Abraham

« Marche en ma présence. » Genèse 17,1

La vocation d'Abram

Genèse 12, 6-9

Abram traversa le pays jusqu’au lieu nommé Sichem, au chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays.
Le Seigneur apparut à Abram et dit : « À ta descendance je donnerai ce pays. » Et là, Abram bâtit un autel au Seigneur qui lui était apparu.
De là, il se rendit dans la montagne, à l’est de Béthel, et il planta sa tente, ayant Béthel à l’ouest, et Aï à l’est.
Là, il bâtit un autel au Seigneur et il invoqua le nom du Seigneur.
Puis, de campement en campement, Abram s’en alla vers le Néguev.

Méditation

précédente suivante

Va, quitte, sors, pour devenir un vivant et un croyant.

Va-t-en de ton pays et de ta parenté et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir pour que je fasse de toi une grande nation et que je te bénisse…
Telle est la promesse initiale. La promesse fondamentale. Non partir, non un pays, ni même une descendance. Mais une bénédiction.
Partir pour être béni. Partir, quitter, se séparer. Se séparer, comme en genèse 1, 28 où l’humanité est bénie en Adam qui quitte son père et sa mère pour s’attacher à sa femme…
Oui, il faut quitter. Mais non comme une sorte d’éloge d’une radicalité possiblement inhumaine. Car c’est de se séparer de ce retient vers la non-vie dont il est question. Il faut pouvoir perdre ce que l’on croit trop vite à soi, pour soi, « la maison de son père », sa terre, son clan. C’est de s’ouvrir à du manque qui rend possible un avenir inédit.
Alors Abram est sorti, comme son père Tèrakh était parti. Il est parti avec les siens, Saraï son épouse et Lot, son neveu. Il est sorti. Naissance à la vie, naissance à la liberté.
Comme un autre, tout au bout de la Bible, Lazare sortira du tombeau « Lazare dehors ».* Nouvelle naissance. Sortir pour être béni par une parole qui nous veut du bien. Le Seigneur n’avait pas donné de direction à ce voyage. Mais Abram lui prend bien une direction, celle qu’avait prise son père, Tèrakh, sans pouvoir l’atteindre : le pays de Canaan. Dieu est là, au côté de celui, de celui qui se risque à quitter sa terre de servitude intérieure. Abram poursuit son voyage, vers le sud et il s’arrête, dans un entre-deux : entre Bethel à l’ouest, « la maison de Dieu », et Aï, « la ruine » à l’est.
Entre-deux, entre la vie et la mort, entre la nouveauté et la destruction. Et là il invoque, pour la première fois, le nom de son Seigneur. Une relation intime, neuve, commence dans ce voyage de campement en campement. Tel celui de chacune de nos existences où le Christ nous offre son amitié.

* Évangile selon saint Jean, chapitre 11, verset 43
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

84 commentaires

Soeur Veronique : Avec joie, j'ai reçu la grâce de la réflexion qu'il fait sur la parole de Dieu, qui a sans aucun doute touché de nombreux cœurs, la vie de beaucoup, ma vie concrète. Je veux garder certaines de ses expressions qui ont profondément touché ma vie et je dois continuer à les approfondir:
"Partir pour être béni". Partir, quitter sa terre, son clan, c’est de s’ouvrir à du manque qui rend possible un avenir inédit.
" Naissance à la vie, naissance à la liberté."
"Nouvelle naissance". "Sortir pour être béni par une parole qui nous veut du bien." "Le Seigneur n’avait pas donné de direction à ce voyage. Mais Abram lui prend bien une direction... Dieu est là, au côté de celui, de celui qui se risque à quitter sa terre de servitude intérieure." Une relation intime, neuve, commence dans ce voyage de campement en campement." Merci de cette belle refletion!

Par Parra Cecilia 23 août 2017 à 15 h 22 Répondre à ce commentaire

Merci pour votre belle méditation qui me parle personnellement!
moi qui, il me semble, suis trop attachée à ma famille, mes enfants! un peu comme une possession! une obligation!
Mon Dieu, aidez-moi à me détacher de tout ce qui ne me met pas en route avec toi, et qui ne me fait pas faire ta volonté!
Chantal

Par chantal 23 juin 2017 à 20 h 26 Répondre à ce commentaire

une trés belle incitation à méditer sur la séparation de l'ancien vers le nouveau et une trés belle image de la promesse de Dieu loué soit tu Seigneur

Par louange 20 juin 2017 à 20 h 36 Répondre à ce commentaire

Trop d'attachement nous éloigne de l'essentiel ...Et Dieu le créateur c'est ce qu'il y a de bon pour chacun de nous ...Oui Seigneur, je veux devenir une vivante une croyante je m'abandonne entre tes mains fait de moi ce qu'il te plaira ... Amen !!! Merci pour cette Méditation si riche !!!

Par honoré marie-noëlle 15 juin 2017 à 6 h 43 Répondre à ce commentaire

Bonsoir Sœur !
Je n'ai pas osé quitter par peur, par crainte, ... du mode vie des parents.... que sais-je seul DIEU a la réponse, pourtant.....
Je ne comprends pas : "l'humanité est bénie en Adam qui quitte son père et sa mère..." qui sont ses parents ?
En tout cas, quitter pour bâtir pour ouvrir une bonne école de la vie sur le regard de DIEU est une bénédiction.
Bonne route à vous les religieux, religieuses, missionnaires.... qui nous aidez à bien comprendre la parole du Seigneur.

Par Corneille 14 juin 2017 à 23 h 43 Répondre à ce commentaire

c'est bien la 1° fois que je lis qu'Adam quitte son père et sa mère...

Par carton 13 juin 2017 à 22 h 47 Répondre à ce commentaire

Terakh est le père d'Abram . C'est un lapsus lingui

Par Chelmi 14 juin 2017 à 7 h 56

Bonsoir sœur Véronique , et à vous toutes et tous .
Je suis une internaute passionnée de Marche dans la bible , depuis plusieurs années,
toujours là en silence , mais ce soir , cette méditation a une résonnance toute particulière.
Le pape François vient d'appeler le père Xavier Malle pour être l'évêque que nous attendions pour le diocèse de Gap et Embrun. dans les Hautes-Alpes (05) Il a dit OUi , il a quitté , paroisse, amis , famille, région du Nord , pour nos belles alpes du sud . Et dimanche ,il a été ordonné évêque ,a été oint , a été béni par le Seigneur . Nous sommes dans l'action de grâces . ( vous pouvez revoir la cérémonie sur you tube ) .
Une pensée spéciale pour Brig dont j'apprécie la foi , la confiance en Dieu et le courage
dans la maladie. et un fraternel salut à toutes et tous . MERCI à tous . Paulette

Par Paulette 05 13 juin 2017 à 22 h 39 Répondre à ce commentaire

Votre méditation tombe à pic sur l'entre-deux de mon déménagement; distant de quelques centaines de mètres. Ce mouvement est donc BENI de Dieu ! Il faut aussi préciser que l'Eglise se trouve à mi chemin.
A vrai dire, ce déménagement est un peu forcé, car séparation oblige ! Même pas très loin, je n'ai pas envie de faire des cartons, de replonger dans les vêtements d'enfants à trier, de ranger les photos et les souvenirs qui me maintiennent tant bien que mal en équilibre depuis sept ans ! Mais il faut partir, il n'y a pas d'autres choix possibles !
Ce départ est donc béni de Dieu ! Cela me fait penser à tous ces migrants qui sont partis de chez eux, au risque de leur vie, pour un futur meilleur ! Alors sur leur chemin d'exile, ils sont aussi bénis de Dieu !
ça fait du bien de croire, et vous donnez envie de croire à cette bénédiction ! Merci.

Par Joseph 13 juin 2017 à 21 h 17 Répondre à ce commentaire

Partir, quitter son pays, vivre l'exil, voulu ou imposé selon les circonstances de la vie, ce n'est pas chose facile. Dieu dit pars, sors, quitte tous ceux que tu aimes. Ceux qui ont vécu ce départ, cet exil, savent ce que ça coûte. Toute notre vie est faite de départs; tous les jours on recommence.
Dans ce texte brillamment médité; merci soeur Véronique; mis à part Adam qui quitte ses parents...
Ce qu'il faut retenir, c'est que Dieu nous pousse à sortir de nous-mêmes, à quitter tout ce qui nous empêche d'avancer sur le chemin qui nous mène à Lui. Sortir de ses idées toutes faites, quitter tout ce qui nous alourdit, qui nous retient prisonniers de nos défauts, de notre égoïsme, qui nous emprisonne...sortir, vivre, enfin.
Partir, sortir à la rencontre du frère, quitter son confort pour lui venir en aide, c'est ce qui libère, qui nous donne la vie, comme sait la donner Dieu avec abondance.
Nous avons tous un coin d'Ur en Chaldée à quitter pour avancer vers la Terre Promise sous la bénédiction de Dieu. Dieu est toujours là, à nos côtés et chaque pas que nous faisons est une victoire de la vie sur la mort. Sortir de son tombeau, vivre pleinement sa vie. Renaître sous le regard bienveillant de Dieu. Par le baptême nous sommes devenus ses enfants légitimes et non des esclaves, frères et soeurs du Christ, enfants de la Grâce.

Par Marie Jeanne 13 juin 2017 à 19 h 46 Répondre à ce commentaire

Bonsoir Marie Jeanne,
j'aime vous lire,comme vous dite si bien,on arrive, on repart, et on recommence, oui notre vie et ainsi faite,est j'apprécie beaucoup,est encore plus chaque jour qui passe en douceur, je vous embrasse moi aussi bien fraternellement je m'unie a vous par la prière

Par Brig 13 juin 2017 à 22 h 20

Chère Marie Jeanne,
Admirable, cette manière d'assumer tous ces départs, ces déracinements, et d'y voir une victoire sur la mort. La mort à soi-même pour davantage de vie, tu en sais quelque chose.
Comme par hasard (mais il n'y a pas de hasard, il n'y a que des clins d'œil de Dieu), notre chère Brig te répond avec la même sérénité née du courage le plus résolu, même à travers les pires souffrances.
Soyez bénies toutes deux !

Par Bernard (Bruxelles) 13 juin 2017 à 22 h 42

Quitter sa terre de servitude intérieure... Oui, quitter ses habitudes, le train-train de sa vie, qui nous enferme dans un certain égoïsme, pour au contraire partir, quitter, s'ouvrir aux autres, et trouver Dieu... C'est le chemin emprunté par Abram, c'est ce même chemin que nous suivons, quand nous mettons nos pas dans les traces de ceux de Jésus. Merci Sœur Véronique de nous le rappeler!

Par Mamoune 13 juin 2017 à 19 h 25 Répondre à ce commentaire

Abram à écouté avec attention la voix de Dieu, les ordres de Dieu les invitations
Savons -nous écouter Dieu et son fils jésus christ! La plus grande aventure que nous puissions vivre, commencera à l'instant
même où nous dirons oui à l'appel que Dieu nous adresse
Aujourd'hui, Dieu nous demande rien de plus que de l'écouter, de croire en sa parole et d'agir
Même si je ne distingue pas toujours la route devant Dieu, lui sait,il établit mon itinéraires, pour me mener vers cette terre promise, vers un monde meilleur, beaucoup de chose peuve me faire peur,mais si l'on connaît le seigneur, s'il guide nos choix, rien n'est impossible, car je ne vie pas dans le passé, mais je me souvient du passé. .
seigneur aide moi a vivre en chrétienne disciple de jésus, c'est chercher Dieu en vérité, pour suivre ma mission que tu ma donné
en acceptant mieux les moments présent est vivre pleinement dans l'obéissance de t'on amour. ..soyez tous bénis

Par Brig 13 juin 2017 à 19 h 05 Répondre à ce commentaire

Chère Brig, chère petite soeur, que j'aime ta confiance, ta foi indéfectible malgré la maladie, les épreuves, tes moments de doute, tu repars toujours d'un bon pas, confiante en l'amour de Dieu.
Sois bénie.

Je t'embrasse affectueusement

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 13 juin 2017 à 20 h 00

C'est seulement ce jour que je découvre votre retour merci mille fois mercis
Une question quand Abram devient il Abraham et a quell occasion. ? UDP avec tous
Anne du v

Par Anne du v 13 juin 2017 à 18 h 29 Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé ce texte et son commentaire par Soeur Véronique !
SORTIR - QUITTER SA TERRE DE SERVITUDE INTERIEURE, NAÎTRE, faire CONFIANCE, ...et INVOQUER le NOM du Seigneur !!!!!
J'aime particulièrement le parallèlle avec Lazarre !

MERCI Véronique et toute l'équipe ! Marie-France .

Par Marie-France MARTIRE 13 juin 2017 à 17 h 57 Répondre à ce commentaire

"/.../ voyage de campement en campement.
Tel celui de chacune de nos existences où le Christ nous offre son amitié."
Je reprends les dernières paroles de votre méditation, chère sœur Véronique Margron, en vous remerciant.

Seigneur, tu nous places sur des chemins qui nous demandent des efforts, que nous ne comprenons pas toujours, mais sous Ton regard et avec la force de Ton ESPRIT saint nous ne craignons rien! Merci!

Par MARIE 13 juin 2017 à 11 h 28 Répondre à ce commentaire

"/.../ voyage de campement en campement.
Tel celui de chacune de nos existences où le Christ nous offre son amitié."
Je reprends les dernières paroles de votre méditation, chère sœur Véronique Margron, en vous remerciant.

Seigneur, tu nous placessur des chemins qui nous demandent des efforts, que nous ne comprenons pas toujours, mais sous Ton regard et avec la force de Ton ESPRIT saint nous ne craignons rien! Merci!

Par MARIE 13 juin 2017 à 11 h 28 Répondre à ce commentaire

en Marche avec Confiance

j’espère que notre président marche pour son peuple pour la France

Dieu lui a donner L'intelligence ! qu'il l'emploie au service de L'humanité

je te prie Seigneur avec tous les internautes

Par albatre 13 juin 2017 à 9 h 08 Répondre à ce commentaire

Que ce soit une distraction ou un lapsus, l'évocation des parents d'Adam pose en fait de manière très pertinente la question de l'évolution. Il est évident qu'en prenant la Bible au pied de la lettre, on entérine des comportements incestueux, Ève étant obligée, dans ce cas, de s'unir à son fils Caïn (puisque Abel aura été tué entre-temps) pour engendrer la suite de l'humanité.
Plus scientifiquement, il a bien fallu qu'au bout d'une hominisation très progressive de nos plus lointains ancêtres simiesques, la conscience prenne forme pour permettre le dialogue de l'homme et de la femme avec Dieu (comme la Bible en fait état dans son langage très imagé), et cette conscience a dû se manifester dans plusieurs couples pré-hominidés pour éviter que les premières générations humaines soient constituées par des incestes successifs. Cela n'empêche nullement de croire dans le geste créateur de Dieu, concevant de toute éternité ces prises de conscience à partir de la glaise terrestre, c'est-à-dire tout le terreau de l'évolution qui prépare cet aboutissement, symbolisé par le souffle de l'Esprit déployant sa force vitale. En acceptant ce cheminement de la conscience humaine issue de l'instinct animal, on renoue avec la dignité de toute la création, et on comprend toute l'aberration du non-respect des animaux, hélas manifesté par tant de religions, y compris la nôtre, avec ces sacrifices sanglants et ces mauvais traitements qui nous déshonorent.

Par Bernard (Bruxelles) 12 juin 2017 à 22 h 50 Répondre à ce commentaire

Bonsoir cher Bernard, tout à fait d'accord avec toi et ce, depuis longtemps à propos de ce qui est écrit dans la Bible.
Le Créateur, dans sa grande bonté, avant de créer l'homme, a créé un environnement hospitalier :
Il fit pousser du sol des arbres de toutes sortes; et l'arbre de la connaissance du bien et du mal; il forma de la terre tous les animaux, tous faits de la même glaise; et laissa la liberté à Adam de leur donner un nom.
Adam ne dit pas qu'il a quitté ses parents, mais il reconnaît en Eve, celle qui est
l'os de ses os et la chair de sa chair et que l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair. C'est comme ça que je comprends ce verset. (genèse 2,24.)

Se soir, je me suis mise bien tard à mon ordinateur : sortie tardive de Thaïs à cause de la chaleur,
arrosage du jardin...
Bonne et douce nuit, petit frère.

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 12 juin 2017 à 23 h 57

du temps de la préhistoire les hommes et femmes changeaient de partenaires sans se soucier s'ils étaient parents ou non. l'inceste n'existait pas pour eux.. il y a pas mal d'années déjà j'ai lu un livre, dont je ne me souviens plus du titre, où un couple stable se formait . ils étaient vraiment partenaires et n'admettaient pas que les autres hommes ou femmes désirent leur conjoint, ce qui amenait des heurts dans la tribu.

Par louison 13 juin 2017 à 21 h 32

Merci pour votre commentaire, Louison. Sans vouloir épiloguer, il faut tout de même souligner que, par définition, la préhistoire est la période précédant les témoignages écrits, et que les affirmations que vous rapportez sont de l'ordre de l'hypothèse ou du roman. Bien amicalement à vous.

Par Bernard (Bruxelles) 13 juin 2017 à 22 h 07

" Va, quitte, sors....
"Va-t-en de ton pays et de ta parenté et de la maison de ton père..."
....
Nous sommes partis à deux... le lendemain de Pâques ... c'était dans les années 50, une "année sainte " !... que voulez-vous qui nous arrivent de mal dans ce nouveau pays, dans cette aventure du mariage... 12 déménagements ... quatre enfants. Nous "croquions" la vie.. chaque jour nous fondions un monde nouveau, nous étions heureux dans notre pauvreté. Puis un jour... un de nos enfants (7 ans)... a été appelé sans préavis... sur l'autre rive ...?
Il y eut un "avant " et un "après"... le ciel c'est assombri, nous nous sommes "serré les coudes", nous avons tenu bon , sans oublier pour autant....
Il avait choisi le nom de Pierre pour prénom de confirmation ?...
Je ne vous ai pas dit....mais dès le départ nous avions considéré que le mariage était une aventure à deux ...
...
Malheureusement ma compagne m'a quitté, après 61 ans de vie commune, mais... là ou elle est... dans les mains de Dieu elle m'aide à comprendre avec l'aide de l'Esprit... le mystère de la vie éternelle qui nous a été promise et chaque jour je la rejoint dans le partage de l'eucharistie, car pour moi, avec ma foi de "charbonnier"... c'est cela la communion des saints...et nous dialoguons !!!
Vous avez tous compris que je n'étais pas théologien...
CQFD...

Par breizh 12 juin 2017 à 22 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci pour votre beau témoignage, cher Breizh, comme vous je ressens fortement le lien qui nous unit tous avec tous ceux que nous aimons avec lesquels nous pouvons dialoguer et qui sont comme nous dans l'AMOUR infini du Père.

Que le Seigneur donne à chacun de nous la force d'avancer sous son regard! Amen

Par MARIE 13 juin 2017 à 17 h 57

Cette journée m'incite à « relire ». J'ai revu « La tentation et la chute (Genèse 3.1-24) ».
J'ai relevé à plusieurs reprises les termes « Homme et Femme ».
Au verset 20 j'ai pu lire « Adam appela sa femme Ève, car elle devait être la mère de tous les vivants. »
Avant « La tentation et la chute » ils étaient « Homme et Femme » après ils sont « Adam et Ève ».
Aujourd'hui je ne comprends pas, mais demain, ou un autre jour peut-être.
Ou peut-être, qu'il ne faut pas comprendre et avoir confiance.
C'est toujours une grande joie d'être parmi vous.
Merci, à tous pour tout.

Par Camille 12 juin 2017 à 21 h 06 Répondre à ce commentaire

Je suis très étonnée d'apprendre qu'Adam avait des parents..........Pourriez-vous éclaircir cette affirmation?Merci.

Par Devos Colette 12 juin 2017 à 20 h 55 Répondre à ce commentaire

@ Anne Frabolot, j'aimerais savoir si vous avez de la famille en Bretagne? Si oui, faites moi signe, amicalement.
Aujourd'hui, je trouve difficile pour moi (et pour combien d'autres, je le constate), oui difficile de sortir, de tout laisser, nos soucis, nos détresses physiques ou morales et aller de l'avant, alors que nous sommes confrontés aux épreuves, quelque soit
notre âge.
Mais, savoir que Dieu nous accompagne sur notre chemin, sans cesse, sans se lasser de revenir nous relever, c'est un grand soutien pour avancer malgré tout, garder espoir et confiance que demain sera meilleur.
Quand on est au fond, dans les ténèbres, on ne peut que remonter vers la lumière, croyez-moi, je sais que c'est très dur, chacun porte sa croix, mais sortir de soi et regarder autour de soi permet d'alléger notre fardeau, en pensant à tous nos frères qui souffrent. En union, sur le chemin, ensemble.

Par monette 12 juin 2017 à 20 h 16 Répondre à ce commentaire

Chère Monette, je suis heureuse de te retrouver. Je t'avais laissé un message au mois d'Avril dans Retraite de Carême, ainsi qu'à certains d'entre vous : Audrey, Bernard... mais, hélas, les trois derniers jours, tous mes messages sont partis en spam.
J'ai bien regretté.

Bon courage Monette, je t'embrasse

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 13 juin 2017 à 20 h 12

Marie-Jeanne, je t'avais également laissé un message, qui n'a pas apparu.
Je suis heureuse de marcher de nouveau ensemble !
Je t'embrasse,
Monette

Par monette 14 juin 2017 à 10 h 03

Faut-il se creuser la tête au sujet des père et mère d'Adam ? J'y vois simplement une distraction monumentale sans doute mais qui ne vaut pas la peine d'être creusée dans un complexe biblique.


Oui, sœur Véronique, tout homme est tendu vers "l'inaccessible étoile" et cela ne va pas sans déchirement, sans arrachement à soi-même : la recherche de l'Absolu est exigeante. Comme vous le dites, "une relation intime, neuve, commence dans ce voyage de campement en campement" avec le Christ comme compagnon ... Mais tous n'en sont pas là et il est des situations sans issue où l'homme est écrasé, obligé de fuir, exilé, vivant dans l'angoisse abyssale d'un lendemain incertain et tenté d'en finir. Le commentaire de FRABOLOT ANNE (14 h 19) nous fait entrevoir cette face dramatique de certaines vies.
Malgré tout, je veux garder le même pseudo, voulant croire malgré tout, qu'Il sera avec nous jusqu'à la fin des siècles comme Il l'a promis.

Par Esperanza 12 juin 2017 à 18 h 27 Répondre à ce commentaire

Bonjour, Esperanza !... et quelques ami(e)s,

j'ai trouvé, près d'Atar, en Mauritanie, un fossile âgé de 1.250.000.000 d'années.
C'est un stromatolithe. Il y en a pas mal, là-bas.
Cela ressemble à une petite tartelette de moisissures pétrifiées, accrochées au caillou.

Ce sont des bactéries qui vivaient sans l'oxygène.
C'est la première forme de vie organisée connue sur la terre.
Ce fossile est semblable aux premiers exemplaires répertoriés,
qui sont vieux de plus de 3.500.000.000 d'années, d'Australie et d'Afrique du Sud.

Pour moi, Adam, c'est l'image que l'homme s'est élaborée
pour pouvoir évoquer le projet incroyable de Dieu.
Quand je regarde ce caillou, qui ne quitte jamais mon bureau,
je suis émerveillé par le mystère de la Création,
au milieu de laquelle je vis et dont je fais partie aujourd'hui.

Bonne soirée, à vous, et à chacun de nous.

Par Paul (Belgique) 12 juin 2017 à 18 h 51

Merci beaucoup Paul, de nous partager votre découverte.
Il y a vraiment de quoi s'émerveiller devant la Création, comme je vous comprends !
Encore merci à vous et bonne nuit, vraiment :-)

Par monette 12 juin 2017 à 20 h 47

Bonne journée, Monette !
Comme à chacun de nous.

Par Paul (Belgique) 13 juin 2017 à 8 h 03

P. Griolet — Fleurus

Frappe à ma porte,
Toi qui viens me déranger.
Frappe à ma porte,
Tu viens me ressusciter.

R/ Je ne sais ni le jour ni l’heure,
Mais je sais que c’est toi, Seigneur.

Frappe à ma porte
Tout le vent de ton Esprit.
Frappe à ma porte
Le cri de tous mes frères.

Frappe à ma porte
Le cri de tes affamés.
Frappe à ma porte
La chaîne du prisonnier.

Frappe à ma porte,
Toi, la misère du monde.
Frappe à ma porte
Le Dieu de toute ma joie.

Par Hymne 12 juin 2017 à 18 h 21 Répondre à ce commentaire

Bonjour, Sœur Véronique.

« … Sortir pour être béni par une parole qui nous veut du bien… »

Sortir de mes conforts pour laisser le germe de vie grandir en moi.
Quelle vie ? Celle à laquelle le Père nous invite depuis toujours,
chacun de nous, depuis l’origine du monde.
Il lui en fallu du temps, pour cela…
... plus que le temps pour un potier de fabriquer Adam… ;-)

Cette vie ne peut pas grandir en nous tous seuls.
Son Royaume est un arbre étrange dont les branches grandissent en nous et entre nous.
Là où les plus modestes moineaux
pourront, eux aussi peut-être, y trouver la fraîcheur et la sécurité dont ils ont besoin.

Le Père me demande de quitter mes théories pour avancer en terre inconnue, parfois.
Dans un silence qui ne me répercutera plus l’écho de mes combats intérieurs
et de mes bien fragiles certitudes.
Mais dans un silence, où enfin, je pourrai aller à la rencontre de ce germe.

Et même lui parler. Incroyable ! Parler à Dieu !
Ce germe s’adresse à mon esprit et à mon cœur !
Parler à un Dieu qui nous a donné la faculté de nous adresser à Lui !
Personnellement.

Ce germe n’est pas seulement une croyance à propos de moi.
Le Fils du Père est venu nous le révéler, à chacun de nous !
A chacun de nous, là où nous sommes vraiment.
Il est le germe vivant.
Il est le Germe qui a franchi la mort.
Comme pour tout germe qui désire porter du fruit.
C’est – entre autres - pour cela qu’il est le Premier.
Qu’Il est la vraie Vie.

Bonne fin de journée, chers amis.

Par Paul (Belgique) 12 juin 2017 à 18 h 15 Répondre à ce commentaire

QUOI ? Adam avait des parents ?? cela fait sursauter !!! Quoi on nous aurait caché cela ?? ?
Merci soeur Véronique de nous faire réagir, d'essayer de nous faire partir, partir de nous mêmes
Oh ! que c'est difficile de sortir, de quitter le cocon....
Seigneur aides nous !
Seigneur donnes nous les forces nécessaires pour cela...
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 12 juin 2017 à 16 h 05 Répondre à ce commentaire

"Oui, il faut quitter. Mais non comme une sorte d’éloge d’une radicalité possiblement inhumaine.
Car c’est de se séparer de ce qui retient vers la non-vie dont il est question. (...) s’ouvrir à du manque qui rend possible un avenir inédit."

Vos lumières me font toujours du bien sr Véronique M. !... Ravie de vous retrouver sur ce site :-) Merciiiiii !

Par Nad 12 juin 2017 à 15 h 52 Répondre à ce commentaire

Une petite surprise : Adam a quitté son père et sa mère pour s'attacher à sa femme Eve ,
Pour moi Adam créé par le Père à partir de la glaise, comme d'ailleurs sa femme Eve tirée de son coté, n'avait point de parents .
Tout évolue . A 90 ans on s'instruit encore .
Merci pour le texte .

Par POQUILLON .Marc 12 juin 2017 à 15 h 01 Répondre à ce commentaire

Pour moi j'ai été surprise comme vous. Je vous suis entièrement. Je viens de relire le verset 1.27 " Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il les créa. Il les créa homme et femme.
1.28 Dieu les bénit et leur dit: Soyez féconds et multipliez vous, remplissez la terre et soumettez-là. Soyez les maîtres des poissons de la mer des oiseaux du ciel et tous les animaux qui vont et viennent sur la terre.
Il n'y a en aucun cas ce que nous dit Sœur Véronique. Je pense qu'elle c'est trompé avec le verset.2.24
quand Dieu a eu crée Eve 2.22 et a 2.23 l'homme dit alors cette fois-ci Voilà l'os de mes os et la chair de ma chair! On l'appellera femme "Ishsha" "elle qui fut tirée de l'homme "Ish"
et a 2.24 a cause de cela l'homme quittera son père et sa mère il s'attachera à sa femme et tous deux ne feront qu'un.. L'homme et non Adam. Je pense qu'elle pensait à Abram

Par BASTIDE 12 juin 2017 à 16 h 26

Sœur Véronique veut probablement parler de "l'Adam" en tant qu'humain en général. Mais comme d'autres, si je comprends le fond de la méditation, qui n'est pas sans intérêt, je trouve la forme peu claire. "Car c’est de se séparer de ce retient vers la non-vie dont il est question..." : problème de syntaxe... ou de relecture.

Par Xphoros 12 juin 2017 à 16 h 30

un triste texte et pas facile à comprendre..

Par frabolot anne 12 juin 2017 à 14 h 19 Répondre à ce commentaire

Récemment nous nous arrêtions par quelques versets autour de Noé avec le déluge et la nature, sa famille. Aujourd'hui nous avons ce personnage emblématique. Abraham le père de croyant. Nous sommes encore dans du mouvement : "traverser le pays, se rendre dans la montagne Ouest Est, aller vers...) de campement en campement vers Néguev". Une mission, une destinée, un projet, un plan, un but. Doit on insister sur l'importance de la marche d'ou le titre de l'étude biblique "marche dans la bible". A cette époque les moyens de locomotion peut être rudimentaire à nos yeux : (les pieds, des chameaux peut être, chevaux ? âne ?). Quelle est la signification de la marche ? Promesse encore de Dieu, y a t il une condition pour faire sa promesse. Je crois que Dieu prend plaisir à voir Abraham lui obéir son serviteur. Dans ma connaissance biblique (connaissance du caté) je sais que lorsque Dieu appela Abraham il avait déjà ici un certain âge. Son age ici n'est pas mentionné :une certitude " A ta descendance, je donnerai ce pays" En quelques mots tout est dit est résumé. Rendre l'honneur qui est dû à Dieu "lui construire un autel". L'élever à la grandeur à la hauteur de son nom. Dans la montagne il planta sa tente : lieu élevé. Bénédiction, quitter, quitter son père et sa mère pour fonder sa famille. Savoir se détacher pour entrer dans plan de Dieu. Sortir, voyage. Se risquer.Relation intime. Notre existence sous le regard d Dieu: une bénédiction

Par LONGCHAMPS 12 juin 2017 à 12 h 49 Répondre à ce commentaire

On sent que c'est une analyse intellectuelle. Pas de vécu, pas de véritable compréhension du sujet que vous traitez. Çà n'aboutit à rien sinon à éloigner davantage de la sanctification. Attention. Il faut des messages qui conduisent à Dieu.
Une chrétienne silencieuse

Par Foix 12 juin 2017 à 12 h 09 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je ne comprends pas votre commentaire... cette méditation donne à réfléchir fondamentalement, à mon sens.
Cordialement
Blandine

Par Blandine 12 juin 2017 à 12 h 45

Partir pour être béni, perdre le connu et oser la rencontre nouvelle pour s'ouvrir à un manque, au nouveau. La seule direction donnée: Je serai avec toi. Partir c'est mourir un peu, mourir au connu, entrer dans l'angoisse et l'insatisfaction. Jésus a entamé sa vie publique après trente ans auprès de Marie. Il s'agit de partir à point. Le fils prodigue aussi est parti un peu tôt, mais il est revenu vers son père, transformé. ''Rien ne sert de courir, il faut partir à point''

Par magdalena 12 juin 2017 à 11 h 01 Répondre à ce commentaire

c'est une bonne chose que les gens ,comme marc ,lisent et disent s'ils ne comprennent pas . Ce n'est pas comme trop souvent pour le plaisir de critiquer .mais il est vrai que c'est de l'intellectualisme pur ..Moi non plus je ne parviens pas a ce niveau de compréhension ...........quand aux parents d'Adam et Eve ???????,,,,,,,
Nous serions plutôt entrain de vivre une période ,où le peuple a besoin de compréhension des textes ,puisque nous n'avons plus de pasteurs pour nous les expliquer en campagne .

Par lucienne vancayzeele 12 juin 2017 à 15 h 34

Pensez aux vieux. C'est très bien, mais le son n'est pas assez fort. Bravo Jean

Par Père Jean Moriaud 12 juin 2017 à 10 h 42 Répondre à ce commentaire

Et Abraham partit sans savoir où il allait, ce qui prouve qu'il était dans la bonne direction (Jean DEBRUYNNE) Il avait, comme nomade, peut-être bien fait un itinéraire ? En tout cas, je me suis sentie Abraham ou bien Saraï ( elle était bien avec), cette semaine Un programme tranquille en EHPAD, : finir un grand texte de traduction! Eh bien le Seigneur m'a envoyé, lundi : mon frère et ma belle sœur, dix minutes de préavis, mercredi, mes deux cousines Elidie et Elfriede, sans préavis aucun, et dimanche ma conseur Marie Rose: au moins une question, samedi : J'aimerais tant de voir : M.R. est affectée d'un double deuil .... . Pas de commentaire ...sinon celui de Marek HALTER : "Et c'est quand même la Bible qui a raison !" Belle journée d'été, à vous, sœurs et frères internautes. Gaby

Par Gaby 12 juin 2017 à 10 h 15 Répondre à ce commentaire

Comme c'est difficile de se mettre en route, et une fois le chemin emprunté, que
d'obstacles ?
Continuer n'est pas facile, se recroqueviller est tentant, se laisser aller à la déprime, à la désespérance est un piège de chaque jour, qui trop souvent prend le dessus.... alors où est la grâce dans ces moments là ? Où est ce Dieu qui se cache, qui se tait, qui nous laisse parfois si seul, si abandonné devant ce mal qui ravage notre monde ?
Ma grâce te suffit, dit il a Paul ? Quelle rudesse et quelle douleur quand on ne cerne pas bien cette lumière, quand cette obscurité envahit le cœur tant la réalité rattrape...
Comment oublier ces horreurs passées et présentes ? Comment être serein face aux monstruosités ? Comment ne pas être en questionnement permanent face à l'injustice et aux victimes innocentes ? Je ne sais pas.

Par Blandine 12 juin 2017 à 9 h 54 Répondre à ce commentaire

Un voyage..un recommencement ...c'est bien d'une rupture qu"il s'agit, sortir de soi , de sa routine pour aller vers l'inconnu, le nouveau . Creer l'homme nouveau qui saura accueillir la parole et trouver une terre nouvelle , terre feconde ou lagraine germera et donnera du ble , le ble pour faire le pain à partager pour la benediction celeste .Merci Seigneur de nous faire cette promesse d'un monde meilleur ,d'une Alliance Divine et regenerescente A nous de nous mettre en marche vers ce destin nouveau §

Par buchin domi 12 juin 2017 à 9 h 41 Répondre à ce commentaire

émotion de recevoir ce matin la parole de V Margron ,parole qui aide à mettre en marche ...
résonance politique de circonstance ;;
comme c'est difficile de trouver le chemin , le sentier , entre Bethel , la maison de Dieu, et "Ai", la ruine !!
ne pas , ne plus , se fourvoyer dans les ornières, malgré le brouillard ..
au niveau personnel je veux dire ......
"il faut pouvoir perdre " .... c(est peut être ça le secret ...

Par Brun Anne Marie 12 juin 2017 à 9 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci ! Merci pour cette homelie vitaminée ????????C'est une belle mise en route vers la vie active ! Une jolie prière ???????? un rdv heureux vers notre Dieu et une explication éclairée face aux séparations douloureuses et parfois nécessaires pour avancer dans la lumière et laisser à l'autre : la liberté d'aimer , de construire et de vivre sans l'entrave d'un amour opprimant ,sclérosant et non adapté à l'envol spirituel et la réalisation d'une vocation religieuse ou la consécration d'un projet personnel et lumineux . Merci pour cette appréhension des écritures qui nous conforte et nous explique simplement et joliment le plan de Dieu ,le don de Dieu ,l'Amour de Dieu !

Par Mazzoni Marie-Isabelle 12 juin 2017 à 9 h 27 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Véronique pour le partage de votre Don, une voix qui m'aide à descendre dans la profondeur de mon Cœur pour écouter ce que me dit Le Seigneur par Son Esprit , Il me confirme ce que j'ai entendu il y à 40 ans et qui m'a séduit pour Le suivre......Merci

Par bruna maniezzo 12 juin 2017 à 9 h 26 Répondre à ce commentaire

Je croyais que les parents d'ADAM était DIEU Lui-même !

Par SUTTERLIN 12 juin 2017 à 9 h 03 Répondre à ce commentaire

"Va, vers le pays que je te montrerai...tu deviendras une bénédiction", cette promesse encourage à la confiance envers ce Dieu qui nous demande de chercher " le pays" qui procurera le bonheur de vivre...ce "pays" n'est-ce pas celui où règne davantage de paix, de justice, de fraternité? quand nous créons par nos paroles et nos actes plus de bonheur autour de nous, alors nous devenons "bénédiction" pour les autres, non? cette demande d'aller...nous rend curieux ...et nous fait chercher et trouver les ressources en nous pour écrire une belle page de vie...Joie d'un bonheur simple , de cette simplicité dont parle Mère Teresa:"Ne vous imaginez pas que l'Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire. Ce dont on a besoin, c'est de continuer à aimer.."

Par Emma 12 juin 2017 à 8 h 43 Répondre à ce commentaire

Partir c'est s'ouvrir aux autres et main dans la main aller vers Dieu

Par GARCIA Marie Cosuelo 12 juin 2017 à 8 h 29 Répondre à ce commentaire

" Va, quitte, sors, pour devenir vivant et un croyant. "

C'est aussi, Se sortir de soi-même, pour offrir à l'autre,
La Parole du Christ, qu'il nous enseigne dans les Evangiles.

Par Florine 12 juin 2017 à 8 h 14 Répondre à ce commentaire

Quitter!
Quitter le pays où j'avais construit ma famille . Ce pays où j'avais cru être bénie en m'unissant à l'homme de ma vie , sous le regard de Dieu . Mais maintenant il me faut quitter la douleur , la souffrance !
Oui , je comprends bien , que même si les larmes viennent encore , il n'est pas bon de s'apitoyer sur son sort. Il me faut trouver l'élan vital pour accepter, décider , et marcher vers cette terre inconnue : ce que je vais Être à nouveau .
Comment se diriger , comment choisir une nouvelle voie alors que j'arrive à l'automne de ma vie ?
Comment entendre la douce Voix intérieure de l'Esprit de Vie qui me parle si je continue à me répandre en douloureux sanglots ?
L'humanité est si faible ! Où est la force de se relever ?
MERCI Soeur Véronique pour vos écrits qui m'ont éclairée, au milieu de ma tempête .
Comment se procurer "libres traversées de l'Evangile " qui est apparemment épuisé ?

Par Nicole.B 12 juin 2017 à 8 h 11 Répondre à ce commentaire

merci merci ce texte m'aide en ce matin ,où le courage n'était pas au RV !(Je suis paralysée )je vais décider que le Seigneur me donne sa force,que les réfugiés à travers le monde sont bien plus en souffrance que moi !La vie est un combat ! ..Mais tant qu'on a sa tête ,une maison ,un mari parfait (ou presque !) Mon projet pour ce jour ? écrire aux petits enfants, 24 aller au chapelet et vous remercier de m'inviter à la Prière Très unie à vous

Par de 12 juin 2017 à 7 h 45 Répondre à ce commentaire

Quel n'est pas mon étonnement en commençant à lire votre commentaire que vous débutez par une traduction habituelle et totalement inexacte parce que ignorant le "lek leka" hébraïque, càd ces 2 premiers "mots" prononcés par Dieu à Abram et qui donnent une toute autre orientation à ce qui suit. Ces "mots" signifient "va, va vers toi" vers le pays que je te montrerai ...

Par Pierre Thiran 12 juin 2017 à 7 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci ! Oui : "partir", ""quitter" et non fuir, en gardant ses attachements dont il est si difficile de se détacher car on se les cache (durs à démasquer !)

Par Sowa 12 juin 2017 à 7 h 40 Répondre à ce commentaire

Je ne trouve pas dans Genèse 1, 8 qu'Adam quitte son père et sa mère... Et c'est logique.
Manque-t-il un bout de phrase pour faire le lien avec Abram ? Merci pour cette méditation, Gré

Par Gré 12 juin 2017 à 7 h 17 Répondre à ce commentaire

Ce pays vers lequel est parti Abram est lié, depuis la 1ère parole que lui y adresse Dieu, à ce qui fait mal. Cette descendance à qui il sera donné, et dont le manque est sa souffrance. Ce pays, marqué par la malédiction, l'esclavage, celle de Canaan, condamné à être esclave de ses frères, est le lieu où va se déployer la bénédiction de Dieu, où, avec Dieu, Abram va se libérer de ses fers. Sa "terre de servitude intérieure", c'est dans cette intimité avec Dieu dont vous parlez si bien, Sr Véronique, en regardant avec Lui ce qui lui fait si mal, qu'elle deviendra terre de sa liberté véritable. Sortir de cette "non-vie" où le retient sa douleur, où nous retient notre douleur, c'est s'avancer dans ce pays, l'envisager avec Dieu, le lui offrir. Ne devient-elle pas Sienne, cette terre, à chaque fois qu'Abram lui y bâti un autel? Marquée concrètement par sa présence, sa Vie, par la promesse qui porte Abram en avant de vie donnée où elle lui paraît pourtant impossible. Pas vers Dieu, pas avec Dieu, à chaque fois.
Mais peut-être ce voyage a-t-il commencé bien avant qu'Abram entende la voix de Dieu. Ce manque auquel s'ouvrir "rend possible un avenir inédit", n'était-il pas là, en Abram, depuis toujours? De manière diffuse, sans qu'il puisse le nommer, mais qui gardait son cœur en alerte, ouvert, son cœur où un jour est entré la Parole. Et ce manque alors de faire sens, ce manque qu'il ne pouvait définir, nommer, a maintenant un nom, qu'il invoque. Celui qui se vit,et donne vie.
Merci

Par Audrey 12 juin 2017 à 7 h 05 Répondre à ce commentaire

CFC — CNPL

Un jour nouveau commence,
Un jour reçu de toi,
Père,
Nous l’avons remis d’avance
En tes mains tel qu’il sera.

Émerveillés ensemble,
Émerveillés de toi,
Père,
Nous n’avons pour seule offrande
Que l’accueil de ton amour.

Marqués du goût de vivre,
Du goût de vivre en toi,
Père,
Nous n’avons pas d’autres vivres
Que la faim du pain rompu.

Comment chanter ta grâce,
Comment chanter pour toi,
Père,
Si nos cœurs ne veulent battre
De l’espoir du Corps entier ?

Le jour nouveau se lève
Le jour connu de toi,
Père ;
Que ton Fils dans l’homme achève
La victoire de la croix !

Par Hymne 12 juin 2017 à 5 h 43 Répondre à ce commentaire

12/06/17
MERCI POUR CE BEAU TEXTE
Que signifie pour moi partir, et où ?
MERCI pour une réponse claire
J ai 74 ans cette année un triple régime :: SANS GLUTEN,SAN LACTOSE, SANS SUCRE,
UNE ARYTHMIE ET DE L HYPERTENSION, UNE FAIBLESSE DES SPHINCTERS,
M est il demander de partir et où dans ces conditions
Je suis en cumul emploi retraite, je rembourse un plan BDF depuis 6 ans
Que signifie " PARTIR pour moi dans ces conditions "?
Je serais une charge pour des inconnus

Merci pour votre réponse et votre prière pour moi

Par BICK Christian 12 juin 2017 à 5 h 29 Répondre à ce commentaire

Partir n'est pas forcément physique. C'est partir à la recherche de notre Dieu miséricordieux, partir puiser au fond de soi cette force qui nous manque pour vivre pleinement. Se contenter de chaque jour qui passe et ne retenir que les moments de joie. C'est très facile à dire je le sais, mais à travers nos épreuves on oublie trop souvent qu'Il est là pour nous tendre la main et nous donner la force de nous relever. Partir s'ouvrir à LUI. Je prierai pour vous.

Par Marilou 12 juin 2017 à 8 h 18

Tout d'abord quel courage te donne le Seigneur ! Gloire à Son Nom Très Saint ! Partir, c'est d'abord la sortie de "soi" pour se tourner vers Jésus Sauveur et peut être accepté d'être aidé par le prochain que le Seigneur met sur notre route. Pas toujours facile, mais je sais une chose : " Ma grâce te suffit : ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » Je n’hésiterai donc pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort." 2 Corinthiens 12, 9.
Sortie de soi, chemin vers le prochain, chemin vers Dieu. Bonne route avec le Christ Jésus et je prie avec toi et pour toi.

Par Joséfa 12 juin 2017 à 10 h 44

Je cherche à connaitre ma mission , ce que dieu attend de moi en vain , pas de réponse.
Depuis quelques années déjà , il a mis la main sur moi, il fait des choses merveilleuses et extraordinaires dans ma vie. Plus je suis décriée et dénigrée , plus les grâces ont abondées..
Je sais que je n'en suis pas digne, pas plus que les autres, mais je suis aimée de dieu , je le sais par contre je souhaiterais tant avoir la grâce du discernement , entendre la voie du seigneur, comprendre enfin ce qu'il attend de moi.. Je fais des expériences inattendues et surprenantes, j'ai essayé de demander de l'aide mais rien n'y fais . J'attends toujours des reponses ,qoui faire? comment , par quoi commencer ? HELP!

Par mijot 24 mai 2016 à 21 h 43 Répondre à ce commentaire

Mijot,
Excusez-moi, je viens de découvrir que le texte de la Parole, même lorsqu'il n'y a pas de méditation, sont accessibles et invitent des commentaires.

Votre mission est peut-être de prier pour l'humanité, de rendre grâce à Dieu pour les merveilles qu'il fait en vous et dans l'univers tout entier. Pensez à Charles de Foucault qui, dans son désert, parmi les nomades, s'est toujours demander qu'elle était sa mission. Il est décédé sans l'avoir découverte, mais il l'a magnifiquement remplie tout simplement en accueillait ce que le Seigneur lui demandait. Il a marcher dans la foi et l'abandon.

Je me suis moi-même posé cette question. Le Seigneur a eu pitié de moi, il a calmé mon interrogation en me disant, un jour : "Ce que je te demande, c'est de prier pour le milieu là où je t'ai plantée." Cela m'a amenée à redevenir la "petite" à qui Dieu demandait la confiance et l'abandon. Courage, et soyez dans la paix, le Seigneur vous parlera plus clairement si c'est sa volonté, de la façon et au moment choisi par lui. Je vous porte dans ma prière.

Par Micheline (Canada) 31 mai 2016 à 14 h 53

Si le seigneur pouvait parler aussi clairement qu;à Abraham

Par Mijot 24 mai 2016 à 21 h 21 Répondre à ce commentaire

Pourquoi Dieu a-t-il promis à Abram un pays qui appartenait aux cananéens? Question que l'actualité israélo-palestinenne
rend brûlante aujourd'hui.

Par Hubert 24 mai 2016 à 11 h 52 Répondre à ce commentaire

B
J'ai pu les préparer au fil des ans pour leur communion et comfirmation et puis petit à petit ils s'en sont ècartés même mes propres enfants . Ils sont adultes et ont fondé de belles-familles , les enfants font du scoutisme mais en venant me voir dimanche ils étaient étonnés que je récitait le chapelet ( que j'ai arrêté pour les recevoir ) je prie bcp et pour tous , qui sonttrèsgénéreuxdans leur vie !j'aurais voulu leur transmettre une vie plus chrètienne . Mais si je veux aller à Taizé il y en a un pour me conduire et même rester avec moi sans que je lui demande car ilsy vont depuis petits .

Par Denis 24 mai 2016 à 14 h 54

Je voudrai en savoir plus

Par czescik 24 mai 2016 à 11 h 46 Répondre à ce commentaire

Écouter et suivre la voix du christ bon pasteur, ma vocation, et me laisser conduire par toi mon Dieu, dans ta grande miséricorde. Toi Abram modèle, de vocation, de foi,de confiance, avec l'aide de Dieu, on peut y aller, on y arrivera.

Par brig 24 mai 2016 à 9 h 53 Répondre à ce commentaire

à chaque étape , Abram prend le temps de faire un pause et de prier pour écouter le Seigneur. Que l'Esprit Saint nous aide à en faire autant dans nos vies .

Par Nicole 24 mai 2016 à 9 h 44 Répondre à ce commentaire

Bonjour je m'excuse de vous écrire ici mais je me suis inscrite à Marche dans ma ville vous m'avez confirmé mon inscription mais je n'ai rien reçu depuis le début qui devait être le 14 mai merci de pouvoir résoudre ce problème.

Par de Loynes Monique 24 mai 2016 à 7 h 51 Répondre à ce commentaire

Bonjour ! Même chose pour moi. Je me suis inscrite et j'ai reçu la confirmation de mon inscription, mais je n'ai encore rien reçu depuis le 16 mai ...
Je me suis réinscrite 2 fois, mais sans succès !
Il me faut aller sur Google pour lire les méditations et commentaires ... C'est une bien longue marche ! J'espère que notre cri d'appel sera entendu aujourd'hui ... Merci !

Par Bergeron 24 mai 2016 à 11 h 17

pour la première fois j'avais rejoint les dominicains pour le carême 2017, et à nouveau je me suis inscrite à marche dans la bible. Comme vous, je croyais ne rien recevoir les premières fois et peut-être avez vous le même problème que moi. Je suis sur gmail et pour avoir accès à marche dans la Bible je dois cliquer à chaque fois sur une case en haut des messages où il est noté " vous avez 1 promotion". Bonne journée .

Par louison 12 juin 2017 à 11 h 24

Dieu parle, et Abraham répond. Il répond en actes, comme Noé avant lui. Et son acte premier, à lui aussi, est de louer. Mais là où Noé, "le cultivateur", s'installait et plantait, Abraham, le nomade, se remet en chemin et ne plante, lui, que sa tente.

Et Abraham parle au Seigneur. Nouvelle étape, nouvel autel, dans la montagne, plus près de Dieu. A la promesse, lointaine, de Dieu, Abraham répond en question, en appel, en supplique à Dieu d'éclairer son chemin.
Et de campement en campement, Abraham avance. Guidé par Dieu, pas à pas. Avec Dieu, à chaque pas.

Et finalement peut-être est-ce bien là le choix qui sans cesse se propose à tout homme: marcher seul, n'écoutant que lui-même, ou marcher avec Dieu. Peu importe alors le chemin, ses détours, ses méandres. Dans la sueur, les larmes ou à pas de danse, le marcheur avance. Confié, remis à Dieu, son chemin va vers Dieu. Il va à Dieu.

Ce monde usé naît à neuf chaque matin. Dans l'aube grise, mon corps est encore engourdi par la nuit, meurtri du fardeau, voûté sous son poids. Mes pieds, parfois si lourds, sont de nouveau au bord du chemin. Guide-les, je t'en prie, Seigneur, pour qu'aujourd'hui ils avancent à ta voix. Pour qu'aujourd'hui, un peu plus, j'aille vers toi. Pour qu'aujourd'hui, je marche avec toi.

Par Audrey 24 mai 2016 à 6 h 36 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey pour ce commentaire, que vous me permettrez de partager aujourd'hui, où mon corps se fait lourd, tout comme vous , mais où mon Ame loue le Seigneur pour les petites grâces accordées au quotidien.
ce passage de la Bible me donne une indication pour en parler en catéchèse avec mes jeunes.
Union de Prières

Par Michèle 24 mai 2016 à 11 h 50

HEUREUSE de vous retrouver Audrey - MERCI de votre commentaire, moi aussi le matin mes pieds sont lourds au démarrage tant physiquement que spirituellement mais après un certain temps de "tangage" je me réjouis à la perspective de LE rejoindre et d'ouvrir grand mon cœur et ma maison aux autres et avancer pas à pas !

Par lulu 24 mai 2016 à 15 h 08

Grand merci à toutes deux! Et très heureuse d'être en route avec vous tous!
A l'aube grise de ce matin répond l'or du jour qui descend. Le poids est toujours là, mais il a changé. S'y est ajouté celui de la journée, qui fut longue, mais il s'est aussi chargé de paix. Curieuse charge que celle-là, de celles qui font le dos plus droit, qui vous font redresser et lever les yeux sur demain.

Un sourire du cœur en merci, Seigneur. Une prière qui monte dans la lumière qui décroît.
La route de demain nous appelle déjà.

Par Audrey 24 mai 2016 à 21 h 04
voir tous les commentaires