Josué

« Dieu nous a protégés tout le long du chemin. » Josué 24,17

Le pacte de Sichem

Josué 24, 25-30

En ce jour-là, Josué conclut une Alliance pour le peuple. C’est dans la ville de Sichem qu’il lui donna un statut et un droit. Josué inscrivit tout cela dans le livre de la loi de Dieu. Il prit une grande pierre et la dressa sous le chêne qui était dans le sanctuaire du Seigneur.
Il dit à tout le peuple : « Voici une pierre qui servira de témoin contre nous, car elle a entendu toutes les paroles que le Seigneur nous a dites ; elle servira de témoin contre vous, pour vous empêcher de renier votre Dieu. » Puis Josué renvoya le peuple, chacun dans la part de territoire qui était son héritage.
Après ces événements, Josué, fils de Noun, serviteur du Seigneur, mourut à l’âge de cent dix ans. On l’ensevelit dans le territoire qu’il avait reçu en héritage, à Timnath-Sèrah, dans la montagne d’Éphraïm, au nord du mont Gaash.

Méditation

précédente suivante

Un signe sur ma route

Quand je marche sur les chemins de ma vie, au jour le jour, quelle pierre, quel signe me rappelle mon baptême et ma vie chrétienne ? Il est facile en effet, de manière imperceptible, d’oublier les exigences de ma vie chrétienne, de m’écarter du chemin et, finalement, de commencer à errer.
Sur ces routes de Samarie aux collines plantées d’oliviers, j’ai besoin de ces petits cairns pour retrouver ma route sous peine de me perdre. Est-ce que je m’écarte du chemin parce que je rejette volontairement Dieu ? Non ! Je me laisse aller, je me laisse ballotter par le monde, par la vie quotidienne sans m’en rendre compte. Dieu a conclu une alliance avec nous, nous a donné une terre à évangéliser, un royaume à construire et un monde à habiter, pleinement, dans la foi et la charité.
Cette pierre de l’Alliance dressée dans le sanctuaire, c’est la foi reçue au baptême que je dois incarner jour après jour dans la lecture de la Parole, dans la vie sacramentelle, dans le service du frère.
Sur la route quotidienne, je ne trouve peut-être pas la Parole ou la pratique sacramentelle, mais je trouve nécessairement des frères à aimer, des sœurs à aider, un prochain à écouter et à servir.
Dieu pose des pierres, des signes sur notre route, mais encore faut-il pouvoir les reconnaître. La lecture de la Bible peut nous aider à reconnaître ces signes et ces visages placés sur notre chemin, au cœur de nos existences. Si nous suivons ces signes, nous resterons sur la route, nous ne nous laisserons pas emmener sur les chemins de l’égoïsme et donc de la solitude. Prions Dieu pour qu’Il éclaire notre regard et notre cœur, pour que nous découvrions tous les signes sur notre route.

Méditation enregistrée dans un studio du Christian Media Center

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

65 commentaires

Tu nous dis Seigneur dans ta parole c'est a l'amour que vous aurez les uns les autres que l'ont verra que vous êtes mes disciples...Oh Seigneur parfois nous ne restons pas sur la route que tu nous a tracé ...Aide nous à demeurer dans la parole, que nos sens soient purifiés pour reconnaître tous les signes de notre route !!!Amen !!! merci pour toutes ces méditations si profonde !!!

Par honoré marie-noëlle 14 septembre 2017 à 23 h 00 Répondre à ce commentaire

Merci ,merci de votre message ! Ce matin ,j'en avais assez d'être paralysée ,de renverser tout dans la salle de bain et de devoir tout nettoyer !! Mais je sais qu'Il est là,qu'Il a passé par Gethsémani par la Croix et qu'Il tient ma main ! Et que mon mari est là ,si présent ,depuis 11 ans,et même plus !!(Nous sommes mariés en 1953 !) Alors je vais écrire aux petits enfants( 24 ) en restant proche de tous les souffrants Très unie à vous dans la prière

Par Colette DESMICHELLEt 28 août 2017 à 10 h 55 Répondre à ce commentaire

Pourquoi ..je ne trouve peut-être pas la parole.....ou la pratique..sacramentelle....c est là le problème ,les paroles,la mentalité de l'église qui écarte tous nos jeunes et moins jeunes de l'église....présentant la pratique religieuse comme l'essentiel...alors que l'essentiel est dans l'amour et le service du frère qui incarne notre Seigneur .

Par Marie 13 août 2017 à 16 h 05 Répondre à ce commentaire

Seigneur si tu me vois errer sur les routes de ma vie, je t'en prie ne m'abandonne pas , envoie moi ton Esprit Saint pour qu'il me montre les signes que tu poses sur mon chemin. Ne me laisse pas m'égarer, je t'aime tellement et je veux vivre selon ce que tu nous a enseigné. Merci Seigneur de rester à mes côtés car tu es le Chemin la Vérité et la Vie

Nicole - Ile Maurice

Par Nicole Maingard 7 août 2017 à 1 h 27 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier de cette méditation toute simple et si "évidente" que j'oublie pourtant si souvent !
Seigneur aide à voir cette pierre plantée sur mon chemin.
Bon dimanche à tous

Par Voisin 6 août 2017 à 9 h 43 Répondre à ce commentaire

Merci.

Par Slt 5 août 2017 à 23 h 08 Répondre à ce commentaire

OUI.... souvent notre vue est courte...
Nous ne voyons pas les pierres qui bordent le chemin et que Dieu a planté pour nous guider...
Parfois nous les voyons mais nous passons outre... et c'est le début de l'errance...
Seigneur aiguises nos yeux pour que nous sachions bien voir le chemin et reconnaître les signes que tu poses pour nous !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 5 août 2017 à 21 h 53 Répondre à ce commentaire

Hélas oui ...

Par Micheline 6 août 2017 à 9 h 11

Christ nous a manifesté son amour en donnant sa vie pour que nous soyns sauvés.Et il nous encourage a aimer nos prochains.c' est l'amour, le message de CHRIST à proner et cela par plusieur manières comme le dit l'auteur de ce texe.ce texe est agréable.

Par IRIE bi maurice 5 août 2017 à 21 h 33 Répondre à ce commentaire

Superbement'bien

Par gwadapaul2 @gmail.com 5 août 2017 à 20 h 00 Répondre à ce commentaire

Il y a beaucoup de signes et d'événements qui peuvent me guider dans mon choix
Il faut laisser la grâce de Dieu nous habiter et grandir en nous,même si nous fassions fausse route ou si nous ne répondons pas il nous abandonneras pas.,car Dieu prépare le terrain depuis longtemps, il préparer notre coeur, dans des signes que nous avons vécue ou que nous sommes en train de vivre.
Souvent son appel vient répondre à nos besoins et sera pour nous source de guérison dans le temps,
Il nous apporte certaine lumière, il nous force pas nous sommes dans la liberté totale avec Dieu, pour le recevoir, ou pas.
Dieu se vit dans un cheminement de foi,il s'adresse à touse et a chacun.
Mais somme nous assez ouvert à sa présence pour lui répondre! !
Un vrai dialogue, entre amis, familles, une belle rencontre, un conseil ex...ne sont t'elle pas des signes de Dieu! !
Discrètement, il est a l'oeuvre et donne à notre exitence de nouvelles couleurs?
Merci seigneur d'être là même si je ne te voie pas toujours...

Par brig 5 août 2017 à 11 h 35 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Brig, vos méditations me parlent, vous nous ouvrez le chemin, petite sœur!
Je garde précieusement votre phrase pour prier avec vous tous:

"Sommes-nous assez ouverts à sa PRÉSENCE pour Lui RÉPONDRE"

Oui, Seigneur, nous avons confiance en Toi, nous voulons Te suivre!

Nous voulons "trouver dans nos vies Ta présence, aimer et nous savoir aimés" (en union de chants et de prières avec vous.

Par MARIE 5 août 2017 à 12 h 59

« Une pierre qui servira de témoin contre nous,
car elle a entendu toutes les paroles que le Seigneur nous a dites ;
elle servira de témoin contre vous, pour vous empêcher de renier votre Dieu ».

Un symbole de Dieu … contre nous !
Dure, dure, la pierre !
Ces paroles datent de l’époque où,
aux yeux des hommes,
Dieu était Puissance et Jugement.

Et ce n’est pas que de l’histoire ancienne…
Dans mes moments de désarroi,
lorsque je navigue en solitaire
dans mes pauvres pensées humaines,
animé par mes inquiétudes
et mes jugements sur moi-même et sur les autres,
je suis alors plongé dans ma crainte de Dieu.

Seigneur, Jésus,
Tu es venu nous annoncer tout autre chose.
La pierre posée reste la pierre.
Mais elle annonce maintenant bien plus que la pierre.

Jusqu’à Ta propre mort,
décidée par ceux qui ne croyaient qu’à la pierre,
Tu nous as partagé l’annonce et l’assurance du Pardon de Dieu.

Tu es venu nous chercher jusqu’au plus bas de nous-mêmes.
Pour nous annoncer à chacun que nous sommes
des fils et des filles, héritiers du Royaume de Dieu.

Il y a quelques années,
des amis m’ont porté, chancelant, jusqu’à Toi.
J’ai découvert que Tu nous partages Ton Amour et Ton Pardon.

Même si je l’oublie encore souvent,
Tu m’invites tous les jours à faire de même,
avec toutes les personnes sur mon chemin d’aujourd’hui.

C’est là que commence le Royaume du Père,
lorsque la joie de l’amour et du pardon
rejoignent la misère de notre cœur.

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 5 août 2017 à 9 h 57 Répondre à ce commentaire

Chers amis,
pardonnez-moi.
J'ai trébuché sur la fin :

C’est là que commence le Royaume du Père,
lorsque la joie de l’amour et du pardon
rejoint la misère de notre cœur.

Par Paul (Belgique) 5 août 2017 à 10 h 08

Merci
je partage le chemin avec beaucoup

Par Micheline 5 août 2017 à 13 h 34

Merci Paul ,
Dieu par son Fils , avait un plan pour nous ,
Que je ne cherche pas tant à consolé , qu'à être consoler , à être compris
qu'à comprendre , à être aimé qu'à aimer .
Par le biais de vos amis , le Seigneur nous
montre son Fils ...

Par fred 5 août 2017 à 21 h 00

Merci, Fred.
Je crois que la venue du Fils de Dieu parmi nous,
est vraiment ce qu'il y a de plus important à partager entre nous.

Je crois même que de parler de la Bible
sans l'éclairer, l'expliciter, sans nourrir notre réflexion
par la Présence du Christ aujourd'hui
risque parfois de nous cantonner dans des pensées
simplement bienveillantes entre nous,
ou trop intellectuelles.
Ce n'est pas inutile, mais il me manque alors la Source.

Bonne nuit à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 5 août 2017 à 21 h 47

CFC — CNPL

Le Seigneur passe...
Ouvriras-tu,
Quand frappe l'inconnu ?
Peux-tu laisser mourir la voix
Qui réclame ta foi ?

Le Seigneur passe...
Entendras-tu
L'Esprit de Jésus Christ ?
Il creuse en toi la pauvreté
Pour t'apprendre à prier.

Le Seigneur passe...
Eteindras-tu
L'amour qui purifie ?
Vas-tu le fuir et refuser
D'être l'or au creuset ?

Le Seigneur passe...
Entreras-tu
Dans son eucharistie ?
Rappelle-toi que dans son corps
Il accueille ta mort.

Le Seigneur passe...
Oseras-tu
Lancer ton cri de joie ?
Christ est vivant, ressuscité.
Qui voudra l'héberger ?

Le Seigneur passe...
Attendras-tu
Un autre rendez-vous ?
Pourquoi tarder ? Prends avec lui
Le chemin de la vie.

Le Seigneur passe...

Par Hymne 5 août 2017 à 8 h 37 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier ,
comme disait un tel ;
Il est humble celui qui se cache dans son propre néant et se confie tout entier en Dieu .
La foi est comme un berceau , on vient au monde , on cherche des signes extérieurs , puis
on cherche au-dedans , c'est la retraite , c'est Jésus qui enseigne , le premier sera le dernier ?
La meilleur part reste donc de ne rien savoir parmi vous que Jésus , et Jésus Christ crucifié .
Le Royaume de Dieu est donc bien au milieu de vous .C'est l"époux et l'épouse qui disent :Viens Seigneur Jésus .
Dans ce Pain quotidien , l'Esprit Saint , nous éclaire du regard de Dieu.C'est dire :
Dieu a entendu ma voix, Il m'apporte la Paix .Il me délivre dans le combat que je menais .
Comprenez donc que l'amour gagne toujours ;croit tout .Sursum corda ...

Par fred 5 août 2017 à 7 h 23 Répondre à ce commentaire

Le Livre de la Sagesse (Sg1, 1): « Aimez la justice, vous qui êtes les juges de la terre; que vos pensées sur le Seigneur soient selon la droiture, et cherchez-le d'un cœur sincère ».

La Prière de Saint Jean de la Croix « Seigneur mon Dieu, qui donc te cherchera ? » :

« Oh ! Seigneur mon Dieu, qui donc te cherchera avec un amour pur et simple et ne te trouvera selon son gré et son désir ? Car c'est toi qui te montres le premier et qui viens à la rencontre de ceux qui te désirent. Du moment que je vais partout avec toi, mon Dieu, tout m'arrivera heureusement partout, comme je le veux pour toi. Mon Bien-Aimé, tout ce qui est âpre et pénible, je le veux à cause de toi, et je veux pour toi tout ce qui est doux et savoureux. Ainsi soit-il. »

Saint Jean de la Croix (1542-1591)

Par Partage 5 août 2017 à 6 h 50 Répondre à ce commentaire

C'est tellement vrai frère Olivier ! Merci pour ce rappel.
J'ai juste envie de chanter "sur le chemin de la vie soit ma lumière Seigneur...".

Comme le Petit Poucet je pourrais retrouver ces cailloux que tu sèmes sur ma route afin que je ne me perde pas, et que je retrouve toujours ton chemin de vérité et de vie.

Ô Seigneur, permet que tous tes enfants puissent reconnaître tes signes et agir en conséquence. Que nous puissions tous louer ton Saint nom pour la gloire de Dieu et le salut de nos âmes. En union de prière avec vous tous.

Par Marilou 5 août 2017 à 2 h 04 Répondre à ce commentaire

Votre méditation, cher frère Olivier, me désaltère, me rafraîchit, je la bois comme du petit-lait, que je buvais dans mon enfance en Tunisie où ses routes ressemblaient à celles de Samarie, oliviers et chênes-liège sur les flancs des monts de Kroumirie...
Que de justesse, de sagesse dans vos propos.
Dieu pose des pierres, des signes sur nos chemins, c'est vrai; à nous de les découvrir, de les interpréter, de savoir ce qu'Il attend de nous. Fermer les yeux, se détourner, au risque de se perdre ? C'est facile de se laisser entraîner vers les chemins de traverse, de se fourvoyer par lassitude, préoccupations du quotidien, négligence...
Vivre en chrétiens demande persévérance, constance car la route est parfois rude, ce n'est pas la voie de la facilité. Dieu a conclu une alliance avec nous, nous devons la respecter. Nous sommes liés pour la construction d'un monde fraternel. Par notre vie, nous devons témoigner de notre foi, savoir reconnaître les signes qu'Il met sur notre route. Notre baptême a fait de nous, des enfants de Dieu, des êtres nouveaux. Son amour nous vivifie, nous pousse à aller toujours plus loin.
Marche avec nous Seigneur, car nous sommes vulnérables, soutiens-nous dans l'épreuve.
Eclaire notre regard et notre coeur pour que nous découvrions les signes que tu mets sur notre route.
Merci frère Olivier.
Où irions-nous Seigneur, Tu as les paroles de la Vie Eternelle. Jn, 6,68.

Par Marie Jeanne 5 août 2017 à 0 h 39 Répondre à ce commentaire

Merci de nous rappeler que dans nos vies Dieu nous fait signe. Qu'il est difficile pour moi en période difficile comme celle que je vis actuellement de découvrir les signes que le Seigneur met sur ma route. Priez pour moi!

Par Colette DEVOS 4 août 2017 à 20 h 47 Répondre à ce commentaire

Chère Colette,

comme dit le chant : Par ton Esprit, tout homme soit un signe!
Un signe de l'amour, UN SIGNE DE L'AMOUR: La source pour la soif, le rire d'un espoir,
La paix à fleur de vie: Dieu, lumière d'aujourd'hui!
je vous souhaite que vous soyez entourée par les personnes inspirées par l'Esprit de Dieu.Je prie pour vous.

Par Lucja 4 août 2017 à 22 h 28

P. Fertin — CNPL

R/Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
De quel Esprit nous sommes.

Vienne Jésus pour dissiper
Le brouillard et les doutes :
Sa parole donnée
Est soleil sans déclin.

Vienne Jésus pour surmonter
La fatigue des jours :
Il est l’eau de la source
Et le pain de la vie.

Vienne Jésus pour dominer
La frayeur du naufrage :
N’est-il pas le seul Maître
Du navire et des flots ?

Vienne Jésus pour consoler
De la mort implacable,
En frère premier-né
Relevé du tombeau !

R/Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
L’Amour qui nous fait vivre

Par Hymne 4 août 2017 à 20 h 07 Répondre à ce commentaire

Il fallait garder mémoire du pacte, il fallait un signe fort pour que les paroles du Seigneur ne soient pas oubliées,

"c'est une grande pierre dressée sous le chêne qui était dans le sanctuaire du Seigneur"

Seigneur, nous aussi nous avons besoin de signes tangibles, aide-nous à les reconnaître, nous savons que Tu les places sur notre route, aide-nous à les partager! Amen.

Comme le dit le chant:
Ref/ Signes par milliers, traces de ta gloire, Signes par milliers, Dieu dans notre histoire. Signes par milliers, traces de ta gloire, Signes par milliers, Dieu dans notre histoire.
1 - Ta main, Seigneur, nous a donné des signes;
Des signes par milliers, DES SIGNES PAR MILLIERS: Le chant de l'univers, le souffle de la mer,
La flamme des vivants: Dieu à l'œuvre dans nos temps!

3 - Témoins choisis, que nous soyons des signes! Des signes d'avenir, DES SIGNES D'AVENIR: Un peuple de croyants, disciples du Vivant, L'Église à découvert: Dieu, soleil sur nos hivers.

4 - Par ton Esprit, tout homme soit un signe!
Un signe de l'amour, UN SIGNE DE L'AMOUR: La source pour la soif, le rire d'un espoir,
La paix à fleur de vie: Dieu, lumière d'aujourd'hui!

En union de prières et de chants avec chacun de vous.

Par MARIE 4 août 2017 à 18 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci Marie de nous avons rappeler ce beau chant pour nous accompagner sur notre route. union en prière.

Par Lucja 4 août 2017 à 22 h 18

"Tendre l'autre joue" ; cela me rappelle un entretien de Mgr Barbarin avec un journaliste et qui commentait le commandement "Tu ne tueras point". Il démontrait, ou expliquait, l'utilisation (la justification) de la violence par l'exemple d'un homme agressé physiquement et qui, s'il ne se défendait pas, pouvait être tué et ainsi laisser orphelins ses propres enfants. A l'époque (il y a quelques années de cela) ces propos avaient suscité étonnement et pas mal de réactions par leur nouveauté. . Ce n'était pas de l'angélisme mais la vue réaliste d'une situation. Il y a des situations où il n'est pas possible de se défendre ; d'autres où cela est vital quelle que soit la forme prise par l'agression. Union de prière avec tous ceux/celles qui sont injustement agressé(e)s par le mal, la calomnie, les dommages subis ; qu'ils puissent "se reconstruire", ne soient pas détruits et retrouvent une certaine sérénité

Par mahona 4 août 2017 à 16 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Olivier pour cette belle méditation qui me parle aujourd'hui, en donnant des pistes concrètes pour soutenir ma foi.

Par Jeannine 4 août 2017 à 16 h 51 Répondre à ce commentaire

...Une grande pierre est dressée, elle a entendu toutes les paroles que le Seigneur vous a dites....
Si, la parole lui était donnée, Ô, combien de fois, dirait elle merci à "Marche dans la Bible", pour toutes ces méditations rétablissant la vision des Paroles du Seigneur, quel
témoignage cela serait. " ...Incarner jour après jour dans la lecture de la Parole...par leurs serviteurs.
Prière de ce jour, plus précisément pour les Frères dominicains, ainsi que pour tous les internautes, qui suivent fidèlement ces enseignements.

Par Florine 4 août 2017 à 16 h 43 Répondre à ce commentaire

Permettez-moi d'apporter une autre pierre-balise au dialogue entre Blandine et Marie-Thérèse, que j'ai déjà commenté.
Tendre L'autre joue après avoir été déjà frappé, c'est adopter une attitude masochiste et risquer d'encourager la violence exacerbée de l'agresseur.
Benoît et Ariane Thiran-Guibert (info@sortirdelaviolence.org) proposent de n'être "ni paillasson ni hérisson" .
Ils expliquent que, même si on s’en tient à la perception habituelle – la mauvaise traduction –, une gifle, du temps de Jésus, ne pouvait être assenée que du dos de la main droite, pour éviter le contact par la paume, laquelle était utilisée pour tout ce qui est noble ;
si la victime tendait la joue gauche après avoir été souffletée sur la joue droite, elle obligeait celui qui l’avait frappée à utiliser la paume de sa main pour la violenter à nouveau, ou bien à se contorsionner pour frapper une seconde fois par le dos de la main.
Dans les deux interprétations de la parole de Jésus, on aboutit de toute manière à un changement d’attitude, à une rupture des schémas habituels, à un point de vue différent, et donc à une remise en question de la violence ordinaire.

Par Bernard (Bruxelles) 4 août 2017 à 16 h 00 Répondre à ce commentaire

Il est vrai aussi que, dans les cas de désobéissance civile contre un pouvoir intolérable, on peut assister à des situations de non-violence allant jusqu'au martyre, comme ce fut la stratégie de Gandhi et du peuple indien pour se libérer du colonialisme anglais. On se rappelle cette scène dantesque où des candidats à la bastonnade systématique affrontaient pacifiquement les forces de l'ordre qui les frappaient jusqu'à leur propre écœurement.
Là, ce n'est plus du masochisme, mais de l'héroïsme. Rien à voir avec l'approbation soi-disant reçue de Dieu pour démolir les adversaires, comme dans les scènes de Josué commentées récemment.

Par Bernard (Bruxelles) 4 août 2017 à 16 h 18

J'avais lu cette explication et l'avais oubliée.
En fait, le Christ dit qu'il faut être bien plus finaud que l'agresseur et le mettre dans l'incapacité de vous atteindre à nouveau.

Par Blandine 4 août 2017 à 18 h 18

Cher petit frère, quelle forme, qu'elle érudition ! vraiment du m'épates ! je te taquine, il faut bien que je m'occupe, je n'ai pas sommeil.
A l'heure qu'il est, cher Bernard, tu dois dormir du sommeil du juste, ainsi que tous nos frères et soeurs internautes.
Que Dieu veille sur vous et vous bénisse !
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 5 août 2017 à 0 h 55

Merci Frère Olivier pour cette méditation qui vient à point pour me rappeler que la Parole de Dieu, la vie sacramentelle, le service du frère pratiqués quotidiennement me garde sur la route où je pourrai reconnaître les signes de mon Seigneur et éviter de me perdre sur les chemins de l'égoïsme, de l'indifférence et de tout ce qui m'éloigne de Lui et de mes frères et sœurs en humanité. En UDP avec tous ceux et celles qui souffrent, qui sont seuls et qui ont besoin de réconfort et de tendresse.

Par Jean-Louis 4 août 2017 à 15 h 50 Répondre à ce commentaire

Elle est fort belle, votre méditation. Mais moi, je suis totalement perdue ce long chemin et j'aimerai que tout s'arrête en fin.
" Dominique va partout avec l'amour du Seigneur " : mais, Dominique a besoin d'un GPS !

Par Dominique K 4 août 2017 à 14 h 58 Répondre à ce commentaire

.... à poursuivre la route.

Par mahona 4 août 2017 à 11 h 23 Répondre à ce commentaire

Les contemporains de Josué approuvèrent ses paroles et dirent "nous adorerons et servirons le Seigneur" ; leurs descendants ne respectèrent pas ces engagements et adorèrent d'autres dieux. Inconstance humaine. La foi ne s'impose pas. Le baptême que d'autres ont demandé pour nous, l'éveil des consciences à la spiritualité, la connaissance de la religion, la lecture de la Parole..... Ce sont des pierres mises sur notre chemin, à notre vue, à notre disposition.. Certains s'en serviront de repères ; d'autres voudront les éliminer de leur route. La lecture de textes bibliques où souvent dominent la violence , les guerres, le sang montrent que rien ne se gagne sans lutte. Le Seigneur est toujours revenu vers le peuple élu, même après l'avoir rejeté pour sa trop grande désobéissance à Ses lois. Il a envoyé son Fils en signe de l'Alliance Nouvelle. Et Jésus a remplacé les paroles de vengeance par des paroles de pardon. Cela n'ôte ni le mal, ni la cruauté ; cela ne les justifie pas non plus. Peut-être cela nous aidera-t-il à surmonter notre ressentiment et à mettre de côté ces "pierres" nuisibles. A poursuivre la

Par mahona 4 août 2017 à 11 h 22 Répondre à ce commentaire

"Dieu pose des pierres, des signes sur notre route,"
Ouai, Mais moi ce dont j'ai besoin c'est d'un bon lit pour me reposer! Enfin en langage poétique de la bible on appelle cela des près d'herbe fraîche...
Et le jour où j'ai trouvé cet endroit à l'intérieur de moi, dans la solitude, loin de l'égoïsme et de l'indifférence, et loin des pierres et des signes, j'ai enfin pu revivre sans crainte, loin des exigences d'une religion ou d'un Dieu, avec mes forces et mes faiblesses et avec celles des autres.
Je ne déplace pas les montagnes, elles font partie du paysage.
Je ne cherche pas non plus à aplanir le terrain au bulldozer.
Je poursuis ma route, jour après jour, pas à pas, que je marche ou que je m'assois, sans crainte de me perdre...

Par & 4 août 2017 à 10 h 53 Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup, c'est très beau !
Mais comment aimer les personnes detestables, méchantes, cruelles ?
Faut il passer son chemin, s'en éloigner pour éviter la contamination ?
Reconnaître la sincérité et l'authenticité de l'autre à travers sa propre côscience, savoir qui est qui et ne pas se faire manipuler par un "malin" qui se cache partout !
C'est pour ça que parfois, je trouve que l'angélisme et les bons sentiments sont pourvoyeurs de sentes nous détournant du réel chemin.

Par Blandine 4 août 2017 à 10 h 33 Répondre à ce commentaire

J'ai peur que ce que vous appelez "l'angélisme et les bons sentiments" soient au contraire le cœur du message christique et de notre foi. "Tu aimeras ton prochain comme toi même", "tu ne jugeras pas", "Si on te frappe sur la joue droite, tends la joue gauche" etc... Le Christ est venu sauver les malades et les pécheurs. Qui sommes-nous pour faire le tri ? Nous n'avons pas le droit d'édulcorer la Parole, à laquelle il ne faut pas changer un iota. Mais comme vous, je constate chaque jour mon impuissance à mettre tout cela en pratique. Je sais cependant que Dieu est à mes côtés, qu'il m'encourage et voit mes petits progrès, quand il y en a, comme un père qui apprend son petit enfant à marcher. Sa Parole me soutient et m'ouvre le chemin. Si je tombe dans l'erreur, il me relèvera. Prions pour ne pas rompre ce contact et pour pouvoir toujours sentir la force de cet amour.

Par Marie-Thérèse 4 août 2017 à 11 h 06

Chère Marie-Thérèse,
Méfions-nous de ce "iota inamovible". Quand vous citez la fameuse parole sur la joue gauche et la joue droite, vous entérinez une mauvaise interprétation remarquablement analysée par Marie Balmary, dans son indispensable ouvrage “Le sacrifice interdit”. Elle pointe une erreur de traduction, perpétuée depuis des centaines d’années, qui nous fait croire que le Christ demande de présenter “L’autre joue”, alors que le texte grec original emploie l’adjectif “autre” signifiant “différent”, et non “autre” dans le sens de “second élément d’une paire”. Il existe en effet en grec ancien un adjectif spécifique pour “une joue, l’autre joue”, “une jambe, l’autre jambe”. Dans le passage dont il est question, il est au contraire question de présenter “une joue autre”, non pas celle de la soumission, mais de l’offrande d’une autre vision du monde possible.
Je crois que "sortir de nos sacristies", comme disait le pape François, implique de revisiter des Écritures terriblement connotées par la culture de l'époque. Quand la culture a évolué de fond en comble, certains textes deviennent illisibles, imperméables, voire scandaleux et révoltants, comme on l'a perçu dans les échanges des jours précédents.

Par Bernard (Bruxelles) 4 août 2017 à 12 h 09

Tendre l'autre joue signifie qu'il ne faut pas répondre à la violence par la violence.
La gifle à l'époque était une grave insulte qui engendrait l'affrontement.
La loi du talion est combattue par le Christ.
Mais Il faut se protéger et se défendre autrement.
Si on est attaqué, on appelle la police.
Les agresseurs ne sont pas tous des gentils qu'il faut lasser faire.
Et pour moi, l'angélisme peut consister à tout comprendre, tout accepter, tout avaler...
Je dis bien peut...


.

Par Blandine 4 août 2017 à 13 h 56

P.s.
J'aime bien la'phrase "sortir de nos sacristies".

Marie Thérèse,
Ce que je veux dire par angélisme, c'est cette acceptation parfois, d'un mal destructeur et le fait de se concentrer davantage sur les bourreaux que sur les victimes à qui on demande de pardonner... Dieu y pourvoira s'Il le veut.
Je ne peux pas pardonner à la place de ceux qui ont vécu l'enfer, je ne peux pas pardonner à la place des enfants martyrisés.... de quel droit le ferais je et de quel droit leur
demanderais je ? Je ne peux que les aider à vider leur haine et à ne pas sombrer dans la vengeance.
Pour moi, dans ma petitesse humaine, j'ai du mal à aimer hitler, Staline et toutes celles et ceux qui leur ressemblent quotidiennement sans qu'on le sache.
on peut prier pour que les méchants prennent conscience du mal qu'ils ont fait, mais force est de constater que cette conscience peut ne pas être.
Les pêcheurs sont pour moi, ces pauvres humains qui cheminent en dérogeant parfois, en regrettant, en tournant le dos, mais ces hommes et femmes qui restent figés dans leur certitude, dans l'assurance qu'ils ont raison, dans le déni, dans la perversion, dans l'apparence, dans le désamour alors qu'ils peuvent prétendre le contraire... m'agacent prodigieusement. je ne les juge pas, je les évite et quand ma colère gronde, je pense à la colère du Christ au temple...et je me dis qu'il a du en avoir d'autres, de ces saintes colères, ca me rassure vraiment.

Par Blandine 4 août 2017 à 14 h 41

merci; savons-nous toujours reconnaitre les signes qui nous sont donnés, ou ne sommes pas parfois lassés de toujours penser aux autres et écouter les doléances et les demandes constantes qui nous sont envoyés par les médias où autres?Essayons de faire pour le mieux, de ne pas déplaire à Dieu et surtout à lui demander son aide pour bien faire où faire mieux et surtout le remercier en toutes choses.

Par penelope 4 août 2017 à 10 h 24 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette médiation qui, remet les pendules à l'heure. Cependant cette route n'est pas toujours évidente à suivre. Prions pour ne pas trop nous en détourner. Encore Merci.

Par Elizabeth Lagèze 4 août 2017 à 10 h 06 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Merci frère Olivier pour cette méditation assez profonde. Merci

Par Pascal 4 août 2017 à 9 h 22 Répondre à ce commentaire

Seigneur ne me laisse pas m'écarter de ton chemin ....Tu connais les difficultés de mon quotidien ... Aides moi à tenir debout et de tout accepter avec force et amour ..... AMEN

Par Ninine 4 août 2017 à 8 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci, frère Olivier, pour cette méditation ancrée dans nos vies quotidiennes
En union de prières avec tous

Par Micheline 4 août 2017 à 8 h 43 Répondre à ce commentaire

Bon...jour,

Merci Seigneur pour toutes les "surprises" personnes rencontrées sur mon chemin , tu me fais de jolis clin d'oeil et avec humour...
Union de prièreS

Par annie 4 août 2017 à 7 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci et bonjour Olivier !

Par Guy Musy 4 août 2017 à 7 h 22 Répondre à ce commentaire

Il ne manque pas de pierres, sur ma route. Ces croix dressées au bord des chemins que j'aime arpenter, ces pierres que des mains ont dressées, que d'autres ont sculptées à la gloire de Dieu, églises romanes, humbles chapelles, qui disent la foi inscrite dans le quotidien de ceux qui, bien avant nous, ont foulé, travaillé cette terre.
Il ne manque pas de chênes, de ces arbres qui ont traversé le temps, dont la majesté, ou la chair rongée par les ans, dit l'enracinement, l'élévation, et la vie, toujours, plus forte que tout. Il ne manque pas de fleurs, de feuilles, vibrant dans l'air chaud de l'été, l'embrasement de l'automne, sorties de terre comme on sort de l'hiver, comme on sort du tombeau, à la Pâque de la vie.
De ces ciels éclatants, de ces paysages qui font ouvrir les bras, comme pour mieux faire un avec eux, quand montent en soi ces "merci, Seigneur!", cris du cœur. Tous ces signes qui nous lient à ces hommes, ces femmes du passé, à ceux avec qui, aujourd'hui, nous les partageons. Qui nous disent un, tous, en Dieu.
Et puis il est de ces signes que nul ne peut voir. De ces signes qui n'appartiennent qu'à chacun sur son chemin, unique, avec Dieu. Qui nous envoient comme Josué envoya le peuple "chacun dans la part de territoire qui était son héritage", ce coin de terre à habiter, ma propre chair. A habiter avec Dieu, y recevoir sa vie comme la terre absorbe la pluie, pour qu'elle se donne et nourrisse, pour qu'elle fructifie.
Merci fr Olivier! Prières pour et avec tous

Par Audrey 4 août 2017 à 7 h 10 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette nouvelle méditation qui nous enchante. Oui j'erre parfois loin de mon engagement de chrétien. Merci Frère Olivier, votre jeunesse m'encourage à l'humilité. Nous avons tant à apprendre de nos jeunes....
Votre vocation vous rend souriant...Merci.
Par contre les commentaires passionnants datent des 16 et 17 juillet 2016!

Par Richard 4 août 2017 à 6 h 33 Répondre à ce commentaire

La Prière du Père Jean Debruynne « Je te souhaite de ne pas réussir ta vie » :

« Je te souhaite de vivre autrement que les gens arrivés. Je te souhaite de vivre la tête en bas et le cœur en l'air, les pieds dans tes rêves et les yeux pour l'entendre. Je te souhaite de vivre sans te laisser acheter par l'argent. Je te souhaite de vivre debout et habité. Je te souhaite de vivre le souffle en feu, brulé vif de tendresse. Je te souhaite de vivre sans titre, sans étiquette, sans distinction, ne portant d'autre nom que l'humain. Je te souhaite de vivre sans que tu aies rendu quelqu'un victime de toi-même. Je te souhaite de vivre sans suspecter ni condamner, même du bout des lèvres. Je te souhaite de vivre sans ironie, même contre toi-même. Je te souhaite de vivre dans un monde sans exclu, sans rejeté, sans méprisé, sans humilié, ni montré du doigt, ni excommunié. Je te souhaite de vivre dans un monde où chacun aura le droit de devenir ton frère et de se faire ton prochain. Un monde où personne ne sera rejeté du droit à la parole, du droit d'apprendre à lire et de savoir écrire. Je te souhaite de vivre dans un monde sans croisade, ni chasse aux sorcières. Je te souhaite de vivre libre, dans un monde libre, d'aller et de venir, d'entrer et de sortir, libre de parler librement dans toutes les églises, dans tous les partis, dans tous les journaux, à toutes les radios, à toutes les télévisions, à toutes les tribunes, à tous les congrès, à toutes les assemblées, dans toutes les usines, dans tous les bureaux, dans toutes les administrations. Je te souhaite de parler non pour être écouté mais pour être compris. Je te souhaite de vivre l'inespéré, c'est dire que je te souhaite de ne pas réussir ta vie. Amen. »

Père Jean Debruynne (1925-2006)

Par Prière 4 août 2017 à 6 h 27 Répondre à ce commentaire

Utopie réaliste.

Par Florine 4 août 2017 à 9 h 04

Magnifique commentaire, j'imprime cette prière tellement réaliste. Voyez vous chers internautes qui ne voulez pas alimenter la violence ,il y a quelque temps je pensais comme vous, mais le service des urgences m'a mise en face de la réalité : que feriez vous, que penserez-vous quand un corps lacéré de coups de couteau vous est présenté à soigner ? Qu'a-t-il fait sinon de ne pas réagir face à son agresseur pourtant connu....Quand un enfant battu violemment présente de nombreuses fractures Etc, etc,,,
Je peux vous assurer que la prière est vraiment douloureuse après ces moments de soins ! Ce sont des moments de supplication, car l'on se sent tellement impuissant devant le mal !

Par sabine 4 août 2017 à 19 h 21

Dans ces moments là prière devient révolte et pour moi, les agresseurs sont alors monstrueux... bon courage !

Par Blandine 4 août 2017 à 20 h 08

Utopie réaliste dit Florine à cette belle prière du Père Jean Debruyne. Peut-être, mais personnellement, je sais qu'il y a bien longtemps, il m'arrivait de prier ainsi Dieu le Père et son Fils, au sujet de mes enfants : "Permets leur de réussir leur vie et pas forcément dans la vie".
Je pense qu'il faut essayer de ne pas trop matérialiser notre vie, de ne pas trop aimer ce monde de l'argent. Souvent, je crois que nous vivons à quelque chose près, l'époque du veau d'or, attachés que nous sommes à ce monde de l'argent, du pouvoir par une consommation excessive.
Alors, j'essaie de me tourner vers Dieu notre créateur afin qu'il m'aide à le prier et à ne pas oublier mes idées premières pensant qu'il vaut mieux réussir notre vie plutôt que de réussir dans la vie, dans ce monde de consommation où l'amour divin ne réside pas toujours.

Par colombine44 6 août 2017 à 13 h 25

Apprend -nous Seigneur :

A regarder avec les yeux tous les peuples de la terre,
Aide-nous a y reconnaître chaque jour ta présence,
Afin d'y souligner l'espérance
A prend - nous Seigneur,
A nous réjouir avec ceux qui connaissent la joie,
Et a soutenir ceux qui sont dans l'épreuve,
Avec toi,pour compagnon, notre coeur inondera le monde
DE LA PAIX, ...amen

Par brig 17 juillet 2016 à 22 h 07 Répondre à ce commentaire

Oui, Dieu est du côté de la vie, éternelle et universelle. Mais la vie n'est guère respectée dans le monde, et celui qui considère sa vie comme sans valeur est peu porté à penser autre chose de celle des autres. Comme nous sommes tous enclins à oublier, nous avons toujours besoin de témoins de la valeur sacrée de la vie.
Nous sommes épouvantés de la survenue d'attentats meurtriers en France, mais nous oublions que dans beaucoup d'autres pays, c'est presque chaque semaine qu'ils ont lieu. La mondialisation, c'est aussi celle des conflits (la guerre s'exporte et s'importe).

Par chantal grisaud 16 juillet 2016 à 20 h 24 Répondre à ce commentaire

L'actualité nous secoue et nous bouleverse, une fois de plus. Tant de haine, de violence aveugle. Et ce matin, la Bible qui nous ramène au chêne et à la pierre, à la promesse de Dieu, à la force et à la vie.

Qui nous ramène au témoignage, pour ne rien oublier, dire la vie plus forte que la mort, toujours, et la vie à bâtir sur la seule vraie pierre, cette pierre d'angle qui appelle son disciple à être un bâtisseur.

Qui témoigne de tous ceux qui nous ont précédés et qui, aussi, de tant de manières, ont vaincu la mort. Sichem, lieu de la rencontre avec Dieu pour Abraham, Sichem où arrive Jacob "sain et sauf" (Gn 33, 18) après son long exil, où Joseph, le nourricier, aussi revient pour y être enterré. Porteurs de vie, donneurs de vie, tous. Témoins qui dans la mort continuent à clamer la rencontre et la vie, reçue, sauvée, donnée.

Qui nous appelle à enraciner notre vie en Dieu, comme le chêne, à y puiser notre sève et porter du fruit. Le chêne et la pierre, le choix de Dieu. Vous avez choisi Dieu, bâtissez votre vie sur sa vie, semblent-ils dire. Déjà elle coule en vous. Vivez, debout comme la pierre dressée. Vivez et soyez donneurs de vie. Vivez en témoins de Dieu, lui dont la vie témoigne en vous et par vous.

Je vais m'en aller demain pour quelques jours de ressourcement au vert. Je vous emporte tous avec moi. Ensemble, dans notre prière.

Par Audrey 16 juillet 2016 à 7 h 12 Répondre à ce commentaire

Bon séjour Audrey, la nature source d'inspiration, pour vous revenez nous vite, avec de beaux commentaires, je vous embrasse fraternellement brig

Par brig 16 juillet 2016 à 10 h 26

Je me joins à Brig pour vous souhaiter de belles contemplations, la nature est si belle ; merci pour vos commentaires .... ainsi que les vôtres, Brig.

Par Lyonyx 17 juillet 2016 à 2 h 23

Merci à tous deux! :-) Vous y serez, comme toute notre 'église cybernétique', comme dit Paul, dans ma prière. Prenez soin de vous, Brig! Prenez soin de vous, tous.

Par Audrey 17 juillet 2016 à 6 h 53

UDP, Audrey, bon ressourcement dans la nature!

Par MARIE 17 juillet 2016 à 17 h 11
voir tous les commentaires