Abraham

« Marche en ma présence. » Genèse 17,1

La séparation d'Abram et de Loth

Genèse 13, 7-12

Il y eut des disputes entre les bergers d'Abram et ceux de Loth.
Abram dit à Loth : « Surtout, qu'il n'y ait pas de querelle entre toi et moi, entre tes bergers et les miens, car nous sommes frères !
N'as-tu pas tout le pays devant toi ? Sépare-toi donc de moi. Si tu vas à gauche, j'irai à droite, et si tu vas à droite, j'irai à gauche . »
Loth leva les yeux et il vit que toute la région du Jourdain était bien irriguée. Avant que le Seigneur détruisît Sodome et Gomorrhe, elle était comme le jardin du Seigneur, comme le pays d'Égypte, quand on arrive au delta du Nil.
Loth choisit pour lui toute la région du Jourdain et il partit vers l'est. C'est ainsi qu'ils se séparèrent.
Abram habita dans le pays de Canaan, et Loth habita dans les villes de la région du Jourdain ; il poussa ses campements jusqu'à Sodome.

Méditation

précédente suivante

Une séparation non violente

Il y a la séparation du grand départ et celles qui adviennent en cours de route. Partis ensemble, les communautés, les associations, les mouvements, les entreprises, les équipes, voire les familles, se divisent, chacun prenant sa propre direction.
La séparation est toujours douloureuse et nous cherchons à l'éviter. Mais si l'on étouffe, s'il n'y a plus assez de place pour tout le monde, si une trop grande proximité conduit à des frictions, si l'on envisage déjà des conflits plus graves, un certain éloignement est nécessaire. Il faut alors le courage d'assumer une prise de distance. Paradoxalement, celle-ci permet de sauver le lien, la relation, c'est-à-dire l'essentiel.
Dans ce récit, l'ancien accepte d'autonomiser le plus jeune, le laissant choisir l'espace où il pourra se développer. Ce faisant, il évite la promiscuité et maintient la communion. Ce processus, naturel entre les générations, peut l'être aussi entre les peuples, les régions, les pays.
Il faut parfois autonomiser les parties d'un grand tout pour maintenir la relation autrement et leur permettre ainsi de rester en communion. Il faut accepter d'institutionnaliser les différences, pour que les particularités puissent coexister.
Le jeune choisit le lieu le plus prospère. Mais attention, si tout le monde fait de même, la violence va se développer. Nous le savons déjà : Sodome et Gomorrhe seront détruites. L'ancien, lui, s'efface pour que l'autre trouve sa place et grandisse. En apparence, il lui revient la moins bonne part. Mais cette magnanimité est la logique même de la vie et il en sera récompensé.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

83 commentaires

C'est par l'intercession du christ que nous pourrons et osons avancer, même si parfois, Dieu nous prend par la main et nous tire
pour nous faire sortir de situation que nous avons mal choisies.
Quoi qu'il puisse nous arriver et malgré nos erreurs d'appréciation dans bien des domaines, ne perdons jamais confiance en Dieu.
"Une seule chose compte :oubliant ce qui est en arrière et tendant vers qui est en avant, je cours vers le but pour obtenir le prix de l'appel céleste de Dieu en jésus -christ "

Par brig 13 juin 2017 à 18 h 39 Répondre à ce commentaire

Auteur : Christian Tshimbalanga

En cherchant la face de Dieu
J’ai trouvé sur mon chemin le pain
En cherchant exclusivement le pain,
J’ai trouvé sur mon chemin l’envie

En cherchant la victoire sur mes ennemis,
J’ai trouvé sur mon chemin des blessures,
En cherchant la victoire de la croix,
J’ai trouvé sur mon chemin la foi

En cherchant le prestige des facettes du monde
J’ai trouvé sur mon chemin le superficiel immonde
En cherchant l’utile et l’important dans le fond
J’ai trouvé sur mon chemin le vrai et le profond

En cherchant la liberté de mes plaisirs pressants
J’ai trouvé la dépendance et les vrais tourments
En cherchant le confinement de mes sombres idées
J’ai trouvé l’indépendance et le mal intérieur vidé

En cherchant la punition pour ceux qui m’ont persécuté
J’ai trouvé ma place dans la barre des bourreaux et accusés
En cherchant le pardon pour le mal que l’on m’a fait
J’ai trouvé ma place dans la barre des plaideurs payés

En cherchant à gagner ma vie en sacrifiant le Christ
J’ai trouvé sur mon chemin le stress et l’inachevé
En cherchant à m’abandonner entre les mains du Sauveur
J’ai trouvé sur mon chemin la paix dans sa pleine saveur

Par En cherchant j'ai trouvé.(Luc 17, 33) 13 juin 2017 à 17 h 14 Répondre à ce commentaire

Vraiment aveu beaucoup de joie de cette marche. Je suis convaincu que Dieu est pour tout ceux qui le cherche avec foie et amour, il est le seul chemin qui amène le bonheur voyons comment Abhram agissait pour la gloire de notre Dieu.
Avec ce seul chemin l'humanité sera sauver.

Par Kankwanda 13 juin 2017 à 16 h 43 Répondre à ce commentaire

Quand une décision doit être prise : oui ou non au Seigneur... Selon la réponse faite, nous attend la joie ou la tristesse, tel est l'enjeu de notre liberté.

Par Nicole.M. 13 juin 2017 à 9 h 29 Répondre à ce commentaire

Habiter Canaan... Elle est rude cette terre. Aride, en comparaison de celle qui s'offre à la vue de Loth, près du Jourdain. Elle a même des allures d'Eden cette région qui "était comme le jardin du Seigneur". La vie y paraît plus facile. L'est-elle? "Les gens de Sodome étaient de grands scélérats et pécheurs contre Yahvé" dit le v. 13; Jourdain signifie "celui qui descend" (ai-je trouvé), ou bien ailleurs: "la rivière de la peine, du jugement". Pas forcément. Il faudra à Loth aller au-delà des apparences, voir le cœur des hommes au-delà de la façade d'abondance du pays où ils vivent, y descendre. Leur cœur est à l'emprise, à l'accaparement. Le chemin de Loth en ces terres sera chemin de discernement.
"Abram s'établit au pays de Canaan." Aurait-il préféré le Jourdain? Rien ne le dit. Seule la vie des hommes auxquels il est lié rentre en ligne de compte. Il s'en remet au choix de Loth. Canaan, ce pays que Dieu lui a promis de donner à sa descendance, sa descendance telle qu'il la conçoit alors - Loth - n'en veut pas. C'est bien à Abram de l'habiter. Sur cette terre difficile, aride, ce pays marqué par la malédiction de Canaan, l'abondance véritable lui sera bientôt promise. Il va lui falloir la faire sienne, cette terre, l'arpenter, avec Dieu, dans ses moindres recoins. Pour que la Vie de Dieu l'irrigue à chacun de ses pas. Pour que contre toute attente sa vie, cette terre stérile aux yeux du monde, y fleurisse.
Belle journée à tous! Prières pour tous, et avec tous.

Par Audrey 13 juin 2017 à 6 h 58 Répondre à ce commentaire

D. Rimaud — CNPL

Pour que l'homme soit un fils à son image,
Dieu l'a travaillé au souffle de l'Esprit :
Lorsque nous n'avions ni forme ni visage,
Son amour nous voyait libres comme lui.

Nous tenions de Dieu la grâce de la vie,
Nous l'avons tenue captive du péché :
Haine et mort se sont liguées pour l'injustice
Et la loi de tout amour fut délaissée.

Quand ce fut le jour, et l'heure favorable,
Dieu nous a donné Jésus, le Bien-Aimé :
L'arbre de la croix indique le passage
Vers un monde où toute chose est consacrée.

Qui prendra la route vers ces grands espaces ?
Qui prendra Jésus pour Maître et pour ami ?
L'humble serviteur a la plus belle place !
Servir Dieu rend l'homme libre comme lui.

Par Hymne 13 juin 2017 à 5 h 35 Répondre à ce commentaire

Merci Sœur Marie, vous nous dévoilez deux types de séparation : au départ uni, puis séparé pour être autonome, tout en restant uni. L'aîné a proposé et le cadet a acquiescé le choix lui revient en premier lieu.
Si cela pouvait se réaliser ainsi de nos jours, pas jalousie, de haine, de bagarre. Qu'en cette année de la Miséricorde Divine, que le Seigneur nous guide sur les pas de ces deux frères.

Par Colette 29 juin 2016 à 22 h 45 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle méditation! La séparation est toujours douloureuse mais quand elle se produit avec beaucoup de sagesse, cela donne des fruits pour les générations futures. Notre monde doit prendre exemple sur la sagesse d’Abraham afin de pouvoir vivre cote à cote et en parfaite harmonie. Aujourd'hui, il y a trop de murs qui séparent les Hommes, il y a beaucoup de frontières que la peur de la différence, l'intolérance et la culture de l'entre soi créent. Trop de frontières détruisent la solidarité et rendent la séparation non seulement douloureuse mais très conflictuelle qui peut s'étendre sur des générations. Encore merci pour cette belle méditation!

Par Gilles 31 mai 2016 à 9 h 09 Répondre à ce commentaire

Les méditations sur les textes de la Bible sont très bonnes.L'ancien s'efface pour que le jeune puisse grandir....
c'est très juste mais comme vous dites il en est récompensé. il acquiert une sagesse inspirée par LE SOUFFLE DIVIN afin d'être transfiguré et ressuscité à son être véritable

Par Gladys Bastiaenssens 28 mai 2016 à 18 h 44 Répondre à ce commentaire

la séparation avec l'un de nos enfants est douloureuse ; il faut accepter ce qui nous arrives , le Seigneur nous envoie l'ange consolateur, " l' Astre d'en haut ", et j'ai compris que seul Dieu peut faire pour nos enfants adultes, ce que nous ne savons pas faire , prier pour nos enfants, c'est tout ce que je peux faire de mieux , je serais toujours là pour eux, j'ai fait de mon mieux pour qu'ils soient des personnes autonomes, responsables, respectueuses , et ils le sont, mais lorsqu'ils vivent loin de la famille, des parents , c'est une souffrance , en ouvrant la Bible j'ai reçu cette phrase ce n'est pas ton combat ,mais celui de Dieu , et je suis en paix, je sais que Dieu prend soin de mes enfants , et les protèges , merci Seigneur , .... merci Soeur Marie Monnet pour cette belle méditation

Par Giuliani Rita 28 mai 2016 à 14 h 29 Répondre à ce commentaire

Cela me fait penser à un proverbe touareg que j'ai lu : "Si vous voulez vivre en paix, éloignez vos tentes et rapprochez vos coeurs". C'est très réaliste, car ainsi chacun a la liberté de vivre comme il veut sans géner l'autre. Je pense que l'angélisme fait beaucoup de dégats.
Par ailleurs, je relève ce commentaire : "Chaque fois que nous nous fondons sur notre droit, nous nous éloignons de l'intuition divine". La miséricorde est plus porteuse de paix que la justice pure...Les parents doivent bien le savoir. Cela me frappe, car j'ai ce problème actuellement.

Par antoinette 28 mai 2016 à 10 h 49 Répondre à ce commentaire

Merci à tous. Je me suis retrouvée un peu dans chaque commentaire.
C'est vrai que le départ des enfants est douloureux mais il me semble qu'il faudrait que les parents aident leurs enfants à vivre leur vie - à "partir" ne serait-ce que pour mieux se retrouver. C'est un des conseils importants qu'un parent puisse donner (avec l'aide de Dieu) Non plus : ne pas leur montrer notre désarroi.
Mais vous, les enfants, n'oubliez pas vos parents ne serait-ce que de temps en temps ????

Par Marylou 27 mai 2016 à 23 h 56 Répondre à ce commentaire

Il y a des moments dans la vie, où il faut savoir faire un choix. Le Seigneur lui-même nous l'a assez répété tout au long de l'Evangile, choisir de le suivre ou bien préférer l'argent les honneurs...
Choisir de partir, plutôt que s'entre tuer pour Abraham et Loth, à cause des disputes de leurs bergers. Abraham eut la sagesse du bon patriarche qu'il était et chacun y trouva son compte.
Il y a des couples qui passent toute une vie à se détester, à se chamailler et qui n'ont jamais eu le courage de franchir le pas. C'est dommage pour eux et pour leur entourage, leurs enfants surtout. Et y il a ceux qui ne s'entendent plus et qui ont la sagesse de se séparer en bon terme, qui ont plaisir à se revoir comme de bons copains; chacun a pris sa direction et les enfants , une fois le choc passé, finissent par s'en accommoder; c'est le cas de l'un de mes fils; nous, parents en avons eu de la peine, mais nous avons toujours garder de bonnes relations avec notre 'belle fille'. il faut savoir accepter leur choix, même s'ils nous chagrinent.

Par Marjeanne 27 mai 2016 à 19 h 44 Répondre à ce commentaire

Belle méditation ! très instructive, merci.

Par AATBA 26 mai 2016 à 19 h 16 Répondre à ce commentaire

" Mais si l'on étouffe, s'il n'y a plus assez de place pour tout le monde, si une trop grande proximité conduit à des frictions, si l'on envisage déjà des conflits plus graves, un certain éloignement est nécessaire. Il faut alors le courage d'assumer une prise de distance. Paradoxalement, celle-ci permet de sauver le lien, la relation, c'est-à-dire l'essentiel."

Cette méditation de ce jour m'interpelle en ce temps où nous vivons un communautarisme qui me semble imposé par une politique de "vivre ensemble" .... alors que chacun cherche à garder sa foi et ses croyances qui ne font pas bon ménage avec une forme de laïcité qui cherche à étouffer toute forme de croyance.

Jésus, tu nous as dit "Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie" , indiques-moi le bon chemin à suivre.

Par Chantal 26 mai 2016 à 18 h 58 Répondre à ce commentaire

Comme certaines séparations sont difficiles, et pourtant obligatoires. Les enfants prennent leur envol, c'est la vie, leur vie!!
Mais pour une maman, que de travail pour les laisser partir, l'important c'est leur bonheur, de les savoir heureux, me rend heureuse également.
Savoir s'effacer, pour que des liens dans une fratrie ne se rompent pas, cela aussi je l'ai vécu, mais je n'ai pas de regret, car depuis ces liens se sont raffermis.
La vie est ainsi, il y a tôt ou tard des séparations, je crois qu'il faut s'y préparer avec l'appui de notre Dieu.
Merci pour cette méditation qui porte à se recentrer sur notre vie.

Par monette 26 mai 2016 à 18 h 46 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette réflexion car dans un monde si différent de celui de mon enfance, je me sens dépassée.
Comme vous je pense que je suis à un tournant où je dois prendre distance et m'effacer devant un monde que de plus jeunes tentent de construire.

Par Carton Nicole 26 mai 2016 à 16 h 43 Répondre à ce commentaire

J'aimerais savoir s'il y a un filtre pour les commentaires.

Par Gilles 26 mai 2016 à 12 h 09 Répondre à ce commentaire

merci pour cette méditation tellement d'actualité et qui me mene a une profonde réflexion pour moi qui suis agée. Merci encore.

Par lang 26 mai 2016 à 12 h 06 Répondre à ce commentaire

Parfait .; . cette méditation m'aide à réfléchir toute la journée - merci à vous

Par chenot 26 mai 2016 à 11 h 48 Répondre à ce commentaire

Merci Sœur Marie pour votre méditation de ce jour et celle de lundi. Je peux remercier toutes les personnes qui ont prié pour
moi, j'ai dû partir, discerner,etc.....Des examens ont été pratiqués, enfin hier on m'a dit que j'étais en apnée souvent dans la nuit, donc manque d'oxygène....Un traitement doit être mis en place.
Bonne journée à vous tous.
Union de prière.

Par Françoise D. 26 mai 2016 à 11 h 13 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation Sœur Marie. Le choix de l'ancien demande une vraie grandeur d’âme qu'il est difficile, parfois impossible d'avoir.J'ai eu une différente expérience qui m'a permis, après avoir beaucoup prie, d'accorder, après un certain temps, a un membre de ma famille, un héritage auquel il n'avait pas droit. J'ai été franche , ai mis sur le tapis ma façon de penser en lui disant que je préférais privilégier la relation familiale plutôt que quelque revenus en plus.Nous sommes en paix aujourd’hui. Merci Seigneur de m'avoir montre le bon chemin.

Par Francoise K 26 mai 2016 à 9 h 56 Répondre à ce commentaire

Merci!
J'ai aimé cette approche actuelle qui peut faire référence aux situations concrètes que nous vivons ou avons vécues. J'en ai une particulièrement en tête que je vois vivre dans un conflit au travail dans mon entourage. Quitter devient inévitable, malgré le regret de perdre une tâche auparavant choisie.
J'ai aimé aussi cette idée de non-violence de la séparation. Toute séparation est douloureuse et il faut se faire violence, mais nos séparations ne sont pas toutes engendrées par des situations étouffantes. La vie sépare, géographiquement souvent: les enfants des parents, les fratries, les amis. De nouveaux liens se créent. Comment préserver les anciens? Personnellement je n'y suis pas arrivée.... Chaque séparation demande un travail de deuil, et il y a les deuils, séparation définitive.
Sans cesse nous sommes appelés à des lâcher-prise, laisser les autres faire leur chemin et j'aime cette attitude de l'ancien, Abram qui laisse le choix au plus jeune, qui met tous les atouts du côté de Loth pour qu'il réussisse sa vie. Combien de jeunes aujourd'hui peinent à démarrer leur vie? Carole, Skander, .... et d'autres, je vous porte dans mon coeur.

Par elly 26 mai 2016 à 9 h 55 Répondre à ce commentaire

A brûle pourpoint cette lecture évoque en moi deux réflexions:
1ère réflexion: la séparation, trouverait-elle sa place dans certaines séparations du couple?
Je pense que oui, si la vie à deux devient le lieu de disputes, voire de violences permanentes.

2e réflexion: la séparation résoudrait-elle notre difficile cohabitation de nos deux grandes communautés nationales?
Je ne sais, mais il ne faut pas la rejeter envers et contre tout.Mais comment maintenir la solidarité entre les communautés -solidarité qui soit dit en passant peut changer de sens au cours du temps

Par leon dourte 26 mai 2016 à 0 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci Soeur Marie,

votre méditation m'a beaucoup touchée. Je suis une "réfractaire" d'Eglise, à la marge ... Mon seul lien avec la communauté chrétienne est celui de "Marche dans la Bible".

"Permettre de sauver le lien, la relation, c'est-à-dire l'essentiel."

L' histoire ci-dessous est arrivée dans ma famille proche, quand j'étais enfant.
Elle m"a profondément marquée parce que le silence familial à son sujet a été assourdissant. Mais aussi parce que la ténacité d'une seule personne a sans doute préservé ce qui, au départ, semblait irrémédiablement perdu.

Une femme qui abandonne mari et enfants et disparaît pendant 10 ans. C'est difficile à concevoir et à comprendre.
Et pourtant...
Qui peut connaître les raisons intimes qui l'ont poussée à faire ce choix ? Qui connaît sa douleur et pourquoi cette décision était peut-être la seule solution pour sa survie ?
Cette femme avait pris le large. Son existence - jusqu'à son prénom - avaient alors été bannis de ma famille.
J"ai appris beaucoup plus tard que, durant tout ce temps, seul un proche lui avait écrit tous les jours, sans aucune garantie d'avoir une réponse. Ce proche n'avait rien dit à personne car il avait promis de se taire - Il ne recevait que de rares lettres très courtes d'autres continents ... parfois avec plusieurs mois d'intervalle entre chacune d'elles.

Puis la femme disparue est revenue, à la veille de la mort de son propre père.
Un long processus de résiliation venait de commencer.

Bénédicte

Par Bénédicte 26 mai 2016 à 0 h 29 Répondre à ce commentaire

nous nous sommes séparés après 3O ans de mariage.CE FUT LA DOULEUR.
J'ai fait la gueule qqs temps. Puis il m'a téléfoné; puis je lui ai téléfoné.
ns ns sommes vus, rencontrés.eT peu à peu ce devint une amitié.
ET malgré son mariage, nous sommes restés liés. très liés.
rien de pire, et de + néfaste k se taire, le silence c'est destructeur. et il enfle la et les personnes.
pArfois j'enviais les pipelettes.
Bon été à chacun. C' est lourd, aussi, d'être seule! la prière est une délivrance. Françoise.

Par FRANCOISE ronze 26 mai 2016 à 10 h 09

ce texte m'éclaire beaucoup surtout en ce moment où nous vivons la préparation du mariage de notre fils ainé.
premier départ et arrivée aussi de sa future épouse.Il ne nous appartient plus vraiment et c'est heureux.le cycle de la vie continue.
La distance permet la communion entre les générations.
Merci à l'Esprit qui nous décentre toujours de nous même et qui nous fait avancer.
soyez bénis
Kathleen

Par kathleen meuwissen 26 mai 2016 à 0 h 16 Répondre à ce commentaire

L Aventure de la séparation nous fait grandir et découvrir un autre Monde...a nous de choisir ce qui est bon dans ce nouveau Monde cette Nouvelle Vie.....

Par Mirabelle 25 mai 2016 à 23 h 45 Répondre à ce commentaire

oui parfois la séparation est nécessaire cela permet de grandir, et aussi l'indépendance permet à l'autre de se prendre en main, se développer, s'assumer,créer d'autre liens,sans oublier son origine.....Et Abram permet à Loth de choisir c'est aussi cela l'Amour ...Seigneur donne nous un cœur humble !!!Merci pour cette belle méditation !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 25 mai 2016 à 23 h 31 Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup ce commentaire : il éclaire une réalité que nous ne percevons pas toujours du premier coup : notre vie est faite de séparations successives, chacune avec son poids psychologique et affectif, mais si souvent nécessaire !
Merci

Par Dominique 25 mai 2016 à 23 h 30 Répondre à ce commentaire

Quelle réflexion! je retiens:" accepter d'institutionner les différences" , c'est de toute actualité. Merci de m'aider à avancer aujourd'hui dans ce monde si diversifié.

Par DEVOS Colette 25 mai 2016 à 20 h 58 Répondre à ce commentaire

Oui, la séparation est toujours douloureuse
Pour moi, c'est la perte de celui que j'aime : il est parti vers Dieu. Comment accepter cette séparation..J 'ai eu beaucoup de mal....mais l'espace qui le reçoit ,actuellement - car je ne doute pas un seul instant qu'il est auprès de notre Seigneur - est pour lui un un espace où il ne souffre plus.
Mi, j'ai dû faire face à la vie et vivre d'une autre façon, pour mes enfants , mes amis et ceux qui m'entourent et ont besoin de moi.
Vivant, maintenant pour les autres, j'ai pu me reconstruire....difficilement, mais j'y suis arrivée
Dans le texte, le jeune se reconstruira ,puisqu'on lui laisse la place, mais peut-être plus facilement que moi et sans violence puisqu'on lui laisse la place.

Par Arlette 25 mai 2016 à 19 h 59 Répondre à ce commentaire

Bravo! Vos textes de Marche da la bible Me sont familiers et m appennent bien des choses...tres bien!!!!!

Par de sag 25 mai 2016 à 19 h 58 Répondre à ce commentaire

S'aimer c'est aller ensemble dans la même direction. Suivre les pas de Dieu et sa lumière. Avec son amour et dans la paix de notre cœur. Il ne faut jamais étouffer l'autre. Parfois la séparation est douloureuse et amère. Mais pour éviter la souffrance, le choix est nécessaire. Pour grandir et réfléchir sur ses erreurs. Pour avancer. Parfois, on se retrouve et notre cœur s'est ouvert. On a grandit. Il faut savoir laisser partir ceux qu'on aime. Pour eux. Et pour nous aussi. Et suivre son étoile. Aimer et être aimé ce n'est pas difficile. Il suffit d'écouter son cœur.

Dieu est Amour et nous aime. Même dans la souffrance et le doute, il saura guider nos pas sur le chemin du bonheur.
Chasser nos peurs. Et nous dire que la vie est belle.

Par Christine 25 mai 2016 à 19 h 32 Répondre à ce commentaire

Si la séparation peut être difficile même douloureuse mais si l'amour est vivant dans nos cœurs je crois que Dieu nous accompagnera sur le chemin et nous gardera un contacte spirituel avec l'autre ou les autres. Charlette 25/05 /2016

Par Fourot. Charlette 25 mai 2016 à 19 h 10 Répondre à ce commentaire

Cette séparation entre conjoint n'est-elle pas parfois préférable pour permettre aux couples de garder une relation amicale plutôt que de vivre dans une trop grande proximité qui les conduirait vers des conflits plus graves et plus violents ?
Seule la proximité du Seigneur est source d'Amour,de joie et de paix tout au long de notre vie.
En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 25 mai 2016 à 17 h 25 Répondre à ce commentaire

Dieu dans sa bonté et sa miséricorde permet une séparation dans notre vie pour entrer dans notre destinée prophétique pour nous séparer surtout de toute captivité dans notre vie Que le ST ESPRIT veille à ce qu'une séparation provenant de DIEU nous aide spirituellement

Par MAKAGNON CHRISTIANE LEA 25 mai 2016 à 17 h 03 Répondre à ce commentaire

Ces réflexions sont tellement bonnes à lire et à entendre. Soyez mille fois bénis pour le temps, l'énergie et la grâce que vous y mettez.
Quelle bonne nourriture pour le peuple de Dieu qui habite aux quatre coin de la planète.

Par Elilsabeth 25 mai 2016 à 15 h 47 Répondre à ce commentaire

En réponse à Philippe Paugam, je tiens à vous féliciter pour la qualité tant vocale,visuelle et spirituelle que vous nous offrez. Continuez à aller au- delà de la médiocrité.

Par Lise 25 mai 2016 à 15 h 43 Répondre à ce commentaire

Combien ce texte et cette méditation si profonds et dits avec tant de douceur nous font découvrir le moment crucial d'une séparation ; ici Abram et Loth quelle grande souffrance ont ils du avoir ! comme celle qu'éprouvent les parents au départ des enfants . comme nous dit soeur Marie Monnet c'est le processus de la vie de générations en générations .Que Dieu nous accompagne encore et encore

Par Nicole 25 mai 2016 à 15 h 01 Répondre à ce commentaire

Merci mille fois, petite Sœur Marie, vous m'avez fait découvrir une autre facette de ce passage. L'effacement du plus âgé, sans doute parce que cet "effacement" verbalisé correspond à ce que nous vivons aujourd'hui avec notre grande et joyeuse tribu, la vie les appelle, les projets... nous ne sommes plus leur priorité !
Combien cela provoque de tiraillements; joie de voir les oisillons prendre leur envol, et peine de ne plus les entendre faire résonner la grande maison de leurs présences.
Effacement... pédagogie divine pour nous enseigner à diminuer afin que Lui croisse en nous. Distance affectueuse et non plus fusion... la vie en Dieu est enseignement, réduction de l'humain pour que le divin prenne toute la place.
Quel travail !

Par anne.claire 25 mai 2016 à 14 h 58 Répondre à ce commentaire

Merci, Sœur Marie, pour ce texte plein de bons conseils presque psychanalytiques, bien utiles pour notre vie familiale et notre vie sociale. Abraham partage les terres. Abraham a même dû aller délivrer Loth, par la suite. Ah, les gosses, tout de même … ;-)…
Mais je pense surtout au Père miséricordieux, celui qui a donné à son fils tout ce que celui-ci pensait pouvoir exiger avant de partir. Celui dont le Christ nous a parlé. Le Père n’est pas parti rechercher le fils, qui s’était perdu dans ses chimères. Il l’a laissé entièrement libre de ses choix. Mais surtout, au retour de celui-ci, sans le moindre reproche, Il s’est précipité vers lui pour l’accueillir, lui rendre sa place dans Son royaume d’amour. Nous ne sommes plus ici dans des considérations sur la façon de vivre au mieux entre nous, mais de partager, grâce au pardon, la seule richesse qui compte, celle de l’amour.
Bonne journée à tous.

Par Paul (Belgique) 25 mai 2016 à 14 h 53 Répondre à ce commentaire

Tellement à point merci bonne suite je prie pour nous toutes et tous pièr

Par Pi?r Favreau 25 mai 2016 à 13 h 37 Répondre à ce commentaire

Commenter ce texte, c'est tout aussi naturellement commenter ces textes et de même commenter des voix.
Autant le dire d'emblée tout me convient et même très bien. Je me réjouis avec ceux qui comme moi se sentent en harmonie. Mais je partage la souffrance de ceux qui souffrent. De ceux là je ne voudrais pas gommer la pertinence du propos, mais comme souvent la resituer par rapport à son contexte, à son point de vue, à son occasion d'exprimer enfin son intolérable et poignante souffrance.

Est-ce que je me trompe quand je vois et j'entends (y compris dans le texte biblique chargé d'ans) un profond renouvellement d'écoute et de partage dans l’église notre mère, ma mère si longtemps paralysée de crainte.

Par Michel (occitanie) 25 mai 2016 à 11 h 49 Répondre à ce commentaire

il faut qui'il croisse et moi que je diminue.
La séparation laisse donc à chacun la possibilité de se révéler et Jean Baptiste en avait été
bien conscient.Sachons accepter nos séparations quand elles nous offrent de mieux nous
révéler

Par Andre fourmanoir 25 mai 2016 à 11 h 40 Répondre à ce commentaire

Combien éclairant est ce commentaire.merci !!..C'est comme un acquiescement du Seigneur pour le renouveau charismatique qui n'est pas accueilli dans les paroisses comme une grâce de Pentecôte et dont les groupes doivent partir alors que notre ST Pape JEAN-PAULII avait déclaré sur la Place St Pierre à Rome lors d'un rassemblement international :
"LE RENOUVEAU EST LE PRINTEMPS DE L'EGLISE "
Avec votre précieuse méditation le Seigneur nous console sur le fait du départ des groupes qui est la meilleure décision à prendre et j'ajouterais avec en plus la joie d';être certains de faire la volonté de DIEU ...quand il nous dit: Le disciple n'est pas au dessus du maître lui n'avait de place ou reposer sa tète ;et dans les Béatitudes : Heureux êtes-vous si l'on vous persécute à cause de moi ...!! union de prières afin que le St Esprit soit accueilli comme par Marie pour que l'AMOUR soit AIME et vécu dans les cœurs de tous les hommes et entre les hommes seule source de JOIE et de PAIX sur ce monde tourmente. UDP Rita

Par Grandvoinet 25 mai 2016 à 11 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci pour le partage,

C'est sure, s'éloigner pour mieux se retrouver, améliorer sa relation à l'autre, parfois malheureusement couper le lien toxique pour sauver sa peau...

Emma

Par Emma 25 mai 2016 à 11 h 00 Répondre à ce commentaire

Cette histoire, peut ressembler a notre vie, par moments être a la fois" Abram &Loht"!!!sa nous encourage à nous examiner, pour savoir si nos motivation sont pures,on n'est pas condamné par personne et surtout pas par Dieu, à être "un lot " à vie,nous pouvons suivre dieu ou pas, ce sont nos choix, mais on peut changer, il y a quelques chose de merveilleux qui s'appelle ,la repentance, avec l'humilité, qui permettent a Dieu de changer le cours des choses dans notre vie,il suffit de bien le vouloir, que le seigneur me vienne en aide,avent de prendre une décision, une direction a suivre.Soyer Bénis petite serviteurs de la miséricorde.

Par brig 25 mai 2016 à 10 h 59 Répondre à ce commentaire

Tellement actuel...! Dans cette société mutante qu'est la nôtre!
Une place pour chacun ?
À notre petite place d'humain, de chrétien offrons-nous cet espace à chacun ? Permettons-nous l'ouverture, l'espérance de cet espace à l'Autre ?
En communion de prière avec tous ceux dont la "place"est bafouée, ignorée, voire inexistante !

Par CRI 25 mai 2016 à 10 h 50 Répondre à ce commentaire

Merci ma Sœur pour cette méditation. Vous nous rappelez là quelque chose d'essentiel et nous avons tendance à occulter: savoir être assez humble et confiant en Dieu pour laisser l'autre passer avant nous même si nous estimions avoir "le droit d'aînesse".

Par jeanne somé née dombwa 25 mai 2016 à 10 h 41 Répondre à ce commentaire

Cette histoire, peut ressembler a notre vie, par moments être a la fois" Abram &Loht"!!!sa nous encourage à nous examiner, pour savoir si nos motivation sont pures,on n'est pas condamné par personne et surtout pas par Dieu, à être "un lot " à vie,nous pouvons suivre dieu ou pas, ce sont nos choix, mais on peut changer, il y a quelques chose de merveilleux qui s'appelle ,la repentance, avec l'humilité, qui permettent a Dieu de changer le cours des choses dans notre vie,il suffit de bien le vouloir, que le seigneur me vienne en aide,avent de prendre une décision, une direction a suivre.Soyer Bénis petite serviteurs de la miséricorde.

Par brig 25 mai 2016 à 10 h 28 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je voudrais vous dire ceci.
On ne devrait pas être ici comme au festival d'Avignon.
Je n'ai rien contre la lectrice que je respecte, c'est juste mon ressenti par rapport à ce que je cherche ici sur ce site.

Mais je n'aime pas votre choix de faire lire ces textes bibliques par une comédienne "professionnelle" comme si c'était une pièce de théâtre radiophonique, très académique.
Le ministère de la Culture met son nez partout.
Je n'aime pas pas non plus la musique intello speudo branchée qui encadre la lecture. On se croirait sur Arte.
C'est déplacé. J'ai immédiatement envie de passer mon chemin en l'entendant.

Je préfère que ces textes sacrés soient lus plus humblement, voir maladroitement par un quidam qui n'a pas suivi de cours de diction pour le théâtre, ou des frères ou des soeurs qui n'ont pas spécialement le sens du spectacle. Ça sonne plus vrai et juste.
Dès qu'on essaye de donner à la lecture ces textes, une dimension spectaculaire , je trouve que tout s'affadit, perd
toute authenticité et toute signification. Mille excuses, mais ils deviennent alors comme morts...Dommage.
Il y a une faute en voulant faire ainsi.

Comme je préfère entrer dans une église où il n'y a pas de musique pour faciliter l'emprise de l'industrie tourisque, pour pouvoir me recueillir et méditer en silence. Et pourtant je suis musicien de rock'n roll.

Par Philippe Paugam 25 mai 2016 à 10 h 26 Répondre à ce commentaire

Bonjour Philippe. Vous avez entièrement le droit de partager votre ressenti sur ce sujet et j’abonde en votre sens…
Il est vrai que le silence occupe importante dans la lecture, dans l'écoute, le dialogue, la prière, la musique... Il nous permet de respirer, d’accueillir, de nous disposer intérieurement, de discerner, de cheminer, de mûrir…

Ceci dit, il faut faire de la place à l’autre, sans se renier, car chacun est unique, d’où la nécessité de garder la juste distance avec autrui et nous voici conduits au thème de ce jour commenté avec finesse par sr Marie.
En effet, dans la fusion, il y a confusion et petit à petit mort, suppression de l’altérité qui est la base de la vie.
Abraham en tant qu'aîné aurait pu à juste titre demander la meilleure part du pays, mais il a vu au-delà...

Nos chers frères, par le choix de comédiens professionnels, d’un musicien et d’un illustrateur ont le désir de nous donner le meilleur:-) Ils sont donc exigeants sur la qualité vocale ( diction, timbre, rythme d'une lecture, qui plus est, spirituelle !) De plus, certains destinataires sont aveugles, malentendants...

En ce qui me concerne, quand il m’arrive de lire la Parole à l'église ou en privé, je mobilise tout mon être, avec un élan sincère de transmission et je convoque l’Esprit saint qui donne vie à la lettre ; Lui seul peut se frayer un chemin, au-delà de nos limites, imperfections...

Bonne journée :-)

Par Nad 25 mai 2016 à 14 h 11

Bonjour Philippe,
Le fait que vous soyez musicien de rock n'roll ajoute une dimension non superflue à votre message.
Vous souhaitez davantage de sobriété. Moi aussi. "Ça sonne plus vrai et juste" écrivez-vous. J'ai éprouvé la même impression lors de la présentation des vidéos annonçant "Carême dans la ville" et "Marche dans la bible". Vidéos conçues avec créativité, mais un peu "à côté" selon moi.

L' auteur(e) de la médiation (celle-ci étant toujours très bien lue) s'est engagé(e) tout entier(e) dans la rédaction de son texte, fruit de son expérience spirituelle, fruit de l'action de Celui qui réside en lui (elle). N'est-ce pas un moment sacré ? N'est-ce pas regrettable de se trouver amputé(e) de la lecture du texte inspirateur ?

Chers frères dominicains, je ne voudrais surtout pas étendre un voile de tristesse sur votre réalisation.Vous donnez le meilleur de vous-même en élaborant votre programme auquel nous tenons. J'ai simplement émis une opinion contraire à la vôtre.
Bien fraternellement.

Par Marie-Thérèse L. 25 mai 2016 à 18 h 20

Ce texte m'a toujours fait penser à tous ces jeunes qui quittent leur province pour aller à Paris et vivre leur vie...
Paris m'a toujours fait penser à Sodome et Gomorrhe...la vie trépidante, les tentations, la décadence des mœurs, de la pensée unique, de la violence, de cette beauté extérieure mais de cette laideur intérieure...
Et puis à côté de cette vie violente, les Veilleurs, la Manif pour tous qui s'est déroulée dans un esprit bon enfant mais convaincu, cette génération JPII qui commence à poindre et se manifester et qui ressemble à Loth qui lui aussi, prend ses distances avec Sodome et Gomorrhe après y avoir été tellement été attiré pour créer sa propre tribu, mais avec l'âge et la sagesse s'en éloigne pour se protéger...
Comme ces jeunes qui se retrouvent pour des retraites, dans des mouvements autour de leur paroisse, qui organisent des adorations entre eux...qui veillent ...et souvent s'éloignent de Paris, dès que leurs enfants grandissent...

Comme l'Ancien Testament est actuel !!! Merci ma sœur de votre commentaire !!

Par anne marie 25 mai 2016 à 10 h 17 Répondre à ce commentaire

Moi, Sodome et Gomorrhe ça me fait penser à ces gens toujours prêts à dénigrer ce qui peut être bon et beau parce qu'ils pensent savoir mieux que tout le monde ce qui est bon pour l'homme...

Par Sr Isabelle 25 mai 2016 à 10 h 28

Sauver le lieu , la relation , l'essentiel..... pour rester en communion .....
que nos enfants soient toujours heureux de se retrouver et de conserver avec leurs enfants un grand esprit de famille ...

AMEN

Par Ninine 25 mai 2016 à 10 h 10 Répondre à ce commentaire

Bonjour
C'est touchant ce que vous dites quant a la separation, et tout a fait vrai pour moi. Pour preserver une relation qui m'a parue essentielle, c'etait de m'eloigner tout en essayant de maintenir le lien
Malheureusement, tout le monde n'est pas comme Abraham en laissant la place a l'autre par peur de se sentir deposseder et ne perme tant pas a l'autre d'exister
Bien a vous et merci pour votre meditation qui montre un peu votre sensibilité

Par Jasmine 25 mai 2016 à 10 h 04 Répondre à ce commentaire

Oui, il y a un temps pour rester, "être avec", être "proche" , aider, faire route ensemble, et un temps pour se quitter, se séparer, du moins prendre de la distance ; ceci pour ne pas générer-alimenter de conflits, pour ne pas faire pourrir une relation (à l'image de deux pommes sur un arbre, qui "collées" ensemble, pourrissent à cet endroit) ; ceci pour ne pas étouffer (que ce soit soi-même ou l'autre), pour rester en "relation" même si cette relation n'est pas toujours une
communion ; laisser aller l'autre à sa vie : jusqu'à devoir constater parfois des dérives...
Nous pouvons toutefois toujours porter dans notre prière ceux dont nous sommes séparés pour différentes raisons ; parfois, c'est la seule communion possible me semble-t-il. Peut-être faut-il aussi accepter de ne pas exagérer le "devoir sentimental", par ex. dans nos relations familiales ; respecter la liberté de nos proches, leur vie, leurs choix, leur éloignement, ne pas s'imposer, n'est-ce pas une forme d'Amour ? Tout en continuant de vivre en Paix, dans l'Esprit de l'Evangile - sans rancoeur ni tristesse ; quel "programme"...
J'apprécie l'histoire des hérissons : trop proches...ils se piquent... ; trop éloignés...ils ont froid...

Marie-Louise

Par marie louise 25 mai 2016 à 9 h 47 Répondre à ce commentaire

Il est bon de partir...pour arrêter les tensions,les disputes.c'est ce que je fais en ce moment (même à 75 ans !!!!) j,ai laissé le mari ...et le chat....les retrouvailles seront plus paisibles,et la route reprendra....Merci de tous ces témoignages....

Par Penelope 25 mai 2016 à 9 h 43 Répondre à ce commentaire

"Si tu vas à gauche, j'irai à droite, et si tu vas à droite j'irai à gauche..."
Ah! Pauvre de moi, je ne peux m'empêcher d'imaginer la scène de loin et...
Selon du quel côté ils se trouvent l'un de l'autre et l'option que le premier prend, leurs chemins pourraient bien se croiser, et même très rapidement, ils pourraient même se rentrer dedans, à moins qu'ils ne prennent l'option de se jeter dans les bras l'un de l'autre, plutôt que de se jeter dans la gueule du loup...

Par rigolus et tristus 25 mai 2016 à 9 h 42 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle méditation. Elle me fait réaliser que j'ai quitté mon pays non pas contrainte et forcée mais parce que j'avais besoin de plus d'espace et de liberté. Tout était codifié et rigide et il n'y avait plus de place pour la fantaisie et l'inattendu. Curieusement avec cette distance, les liens familiaux se sont resserrés et l'harmonie s'est rétablie. J'avais besoin de plus d'horizon pour apprécier ma famille et mes amis restés sur place.
Merci à Soeur Marie pour cette belle méditation qui replace le choix dans les mains du Seigneur même si, sur le moment, je ne l'ai pas réalisé.

Par Françoise 25 mai 2016 à 9 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation. C'est ce qu'il me fallait en ce moment. Là je suis sûre que je vais prendre la bonne décision.

Par LOUISE HARILANTO RAVELONARIVO 25 mai 2016 à 9 h 33 Répondre à ce commentaire

Pas facile de laisser partir ses enfants vivre leur vie :toujours anxieux pour leur réussite .....Cependant il faut leur faire confiance et savoir être présent si besoin . Jamais ne refuser l'aide. Pour les associations dans lesquelles on agit ,il en est de même ,savoir céder sa place et continuer à côté. Merci pour cette méditation.

Par Marguerite 25 mai 2016 à 9 h 16 Répondre à ce commentaire

merci pour ce beau partage ; j'ai vécu le fait de devoir quitter un groupe que j'avais moi même structuré et agrandi - parce qu'il fallait passer la main - le plus dur est de se séparer en effet, et surtout lorsque la personne qui prend la charge "ne vous connaît plus" - la souffrance est là, mais après réflexion, la paix revient - chacun a sa place dans la vie, dans le monde, dans une association et il faut savoir respecter la dimension de chacun pour que rayonne la paix et la sérénité -
merci - prions pour ceux qui rencontrent la difficulté du "lâcher prise"
EL

Par LATAPY Eliane 25 mai 2016 à 8 h 44 Répondre à ce commentaire

Si dans ce récit, comme vous dites chère sœur, l'ancien accepte d'autonomiser le plus jeune, le plus jeune accepte de se laisser guider par le plus ancien qui choisit la solution à adopter.
L'un choisit de se séparer en laissant un autre choix à l'autre, celui du lieu. Voilà ce que dit ce récit. Ni l'un ni l'autre n'est plus grand ou mieux que l'autre. Chacun, à un moment, accepte le choix de l'autre et que son chemin à prendre dépende du choix de l'autre.
Et la destruction de Sodome et gomorrhe, c'est une autre histoire:
"Alors le Seigneur dit : « Comme elle est grande, la clameur au sujet de Sodome et de Gomorrhe ! Et leur faute, comme elle est lourde ! Je veux descendre pour voir si leur conduite correspond à la clameur venue jusqu’à moi. Si c’est faux, je le reconnaîtrai. » (gen ch18, v20-21)
et de même qu'Abraham reçoit sous sa tente les 3 envoyés de Dieu au chêne de mambré, de même Loth reçoit chez lui les deux anges... Suite au ch19 de la genèse...

Par Solus 25 mai 2016 à 8 h 17 Répondre à ce commentaire

Bon....jour,

Une éducation est réussie quand le jeune adulte puisse voler de ses propre ailes , je me dis il peut affronter le monde mais je suis toujours là à ses côtés de façon discrète . Il faut avoir les "ressources" en soi pour s'envoler mais quelquefois malheureusement des parents pour diverses circonstances mettent leur adolescent-adulte dehors , je ne peux juger mais je trouve cela destructeur
Belle journée/semaine
Union de prières

Par annie 25 mai 2016 à 8 h 09 Répondre à ce commentaire

Merci infiniment pour cette lecture et cette méditation si claires et si sublimes dans leur infinie sagesse. Comme il est douloureux de se séparer, de vivre au loin et d'accepter la différence de l'autre. Je suis encore fracturée et traVersée par une riVière de larmes mais à chaque pas, à chaque lecture, à chaque prière je suis rappelée à notre merVeilleuse condition humaine. Il faut ViVre, éprouvée dans les sangLots parfois, étrangLée par l'inéLuctable pour suiVre cette VOIX/VOIE diVine et comprendre comme il est insoutenabLe et magnifique de grandir dans Son AMOUR... Merci, merci mille et mille fois pour ce TraVail eXtraordinaire de nous accompagner à chacun de nos pas hésitants Vers une plus grande et plus beLLe foi. Que le Très-Haut vous bénisse soeur Marie Monnet et Pauline Méreuze comme tous les Dominicains et comédiens qui s'investissent corps et âme dans cette entreprise fabuleuse. Communion de prière des sublimes Alpes.

Par Nathalie Henry 25 mai 2016 à 8 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci pour votre méditation.
Je me retrouve, au lendemain du passage devant juge et avocat , meurtrie là où déjà ma terre était déchirée , et je ressens profondément vos paroles.
Au delà de la rivière de larmes qui me submerge j'aperçois la rive de la communion de prière, qui me porte vers la vraie vie.
Merci.

Par Nicole B 25 mai 2016 à 9 h 09

Vous êtes le sel de la terre , mais si celui-ci perd sa saveur .
Partir , fuir , chercher l'aventure , éviter les conflits , trouver
sa voie . C'est un départ aussi spirituel qui se met en marche ,
Nos différences , sont des qualités , des choix , savoir faire des choix ,
pour édifier l'amour , qui est une valeur , une morale , garder le respect
être des artisans de paix , acceptant , et donnant ce qui est le partage de
ce que nous avons trouvés .Un mode de vie , une vocation , celle d'être
à la recherche du Chemin de Vérité , un Pain de vie , qui confirme ,que seule la saveur
de l'amour , se termine en bénédictions .
Sainte Angèle de Mérici : Là où tu vis aies le souci de tous , garde-les présents un à un
dans ton Esprit et dans ton cœur . Ainsi s'affermira la vérité de ton "Amour " . Marche dans la lumière ;
sois dans la joie , agis . Espère ...et Is 64, 7 fiat écho : Seigneur , Tu es notre Père .Nous sommes l'argile
Tu es notre potier , nous sommes tous l'œuvre de Tes Mains . Merci Seigneur ...Porter la communion ,
donner et recevoir ...OUVRIR Le Chemin , la Porte et cheminer vers le Berger de toute Humanité ..Jésus .

Par Fred 25 mai 2016 à 7 h 52 Répondre à ce commentaire

"Institutionnaliser les différences pour que les particularités puissent coexister "
Comme cette phrase est lourde , mais comme elle est vraie !
Ce poids ressenti dans les mots et la tournure du style représente bien à mon humble avis , cette énorme difficulté que nous rencontrons au coeur de nos relations humaines .
Je prie l'Esprit Saint de venir par la force et la légèreté du souffle qu'il Est , d'embraser ces mots pour en faire de la Vie , en chacun .

Par Nicole B. 25 mai 2016 à 7 h 45 Répondre à ce commentaire

Quelle joie de retrouver cet instrument, la hang, pour nous aider à faire entrer la parole en nous pour quelle donne du fruit !

"Marche"
Cette retraite ma rappelle mon chemin effectué vers Compostelle il y a quelques mois, les rencontres avec Saint-Jacques, Marie qui sont tous les jours à nos côtés pour nous guider vers Jésus ...
Aujourd'hui, j'ai envie de repartir sur ce chemin de simplicité, de vérité, de paix et d'Amour ...

Toujours en union de prières avec tous les retraitants qui ont décidé de suivre cette retraite, poussés par l'Esprit de Pentecôte !

Bien fraternellement.

Par THOMAS 25 mai 2016 à 7 h 12 Répondre à ce commentaire

Merci à soeur Marie pour cette méditation. Le terme "étouffer" m'a particulièrement parlé pour avoir vécu un divorce qui n'a rien eu d'une "séparation non violente". Après une dizaine d'années des liens, différents bien sûr, (heureusement) ont pu se rétablir, ce qui a permis à chacun, enfants et petits-enfants entre autres, de retrouver une sérénité perdue. Bonne continuation. Michel.

Par Michel 25 mai 2016 à 7 h 08 Répondre à ce commentaire

Savons-nous mettre de côté notre intérêt personnel ?

Si tu prends à gauche, j'irai à droite ; et si tu prends la droite, j'irai à gauche. (Genèse 13:9)

Aussitôt que vous commencez de vivre de la vie d'un enfant de Dieu, de magnifiques horizons s'ouvrent devant vous, et vous avez le droit de choisir là dedans tout ce qui vous convient. Mais si vous vivez par la foi, si vous êtes vraiment un enfant de Dieu, vous userez de votre liberté pour renoncer à tous vos droits, et vous laisserez Dieu choisir à votre place. Dieu vous placera peut-être, pour vous éprouver, devant un choix tel qu'à vues humaines, votre premier devoir serait de vous inquiéter de votre santé, de votre bien-être. Mais si vous vivez par la foi, vous renoncerez joyeusement à votre droit de choisir vous-même, et vous laisserez à Dieu le soin de choisir pour vous. C'est en pratiquant cette discipline d'obéissance totale à la voix de Dieu que vous verrez tout votre être naturel se transformer en un être spirituel.

Toutes les fois que nous nous fondons sur notre droit, cela obscurcit en nous l'intuition de Dieu. Le plus grand ennemi de la vie en Dieu, ce n'est pas le péché, c'est le bien qui n'est pas tout ce qu'il devrait être. Abraham avait tous les droits pour choisir lui-même, c'était, semble-t-il, ce qu'il avait de mieux à faire et, dans son entourage, on a dû le taxer de fou. Beaucoup d'entre nous ne font pas de progrès dans la vie spirituelle, parce que nous voulons choisir nous-mêmes ce qui vaut le mieux, au lieu de laisser Dieu choisir pour nous. Nous avons à nous habituer à regarder à Dieu pour toute chose.

Par Yvon 25 mai 2016 à 6 h 44 Répondre à ce commentaire

Ce texte presque anecdotique est d'une grande richesse, d'une portée universelle et d'une application encore actuelle Sr Marie Monnet m'en a fait découvrir la portée. Ainsi je me rends compte que l'éloignement physique peut préserver les liens affectifs de toutes sortes et éviter souvent les frictions inévitables d''une trop grande proximité.

Par Popineau 25 mai 2016 à 6 h 41 Répondre à ce commentaire

Loth choisit, mais qui a la meilleure part? N'est-ce pas celui qui, sachant Dieu à ses côtés, toujours, propose le choix? N'est-ce pas celui qui, fort de son dialogue constant avec Dieu, le donne ce choix? Et quel est le pays le plus riche: celui qui répond aux signes extérieurs de richesse ou celui que l'homme habite avec Dieu?

Là où Loth ne voit que terres pouvant lui procurer richesses, Abraham pense aux hommes dont il a la charge, pense aux vies à protéger. Là où Loth voit poindre une vie plus facile, Abraham sait sa vie dans la main de Dieu. Là est bien la vraie richesse, la vraie vie.
La région du Jourdain est "comme le jardin du Seigneur", mais, pour l'avoir compris, c'est Abraham qui portera du fruit.

Abraham marche avec Dieu et, même s'il ne sait pas où Dieu le mène, même s'il laisse parfois la peur guider sa voix - comme en Egypte d'où il revient - c'est toujours à celle de Dieu qu'il obéit, à elle qu'il se fie.
Dès lors, qu'importe le lieu, Abraham habite en Dieu, et Dieu en lui. Voilà son vrai pays. Abraham habite la Vie.

Par Audrey 25 mai 2016 à 6 h 37 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette très belle méditation, tellement vraie et tellement juste. "Il faut le courage d'assumer une prise de distance". J'ai eu la chance d'avoir un ami qui avait très bien compris cela et qui, lorsque je lui ai annoncé que je me séparais, spontanément s'est exclamé: "Félicitations! Depuis le temps que ça n'allait plus avec ton mari je me demandais qui aurait le courage de faire le pas. Et c'est toi, alors que tu es mère au foyer qui l'a eu". Mais à côté de cela, ma famille "très pratiquante" est restée dans le jugement et la non acceptation. "L'ancien accepte d'autonomiser le plus jeune", n'est-ce pas ce que tout parent devrait comprendre et vivre? "Vos enfants ne sont pas vos enfants ..." nous dit Khalil Gibran.
Belle journée à tous!

Par Claire B. 25 mai 2016 à 6 h 31 Répondre à ce commentaire

Merci pour cet éclairage apaisant . Submergé par la douleur , je n'avais jamais pensé que la séparation pouvait aussi sauver l'essentiel, le lien, la relation, et comme telle être acceptée comme solution.

Par Lucas B. 25 mai 2016 à 6 h 24 Répondre à ce commentaire

Merci à soeur Marie Monnet pour cet éclairage concernant la saine séparation qui conduit à l'autonomie de chacun! Il s'agit d'éviter d'étouffer, de prendre ses distances pour faciliter le lien.C'est tellement vrai dans nos familles! Alors, soyons vigilants!

Par guignard 25 mai 2016 à 5 h 06 Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas aimé c'est trop long et cérébrale elle m'a perdu dans ses méandres

Par Ella McCormick 25 mai 2016 à 4 h 50 Répondre à ce commentaire

J ai beaucoup aimé ce texte et son explication, merci

Par M bou.tin 25 mai 2016 à 6 h 18

je suis d'accord avec vous je n'ai pas tout compris j'aimerai que ce soit développer plus simplement mais merci à cette équipe qui nous apporte son aide pour que l'on essaie de se poser les bonnes questions dans ce monde si rude parfois bonne journée à vous et prions ensemble .

Par faux dominique 25 mai 2016 à 6 h 30

Je vous entend quand vous dites que c'est trop long et trop cérébrale pour vous .
Cependant , me croyez vous quand j'écris que pour moi aujourd'hui c'est grâce à cette longueur et cette réflexion que je comprend mieux ?
Aujourd'hui la séparation non violente est indispensable pour laisser à ma maman malade, son autonomie .Cela va me permettre - non de la porter mais au contraire de lui laisser sa liberté et de respecter sa volonté .
Ainsi je vais garder le lien et c'est l'essentiel .
Merci

Par Pascalinette 26 mai 2016 à 9 h 00
voir tous les commentaires