Abraham

« Marche en ma présence. » Genèse 17,1

Le départ d'Abram

Genèse 12, 1-5

Le Seigneur dit à Abram : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction.
Je bénirai ceux qui te béniront ; celui qui te maudira, je le réprouverai. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. »
Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth s’en alla avec lui. Abram avait soixante-quinze ans lorsqu’il sortit de Harane.
Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth, tous les biens qu’ils avaient acquis, et les personnes dont ils s’étaient entourés à Harane ; ils se mirent en route pour Canaan et ils arrivèrent dans ce pays.

Méditation

précédente suivante

L’appel s’entend dans la réponse

Tout commence par un appel ! Un appel qui peut toucher tout le monde, même à soixante-quinze ans, avec une famille nombreuse, des neveux, des nièces et des troupeaux ! Nous avons trop l’idée qu’il faudrait partir seul, on peut partir en groupe ! Et il n’est même pas nécessaire de savoir où l’on va : seul l’appel est important.
Abraham répond à une parole, il ne fuit pas. Va, quitte ton pays, ta parenté, la maison de ton père, pour le pays que je te montrerai. Tout devient relatif, secondaire pour lui, au point qu’il n’a plus d’autre demeure que cette parole qui l’a descellé, déséquilibré, mis en route. Abraham fait confiance et s’appuie sur une promesse qui lui communique son dynamisme, son espérance, son horizon.
Par sa démarche, Abraham engage plus que lui-même : il devient le père des croyants. Il engendre une multitude d’hommes et de femmes comme nous, qui se mettent en route sans autre évidence que la parole qui les aimante. C’est par son mouvement qu’Abraham témoigne de la foi qui l’habite.
Car ce mouvement n’a pas d’autre explication, pas d’autre raison d’être que l’appel entendu et accueilli.
Une parole l’affecte, Abraham est devenu différent au point de paraître étrange, pour tous les autres : un étranger. Et pourtant, nous pouvons nous reconnaître tous en lui. Dans son mouvement d’adhésion à la foi, il devient certes singulier, mais il l’est comme un prototype, comme un modèle à imiter. Abraham est un authentique patriarche, une figure tutélaire en laquelle tous les croyants peuvent se reconnaître.
Qui n’a jamais ressenti qu’une parole l’avait rendu différent ? Et peut-on être chrétien sans se mettre en mouvement, habité par une parole qui devient comme son nouveau pays, son seul et véritable lieu d’enracinement ?
Un Dieu a parlé et « l’appel s’entend dans la réponse ».

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

85 commentaires

merci

Par Dr.Thaddée 24 août 2017 à 12 h 03 Répondre à ce commentaire

L'appel en groupe c'est possible ? Aujourd'hui nous sommes tellement individualiste ... Même dans une famille chacun fait son chemin car peu de personnes ont la grâce de croire ....

Par Christine Cayuela Reynaud 12 juin 2017 à 7 h 58 Répondre à ce commentaire

"Va vers le pays que je te montrerai...Tu deviendras une bénédiction": la conséquence de la confiance en Dieu, est que nous devenons une "bénédiction" pour les autres! quel encouragement alors à oser dire "oui"! à croire que Dieu veut pour nous le bonheur! n'est-ce pas une promesse de bonheur indiquée ici? Quel est donc ce "pays" que Dieu veut nous monter aujourd'hui?
sans doute un pays où règne plus de paix, davantage de fraternité, de justice? et quand nos paroles et nos actes encouragent la paix, plutôt que la médisance...quand nous luttons pour plus d'accueil envers les délaissés... nous devenons en quelque sorte une "bénédiction"... et cette conséquence de bonheur ensemble incite à croire Celui qui nous envoie!...
Qu'il est bon de se laisser interroger par cette demande:" Va vers le pays que je te montrerai"!
Ces demandes ne sont pas lettres mortes...elles rendent curieux et ouvrent à un désir profond de construire , là où nous sommes, une vie meilleure! non pas plus luxueuse, mais meilleure! où il fait bon respirer...

Par Emma 12 juin 2017 à 7 h 55 Répondre à ce commentaire

Je t'appelle,

je t'appelle a me suivre,
je t'appelle à me vivre,
tu me cherches dans ta vie,
mais c'est moi qui te choisis.

j'ai besoin de toi,
pour toucher le coeur des hommes,
il me faut ta voix,
pour annoncer ma parole.

j'ai besoin de toi,
pour semer dans la lumière,
il me faut tes bras,
pour ensemencer la terre.

J'ai besoin de toi,
pour chanter Bonne nouvelle,
il me faut ton coeur,
pour que l'amour étincelle. .....

Par brig 11 juin 2017 à 21 h 34 Répondre à ce commentaire

Comment dans nos vies si encombrées peut-on discerner les appels qui mènent à la vraie vie ?

Par Jeanine Raynal 11 juin 2017 à 11 h 45 Répondre à ce commentaire

D. Hameline — Unidisc

Nous t’acclamons, Seigneur !
Pour l’homme et son travail,
Tout l’univers est son partage,
Nous t’acclamons, Seigneur ! Nous t’acclamons !

Louange à toi, Jésus !
En toi, ressuscité,
Les hommes naissent à la vie,
Louange à toi, Jésus ! Louange à toi !

Gloire à l’Esprit de Dieu !
L’Église est son haut-lieu
Où nous rassemble la prière,
Gloire à l’Esprit de Dieu ! Gloire à l’Esprit !

Louange au Dieu vivant !
Au Père par le Fils
En l’Esprit Saint qui nous rend frères,
Louange au Dieu vivant ! Louange à Dieu !

Par Hymne 11 juin 2017 à 11 h 22 Répondre à ce commentaire

Tout est bénédiction dans les paroles de Dieu à Abram. Elle est l'essence même de l'appel auquel il répond : Dieu le bénira, fera de lui une bénédiction, et par lui seront bénis ceux qui, le recevant, la partageront. Et pourtant la terre vers laquelle Abram et les siens se mettent en route est marquée par la malédiction, celle de Noé sur son petit-fils, Canaan, dont le père "vit la nudité" de Noé, enivré (Gn 9,22).
"La malédiction dans la Bible ne constitue pas seulement la mise à l'écart d'un être ou d'un lieu, elle signale un rendez-vous à venir. Là où la vie n'a pas été honorée, là où les signes de la malédiction restent sensibles, il faudra un jour revenir pour que la vie reprenne ses droits et que la bénédiction puisse enfin faire une brèche," écrit fr. Ph. Lefebvre (Ce que dit la Bible sur le vin).
Abram part vers ce pays de Canaan, le réprouvé, le maudit, et c'est toute une dynamique de bénédiction qui s'enclenche là. N'en est-il pas ainsi de nos propres départs? Répondant à l'appel de Dieu, celui-ci ne nous entraîne-t-il pas vers tous les lieux de notre histoire marqués par la 'malédiction'? Ces lieux difficiles, tourmentés de notre vie, ces moments douloureux, dont la terre de notre chair est marquée, pour que la vie y coule à nouveau. Dieu envoie Abram vers ce pays, mais pas seul: pour y marcher avec Lui, et y faire jaillir, déborder, Sa vie. "Je ferai", "je bénirai", "je rendrai"- Dieu le dit: il y sera activement présent. Ainsi partons-nous vers tous nos Canaan.

Par Audrey 11 juin 2017 à 7 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey pour ce commentaire lumineux. C'est tellement vrai que Dieu vient nous bénir dans ces lieux de nous même qui sont marqués par la malédiction. Et Il y fait pousser des fleurs magnifiques!
Merci aussi pour les précisions bibliques qui donnent envie d'aller se replonger dans la Parole. Belle journée à vous!

Par Isabelle J 11 juin 2017 à 7 h 55

Abraham a répondu à un appel divin. D'où la fécondité de la vie qui a suivi. Nous, les croyants et croyantes du XXIe siècle, nous pouvons parler d'Abraham comme de notre père dans la foi.
Sa mission à notre égard continue. Nous pouvons lui parler de la foi aujourd'hui, comment elle est vécue ou oubliée. Prions les uns pour les autres pour que notre foi grandisse et devienne contagieuse,

Par Carignan MARGUERITE 8 novembre 2016 à 1 h 59 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette parole,ma question est celle ci: Dieu a accompli sa promesse dans la même terre(pays) qu,il avait dit à Abraham d,y aller? Je besoin vraiment de votre reponse.

Par GLOIRE A DIEU 12 septembre 2016 à 8 h 28 Répondre à ce commentaire

Merci Marie, ma soeur, pour ce beau commentaire et les autres !
Oui, l'appel s'entend dans la réponse...
C'est une jolie manière de le définir.
Je t'embrasse très affectueusement,
Anne, ta soeur Anne

Par Soeur Anne 11 juillet 2016 à 10 h 13 Répondre à ce commentaire

Salut ma Sœur !
L'appel se fait à n'importe quel âge, alors ne rejetons pas nos aînés, ce sont eux qui nous servent d'exemple par leur témoignage, leur vécu, sans pour cela rester sur place, il faut aller plus loin comme ABRAHAM, et garder foi en le SEIGNEUR,
seul notre Maître et guide.
Seigneur, permets que nous entendions déjà ton appel et aides-nous à le mettre en pratique.

Par Colette 29 juin 2016 à 22 h 29 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette vivante méditation qui nous interpelle tous. Oui, Abraham est notre grand père dans la foi. Suite à l'appel de Dieu , il a tout quitté pour aller sur la terre promise. Il est un idéal pour nous à suivre. Que le Seigneur nous aide à marcher dans les pas d'Abraham .

Par Augustine Latey 28 mai 2016 à 1 h 13 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Marie pour cette belle méditation plein de sens. Je suis présentement à un tournant de ma vie et je sais que la décision que je vais prendre va blesser beaucoup de mes proches et c'est cela qui me fait hésiter. Et aussi, puis-je briser une promesse faite il y a bientôt 36 ans ? Cela aussi me fait hésiter, mais je me sens comme un imposteur dans ma propre vie. J'ai du mal à comprendre.
Pourriez vous prier pour moi afin que la Seigneur m'éclaire?
Lyne

Par Lyne 26 mai 2016 à 13 h 09 Répondre à ce commentaire

Ce texte me rappelle, l'Évangile d'hier et l'appel de Jésus dans la parabole du jeune homme riche (cf. Évangile du lundi 23 mai 2016). Depuis notre père Abraham jusqu'à nos jours. Suivre le Christ ou répondre à l'appel de Dieu est de lui faire confiance et de tout abandonner... C'est toute la difficulté de vivre dans la société de consommation et suivre le Christ. Seigneur, donne nous la force de résister à la tentation de cette société de consommation et accorde nous la grâce de chercher les biens éternels et non la vie éphémère que nous propose la société de consommation. Donne nous la force de te faire confiance comme Abraham et de dépasser les doutes du jeune homme riche car personne ne peut dire objectivement ce qu'il recevra en héritage, c'est seulement la confiance en ta parole Jésus et l'espérance que nous aurons la vie que Tu nous promets avec tout ce qu'elle comporte de doutes...

Par Gilles 25 mai 2016 à 8 h 39 Répondre à ce commentaire

Oui "tout quitter pour te suivre"...tout commença par des ennuis de santé alors que j'étais responsable d'une troupe de théâtre pour jeunes. Arrêter me semblait impossible mais j'ai dû m'y résoudre.. Ce fût très dur mais quelques mois plus tard le prêtre de la paroisse est venu me demander pour être catéchiste...même si j'étais pratiquante je ne savais si j'étais capable de cela mais j'ai accepté et merveille c'est alors, avec et grâce aux enfants , que ma vie a pris un grand tournant !
J'ai reçu un merveilleux cadeau celui de découvrir enfin celui que je priais...Père, Fils et Esprit !
Ce que le Seigneur attendait :que je transmette aux jeunes Sa Bonne Nouvelle . Quelle joie !
Laudato Si O me Signore !

Par MGD 24 mai 2016 à 22 h 49 Répondre à ce commentaire

Deux point me frappent: se mettre en route et la parole qui devient "enracinement".

En route je me suis mise,tout d'abord lorsque jeune fille, j'ai voulu partir, quitter mes parents, ma famille, mês amis mon entourage pour aller faire mes études à Paris.
Je me suis aussi mise en route, lorsque en épousant un allemand, je suis débarquée dans un pays et un horizon avec lequels je n'avais jamais revé.De cela il fait déjà 35 ans!

Au cours de ces années, la parole de Dieu a comencé a avoir pour moi tout un autre sens et ainsi, je me suis petit á petit enraciné dans la foi, qui me soutient, apuyé sur le Seigneur qui donne le sens et la force à ma vie.

Merci Seigneur pour Ton aide au cours de tous ces défis.

Dora 24 mai 2016 19H

Par DORA CONSTAIN RÜCKERT 24 mai 2016 à 19 h 02 Répondre à ce commentaire

Oh il faut dire à PAULINE de lire calmement c'est honteux

Par Beauchet 24 mai 2016 à 14 h 27 Répondre à ce commentaire

Oh il faut dire â Beauchet d'ècrire avec de l'amour au fond du coeur et peut-etre consulter un spécialiste pour ?
Amicalement

Par Micheline 24 mai 2016 à 14 h 42

Oh il faut dire â Beauchet d'ècrire avec de l'amour au fond du coeur et peut-etre consulter un spécialiste pour ?
Amicalement

Par Micheline 24 mai 2016 à 14 h 43

A Beauchet et à Micheline,

Si nous avons des remarques à exprimer, pourquoi ne pas les rendre plus acceptables en les saupoudrant de gentillesse ? Une façon d'agrémenter notre vie et de nous voir en tant que membres d'une communautés de sœurs et de frères.

Par Marie-Thérèse L. 24 mai 2016 à 18 h 06

Samedi je reviens d'un souper il est tard et en chemin de retour je me trompe de chemin ,de cette erreur j'arrive directement a un endroit l'Alliance ,et là j'ai l'impression d'avoir une reponse ,car j'avais demander a Dieu en mars Seigneur serais-ce bon pour moi d'aller passer un week-end là -bas?Abraham a tout quitter sans hesiter ,se questionner ,verifier et moi ?

Par Claire loranger 24 mai 2016 à 13 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle médita

Par Gru Maryvonne 24 mai 2016 à 9 h 59 Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup. N'avoir plus que cette parole pour chemin. La laisser vivre, l'inviter à nous surprendre, se laisser conduire vers l'inconnu de l'amour

Par brigitte 24 mai 2016 à 8 h 48 Répondre à ce commentaire

Merci ma soeur pour ce beau commentaire.
En effet par Abraham Dieu s'adresse à nous ses descendants.
Il s'adresse aussi à moi par Jésus son fils bien-aimé qui est le chemin de la vérité et de la vie.
Nous avons tout pour nous mettre en route comme le dit le chant "prends la route sort de chez toi la vie t'appelle va devant toi ouvre les yeux tu rencontreras le seigneur qui marche auprès de toi...
Alors prenons la route en famille ou seul même si l'entourage nous trouve bizarre avec de la persévérance eux aussi pourrons entendre Sa voix, s'Il le veut! Seigneur permet nous de t'entendre, que nous n'ayons pas peur de sortir de chez nous, de nos habitudes... Merci Seigneur.

Par Marilou 24 mai 2016 à 8 h 25 Répondre à ce commentaire

Le CHRIST est le PARFAIT AMOUR , celui qui répond à son appel ne perd jamais son chemin ;
Son chemin est le seul & l'unique chemin qui nous aide à vivre dans la lumière & nous guide vers la vie éternelle .
"JE BENIRAI CEUX QUI TE BENIRONT ....
CELUI QUI TE MAUDIRA ,JE LE REPROUVERAI "
Bonne & belle journée à NOUS TOUS !!

Par Najoi 24 mai 2016 à 6 h 10 Répondre à ce commentaire

oui c'est vrai on ne peut pas rester indifférent à l'appel de Dieu c'est comme un coup de foudre , l'amour nous pousse à nous engager avec une confiance aveugle, et on se laisse guider, puis on se plait dans le service puisque Dieu nous demande d'être au service des uns aux autres.....Seigneur aide moi à être toujours disponible à ton appel !!!Merci !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 24 mai 2016 à 3 h 28 Répondre à ce commentaire

Un beau texte écrit par une jeune évangéliste


Un mot de Dieu peut tout changer

Un mot peut sembler si éphémère,
Un mot peut devenir si amer.
Un mot peut paraître si petit,
Un mot est parfois si démuni.
Oui, nos mots sont bien insuffisants
Pour exprimer ce que l'on ressent.

Mais, un mot de Dieu et tout est clair,
Un mot de Dieu et l'on espère.
Un mot de Dieu nous paraît si beau,
Un mot de Dieu bannit tous nos maux.
Les mots de Dieu sont si parfaits
Pour tout expliquer, tout exprimer…

Un mot de Dieu peut tout changer,
Un mot de Dieu pour tout transformer.
Un mot de Dieu nous donne la paix,
Un mot de Dieu pour tout recommencer.
Un mot de Dieu pour parler d'amour
Les mots de Dieu sont notre secours.

Ta Parole est puissante et créatrice,
Ta Parole est éternelle et protectrice.
Ta Parole est la vie, elle est vérité,
Ta Parole est souveraine, elle est fidélité.
Oui Seigneur, dis seulement un mot
Et nos vies connaitront le renouveau.

Cette Parole pleine de grâce s'est faite chair.
Elle est le plus beau langage de notre Père.
Le plus beau "je t'aime" exprimé par Dieu
C'est bien Jésus, sauveur et roi des cieux.
Devant nous et avec toi, un avenir nouveau.
Oui Seigneur, dis seulement un mot.

Debora Perraud

Par Marjeanne 24 mai 2016 à 0 h 03 Répondre à ce commentaire

différent...........singulier..................étranger..........MERCI

Par mic 23 mai 2016 à 23 h 10 Répondre à ce commentaire

Un soir , qu'il faisait froid , j'ai pensé aux personnes dans la rue qui ne savaient où dormir "Comme cela doit être terrible" Je pensais aux nombreux demandeurs d'asile qui ne trouvaient pas de place dans des structures d'accueil de ma ville . Cela me touchait beaucoup; Quelque temps après , à une rencontre un prêtre me dit qu'il cherchait une chambre pour un personne en demande de papiers qui était dans la rue . J'ai accepté et accueilli pendant 4 ans un demandeur d'asile qui est devenu un ami. J'ai souvent pensé à ce soir où je m'étais laissée toucher par leur détresse et que j'avais vécu sans le savoir un appel et que j'y avais répondu.

Par Heinrich Denise 23 mai 2016 à 22 h 11 Répondre à ce commentaire

Quelle fraîcheur et vivacité dans la lecture de Pauline, merci.
Soeur Marie, une phrase me touche particulièrement dans votre méditation:"Abraham est devenu différent au point de paraître étrange, pour tous les autres: un étranger. Et pourtant nous pouvons nous reconnaître tous en lui."
C'est ce qui s'est passé aussi dans ma famille lorsque Dieu s'est rappelé à mon bon souvenir, les miens étaient perplexes, mais que lui arrive-t-il? J'étais si heureuse de retrouver cet élan vers Dieu que j'en étais transformée. Peut-être qu'un jour, petit à petit, cela portera du fruit, je l'espère de toute mon âme.
Union de prière!!

Par monette 23 mai 2016 à 22 h 10 Répondre à ce commentaire

C'est une très belle méditation que vous nous offrait, soeur Marie. Une parole peut en effet changer une vie. Cette parole, je l'ai entendue, alors âgée de 15 ans, par une petite soeur de l'Assomption, pendant mon catéchuménat de deux ans pour me préparer à la Confirmation. Pas de papier, pas de crayon, mais la Parole. Elle m'a fait découvrir Dieu par la Bible. C'a été une découverte qui a changé le cours de ma vie, qui m'a poussée à m'engager de plus en plus dans l'Eglise : scoutisme, J.O.C; plus tard catéchèse, équipe liturgique, funérailles pendant 23 ans, que j'ai arrêtées en fin d'année, parce que cela devenait trop lourd.
L''entourage ne comprend pas toujours cet engagement, surtout quand on vous voit vieillir . On est bien obligé de réduire un peu, mais cette Parole qui m'a saisit, qui m'a dit va ! Elle est ma raison de vivre. Tant que je pourrai faire partie au moins d'équipes liturgiques et d'approfondir toujours mes connaissances bibliques, vivre pleinement de la Parole, être à l'écoute de mes frères et soeurs, répondre chaque jour à l'appel de Dieu qui dit va ! suivre l'exemple d'Abraham, être toujours en marche, tant que Dieu me prête vie.

Par Marjeanne 23 mai 2016 à 21 h 16 Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire éclairant!
Je n'ai jamais pensé à un appel en groupe!! Je découvre et c'est rassurant!
Merci pour la douceur des mots!
Chantal

Par chantal 23 mai 2016 à 19 h 38 Répondre à ce commentaire

Un Dieu a parlé et" l'Appel s'entend dans la réponse". le jour où j'ai senti, dans une grande Paix, l'Appel de Dieu: j'ai demandé la Confirmation.. Cet appel s'entend dans le sacrement reçu et je l'espère dans ce que je vis: engagements dans le baptême des petits et dans le catéchuménat. Je suis bouleversée par cette phrase de sœur Marie Monnet qui m'aide à trouver ma place. Merci;
Lili.

Par Lili 23 mai 2016 à 19 h 24 Répondre à ce commentaire

Nous avons été appelés à 76 et 75 ans par le prêtre de notre grande paroisse pour accompagner de jeunes parents qui demandent le baptême de leur enfant de moins de 3 ans .
Nous nous sommes donc mis en chemin : 3 matinées de formation avec eux et la participation à une messe dominicale pour présenter à la communauté les futurs baptisés .
Pour nous c'est une démarche nouvelle dans notre parcours qui nous apporte beaucoup de joie .

Par DEBRAY Jaques et Agnès 23 mai 2016 à 18 h 01 Répondre à ce commentaire

Les "Airbus" et autres "Boeings" d'aujourd'hui sont remplis de petits "Ulysse" en quête d'infini et de sensations nouvelles pour faire quoi ?
Mais combien "d'Abraham" dans ces mêmes avions en quête de vérité ?

Par SAMZUN 23 mai 2016 à 18 h 00 Répondre à ce commentaire

Les premiers mots adressés par Dieu à Abram, ressemblent plus à un ordre qu’à un appel ! Mais Abram a confiance en son Dieu et c’est par un « OUI » net et sans restriction qu’il rassemble toutes ses richesses, celles qu’il porte en son cœur, sa famille en premier lieu, puis ses biens matériels. C’est un nomade, il suit le chemin que Dieu lui trace. Les paroles suivantes sont pleines de promesses et il semble qu’en s’adressant à Abram, Dieu s’adresse aussi au monde entier et à chacun de nous en particulier.
Seigneur, nous aussi nous sommes des nomades sur ce lieu de passage qu’est notre terre. Guide-nous tout au long de notre chemin vers Toi. Nous le savons, comme nos pères, nous avons des déserts à traverser, des moments de découragement et des chutes que nous n’avons pas su éviter, souviens toi de « la promesse de nous rendre sans crainte que tu à faites en faveur d’ Abraham et de sa race à jamais ,! » Seigneur, apprends-nous à dire OUI !

Par Marie-Madeleine 23 mai 2016 à 17 h 48 Répondre à ce commentaire

Etre appelé à 78 ans, qu'est-ce que cela signifie pour moi...? Continuer d'entreprendre..? Avoir de nouveaux projets.....?
Cela signifie de continuer à marcher, à créer, peindre, modeler, être attentive aux autres. Témoigner dans ce que je vis
et ce que je fais et le vivre et le faire AVEC Lui.

Par Madeleine Lesage 23 mai 2016 à 17 h 29 Répondre à ce commentaire

En écho à "l'Appel" qui s'adresse à chacun de nous, je désire vous partager cette méditation qui ne cesse de me porter :

Commence encore même si tu as déjà commencé

Commence !
Car la genèse des choses à dire, à comprendre et à aimer,
C’est aujourd’hui
Commence à la manière de Jésus, à la manière dont a commencé sa tendresse.
Commence avec tous ceux qui commencent
Commence même si tu as cent ans !
Commence. Va en avant, sors en avant de toi.
Tu te souviens : « celui qui regarde en arrière… »
Sors en avant.
Et puis persévère.

Porte, porte, porte la vie.
Sais-tu que dans le mot persévère se cache le mot sévère car, en vérité
C’est une chose grande mais rude que de persévérer pour l’homme.
Sévère et douce, douce et sévère
Tendre et exigeante telle est la vie.
Commence !
Si tu commences et persévères tu seras
Pour ceux qui viennent et vont dans la vie
Comme un jardin bien arrosé plein de fleurs et de fruits.

Va ! Commence et puis Persévère.

( Sr Myriam, Diaconesse de Reuilly)

Merci ! A sr Marie, aux frères dominicains à leur compagnonnage, et merci à vous chers marcheurs devant l'Eternel,
aujourd'hui j'emboîte vos pas :-) En union de prières

Par Nad 23 mai 2016 à 16 h 38 Répondre à ce commentaire

Je peux proclamer haut et fort mon Amour pour Notre Seigneur même si certains me trouvent bizarre!!!

Par Céron 23 mai 2016 à 16 h 26 Répondre à ce commentaire

Que de fraîcheur dans votre approche de la Parole de Dieu!
Mille mercis!
Gisèle, r.h.s.j. (Canada)

Par Gisèle Losier (Canada) 23 mai 2016 à 16 h 17 Répondre à ce commentaire

Magnifique

Par DOSSOU-HO SEWENA HYACINTHE 23 mai 2016 à 15 h 44 Répondre à ce commentaire

Merci Pauline Méreuze

Votre lecture est un vent de jeunesse et d’enthousiasme. Elle représente le goût de vivre, d’accomplir des choses. Avec mes 78 ans, cela une grande espérance dans la jeunesse, l’avenir est entre bonnes mains. Ne lâchez pas.

Par Micheline (Canada) 23 mai 2016 à 14 h 57 Répondre à ce commentaire

Samedi, j'ai eu droit à la visite de deux jeunes filles et d'une petite fille. J'ai 8o ans accomplis depuis le jour de Pentecôte. C'est un vrai bonheur d'être interpellé "grand-père" par ci, par là, par l'une ou l'autre des trois. Elles n'ont pas été onctueuses. J'ai aimé tout simplement.

J'ai aimé Entendre Pauline Méreuze. "C'est comme ça :Abraham est parti !" il me semble que je l'entends...

Sœur Marie Monnet , à 75 ans il n'est pas trop tard pour partir ? Et à 8O ans ? Encore moins me semble-t-il vous entendre. Merci.

Par Michel (occitanie) 23 mai 2016 à 16 h 30

Merci de votre réflexion venue du coeur,celle ci me rappelle ce passage d'Abraham,nouveau et vivant pour moi, Pièr

Par Pièr Favreau 23 mai 2016 à 14 h 17 Répondre à ce commentaire

Un Dieu a parlé et l'appel s'entend dans la réponse.

Qu'il est long, qu'il est loin, ton chemin papa, tu devrais t'arrêter dans ce coin...
Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père.
Et lui, passant son chemin, allait au milieu d'eux... Et partout où il passait il faisait du bien...

Par Sr Isabelle 23 mai 2016 à 14 h 00 Répondre à ce commentaire

Comment déceler Seigneur ton appel parmi tous les appels de ce monde, les uns plus tentant que les autres. Que ton Esprit m'aide à discerner ce qui relève de Toi de ce qui relève de ce monde ou de mon désir.

Par Gilles 23 mai 2016 à 13 h 51 Répondre à ce commentaire

L'appel de DIEU de notre vie est très important parce que un appel est toujours adresse à quelqu'un de la part de Dieu à nous maintenant de comprendre l'appel et le mettre en application DIEU nous bénisse

Par MAKAGNON CHRISTIANE LEA 23 mai 2016 à 13 h 14 Répondre à ce commentaire

Je suis touchée et interpelée par la réflexion qui dit que le mouvement est un appel reçu et accueilli....

Abraham et combien d'autres l'ont réussi...

Je me souhaite être témoin a ma manière

Par Cécile Breton 23 mai 2016 à 12 h 50 Répondre à ce commentaire

Merci, sœur Marie, de ce très beau texte sur l'appel. POUR MOI, L'APPEL EST QUELQUE CHOSE D'IRRÉSISTIBLE. Sa réponse exige des choses difficiles, faire des adieux, par exemple. Mais ensuite, c'est la libération.,

Par Rose-Alma 23 mai 2016 à 12 h 44 Répondre à ce commentaire

Dieu nous appelle tous à témoigner de son amour pour tous les hommes de notre terre. Jésus nous appelle à le suivre pour être des témoins de l'amour de Dieu.
Merci Seigneur pour tout l'amour que tu nous donnes.

Par Anne-Marie Duviviers 23 mai 2016 à 12 h 36 Répondre à ce commentaire

Que ta Parole, Seigneur, parle au plus profond de mon coeur pour me mettre en marche et te faire confiance car tu sais mieux que moi, Seigneur, ce qui est bon pour moi : "car se figer, c'est déjà être mort !".

Par Jean-Louis 23 mai 2016 à 11 h 53 Répondre à ce commentaire

.

Par Souffle imprevisible 23 mai 2016 à 12 h 20

La foi, rien que la foi en celui qui nous aime tant qui que nous soyons. Il nous aime tant qu'il a donné sa vie pour nous sauver. Par ta prière parle Lui, il est à ton écoute , offre lui ton corps fatigué et tes futures années . Fais lui confiance , il ne te décevra pas. Pour t'aider rapproche toi du prêtre de ta paroisse. Je vais prier pour toi. Fraternellement. Claude

Par Fr. Claude 23 mai 2016 à 11 h 46 Répondre à ce commentaire

Si notre chemin de foi, comme pour Abram, commence par un appel, si nos vies au gré de nos "oui" et de nos "non" sont de longues routes, si nous sommes en humanité des fils d'Abram devenu Abraham, nous sommes avant tout des fils adoptifs du Père, par Jésus.
Jésus, "L'homme qui marche" est le titre d'un livre de Ch. Bobin. Il n'a pas de tanière, ni où reposer sa tête. Jésus, appelé dès le sein de sa mère... Le feu de la Parole qui l'habite "Celui-ci est mon Fils bien-aimé" le pousse et l'entraîne inlassablement sur les chemins de Palestine, sans repos. Comme Abram a quitté son pays, Jésus a quitté son métier, son village, sa famille pour s'entourer d'une nouvelle famille. Abram s'est laissé conduire avec les siens, nomade errant avant de s'établir sur sa nouvelle terre. Si aller vers soi demande un renoncement, si suivre Jésus aussi demande un renoncement ("Celui qui aime son père et sa mère, son fils et sa fille plus que moi n'est pas digne de moi"), Jésus ne laisse pas ses disciples (et nous) errer. Il dit - il m'a dit - mais l'ai-je alors entendu? "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie"
Par Abram nous recevons le modèle de l'obéissance à Dieu. Si j'ai erré longtemps, si j'erre encore, c'est sans doute parce qu'avec ma foi hésitante, j'avance en renâclant, têtue comme une mule. Ou la charge de la mule paraît-elle parfois trop lourde?
Oreilles ouvertes, beaucoup de paroles de Dieu nous interpellent, s'inscrivent en nous et nous accompagnent au cours d'une vie, et elles sont d'abord en nous semences de Vie.
Mais ... il y a aussi cette parole redoutable que je garderai secrète. Si je veux suivre Jésus jusqu'au bout, tôt ou tard, comment pourrais-je échapper à la croix? Et alors ... ?
"N'ayez pas peur..."

Par elly 23 mai 2016 à 11 h 35 Répondre à ce commentaire

Ecouter et apprendre des autres, merci , Soeur Marie Mnnet , belle méditation ,

Par Giuliani Rita 23 mai 2016 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

OUI Une simple parole entendue (ou lue) au passage peut nous faire comprendre ce qui nous restait fermé et ouvrir nos yeux sur la réalité de notre démarche
C'est une expérience inoubliable

Par Le Bellec 23 mai 2016 à 11 h 05 Répondre à ce commentaire

Et lorsque l'on est agée et seule comment fait on pour faire confiance, alors qu'il faut se débattre avec un corps fatiguée et l'imcompréhension de l'entourage?

Par lang 23 mai 2016 à 11 h 04 Répondre à ce commentaire

Une parole peut nous rendre différent .... Aides nous Seigneur à être à l'écoute de la bonne parole ......rends-nous meilleur et attentif aux autres ...Les bons mots , les bonnes phrases , ne pas blesser .... savoir écouter , donner .......

Par Ninine 23 mai 2016 à 10 h 54 Répondre à ce commentaire

"Parle Seigneur, car je t'écoute, et donne-moi aussi assez de force pour te suivre jusqu'au bout de ce que tu me demandes".

Par Lucas B. 23 mai 2016 à 10 h 31 Répondre à ce commentaire

Merci Ma Soeur de nous aider à nous mettre en route

Par Pioge-Quorin 23 mai 2016 à 10 h 29 Répondre à ce commentaire

Pour Abraham la marche seul ou entouré fût certainement longue et semée d'embûches...
Aide-nous Seigneur à ne pas désespérer, à reconnaître ton Esprit dans nos vies.

Par Geneviève Dauneau 23 mai 2016 à 10 h 28 Répondre à ce commentaire

Bonjour
C'est merveilleux d'entendre de la part de religieux que l'appel n'est pas seulement reservé aux plus jeunes
Je sais de quoi je parle mais cela semble si irreel parfois
Merci pour ce que vous faites

Par Pistoresi 23 mai 2016 à 10 h 18 Répondre à ce commentaire

Oui , une bonne lecture offerte n'est pas dans la rapidité, mais dans la Présence au sein des mots , qui leur donne Sens .
Mais notre façon de parler est pleine de notre personnalité.
Merci à Pauline Méreuze de prendre le risque de déplaire alors même que son intention de partage est si généreuse !
Prions beaucoup les uns pour les autres , avec l'Amour du Christ qui nous unit.

Par Nicole B. 23 mai 2016 à 10 h 01 Répondre à ce commentaire

J'aimerai ressembler à Abram, déja pour entendre les demandes de mon Dieu, de notre Dieu et ne plus penser qu'à cet appel et lui consacrer ma vie. Cette méditation m'a donné envie de mieux écouter, être plus attentive. Apprendre à me taire pour entendre tes appels Seigneurs c'est ce que je souhaite. Merci soeur Marie que le Seigneur vous bénisse!
Marie-Claude

Par thizy 23 mai 2016 à 9 h 52 Répondre à ce commentaire

En réponse à Ruault.
Nous sommes en marche, la jeune Pauline marche à son rythme, à chacun de prendre son tympo. Elle va reprendre son souffle, la route est longue. Souhaitons lui bonne route.

Par Df 23 mai 2016 à 9 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci Sœur marie Monet

votre lecture me fait du bien pour prier ce matin

Seigneur habite le cœur de mes Enfants et Pts Enfants

qu'il trouve force Espérance en ta présence

redonne l’espérance a notre monde qui ne crois plus en Dieu

Par Albatre 23 mai 2016 à 9 h 39 Répondre à ce commentaire

Quel gâchis de confier ce texte "le départ d'Abram" Génèse 12-1-5 à une actrice, fusse-t-elle de la "Comédie Francaise" qui le lis comme une nouvelle dans un quelconque journal ........à la vitesse TGV !! Abram doit se retourner dans sa tombe !
Pauline Méreuze devrait écouter Soeur Marie Monnet, qui, elle sait lire un texte biblique et ainsi nous faire entrer en communion avec ce qui y est écrit........
Merci pour ces beaux textes qui font réfléchir et aident à la prière.

Par Ruault 23 mai 2016 à 9 h 18 Répondre à ce commentaire

La critique est facile !!!! Seule la bonne volont? est admirable . . . .
Votre esprit est-il donc si lent à la compréhension du texte ?

Par M.France 23 mai 2016 à 9 h 36

Je trouve ce commentaire sévère, mais c'est vrai que cette lecture ne laisse pas la possibilité de respirer ni de s'imprégner de la parole, et c'est bien dommage!!!

Par Mulliez 23 mai 2016 à 9 h 44

Oui, comme hier, la parole met en route. Elle n'a pas encore accompli son oeuvre. Demandons au Seigneur de nous donner des oreilles de disciples qui se laissent instruire en ce jour et chaque jour.
Merci Soeur pour cette méditation qui invite à se mettre en route.
Gérard

Par Florigny Gérard 23 mai 2016 à 9 h 10 Répondre à ce commentaire

Comme Abraham, j'essaye de quitter les obligations et les compromis de ma vie de tous les jours pour essayer de vivre un peu plus dans l'amour. J'essaye. C'est une décision dont il me faut trouver le sens et la direction tous les matins. Heureusement, il me semble que Dieu n'est pas un pays lointain à atteindre. Jésus, aujourd'hui, nous dit : « Pour les hommes, c'est impossible, mais pas pour Dieu : car tout est possible à Dieu ». Le Christ est présent au milieu de nous. Il nous procurera une force qui ne vient pas de l'illusion de ma puissance personnelle, mais de l'apaisement de mon coeur. Il ne nous donnera pas de certitudes, mais il répond à la confiance avec laquelle nous le suivons. Il n'est pas "là-bas". Il est présent.
Je nous souhaite une bonne journée de marche, à chacun de nous, aujourd'hui.

Par Paul (Belgique) 23 mai 2016 à 9 h 08 Répondre à ce commentaire

L'appel s'entend dans la reponse...magnifique

Par Pia 23 mai 2016 à 8 h 58 Répondre à ce commentaire

L'appel !
Nous serons tous appelés à rejoindre Dieu, lorsque notre heure sera venue.
Pour l'instant suivons l'appel de Dieu, suivons le dans ses pas, qu'il nous bénisse.

Par SYLVESTRE14 23 mai 2016 à 8 h 57 Répondre à ce commentaire

un jour de février 2002 il est venu me sortir du gouffre infernal ou j'étais prisonnier.Avec une force une douceur, une tendresse que je ne peut oublier.Il est venu me disant qu'il m'aimait qu'il avait besoin de moi, que je comptais a ses yeux. Depuis je m'efforce par la prière et le soutien de mon entourage de faire sa volonté du mieux que je peut! je lui parle dans mes joies et dans mes peines, j'ai déposé à ses pieds mon fardeau , je l'écoute il me guide me réconforte je l'aime et il m'aime

Par michel gendre 23 mai 2016 à 8 h 40 Répondre à ce commentaire

Il y a 17 ans , un soir du mois d'août, étonnée de voir l'église ouverte, j'y suis entrée et là mon âme à été happée par le Saint Sacrement qui était exposé. Je me suis retrouvée prostrée devant Jésus hostie alors qu'une voix à l'intérieur de moi me disait avec une telle douceur "pourquoi m'as tu abandonné? " Pas de reproche dans cette voix mais tellement d'amour, que je me suis mise à pleurer et j'avais l'impression que ces larmes me lavaient de l'intérieur et alors je promis à Jésus dont Je sentais la présence de le servir à travers son Église. J' avais 55 ans! " L'appel s'entend dans la réponse " comme dit soeur Marie Monnet ". Et depuis 16 ans je suis étonnée par tout ce que j'ai été capable de faire car je puis affirmer que Dieu n'a pas oublié ma réponse. Et multiples furent les occasions de répondre à cet appel entendu en ce mois d'août 1999 et tant que j'en aurais la force je continuerais de dire "oui Seigneur, me voici!".

Par Dany 23 mai 2016 à 8 h 22 Répondre à ce commentaire

Pose -moi comme un sceau sur Ton cœur ...
La foi , c'est l'amour qui croit tout , c'est l'appel du Christ ..à le suivre .
Partir en vérité et en esprit , être des adorateurs de ce que Dieu nous ouvres
son cœur , pour accomplir la promesse de bonheur , ressentir , rayonner , louer
Dieu . Toucher par Sa Parole , transformer sa vie en action de grâce .L'amour dit-on
déplace des montagnes , Dieu en fait Une en tous , selon notre foi , certes dans des
aspirations diverses , mais inspirées par Dieu , quel est ma vocation ?
Quel est mon voyage sur cette terre ? Ceux des autres , n'est- ce pas d'hier à ce jour ; un témoignage
vivant , un sacerdoce royal , qui est de vivre la miséricorde de Dieu , mieux encore , Le faire connaître .
Vraiment que ferais-je sans la foi ! Elle donne la force , la victoire , de dire comme Jésus en Jésus , va Ta foi t'as
sauvé . L'amour sacré n'est absolument pas comparable à celui que nous connaissons , c'est le Cep , ces fruits qui finalement prennent leurs envols pour répandre , des bénédictions , comme Saint François , qui en toute simplicité
au milieu de ce monde est parti pour un voyage donnant du Verbe fait Chair Sa Parole de vérité . Inspiration,
recherche , inscrit dans nos histoires , pour marcher ensemble ....En esprit et en vérité. Les Valeurs dans une seule .
Vivre Dieu le Père , Le Fils dans l'Esprit Saint ...Quels que soit nos pays , cultures , pauvres , riches , l'amour de Dieu
restera ce qui fait l'unité dans la foi . La Paix du Christ ...non pas un projet , car Il fait de nous cette paix , pour aller de part
le monde apporter la Bonne nouvelle ..FOI EN Dieu . Psaume 138, 2 . Je rends grâce à Ton Nom pour Ton Amour et Ta vérité . Merci ...

Par FRED 23 mai 2016 à 7 h 58 Répondre à ce commentaire

OUI
Voici le seul mot , le plus petit , le plus difficile à formuler,en réponse à l'appel quotidien du Seigneur.
Il m'est donné aujourd'hui de vivre ce mot , très petit , mais qui sous-entend un détachement dont je ne suis pas capable.
Prions de tout notre coeur , pour que la Grâce de Dieu vienne nous donner cette force de marcher , comme Abram vers Demain , pour devenir comme Abraham , des petits enfants remplis par l'Esprit Saint, remplis de la Confiance totale en l'Amour de DIEU .

Par Nicole B. 23 mai 2016 à 7 h 56 Répondre à ce commentaire

Difficulté du détachement : "Viens et suis-moi"
J'ai répondu : "Tu sais bien que je voudrais plus que tout te suivre, mais je ne sais pas comment faire, et j'ai peur."
Sa réponse : " Ne crains pas, je pourvoierai à tout"

Alors, j'ai accepté seulement de lui faire toujours confiance. De ne jamais douter de lui. D'avoir toujours foi en lui.
Mais je n'ai aucun mérite à cela, car ma foi me vient de lui, et de l'Esprit qu'il a mis en moi. Qu'il en soit loué.

Et j'ai commencé un long chemin de conversion, d'abord à tout petits pas incertains, un piétinement, en me perdant souvent, en tournant en rond parfois, comme le peuple que Dieu a lancé en marche dans le désert à la suite de Moïse. Je me suis perdue souvent, parce qu'au lieu de le laisser me guider, je voulais souvent me débrouiller seule. En faire à ma tête. Et parce que je n'avais pas la patience d'attendre : chaque chose en son temps ; Dieu révèle sa route à notre rythme de compréhension, il s'adapte toujours à notre capacité à le suivre. Il nous envoie les épreuves qui nous formeront et celles qui nous libèreront, si nous les acceptons comme telles. Mais sans jamais rien précipiter. Le temps de Dieu n'est pas le notre. Ce qu'on ne comprend pas, on ne le rejette pas : on le garde précieusement dans son coeur, comme Marie, avec la certitude qu'un jour on comprendra; un jour, tout s'éclairera..

Ce n'est pas tant une histoire de détachement qu'une histoire de confiance absolue :" Qu'il te soit fait selon ta foi"
Mettre Dieu en tout, le voir en tout, l'aimer en tout. Et croire qu'il peut tout pour moi.
Va et ne crains pas. Dieu pourvoiera à tout si tu acceptes seulement d'y croire vraiment.
Pas un détachement, un abandon total à son amour miséricordieux et fidèle. Dieu ne veut que le meilleur pour nous : notre retour, notre participation, notre communion à la Gloire du Père. Jésus a souffert, est mort pour nous permettre cela et il nous a envoyé son Esprit pour que nous soyons en mesure de le faire. "Si tu savais le don de Dieu !"
Quand on est vraiment amoureux, on est prêt à tout quitter pour suivre celui qu'on aime. Dieu nous demande de nous comporter en amoureux de lui. Ni plus, ni moins.
Il t'aime, pour lui tu es unique. Il a donné sa vie pour toi. Aime-le en retour, qu'il soit l'unique pour toi. Donne-lui ta vie.

Il m'a fallu 30 ans pour comprendre vraiment tous les jalons qu'il avait mis sur ma route pour me mettre en mesure de le suivre vraiment. 30 ans avant d'être en capacité d'amour suffisante pour accepter de n'avoir besoin que de son amour, de sa Parole et pour être en mesure de me mettre en vraie marche de pélerin. Ce n'est pas facile tous les jours de marcher, mais les rencontres sont toujours belles.
Privilégier la rencontre vraie. Abandonner l'image de soi pour aller vers l'essence de soi, voilà ce vers quoi nous allons .
On accepte de se débarrasser de notre peau de banane pour offrir notre fruit en nourriture.

Par sylvie chassin 23 mai 2016 à 10 h 45

Je rends grâce à Dieu pour cet appel que cette jeune comédienne qui lit, pour notre joie, ce texte ce matin, a écouté et mis en acte. " va vers toi, quitte..."
Merci Pauline.

Par Anne 23 mai 2016 à 7 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci Véronique . Quel courage.
J'ai des problémes depuis plusieurs mois ,financier et de santer avec mes parents de 83 ans. Long chemin d’apprentissage de la faiblesses d' eux et moi , et de la patience!Merci

Par rigal 23 mai 2016 à 6 h 56 Répondre à ce commentaire

"La valeur n'attend point le nombre des années", eh bien, avec Dieu, parfois si. Ou plutôt, avec Dieu, la valeur se rit du nombre des années. Il n'est pas de schéma de vie obligé, d'étapes obligées, de temps obligés. Dieu vient à l'heure de Dieu. Il se révèle dans l'histoire d'Abram, dans mon histoire, dans celle de tout homme, à l'heure qu'il a choisie. Non qu'il n'y était pas présent depuis le commencement, mais arrive le jour où il se fait notre présent, tout notre présent. Nous est alors offert à nous de sortir de notre temps, nous qui n'avons jamais le temps, pour entrer enfin dans le temps de Dieu.

Entendre l'appel de Dieu, c'est, me semble-t-il, peut-être d'abord cela: larguer les amarres du temps qui nous enchaînent au quotidien. Ouvrir les yeux sur ce monde qui s'agite et qui court, qui tente de m'entraîner dans sa danse insensée, dans sa fuite en avant. Marcher avec Dieu, c'est marcher au temps de Dieu, au tempo de Dieu. Et peut-être faut-il d'abord s'arrêter pour pouvoir se mettre en marche. S'arrêter pour écouter, en soi. S'arrêter pour voir, enfin.

Et Dieu parfois parle sans mots. Il parle à chacun, libre de l'entendre, ou pas. Il parle à chacun, comme il parle à nul autre.
En moi, son appel s'est fait faim. Une faim de Dieu qui s'est levée en moi. Un faim qui, littéralement, m'a prise aux tripes. C'est cette faim qui m'a descellée et mise debout, mise en chemin. Et cette faim-là, oui, est devenue mon pays.

Par Audrey 23 mai 2016 à 6 h 45 Répondre à ce commentaire

Il y a un an, je suis partie aider mes parents. J'ai quitté ma vie quand on m'à dit que quelqu'un devait rester auprès d'eux. Cette promesse, de veiller sur leur crépuscule, je l'avait faite enfant, et aujourd'hui je vis auprès de ma mère, mon père nous ayant quitté. C'était il y a treize mois, tout quitter, ma maison, mes amis, ma vie, du jour au lendemain, sans aucune projection, tout laisser et partir, parcequ'il y avait un appel, c'était ici maintenant. Que le Seigneur me donne la patience qui me manque trop souvent, qu'il me montre l'Amour qu'il aimerait me voir pratiquer et qu'il me temoigne sa tendresse dont j'ai tant besoin.

Par Véronique Arzur 23 mai 2016 à 5 h 25 Répondre à ce commentaire

Que le Seigneur augmente ma Foi.
Abraham avait du courage et sans aucun doute la Foi.
Que Marie soit mon guide vers son Fils.

Par Suzanne 23 mai 2016 à 4 h 42 Répondre à ce commentaire

Ceux texte me fait pensée ,aujourd'hui à tout ces hommes avec femme et enfant, qui fuit leur pays, fuir la guerre, la misère, la pauvreté, pour espérer trouvé une terre d'accueil, il faut bien du courage, pour tout laisser derrière eux,tout ceux qu'il on pu aimé, et construire, en marche comme abram,un appel vers une vie meilleur, quelques part un espoir, une liberté peut - être! !Seigneur donne a chacun de vos pèlerins, en marche, vers l'inconnu, votre sainte bénédiction, et que j'entends votre appel et être a l'écoute de votre parole seigneur

Par brig 23 mai 2016 à 2 h 12 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires