Anne et Samuel

« Il veille sur les pas de ses fidèles. » 1 Samuel 2,9

L'appel de Dieu à Samuel

1 Samuel 3, 3-10

La lampe de Dieu n’était pas encore éteinte. Samuel était couché dans le temple du Seigneur, où se trouvait l’arche de Dieu.
Le Seigneur appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! »
Il courut vers le prêtre Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Éli répondit : « Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher. » L’enfant alla se coucher.
De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Et Samuel se leva. Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. »
Éli répondit : « Je n’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher. »
Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.
De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva.
Il alla auprès d’Éli, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Éli comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Samuel alla se recoucher à sa place habituelle.
Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois : « Samuel ! Samuel ! » Et Samuel répondit : « Parle, ton serviteur écoute. »

Méditation

précédente suivante

Les voies de Dieu ne sont pas prévisibles

Je ne sais pourquoi, mais je vois par trois fois le petit Samuel bondir de son lit pour répondre à l’appel. Mouvement brusque. Agitation ? Hyperkinésie ? Non ! Le mouvement de Samuel est ordonné, finalisé, il conduit à une rencontre. Samuel passe du sommeil à une veille active, une écoute intriguée. Il se mobilise et se rend disponible. Il ne sait pas encore à quoi, mais il est prêt. Au musée de Montpellier, un très beau tableau de Reynolds présente Samuel en train de prier. Il y a là quelque chose de très touchant, l’innocence et la pureté de l’enfance habitées de spiritualité. Dieu parle au cœur des petits.
Le vieillard comprend que l’enfant est appelé. Il perçoit que quelque chose de nouveau est en train d’advenir ; que quelqu’un, non identifié encore, est en train d’intervenir.
Eli n’aura pas pour successeur l’un de ses fils, mais Samuel. On ne devient pas prophète de père en fils, mais par vocation. Et la vocation n’est jamais prévisible. Elle fait irruption quand on ne s’y attend pas et chez ceux que l’on n’aurait pas choisis.
De Samuel à Bernadette Soubirous, en passant par Isaïe et saint Paul, l’Esprit saint bouscule régulièrement les habitudes de pensée, casse la continuité, brise l’homogénéité. L’irruption de la présence de Dieu bouleverse ce qui serait trop « naturel ».
Il en sera de même quand Samuel sera vieux et qu’il devra nommer un roi, parce que « ses fils n’étaient pas dignes de lui succéder ». Le « naturel » est souvent réfractaire aux vrais changements, il s’installe dans les avantages acquis, les routines asphyxiantes, il se ferme à la vie. « Nul n’est reconnu prophète dans sa famille ni dans son pays », dira Jésus. Les chemins de Dieu ne suivent pas la voie hiérarchique, ni la succession familiale. Soyons attentifs : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ! »

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

59 commentaires

Dieu parle,
non plus en visions, mais dans son saint livre qui s'adresse a chacun,
Lisons-le comme s'il n'avait été écrit que pour nous.
L'attitude de Samuel est celle que nous avons à prendre chaque fois que nous ouvrons notre notre Bible,
"Parle ton serviteur écoute "Encore faut-il être prêt à faire ensuite ce que le seigneur nous aura dit,
Oui cette belle réponse nous invite a nous mettre comme lui a l'entière disposition du seigneur, en lui demandant comme Saül
aussitôt qu'il a été converti"que dois-je faire seigneur? "
"Pour entendre,il nous faut écouter, nous devons faire silence et passer du temps seul à seul avec Dieu, il appelle chacun a utiliser ses don et sa passion, mais tous ne décrochent pas le téléphone, dommage! !sa viendras peut être un jour...

ce soir cette appel a la prière, seigneur, pour ces familles qui souffre qui on tout perdu en ce moment en Guadeloupe, et toute les îles qui son touché par ce tragique ouragan d'une violence jamais vue.
Nous te louons pour le courage de ce peuple, aide les a ce relevé dans leur malheur et que la solidarité opère, que chacun de nous se manifeste en unions de notre prière, seigneur entend notre prière, amen,

Par brig 7 septembre 2017 à 16 h 59 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Brig, oui, écoutons la voix du Seigneur qui nous guide et unissons nous par la prière.

Par MARIE 8 septembre 2017 à 8 h 43

Béni sois le Seigneur, le Dieu d’Israël,
qui visite et rachète son peuple.

IL a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

comme il l’avait dit par la bouche des Saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

Salut qui nous arrache à l’ennemi
à la main de tous oppresseurs,

Amour qu’il montre envers nos pères
Mémoire de son alliance sainte,

Serment juré à notre père Abraham
de nous rendre sans crainte

afin que délivrés de la main des ennemis
Nous le servions dans la justice et la sainteté
en sa présence tout au long de nos jours,

et toi, petit enfant, tu seras appelé
Prophéte du Très Haut :
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
et tu prépareras ses chemins

pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu
quand nous visite l’astre d’en haut,

pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
et l’ombre de la mort
pour conduire nos pas
au chemin de la paix.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit
pour les siècles des siècles.
Amen.

Par Cantique de Zacharie 7 septembre 2017 à 16 h 55 Répondre à ce commentaire

A travers l'appel au petit Samuel, le Seigneur appelle chacun de nous, sommes-nous prêts ?

Je chante avec vous ce chant que j'ai longtemps chanté avec joie catéchiste avec les tout petits au caté:

Tu m’appelles, Seigneur me voici, Dans ton amour, dans ton esprit.

1. Je me tiens sous ton regard, j’ai confiance car tu m’aimes. Je te dis tous mes soucis, je te raconte mes peines.

3. Je te parle dans mon cœur, je te dis ce que je fais.
Je sais bien que tu m’écoutes, car, c’est vrai, tu me connais.

5. Tu veux me donner la main, je veux vivre en ta présence. Tu peux tracer le chemin qui fait naître l’espérance.

Ne sommes-nous pas de petits enfants sous le regard du PÈRE?

En union de chants et de prières avec chacun de vous.

Par MARIE 7 septembre 2017 à 14 h 32 Répondre à ce commentaire

Merci Marie
De me rappeler ce très beau chant ,pour le regard de la miséricorde du Père, uni dans la prière

Par brig 7 septembre 2017 à 15 h 31

Merci Soeur Marie ,
le cantique de Zacharie ,
pour l 'église devient par chaque baptême , réalité .
Ainsi La Parole de Dieu n'est plus rare .
Seigneur Dieu tu nous cesse de nous surprendre :
il a fallu que Ton Fils prenne la dernière place pour entrer dans Ta Gloire .
Que Ton Esprit bouleverse nos évidences humaines et nous initie à ce monde nouveau que tu instaures par Jésus ,
dés maintenant et pour les siècles des siècles .
Page trouvée dans une église , FRUIT DU HASARD,? peut-être bien , peut-être pas ..La miséricorde du Seigneur qui
se renouvelle sans cesse , là , ce n'est pas le hasard , mais le fruit de l'amour tout simplement .

Par fred 7 septembre 2017 à 9 h 09 Répondre à ce commentaire

Etrange commentaire que celui de Kongolo qui me saute aux yeux quand j'ouvre ce matin, la page de ce site. Se moque-t-il? Est-il destiné à blesser? Le plus curieux est que, finalement, il rejoint ce que je m'apprêtais à dire, à l'écoute nouvelle de ce texte. Combien de fois le Seigneur nous appelle-t-il, tous et chacun, sans que nous comprenions sa voix?
"La parole de Yahvé était rare en ces jours-là," dit le premier verset de ce passage. "[L]a parole de Yahvé ne lui avait pas encore été révélée," dit encore le texte, de Samuel. Pourtant ce dernier "servait" déjà le Seigneur (v.1), ce Dieu que pourtant il "ne connaissait pas encore". Ne paraît-elle pas rare également, la parole du Seigneur, en ces jours que nous vivons, en ce monde qui semble parfois s'ingénier à l'étouffer?
Que nous dit l'enfance de Samuel? Peut-être que l'on peut servir Dieu sans pourtant le connaître, entendre sa parole de la bouche de ses aînés - comme Samuel d'Eli, sans doute - sans pourtant encore la faire véritablement sienne. Ne faut-il pas la rencontre pour que cela advienne? Intime, personnelle, charnelle. Car c'est bien par son nom que le Seigneur appelle Samuel. Par le nôtre qu'il nous appelle, toi, moi, chacun de nous. Ne faut-il pas la rencontre pour que les textes enfin, commencent à nous parler, à nous, personnellement, en vérité? Et un cœur attentif, une chair qui cherche, sans peut-être savoir quoi, et qui un jour répond, "Parle Seigneur, ton serviteur, ta servante, écoute." Et peut-être

Par Audrey 7 septembre 2017 à 6 h 52 Répondre à ce commentaire

Et peut-être n'est-il pas pour cela besoin de mots.
(Pardonnez-moi, je viens de me rendre compte que la dernière phrase était incomplète. Belle journée à tous! Avec ma prière.)

Par Audrey 7 septembre 2017 à 7 h 32

C'est vrai, une rencontre, ça suppose d'être disponible, ouvert à l'inconnu, décentré de soi. Dieu est le "Tout Autre", ce qui est au-dessus de mes instincts naturels ou de mes formatages éducatifs. L'Esprit souffle où il veut...La rencontre qui est révélation se fait dans le coeur uniquement, de personne à personne. La fécondité vient de là. Je pense au dernier livre d'Eric Emmanuel Schmitt "La nuit étincelante", où il raconte ce moment qui a changé sa vie.
Je me rappelle aussi ce vieux chant "Le Seigneur a frappé à tes volets, ami, ami, le Seigneur a frappé à tes volets, et toi tu dormais."

Par Antoinette G 7 septembre 2017 à 17 h 54

.Allons semer l'Evangile et Dieu fera
grandir la récolte. (Pape François ) .
Poursuivons ce qui favorise la paix et l'édification mutuelle .Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que
rien n'est impur en soi , et qu'une chose n'est impure que pour celui qui la croit impure .
Tout est possible par la foi , les yeux de Dieu sont trop pur pour voir le mal .
A celui qui peut vous garder de toute chute et vous faire tenir sans tache devant Sa Gloire dans l'allégresse , au Dieu unique
notre Sauveur , gloire , grandeur , puissance et autorité , avant tout les temps ; maintenant et à jamais .Amen .
Pais mes brebis , dira Jésus ; faisant de nous une maison de Prière .Le Verbe est prière , en nous et tout autour de nous .
Le premier signe des chrétiens , étant Un poisson , le deuxième Jésus viendra nous apprendre à prêcher La Bonne Nouvelle
Le Seigneur est bon pour tous , plein de tendresse pour toutes ses oeuvres .L'art de bénir ?Parle Seigneur , une manière de
dire : écoute bien et reçoit bien ..La Parole ., pour prendre Corps , âme et Esprit et devenir Parole de Vie .Elle n'est plus cachée , elle est AU milieu de vous .C'est vraiment l'oeuvre la plus belle de Dieu , l'homme fait à son image , et Esprit , pour
dire l'Esprit du Seigneur est sur moi , car Il m'a oint pour apporter La Bonne Nouvelle . L'amour prends patience Parle Seigneur tes enfants écoutent .

Par fred 7 septembre 2017 à 6 h 49 Répondre à ce commentaire

La lampe de Dieu n’était pas encore éteinte. Audrey était couché dans le temple du Seigneur, où se trouvait l’arche de Dieu.
Le Seigneur appela Audrey, qui répondit : « Me voici ! »
Il courut vers le prêtre Mon Seigneur, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Mon Seigneur répondit : « Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher. » L’enfant alla se coucher.
De nouveau, le Seigneur appela Audrey. Et Audrey se leva. Il alla auprès Mon Seigneur de mon Mon Seigneur, et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. »
Seigneur répondit : « Je n’ai pas appelé, mon fils. Retourne te coucher.
Audrey ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée. De nouveau, le Seigneur appela Audrey. Celui-ci se leva.
Il alla auprès de Seigneur , et il dit : « Tu m’as appelé, me voici. » Alors Seigneur comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit : « Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras : “Parle, Seigneur, ton serviteur écoute.” » Audrey alla se recoucher à sa place habituelle.
Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois : « Audrey ! Audrey ! » Et Audrey répondit : « Parle, ton serviteur écoute.

Par kongolo 16 juin 2017 à 10 h 04 Répondre à ce commentaire

Se laisser faire-consentir, accepter que Dieu soit à l'oeuvre en nous.
c'est souvent la prière que je formule: 3 Viens, Seigneur prendre toute la place, viens m'envahir complètement , en totalité afin que je devienne serviteur.
Rends-moi capable d'enfiler la tenue de serviteur.
Donne moi la capacité de comprendre que même dans les épreuves, c'est toi qui est à la barre, c'est toi qui me façonnes, qu'il faut simplement que je tienne le cap afin que tu sois en totalité, en plénitude en moi.
Merci Seigneur pour les dons de cette journée passée et ceux de cette nouvelle journée qui commence.
"Un jour nouveau commence, un jour connu de toi, en tes mains , je le remets tel qu'il sera"

Par Jean Michel 22 août 2016 à 3 h 14 Répondre à ce commentaire

Chère soeur, j'ai lu tous les commentaires, je ne vais pas être très originale, vous êtes merveilleuse, vous avez l'art d'expliquer la Bible, de faire vivre les personnages. On voit bien le petit Samuel se lever d'un bond..
J'aime le livre de Samuel, toujours à l'écoute de Dieu; il obéit chaque fois que Dieu lui donne un ordre.
"écoute la voix de ce peuple"... qui réclame un roi... Puis le choix de David...
Je connais le portrait de Samuel enfant, en prière, j'ai une image du tableau depuis longtemps; qu'elle douceur, quelle pureté, quel sérieux, déjà.
Etre à l'écoute ? pas facile avec le brouhaha dans notre monde de la finance, du profit, du pouvoir...Tant de chemins s'offrent à nous pour vivre mieux, faire mieux que les autres, posséder plus... Pour être à l'écoute de Dieu, il faut d'abord, faire le nettoyage des vieilles poussières, toiles d'araignées et autres vieux meubles encombrants. Faire le vide pour pouvoir entendre l'appel du Seigneur. Notre Dieu est si discret, il ne s'impose pas, il parle si doucement, qu'il faut prêter l'oreille de son coeur pour l'entendre.
Pour suivre le Seigneur, il n'y a qu'une porte nous dit l'Evangile de ce jour : Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. Cette porte est étroite parce qu'il y a un choix à faire, un choix qui consiste à se mettre à la suite du Christ et à renoncer aux autres chemins.
Dans l'Evangile de Jean, Jésus dit : "Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé". (Jn 10,9).

Par Marjeanne 21 août 2016 à 22 h 57 Répondre à ce commentaire

Dieu nous appelle …. Dieu nous attend , Dieu attend notre Amour ….
Dieu nous laisse libres , Dieu propose , Il ne s’impose pas ….
Dieu nous invite tous à son festin …..
S’IL n’a pas de réponse …..Dieu nous appelle dans nos songes & nous réveille .
A chacun son chemin vers le royaume des cieux ….
A chacun sa foi , sa liberté , son cœur , son choix …
Les chemins de Dieu sont multiples , variés & nombreux ….
Le royaume de Dieu est immense , Ses portes sont ouvertes à nous tous …
mais l’ rentrée est bien ETROITE . & PAS FACILE ….
pour y accéder il faut se faire PETIT , PAUVRE , HUBLE & VRAI
FAUT SURTOUT Y ENTRER AVEC SON CŒUR ….
Tous les BONS chemins nous mènent vers Dieu ,
Tous les chemins d’AMOUR nous conduisent vers le Seigneur ….
LE SEIGNEUR NOUS APPELLE , LE SEIGNEUR NOUS ATTEND

« PARLE SEIGNEUR , NOUS SOMMES A L’ECOUTE . »!!!!!
Merci sœur Marie pour votre belle méditation !
&
Bon dimanche à NOUS TOUS !!!

Par Najoi 21 août 2016 à 17 h 22 Répondre à ce commentaire

J'ai adoré cette méditation qui m'a fait une révision de mon étude biblique. Merci

Par Emily York 21 août 2016 à 12 h 44 Répondre à ce commentaire

Nous percevons Le Seigneur toujours de manière inattendue, et forte: il fait irruption dans notre vie , et nous n'en sortons pas indemnes, fort heureusement . Il nous appelle à le suivre , comme Samuel enfant. L'enfance est symbole de naïveté et d'innocence, période pendant laquelle nous découvrons et apprenons , comme à l'âge adulte d'ailleurs!
Merci à Sœur Marie Monnet pour son commentaire clair et si juste.
Je suis à Montpellier, je vais donc tâcher de voir ce tableau de Reynolds, que je ne connais pas.

Par Simone Marie 21 août 2016 à 0 h 49 Répondre à ce commentaire

OUI, les voies du Seigneur sont imprévisibles, et parfois remplies de virages et de tournants quelquefois "serrés"
même en étant attentifs, on bute dans les cailloux, ou dans les chausse-trappes ouvertes par un ennemi...
Restons à l'écoute, regardons où l'on met ses pas et ayons confiance en la Parole du Seigneur !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 20 août 2016 à 22 h 02 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Marie Monnet, pour cette belle méditation, pou moi, chaque chrétien est appelé à servir Dieu , au quotidien , à l'église, à la maison, dans des lieux publics, au travail, le Seigneur est toujours là, il nous donne la force, nous relève, fait grandir notre Foi , si nous avons confiance en lui , en aimant le Seigneur, on aime son prochain....Rita

Par Rita Giuliani 20 août 2016 à 17 h 39 Répondre à ce commentaire

Pere Michel Dubled
J'ai répondu à votre message après votre commentaire, j'espère que vous pourrez lire
Bien cordialement
Blandine

Par Blandine 20 août 2016 à 10 h 26 Répondre à ce commentaire

Les voies de Dieu sont imprévisibles quand on reçoit l'appel on est dans la joie joie, la paix et de suite on change de direction, des mauvaises voies on n'est plus la même on devient quelqu'un de nouveau l'Esprit Saint bouscule en vérité notre manière de penser, de voire...Mais c'est une très belle expérience amoureuse qui nous conduis tout de suite à l'action, aux services et à la fidélité...Soyons à l'écoute !!!Merci pour tous ces méditations !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 20 août 2016 à 0 h 15 Répondre à ce commentaire

"Parle,Seigneur !Ton serviteur écoute. "

Merci

Par mic 19 août 2016 à 23 h 54 Répondre à ce commentaire

Belle méditation sœur Marie Monnet. Puisse le Seigneur nous aider à toujours reconnaitre ses voies et à repondre à ses appels, lui qui m'invite chaque fois à sa rencontre auprès des plus petits.

Salut chers retraitants. Une petite question me taraude l'esprit. Quand on confesse ses péchés, qui reçoit le pardon? Dieu le Pere, le Fils ou l'Esprit Saint? Je voudrais bien comprendre.
Merci

Par Heronce TODJINOU 19 août 2016 à 23 h 44 Répondre à ce commentaire

A TODJINOU

Quand je confesse mes péchés, je demande pardon à Dieu et c'est moi qui reçois le pardon. Votre question semble demander quelle personne de la Trinité ACCORDE le pardon? C'est DIEU seul qui pardonne, Père, Fils et Esprit-Saint, grâce au Christ, Jésus , mort sur la croix , Lui qui a pris sur Lui tous nos péchés et nous a mérité le pardon de nos fautes et apporté le salut.

Par Suze 20 août 2016 à 3 h 01

A TODJINOU
Quand je confesse mes péchés, je demande pardon à Dieu et c'est moi qui reçois le pardon. Votre question semble demander quelle personne de la Trinité ACCORDE le pardon? C'est DIEU seul qui pardonne, Père, Fils et Esprit-Saint, grâce au Christ, Jésus , mort sur la croix , Lui qui a pris sur Lui tous nos péchés et nous a mérité le pardon de nos fautes et apporté le salut.

Par Suze 20 août 2016 à 3 h 02

Cette méditation me fait réagir,Le Seigneur œuvre dans nos vies et souvent nous mène sur l'inattendu ,il nous conduit sur un chemin que nous n' aurions pas imaginé .Laissons nous guider par Lui
Merci Soeur Marie que Dieu vous bénisse .

Par Janou 19 août 2016 à 19 h 39 Répondre à ce commentaire

Je crois que nous devons tirer une grande leçon de cet épisode de la Bible. Le jeune Samuel a entendu l’appel de Dieu, trois appels .... il n’a pas compris tout de suite et est allé vers son maître pour lui faire part de ses interrogations ; il a cherché et il a trouvé son Dieu en se renseignant et en ouvrant tout son être à ce Dieu qui lui parle !
Seigneur Jésus-Christ, Toi le Fils de Dieu, Toi qui veilles sur chacun de nous, Toi qui as donné ta vie pour nous sauver, apprends-nous à être attentifs aux appels de Dieu. Que ce jeune Samuel soit un modèle pour tous, un modèle d’obéissance et de confiance. Ne fermons pas nos oreilles, ouvrons nos cœurs et puisons dans l’Ancien et le Nouveau Testament tout le miel de ton Amour, Seigneur c’est dans ce miel de ta parole que nous pouvons trouver notre voie. Regarde notre pauvre monde, vois ce que nous en faisons .................. Donnes-nous la force d‘aimer ..... tous .............. nos frères !

Merci Soeur Marie, vos méditations quotidienne accompagne chaque jour.

Par Marie-Madeleine 19 août 2016 à 19 h 27 Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas bondi de mon lit ce matin, mais je me suis levée, d'une certaine manière ordonnée, pour accomplir ma journée, répondre à l'appel de mon devoir d'état.
mais j'ai quand même pris la peine d'écouter l'appel de votre méditation chère sœur Marie. Et une phrase m'interpelle un peu plus que le reste: "Le « naturel » est souvent réfractaire aux vrais changements, il s’installe dans les avantages acquis, les routines asphyxiantes, il se ferme à la vie."
Pardonnez-moi ma sœur, mais il me semble que ce dont vous parlez ce n'est pas du "naturel" mais du "conditionné". Conditionné par notre environnement, notre vécu, notre éducation, depuis notre plus tendre enfance, voire depuis la vie intra-utérine (si on en croit certains "spécialistes"), et qui n'a plus rien de "naturel" justement car conditionné.

Par & 19 août 2016 à 18 h 25 Répondre à ce commentaire

Je remercie Sœur Marie Monet pour ses commentaires, car ils m'apportent toujours quelque chose, et améliorent ma réflexion sur Dieu, et notre vie ici bas.

Par Duvieusart 19 août 2016 à 18 h 21 Répondre à ce commentaire

Quoi dire ? Merveilleux !
Merci pour cette belle méditation que j'écoute en boucle.

Par Jeanne Marie 19 août 2016 à 17 h 29 Répondre à ce commentaire

Le Seigneur appelle Samuel par trois fois ! Le chiffre 3, dans la bible, manifeste la multitude, la continuité. Ainsi dans nos vies, le Seigneur appelle sans cesse, attendant que nous lui répondions. Et lorsque, enfin, nous avons entendu et répondu, le Seigneur continu de nous appeler afin de nous conduire toujours plus en avant sur le chemin de la sainteté, de l’amour.

Samuel est persévérant. Même lorsqu’Éli lui répète qu’il ne l’a pas appelé, Samuel répond `l’appel. Il sent, comme une urgence; il se doit d’être prêt lorsque la parole viendra.

Seigneur, garde-moi attentive à tes appels. Ouvre les oreilles de mon cœur, afin que j’entende ton appel, que je l’accueille et que j’y réponde sans savoir ou cela me conduira. Je sois certaine que suivre ton appel n’est qu’un autre pas vers Toi, vers l’AMOUR, vers la béatitude.

Par Micheline (Canada) 19 août 2016 à 17 h 06 Répondre à ce commentaire

Je réagis au texte de Blandine.


Bonjour Blandine,
Je suis un prêtre aîné, comme on dit.
En 58 années de sacerdoce, il s'est passé beaucoup de choses dans l'Eglise et dans ma vie.
Ma vie n'a pas été un long fleuve tranquille. Il y a les gens qu'on rencontre, l'Eglise elle-même et tout ce que cela apporte de joies et parfois de déceptions .. des croix et des résurrections.
La route n'est pas toujours facile et on ne la trouve pas tout seul, même si en définitive la décision nous appartient. C'st Dieu qui fait tout. Oui, il faut se laisse faire par lui et pour cela repérer les obstacles qui nous empêchent d'avancer.
Je ne sais pas si j'ai toujours pris les bonnes décisions, mais j'ai cherché à répondre honnêtement, dans la foi - parfois éprouvée - aux appels qui me venaient .. de l'Eglise, mais aussi des gens rencontrés, croyants ou pas, dans les situations qu'ils vivaient.
Je voulais dire ceci : Je veux témoigner que bon an, mal an, le Seigneur a toujours été là. Je n'y ai pas toujours pensé, mais c'est Lui qui me conduisait.

Je prie pour vous Blandine et pour tous ceux qui s'expriment dans ce courrier.

Par Dubled Michel 19 août 2016 à 16 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci, père Michel, pour votre magnifique témoignage dont nous pouvons rendre grâce.
58 ans de sacerdoce c'est un beau chemin avec et pour le Seigneur.
Votre message "parle" à chacun de nous.
En effet chacun peut rencontrer des obstacles, mais le Seigneur est toujours là.
Que chacun, Blandine, ait le bonheur de sentir sa présence!
Qu'il vous protège, père, ainsi que chacun de nous!
UDP

Par MARIE 19 août 2016 à 17 h 15

Merci Père Michel pour votre témoignage et vos prières. C'est quand nous pensons être dans la vérité que nous en avons sans doute le plus besoin. Que l'Esprit Saint nous éclaire quand nous doutons.

Par mahona 19 août 2016 à 17 h 42

Merci Père Michel... nous vous aimons tant nos "aînés"... vous avez parcouru tant de terres, rencontré tant de visages... Alors, comme les grands marcheurs, le regard purifié, le corps las, vous venez encore offrir votre humilité. Merci cher Père, que le Seigneur vous garde à l.ombre de ses aîles, Il a été votre ombrage et Il reste votre salut.

Par anne-claire 19 août 2016 à 20 h 05

J'aime bien votre réponse pleine de bon sens, de simplicité et de modestie, ça fait du bien. La vie est semée de grosses embûches et de douleurs et je demeure toujours révoltée contre ce foutu mal surtout quand les innocents sont frappés et la, j'en veux à Dieu... Connaissez vous la chanson de Brassens "Dieu s'il existe, il exagère", je la fais mienne parfois en reconnaissant que je sais que je ne sais rien. Pour avancer, j'ai demandé à un ancien évêque retraité aujourd'hui de nous aider une fois par mois à lire la bible... Nous sommes 7 à nous réunir. Je crois qu'il faut revenir aux fondamentaux, apprendre les textes et confronter nos cheminements et nos doutes.
Merci en tous cas de prier, ce que je fais très mal tant parfois j'ai envie de crier.
Très bonne journée
Blandine

Par Blandine 20 août 2016 à 10 h 24

Père Michel, une joie pour nous,que vous êtes a notre écoute, merci d'éclairer nos commentaires, et de prier pour nous qui en avons bien besoin ,en union avec le coeur de jésus et de marie.

Par brig 20 août 2016 à 13 h 43

Merci père Michel pour votre témoignage; nous devons être de la même génération. Vous avez 58 années de sacerdoce et moi plus de 60 ans d'engagement au sein de l'Eglise. J'ai eu aussi des hauts et des bas, mais le Seigneur a toujours était présent, même quand je ne le savais pas. J'ai eu le bonheur de faire de belles rencontres de prêtres qui m'ont fait avancer et prendre des responsabilités.
Je n'en fais plus autant, c'est normal, mais j'ai gardé les équipes liturgiques; c'est un grand bonheur pour moi d'avoir à réfléchir sur les textes et de préparer de belles messes. La Bible me passionne. Je suis heureuse de "marcher dans la Bible avec les dominicains (es); ils sont formidables.
Que le Seigneur nous permette de le servir de notre mieux jusqu'au jour où il nous appellerra. "Parle, Seigneur, ton serviteur écoute".

Merci à tous pour vos commentaires. Que Dieu vous garde

Marie Jeanne

Par Marjeanne 21 août 2016 à 21 h 39

Parle, Seigneur, Ton serviteur écoute.
Me voici, Seigneur, je viens faire Ta volonté.

Seigneur aide-nous à mieux t'entendre et te comprendre.

Aide-nous à mieux répondre à ton appel!

UDP avec chacun de vous.

Par MARIE 19 août 2016 à 14 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Marie de nous rappeler que les voies du Seigneur sont imprévisibles. Demandons à l'Esprit-Saint de rester à l'image de Samuël dans une veille active, de nous rendre disponible aux imprévus de Dieu. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 19 août 2016 à 14 h 05 Répondre à ce commentaire

Comment savoir s'il nous appelle ?
Hier j'ai vu le film "les innocentes",
L'horreur est telle ! Quel sens cela a de permettre ca ? Tel job qui souffre, Dieu l'a permis... C'est insupportable ! Une sœur dit dans le film :
" la foi c'est 24 h de doutes et une minute de foi... Le hic c'est que le jour fait 24 heures, pas une minute de plus"
Samuel est appelé, si nous le sommes aussi, pourquoi n'entendons nous pas ? Je suis bien désemparée, je ne comprends absolument pas... Que me manque t il donc ?

Par Blandine 19 août 2016 à 11 h 38 Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé ce film, parce qu'il montre ce qu'est vraiment la spiritualité : justement la force de résister à l'horreur, et de défendre la vie en toutes circonstances. Et il y a parfois des dilemmes à affronter : les religieuses ne pouvaient pas porter plainte, car elles auraient été déshonorées, mais elles avaient à assumer les conséquences du mal commis par d'autres. La culpabilité n'aide pas et peut même conduire à aggraver les choses (la mère supérieure). Ce qui compte, c'est ce que l'épreuve nous apprend sur nous personnellement, comment elle nous fait évoluer (et il n'y a pas de règles de bon comportement : la réaction de chaque religieuse est différente).
Par contre, quand la vie d'innocents est en jeu, comment agir pour le bien de tous ? L'aide vient des risques pris par les deux médecins, et la solution créative, celle qui va dans le sens de la vie, est trouvée grâce à l'association de deux femmes de courage, de responsabilité et d'intelligence (la jeune adjointe et la jeune médecin). Autrement dit, face au mal, ne restons pas seuls, ou nous serons détruits. Mais nous pouvons nous associer pour faire triompher la vie. " Là où le péché abonde, la grâce surabonde". A la fin du film, la communauté des religieuses est complètement transformée (un peu comme dans le film "Sister Act", qui est une comédie, mais aborde le même thème de la foi à l'épreuve de la vie).

Par Antoinette G 19 août 2016 à 12 h 50

L'ancien Testament, ce sont des pépites enchâssées dans des tonnes de roche ordinaires. Là, la pépite est la phrase "Parle, Seigneur, ton serviteur écoute". Le vieux serviteur de Dieu apprend cette clé au tout jeune serviteur. Ecouter, se rendre disponible, et aussi obéir. Dieu nous appelle, mais il attend notre réponse avant de nous en dire plus. La sagesse consiste dans une écoute personnelle de la voix de Dieu en nous, c'est pourquoi elle n'est pas transmissible.

Par Antoinette G 19 août 2016 à 10 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Marie de nous faire partager votre méditation. Vous incarnez cette jeunesse, cette innocence, qui restent chères à l'Éternel notre Dieu.
Oh Saint Esprit aidez-nous à garder cette lumière dans notre cœur pour être toujours à l'écoute de Yahvé, de nuit comme de jour, dans nos angoisses comme dans nos joies.
Tenez-vous toujours en éveil à l'appel. En union de prières.

Par Marilou 19 août 2016 à 10 h 30 Répondre à ce commentaire

disponible très exigent épuisant , et pourtant le plus simple des services

être au service le l'homme

merci Seigneur pour cette présence en nous

Par albatre 19 août 2016 à 10 h 26 Répondre à ce commentaire

Amen, nous devons toujours être à l'ecouter du Seigneur et répondre présent à ses appels.
Merci pour cette méditation.

Aubert MUMBA

Par AUBERT MUMBA 19 août 2016 à 9 h 53 Répondre à ce commentaire

Je ne me lasse pas d'entrer dans cet évènement : la rencontre du Seigneur avec Samuel, avec chacun de nous. Il y a d'abord la lumière qui n'est pas éteinte. Pour moi elle est le symbole de la présence vivante, celle qui veille sur nous alors que tout semble s'endort : environnement en climat d'oubli. Puis il y a ces deux personnages Samuel, candide dans son sommeil mais dont la voix l'oriente vers son maître.... Eli : le maitre qui écoute dans un premier temps analyse l'évènement d'une manière prosaïque tout en conseillant l'enfant qui lui a été confié. Le mouvement et le cheminement est lent. Chacun est attentif pour finalement aboutir à rejoindre Celui qui fait irruption dans leur vie. Quelle leçon dans le cheminement de l'accompagnement pour lire les Voies du Seigneur. J'admire la patience de Dieu, son respect et l'humilité dans son dialogue avec les personnes, avec chacun et chacune de nous. J'admire sa pédagogie qui s'efface par la médiation avec ceux et celles qui sont attentifs à sa voix et à ses volontés. Seigneur donne-moi l'ouverture de cœur pour répondre à ton appel qui se monnaie au long des jours grâce aussi à toutes les petites médiations que tu places sur mon chemin.

Par Colette 19 août 2016 à 9 h 41 Répondre à ce commentaire

"Parle, Seigneur, ton serviteur écoute !" Sachons nous rendre disponibles, et prêts à répondre à son appel.

Par Lucas B. 19 août 2016 à 9 h 40 Répondre à ce commentaire

Amen...

Par Eric DEUMO 19 août 2016 à 9 h 23 Répondre à ce commentaire

C'est ça la Démocratie !
Nos civilisations récentes n'ont rien inventé, Dieu l'a voulu ainsi et c'est temps mieux.
Alors si nous voulons entendre l'appel de Dieu, comme Samuel, élevons nous dans le bien et rejetons le mal.

Par SYLVESTRE14 19 août 2016 à 8 h 57 Répondre à ce commentaire

Transforme mon coeur de pierre en coeur de chair afin qu'il entende ton appel dans la nuit de ma vie Cet appel , il se fait au travers de toutes les petites choses au quotidien ...suffit de le reconnaitre et surtout de l'entendre et y repondre .Seigneur donne moi ce courage ,cette force ..;cette sagesse

Par BUCHIN 19 août 2016 à 8 h 52 Répondre à ce commentaire

Dieu va seulement confirmer à Samuel ce qu'il a déjà fait dire à Eli, à savoir que toute sa famille sera frappée à cause de l'immoralité de ses fils. La nouveauté est donc qu'il s'adresse pour la première fois à Samuel, bien qu'il ne soit qu'un enfant. En effet, celui-ci va devenir le nouveau prophète et juge d'Israël, celui qui consacre les rois (Saul puis David). Il n'aura cependant pas plus de chance que Eli avec ses propres fils.
Si je transpose pour moi, je crois que Dieu m'avertit quand je cours à ma perte, il parle à mon âme, la partie pure de moi-même, non abîmée par mon passé, jusqu'à ce qu'enfin "mon coeur soit prêt à entendre cet appel". Dieu ne se lasse pas d'appeler les hommes à leur salut. Il y a plusieurs paraboles en ce sens dans l'Evangile, par exemple le maître qui envoie ses serviteurs ramener tous ceux qu'ils trouvent pour le festin de noces. Il n'y a pas de fatalité, sauf pour les sourds et aveugles volontaires.

Par Antoinette G 19 août 2016 à 8 h 43 Répondre à ce commentaire

La Bible est merveilleusement écrite dans le sens où elle provoque des images.... le temple plongé dans la pénombre, le vieil homme repose et l.enfant dort... la lampe de Dieu brûle.. tout est calme... chacun est à sa juste place.La nuit alors devrait d.écouler comme les autres nuits.
C.est alors que Dieu fait irruption...l.enfant est obéissant, docile... sa jeunesse attentive au vieil homme, son maître. Et il se relèvera jusqu.à ce que le maître lui donne la parole à dire... parle Seigneur, ton serviteur écoute.
Au coeur de toutes nos nuits... n.oublions pas de tenir allumée la lampe de Dieu.. l.Esprit peut faire irruption, qui que nous soyons, quelles que soient nos conditions de vie.
Obéissance... disponibilité .. chacun peut être appelé.. à se lever... se relever.
Merci Soeur Marie... le Seigneur vous comble de délicieuses grâces...que vous redonnez avec une générosité presque... juvénile.

Par anne-claire 19 août 2016 à 8 h 37 Répondre à ce commentaire

Le naturel est souvent réfractaire aux vrais changements....
Oui , je crois que nous avons cette propension naturelle , à nous installer : comme Pierre sur la montagne de la Transfiguration.
Mais le Seigneur, toujours nous appelle ailleurs : Il est Vie et réclame sans cesse notre attention .
Oh oui : " Parle , Seigneur ton serviteur écoute "
Et j'ajouterai, Seigneur, donne moi la Grâce de savoir écouter, dans le brouhaha du monde et de ma pensée , conduis moi à l'écart, là où enfin je trouve la paix qui va me permettre de t'entendre et de te rencontrer.
Merci Pauline pour cette lecture si vivante , merci Soeur Marie pour vos méditations qui enrichissent nos Cœurs .
En union de prière avec vous Tous.

Par Nicole.B 19 août 2016 à 8 h 27 Répondre à ce commentaire

Simplement vous dire MERCI
Heureux de partager avec vous notre foi
Avec la Paix du Christ

Par Grosgogeat 19 août 2016 à 7 h 27 Répondre à ce commentaire

"Samuel! Samuel!" Dieu appelle Samuel par son nom. "Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur", mais le Seigneur, lui, connaissait Samuel. Il le connaissait depuis toujours. Les versets précédents, intercalés entre le récit des méfaits des "vauriens" de fils d'Eli, disent comment Dieu, déjà, accompagnait chacun de ses pas. "[L]e jeune Samuel grandissait avec Yahvé" (2, v.21), "Quant au jeune Samuel, il progressait en taille et en beauté tant auprès de Yahvé qu'auprès des hommes." (v.26).

La beauté de Samuel qui vit avec Dieu, la laideur des actes des fils d'Eli qui le méprisent. L'un grandit, progresse, de la proximité qu'il a avec Dieu, sans en être pleinement conscient, les autres "ne connaissaient pas Yahvé" (v.12), ignorent les reproches, prenant pour eux ce qui revient à Dieu. L'un est ouvert, prêt à la rencontre, les autres centrés sur eux-mêmes, aveugles et sourds. Le premier sert, depuis toujours ("l'enfant était au service de Yahvé" (2, v.11), "au service de la face de Dieu, servant (…)" (v.18), il "servait donc Yahvé" (3, v.1)), les autres n'ont jamais servi qu'eux-mêmes.

"Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois". L'appel vient et Samuel est alors prêt à l'entendre. La tendresse attentive de Dieu semble emplir de sa présence toute la scène comme elle emplissait déjà, sans que Samuel le sache, toute sa vie. Et peut-être en est-il bien aussi ainsi pour chacun de nous, accompagnés, entourés ainsi de la tendresse de Dieu, présence indéfectible. Puis vient le jour où, enfin, nos cœurs sont prêts à entendre cet appel qui résonnait déjà en notre chair depuis toujours. Bouleversant, oui, comme vous le dites si bien, Sr Marie.

Par Audrey 19 août 2016 à 7 h 14 Répondre à ce commentaire

Parle Seigneur ton serviteur écoute.
Donne moi la grâce que ta parole ne soit pas couverte des bruits de la ville,mais reste attentive à ton appel et
à ceux qui crient vers toi.

Par andre 19 août 2016 à 7 h 02 Répondre à ce commentaire

ces paroles chaque jour je me dois de les dire en silence, elles sont les premières paroles que l'on se doit de répéter avant les prières que l'on adresse à notre seigneur, merci encore à vous tous qui participez à marche dans la bible, encore merci...et bonne journée à vous

Par faux dominique 19 août 2016 à 6 h 45 Répondre à ce commentaire

Parle Seigneur, ton Serviteur écoute...
Aide-moi Seigneur à rester disponible, à écouter et à agir dans le bon sens.
Prions avec ceux qui sont abonnés à Marche dans la Bible.
Et merci aux Dominicaines et aux Dominicains.

Par Ricardo 19 août 2016 à 6 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Marie Monnet.Permettez- moi de dire après cette méditation:ainsi-soit-il.Car l'essentiel,vous l'avez dit!

Par Abiteboul Anne-Marie 19 août 2016 à 5 h 20 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires