Jonas

« Jonas se mit en route pour fuir à Tarsis. » Jonas 1,2

Le ricin de Jonas

Jonas 4, 5-8

[Une fois Ninive convertie], Jonas sortit de la ville et s'assit à l'orient de la ville ; il se fit là une hutte et s'assit dessous, à l'ombre, pour voir ce qui arriverait dans la ville. Alors le Seigneur Dieu fit qu'il y eut un ricin qui grandit au-dessus de Jonas, afin de donner de l'ombre à sa tête et de le délivrer ainsi de son mal. Jonas éprouva une grande joie à cause du ricin. Mais, à la pointe de l'aube, le lendemain, Dieu fit qu'il y eut un ver qui piqua le ricin, celui-ci sécha.
Puis, quand le soleil se leva, Dieu fit qu'il y eut un vent d'est brûlant ; le soleil darda ses rayons sur la tête de Jonas qui fut accablé. Il demanda la mort et dit : "Mieux vaut pour moi mourir que vivre."

Méditation

précédente suivante

L'ombre de la croix

Le prophète a parlé. Il se retire à distance pour contempler la destruction qu’il vient d’annoncer. Mais il est déçu : rien de ce qu’il a dit ne se produit ! Cela lui donne mal à la tête, il est furieux. Le récit se moque du prophète et tout le monde rit. Il fait l’unanimité contre lui. Un arbre. Un ricin ? Rien n’est moins sûr : le nom de cet arbre est hapax, c’est-à-dire un mot qui n’intervient qu’une seule fois dans la Bible et que l’on ne peut donc pas traduire. Cet arbre, unique en son genre, se dresse au-dessus de Jonas pour lui donner de l’ombre et le protéger de la violence du soleil. Il s’en réjouit et tous les lecteurs s’en réjouissent avec lui. C’est la première fois que ce prophète de malheur se réjouit. Il semble s’humaniser, enfin !
Quel est donc cet arbre bienveillant qui protège le juif, celui qui d’habitude sert de bouc émissaire quand survient une crise quelque part ? Comment se fait-il que la violence qui pesait sur la ville ne soit pas tombée sur Jonas lui-même, en représailles pour les menaces qu’il a osé proférer ? La mort a frappé, mais elle a frappé l’arbre, pas lui. La question rebondit alors : quel est donc l’arbre mort qui domine la ville ? N’aurait-il pas une forme de croix ? Quand la Parole de Dieu est accueillie, là où nous avons été envoyés, c’est souvent un autre qui en a payé le prix.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

54 commentaires

On voit la bonté de Dieu envers Jonas, lui donnant un arbre pour ce protéger du soleil, et la joie de Jonas à cause du ricin Dieu fait remarquer à Jonas qu'il a pitié de lui aussi... c'est la même attitude que Dieu nous demande d'être miséricorde en vers les uns les autres... car il nous a donné son fils unique pour nous racheter du péché,et de la mort éternelle !!! Amen !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 30 septembre 2016 à 20 h 41 Répondre à ce commentaire

Bonjour Mahona,
Je vous retransmets ci-dessous le texte qui faisait suite à votre réponse :

"Merci, Mahona, pour votre réponse au sujet de la destruction de Ninive et pour l'adresse du site, lequel me permettra d'étoffer mes recherches".

Je vous aurais volontiers transféré la totalité de "Ninive se convertit" si j'avais eu votre adresse.

Unie à vous et à notre communauté dans une même espérance.

Par Marie-Thérèse L. 29 septembre 2016 à 11 h 03 Répondre à ce commentaire

Bonjour Marie Thérèse
Merci pour l'envoi de votre message que je viens de lire. En effet, j'ai découvert et ai pu retrouver l'intégralité des échanges sur "Le ricin de Jonas" en recherchant dans Figures Bibliques le personnage de Jonas. Cela permet de relire tous les échanges antérieurs. Nous avançons à notre rythme dans la découverte (pour moi) de certains textes ; c'est le but de notre participation même si les méditations proposées ne suscitent pas toujours une adhésion pleine et entière. Bonne journée et dans l'attente de la prochaine méditation.

Par mahona 29 septembre 2016 à 12 h 16

bonjour ,
Paul je viens de lire votre requête !
Matthieu 20.28:
Car le fils de l'homme est venu non pour être servi
mais pour servir et donner sa vie comme rançon
de plusieurs .
Quand à l'arbre , ricin , bien des fois , on utilise Dieu dans des raisonnements
purement et simplement selon ce que l'on désire .(Dieu est amour ) et la foi
ne demande que l'amour de croire et d'aimer au delà de toute espérance .
Comme Marie , en toute disposition , ailleurs on peut constater dans nombres 22, 21
qu'un certain Balaam , battait son ânesse , alors qu'elle voulait lui sauver la vie !
L'ange du Seigneur , lui montre le chemin , pour à la fin dire une Bénédiction
montrant dans l'oracle , l'avènement qui dit : de Jacob monte une étoile , le
reste faudra aller le lire ....Quel que soit la source , il n'y a qu'un rocher qui abreuve
une source qui est bénédiction , et nous appelle à bénir , Paix à cette maison , cette
paix c'est Jésus , la bonne nouvelle , le nouveau testament en héritage d'amour ...
Jésus : sauveur , christ oint par notre Père ....

Par fred 29 septembre 2016 à 5 h 39 Répondre à ce commentaire

http://croire.la-croix.com/Definitions/Mots-de-la-foi/Redemption/La-croix-est-elle-necessaire-a-notre-rachat
Paul, le lien ci-dessus peut vous intéresser.
Merci pour vos contributions qui poussent à la réflexion. UDP

Par MARIE 28 septembre 2016 à 22 h 24 Répondre à ce commentaire

C'EST MERVEILLEUX cette lecture du ricin : "la mort a frappé mais elle a frappé l'arbre !" "Quel est l'arbre mort qui domine la ville ?"
MERCI pour cette lecture pascale du récit de Jonas ! Quel éclairage ! MERCI !

Par Marie-France MARTIRE 28 septembre 2016 à 22 h 00 Répondre à ce commentaire

Chers amis,

Quelqu'un peut-il me citer un verset de l'Evangile, où Jésus dit :
" je suis venu au monde pour racheter les péchés de humanité ? ".

Que ceux qui le savent, m'éclairent, svp.

Bonne nuit à tous, vraiment.

Par Pual (Belgique) 28 septembre 2016 à 21 h 59 Répondre à ce commentaire

Personne n'est mort, ni les habitants de Ninive, ni le prophète Jonas qui n'a toujours pas compris. Et pourtant l'arbre l'abritait, le réconfortait : c'était l'arbre de vie. Jésus était avec lui. L'arbre est le seul à mourir comme Jésus qui a donné sa vie pour nous les hommes et pour notre salut. D'autres sont morts les apôtres, les martyrs, les moines, les prêtres en Centrafrique, le père Amel en Normandie, tous victimes de leur foi, victimes pour avoir propagé la bonne nouvelle.

Prions pour ne pas espérer comme Jonas la mort, mais la vie.

Prions pour que L'espérance prenne le pas sur le désespoir, croyons en la vie, en Jésus. Qu'il ressuscite en nous foi, espérance et charité.

Par Marilou 28 septembre 2016 à 21 h 27 Répondre à ce commentaire

A Mahona et à Fred,
Je vous ai laissé un message, suite à "Ninive se convertit".
.

Par Marie-Thérèse L. 28 septembre 2016 à 18 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci Marie Thérèse de votre réponse. Auriez-vous la gentillesse de me la renvoyer ? Je n'ai malheureusement pas la possibilité de la lire ayant effacé (trop vite je le reconnais) tout ce qui se rapporte à "Ninive se convertit". J'en suis désolée.

Par mahona 28 septembre 2016 à 19 h 13

« Quand la parole de Dieu est accueillie , là où nous avons été envoyés , c’est souvent un autre qui en a payé le prix ? »
Merci sœur Marie Monet de nous rappeler ( que les 12 apôtres avaient payé leur vie ( crucifiés , décapités ou bien enterrés vivants ),parce qu’ils avaient prêcher la parole du Christ & son enseignement ) .
& combien aussi d’autres martyrs & des missionnaires après eux ont payé le prix ( leurs vies ) à cause de leur foi ?
Je suis en train de réfléchir à la suite …..
Belle soirée à nous tous !!!

Par Najoi 28 septembre 2016 à 18 h 03 Répondre à ce commentaire

merci de lire :

Je crois que ma pauvreté m'a criblé de dettes vis-à-vis de mes frères et de Dieu.

Par Paul (Belgique) 28 septembre 2016 à 18 h 00 Répondre à ce commentaire

Chère Mahona, chers amis,

merci pour votre msg de 15h33 (et les autres).
Je l'ai reçu comme une main tendue.

Je ne parviens toujours pas à accepter l'expression du "rachat de nos péchés".
A qui ont-ils été " rachetés " ?

Je suis bien conscient d'avoir une dette vis-à-vis de beaucoup de gens, même involontairement.
Je fais partie des 20 % de la population mondiale qui utilise 80 % de l'énergie qui circule dans le monde.
Et je crois que ma pauvreté m'a rempli de criblé vis-à-vis de mes frères et de Dieu,
que seul, je ne pourrai jamais rembourser.

J'essaye également - 7 x 77 fois - de me débarrasser de ma rancœur pour les quelques blessures que d'autres m'ont infligées...

Je suis conscient que le Père n'attend qu'une chose :
que nous nous aimions, et que nous vivions ensemble le bonheur bien concret et réel de son Amour.

Je pense au Christ, cloué sur la croix, qui dit à son Père :
" Père, ne leur compte pas ce qu'ils font ".
Oui, il a utilisé des mots étonnants,
comme si la faute était mesurée.

Mais il ne s'agit pas d'un rachat comptable.
Il s'agit de Pardon.
Bien plus grand, sans aucune mesure avec le peu qu'il me serait possible de rembourser...

La Miséricorde - humble et absolue - dont nous parle sans cesse le Pape François.

Pour moi, il y a du pain sur la planche.

Bonne soirée, chers amis, vraiment.

Par Paul (Belgique) 28 septembre 2016 à 17 h 58 Répondre à ce commentaire

Je ne fais qu'utiliser la phrase maintes fois lue et entendue "le rachat de nos péchés" qui accompagne souvent la crucifixion du Christ Ou dans la définition du Larousse " racheter : sauver l'humanité par la rédemption". Il faut sans doute remonter jusqu'à Adam et Eve qui ont été tentés par le désir de s'approcher de "l'arbre de la connaissance du bien et du mal" pour égaler Dieu et qui ont été punis ? Je ne sais pas si, humainement, il est possible de "racheter" toutes les fautes. On peut demander ou accorder le pardon. Cela est-il suffisant ? Les paraboles montrent que le pardon de Dieu est possible sans sacrifice humain. C'est la différence entre les écrits de l'Ancien et du Nouveau Testament. Les personnes plongées dans l'étude des textes religieux sont bien plus à même pour approfondir le sens des mots que les simples réflexions qui me viennent à l'esprit. Merci de les accueillir en toute simplicité.

Par mahona 28 septembre 2016 à 19 h 08

Chers amis,

Quelqu'un peut-il me citer un verset de l'Evangile, où Jésus dit :
" je suis venu au monde pour racheter les péchés de humanité ? ".

Bonne nuit à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 28 septembre 2016 à 21 h 57

Aujourd'hui, je suis comme le ricin, je sèche sur la méditation, surtout sur la dernière phrase....Pourquoi "un autre en a payé le prix" ??

Par monette 28 septembre 2016 à 17 h 27 Répondre à ce commentaire

"Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté". Bien sûr, ce qui nous semble maintenant communément admis (quoique...), ne l'était pas du tout dans les premiers temps. Celui qui n'adorait pas les dieux de la cité mettait en danger la cohésion et la protection du groupe, d'où les persécutions. En plus, il y avait aussi la conception révolutionaire de l'égalité des hommes, ce qui remettait en cause la prospérité basée sur l'esclavage.
Cependant, ce n'est pas propre à la religion: tous les pionniers ont pris de grands risques pour ouvrir la voie. Et de toutes façons, dans la vie, très souvent d'autres paient ou ont payé pour nous, et nous de même, nous payons pour d'autres (valable dans le temps et dans l'espace).

Par Antoinette G 28 septembre 2016 à 20 h 14

Merci Antoinette, je vais à présent relire cette méditation, peut-être serai-je mieux inspirée !

Par monette 28 septembre 2016 à 22 h 48

Je n'explique pas. Juste une association d'idée : comme un éclat de pensée. Je pense au père Jacques Hamel, je pense à Jésus, bien sûr.

Par Michel (occitanie) 28 septembre 2016 à 16 h 27 Répondre à ce commentaire

Merci, ma soeur, pour vos commentaires si joliment savants et inspirés tout ensemble ! Je les attends toujours avec impatience.

Par Charlotte 28 septembre 2016 à 15 h 51 Répondre à ce commentaire

Jonas est furieux que rien de ce qu'il a annoncé ne soit arrivé ! De quoi a-t-il l'air maintenant? Il n'avait pas envie d'aller à Ninive, comme s'il savait ce qui allait arriver... Dieu se moque-t-il de lui?
Jonas est aussi furieux parce que les habitants de Ninive n'ont pas été punis: il n'admet pas la miséricorde dont Dieu fait preuve vis à vis d'eux. Et Dieu en bon pédagogue va se servir de ce petit arbre pour lui faire comprendre son erreur.
Personne n'est mort: ni les habitants de Ninive, ni Jonas - à qui les gens auraient pu imputer la faute et se venger - , il n'y a que l'arbre qui meurt, cet arbre qui ressemble à une croix, selon Sœur Marie. La croix sur laquelle Jésus a donné sa vie pour que nous soyons sauvés. Chaque fois que la Parole de Dieu est accueillie là où nous sommes, chaque fois qu'un homme se convertit, c'est grâce à Jésus qui en a payé le prix, en mourant sur le bois de la croix. Merci Seigneur pour ton amour infini.

Par Mamie Ed 28 septembre 2016 à 15 h 44 Répondre à ce commentaire

Dieu se serait-il trompé en choisissant Jonas ? Il n'est pas le plus courageux, ni le plus accommodant. Il ruse pour ne pas aller à Ninive la ville ennemie ; il montre son mécontentement en ne voyant pas la ville disparaître avec ses habitants. Il éprouve "une grande joie" à se reposer à l'ombre d'une plante et pleure sur lui-même quand il perd son abri bien dérisoire. Dans le ventre de la baleine, il prend néanmoins conscience de la conséquence de son acte (la fuite) et se repend. Jonas n'est pas un prophète docile. Il est très humain dans ses réactions qui ne sont en rien les desseins de Dieu. On apprend dans les lectures qu'être prophète n'était pas une situation très enviable ; les moqueries, les incompréhensions étaient nombreuses. La plante qui procurait de l'ombre a disparu et Jonas n'est plus protégé. L'ombre de la croix nous protège ; le Christ a payé de sa vie le rachat de nos péchés. Nous sommes pardonnés.

Par mahona 28 septembre 2016 à 15 h 22 Répondre à ce commentaire

J’ai toujours lu avec grand plaisir ce récit, et chaque fois il m’interpelle, me remet à ma juste place de créature limitée en amour et cependant appelée à participer au plan du salut ! L'homme est au milieu d'une création (le temps, les luminaires : soleil, éléments : soleil, vent ; animaux, végétaux) désirée par Dieu, il y a une interdépendance générale...
Quelle joie de constater que la création participe aussi à cette magnifique oeuvre de salut :-)( Elle est aussi appelée à être sauvée Gn 9, 9-17 ; Ro. 8, 22).

Dans cet émouvant récit, la miséricorde infinie de Dieu se distingue nettement du début jusqu'à la fin !
A ceux qui peinent en ce jour, à y voir du sens, j’encourage à le lire jusqu’au bout où il y a un éclairage fondamental…

Par ailleurs, ce qui me bouleverse c'est que Dieu dialogue toujours avec l’homme malgré son entêtement, sa dureté de coeur. Car là, est la grande question ! Jonas signifie "colombe", image du coeur de chair que nous sommes destinés à avoir. Loin de blâmer Jonas, figure de l’être humain, je me reconnais dans ce miroir de l'âme. Comme à chacun de nous, il m'est arrivé de vivre des injustices, déceptions immenses où il fallu refouler l'amertume, la colère et celle-ci a mué en dépression, auto-destruction en m' arrachant ce cri : "mieux vaut pour moi mourir que vivre" !

N’en déplaise à Jonas, à moi, à chacun de nous,"Dieu fait miséricorde à qui Il veut, Il fait lever son soleil sur les méchants et les bons… » (Mtt 5, 44-46) ! Décidement, "Ses voies ne sont pas nos voies..." ! Une vérité qui me dépassera toujours...

Par Nad 28 septembre 2016 à 15 h 17 Répondre à ce commentaire

Fausse manoeuvre, je reprends : il me semble que Dieu veut dire à Jonas : "Vois comme la vie est précaire, alors arrête de te prendre la tête, sois plus compatissant et cherche à te rendre utile, tu en seras plus heureux".
De toute façon, c'est vrai que notre vie a un coût, sans arrêt, d'autres meurent pour que nous vivions, et un jour ce sera notre tour. Donc, autant être reconnaissant d'être en vie, et la considérer comme précieuse et digne d'être vécue (pour nous et pour les autres). Je pense que c'est être adulte, contrairement à l'attitude d'adolescent de Jonas, qui fait bien bon marché de la vie humaine ! Mais Dieu, comme tout bon père, est patient, respectueux et miséricordieux.

Par Antoinette G 28 septembre 2016 à 14 h 58 Répondre à ce commentaire

Merci Seigneur pour tous ces prophètes de ta Parole qui parfois au risque de leur vie l'ont annoncée à travers la création pour qu'elle soit accueillie et parvienne jusqu'à moi. Que cette Parole, Seigneur, à mon tour, je puisse la transmettre pour que d'âge en âge elle reste vivante au coeur de notre humanité. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 28 septembre 2016 à 14 h 47 Répondre à ce commentaire

Pour parler de façon triviale, il me semble que ce que Dieu veut faire comprendre à Jonas, c'est quelque chose de ce genre ; "Vois comme la vie est précaire, alors arrête de te prendre l

Par Antoinette G 28 septembre 2016 à 14 h 39 Répondre à ce commentaire

"Quand la parole de Dieu est accueillie, c'est souvent un autre qui en a payé le prix."
Ma façon de comprendre cette phrase : Lorsqu'une parole d'évangile ou autre me parle, lorsque j'ai la force dans une épreuve,
ou autre bienfait, je me suis souvent demandé à quel (le) inconnu (e) je devais telle grâce... Qui avait prié pour moi, quelle souffrance avait été offerte...? Peut-être est-ce un peu cela la communion des saints ? (c'est la première fois que je fais un mot
sur ce site, mais je le lis régulièrement et les réflexions et commentaires des participants me font du bien, car je suis très isolée .spirituellement. J'aime bien les commentaires de Paul)

Par RONDEAUX Marie-Louise 28 septembre 2016 à 14 h 27 Répondre à ce commentaire

Je suis perplexe devant cette interprétation. Le ricin, je connais, j'en ai un qui repousse chaque année près de chez moi. Ce n'est pas un arbre, mais une grande plante herbacée, qui pousse très vite et qui a de larges feuilles. Je trouve que Jonas parle bien souvent et bien facilement de mourir et que ses réactions sont plus impulsives que logiques. En fait, il voudrait que le monde marche à son idée. Dieu veut lui montrer qu'il n'y a rien de sûr : ce qui est donné aujourd'hui peut être repris demain. Jonas est resté au stade adolescent (période critique où on est dans l'exès, faute de savoir composer avec le monde tel qu'il est, c'est à dire accepter de n'être ni totalement impuissant ni tout puissant). C'est à rapprocher du passage de l'Evangile où Jésus dit "Dieu habille somptueusement les lys des champs, simples herbes destinées à fleurir puis sécher; à plus forte raison, vous les hommes comptez-vous pour lui" .
De fait, Dieu ne cesse de créer des occasions pour faire progresser Jonas : cette mission taillée sur mesure pour lui, la tempête, le séjour dans le poisson, enfin maintenant vie et mort du ricin. Finalement, le thème de cette histoire est l'enseignement :on peut apprendre par retour sur soi, ou bien en observant la nature. D'ailleurs, Dieu fait ensuite bien remarquer à Jonas que les Ninivites sont comme lui, plus ignorants que méchants.

Par Antoinette G 28 septembre 2016 à 13 h 42 Répondre à ce commentaire

Le raccourci est trop rapide, pour moi l'arbre mort n'est pas la croix et la dernière phrase aussi est pour moi incompréhensible
Excusez moi mais ...

Par Micheline 28 septembre 2016 à 13 h 35 Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas compris grand chose et le peu que j'ai compris, je n'adhère pas vraiment.
Pourquoi Jonas est il a ce point dans l'épreuve, je trouve Dieu bien sévère, comme il l'est avec job... Non décidément, je ne comprends pas ces épreuves, ca n'a pas vraiment de sens
Ou alors c'est tiré par les cheveux. Et le BON Dieu dans tout ça ?

Par Blandine 28 septembre 2016 à 13 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce rapprochement.

Par Morvant 28 septembre 2016 à 12 h 43 Répondre à ce commentaire

« Quand la Parole de Dieu est accueillie, là où nous avons été envoyés,
c’est souvent un autre qui en a payé le prix ».

Vraiment, je ne comprends pas cette phrase.
Un peu trop courte ? Pas assez explicite ?

Qui a payé le prix ? Et à qui ?

Au Diviseur ? Il est le prince de l’illusion. Et là, je ne suis pas expert.

A Dieu ? Pas possible.
Il nous accueille,
lorsque nous tournons vers lui,
en nous disant : « Viens, entre dans mon royaume ».
Et lorsque nous lui disons : « Je ne le mérite pas »
… il nous revêt de la plus belle tunique, en disant :
« Ne parle plus de cela. Entre dans ma joie d’être à nouveau ensemble ».

« Quand la Parole de Dieu est accueillie, …,
c’est souvent un autre qui en a payé le prix »,
Cette phrase me parle de comptabilité et de culpabilité.
C’est effrayant. C’est désespérant.

Chers amis, chère Sœur Marie, expliquez-moi.

Je n’ai pas besoin de théories sociologiques,
ni psychanalytiques, ni théologiques,
ne me parlez pas de nos pauvres comportements humains.

Parlons ensemble dans la Lumière de Sa Présence,
pour pouvoir donner de la place à l’Espérance.

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 28 septembre 2016 à 12 h 41 Répondre à ce commentaire

Permettez-moi, Paul, de vous faire part de ma compréhension de la dernière phrase de sœur Monnet "Quand la parole de Dieu est envoyée....." Cela me fait penser à l'action des missionnaires ; je pourrais écrire la phrase ainsi : "Quand la parole de Dieu est accueillie, là ou les missionnaires ont été envoyés, c'est souvent les personnes qui ont écouté cette parole qui en ont payé le prix". Mais cette interprétation n'est que la mienne. Toute autre interprétation est la bienvenue pour une meilleure compréhension.

Par mahona 28 septembre 2016 à 15 h 33

De la mort peut jaillir la vie!

Mais dans le cas de Jonas, après le réconfort de l'ombre réconfortante voici la souffrance du soleil accablant, l'épreuve est d'autant plus dure.

Lorsque les souffrances sont si difficiles à supporter on peut être tenté de désespérer, comme Jonas.

Seigneur, nous comptons sur Ton soutien et sur Ta lumière aux moments les plus sombres, la LUMIÈRE du RESSUSCITÉ! UDP

Par MARIE 28 septembre 2016 à 11 h 53 Répondre à ce commentaire

Très beau et pertinent rapprochement... Nos yeux s'ouvrent .

Par Duprat Olivier 28 septembre 2016 à 10 h 54 Répondre à ce commentaire

Merci... C'est la 1ère fois que je comprends un peu ce texte (interessante la remarque botanique). Je vais relire votre méditation et la "mastiquer" ???? pour lac inversion de mon coeur !

Par Sowa 28 septembre 2016 à 10 h 28 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire qui m'ouvre à la vérité cachée, révélée aux humbles et aux petits dont parle l'évangile
Béatrice

Par Abissegue BEGOUMEGNIE ABISSEGUE 28 septembre 2016 à 9 h 35 Répondre à ce commentaire

Bien parlé, ma soeur poétique...Touché!
Dieu te bénisse et te garde! Bonne continuation!...

Par Michel Adam de Villiers 28 septembre 2016 à 9 h 31 Répondre à ce commentaire

Ma chère sœur Marie...
... ce passage ne m'a guère inspiré pour la journée, il faudra "développer" un peu plus svp !
- Je suis breton j'ai la "tête dure"....
Bonne journée à tous ...
Je pars à la messe et... demander à l'Esprit de m'éclairer....

Par breizh 28 septembre 2016 à 9 h 23 Répondre à ce commentaire

Combien y a t-il de Jonas sur notre terre ?
Dieu seul le sait mais nous pouvons imaginer qu'ils sont nombreux, mais prions pour qu'ils le soient le moins possible.
Prions le Seigneur pour que telle situation soit très exceptionnelle.

Par SYLVESTRE14 28 septembre 2016 à 9 h 12 Répondre à ce commentaire

Pourquoi toujours des textes de malheur ou de problèmes .
Cela ne m'aide pas du tout pour commencer une journée ....

Par Butruille 28 septembre 2016 à 9 h 10 Répondre à ce commentaire

Mais non mon frère il suffit de penser à la croix et au sacrifice que fit pour nous celui qui est venu nous sauver.
Bonne journée

Par Gisele 28 septembre 2016 à 9 h 23

Merci, Sr Marie ! MERCI Seigneur Jesus, garde nous dans Ton Amour, Ta Fidélité, Ta Miséricorde.
Christiane
UDP

Par christiane 28 septembre 2016 à 9 h 01 Répondre à ce commentaire

Quel est donc cet arbre mort .... A- t'il pas une forme de croix ... Que le Seigneur nous aide à porter nos souffrances , nos manque d'énergie , nos ras le bol ..... Tous d'une façon ou d'une autre un jour nous aurons à porter notre croix ....
Avec la force de l'Esprit Saint , elle sera moins lourde ..... AMEN

Par Ninine 28 septembre 2016 à 8 h 38 Répondre à ce commentaire

Dans une de ces chansons Georges Brassens raconte a peu près ceci. il parle de sa tombe qui fait une butte et une baigneuse va s'allonger et poser sa tête sur la butte comme pour se reposer,sans doute pour bronzer, l'action se déroule au cimetière marin de Séte.
Et, c'est lui qui va demander pardon, parce que l'ombre de sa croix va se poser sur elle comme pour la protéger du soleil.

La croix du Christ planté ici et là dans nos vies comme un signe, celui d'une vie nouvelle qui s'installe en nous,et Jésus en a payé le prix fort pour que chacun puisse revivre, rebondir au moment ou il le voudra, suprême liberté. Amen

Par Jean Michel 28 septembre 2016 à 8 h 06 Répondre à ce commentaire

Le Seigneur est miséricordieux et compatissant , lent à la colère et
plein de bonté . Vouloir le bien est à ma portée mais non pas l'accomplir
puisque le bien que je le veux , je ne le fais pas et le mal que je ne veux pas ,
je le fais . Si ton frère vient à pêcher , va le trouver et reprends le seul , puis
si pas , dis-le à tes frères , si pas encore reçu par l'église , remets ton témoignage
au Seigneur . Certains témoignages , sont une exhortation très important pour
l'église , Une ". Imaginons pleins de témoignages , petits et grands non reçu , pour
conserver une image , ainsi faisant , éloignant , décourageant , faisant l'inverse de
laisser venir à moi les " petits " . Tant de conflit sont l'objet de nos églises , voir
certaines dans le scandale .Certains ont reçu des grâces , des personnes ayant
des charismes vraiment pour aider à pousser la charrue , et ce sont vue bafouées !
D'autres ont pris des "places " pour se servir , comme un dû ...personnel ! Pourtant
il faut entendre le petit , comme le grand , et comprendre , que les signes sont ensuite
visible , c'est à - dire , Dieu donne des preuves , encore faut-il les vérifier , afin de ne pas faire
de Dieu , un menteur , être appelés a la liberté , c'est un chemin qui ouvre les yeux , les oreilles ,
à la Miséricorde de Dieu .De même que le Père , qui est Vivant M' a envoyé et que Je vis par le Père
de même celui qui me mange lui aussi ...Vivre par moi . Ainsi les témoignages , peuvent être dans un
discernement spirituel , un fruit , qui même s'il meurt , laisse aux autres , de continuer cette marche
de l'église , du dehors et du dedans , une église propre , visible et invisible ...Des vrais témoins de Dieu.
Ainsi que dans nos vies de chaque jour , pour que nos enfants aussi , un jour prêt ouvriront la porte de
la vocation , choisie par Dieu...Sans amour je suis rien , mais je puis tout à celui qui me fortifie dira le Christ .

Par T. 28 septembre 2016 à 7 h 57 Répondre à ce commentaire

"Quand la parole de Dieu est acceuillie, là où nous avons été envoyés, c'est souvent un autre qui en a payé le prix. "
J'aimerai apprendre à voir les choses dans cette logique (je ne suis pas sùre que se soit le bon mot).
Merci

Par sabrina 28 septembre 2016 à 7 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci pour votre ouverture sur ce texte de J

Par jeanne 28 septembre 2016 à 7 h 13 Répondre à ce commentaire

Depuis la Genèse, Dieu aime à planter des arbres pour la joie de l'homme, et c'est avec joie que Jonas accueille le don qui lui est fait de celui-ci. Sous le soleil brûlant, n'est-il pas pour lui un arbre de vie? L'Arbre de Vie des origines semble parfois ne faire qu'un avec l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Jonas ne fait-il pas ici comme Adam et Eve qui en mangent le fruit sans consulter Dieu au sujet de l'interdit, s'arrogeant le droit de savoir ce qu'est le bien et le mal sans Lui?

Les Ninivites vont vivre, c'est mal aux yeux de Jonas. Il sait que Dieu leur a fait grâce, pourtant pas une fois il ne demande à Dieu pourquoi. Les questions ici, c'est Dieu qui les pose. Dieu ne se moque pas de son prophète, à mon sens. Il fait ce qu'il a toujours fait: il enseigne. La question est posée pour que Jonas fasse le chemin jusqu'à Lui. Enseigner n'est pas donner un savoir, c'est faire avancer, bâtir ce savoir avec l'aide de celui qui sait. "As-tu raison de te fâcher?" C'est la réponse à cette question que Dieu amène Jonas à travailler. Mais quand le soleil se lève sur l'arbre mort, cet arbre qui était un don de Dieu, la seule réponse qui vient à Jonas est la mort qu'il appelle de nouveau. On touche bien ici au mystère de la croix Arbre de Vie dont le Christ est, à travers la mort, le fruit de Vie.

L'arbre de la connaissance du bien et du mal représente "toute situation où Dieu peut être appelé et découvert" écrit fr. Philippe Lefebvre ("Comme des arbres qui marchent" p.47, une magnifique étude de "L’homme et l’arbre dans la Bible"). Dieu ne se moque pas de Jonas. C'est, je crois, à réfléchir - avec Lui - au mystère du don de la Vie que Dieu le convie ici.

Par Audrey 28 septembre 2016 à 6 h 48 Répondre à ce commentaire

Dieu nous envoie des epreuves -ou plutot, la VIE-mais ces epreuves sont autant de leçons pour grandir "à la ressemblance de DIEU", LUI. qui est au fond de chacun et qu'il nous incombe de mettre à la lumiereOUI, nous sommes responsables de l'emergence de DIEU en nous et autour de nous.... ou de choisir la mort!!BONNE JOURNEE

Par buchin domi 28 septembre 2016 à 10 h 25

Merci Audrey de revenir - je ne vous avais pas lue depuis un certain temps et vos commentaires lumineux me manquaient. (Ou bien je n'ai pas pu lire tous les commentaires de ces derniers temps).

Par Lyonyx 28 septembre 2016 à 21 h 27

Merci Lyonyx! J'étais pourtant bien là, mais je poste toujours très tôt, parce que c'est une heure magnifique pour écrire et que cette heure du petit jour, pour Dieu, avec Dieu, dans sa Parole, m'est nourriture qui me donne force comme nulle autre ne le peut.
Que cela me permette aussi de vous souhaiter à tous une magnifique journée, sous le grand soleil de Dieu!

Par Audrey 29 septembre 2016 à 7 h 24

Merci pour votre interprétation je ne le voyais pas ainsi. Amen

Par Florentin 28 septembre 2016 à 6 h 02 Répondre à ce commentaire

Grazie grazie grazie.

Par Nicola 28 septembre 2016 à 5 h 29 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires