Trois disciples

« Moi je suis le chemin, la vérité et la vie. » Jean 14,6

La pêche miraculeuse au lac de Tibériade

Jean 21, 1-7a

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment. Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondirent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien. Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! »

Méditation

précédente suivante

Premier jour du monde nouveau

Comme lors de l’épisode des pains à profusion*, Jésus se manifeste. Alors qu’auparavant ces hommes étaient enfermés par peur des Juifs, après la mort de Jésus les voici revenus, comme si de rien n’était, dans leur terre d’origine et leurs anciens métiers. Étrange situation. Ils avaient tout quitté pour le suivre, tout risqué.
Et puis, plus rien. Devant la mort, toute espérance a cédé. Alors, ils sont repartis à leurs affaires : la pêche. Reste pourtant une chose, essentielle, ils sont ensemble. Se tenir, se soutenir. Retrouver ensemble un semblant de quotidienneté. Mais voilà, le résultat n’est pas là. Au bout de la nuit, la pêche les laisse déçus, bredouilles.
Un personnage regarde cette scène, sur le bord du rivage. Un inconnu qui ordonne de jeter les filets sur le côté. C’est le petit matin. Premier jour du monde nouveau. Commencement. Le côté, comme son côté transpercé d’où coulaient le sang et l’eau de la vie, sur la croix même.
Cloué sur l’instrument de torture, mort, Jésus est pourtant au premier jour des temps nouveaux : offrant sa vie de son côté. Pour tous. À commencer par tous ceux qui ont peiné toute la nuit de leur vie, de leur amour, de leur chair malmenée par la maladie ou le deuil. À ceux-là, le lever du jour est annoncé. L’inouï du don sera alors au rendez-vous. Sans mérite autre que la confiance d’un geste : jeter encore ses filets. Voilà l’invitation qui nous est faite : que nous voyions ou non nos filets débordants, croire qu’en Christ notre vie, nos engagements, nos solidarités, ne sont pas vains, mais ils portent déjà du fruit de justice et de tendresse. Alors oui, comme le disciple que Jésus aimait – celui qui « vit et crut »** – reconnaître dans les traits de l’étranger de tous nos rivages intérieurs le visage aimant du Ressuscité.

*Jean 6, 1
** Jean 20, 8
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

62 commentaires

Nous voyons à travers ce message que Jésus est aussi puissant qu'avant sa Mort sur la Croix; même dans le désespoir du quotidien pour nos besoins, Jésus nous suit du regard sur le rivage de notre vie sur terre. IL connait nos préoccupations et IL nous dira de jeter le filet sur le cote droit (position de privilège pour ceux qui iront au Ciel). IL a déjà préparé le feu pour cuir les poissons car IL savait que fatigués toute la nuit les disciplines étaient aussi affamés.
Quelle histoire pleine d'enseignement pour notre vie quotidienne dans l'attente de son retour prochain. IL nous teste pour voir le niveau de notre Foi et IL nous encourage même quand rien ne va plus. Gloire soit rendue à Jésus pour Ses miracles dans ma vie. Amen

Par SAWADOGO ALAIN 9 mars 2018 à 13 h 07 Répondre à ce commentaire

il faut vivre le combat ! rude parfois Merci de m'aider

Par desmichelle colette 17 janvier 2018 à 15 h 35 Répondre à ce commentaire

merci merci !ce matin ,malgré le soleil ,j'en avez assez d'être paralysée !Votre méditation m'aide à retrouver le VISAGE de Celui qui me tient la main ..retrouver aussi tous les souffrants du Monde Merci

Par desmichelle colette 17 janvier 2018 à 15 h 31 Répondre à ce commentaire

Merci de la part,d'un ancien étudiant dont la chair est très contrariée par la maladie ce soir; et que M Auptit, le médecin à la grande trousse leur face comprendre que le grandeur de'homme est dans sa frigilité. MAX

Par levavasseur 15 janvier 2018 à 16 h 51 Répondre à ce commentaire

Chère soeur Véronique, que vos paroles sont douces, à lire à écouter, si encourageantes. Merci, pour vos méditations !
Cette troisième apparition du Christ auprès des apôtres est très touchante. Au lever du jour, Jésus est là sur le rivage; pour eux, c'est un étranger qui leur demande s'ils ont quelque chose à manger. Leurs filets sont vides, pas la moindre écaille. Ils n'ont rien à lui offrir. On voit alors, la sollicitude du Christ pour ses amis les plus chers. Son coeur déborde d'amour pour ses douze apôtres, qui ont peiné toute la nuit et n'ont rien pris. ll leur dit de jeter les filets à droite et ils obéissent. Le miracle s'accomplit comme pour les pains. C'est le Seigneur ! il a suffit d'un signe pour le reconnaître. Ils ont encore tant de chemins à parcourir... Jésus a accompli sa mission: Il a vaincu le péché et rendu possible notre totale union à Dieu. Il a fait de nous des fils de Dieu. Ce trésor de la grâce, Dieu veut le transmettre à tous les hommes et pour cela Il a besoin de chacun de nous. Toute notre vie est faite de signes, il faut savoir les interpréter et reconnaître le Seigneur, là où Il se manifeste sous les traits du pauvre, du migrant...
Que nos échecs, notre manque de confiance, de persévérance ne nous découragent pas, Il sera toujours là sur le rivage pour nous dire où jeter nos filets.
Nous avons, nous aussi tant de chemins à parcourir.

Par Marie Jeanne 14 janvier 2018 à 21 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci pour votre réflexion qui me touche beaucoup .
Très fraternellement.

Par Nicole B 14 janvier 2018 à 23 h 38

Quelle profondeur dans cette méditation...ce simple geste de "jeter les filets à droite" nous emmène si loin grâce à vous ! Votre voix nous emporte comme le ferait un long fleuve tranquille...
Merci beaucoup Sœur Margron !

Par mgd 14 janvier 2018 à 21 h 04 Répondre à ce commentaire

Bonjour, ma sœur,
Et merci pour cette méditation, porteuse, très.
Que l’espri Saint vous accompagne
Laure

Par Laure Magrou 14 janvier 2018 à 7 h 38 Répondre à ce commentaire

"..reconnaître dans les traits de l'étranger de tous nos rivages intérieurs le visage aimant du Ressuscité.".. Merci, soeur Véronique, pour ces mots si forts qui nous poussent à aller vers l'autre, à l'écouter, à l'aider.. lequel autre pourra nous donner en retour la joie et l'espoir..

Par Philippe J 13 janvier 2018 à 18 h 29 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Brig, de nous rappeler
avec tant de sagesse et de modestie,
lorsque nous lançons notre filet,
que : « Oui la pêche miraculeuse, c'est Toi qui T'en charge ».

Le principal travail, c'est Lui qui le fait dans le cœur
de ceux et celles qui nous annonçons la parole...

Sinon, quel poids pour nous ! ...

Bonne journée !

Par Paul (Belgique) 13 janvier 2018 à 11 h 11 Répondre à ce commentaire

Jeter , encore , mes filets . Même si, aujourd’hui la vie n’a plus la même saveur !
Jeter mes filets , parce que le Christ est là , sur la berge , sur du solide, alors que pour moi , tout bouge , tout tangue et je ne suis même pas sûre que c’est Lui . C’est Lui qui m’appelle , mon coeur reconnaît sa voix , mais je suis prisonnière de mes peurs : et elles sont essentiellement matérielles : alors faire silence, et retrouver le chemin intérieur pour faire confiance. Va-t-il venir me secourir ?
« Tous ensemble »: force inespérée, source de mon espérance pour que la marche puisse continuer vers cette terre inconnue, où Il nous attend .
Merci pour vos Présences et vos prières.

Par Nicole B 13 janvier 2018 à 8 h 22 Répondre à ce commentaire

La Prière de Saint Hilaire de Poitiers « Dieu Tout-Puissant, aides nous à scruter les paroles de Tes prophètes et de Tes apôtres » :

« Dans notre pauvreté, nous nous adressons à Toi ; nous allons scruter avec un effort obstiné les paroles de Tes prophètes et de Tes apôtres, frapper à toutes les portes scellées de l'intelligence. Il n'appartient qu'à Toi, d'accorder ce que nous demandons, de rendre présent ce que nous cherchons, d'ouvrir où nous frappons. Nous sommes comme engourdis par notre paresse ... Mais l'étude de ta Doctrine nous achemine à la connaissance de Dieu, et la soumission dans la foi, nous mène au-delà des ressources de notre nature. Nous avons le ferme espoir que Tu animeras les débuts de ce timide exode, que Tu en affirmeras le développement progressif, que Tu communiqueras l'esprit des prophètes et des apôtres afin que nous entendions leurs paroles dans le sens qu'ils leur donnèrent, attentifs aux propriétés des mots et à leur signification. Nous avons dessein de parler de Celui qui s'exprime dans le mystère : de Toi le Dieu éternel, le Père de l'Unique Seigneur Jésus-Christ, né de Toi de toute éternité, sans pour autant augmenter réellement le nombre des dieux, mais sans vouloir davantage nier que le Christ est né de Toi, Toi, l'unique Dieu ; sans vouloir surtout refuser de Le reconnaître pour Dieu véritable, Lui qui est né de Toi, ô Dieu véritable et Père de Jésus-Christ ! Amen. »

Saint Hilaire de Poitiers (315-367)

Par Prière 13 janvier 2018 à 5 h 07 Répondre à ce commentaire

Tous les matins, Jésus m'attend ,toujours prêt à me venir en aide,prêt à m'indiquer où jeter mon filet.Aujourd'hui, écouterai-je sa parole? Grande est la tentation de n'en faire qu'à ma tête,de ne pas ou plus le regarder et de sombrer dans les ténèbres,de tomber dans la fosse.
Sois présent à chaque instant afin que mes yeux ne cessent de te chercher dans le regard de l'autre.
.Hier, dans les transports en commun , c'est un peuple hétéroclite, jeune, coloré qui voyageants, collégiens, étudiants, mères d'enfants en bas âge, génération Y, homme de couleur, parfois déraciné, c'est ton peuple Seigneur, il faut se Faire Violence pour le voir.
Ma prière est inutile si je ne suis pas capable d'aller sur ce chemin.
Je dois aller manger avec et chez Eux.
Amen

Par Jean Michel 13 janvier 2018 à 2 h 13 Répondre à ce commentaire

Cette méditation d'aujourd'hui me fait pensée à la fin de la messe quand le prêtre dit"allez dans la paix du christ"
Il nous envoie de nouveaux dans la barque sur les eaux du monde pour être des hommes et des femmes "pêcheurs "qui annoncent,comme la fait st Paul, la bonne nouvelle du christ mort pour nos péché mis au tombeau,ressuscité et toujours vivant
Quel questionnement que je me pose aussi en ce jour,je reste peu être trop dans mon coin,par ma fragilité ma maladie que faire pour "avancez au large"m'impliquer personnellement au non de notre foi
La puissance de dieu fait des merveilles hier,aujourd'hui, demain je ne le voie pas toujours il suffit de donner ma confiance absolue et de lui remettre le contrôle pour que lui fasse fructifier sa parole au centuple...
Maître je peine encore cette nuit mais sur t'on ordre donné moi la force de jeter avec confiance mon filets"
Oui la pêche miraculeuse, c'est toi qui t'en chargé,le principal travail, c'est lui qui le fait dans le coeur de ceux et celles qui nous annonçons la parole
"L'important c'est d'être avec le seigneur "
Fraternellement. .

Par Brig 13 janvier 2018 à 1 h 41 Répondre à ce commentaire

l'important c'est d'être avec le SEIGNEUR

Par ronze 13 janvier 2018 à 11 h 36

Oui, chère Brig, l'important c'est d'être avec le Seigneur! je suis un peu comme vous, je vis trop avec mes soucis, santé, mes papiers administratifs, quel casse-tête!!! Et le pire c'est la maladie de mon mari, le soutenir, être à ses côtés, et le voir perdre de l'autonomie, il n'a pas le droit de conduire, que c'est difficile.
Mais combien d'autres soucis ont aussi nos frères et sœurs sur cette terre, où nous sommes de passage!
Je fais mon possible pour déposer vraiment mon fardeau aux pieds de notre Seigneur et lorsque je peux, je prends un temps pour Dieu, j'essaie chaque jour de mieux regarder autour de moi, afin de rester à l'écoute de mon prochain.
Merci aux dominicains pour ce site où je peux lire et relire les méditations, c'est aussi un grand soutien!
Bonjour à toi aussi Françoise, union de prière avec tous!!!

Par monette 13 janvier 2018 à 12 h 11

Merci Brig pour la clairvoyance et la simplicité dans ta méditation, je ne peux que dire comme Paul " oui la pêche miraculeuse c'est Toi qui t'en charge", c'est Lui qui fait le principal travail...et c'est là que, malheureusement, je bute régulièrement... amitiés fraternelles, kat

Par Kat namur 13 janvier 2018 à 13 h 08

Hello, Kat !
Je n'ai fait que répéter les paroles de Brig ! ;-)
Amitiés,

Par Paul (Belgique) 13 janvier 2018 à 13 h 28

Coucou, Brig ,
oui c'est être avec le Seigneur , il est heureux votre époux Monette de vous avoir pour soutien , quand on perd l'autonomie c'est déjà une dépendance , c'est là qu'on voit ceux qui vraiment nous aime .
Nicole ce sont nos peurs qui sont aussi fragiles , mais qui nous font creuser pour tenir bon , Jésus est là , par bien des mains
et des signes , croire simplement . Paul quelle sagesse ..., Jean -Michel , nous avons donc un fameux filet à jeter ...Tous en commun ...pour ramener nos coeurs au principal , qui est Dieu , pêche miraculeuse ,chercher et trouver Jésus ...Tous quelque
part dispersés , tous pourtant dans le Seigneur , des vies différentes , des petites lettres du Christ ...Il me reste donc le principal de prier pour l'église , les consacrés , et les petits poissons à venir .

Par fred 13 janvier 2018 à 18 h 58

Merci à vous ,toujour un plaisir d'avoir vos commentaires, de vos nouvelles, aussi de vous Monette, Ronze,Paul,Kat,Bernard, et vous To use,
J'espère que Marie Jeanne, Micheline,nous aurons le plaisir de vous lire

En ce moment très fatigué du au rayons, et mon état physique qui et affaibli chaque jour,je laisse cette lourde tâche au seigneur, car bien souvent je peu être envahie, par la crainte,la peur face à la mort,
Un ami chère à notre coeur nous a quitté il y a trois jours,nous ,nous soutenons dans la même maladie, nous avons pu encore fêter les roi ensemble, puis brusquement le père la rappelé à lui ,plus de souffrances, mon chers amis repose en paix je doit continuer ce combat seul,oui seigneur toi seul te chargé de tout,je mais ma confiance en toi,merci de prier pour moi,je prie pour vous

Par Brig 13 janvier 2018 à 21 h 26

Nous sommes nombreux, je crois, à penser à vous, chère Brig. Et à prier pour vous.
Merci de trouver la force de continuer de marcher ainsi avec nous, en espérant que cela vous donne force à vous aussi.

Par Audrey 14 janvier 2018 à 14 h 46

Je vous remercie soeur Véronique de votre méditation sur la pêche miraculeuse au lac dun Tiberiade où j'ai eu l'occasion d'aller en pelerinage en Israël l'année dernière marcher sur les pas de Jésus. Beaucoup d'émotions de sentir comme les disciples ont vecu avec notre Seigneur.
Le monde nouveau ! Étrange situation de voir leur maître tué par les juifs la vie n'est plus au rendez vous. Ils étaient tous cloîtrés pour ne pas subir le même sort. Il faut à un moment donné sortir de cette torpeur pour aller de l'avant .Se tenir et se soutenir leur a donné de l'élan même si leur coeur est lourd d'affronter l'extérieur. Ils nous arrive aussi de subir de telle épreuve, une main tendue vient apporter de l'espoir et du relèvement et la vie prend son sens.
Je demande au Seigneur que tous ceux qui peinent trouvent sur leur chemin l'amour du prochain et l'espérance que le Christ lui même nous a laissés.
Dogué Eliane

Par Dogué 12 janvier 2018 à 23 h 27 Répondre à ce commentaire

Bonsoir !
Etre seul ou avec d'autres, il ne faut pas se décourager. Face à l'épreuve, l'effort, la patience, la confiance..... portent du fruit ;
cependant, n'oublions pas que notre VEILLEUR, y est tout près . Alors gardons notre confiance en Lui.
Bonne soirée.

Par Colette 12 janvier 2018 à 21 h 26 Répondre à ce commentaire

CETTE PHRASE ,
ALORS OUI,COMME LE DISCIPLE QUE JESUS AIMAIT-CELUI QUI VIT ET CRUT-RECONNAITRE DANS LES TRAITS DE L'ETRANGER DE TOUS NOS RIVAGES INTERIEURS LE VISAGE AIMANT DU RESSUCITE.
APRES UNE NOUVELLE ECOUTE JE COMMENCE A ENTENDRE , L'ETRANGER DE TOUS NOS RIVAGES INTERIEURS ,
LE VISAGE AIMANT DU RESSUCITE
MERCI SOEUR VERONIQUE
C,EST LUI QUE NOUS POUVONS VOIR DANS NOS SOUFFRANCE SON VISAGE AIMANT

Par jnc 12 janvier 2018 à 20 h 11 Répondre à ce commentaire

Je changerai leur deuil en allégresse , Je les consolerai , Je les réjouirai après leurs peines ...

Par fred 12 janvier 2018 à 18 h 05 Répondre à ce commentaire

Seigneur donne-moi la force de jeter encore une fois mes filets et délivre moi de mes peurs de Toi.Comment pourrais-tu Seigneur me vouloir de mal, Toi qui n'est que dendresse. Pardon Seigneur de douter de ton Amour. Léon D

Par dourte léon 12 janvier 2018 à 18 h 03 Répondre à ce commentaire

Bonjour ma soeur, merci pour ce joli coup de filet qui me permet d'avancer encore plus loin. Un geste qui nous remet en question face à l'étranger dans lequel il nous faut voir notre prochain. Une grâce que Dieu nous donne.

Par Florentin 12 janvier 2018 à 17 h 48 Répondre à ce commentaire

Pour éviter toute maldonne, je signale que ce n'est pas moi qui signe "Bernard". Il est vrai que je ne participe plus guère aux commentaires, ces temps-ci, trop pris par d'autres urgences, notamment celle d'accueillir des réfugiés qui portent, avec d'autres désemparés de notre Terre, le visage contemporain du Christ. Parmi tous ceux qui ont passé une, deux ou trois nuits chez nous, qui sommes membres de "Hébergement Plateforme Citoyenne" (pour pallier les scandaleuses déficiences de notre gouvernement belge de droite en matière d'accueil des migrants), un jeune Éthiopien de 17 ans a réussi à passer en Angleterre où, au moins, les instances officielles ne le rejetteront pas à la mer. Un autre de nos invités a déjà tenté ce passage très hasardeux et est rentré chez nous, bredouille, avant de repartir à l'aventure le lendemain. À 24 ans, il a déjà côtoyé les marchés d'esclaves de Libye avant de traverser la Méditerranée sur un rafiot conçu pour 40 passagers où s'agglutinaient en fait, debout pendant 3 jours de traversée innommable, 100 fuyards soudanais voulant échapper à tout prix aux exactions de leur régime dictatorial. Leur embarcation d'infortune a chaviré et ils ont été recueillis par un autre navire au large de l'Italie. Ibrahim a connu Calais, il a dormi dans le froid du parc Maximilien de Bruxelles, et il cherche désespérément à ne plus servir de poisson aux requins de notre monde barbare.
Avec toute mon amitié pour les membres de notre communauté d'internautes !

Par Bernard (Bruxelles) 12 janvier 2018 à 17 h 03 Répondre à ce commentaire

C’est une partie du visage du christ contemporain, une partie du corps du Christ selon la foi chrétienne?, parmi tant d’autres...

Par & 12 janvier 2018 à 17 h 41

Bonjour, Tahcel… (Est-ce « Le chat » à l’envers ?)

Vous semblez tenir, dans votre partage, le langage de ces stoïciens,
qui tentent de maîtriser tout ce qu’ils vivent et se détacher de l’inutile.
Des efforts parfois bien nécessaires, je le reconnais …

Mais pour moi, Jésus, ce n’est pas Dieu que l’on peut atteindre …
C’est Dieu qui m’atteint.
Comme il l’a vraiment fait il y a 2000 ans…

C’est Dieu qui est venu, et qui vient toujours à nous.
Pour être avec nous, au milieu de nos vies et de nos difficultés quotidiennes.
Même lorsque mes filets ne me ramènent pas ce que j’avais espéré…

Il nous a invités, également, à nous souvenir de Son message :
« Aimez Dieu de toutes vos forces, aimez vos frères comme vous-mêmes ».

Je n’ai plus à essayer d’atteindre Dieu,
mais à essayer d’accueillir modestement,
dans le quotidien de ma vie, là où je suis,
le Royaume vivant du Père.

Si mes pauvres filets souhaitent réaliser mes rêves,
je crois que le filet des rêves de notre Père avec nous
est immense, … sans limites …

Il nous a donné pour cela trois outils : « Aimez, partagez, pardonnez… ».

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 12 janvier 2018 à 16 h 00 Répondre à ce commentaire

"Premier jour du monde nouveau" : "Jésus est un passant qui ne retiens personne."
Et je dirais que Jésus ne veux pas être retenu lui non plus: "ne me retiens pas" dit-il à Marie-Madeleine, "car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu." Bien sûr, maintenant il monté et est auprès du Père. Pour autant faut-il s'accrocher à lui comme une sang-sue?
Mon problème, si tant est que ça en soit un, c'est qu'une fois qu'on est passé "au-delà de Jésus" jusqu'au Père, ou tout au moins qu'on a touché cela du bout des doigts, de la pointe de l'oreillette du cœur, comment faire encore partie d'une Eglise ou d'une autre, avec ces "moyens" tels Jésus, pour aller vers le Père?
Je ne le peux plus sans avoir le sentiment de faire de "l'idolâtrie"... que ce soit l'adoration, les sacrements, ou même la messe (sensée nous tourner vers le Père, par le Fils, dans l'Esprit), je les ressens maintenant comme de l'idolâtrie et plus comme des moyens de passage...
Certains lieux, certains moments, restent plus propices à retrouver au fond de moi ce mystère infini au-dessus de tout et au-delà de tout sans être dominant et opprimant, et qui apaise tout, cette "substance indéfinissable", qu'on peut appeler Dieu si on veut, et qui semble être la source de toute vie, de toute la Vie...
Mais rien ne vaut le silence intérieur... et ma vie jette ses filets sans se soucier de ce qu'ils ramènent...

Par Tahcel 12 janvier 2018 à 15 h 29 Répondre à ce commentaire

Ceci n’a rien à voir avec le stoïcisme, encore que je ne sache pas trop ce que c’est.
C’est plutôt l’attitude de quelqu’un qui sait qu’il ne maîtrise pas grand chose car tout ce qu’il peut faire ou dire est en interaction avec le monde dans lequel il vit. Mais il n’a plus peur d’être ce qu’il est et de penser ce qu’il pense... même si ce n’est pas toujours évident à vivre au quotidien. Et ce qui lui donne la force c’est cette source qu’il retrouve dans son silence intérieur... peut-être une manière de prier comme Jésus ou en Jesus mais il ne se préoccupe plus de cela...

Par Tahcel 12 janvier 2018 à 16 h 27

Bonjour, Tahcel,
merci pour votre partage et votre commentaire.
Je n'ai pas voulu mettre de concurrence entre votre opinion avec la mienne, croyez-moi.
J'apprécie vraiment votre sincérité. C'est clair, ce que vous dites.

Nous sommes tous marcheurs, ensemble, sur la même terre.
Et je suis heureux de penser que le Père
nous voit tous, chacun dans notre liberté, avec la même tendresse.

Bonne journée.

Par Paul (Belgique) 13 janvier 2018 à 9 h 38

OUI, dans le deuil ou dans la maladie.. il faut rester unis, rester ensemble...; faire front et se soutenir les uns les autres.....
et alors nous verrons une aube nouvelle poindre à l'horizon de nos vies...
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 12 janvier 2018 à 13 h 45 Répondre à ce commentaire

Bonsoir à tous,
Je rejoins le message Par Cl@udio
Oui la vie et joie et croix, mais dans l'épreuve tenons bon, le SEIGNEUR ne nous laisse pas seul ,
nous lui faisons CONFIANCE, restons unis, soutenons - nous les uns les autres par des paroles réconfortantes

Par suzanne K. 12 janvier 2018 à 19 h 57

c ´est vrai comme les disciples nous nous sentons perdu et nous revenons a ce que nous connaisons notre quotidien est notre repaire, il est difficile de s en défaire et pourtant aller de l ´avant vers le christ sortir de ce quotidien qui nous enchaine, pour vivre a nouveau mais plus léger , nous laisser porter par le seigneur.
j ai le chance ou je vie d ´avoir plusieurs commonauté religieuses et leur joie de vivre m ´encourage mais si j ai du mal parfois car ma santé me freine. Mais qu ´il est doux se partage de prieres d´offices de messes de chapelet quotidien. c ´est un rdv d ´amour. Merci seigneur de m ´avoir amenée dans cette ville amen

Par leelou 12 janvier 2018 à 12 h 53 Répondre à ce commentaire

Magnifique de foi et d'espérance ! Merci.

Par Majo 12 janvier 2018 à 11 h 35 Répondre à ce commentaire

Merci Sœur Véronique de cette Méditation. Vous réaussez ! s'il en est besoin!!! ce passage
De l'Evangile, j'aime Votre Pertinence pour expliquer, faire réfléchir!
MERCI.
Que faire , lorsque clouée sur un siège!!on ne peut rien faire!!
Les Dominicains me SAUVENT, littéralement!.Mes neurones sont intactes!Je Prie.

Par DELON Colette 12 janvier 2018 à 11 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci Véronique pour cette meditation ce partage donnant à ce jour l'Espérance dans nos rencontres

Par kirsch renee 12 janvier 2018 à 10 h 23 Répondre à ce commentaire

"Retrouver ENSEMBLE un semblant de quotidienneté "
Je commence la journée avec beaucoup de partage et d'espoir.
Merci

Par Corinne 12 janvier 2018 à 10 h 09 Répondre à ce commentaire

l'aube d'un monde nouveau...comme on voudrait y croire!!Christ ressuscite en est le point de depart,le commencement "le Verbe qui est la vraie Lumiere".mais n'est-ce pas à nous de faire le premier pas vers ce monde neuf? nous sommes Ses yeux, Ses mains pour voir et agir en lieu et place , cette aurore , c'est nous qui devons l'eclairer sous le regard aimant du Christ . Bon-jour à tous et merci à soeur Veronique

Par buchin domi 12 janvier 2018 à 10 h 09 Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup Soeur Véronique, pour le choix de ce texte et cette très belle méditation.
Belle journée à tous et toutes.

Par Gaudillot 12 janvier 2018 à 9 h 57 Répondre à ce commentaire

ce texte est magnifique et le commentaire (presque à la hauteur)Merci ,ma soeur

Par berthou 12 janvier 2018 à 9 h 42 Répondre à ce commentaire

Une merveille! Merci

Par Anne de Mesmay 12 janvier 2018 à 9 h 37 Répondre à ce commentaire

merci pour ce beau texte , oui marchons avec jésus tous ensemble dans une communauté d'amour de fraternité de paix se comprendre oui marchons avec celui qui a donné sa vie pour que nous vivions en son Amour

Par schmitt anne marie 12 janvier 2018 à 9 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci S. Veronique pour cette très belle méditation. Elle me touche particulièrement par sa densité et son humanité et me donne en ce matin une nouvelle "pêche".

Par Bidet 12 janvier 2018 à 9 h 12 Répondre à ce commentaire

merci ce texte me rejoint dans mes bas fonds tenebreux mais déja une lumière se fait et je veux croire à ce compagnon aimant qui m'attend dans mon quotidien

Par Catherine Bergeron 12 janvier 2018 à 8 h 49 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Véronique pour votre méditation qui me touche énormément ce matin alors que je viens de perdre un ami très cher. Malgré la douleur et la tristesse, l'espérance est là, je suis sûre qu'il est dans L'Aurore du matin du 1er jour auprès de Notre Seigneur.

Par Maya 12 janvier 2018 à 8 h 48 Répondre à ce commentaire

"Ils jetèrent donc le filet" dit la force de persuasion de Jésus! ils lui "obéissent" sur le champ! et cette réponse positive leur donne abondance de nourriture!
Et pour nous aujourd'hui? quand constatons-nous qu'une Parole de Jésus mise en pratique produit des fruits de Vie? Pour cela est nécessaire le silence, le recul, pour faire le même constat que celui des disciples! mettre en pratique Sa Parole donne plus de Vie en nous, et autour de nous! En ce dimanche des migrants voulu par le Pape François, il est bon de s'interroger pour savoir quels gestes poser et vivre pour plus de VIE!...
Donne-nous , Seigneur, la confiance totale des disciples pour mettre en pratique l'écoute de Tes Paroles. Merci Sœur Véronique pour cette méditation si enrichissante.

Par Emma 12 janvier 2018 à 7 h 50 Répondre à ce commentaire

Comme j'aime vos méditations, chère soeur Véronique! vous nous faites revivre les scènes. C'en est émouvant. Que je reconnaisse le Seigneur à l'aube.

Par Magali 12 janvier 2018 à 7 h 32 Répondre à ce commentaire

Bon...jour,

Merci Seigneur pour ce jour naissant
Merci de mettre de belles personnes sur ma route
Merci aux frères et soeurs Dominicains d'avoir créés ce site
Merci aux internautes de leur parole

Je te confie Seigneur cette journée, qu'elle soit sous ton regard

Union de prières

Par annie 12 janvier 2018 à 7 h 29 Répondre à ce commentaire

Jésus se reconnaît à l'abondance. A ce qui se tisse et se noue entre ces hommes, comme sont nouées ensemble les mailles du filet. On ne pêche pas seul, les bras de tous sont nécessaires pour tirer ce filet, ceux de tous ceux qui obéissent à cette seule voix. Celle de cet inconnu sur le rivage.
Longtemps, ces hommes ont marché avec Jésus. L'abondance déjà, ils l'ont vue. Cette grâce qui inonde leur vie et parfois nourrit à travers eux, ils savent bien qu'elle ne vient pas d'eux. Qu'ils ne sont pas meilleurs pêcheurs que leurs voisins. Ils ne reconnaissent pas Jésus sur le rivage, mais cet homme ils le voient, et ils répondent à sa voix, à son appel. Lui offrent leurs bras. L'aube qui se lève n'est-elle pas déjà là? Dans ces vies, ces corps qui entendent et répondent, même sans comprendre. Jusqu'à ce que les yeux de l'un d'eux reconnaissent le Seigneur en cet inconnu et ouvrent leurs yeux.
L'abondance vécue avec Jésus n'a-t-elle pas laissé sa marque en eux? Fait de ce chemin de nourriture un chemin connu? Connu et pourtant nouveau à chaque fois, à découvrir neuf chaque matin, ne sachant où il va mener, répondant seulement à la voix de celui qui se tient là et les interpelle. Leur demande à manger. Ils lui offrent leurs bras, simplement, et c'est lui qui les nourrira. Son feu qui les réchauffera. Comme seule réchauffe la joie de le reconnaître là.
Merci sr Véronique, quelle méditation magnifique!

Par Audrey 12 janvier 2018 à 7 h 05 Répondre à ce commentaire

Chère Audrey, il y a quelque temps que je n'ai pas lu les commentaires et je me "précipite" pour voir s'il y en a un de vous : de tout cœur, je souhaite que cette nouvelle année vous soit belle et remplie de joie et que vos commentaires continuent à illuminer la communauté des internautes !
merci

Par Lyonyx 12 janvier 2018 à 23 h 25

Un grand merci et une très belle année à vous aussi, Lyonyx! Une très belle année à tous, marcheurs de la Bible au long des jours! Un bonheur quotidien.

Par Audrey 13 janvier 2018 à 9 h 38

« Confiance »
-Merci chère sœur, Merci de nous rappeler combien nous pouvons avoir confiance; Le Sauveur ne nous Abandonnera jamais!
Ne baissons pas les yeux. Il est là à nous observer. Regardons le, écoutons le, Il nous conseille.
C’est si bon d’avancer sous la couverture de Sa Parole!
Amen!

Par Bernard 12 janvier 2018 à 6 h 49 Répondre à ce commentaire

Ils sont nombreux ceux dans ce texte, qui sont prêts à donner de leur personne pour nourrir ceux qui voudront manger des poissons qu'ils espèrent pêcher.
Le contexte est particulier, les disciples n'ont encore reçu le Saint Esprit. Ils comptent sur leurs propres forces. Ils sortent bredouille après une nuit d'efforts.
Et voila qu'ils s'entendent appeler "Les enfants" c est quelqu'un qui leur demande de quoi manger! On voit déjà un double aspect de Jesus ressuscité, çelui qui a faim et qui incarne l'image du pauvre et çelui qui suscite une vocation auprès de ses créatures faisant entendre la voix du Père.
Les voila invités à entrer dans la confiance et à tourner leur regard et se mettre en présence de Çelui qui les appelle. Ils entrent dans Sa grâce et sont alors couverts de ses merveilles, l'abondance et la surabondance de poissons et de Vie leur apparaît sous la forme de la réalité!
Jean n'a qu'un réflexe, sa louange et sa reconnaissance de qui est l'auteur de la VIE en abondance, pour s'écrier: "c est le Seigneur"!

Par Facchini 15 janvier 2017 à 14 h 15 Répondre à ce commentaire

"C'est le Seigneur !"

Et nous, Seigneur, est-ce que nous Te reconnaissons?

Seigneur apprends-nous à Te connaître et à Te reconnaître. Nous avons confiance en Toi!

Exerce notre regard à la Lumière de Ton AMOUR infini!
Amen

Par MARIE 14 janvier 2017 à 15 h 04 Répondre à ce commentaire

En relisant bien ce texte mon esprit peut-être trop "malin" se pose quelques questions : Jesus dit de jeter le filet à un endroit précis, à droite de la barque. Mais de Pierre et sa bande on sait juste qu'il jette leur filet, mais à droite ou à gauche?
Si ce sont des enfants, comme les appelle Jesus, sont-ils vraiment de ceux qui savent distinguer leur droite de leur gauche?
La pêche est-elle aussi miraculeuse quel que soit le côté de la barque où on jette le filet? Encore faut-il jeter le filet! Comme un pavé dans la marre?!...
Moi je ne sais pas pêcher, je n'ai pas appris. Ce n'est pas mon métier. Je sais juste barboter, comme un canard boiteux...

Par & 14 janvier 2017 à 10 h 28 Répondre à ce commentaire

&, vous me redonnez le sourire, moi non plus je ne sais pas pêcher mais plutôt pécher !!!!
De plus, je suis ambidextre, alors.....droite ou gauche....et je suis de petite taille, je suis restée une enfant ou je suis une vieille femme redevenue enfant?????
"Aujourd'hui je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue".....
Allez, hop, je sors jeter mes filets, je ferai peut-être des rencontres aussi en chemin..:-)

Par monette 14 janvier 2017 à 14 h 38

La présence de Jésus dans nos vies se reconnaît à la vie pleine qu'elle procure ("vous aurez des mesures secouées, tassées, débordantes"). Si je crois à l'abondance de la vie avec Jésus, c'est une forte motivation à me laisser guider .Suivre le Christ, c'est à dire s'engager dans le monde pour le bien , entraine à une abondance de douleurs, mais aussi de joies.
J'ai aussi pensé que les Pères de l'Eglise qui ont choisi les textes composant les Evangiles, longtemps après les évènements, ont retenu les plus significatifs, en éliminant tout ce qui relevait de la fantaisie imaginative, du goût du merveilleux.
Donc, la question est : est ce que je crois assez au sens de ce qui est rappporté pour surmonter ma peur et le mettre en application dans ma vie ?

Par Antoinette 14 janvier 2017 à 9 h 06 Répondre à ce commentaire

Comment reconnaître Jésus? Ce n'est pas à leurs yeux que les disciples doivent se fier. Cet homme, sur le rivage, ne leur est pas familier. Pourtant la conversation s'engage et, à sa voix, ils obéissent. Ce commandement, ils l'ont déjà reçu. Le filet plein, ils l'ont déjà vu. Le poisson, antique symbole de vie et de fécondité, parle entre les mains de Jésus, dit la vie donnée là où elle semblait absente, impossible. Ce poisson qu'en Luc il mange avec eux, Ressuscité. Ce poisson et ce pain qu'il leur a ici préparés, que bientôt avec lui, ils vont partager.

N'est-ce pas dans l'abondance et le don que Jésus toujours se fait connaître, se donne à connaître? A cette vie qui surgit en soi et qui s'offre au bout de la douleur, de l'angoisse. A cette porte qui s'ouvre, comme ses bras en croix, au fond de nos impasses. A cette joie qui jaillit à donner, comme lui. A se donner.

Apprendre à voir. Il me semble que c'est à cela que Jésus toujours invite. A le voir, à voir avec lui le monde qui nous entoure. A nous offrir comme lui, pour qu'à travers nous se donne sa vie.

Par Audrey 14 janvier 2017 à 7 h 37 Répondre à ce commentaire

C'est vrai, avant de donner, il est nécessaire d'apprendre à voir : quel est le besoin de l'autre ? J'ai beaucoup donné à tors et à travers, pour satisfaire MON besoin (de paraître généreuse, d'être une bienfaitrice pour faire des autres mes obligés...). Ainsi j'ai fait plus de mal que de bien. Je dois me rappeler que le Christ attend toujours notre demande : "Que veux-tu que je fasse pour toi ?" Croire que c''est au bout de la douleur et de l'angoisse qu'une vie nouvelle, bloquée jusque là, peut surgir en moi...

Par Antoinette 15 janvier 2017 à 8 h 22
voir tous les commentaires