires