Marie

« Marie se mit en route. » Luc 1,39

La visitation

Luc 1, 39-56

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. » Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

Méditation

précédente suivante

Courir sur les routes du monde

Pourquoi Marie court-elle sur les routes de Judée et monte-t-elle avec empressement jusqu’à Ein Kerem, un petit village situé juste à l’ouest de Jérusalem, au milieu de ces douces collines arborées ?
La Ville sainte est à deux pas, mais c’est pour Élisabeth que Marie est là. Marie est venue voir le miracle que Dieu a fait pour Élisabeth et en retour Élisabeth perçoit le miracle de Dieu pour Marie. Ces deux femmes sont attirées l’une vers l’autre pour témoigner de leur joie. L’exultation de Marie est la nôtre, c’est la joie de chaque chrétien qui rend grâce pour tous les bienfaits reçus du Seigneur. Dieu se souvient de nous, c’est-à-dire qu’il a un projet pour chacun de nous et pour son peuple, son Église.
La promesse du salut s’étend d’âge en âge et nous en sommes encore les bienheureux bénéficiaires.
Dans nos moments de doute, dans nos moments d’abattement, quand l’avenir semble bouché, nous sommes invités à revenir en arrière, à nous souvenir de la fidélité de Dieu qui renverse les puissants et les superbes. Se rappeler le passé pour rouvrir l’avenir. Ainsi, le peuple d’Israël se souvient, de génération en génération, de la libération d’Égypte, du don de la Loi malgré les souffrances de l’histoire : cette mémoire est un point d’ancrage pour la foi, elle nourrit la persévérance et la confiance. Dieu se souvient de nous, alors souvenons-nous de sa promesse ! La mémoire des bienfaits est au cœur de la vie chrétienne, c’est le fondement de l’espérance. Alors, affermis par la mémoire des dons reçus, nous pourrons, comme Marie, nous mettre en route et avancer pour proclamer les merveilles de Dieu.

Méditation enregistrée dans un studio du Christian Media Center

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

38 commentaires

la méditation est bonne,

Par Grégoire 11 mars 2019 à 16 h 42 Répondre à ce commentaire

MERCI de tout coeur de votre si belle homelie, cher Frere Olivier, de Jerusalem ! Une grace d'Esperance, bien expliquee, ranime notre coeur ! Je rends grace a Dieu !

Par Veronique (Belgium) 23 décembre 2018 à 11 h 35 Répondre à ce commentaire

Marie a voulu rendre visite à Elisabeth pour l'aider, c'est incontestable...
... Les parents de Marie, Anne et Joachin étaient-ils encore vivants ?... on ne le sait !..
... on ne le dit pas aussi .. Marie vu sa jeunesse et sa virginité, n'avait-elle pas également le désir aussi, de connaître près de sa cousine, un certain nombre de renseignements sur l'évolution de la (...de sa) grossesse...(compte tenu du caractère confidentiel de la situation de Marie !)... c'est élémentaire et naturel dans l'épisode de l'Incarnation ?... (Les cours de formation dans ce domaine n'existaient certainement pas à l'époque ?) ....Elisabeth a été très certainement une seconde mère pour Marie en la circonstance !...

... et pourtant, malgré la proximité de parenté entre Elisabeth et Marie, je n'ai toujours pas compris "l'indifférence...!" "apparente"! de Jésus lors de la décapitation de son cousin ... le précurseur Jean Baptiste ??? alors que pour d'autres dans de telles situations ( Pierre par ex....), IL avait agit différemment ??? (mais ceci est une autre histoire ?...)

Ce n'est qu'une réflexion explicative et aparté, sur la Visitation de Marie.

Par breizh 19 novembre 2017 à 16 h 31 Répondre à ce commentaire

Domages, la lecture est trop rapide, manque de l'interieurité ¡¡¡

la meditación très belles

Par carmen 17 novembre 2017 à 23 h 54 Répondre à ce commentaire

Dommage , la lecture n'est pas " habitée" et les liaisons ne sont pas faites .... Désolée

Par martin 14 novembre 2017 à 18 h 47 Répondre à ce commentaire

"Le Seigneur fit pour nous des merveilles, Saint est son nom!"

Je reprends ma prière de l'an dernier, en la modifiant un peu, pour et avec chacun de nous:

Avec toi, Marie, qui intercède pour nous et nous précède, nous voulons avancer, avec la grâce de l'Esprit saint.

Seigneur, apprends-nous à reconnaître TA PRÉSENCE à tout instant! Amen

Par MARIE 14 novembre 2017 à 11 h 43 Répondre à ce commentaire

Conduis-moi Seigneur sur tes chemins! Les pas en arrière que Tu m'as fait faire sont autant de graines semées pour Te rejoindre fidèlement dans l'Espérance et la Joie.
Que tes projets pour chacun de nous voient le jour en nous faisant serviteurs.
Soyons des témoins vivants de Ta présence en toute humilité pour que Ta volonté Seigneur soit faîte!
Yallah!

Par Larrieu Nathalie 14 novembre 2017 à 5 h 54 Répondre à ce commentaire

Marie se mit en route rapidement pour rendre visite à sa vieille cousine Elisabeth qui en est à son sixième mois de grossesse; au lieu de s'installer confortablement dans son bonheur et de savourer cet événement incroyable : c'est elle qui a été choisie entre toutes les jeunes filles pour être la mère du Sauveur.
Marie est une toute jeune fille, pleine d'entrain, de vitalité, alors que sa cousine est une femme âgée, elle pourrait avoir besoin d'aide pour assumer cette tardive grossesse. C'est ce qui nous vient en premier à l'esprit. Mais il y a un autre aspect de cette démarche, c'est de sortir, sortir de son confort, aller à la rencontre de l'autre, aller se mettre à l'écoute, se rendre disponible.
La Visitation est l'occasion d'une rencontre entre deux femmes, deux futures mères, elles se révèlent l'une à l'autre la profondeur de leur foi, de leur émerveillement; elles rendent grâce à Celui qui a permis qu'une jeune vierge et une vieille femme puissent donner la vie.
La Visitation, est signe que dans nos vies nous avons besoin d'un autre, des autres; nous avons besoin les uns des autres pour découvrir qui nous sommes et nous confirmer dans notre vocation de fils et filles de Dieu. Nous avons besoin de l'Autre qui est Dieu.
Oui, frère Olivier, nous mettre en route et avancer pour proclamer les merveilles de Dieu. Qu'Il soit béni de siècles en siècles !

Par Marie Jeanne 13 novembre 2017 à 23 h 13 Répondre à ce commentaire

"La Visitation, est signe que dans nos vies nous avons besoin d'un autre, des autres (...)"
Un grand merci à toi pour ces mots Marie Jeanne!
Avec ma prière pour toi, pour Brig, et pour tous ceux qui souffrent.

Par Audrey 14 novembre 2017 à 7 h 18

Merci ma petite Audrey !
Toujours attentive, encourageante.

Nos vies sont faites de signes, de clins d'oeil du Bon Dieu, qu'il faut savoir reconnaître :
"Ainsi, vous savez interpréter l'aspect du ciel et les signes des temps, vous n'en êtes pas capables."

Petite soeur, je te souhaite une bonne soirée et t'embrasse affectueusement,
ta grande soeur,
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 14 novembre 2017 à 19 h 27

Chère grande sœur,
Il y a cette Visitation exceptionnelle, à laquelle tu fais si joliment écho après Frère Olivier, et puis les simples visites qui jalonnent nos vies, prenant une signification plus ou moins grande. Je me souviens avec reconnaissance de cette visite que mon épouse Marianne et moi avons pu te faire, recevant bien plus que nous ne t'offrions.
Je me rappelle aussi avec gratitude certaines visites et clins d'œil de l'Esprit Saint au cours de ma vie, venant nourrir ma foi ou restaurer mon enthousiasme. Il y a eu cette prise de conscience radicale de l'amour de Dieu qui me poussait en avant, dans les circonstances les plus noires, lors du décès accidentel de ma sœur aînée à cause d'un conducteur fantôme en état d'ivresse. Et je bénis le Seigneur et celles et ceux qui ont été ses témoins et ses relais pour me montrer un chemin de conversion et de franchissement des épreuves. Si je m'insurge encore de temps en temps contre ce que j'éprouve comme incohérences dans certains passages bibliques, il me faut bien chanter les merveilles de ces moments clairs entre tous, révélant la précieuse petite lumière au sein des ténèbres. Je partage humblement cette prise de conscience (à ne surtout pas prendre pour une prétentieuse autosatisfaction) en geste de paix et de solidarité avec toute notre communauté d'internautes.

Par Bernard (Bruxelles) 14 novembre 2017 à 21 h 46

D'accord. D’Accord! En accord! En spiritualité. En foi. Mais où avez-vous vu une seule trace archéologique de la sortie d’Égypte? Un mythe se fonde toujours sur une réalité, maintenant on le sait. Mais QUELLE réalité? Le Soleil qui tourene encore autour de la Terre? Adam le boueux son Eve réveillée? Quand donc notre Église aura-t-elle le courage de dire la Vérité: celle de la Parole? Et non pas pas celle des grenouilles qui demandent un roi! Mais je vous aime, vous que je lis.

Par NADAUS 13 novembre 2017 à 20 h 42 Répondre à ce commentaire

Cher retraitant,
Je peux comprendre votre question mais n'oublions pas que la Bible ne cherche pas à être un livre d'histoire au sens où nous le comprenons aujourd'hui. Tout ce que dit la Bible quant à notre salut est vrai. Si l'histoire de Moïse n'est pas historique au sens moderne, je ne dirais pas pour autant que c'est un mythe. Cette histoire est le témoignage d'une expérience profonde que certains hommes ont retranscrit avec tout leur talent littéraire dans des formes et des genres particuliers mais il y a clairement des événements vécus comme soubassement.
Fraternellement,
Fr Olivier

Par Fr Olivier 14 novembre 2017 à 14 h 37

Frère Olivier...vous dites :"se rappeler le passé pour rouvrir l'avenir" .... oui cela devrait s'appliquer à chacun de nous...
et surtout en ces temps de doute sur l'avenir de nos enfants et même de toute la Terre...
L'Homme a une bien courte mémoire ... quand il ne veut pas admettre ce qui est essentiel !
Seigneur déciller les yeux des hommes pour qu'ils s'aperçoivent qu'ils vont vers le néant et non vers l'avenir...
qu'ils vont vers le vide et non vers la lumière de Dieu !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 13 novembre 2017 à 20 h 38 Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup les méditations des textes de la Bible. Cela me parle de Dieu et me réchauffe le cœur. Merci!

J'ai un problème depuis la nouvelle saison. Achaque meditation Il y a un virus qui rente dans mon ordinateur .

pouvez-vous rémedier à ce probleme Merci à l'avance Claire

Par Claire Gagnon 13 novembre 2017 à 20 h 17 Répondre à ce commentaire

David dansant pour l'Arche de Dieu , c'est une idée qui s'inverse , c'est l'enfant que porte Elisabeth qui je dirais danse ;
reconnaissant son Seigneur ;c'est déjà Jésus qui oeuvre , aller vers ceux qui ont besoin .
Marie aimée de Dieu , exalte le Seigneur ..un cadeau qui engendre les promesses de Dieu , un cadeau , un magnificat
la merveille des merveilles ...Annoncée bien avant par ISAÏE .Jésus , Marie , les deux sont dans un seul coeur , celui
de Dieu .Merci frère Olivier , je me souvient d'un verset , tes enfants ,c'est moi qui les sauverai !

Par fred 13 novembre 2017 à 18 h 15 Répondre à ce commentaire

heureux ceux qui peuvent gouter ces beaux moments que donne le plaisir de la rencontre, de la nature si belle en automne
Malheureux sont ceux qui doivent pleurer ,se battre pour retrouver cette vie qui leur est enlevée.
Que nos pensées les rejoignent, que surgissent en eux ces étincelles de joies données par cette communion.

Par jnc 13 novembre 2017 à 15 h 19 Répondre à ce commentaire

"Cette mémoire est un point d'ancrage pour la foi, elle nourrit la persévérance et la confiance"," affermis par la mémoire des dons reçus, nous pourrons, comme Marie, nous mettre en route et avancer pour proclamer les merveilles de Dieu" expliquez-vous Frère Olivier. Merci de nous inviter à la persévérance, à la confiance: des notions qui peuvent s'oublier. Merci de nous préciser à temps et à contre temps de ne pas perdre de vue ce "point d'ancrage" qu'est la mémoire.
N'est-il pas dit "Faites ceci en mémoire de Moi?" à la messe? Oui! ne pas oublier est primordial, pour ne pas tomber dans les "à quoi bon?" les lassitudes humaines compréhensibles, mais contre lesquelles nous avons besoin de lutter: c'est l'effort de mémoire que vous proposez qui peut être très aidant! Merci à vous!

Par Anne-Marie 13 novembre 2017 à 12 h 20 Répondre à ce commentaire

Merci Marie, Merci à vous frères et sœurs de renouveler l'Espérance quotidienne.
Avec la Confiance de Marie portons autour de nous la paix et la joie à ceux que va rencontrer notre route de ce jour et recevons la force de se lever et marcher.

Par Borel Jeannette 13 novembre 2017 à 11 h 31 Répondre à ce commentaire

"Elisabeth fut rempli d'Esprit Saint" précise ce passage! comment, sinon, comprendre tout ce qui leur arrive à toutes deux? comment comprendre les réponses de Marie? Ces deux femmes ont cru à la Parole " car rien n'est impossible à Dieu"! et nous avons alors la chance inouïe de connaître les conséquences du Tout Puissant d'Amour dans nos vies! Il disperse les superbes, Il élève les humbles, Il comble de biens les affamés, Sa miséricorde s'étend d'âge en âge"! En adhérant à la Parole, nous voici engagés sur un chemin qui trouvera tout ce qui fait vivre: la joie devant la faim nourrie...la joie devant la force de l'humilité...la joie de voir des réconciliations! quels espoirs donnent Marie à sa cousine et à nous, par la même occasion! Merci Frère Olivier de nous rappeler la force de la mémoire dans nos vies! Grâce à elle, l'Espérance perdure d'âge en âge! Fasse Seigneur que nos mémoires n'oublient pas ces cadeaux de la vie!

Par Emma 13 novembre 2017 à 8 h 34 Répondre à ce commentaire

"Sa rappeler le passé pour rouvrir l'avenir": j'aime beaucoup cette réflexion qui va à l'encontre de la tendance actuelle, consistant avant tout "à jouir du présent" Pourquoi ne pas s’asseoir, plutôt, sur le roc de nos racines, pour réaliser dès maintenant ce qu’il faut pour construire un avenir selon nos cœurs… et selon le Cœur de Dieu ? C'est ce qu'ont fait Marie et Elisabeth. Mettons-nous en route, comme Marie, "la première sur le chemin de la foi" et de l'espérance. Nous sommes pleins d'espérance pour l'avenir quand nous sommes pleins de reconnaissance pour les merveilles du passé. Encore faut-il prendre le temps de s'asseoir pour lire ces merveilles, comme Marie a sans doute dû le faire après sa course pour rejoindre Elisabeth !

Par pepitou 13 novembre 2017 à 8 h 56

Pepitou, peut-on à la fois, savourer le moment présent sans pour autant oublier le Créateur?
Quand nous nous émerveillons d'un splendide lever de soleil, d'un superbe coucher de soleil...quand le ballet des oiseaux, là, au présent, nous émerveille...nous sommes en plein dans l'instant présent...et cela nous fait-il pour autant perdre la mémoire?
Cet engouement des sciences humaines invitant à savourer l'instant présent est sans doute une façon de rendre l'homme attentif au beau, au bon, au bien dans nos vies et par la suite, une recherche peut se faire sur la Source? c'est ainsi que je vois l'éveil à la foi du tout petit; en commençant d'abord à s'émerveiller de tout ce que la nature nous offre: tel ce soleil inondant la journée de juillet...etc...Belle journée Pepitou! je vous rejoins , bien sûr, dans ce magnifique chant: "La première en chemin Marie, tu nous entraines..."

Par Emma 13 novembre 2017 à 12 h 47

Emma je vous rejoins dans votre commentaire du "Présent" qui est un présent qu'il nous faut savoir vivre!
Le passé nous soutient, nous accompagne dans ce présent
Il y a lien et c'est en cela que nous tenons debout
Comme le mat d'un voilier qui a besoins de plusieurs haubans pour tenir!
Belle journée Christiane

Par christiane 14 novembre 2017 à 12 h 18

J'ai découvert Marie, la Vierge Marie, très tard dans ma vie. Quelle merveille, celle que Dieu a choisis. La force qui habite Marie nous porte et nous enseigne d'aller, de ne pas avoir peur, elle est passée au travers de grands dangers Marie. Son silence pendant 30 ans, et même après nous fait comprendre sa patience, sa force, sa fidélité. Marie c'est une flamme que l'on suit, une lumière qui se voit de loin, le phare de notre foi. On ne réfléchit pas, on suit Marie. C'est tout. Brig tu as mal partout. Moi aussi. Courrons, marchons, volons ensemble. Par Marie. Odile

Par odile 13 novembre 2017 à 8 h 22 Répondre à ce commentaire

Merci,
Oui déjà pas mal,je peu courir,volet,et temp de belle choses,par la pensée, et être unie avec vous To use dans la prière, une belle grâce,bien fraternellement

Par Brig 14 novembre 2017 à 14 h 16

Bon...jour,

@ Brig, chère Brig je vous ai lu, message posté à 2H00 , votre sommeil doit être très perturbé , que mes prières aillent jusqu'à vous pour essayer de soulager vos douleurs

Pensées en ce 13 Novembre où il y a 2 ans un drame au Bataclan

Union de prières

Par annie 13 novembre 2017 à 7 h 32 Répondre à ce commentaire

Merci ma chère Annie,
Une petite réponse,oui je dort peu,car je commence les rayons pour soulagé ma douleur, j'espère que le seigneur entend nos prières lui seul peu me guérir, vue que scientifiquement ce n'ai plus possible, ce nouveau cancer du rectum qui touche l'os et extrêmement douloureux, et la prière dans la nuit s'apaise, être porté par la prière ,cet nouvelles épreuve blouse blanche tout les jours,pendant 5semaines, seul avec toi Marie avancé vers l'enfant Jésus, seigneur je crois en toi,dans l'espérance comme Elisabeth, croire au miracle, avec toi tout et possible, pour moi ,t'on amour ta lumière me suffit car je t'aime,chaque lève et couché du soleil je te rend grâce pour la journée qui commence, par la prière donne moi la force de notre mère Marie face à la croix soulagé ma souffrances, merci Marie de me donné votre sourire. ..
Et j'espère de tout coeur pouvoir marché avec vous To use sur les chemins de l'avent,qui arrive à grand pas,bien chaleureusement de tout coeur avec vous,merci pour tout ceux qui prie ,moi aussi pour chacun de vous dans la peine et dans la joie...

Par Brig 13 novembre 2017 à 22 h 07

@ Brig,

Merci d'avoir pris le temps de me répondre , vous êtes un exemple de foi pour nous tous , Jésus et Marie ne vous abandonnent pas , les mots sont pauvres ... , sachez ma chère Brig que beaucoup de monde pense à vous
Permettez-moi de vous embrasser
Union de prièreS

Par annie 14 novembre 2017 à 9 h 26

je trouve sa très très bien se que vous avait fait je l'écoute tout les matin Merci Pour se très beau moment

Par Leroux 13 novembre 2017 à 7 h 15 Répondre à ce commentaire

Les joies venues de Dieu sont de celles que l'on ne peut garder pour soi. La Bonne Nouvelle se proclame dans chaque évangile lu, certes, mais n'est-elle pas aussi cette joie qui naît parfois en nous de voir, de savoir Dieu agissant en nos vies? N'est-elle pas Bonne Nouvelle faite chair, cette joie?
"Heureuse celle qui a cru" dit Elisabeth et Marie de dire Dieu en sa vie, de dire ce que, dans l'Esprit, elle voit. "Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez!" dira Jésus à ses disciples, "exult[ant] de joie sous l'action de l'Esprit Saint" (Lc 10,21-23). Voir et croire ne font qu'un. Voir, savoir, avec tout son être, ce qui, justement, parfois, ne se voit pas. Ce don de Dieu en sa vie. Ce don de vie. Ce don de Dieu en la vie de ceux que nous rencontrons et que, par l'Esprit, nous voyons, vision qui aussi est don. N'en est-il pas ainsi du tressaillement d'allégresse de l'enfant en Elisabeth?
Voir et entendre. Cette joie a empli Elisabeth quand les paroles de Marie sont "parvenues à [ses] oreilles". De simples paroles de salutation pourtant dans lesquelles Elisabeth a entendu bien plus. Et ce sont des mots de salut que lui répond encore Marie en ce "Dieu, mon sauveur". Elle invoque la paix, cette salutation traditionnelle du monde ancien. La paix que donne celle qui porte Dieu en elle, la paix qui saisit celle qui l'entend en vérité et la reçoit pour telle. Cette paix qui est Dieu, vivante "promesse faite à nos pères", vivant en nous, marchant avec nous.
Merci frère et prières

Par Audrey 13 novembre 2017 à 6 h 52 Répondre à ce commentaire

Marie et Elisabeth, toutes deux ont perçu, le miracle de Dieu, attirée l'une vers l'autre, et, fidèle, du mystère qui vient.

La mémoire est certes un point d'ancrage, et, elle ne peut être détournée de son authenticité, même si elle doit, en cela, croître et tendre vers une approche non pas nouvelle, mais revisitée.

Préserver et faire fructifier notre patrimoine évangélique, dans le sens même de son fondement, ne pas le détourner vers des chemins hasardeux. L'homme n'est pas Dieu, et son devoir est de s'activer à une vie chrétienne, à l'image de Dieu.

Prière de ce jour, bonne journée.

Par Florine. 13 novembre 2017 à 5 h 19 Répondre à ce commentaire

Ce temp de prière dans cette nuit ,paisiblement je viens vers toi seigneur, avec confiance, sachant que c'est toi qui guidera mais pas douloureux aujourd'hui
Marie première en chemin, Reine des apôtres, combien cela devait paraître difficile aux premiers apôtres quand le Christ leur à dit d'aller dans le monde prêcher l'évangile !
Jésus mettait toute sa confiance en Dieu, Dieu veut que je réponde aux besoins des autres,
Marie proclame la vérité au sujet de Dieu et de son amour pour son peuple, puisé dans l'amour de sont coeur maternel pour lui amener les hommes
Dieu ne nous demande pas des miracles, il nous demande simplement de stransmettre son amour en allient vers ceux qui sont dans le besoin n'hesitons pas à prendre Marie chez nous elle nous conduit vers Jésus, quand nous accueillons cet amour infini de Dieu nous serons en mesure d'aimer,Christ nous apprend au quotidien, et plus nous reconnaîtront notre pauvreté, notre misère pour mieux accueillir la misère de l'autre sa faiblesse
Que le Christ brille dans nos coeur et illumine tous ceux qui nous entoure
Alors avec Marie nous changerons sans fin les merveilles de notre Dieu, riche en miséricorde. ....petite serviteur de la miséricorde

Par Brig 13 novembre 2017 à 2 h 00 Répondre à ce commentaire

"l'Ange entra chez Elle......"

" La puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre ....." pour que la LUMIERE surgisse !

OUI !

Par mi 25 octobre 2016 à 17 h 06 Répondre à ce commentaire

Sainte Marie, bonne et tendre mère de miséricorde,
Comme vous l'avez manifesté à Élisabeth, venez me visiter et me venir en aide ,et que je puisse resentir cette grande joie!
Je le sais,je ne mérite peu être pas cette grâce, car j'ai souvent offensé votre Divin fils ,
je me repens d'avoir blessé le coeur de jésus et le votre .
Comme Marie fais que nos mains et nos pieds se dirigent "en hâte " vers les autres pour apporter la charité et l'amour de ton fils jésus, pour apporter comme toi un peu de joie,car aujourd'hui mon coeur et bien éprouver par la maladie, j'aimerais comme toi avoir la force de pouvoir aller visiter mais amis, toi qui porte la lumière de l'évangile.
Avec t'on oui ,aujourd'hui Marie apprend moi a visité les coeurs ,est aimé chaque jour un peu plus,ne pas être sourds a la voix d'autrui, aux cri de lassés, désespère, déçu, .
Toi tu savais écouter a la voix du silence qui lui a parlé sur la confiance,
viens me tenir la main comme tu a fait a Élisabeth, une grâce qui illumine le coeur en pleine nuit, et avancer a ta suite,
Osez dire oui un coeur rempli d'espoir. ... petite serviteurs de la miséricorde ......merci pour me rappeler ce beau chant Chantal

Par Brig 25 octobre 2016 à 14 h 28 Répondre à ce commentaire

"Le Seigneur fit pour moi des merveilles saint est son Nom!"
Comme Marie, avec qui nous marchons, avec la grâce de l'Esprit saint, que nous apprenions à reconnaître Ta présence, à tout instant, Seigneur! Amen.
UDP

Par MARIE 25 octobre 2016 à 10 h 48 Répondre à ce commentaire

Je viens de finir de lire ce texte, je fredonne en même temps ce beau chant :

1 - La première en chemin, Marie tu nous entraînes
A risquer notre "oui" aux imprévus de Dieu.
Et voici qu'est semé en l'argile incertaine
De notre humanité, Jésus Christ, Fils de Dieu.
R/ Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de foi,
Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu.

Seigneur donne nous la force d'avancer comme Marie et dire notre Oui pour être témoin de ta parole. Amen

Par chantal 25 octobre 2016 à 7 h 09 Répondre à ce commentaire

Quelle force! Quelle joie! Qu'elle est belle, cette rencontre entre Elisabeth et Marie! Qu'elle est belle, qu'elle est forte cette rencontre dans l'Esprit! L'Esprit qui, de suite, met Marie en chemin. L'Esprit qui met ainsi en chemin, chaque homme, chaque femme qui le reçoit.

Elisabeth, qui s'est tenue cachée cinq mois, elle aussi, est en chemin. Non par les routes, comme Marie, mais en elle-même. Se rappelant la honte qui fut sienne, revisitant son passé, s'émerveillant de la présence de Dieu dans sa vie. Au terme de ce chemin, sa joie éclate en un grand cri. "Bénie es-tu entre les femmes"! Ces femmes dont elle fait partie, dont elle partage cette bénédiction qui toutes les unit, qui - avec l'Esprit, dans l'Esprit, par lui – fait retentir leurs voix.

Elisabeth, Marie, toutes ces femmes magnifiques de la Bible qui les ont précédées, ne sont pas des 'ventres' dont le Seigneur se serait servi. Ce sont des femmes que son Esprit révèle, des femmes qui marchent avec Lui, en conscience, traversant avec Lui toute honte, leur cœur, leur foi, leur chair, tournés vers Lui. Des femmes dont la force est en Lui, dont Il est la force. Des femmes de Vie. Y a-t-il plus grande joie que d'être relevée ainsi?
Magnificat anima mea Dominum!

Par Audrey 25 octobre 2016 à 6 h 54 Répondre à ce commentaire

Oui Audrey, la rencontre entre Marie et Élisabeth est belle car animée par l'Esprit, l'Esprit qui met en route quand on veut bien le recevoir et se mettre à son écoute.
Marie, toi qui est en chemin avec moi fait moi sortir de ma tiédeur et mon égoïsme pour aller avec l'Esprit Saint d'Amour qui est en moi vers tous ceux que je rencontre sur mon chemin, Kat

Par Kat namur 25 octobre 2016 à 7 h 59
voir tous les commentaires