David

« Va et que le Seigneur soit avec toi. » 1 Samuel 17,37

L'arche à Jérusalem

2 Samuel 6, 16-17 ; 20-22

Or, comme l’arche du Seigneur entrait dans la Cité de David, Mikal, fille de Saül, se pencha par la fenêtre : elle vit le roi David qui sautait et tournoyait devant le Seigneur. Dans son cœur, elle le méprisa.
Ils amenèrent donc l’arche du Seigneur et l’installèrent à sa place, au milieu de la tente que David avait dressée pour elle. Puis il offrit devant le Seigneur des holocaustes et des sacrifices de paix.
Alors que David revenait pour bénir sa maisonnée, Mikal, fille de Saül, sortit à sa rencontre et dit : « Comme il s’est honoré aujourd’hui, le roi d’Israël !
Lui qui s’est découvert aux yeux des servantes de ses esclaves comme se découvrirait un homme de rien ! »
David dit à Mikal : « Devant le Seigneur, lui qui m’a choisi de préférence à ton père et à toute sa maison pour m’instituer chef sur Israël, sur le peuple du Seigneur, oui, je danserai devant le Seigneur. Je me déshonorerai encore plus que cela, et je serai abaissé à mes propres yeux, mais auprès des servantes dont tu parles, auprès d’elles je serai honoré. »

Méditation

précédente suivante

Plus libre qu'un roi

Voilà David, à peine vêtu d’un pagne, qui se met à danser, sauter, tournoyer devant l’arche d’alliance. Or, nous apprenons du regard méprisant de Mikal, femme de haut rang, qu’en se comportant de la sorte, David contrevient à ce qui se fait. Cela, personne, pas même le roi, surtout le roi, garant des bons usages, ne peut y déroger sans déshonneur.
Ce qui fait honneur ou déshonneur dans le monde où il vit, David ne s’en estime pas pour autant délié. Oui, il fait un drôle de roi. Mais c’est plus fort que lui, il lui faut danser pour Dieu, sa manière à lui de rendre grâce. Ce qui est fou pour un roi peut en effet être sage pour un fils de Dieu.
Qu’est-ce qu’être fils, sinon être héritier d’une grande promesse de vie et participer déjà à la vie même du père ? C’est exister et être aimé pour ce qu’on est et pas pour ce qu’on fait. Le fils jouit devant le père d’une liberté, qui rend jaloux ceux qui ne sont pas ses fils. Et la liberté, elle se voit.
Ce récit nous invite à l’audace. Il nous dit en particulier que la foi ne nous contraint pas à une manière rigide et codifiée de vivre. Elle nous met sur un chemin de vie spirituelle, qui est le nôtre et pas celui d’un autre.
En osant y aller, nous nous trouverons tôt ou tard en butte à l’incompréhension de ceux pour qui vivre en chrétien exige de suivre avec scrupule les règles d’un comportement bien défini. Mais nous croiserons aussi les pas de tous ceux qui dans le bon sens de leur foi savent reconnaître, partout où elle est à l’œuvre, la liberté des fils de Dieu.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

54 commentaires

Bonjour ,
La brèche , comme cette lance qui ouvre le coté de Jésus!
La folie de la croix , le scandale de la croix ...qui décontenance les sages ...
Chaque relation est différente , notre intimité avec Dieu , notre langage ,
qu'il soit du corps et de l'Esprit engage une action de grâce par ce qu'il
aime Dieu.
David , c'est l'art divin du sacré , qui tout autour de l'Arche de l'alliance ,
nous laissera une empreinte indélébile : celle de Dieu, qui agit .
Plus loin une vierge nommée Marie , deviendra l'arche d'un peuple ,
qui par Jésus donnera la liberté des fils de Dieu , un monde jouissant
de ce qui se voit par les yeux de Dieu au travers de ceux-ci .
La liste est longue , mais ce qui donne à réfléchir , c'est Dieu qui fait
tout pour nous ...Des signes , des racines royales , tantôt mourant ,
tantôt vivant , des témoignages majestueux en toute simplicité de coeur .
Nous laissant des cathédrales , des chemins qui dance et loue le Seigneur .
C'est dire : venez voir ce que le Seigneur a fait pour nous , une identité qui
d'âge en âges , survole et couve ces petits de ces présents les plus beaux .
L'amour sous toutes ces expressions encore à visiter dans un cantique des
cantiques ...Merci frère Martin , Jésus nous a donner de dire à Dieu .Notre
Père qui es aux cieux , que Ton Nom soit sanctifié .De quoi transfigurer
comme Jésus sur le Mont Thabor ...

Par fred 22 août 2017 à 18 h 31 Répondre à ce commentaire

Seigneur, je crois en toi,je veux te connaître chaque jour un peu plus, être libre, montre-moi ce qui me rend encore esclave et délivre -moi de mes chaîne.
Que mon bonheur soit de faire le bonheur des autres et de partager le bonheur qu'offre ton amour. ..union dans la prière

Par brig 22 août 2017 à 14 h 22 Répondre à ce commentaire

Auteur : Michel Serin

Seigneur,
Je viens avec hardiesse te demander
Un don qui dépasse toute chose.
Apprends-nous à aimer comme tu aimes.
Ce n’est pas facile pour nous êtres humains
Nous sommes tellement traversés par le désir,
la peur, l’agressivité...
Apprends- nous cet Amour qui sait prendre
Des risques pour les plus petits
Et qui ne craint pas les puissants et les sages de ce monde.
Apprends- nous cet Amour qui cherche
inlassablement la justice,
Surtout lorsque cela dérange
notre quiétude et notre confort.
Apprends- nous cet Amour
Qui respecte passionnément tous les hommes
Et d’abord ceux
qui ne savent pas respecter les autres.
Apprends-nous cet Amour qui sait regarder
Chaque être humain
dans son chemin d’imperfection
Avec le projet de Dieu sur lui.
Apprends-nous cet Amour
Capable d’un pardon sans retour
Pour les offenses les plus lourdes à porter
Et les blessures les plus vives.
Apprends- nous à aimer comme tu aimes .
Alors nos vies seront transfigurées.
La paix se répandra dans nos groupes,
Dans nos cités et entre les peuples.
Aimer comme tu aimes :
Il n’y a que toi qui peut faire cela en nous.

Par Partage 22 août 2017 à 8 h 06 Répondre à ce commentaire

Relisant les passages qui précèdent, une expression m'a interpellée : ouvrir une brèche. David vient de battre les Philistins : "Et il dit : "Yahvé m'a ouvert une brèche chez mes ennemis comme une brèche faite par les eaux." (2 s 5, 20). A la suite de cette victoire, David décide de "faire monter" l'arche de Dieu, et déjà "David et toute la maison d'Israël dansaient devant Yahvé au son de tous les instruments [...]" (2 S 6, 5). Mais, en chemin, "Uzza étendit la main vers l'arche de Dieu et la retint, car les boeufs allaient la renverser. [...] là, Dieu le frappa pour cette folie, et il mourut [...] David s'enflamma parce que Yahvé avait fait une brèche en fonçant sur Uzza" (v.6-8).
Dieu ouvre des brèches, fait tomber les murs, de ce qui se fait, et ne se fait pas. Il redéfinit ce qui est raisonnable : l'arche allait être renversée, peut-on reprocher à Uzza d'avoir essayé de l'empêcher? Oui, semble-t-il, car, ce faisant, Uzza n'a-t-il pas essayé de, littéralement, mettre la main sur Dieu? David dansant devant Dieu, s'abaissant aux yeux de sa femme, sans se soucier de la bienséance, de ce que le monde attend d'un roi, ne perce-t-il pas ici une autre brèche, pour Dieu, avec lui?
Percer des brèches n'est-il pas inscrit dans le sang de David, dans sa lignée même? Son ancêtre n'est-t-il pas Pérèç (brèche), l'un des jumeaux de Tamar, né de l'audace de cette dernière. Par elle, n'était-ce pas la vie venue de Dieu qui, déjà, perçait une brèche dans le bienséant, et le raisonnable?

Par Audrey 22 août 2017 à 7 h 53 Répondre à ce commentaire

Merci ,merci de nous inviter à cette grande liberté que seul Notre Bien Aimé Seigneur peut nous faire comprendre ; en me libérant ,dans la Communion des Saints ,je rejoins Jésus dans sa Passion ,et dans sa Présence ..Il me tient la main ! (je suis paralysée depuis 11 ans ..et certains jours ...Mais Il est là ! et puis mon mari est là et une fille (sur les 1O enfants que j'ai eus ..et le Soleil , ) Merci merci de m'aider à vivre ce combat Merci

Par desmichelle colette 9 août 2016 à 19 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci frère Pascal Marin pour cette belle méditation,......la vie de chrétien est un combat au quotidien, dans les actes, vis à vis des autres, . l'incompréhension, des événements de la vie,...les problèmes, les souffrances, m'a conduit vers Dieu le Père, grâce à Jésus Christ et son amour miséricordieux ....il me donne la Paix et la force, d'avancer dans la vie, par la prière, .. je sais qu'il veille sur moi et ma famille, .. merci Mon Dieu... Rita

Par Rita Giuliani 7 août 2016 à 17 h 14 Répondre à ce commentaire

Ce roi David nous montre qu'il y a bien des façons de prier Dieu.

Essayons de ne pas critiquer le manières de prier différentes de la nôtre, ce qui n'est pas toujours facile.

Jidé

Par dutilleul jacqueline 6 août 2016 à 9 h 45 Répondre à ce commentaire

Une méditation captivante: merci

Par Michelle 5 août 2016 à 20 h 17 Répondre à ce commentaire

L'Arche est enfin à Jérusalem ! David est heureux, il a le coeur en fête, il est joyeux, il saute, il danse, il offre des sacrifices d'action de grâce, il bénit le peuple au nom de l'Eternel des armées. Il distribue de la nourriture à tout le peuple; son coeur est en fête, il danse David, de bonheur et de joie, tant pis si son attitude déplaît. Il a osé danser devant le Seigneur !
Chacun a sa façon de rendre gloire à Dieu, selon son tempérament, ses origines, son caractère... Dieu accueille toute action de grâce, toute prière quelle qu'en soit l'expression.

Un petit texte d'un écrivain indien :
Un jour, un saint s'arrêta chez nous. Ma mère l'aperçut dans la cour, faisant des culbutes pour amuser les enfants.
"Oh, me dit-elle, c'est vraiment un saint; tu peux, mon fils, aller avec lui."
"Mon petit, que comptes-tu faire ? " - Oh...J'aime jouer.
-Alors, veux-tu jouer avec le Seigneur ? Je ne sus que répondre. Il ajouta :
"Vois-tu, si tu pouvais jouer avec le Seigneur, ce serait la chose la plus énorme qu'on n'eut jamais faite. Tout le monde le prend tellement au sérieux qu'on le rend mortellement ennuyeux. Joue avec Dieu, mon fils."
Dahan Gopal Mukerji.

Par Marjeanne 4 août 2016 à 22 h 16 Répondre à ce commentaire

JE SUIS EN VIE ….. JE SUIS VIVANTE …..
Le Seigneur me donne la vie & pour le remercier :
JE VIS DANS LA JOIE ……. LA JOIE DE l’AMOUR DU CHRIST , LA JOIE DE L’EVANGILE .
LA JOIE DE PORTER MA CROIX .
Le Seigneur aime que sa créature lui manifeste sa joie & sa gratitude ,
Le Seigneur veut nous voir apprécier ses dons & ses grâces , les mettre en valeur …..
Le Seigneur aime que son EGLISE soit bien entretenue ,
Avec des fleurs & des cierges allumés
Il aime les prières joyeuses accompagnées de chants , de l’orgue & de la trompette ,
Le Seigneur aime nous voir joyeux , Chanter & danser de Joie .
Dieu nous accepte tel que NOUS SOMMES …..
Dieu nous a créés libres dans nos choix , libres de l’adorer comme on le sent , Libres de prier à notre rythme & pas selon les envies & le jugement des autres .
Notre relation avec lui reste tout à fait personnelle , relative & particulière .
Le Seigneur attend à ce que l’on vient vers lui avec un cœur plein d’amour & de joie .
Bonne soirée à NOUS TOUS !!

Par Najoi 4 août 2016 à 21 h 09 Répondre à ce commentaire

Bonsoir,
merci de bien vouloir m'excusez mais pourquoi avoir ce ton monocorde dans la méditation.
L'évangile est vivant, rendons la méditation vivante.
Ce message ne s'adresse pas au frère Pascal Marin mais à tous.
Excusez moi encore mais, quand il y a de la vie dans une homélie, on la ressent plus au fond de son coeur.

Par BOUCHER 4 août 2016 à 18 h 28 Répondre à ce commentaire

L’essentiel n’est-il pas de t’aimer et de le dire de quelque manière que ce soit, d’aimer mes frères, Seigneur, et surtout de me sentir aimée de Toi ...... ! Que je t’adore en dansant, en pleurant de Joie, ou en priant dans le silence de mon cœur, qu’importe la façon de m’exprimer. Lorsque tu es là, présent en moi, Seigneur, plus rien ne compte que TOI. !

Par Marie-Madeleine 4 août 2016 à 16 h 58 Répondre à ce commentaire

Merci pour vos commentaires!

Par Victor 4 août 2016 à 13 h 03 Répondre à ce commentaire

Nous croiserons les pas ...... Que le seigneur mettre sur notre route tout ceux qui ont du bon sens et savent nous faire reconnaitre son œuvre , la liberté des fils de Dieu .... AMEN

Par Ninine 4 août 2016 à 9 h 04 Répondre à ce commentaire

Quelle belle méditation vous nous donnez "C'est aussi ce que notre bon pape François nous invite à faire !
Merci de nous redire que c'est Dieu et non les hommes qui peuvent juger de nos actions et nos comportements !

Par Fauvette. 4 août 2016 à 8 h 44 Répondre à ce commentaire

Roi David, tu ne cesseras jamais de nous étonner. Et dans cet épisode ne nous invites-tu pas à oser à notre tour. A nous débarrasser de notre respect humain, de cette peur du "quand dira-t-on". Et cela notamment dans nos démarches de chrétiens.

Par dourte léon 4 août 2016 à 0 h 18 Répondre à ce commentaire

Prêt à être envoyé, mon commentaire m'a échappé, vraiment désolée.

Merci frère Pascal d'avoir choisi ce passage du livre de Samuel. Merci pour votre méditation.
je n'ai pas le courage de recommencer. Bonne nuit à tous.

Par Marjeanne 4 août 2016 à 0 h 02 Répondre à ce commentaire

AIMER en vérité..............tout un programme.......!

MERCI à tous

Par mic 3 août 2016 à 22 h 54 Répondre à ce commentaire

J'aime bien les méditations, et le commentaire, j'amerais bien un moment de musique après pour prolonger ce temps de paix et de réflexion. Merci

Par jordan 3 août 2016 à 22 h 18 Répondre à ce commentaire

Si notre foi nous pousse à rendre grâce au Seigneur dans la joie et l'allégresse, ne nous soucions pas de l'attitude de ceux qui préfèrent rendre grâce d'une autre manière car chacun a son chemin de vie spirituelle. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 3 août 2016 à 21 h 16 Répondre à ce commentaire

"Oui, je danserai devant le Seigneur."
David ose affirmer sa joie de croire, il ne se laisse pas impressionner par Mikal qui semble le toiser du haut de son rang social.

Et nous aussi soyons fiers et heureux de proclamer notre joie, notre espérance.
Que le Seigneur nous accorde en toute circonstance de l'accueillir avec joie.
UDP avec chacun de vous et merci pour toutes vos contributions.

Par MARIE 3 août 2016 à 20 h 20 Répondre à ce commentaire

"La foi ne nous contraint pas à une manière codifiée et rigide de vivre". Tout à fait d'accord. Encore faut-il ne pas qualifier de "rigide" et "codifié" des comportements plus sobres, plus réservés que l'exubérance naturelle de certaines populations. On est loin des mortifications et pénitences corporelles qui ont pu être en vigueur dans certains ordres religieux mais on peut vivre sa foi et la montrer sans "être triste". Je pense qu'il faut rechercher, si l'on en a la possibilité, le lieu où l'on se sentira bien pou prier, vivre les sacrements. J'ai la grande chance de vivre dans une région où cela est possible. Je suis pleine d'admiration et de reconnaissance envers les personnes laïques qui ne ménagent pas leurs efforts pour essayer de dynamiser un peu plus les messes où, parfois il faut reconnaître qu'elles sont peu "vivantes". Mais ne réagissons-nous pas en consommateurs ? Notre démarche avant tout n'est-elle pas de venir prier et adorer le Dieu en qui nous croyons ? La méditation de Frère Pascal touche un sujet tellement vaste ! Et les commentaires laissent entrevoir des sensibilités différentes mais combien intéressantes.

Par mahona 3 août 2016 à 19 h 20 Répondre à ce commentaire

Quand on est habité de la présence de Dieu on est plus le même la joie nous dépasse, surpasse, on vie pleinement notre foi, notre liberté permet d'aller vers les autres pour partager et rendre grâce à notre Dieu d'Amour...Osons garder cette liberté d'être fils et fille de Dieu...Amen!!!

Par Marie-Noëlle HONORE 3 août 2016 à 19 h 03 Répondre à ce commentaire

Quelle chance ! vive la liberté !

Par ninon 3 août 2016 à 18 h 56 Répondre à ce commentaire

A chacun sa façon de vivre sa foi, que ceux qui aiment danser et chanter, louer notre Dieu ainsi, s'ils le font naturellement, c'est vivre leur foi en vérité.
Ceux qui préfèrent prier en silence, et agir sans faire de vague et dans le silence de leur coeur, c'est également vivre leur foi en vérité.
Partager c'est bien, vivre pleinement sa foi en toute sérénité est l'essentiel et respecter les convictions autres également.
Merci frère Pascal pour votre méditation.

Par monette 3 août 2016 à 17 h 59 Répondre à ce commentaire

Frère Pascal,
Vous écrivez : " La foi ne nous contraint pas à une manière rigide et codifiée...", et pourtant ... Jésus s'y laisse prendre ???...;;
.... dans l'Evangile de ce jour sur la païenne.. Cananéenne...? Il a même une attitude révoltante ?...
... "Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens..." Paroles dures, voir outrageantes (à part les paroles cinglantes à l'adresse des pharisiens et des scribes, quand Il les traite de "Sépulcres blanchis - Mt 23,27...), je n'ai pas connaissance dans l'Evangile de jugement aussi violent...
... et pourtant Jésus , in fine, accorde à la pauvresse ce qu'elle demandait (la guérison de sa fille...) et reconnais, en plus, sa grande foi malgré ses origines...
Faits divers : "Prié de sortir de l'église dimanche.." - type maghrébin, situé derrière un pilier de l'église, un sac à la main...qui ne semblait pas prier ... Un paroissien tél. à la police, qui immédiatement envoi une patrouille qui... devant l'assistance médusée met la main sur cet étrange paroissien ?..
... c'était tout simplement, un correspondant de presse, qui venait prendre pendant la messe "prendre le pouls de la communauté catholique !!!" après les évènements que nous connaissons...
...Dans nos jugements, ne pas s'arrêter aux apparences ???....
Honni soit, qui mal y pense...

Par breizh 3 août 2016 à 17 h 54 Répondre à ce commentaire

Oh que ce commentaire fait du bien. Cela me rappelle la chanson de Brassens"mais les braves gens n'aiment pas que...l'on fasse autre chose qu'eux !!"
Plus profondément oser suivre son chemin. Répondre à l'appel intérieur. Et accepter le chemin de l'autre aussi loin soit il du mien.
Ne pas juger...seigneur aide moi

Par Franjoli83 3 août 2016 à 16 h 06 Répondre à ce commentaire

Texte bien choisi et commentaires riches de la part de Frère et de vous autres. Merci ! Merci également à Micheline pour ce que tu as écrit hier. Ça me pousse d'aller en avant dans la foi et avec audace comme Frère Pascal vient de nous partager. J'admire David et la femme cananéenne de l'Évangile dans leur audace pour honorer le Seigneur et Lui demander la guérison. Oser croire ! Danièle de Madagascar.

Par Danièle 3 août 2016 à 15 h 54 Répondre à ce commentaire

"Réellement libre " signifie être libre du péché! Non seulement libre parce que jésus a pardonné tous tes péchés, mais libre pour vaincre, comme il a vaincu.
Ta vie devient alors un témoignage qui défend ta foi.
"Je suis dans la paix, et dans la joie, car j'ai défendu ma foi !....petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 3 août 2016 à 15 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Pascal de nous commenter magnifiquement ce texte témoignage de la grande "liberté" des enfants de Dieu : Dieu qui nous aime pour ce que nous sommes et non pour ce que nous faisons.
Prions les uns pour les autres.

Par J. HOUIS 3 août 2016 à 15 h 18 Répondre à ce commentaire

Ce texte biblique est vraiment beau. En effet extérioriser sa foi, son amour ,sa reconnaissance pour Dieu et en Dieu quel déshonneur y a t-il en cela? Il n'y a qu' à voir nos célébrations des messes en Afrique pour s'en convaincre. En effet sous les tropiques les messes sont vivantes: il y a des moments de recueillement mais aussi des moments où on chante et on dense pour dire merci à Dieu pour ce qu'il fait pour nous. Les messes quelque peu stéréotypées où il faut respecter un comportement rigide ne conviennent pas à notre tempérament. C'est pourquoi je suis heureux de constater qu'en agissant ainsi nous ne faisons pas fausse route.
Merci

Par Kouadio Assahoré Abidjan Côte d'Ivoire 3 août 2016 à 14 h 47 Répondre à ce commentaire

Bonjour :je suis tout à fait d'accord avec vous,les messe en Afrique ,sont tellement joyeuse, d'amour, et de partage, merci pour votre témoignage, car ici,dans nos églises il y a beaucoup de chose a revoir,c'est tellement triste,il manque cette joie que demande le christ. ...Fraternellement brig

Par Brig 3 août 2016 à 15 h 28

Merci tendrement à vous mes soeurs et mes frères du monde bonne journée Pièr

Par Pi?r 3 août 2016 à 13 h 19 Répondre à ce commentaire

Seconde réflexion : je pense que ce texte nous montre la différence entre la fausse honte (due à l'atteinte à notre image sociale, et dont nous pouvons nous libérer en assumant notre nature), et la vraie honte (due à l'atteinte à notre ressemblance divine, et à laquelle nous devons obéir en nous repentant). Distinction entre l'amour-propre et l'amour de Dieu...

Par Antoinette G 3 août 2016 à 11 h 56 Répondre à ce commentaire

Magnifique attitude et superbe méditation !
Merci, cher Frère Pascal, de nous donner cette manne de liberté et d'engagement pour la marche du jour.

Par Bernard (Bruxelles) 3 août 2016 à 11 h 43 Répondre à ce commentaire

Danser est une forme de témoignage de joie d'une âme habitée par le Seigneur!! Alleluia!

Par Thomas 3 août 2016 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

Oui, David n'est pas dans le politiquement correct, mais c'est lui qui est dans la Vérité. Louer Dieu avec son corps par sa danse. quand ça déborde, il faut que cela se voit et se manifeste, c'est le témoignage. Les mauvaises langues, elles, n'ont pas de joie dans le coeur car elles ne vivent pas dans le Seigneur? Alors, elles jugent selon les codes des organisations humaines, mais découvrir comme David, sa filialité divine met dans une grande Joie, celle que vit Jésus en son Père.
Très bonne journée à chacun dans la Joie de l'Evangile.

Par Béatrice 3 août 2016 à 11 h 31 Répondre à ce commentaire

Bonjour et merci pour ce fort évocateur commentaire sur l'unicité. Vous la confirmez en écrivant : «Elle (l'audace) nous met sur un chemin de vie spirituelle qui est le nôtre et non pas celui d'un autre» Vaste, très vaste «monde» que celui de cette unicité nous étant à toutes et tous propre. Cette même unicité qui fait aussi que notre relation à Dieu diffère de l'un.e à l'autre.
De me demander comment je m'y sens ? Seul dans mon humanité, accompagné dans ma divinité, fragile et fort à la fois, pacifié puis il y a cette phrase qui me «talonne»: «Tu as du prix à mes yeux....»
Puissent Dieu, le Christ-Jésus et l'Esprit Saint m'aider à bien assumer cette même unicité. Sans prétention - Gaston Bourdages - Saint-Mathieu-de-Rioux au Québec.

Par Gaston Bourdages 3 août 2016 à 10 h 54 Répondre à ce commentaire

Merci...C'est par nos différences que nous ferons découvrir la richesse de notre foi, souvent figée dans des obligations.
Comme en amour laissons éclater notre joie et donnons envie à tous ceux qui nous croiserons de nous rejoindre

Par marie-Claude 3 août 2016 à 10 h 22 Répondre à ce commentaire

Dieu nous a créés, et forcément il nous accepte comme nous sommes. Il n'y a pas de modèle à se conformer pour être digne !
David est un bon vivant avec un caractère spontané. Il est resté lui-même malgré sa fonction sociale (il ne se la raconte pas), ce qui le rend sympathique au petit peuple. Mais il y a un temps pour rire et un temps pour pleurer (l'Ecclésiaste). Là David participe à la joie générale de voir l'Arche revenue dans Jérusalem. Bientôt, son impulsivité va le conduire à abuser de son pouvoir au détriment d'un de ses lieutenants. Mais il se repentira et s'humiliera quand Nathan lui montrera sa faute. Il n'est pas prisonnier de son image.
Je me rappelle aussi cette maxime "Un saint triste est un triste saint". Etre témoin et serviteur, ce n'est pas pleurer continuellement sur ses défauts ou sur les malheurs du monde, mais être capable de vivre en vérité devant Dieu et d'assumer (le plus possible avec joie) ses responsabilités propres.

Par Antoinette G 3 août 2016 à 9 h 58 Répondre à ce commentaire

David ne rentre pas dans ce politiquement correct ou ce comportement rigide de certains chrétiens...Il se lâche et exulte devant Dieu ...On pourrait comparer cette attitude aux Tradis et à la communauté de l'Emmanuel...Ces 2 communautés qui expriment leur foi différemment mais avec autant de sincérité !! C'est Mikal qui a tort, elle n'a pas à avoir de mépris pour David, parce qu'elle ne se donnerait pas comme ça en spectacle....Chacun s'exprime selon son tempérament...Mikal, traduit aussi peut-être cette gêne, des tradis devant les charismatiques !! Comme quoi, l'humanité n'évolue pas !!

Par anne Marie 3 août 2016 à 9 h 50 Répondre à ce commentaire

Nous pouvons mettre des masques, feindre, montrer différents visages à nos interlocuteurs ; devant Dieu nous sommes nus. Confiants en son Amour, nous osons reconnaître, parfois avec douleur nos faiblesses, mais aussi nos points forts pour l'en remercier. Comme toute religion, le catholicisme a ses propres rituels, instaurés, modifiés depuis des siècles. Mais devant Dieu, nous sommes libres de le prier à tout moment, n'importe où, avec ou sans signe visible. Ma voie spirituelle n'est pas celle de ma voisine même si je dois respecter certains rites. Ce n'est pas une atteinte à la liberté ; peut-être une façon de mieux partager. Qui suis-je pour critiquer ce qui peut trouver grâce devant le Seigneur ? IL connaît le fond du cœur de chacun.

Par mahona 3 août 2016 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

Oser !
Dans la vie il faut oser et ne pas céder à ceux qui ne partagent pas notre croyance.
A nous de nous affirmer, sans mépris, mais au contraire avec empathie pour que ceux qui sont jaloux de notre liberté.
Soyons forts et regroupons nous pour célébrer le Seigneur Dieu.

Par SYLVESTRE14 3 août 2016 à 9 h 03 Répondre à ce commentaire

francoise oser, bien sûr, sans trop de force afin de ne pas heurter quand même!

Par francoise 3 août 2016 à 10 h 59

Merci Seigneur pour la liberté que Tu nous donnes
Merci pour cette méditation sur

Par Micheline 3 août 2016 à 8 h 40 Répondre à ce commentaire

"La liberté des fils de Dieu", "l'audace",...

C'est oser danser, chanter, parler, comme on le ressent, peut-être comme un fou pourraint dire certains.
Ou c'est aussi ne pas le faire si on ne se sent pas de le faire, au risque de passer pour un croyant bien tiède ou peu démonstratif, ou quelqu'un d'incapable de rejoindre le troupeau.
Ni Berger ni roi, pas plus que serviteur, juste une brebis paisible, égarée peut-être, mais alors le Maître viendra lui-même la prendre et la mettre sur ses épaules...
"C’est exister et être aimé pour ce qu’on est et pas pour ce qu’on fait."

Par & 3 août 2016 à 8 h 24 Répondre à ce commentaire

En réponse à &(8H24)Bonjour. C'est exister et être aimé pour ce que l'on est et pas pour ce que l'on fait.Cette phrase à elle seule mérite un débat. Pour un chrétien, je pense que être et faire sont liés.(La foi sans action est une foi morte). C'est pour moi une forme de prière et d'action de grâce (dire merci) et je suis bien d'accord avec vous pour affirmer que chacun à le droit de le faire à sa manière, suivant sa sensibilité.Il y a peu je me suis retrouvé un peu par hasard avec une communauté charismatique.Je ne m'y sentais pas bien du tout et n'y suis allé qu'une fois.Ce n'est pas pour cela qu'on est rétrograde,que l'on n'évolue pas.Chacun a sa manière de prier.Le Christ n'a t'il pas dit"quand tu pries,retires toi dans ta chambre dans le secret".Le tout est de prier et chacun à sa formule qu'il lui convient.Pour ma part,je préfère une messe lue pleine de spiritualité à une messe chantée ou la plupart des gens ne chantent pas.Bonne journée à tous.

Par alois 3 août 2016 à 11 h 34

Je comprends David dont le corps tout entier se meut comme un hymne à la joie devant l'Arche du Père.
Peut importe son vêtement un simple pagne; vêtu comme un serviteur ce que pour lui il est aux yeux de l'Éternel. Le plus petit de tous que l'Éternel a choisi!
Peut importe le vêtement, Dieu nous choisi car il nous connait, il connaît l'essentiel : le coeur.
Chantons et dansons, louons notre Dieu de gloire. Redevenons des serviteurs au service du bien. Dieu nous regarde!

Par Marilou 3 août 2016 à 8 h 04 Répondre à ce commentaire

Le texte dit la joie d aimer le Seigneur contre toute adversité: en ces temps d épreuves, il nous tourne vers le Sauteur.
Pourquoi le commentateur "dénoncé" ce que lui estimé cathos rigides, coincés? Où est l unité du Corps du Christ si nous manquons de miséricorde envers chacun de nos frères, où est la tolérance dont nous usons en surabondance pour les adores d autres religions?

Par Lopez 3 août 2016 à 7 h 47 Répondre à ce commentaire

Vivre en enfant de Dieu , Être et jubiler ,c'est à dire rayonner de la simple Joie d'être aimé de Dieu !
Voici un monde totalement nouveau :
Se libérer de tout les codes , les rigidités que nous nous infligeons , puisqu ´aimer est au delà de tout :
Alors que chaque matin qui se lève, me donne la Grâce nécessaire, d'avoir un coeur ouvert , suffisamment pour que je fasse partie des serviteurs, soucieuse uniquement d'aimer : comment le pourrais-je, Seigneur, si je ne me reçois de Toi , et te donne toute la place !
"Ouvre mes lèvres , et ma bouche publiera tes louanges "

Par Nicole.B 3 août 2016 à 7 h 42 Répondre à ce commentaire

Plus rien à cacher, avec David, au pied de l'arche. Si David danse, tout son peuple participe à sa danse, eux qui sont "de [s]es os et de [s]a chair". La Terre Promise est pays de louange et de joie. L'arche entre à Jérusalem par celui qui est offert au Père. La Cité de David est celle du Père auquel il appartient.

Ce que sa femme ne comprend pas, les servantes, elles, le comprennent. L'humiliation, elles connaissent, et David les en délivre. David a part à la royauté paradoxale des messies, du Messie - fils de David, fils de Dieu. Le messie est serviteur, de son Père, de son peuple au nom du Père. Là est son honneur. Serviteur. Le roi nu, exposé, donne à ce mot ses vraies lettres de noblesse. Montre que la seule et vraie dignité est d'être fils de Dieu. Le comprennent ceux pour qui servir et donner est la vie. C'est avec eux que le messie la partage. Mikal n'en fait pas partie.

David nous invite à partager avec lui cette dignité vraie, à trouver nos propres pas de danse. A oser, en effet, merci fr. Pascal, pour ces mots vivifiants. A nous révéler, à nous exposer. Facile, s'exposer? Non, car on touche à l'intime, à ce qui fait ma chair et mes os, et la pudeur est là. C'est un chemin, sur lequel j'avance pas à pas. Un chemin qui libère. Libère de la honte de ne pas être 'comme tout le monde', libère de cette idée que le monde a raison, que si je ne me reconnais pas dans ce qu'il veut m'imposer, c'est à moi de changer, de m'y conformer. S'en dépouiller, comme David de son vêtement, c'est s'autoriser enfin à danser, librement, dans la lumière de Dieu. Sans l'imposer, être soi. Comprendront ceux qui y dansent déjà, et ceux dont les pieds démangent de se joindre à la danse.

Par Audrey 3 août 2016 à 7 h 11 Répondre à ce commentaire

Audrey, « La honte de ne pas être comme tout le monde »
Du moins « le mal à l’aise », oui j’ai connu cela et pendant des années. Dans son infinie bonté et sa patience, le Seigneur m’en a libérée. Merci de m’être en mots tant de pensées que je n’arrive pas à formuler. Votre contribution < ce blog est précieuse. Merci pour votre fidélité aux inspirations de l’Esprit.

Par Micheline (Canada) 3 août 2016 à 11 h 53

Merci à vous Micheline, merci à tous ceux qui contribuent à ce blog et nous font nous interroger chaque jour davantage.

C'est tellement vrai que c'est une grâce d'être délivré(e) de cette pression du monde non seulement de ne pas être ce qu'il voudrait que l'on soit, mais de ne pas le désirer. "Qu'est-ce qui ne va pas chez moi?" Il n'est rien qui n'aille pas, ou plutôt tout va. Je suis simplement mon propre chemin, avec Dieu, pas celui que l'on voudrait tracer pour moi. Pas d'autoroutes formatées avec Dieu, seulement des 'itinéraires bis'. Bis: à deux, lui et moi. Lui en moi, et moi en lui. Lui qui m'éclaire le chemin, qui marche avec moi, porte mon sac, lorsqu'il se fait trop lourd, me relève lorsque je tombe, fait pousser l'herbe pour que j'y repose, se fait eau de la fontaine - cette eau qui nourrit, qui guérit. Lui qui est lumière du matin qui élève le cœur, lumière du soir qui l'embrase de beauté. Lui qui est le chemin, le chemin qui mène à lui.

Prières pour vous, Micheline, pour Fred, Brig et tous ceux qui souffrent, pour Bernard, pour Paul, pour tous. Et merci, Seigneur!

Par Audrey 3 août 2016 à 20 h 32

Chère Audrey,
Merci pour cet itinéraire bis, les chemins du Ciel sont en effet dé-routants pour nous permettre de garder les pieds dans la glaise.
Le pain du partage est souvent aussi du pain bis, dont on vante d'ailleurs, à juste titre, les vertus, par rapport au pain blanc jadis porté aux nues alors qu'il naît d'un raffinement préjudiciable à la santé. Santé à vous, donc, dans les chants, les danses, la diversité des sensibilités... et la bise à toutes et à tous.

Par Bernard (Bruxelles) 3 août 2016 à 21 h 15
voir tous les commentaires