Trois disciples

« Moi je suis le chemin, la vérité et la vie. » Jean 14,6

L'apparition aux disciples

Jean 20, 19-29

Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : «  La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté.
Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! »
Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Méditation

précédente suivante

Merci Thomas

Merci, Thomas, d’avoir douté. Car nous doutons aussi. Et nous voulons voir et nous voulons toucher, vérifier la réalité de ce que nous croyons. Quand on a souffert personnellement, plus encore, quand on a souffert pour d’autres, rien ne peut nous guérir sinon de vérifier que la vie a triomphé. Certes, les blessures restent ouvertes, ou du moins visibles, certes, le souvenir demeure brûlant et douloureux.
Mais les choses ont changé, les puissances de mort ont été conjurées. Comme Thomas, j’ai besoin de vérifier ma foi, c’est-à-dire non seulement le Ressuscité, mais toutes les victimes sauvées, guéries, réintégrées. Ma foi m’oriente vers un avenir d’espérance où les choses auront été remises à l’endroit, où la puissance de la brutalité n’aura plus le dernier mot, où justice sera faite, où l’amour aura triomphé.
Le Ressuscité, c’est le crucifié. La victoire de la Résurrection n’a pas effacé les blessures de la passion. Ce sont ces mêmes sœurs, frères, humiliés, persécutés, assassinés, qui formeront l’humanité vivante de l’avenir.
Il ne s’agit pas de «faire son deuil» en tournant la page comme si rien n’avait eu lieu. C’est sur le point précis des traumatismes que la victoire de Dieu doit être constatée.
Thomas a eu la chance de Le voir, de manière anticipée. Nous avons la chance d’y croire, sans L’avoir encore constaté, mais sûrs de Le voir bientôt parce que l’Espérance qui a été répandue en nos cœurs ne peut pas nous décevoir.
Elle est promesse de Dieu et elle prend appui sur la réalité déjà présente de la victoire du Ressuscité, constatée par Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

61 commentaires

Merci soeur Marie Monnet , pour cette belle méditation , Si je regarde en arrière, je constate que ce sont tout les obstacles qui m'on conduit sur le chemin de la Foi.. la Foi se construit petit à petit , les difficultés , les souffrances, font grandir la Foi, "Dieu peut tout changer " ...Rita

Par Rita Giuliani 5 février 2017 à 19 h 08 Répondre à ce commentaire

Tardivement, merci beaucoup pour ce commentaire sur le doute de Thomas!
Il me semble que nous sommes tous des "douteurs"! je parle, bien sûr, pour moi déjà! Notre chemin difficile, mais merveilleux, plein de doutes et d'espérance, nous mènent tous au même but! l'attente et le désir d'être pleinement avec Dieu, en Dieu!
merci infiniment de rappeler que l'humilité est essentielle chaque jour que Dieu nous donne ; elle nous permet de reconnaître nos faiblesses, par lesquelles Dieu peut s'infiltrer.
Chantal

Par chantal 18 janvier 2017 à 11 h 43 Répondre à ce commentaire

La prière d'intercession relatée par Dominique le 17 me va très bien et donc je la reprends et la récite en prière pour Tous !
Seigneur reçois cette prière pour que tous puissent un jour contempler ton visage dans l'Amour de Dieu !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 17 janvier 2017 à 14 h 51 Répondre à ce commentaire

C'est avec retard que je me joins à tous pour soutenir Brig dans son épreuve, je prie pour elle et tous ceux qui sont en souffrance. Bien fraternellement

Par monette 16 janvier 2017 à 14 h 28 Répondre à ce commentaire

Un simple merci ma soeur pour cette belle méditation qui me touche. Je l'imprime car j'ai besoin de la lire et relire.

Par Magali 16 janvier 2017 à 5 h 29 Répondre à ce commentaire

Ne suffit –il pas d’aimer pour croire ?
Les yeux ne servent que pour voir ….
& le cœur pour croire ……
Celui qui aime ….a déjà cru ….
Le Christ nous a aimés & nous a demandé de croire en lui
LUI , qui est le parfait AMOUR .
« HEUREUX CEUX QUI CROIENT SANS AVOIR VU . »
Belle soirée à nous tous !!!

Par Najoi 16 janvier 2017 à 1 h 50 Répondre à ce commentaire

Très chère Brig,
Je vous transmets ce message par l’intermédiaire de votre amie Josiane.

Je suis très peu présente sur ce blog depuis quelque temps, mais je lis tous les commentaires (quoi que toujours, ou presque, en retard). Et tout ce que je pourrais dire a déjà été exprimé par un ou plusieurs internautes. Alors je fais un peu de paresse et je me nourris de toutes ces perles qui m’aident à avancer sur le chemin de la purification. C’est peut-être un peu d’égoïsme, car je vous vois, très malade, mais toujours fidèle.

Votre confiance et abandon entre les bras du Seigneur, m’émerveillent. Dans la simplicité et la pureté de votre cœur d’enfant vous êtes un rayon de soleil et de la Lumière du Christ. Moi aussi je prie tous les jours pour les internautes, leurs familles, leur entourage, qu’ils se soient manifestés ou non sur ce blog. Oh ! combien votre foi est puissante sur le Cœur de Dieu. Coombien de grâces vous obtenez par votre vécu. Merci d’être cette richesse pour le cœur de la personne âgée, (mais jeune de cœur, j’espère) que je suis (79 ans). Je vous dépose dans les bras de Maman Marie afin qu’elle vous berce et vous réconforte. En toute amitié dans la prière.

Par Micheline (Canada) 15 janvier 2017 à 21 h 33 Répondre à ce commentaire

Intercession
Auteur : Hilaire Léonard-Etienne

Aujourd'hui, Seigneur, je ne prie pas pour moi
mais pour celui qui, plus que moi, - est éprouvé.
Dans ta bonté, viens à son aide ;
Que ta lumière pénètre sa demeure
pour y réveiller l'espérance ;
Que ta présence le relève
afin qu'il porte avec courage
cette croix que toi-même a portée.

S'il lui faut un levier pour soulever sa peine,
qu'il trouve mon épaule comme appui.
Si c'est une parole qui doit le réjouir
place-la sur mes lèvres pour qu'il l'entende.
S'il cherche un coeur assez grand
pour déverser le trop-plein de son coeur,
élargis mon amour aux dimensions du ciel.

Seigneur, je te prie pour mon ami qui souffre.
Si tu ne peux suspendre son malheur
que ta force au moins soit avec lui.
Enseigne-lui que tout est rédemption
et que même l'épreuve est une voie royale
qui mène à ta lumière et à ta paix sereine.

Mais, n'as-tu pas relevé le paralytique,
donné la vue à l'aveugle et la santé au lépreux
en échange d'un peu de foi ?...
Aussi, je joins ma foi à la foi de mon frère
pour que tu soulèves à nouveau les montagnes
et que ta gloire se manifeste
dans sa chair et son coeur.

Ecoute donc, Seigneur, cette humble prière
et exauce-la quand tu le veux
et comme tu le veux
car toi seul connais le véritable bien.
Que, bientôt rassemblés tous les deux dans la fête
nous puissions proclamer tes merveilles
et bénir ton saint nom.

Par Prière 15 janvier 2017 à 19 h 29 Répondre à ce commentaire

Merci !

Par Dominique K 17 janvier 2017 à 10 h 59

« Croire sans voir »......... c’est bien ce que nous faisons dans notre Marche dans la Bible. Merci à Sœur Marie et à tous les Frères et Sœurs qui, quotidiennement nous ouvrent les yeux et les cœurs en nous immergeant dans les Ecritures.
Brig, depuis tant de mois que nous prions ensemble, je pense bien souvent à vous et vous confie au Seigneur. Je ne suis qu’une très vieille dame âgée dont vous pourriez être la fille ou la petite fille, et j’ose vous offrir ces quelques lignes tirées du Livre des Nombres : 6 ; 22-27 – « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, Qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, Qu’il t’apporte la Paix ! » . Je vous embrasse

Par Marie-Madeleine 15 janvier 2017 à 18 h 20 Répondre à ce commentaire

« Croire sans voir »......... c’est bien ce que nous faisons dans notre Marche dans la Bible. Merci à Sœur Marie et à tous les Frères et Sœurs qui, quotidiennement nous ouvrent les yeux et les cœurs en nous immergeant dans les Ecritures.
Brig, depuis tant de mois que nous prions ensemble, je pense bien souvent à vous et vous confie au Seigneur. Je ne suis qu’une très vieille dame âgée dont vous pourriez être la fille ou la petite fille, et j’ose vous offrir ces quelques lignes tirées du Livre des Nombres : 6 ; 22-27 – « Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, Qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, Qu’il t’apporte la Paix ! » . Je vous embrasse

Par Madeleine AULANIER 15 janvier 2017 à 18 h 19 Répondre à ce commentaire

Oui, nous sommes,
je suis souvent incrédule, à douter, croire sans avoir vu, accorder une confiance illimitée : quel beau témoignage de sa foi;
nous sommes souvent des "Thomas" sans le savoir;
merci pour tout ce que vous faites pour nous aider à continuer la route, éclairer notre chemin, nous faire réagir et agir. Merci

Par Eva 15 janvier 2017 à 15 h 12 Répondre à ce commentaire

merci Soeur Marie pour toutes vos méditations oui, comme Thomas, on peut douter
et retrouver une confiance totale en Christ.
Josiane, je voulais vous dire combien les freres et soeurs de marche dans la bible
accompagne Brigitte dans ses souffrances. Nous prions avec elle dans la communauté
des Saints.
En union de prières.
Nane

Par Anne Marie 15 janvier 2017 à 14 h 53 Répondre à ce commentaire

Merci Josiane ,
dis-te lui que nous prierons pour elle , dis-te lui que nous sommes absent de corps
mais présent à ces côtés , dis-te lui que nous avons besoin d'elle pour sa fraîcheur ...Ces
commentaires , prières ...Que Le Seigneur , par Jésus lui donne , la force , le courage
de lutter .Notre Dame de la médaille miraculeuse , Notre Dame de Lourdes, intercéder pour Brig , notre petite soeur
en Christ .Seigneur :prends pitié ...et de toutes les personnes dans ce combat . Merci Seigneur .

Par fred 15 janvier 2017 à 13 h 58 Répondre à ce commentaire

Merci Soeur Marie Monnet de cette belle méditation.
Je voudrais vous demander à tous de prier pour Brigitte notre amie, hospitalisée à nouveau pour une intervention au foie, continuation de son cancer, quand elle est chez elle c'est à vous qu'elle se raccroche "Marche dans la bible" est son encrage puisqu'elle ne peut plus aller assister aux messes dans notre église depuis des mois, même des années.
Heureusement malgré ses souffrances elle croit, elle espère et elle aime le Seigneur.
Alors je vous demande de prier, de la mettre dans vos prières, elle se fait appeler dans le site "brig", vous serez qui c'est, elle a besoin de vous pour lutter contre cette terrible maladie.
En union de prière. Josiane

Par Josiane 15 janvier 2017 à 13 h 39 Répondre à ce commentaire

Nous sommes d'accord avec vous, prions LES UNS POUR LES AUTRES ! pour Brig ,Blandine,,Gaston, et tous les autres que nous oublions de nommer car ils ne sont pas dans notre cercle de connaissances ou d'affinités, cela ne diminue en rien les liens que nous avons avec eux nos amis, mais cela donne une ouverture à notre vie. Chaque fois qu'une telle demande est présentée, j'ajoute mentalement : ET TOUS CEUX QUI SOUFFRENT ET PEINENT SUR LE CHEMIN DE LEUR VIE.

Par biniou 15 janvier 2017 à 16 h 18

A Josiane : Brig est notre camarade de route depuis un bon moment. Même si la maladie ralentit son pas, elle sera présente dans les pensées et les prières. Que la Providence veille sur votre amie !
Sœur Marie Monnet, vous tracez avec clarté le chemin qui mène vers le Seigneur. Avec toute ma gratitude pour votre accompagnement!

Par Martine Marie 15 janvier 2017 à 16 h 44

Bon...jour,

Merci Josiane de nous apporter des nouvelles de Brig , je la joins dans mes prières et doucement lui envoie tendresse et chaleur
Union de prières

Par annie 15 janvier 2017 à 16 h 45

Merci Josiane, et dites bien à Brig que nous pensons à elle et, comme le dit Biniou, à tous ceux qui souffrent, qu'ils le disent ou non. Ensemble nous prions, nous avançons.

Par Audrey 15 janvier 2017 à 17 h 49

De tout cœur avec vous, Brig et soyez bénie pour chacune des étincelles que vous semez sur notre chemin.

Par Esperanza 15 janvier 2017 à 17 h 51

Chère Brig, je me joins à Marche dans la biblie, son équipe, ses lectrices et lecteurs pour demander à l'Esprit Saint de vous accorder les grâces dont vous avez besoin pour faire face à cette terrible maladie. Qu'il vous aide dans votre lutte, renforce votre courage et votre foi qui semble déjà magnifique.
Que nos prières et notre amour vous accompagnent et vous soulagent dans votre douleur.

Par Magali 16 janvier 2017 à 5 h 53

Je viens de parcourir les derniers commentaires; j'ai vu le vôtre chère Josiane; merci de dire à Brig que je pense à elle très fort et que je n' l'oublie pas dans ma prière quotidienne. C'est une belle âme, très courageuse, toujours à consoler les uns et les autres. Que le Seigneur et sa Sainte Mère lui apportent leur soutien dans cette douloureuse épreuve. Qu'elle soit bénie pour tout ce qu'elle nous a apporté par son témoignage, son enthousiasme et sa confiance dans le Seigneur. J'espère que mon message sera lu.

Bien fraternellement

Marie Jeanne

Par Marjeanne 16 janvier 2017 à 17 h 59

Merci ma sœur Marie, merci à vous tous pour vos réflexions qui me font avancer.

Tu es Seigneur ma lumière et mon salut. Jésus miséricordieux, j'ai confiance en Toi. Tu es mon appui et mon bouclier. "La joie de mon cœur vient de Toi ; ma confiance est dans ton Nom très Saint" ps 33,21.

Mon Seigneur et mon Dieu, je veux te dire merci.

Par Marilou 15 janvier 2017 à 3 h 37 Répondre à ce commentaire

Hymne : Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi

Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi,
fils de la terre ?
Qui donc est Dieu, si démuni, si grand,
si vulnérable ?

R/Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ?

Qui donc est Dieu pour se lier d’amour
à part égale ?
Qui donc est Dieu, s’il faut pour le trouver
un cœur de pauvre ?

Qui donc est Dieu, s’il vient à nos côtés
prendre nos routes ?
Qui donc est Dieu qui vient sans perdre cœur
à notre table ?

Qui donc est Dieu que nul ne peut aimer
s’il n’aime l’homme ?
Qui donc est Dieu qu’on peut si fort blesser
en blessant l’homme ?

Par Hymne 14 janvier 2017 à 17 h 42 Répondre à ce commentaire

Grand merci " Hymne " 17 h 42

Qui donc est Dieu que nul ne peut aimer
s'il n'aime l'homme ?
Qui donc est Dieu qu'on peut si fort blesser
en blessant l'homme ?

Comment pouvoir aimer comme Lui ????
Notre Christ !!!
Belle soirée à nous tous !!!

Par Najoi 15 janvier 2017 à 1 h 30

Merci Marie pour cette méditation. Elle aide aussi à passer les jours difficiles. A bientôt en Bourgogne.

Par dominique 14 janvier 2017 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus sortit de nouveau le long de la mer ;
toute la foule venait à lui,
et il les enseignait.
En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée,
assis au bureau des impôts.
Il lui dit :
« Suis-moi. »
L’homme se leva et le suivit.
Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi,
beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts)
et beaucoup de pécheurs
vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples,
car ils étaient nombreux à le suivre.
Les scribes du groupe des pharisiens,
voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains,
disaient à ses disciples :
« Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »
Jésus, qui avait entendu, leur déclara :
« Ce ne sont pas les gens bien portants
qui ont besoin du médecin,
mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes,
mais des pécheurs. »

Par Evangile selon Saint Marc 14 janvier 2017 à 7 h 38 Répondre à ce commentaire

"Les portes étaient verrouillées et Jésus était au milieu d'eux..."Et c'est là que Thomas voit,touche et croit.

MERCI

Par mic 13 janvier 2017 à 23 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci pour les deux personnes qui dictent très bien le texte. Sébastien Depommier et Sr. Marie Monnet.

Toutefois je me permets de vous donner une suggestion.

Nous venons de terminer la période de Noël et votre texte parle déjà de la Résurrection.
Serais-ce possible de lire et commenter des textes qui ont rapport avec le temps liturgique. Année A.

Merci

Par Germaine Allard 13 janvier 2017 à 19 h 58 Répondre à ce commentaire

Thomas a douté, il tous les autres aussi...Ils ont tous eu besoin de voir. Et quand les femmes sont venues leur apporter la bonne nouvelles, "histoires de bonnes femmes" ...Mais lui nous ne l'avons pas vu...alors qu'il cheminait justement avec eux.
Oui, tous nous font comprendre qu'il est dur de croire !

Par ninon 13 janvier 2017 à 19 h 36 Répondre à ce commentaire

Oui , c'est curieux comme nous sommes tous incrédules quand nous n'avons pas de preuve !
Mais là , je pense à Marie , qui est l'image , et qui détient toute la profondeur qui nous fait aussi
dire L 'Immaculée Conception . Est-ce que finalement Le Seigneur , par l'exemple de Marie , nous
convie à croire , que tous nous pouvons , enfanter spirituellement Le Verbe fait ...Chair , puisqu'Il
nous a créer à son Image ? La Parole dit -on ne reste jamais sans effet ?
Mais j'avoue qu'il y a tant de contradictions , d'un côté , heureux ceux qui voient ce que vous voyez
et d'un autre ceux qui croient sans avoir vu , de quoi se battre pour trouver et sans doute se dire que
ce royaume là est bien ancrer en nous par la foi , c'est ce qui fait d'ailleurs des théologies , des petits
et des grands , bien discuter , mais nos faiblesses sont bel et bien un moyen de comprendre , oh combien
La Sagesse Divine , connaît notre nature de pécheurs , c'est ce qui fait que l'entretien , par des psaumes et des
prières sont comme l'église fait , un cordon ombilical indispensable entre ciel et terre ..puis le Credo ; cite le visible
et l'Invisible , oui , Thomas , je suis comme Toi , et pourtant ...Je crois .Jésus est venu pour une remise en question .
L'église est un sacrement , c'est dire que sans le voir , nous avons voulu Une Maison consacrée au Seigneur ...
L'Adoration du Très Saint Sacrement ....

Par fred 13 janvier 2017 à 19 h 25 Répondre à ce commentaire

Il m'arrive comme Thomas de douter. Merci Sœur Marie Monnet pour votre méditation qui me rappelle que la foi m'oriente vers un avenir d'espérance qui répandue dans mon cœur est promesse de la Vie plus forte que la mort promise par Jésus et qui me fait dire : "Mon Seigneur et mon Dieu". Seigneur Jésus, augmente en moi la foi pour que je puisse croire sans voir. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 13 janvier 2017 à 18 h 49 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation,pleine d'espérance..Oui, la vie de Jésus et sa résurrection nous remplissent de cette espérance que le mal et la mort n'auront pas le dernier mot car Jésus les a vaincus....Laissons éclater notre action de grâces au Seigneur qui nous guérit et nous fait vivre "debout"...quelles que soient les épreuves traversées....

Par Gru Maryvonne 13 janvier 2017 à 18 h 09 Répondre à ce commentaire

Thomas, tu es bien notre jumeau ! tu as besoin de voir, de sentir, de toucher pour être sûr.. Tu ne t'es pas souvenu des promesses du Seigneur, tu as perdu l'espérance en sa résurrection ?
Tu l'as bien entendu : il faudra que le fils de l'Homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu'Il soit crucifié et qu'Il ressuscite le troisième jour. Et pourtant, tu n'a pas cru.

Tu l'as vu le crucifié, tu l'as entendu : Eli, Eli, lama sabachtani ! mais tu as oublié sa promesse de résurrection.

Il a fallu que tu le vois pour t'exclamer : Mon Seigneur et mon Dieu ! Tu vois le Messie et tu reconnais qu'Il est Dieu. Oui, heureux es-tu Thomas. Comme j'aime à les dire tes paroles, à chaque Eucharistie : Mon Seigneur et mon Dieu !

C'est encore toi, Thomas qui demandes : Seigneur, nous ne savons pas où tu vas, comment pouvons-nous savoir le chemin ? Tu veux avoir la certitude, avoir une foi basée sur du concret; nous aussi parfois.

Merci Seigneur pour les belles paroles que tu nous adresses : "Heureux ceux qui croient sans m''avoir vu". !

Par Marjeanne 13 janvier 2017 à 18 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci thomas !

Par pillain 13 janvier 2017 à 16 h 40 Répondre à ce commentaire

Cessons d'être incrédules, soyons croyant!

À notre tour, nous pouvons partager le cheminement de Thomas: il nous est arrivé à chacun de douter, de demander au Seigneur des preuves, de ne pas accepter certains événements particulièrement douloureux...
Nous Te demandons pardon pour nos manques de confiance, nous savons que Tu es toujours avec nous, Père, Fils et Esprit.

Seigneur Tu es là au cœur de nos vies, bien présent, ô Jésus Christ, garde-nous toujours dans Ta Lumière, dans Ton AMOUR! Aide-nous à Te partager. Amen

Par MARIE 13 janvier 2017 à 15 h 52 Répondre à ce commentaire

Thomas c'est notre jumeau; Thomas, c'est chacun de nous, qui doutons, qui restons enfermés dans nos peur, qui avons besoin d'être rassurés... mais nous, nous sommes obligés de faire confiance aux témoins à qui Jésus est apparu: Marie-Madeleine, les disciples d'Emmaüs, Jean qui a "vu et cru" devant le tombeau vide, les Apôtres réunis dans le cénacle, et Thomas celui qui pose des questions et veut comprendre (Jn 14, 5) et qui veut voir pour croire que Jésus ressuscité est bien "son Seigneur et son Dieu". En Jésus, il reconnaît non seulement le Maître qu'il a suivi mais aussi le Fils de Dieu. C'est grâce à tous ces témoins, et à Thomas en particulier, que nous croyons sans avoir vu! Nous avons la chance de croire que Jésus se rend présent en nous et dans nos frères, et nous sommes sûrs que nous le verrons un jour en gloire et en majesté auprès de Dieu.

Par Mamoune 13 janvier 2017 à 15 h 48 Répondre à ce commentaire

Chère Mamoune,

J'ai commencé mon commentaire, laissé, repris... plusieurs coups de téléphone..Je viens de constater que nous avons dit à peu près la même chose; nous sommes sur la même longueur d'onde ! et c'est tant mieux.

que Dieu vous garde et vous bénisse !

Union de prière

Marie Jeanne

Par Marjeanne 13 janvier 2017 à 18 h 11

Moi aussi je remercie Thomas d'avoir douté, nous cheminons vers la foi chacun différemment, pourquoi nous culpabiliser quand nous agissons à notre manière, à notre rythme, et en toute transparence.
Jésus ne s'offusque pas, il accepte Thomas tel qu'il est et répond à ses interrogations.
Il assure Thomas et s'assure que le Mâlin ne lui joue pas un mauvais tour. Rassuré il " saute dans les bras de Jésus " si je puis dire, tout content comme un enfant, un enfant de Dieu. Merci encore Thomas de nous montrer une face de notre humanité tout à fait respectable !

Par Isabelle 13 janvier 2017 à 14 h 15 Répondre à ce commentaire

Tant que des femmes pleureront,
je me battrai,
Tant que des enfants auront faim et soif,
je me battrai,
Tant qu'il y aura un alcoolique,
je me battrai,
Tant qu'il y aura dans la rue une fille qui se vend,
je me battrai.
Tant qu'il y aura des hommes en prison,
et qui n'en sortent que pour y retourner,
je me battrai,
Tant qu'il y aura des victimes d'attentats aveugles je me battrai.
Tant qu'il y a aura un fanatique qui blasphème le nom de Dieu,
je me battrai.
Tant qu'il y aura un être humain ou un peuple humilié sur terre,
je me battrai.
Tant qu'il y aura un être humain privé de la lumière de Dieu,
je me battrai.

Avec toi, je veux me lever Seigneur,
contre la détresse et la mort,
contre la torture et la souffrance,
contre la pauvreté et la misère,
contre la haine et la terreur,
contre le doute et la lassitude,
contre l'oppression et la force aveugle,
contre la guerre qui ravage les humains.
Avec toi, je veux me lever contre tout ce qui empêche la vie.
Avec toi je veux m'engager dans tout ce qui stimule la vie.
Sois avec moi, pour que je me lève avec toi.
Amen !

William Booth
le fondateur de l'Armée du Salut

Par Tant que ... 13 janvier 2017 à 13 h 10 Répondre à ce commentaire

Autrement dit, je me battrai toute ma vie, parce qu'il y aura toujours tous les malheurs énumérés.
Mais c'est vrai que c'est des malheurs évitables, je veux dire sur lesquels on peut quelque chose, même s'ils voués à réapparaître.
Il n'y a en fait que quatre malheurs irrémédiables : la mort, la maladie physique, la maladie mentale (bien que celles ci puissent être soulagées), et enfin la misère (conséquence des catastrophes naturelles ou provoquées).

Par Antoinette 13 janvier 2017 à 14 h 55

Oui, quelle chance voire quel privilège que celui de croire.

Bonjour «ma» Soeur Marie et merci une autre fois à vous pour cette très belle nourriture pour le coeur, pour l'esprit et pour l'âme.
Oui, c'est une chance que celle de croire. Encore «faut-il» la demander. J'ai hurlé à Dieu, de mon coté, pour avoir la foi. Et jusqu'à ce jour, j'en suis un privilégié bénéficiaire. Je dirais même, en toute modestie et humilité, j'en suis dépositaire. J'espère et prie pour qu'il en soit ainsi jusqu'à mon dernier souffle.
Si je vous racontais que c'est dans le froid béton des planchers, des murs et des plafonds; dans le sourd bruit des portes d'acier et à la vue des lacérés de barbelés de prison puis de pénitenciers que cette foi-là je l'ai demandée. Plus haut, j'écris «hurler». C'est le cas. Je suis un survivant de la foi ou encore je survis grâce à la foi. Vous «ma» Soeur, faites partie de celles et ceux à qui je suis redevable d'avoir au coeur, d'avoir à l'esprit et à l'âme...la foi. Je vous en suis reconnaissant..
Mes respects,
Gaston Bourdages,
Écrivain.

Par Gaston Bourdages 13 janvier 2017 à 12 h 25 Répondre à ce commentaire

"Le Ressuscité, c’est le crucifié. La victoire de la Résurrection n’a pas effacé les blessures de la passion. Ce sont ces mêmes sœurs, frères, humiliés, persécutés, assassinés, qui formeront l’humanité vivante de l’avenir.
Il ne s’agit pas de «faire son deuil» en tournant la page comme si rien n’avait eu lieu. C’est sur le point précis des traumatismes que la victoire de Dieu doit être constatée".
merci, parce qu'on ne peut pas effacer des blessures profondes, mais on peut les dépasser et c'est ça la victoire de Dieu !! merci de cette méditation, tellement déculpabilisante quand on est chrétien. On ne peut pas tourner des pages comme si rien ne s'était passé, c'est tellement réconfortant de le lire et rassurant pour notre salut...

Par Anne Marie 13 janvier 2017 à 12 h 22 Répondre à ce commentaire

merci pour ce texte qui est la réalité même de notre foi
et cela fait du bien de réentendre ce qu'est notre ESPERANCE
et de la partager

Par Elisabeth 13 janvier 2017 à 12 h 15 Répondre à ce commentaire

Bon...jour,

La personne, qu'elle quelle soit veut toujours des preuves , c'est terrible je trouve , Jésus se montre à nous de différentes manières , à nous de voir, d'entendre, d'écouter, de sentir la présence de Dieu
Union de prières

Par annie 13 janvier 2017 à 11 h 35 Répondre à ce commentaire

Extraordinaire, éclairant tout : merci !

Par Brion 13 janvier 2017 à 11 h 04 Répondre à ce commentaire

Pascal a dit quelque chose comme ça : "Je ne crois que les témoins prêts à se faire égorger". Le Christ ressuscité est un témoin crédible à cause des marques de son supplice. Ce n'était pas un tour de passe-passe, c'était bien lui et il a bien traversé toute cette souffrance. C'est normal de vouloir vérifier par expérience. Jésus dit : "Heureux ceux qui croient sans avoir vu", parce que, lorsque les épreuves arrivent, c'est là que nous faisons l'expérience de la solidité de notre foi, "m'orientant vers un avenir d'espérance, où l'amour aura triomphé".

Par Antoinette 13 janvier 2017 à 10 h 06 Répondre à ce commentaire

"L'espérance qui a été répandue en nos cœurs ne peut pas nous décevoir". Quelle tristesse infinie si l'on considère que notre vie sur terre se suffit à elle même, qu'après surviendra le néant, lui aussi infini. Si tout cela était illusion ? Comment croire que des myriades d'êtres humains auraient pu ainsi être trompés, illusionnés ? Après, je peux me raccrocher aussi au fait que le Christ lui-même, au dernier moment, a douté lui aussi : " mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?". Faisons lui confiance, comme lui a fait confiance en son père ... Il n'y a plus que cela, mais tout est dans ce cela. Michel

Par Michel Evrard 13 janvier 2017 à 9 h 39 Répondre à ce commentaire

Michel, je ne crois vraiment pas que Jésus doute de Dieu sur la croix, quand il prononce "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné"... Jésus s'est engagé sur ce chemin de croix sans chercher à fuir. Il est Dieu et il sait qu'il va aller jusqu'au bout...
Jésus atteint alors le paroxysme de sa Passion. Il nous indique alors qu'il partage alors toute la profondeur de la souffrance humaine. Car comment comprendre et porter nos pires souffrances... sans les avoir vécus lui-même ???
Il atteint alors l'utilme moment où l'homme se sent abandonné de tous et où il doit traverser seul le ravin de la mort physique et psychologique...
Et Jésus, là encore, nous indique le Chemin : il prie jusqu'à la dernière seconde, jusqu'à son dernier souffle... Il prie le Psaume 22 qu'il connait depuis son enfance. Il prie et "porte" nos pires désespoirs en les partageant.
Il est abandonné, sa vie même l'abandonne... mais il reste jusqu'au bout fidèle à l'Amour. Car le psaume 22 , désespéré, se termine néanmoins sur un acte de Foi.

Par Christine 13 janvier 2017 à 11 h 23

De mon point de vue, le Christ qui s'est fait homme, de la naissance à sa mort, s'est pleinement identifié à notre condition humaine. Pour nous, il a vécu un abandon qui entraîne le doute. Ce sentiment d'abandon aigu, nous en sommes marqués comme au fer rouge à différents moments de notre existence... Je pense que le paroxysme de l'abandon se vit face à la mort injuste d'un proche, d'un innocent... ou à dans les moments où nous devrons faire face à notre propre mort. Mais personne ne sait comment il réagira ?...
Le Christ est passé par là, il a vécu une mort épouvantable, on peut aisément supposer que dans un moment d' extrême faiblesse il soit traversé par le doute et par un sentiment fugace d'abandon ! Certes il connaissait le ps 21/22 qu'il a prié et incarné dans sa totalité ! De l'abandon : "Mon Dieu ! mon Dieu ! pourquoi m'as-tu abandonné et t'éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes ?" à la parole de foi : Et toi "Eternel, ne t'éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours... Je publierai ton nom parmi mes frères !"
Qui peut mieux que lui nous comprendre ? Car il a endossé toute notre humanité de la naissance à la mort. Mais il était de nature divine et Dieu l'a relevé des mort ! Un mystère qui me dépasse je l'avoue... Et c'est mon petit grain de foi qui me faire dire tout cela, malgré mes doutes... !

Par Nad 13 janvier 2017 à 19 h 50

Comme j'aime ces hymnes de Prières du Temps Présent intercalé entre les commentaires, c'est comme s'ils revivaient à nouveau, avec du temps pour réfléchir, c'est là que je les constate beaux, autrement que récités en commun. Merci pour celui de ce matin, il convient à la journée qui s'annonce. Belle et bonne journée malgré le vent ( Mais j'aime le vent ! depuis mon enfance !) Gaby

Par Gabrielle Metzinger 13 janvier 2017 à 8 h 59 Répondre à ce commentaire

Celui qui ne doute pas est un homme fragile, car s'il ne prend pas de recul, de la hauteur avant de prendre une décision, il se met en danger.
Dans le cas d'espèces, Thomas est le seul a na pas avoir participé à la 1ère réunion, alors que tous les autres disciples avaient vu le Christ.
En ce qui nous concerne, nous n'avons pas eu cette chance, mais nous en avons une qui est infaillible c'est le témoignage des disciples à qui le Christ a dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » N'est-ce pas suffisant ? Je vous laisse méditer sur cette remarque.

Par SYLVESTRE14 13 janvier 2017 à 8 h 52 Répondre à ce commentaire

Oh!merci ma soeur pour ce message d' Esperance qui va illuminer notre journée.

Par Annie2 13 janvier 2017 à 8 h 44 Répondre à ce commentaire

Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris.
Ce passage dans ESAÏE , devrait nous donner de dire comme Thomas ,
Mon Seigneur et Mon Dieu .
C'est au travers de nos souffrances , dans les siennes , alors que nous pouvons trouver la force , le courage , même
si tout vous abandonne , de ne jamais douter , de tenir bon , dans cette espérance de La résurrection , non pas comme
un trophée , mais dans un parcours de vie , de joies , de souffrances , déposer au pied de la croix , toute l'humanité ,
une façon de rendre a César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu . Comment ? : en témoignant de ce que Dieu
par Jésus nous donne Sa Paix , et dans l'Esprit Saint , une confiance en Dieu , de croire possible Le Royaume de Dieu
au milieu de nous . Signe évident particulier est Unique qui unis tout être humain , l'Amour .Dieu est esprit , ainsi nous
sommes maintenant libre , de l'aimer en esprit et en vérité , partout où l'on sillonne la terre , c'est laisser un passage
pour ceux qui souffrent , on dit que les yeux sont le miroir de l'âme ..;Or tous nous avons une âme ...Confions -les
Au Seigneur , afin qu'elles sachent elles aussi , le voir , le toucher dans chaque frères et soeurs en souffrances .Puis
dans les tentations , par L' Eucharistie , Corps et Sangs du Christ l'éloquence de Sa Parole de vie , demeure une éternelle
résurrection ...J'irai où tu iras, c'est Jésus maintenant qui agit en nous et qui chemine vraiment là où nous demeurons .
Une Parole de vie : Ne crains pas , c'est moi qui te viens en aide ; à vous maintenant de faire le choix , attendre comme
Thomas , où comme les apôtres d'aller pour dire Christ est vivant ....Coeur Sacré de Jésus j'ai confiance en vous , venez
au secours de nos faiblesses , et Surtout au secours des âmes les plus nécessiteuses de votre miséricorde .Amen
Merci soeur Marie .

Par fred 13 janvier 2017 à 8 h 18 Répondre à ce commentaire

Voir, et être vu... Jésus n'a-t-il pas vu la souffrance de Thomas pour revenir ainsi vers lui? La résurrection, la vie plus forte que la mort, toujours, n'est pas affaire d'idées, de jolis mots vite envolés. Elle est expérience. Elle se vit, au plus profond, au plus douloureux, au plus caché. Il est des instants qui définissent une vie, celle de Thomas, chacune des nôtres.

Je l'ai déjà évoqué, mais j'y reviens encore, à ce jour d'hiver où il m'a fallu aller dire ma souffrance devant Dieu. Le chemin a été long pour en arriver là, jusqu'à ce "Je ne peux pas. Aide-moi." déposé dans le cœur de Dieu avant de pouvoir parler.
Elle venait de si loin, cette souffrance. Brute, plaie à vif, malgré les années. Il a fallu que je commence à la dire pour en réaliser toute l'acuité, toute l’actualité, aussi profond que je m'étais efforcée de l'enterrer. C'est elle, plus que ce que je parvenais à dire - si peu, en vérité - qui parlait. Et plus elle remontait, plus je sentais ce que je ne peux qu'appeler une tendresse, une tendresse infinie, m'envelopper. Elle aussi parlait. Elle disait, "Je suis là. Je l'ai toujours été." En savoir alors, dans sa chair, la vérité. La vie est là.

Jésus envoie ses disciples remettre les péchés. Le pardon et la vie donnée sont intimement liés. Cela, comme Thomas, je le crois car je l'ai vécu. Il m'a fallu être pardonnée pour pouvoir pardonner. Etre pardonnée pour commencer à défaire ces liens qui m'enchaînaient au passé. "La paix soit avec vous!" leur dit encore Jésus. Elle viendra. Avec lui, elle viendra. Je la verrai, cela, je le crois.

Merci Sr Marie, merci à tous. Prières pour tous, et avec tous.

Par Audrey 13 janvier 2017 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

En union de Prière, et de Paix, avec vous Audrey.
Amen.

Guillemette.

Par Guillemette 13 janvier 2017 à 7 h 56

Il faut beaucoup, beaucoup de temps Audrey pour arriver à vivre avec les violences subies : physiques, verbales, affectives, sociales. Rien ne remplacera vraiment le manque de tendresse ou d'affection. Quand on a réussi à mettre des mots sur la souffrance, un grand pas a déjà été fait vers l'apaisement. L'acceptation, (non pas la soumission), de ce qui a été permet de porter un regard différent sur soi et les autres.. Je pense souvent à cette phrase d'un sage chinois "Le passé est dépassé, le futur aléatoire, seul l'instant présent est important". L'apaisement est proche. Que la tendresse de Jésus et celle de sa Mère vous enveloppe de douceur.

Par mahona 13 janvier 2017 à 9 h 31

MERCI pour votre méditation,qui me touche dans le sens du pardon à soi même pour pouvoir pardonner.
Il y a une Joie mystérieuse au coeur même de cette tendresse dont Vous témoignez : elle a quelquechose à voir avec l'Esperance qui est inscrite au plus profond de nos âmes ; Je n'ai jamais compris comment il était possible que la Joie puisse s'exprimer dans un coeur déchiré par la souffrance : est -elle simplement la Vie qui parle , c'est-à-dire l'œuvre de l'esprit -Saint en nous ?

Par Nicole.B 13 janvier 2017 à 23 h 45

Un grand merci à toutes trois pour ces mots de paix et de chaleur. Et merci pour cette belle citation, Mahona. Il me semble que c'est aussi ce que nous dit Jésus quand il répète que tout cela arrive "aujourd'hui". Un jour à la fois, avec lui. Un jour dans la foi, en lui.

Recevoir le pardon pour pouvoir le donner, la guérison, pour moi, vraiment, a commencé là. Rien ne me laissait l'anticiper. Je sentais juste que c'était quelque chose qu'il me fallait faire, tout comme je savais, au plus profond de moi, qu'il me fallait pardonner, non pour me plier à une règle morale, mais pour avancer. Cela m'a longtemps semblé une épreuve ajoutée à ma peine, jusqu'à ce que je comprenne. Dieu nous demande de pardonner parce qu'il nous aime. Le pardon est libération, liens qui se défont. L'épreuve était au dessus de mes forces parce que je ne comptais que sur mes forces. Le pardon vient de Dieu. Il se reçoit de lui, et se donne avec lui. C'est ainsi que je l'ai vécu, en tout cas.

Cette joie, cette espérance en nous, cette espérance plus forte que tout, oui, je crois que c'est l'Esprit en nous, vous avez raison Nicole! Le Christ a vaincu la mort, en nous ouvrant à lui il vainc toute mort, en nous.
Une très belle journée à tous, unis dans la prière!

Par Audrey 14 janvier 2017 à 9 h 36

Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
De quel Esprit nous sommes.

Vienne Jésus pour dissiper
Le brouillard et les doutes :
Sa parole donnée
Est soleil sans déclin.

Vienne Jésus pour surmonter
La fatigue des jours :
Il est l’eau de la source
Et le pain de la vie.

Vienne Jésus pour dominer
La frayeur du naufrage :
N’est-il pas le seul Maître
Du navire et des flots ?

Vienne Jésus pour consoler
De la mort implacable,
En frère premier-né
Relevé du tombeau !

R/Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
L’Amour qui nous fait vivre

Par Hymne 13 janvier 2017 à 5 h 59 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires