Marie

« Marie se mit en route. » Luc 1,39

L'annonciation

Luc 1, 26-38

l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Méditation

précédente suivante

Le "oui" de Marie

Marie aura un jour sa place parmi les disciples de Jésus. Ainsi, les Actes des Apôtres la présentent assidue à la prière avec les apôtres et quelques femmes, petite communauté, cellule souche de l'Eglise à venir. Mais le récit de l'Annonciation nous apprend quelle place a Marie dans l'assemblée des disciples de Jésus-Christ. Elle est la toute première. Car dès avant Sa naissance, avant même Sa conception, elle aura foi en Lui.
Première disciple, elle montre aussi ce qu'est la foi. La foi ne consiste pas d'abord en mots. Ou alors, en fait de mots, il s'agit d'un seul mot. La foi est un "oui", celui qui résonne dans le "que tout m'advienne selon ta parole". La foi est un "oui" à la vie reçue de Dieu, envers et contre tout, en dépit de tout ce qui pourrait nous inciter à dire "non". La foi s'engage à avancer là où on ne sait pas aller, là où cela semble impossible de passer. Là où il semble évident qu'on ne pourra pas y arriver tout seul, sans qu'une route s'ouvre devant nous, sans qu'un sol porte nos pas, sans qu'un Esprit de force nous soutienne et nous oriente.
Une jeune fille qui ne connaît pas d'homme ne peut pas enfanter. Il est impossible à une vieille femme de mettre au monde. Cela m'est impossible de continuer à vivre dans cette situation qui me parait bloquée, d'y trouver une issue. C'est pour moi impossible de vivre cet échec, cette situation de solitude, ces épreuves du deuil, de la santé, de l'âge. C'est impossible encore qu'il me faille mourir un jour et vivre aujourd'hui en marchant vers la mort. Alors, avec ta grâce et par la prière de Marie, oui, Seigneur, j'y vais. Oui, je viens vers Toi !

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

70 commentaires

FRERE DANS LE SEIGNEUR MON FRERE J'AIMERAI SAVOIR SI PRIER LE MORT N'EST PAS UN PECHE?

Par ESPOIR KAGINE 31 décembre 2016 à 15 h 15 Répondre à ce commentaire

Comme Marie a dit OUI à son Seigneurà notre tour disons tous les jours Oui à la vie, c'est donner le meilleur de nous-même aux chances que la vie nous offre. Oui aux contraintes, aux engagements, aux responsabilités, aux souffrances qui peut nous déranger, nous bousculer même coûteux et difficile. Parfois ça nous entraîne plus loin que nous ne l'avions prévu. Ce Oui nous fait grandir chaque jour parce que nous découvrons l'Amour de Dieu .

Par BERNEMarie-Anne 16 novembre 2016 à 17 h 21 Répondre à ce commentaire

OH !! Que c'est difficile de dire OUI dans des difficultés qui vous arrivent dessus....
parfois c'est un OUI très timide, parfois c'est plus franc,
Alors Seigneur fais grandir en moi ta FOI !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 13 novembre 2016 à 21 h 35 Répondre à ce commentaire

Merci frère Pascal Marin , pour cette belle méditation , Suivre l'évangile dans sa vie, et dire je crois en Jésus ressuscité, c'est par Marie ,la Mère de Jésus et Mère, des hommes et de l'église ; Mère de toutes nos espérances ; Vierge Marie tu es la réussite de la création que Dieu a faite pour son éternité ..Merci Marie pour ton Oui ...Rita

Par Rita Giuliani 5 novembre 2016 à 12 h 10 Répondre à ce commentaire

Réjouis-toi, comblée de Grâce, le Seigneur est avec toi. Sois dans la joie; sois transportée d'allégresse fille de Sion,car tu a été choisie entre toutes les femmes pour être la mère du Sauveur. De celui qui devait libérer l'humainité de la mort. Sois dans la joie Marie d'avoir accepté cette lourde responsabilité.
"Comment cela pourrait-il se faire, puisque je suis vierge" ? Elle n'a pas dit oui, aveuglément, elle n'a pas dit non, non plus; elle demandé, elle interroge l'ange. Avant de s'engager dans une responsabilité, il faut peser le pour le contre : on peut ou on ne peut pas ?
"L'Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son Ombre".
Marie connaissait les textes bibliques, elle avait lu la prophétie d'Isaïe, elle savait donc que c'était d'une vierge que devait naître le Sauveur.
L'Esprit de force, de courage, d'intelligence lui ont fait répondre favorablement : "Voici la servante du Seigneur que tout advienne selon ta parole".
Oui, frère, la foi est un 'oui'; oui à la vie reçue de Dieu; encore faut-il que l'on sache sortir de soi, sortir pour aller à la rencontre des autres, sortir du train-train de nos bonnes vieilles habitudes. Notre Dieu est jeune; pour lui ressembler, il faut se débarasser de tous les encombrants
qui nous alourdissent, nous ralentissent; le monde souffre, le monde peine; les hommes ont faim de pain, d'amour; faim de Dieu.
Notre pape a raison, il faut sortir, savoir dire oui, être porteur d'espérance, porteur d'Evangile. L'église nous envoie en mission.
Je dis "oui" malgré mon âge, oui avec Marie. Rien n'est impossible à celui qui nous a créés par amour. Qu'Il soit béni, à Lui la Gloire éternellement.

Par Marjeanne 26 octobre 2016 à 18 h 08 Répondre à ce commentaire

Oui ,je dis Oui avec foi dans les moments difficiles que je vis aujourd'hui, dans les moments de Grâce ,les moments de joies qui m'attendent oui Marie tu es notre exemple ,je mets ma confiance en toi

Par Janou 26 octobre 2016 à 11 h 26 Répondre à ce commentaire

Belle définition de la Foi: la Foi engage à avancer là où cela semble impossible de passer, là où on ne pourra pas y arriver seul... sans qu'un Esprit de force nous soutienne et nous oriente...
Pour moi, à 80 ans la perspective de mourir bientôt et de vivre aujourd'hui en marchant vers la mort, m'angoisse, me parait difficile... J'ai l'impression d'avoir encore tant de choses à faire, tant de paysages à découvrir, tant de gens à rencontrer que j'ai envie de dire: pas trop vite Seigneur !...
Marie, toi qui a dit ta foi en Dieu par un "oui", aide-moi à dire, quand l'heure sera venue: oui, Seigneur, je viens vers toi, avec confiance et joie!

Par Mamie Ed 25 octobre 2016 à 16 h 50 Répondre à ce commentaire

Le Oui de Marie nous a donné un sauveur merveilleux, Maman Marie nous te disons un grand merci, et aide nous à marcher dans cette confiance de nous retrouver tous ensemble en tous et pour tous vers la vie nouvelle !!! Amen !!! merci pour cette belle méditation !!

Par Marie-Noëlle HONORE 25 octobre 2016 à 16 h 27 Répondre à ce commentaire

Seigneur,
Aide -nous à rester fidèle à notre OUI .......
OUI devant la crèche , OUI jusqu'à la croix .
Merci frère Pascal pour cet éclairage sur le Oui de Marie .
&
Belle journée à nous tous !!!

Par Najoi 25 octobre 2016 à 10 h 50 Répondre à ce commentaire

Bonne journée à vous tous, sœurs et frères internautes, je voudrais ce matin d'abord répondre à Lyonyx, avec un brin d'humour, ...ce collage de la Vierge me fait penser à la Vierge de l'Annonciation du retable d'Issenheim...qui semble risquer un œil prudent et interrogateur vers l'Ange, elle a le visage plus rondelet, la frange un peu plus sage, un mouvement en retrait, mais, pardonnez-moi, un soupçon de curiosité ! Il y a de quoi, devant cet Ange, si austèrement séduisant, car enfin, regardez-le bien, il a de quoi fasciner ! Je reste tout près du texte, "fiancée à Joseph, de la Maison de David" Marie était engagée, vierge oui, mais non point libre aux yeux de la Loi. J'aime tant sa question toute réaliste : Comment cela se fera-t-il ? Elle n'avait pas froid aux yeux, si vous permettez l'expression, devant cet être à l'expression masculine, majestueux...Il a fallu cette réponse par laquelle TOUT a commencé et qui ne lasse pas d'émerveiller : " Le Très-Haut te couvrira de son ombre" . En l'espace de quelques secondes, Marie a dû renoncer à l'espoir de toute jeune femme juive, celle de devenir la mère du Messie ! Car enfin, qui pouvait savoir que le Messie était " le Fils du Très-Haut" ? je n'ajouterai que ceci : Un appel demande toujours le renoncement à un projet. --- Pour ce qui est de Jacqueline : vous avez mille fois raison...si seulement je savais dire non parfois, j'en serais moins fatiguée...moins soupe au lait aussi ! Belle journée, Gaby

Par Gabrielle Metzinger 25 octobre 2016 à 9 h 20 Répondre à ce commentaire

Le partage de la Vierge est d'être en silence. C'est son état, sa voix, c'est sa vie. Sa vie est une vie de silence qui adore la Parole éternelle. Et voyant devant ses yeux, en son sein, en ses bras, cette même parole substantielle du Père, être muette et réduite au silence par l'état de son enfance, elle entre un nouveau silence et y est transformée à l'exemple du verbe incarné qui est son Fils, son Dieu, et son unique amour. Et sa vie se passe ainsi en silence, de silence d'adoration en silence de transformation. Et c'est un des effets sacrés et divins du silence de Jésus de mettre à la très sainte Marie de Jésus en une vie
de silence. Ce silence de la Vierge n'est pas un silence de bégaiement et d'impuissance, c'est un silence de lumière et de ravissement, c'est un silence plus éloquent dans les louanges de Jésus que l'éloquence même.
Auteur : Cardinal De Bérulle
Il y a des années que je contemple ce texte avec admiration... dans le silence ..

Par fred 25 octobre 2016 à 17 h 58

C'est son état , voie , sa vie .
Pour être juste avec le texte , et non voix ..

Par fred 25 octobre 2016 à 18 h 05

La foi est un "oui",que la volonté du Seigneur soit faite .... chaque jour dans les difficultés je me dis et redis Seigneur que ta volonté soit faite ..... AMEN

Par Ninine 25 octobre 2016 à 8 h 49 Répondre à ce commentaire

Les soldats ont partagés , les habits du Christ . Par l'Esprit Saint
Lui nous fait par Marie le don ; de nous habiller entièrement de cet habit divin .
Sans besoin d' imiter les soldats , mais que du contraire , de comprendre le
don de Dieu par Jésus , dans l' Esprit Saint .Le Christ est alors , dans tous , Un
dans le Père , dans un seul Habit ......Un . Voyez comme ils s'aimaient .

Par T 25 octobre 2016 à 8 h 49 Répondre à ce commentaire

ouvre moi Seigneur à l'intelligence des écritures.Je suis fatigué viens à mon aide avec Marie notre mère.

Par andre 25 octobre 2016 à 8 h 28 Répondre à ce commentaire

Je me permets de vous proposer cette belle priere d'Edith Stein:
C'est dans le silence éternel de la vie intérieure de Dieu
que la décision de la rédemption a été prise,
C'est dans l'obscurité d'une maison silencieuse de Nazarerh
que la force de l'Esprit est descendue sur la Vierge seule et en prière,
et que l'incarnation du Sauveur s'est réalisée.
Ensuite réunie autour de la Vierge silencieuse en prière,
L'Eglise naissante espérait la nouvelle effusion de l'Esprit
Qui lui avait été promise pour lui donner la vie,
lui donner sa clarté intérieure , sa fécondité et son efficacité
dans ce dialogue silencieux entre les êtres bénis de Dieu et leur Seigneur
se préparent les événements de l'histoire de l'Eglise visibles de loin et qui renouvellent la face de la terre (PS 105).
La Vierge qui gardait dans son cœur chaque Parole de la part du Seigneur (luc, 1-45)
préfigure les êtres attentifs en qui la prière sacerdotale de Jésus renait sans cesse à la vie.
,

Par Ghislaine 25 octobre 2016 à 7 h 31 Répondre à ce commentaire

Derrière le grand oui ,
il y a d'abord un bonjour , celui d'être assidus à l'enseignement des apôtres , fidèles à la communion fraternelle
à la fraction du pain et aux prières . Ce passage dans actes deux des apôtres , montre l'évidence de trois qualités .
Assidus , fidèle , prières . Un'autre manière de lire un proverbe dans ce qu'il nous parle :
Le Seigneur dirige les pas de l'homme :
Comment l'homme comprendrait -il son chemin ? là je pense à ayez confiance , n'ayez pas peur , à Job et Tobie
La Providence divine . Jérémie , disant de la part du Seigneur : Je vais les guérir et leur révéler une ordonnance
de paix et de fidélité .Le credo , est né de la vierge Marie ( chair , donc os de mes os , sang de mon sang ) Eucharistie .
Que restera t -il de nous ? Car sa mémoire , au travers des âges , son esprit , au travers de la chair de Marie , montre
notre humanité , soit en communion , soit dans l'oubli de soi-même .Soyez fort et courageux pour défendre ce Trésor.
Que dans vos prières , l'autorité de cet amour , du Notre Père , soit pas une récitation , pendant des siècles il y eu des
combats , pour défendre ce droit , je dirais une église en marche , arrivée dans un constat , des droits humains ...
Dieu ne s'impose pas , puisque Jésus libère librement , il n'accable pas , Il n'oblige pas , il se donne en communion ,
ainsi le Pape François , demandant de prier pour lui , c'est une communion , car lui nous portes tous , dans cette église
que le Christ voulait , pure et sans tache dans une évolution encore dans le choisir la vie et la mort . Soit croire que spirituellement dans nos chair , il y a une essence divine , que la femme et l'homme ne sont pas des marchandises ,
des bêtes , mais que dans ce recueil véritable , il en ressort , que ces souffrances sont comme un gémissement dans
l'attente ..Mais aussi dans la vigilance , des ailleurs qui s'imposent comme des agneaux , mais qui sont véritablement
contre l'humanité , qui est de séparer ce que Dieu à unis ....Pour qu'ils aient la vie éternelle . Comprenez , le voile étant déchiré en deux , pour faire comprendre , LA passion du Christ , étant par amour pour nous ; Dieu compte sur nous à
présent , dans cet amour là , paix et fidélité , derrière le grand oui , se profile tout un peuple , Marie Madeleine , une femme
bien courageuse , bravant les soldats , pour aller voir Jésus ....Pour soigner la dépression spirituelle sans médicaments ,
sans coups , sans sarcasmes , sans lance , épines , vinaigre , Lui l'a fait une fois pour tous . Autrement dit , n'aie pas peur de prendre Marie chez Toi ......Le pape Jean Paul deux , et sa prière à Assise , me fait comprendre l'urgence de l'assistance
de la communion .... et cette voix qui s'élève de la foule , pour dire n'oubliez pas l'église du silence ...C'est plus qu'un signe ,
c'est de nos jours , une réponse , sa réponse , (allez voir sa prière) qui est au travers du pape François , une réponse .
Il n'y a pas de fruit du Hasard, il n'y a que soit des crédules , et des incrédules ...L'église , pour dire Marie est vivante
par la Chair du Christ , par Sa Parole , afin de comprendre que Le Christ ne peut se renier Lui-même , même si nous le renions .....Suivons ce Chemin de Vie . Elle vous dira : Faites tout ce qu'Il vous dira ! afin que
sa Présence soit visible pour tous . Christ , hier et aujourd'hui est le même , voir hébreux 13 en entier .Une manière de dire
je suis de retour chez moi entre les mains de Notre Père .

Par fred 25 octobre 2016 à 7 h 28 Répondre à ce commentaire

Derrière le grand OUI par lequel nous Te signifions notre volonté de Te suivre Seigneurs, se trouvent les petits"ouis" que Tu nous demandes de prononcer chaque jour, face aux multiples décisions qui se présentent au fil des heures.Sans Ton soutien
et Ton pardon, nous risquons fort de quitter le chemin que Tu désires pour nous.Heureusement Tu nous a promis Ta présence jusqu' à la fin. Merci Seigneur Jésus. L.D.

Par dourte léon 24 octobre 2016 à 23 h 22 Répondre à ce commentaire

Je suis de retour chez moi, après 2 absences.
Un temps de 8 jours le silence dans la belle nature d’automne et la prière. Cela me fut très, très bénéfique autant sur la plan physique et spirituel. Car l’accumulation depuis la mi-janvier, m’avais amenée à dépasser mes limites.
Je suis revenue de Montréal, vendredi : rendez-vous médicaux. Alors j’en ai profité pour visiter ma sœur. Alors je suis en train de me mettre à voir avec mes courriels accumulés.
Mahona, j’apprécie votre délicatesse. Moi aussi j’ai manqué la présence des internautes, mais ce ne fut que pour vous retrouver tous. Merci pour les prières qui m’ont accompagnée.
Nathalie Henry, votre merveilleuse fille, vous a été. Prêtée par Dieu, afin de l’accompagner sur la bonne route. Ne la retenez pas, mais doucement et discrètement accompagnée-là. Sinon il y a le risque qu’elle prenne des distances qui vous feront souffrir davantage. Votre histoire est aussi celle d’une amie qui a voulu retenir sa fille unique, qu’elle élevait seule. Maintenant mère de deux petits enfants, sa fille a coupé les ponts avec sa mère, parce qu’elle se sentait étouffée par cette amour un peu trop possessif. Je comprends votre souffrance de voir votre enfant mettre de côté de belles opportunités, mais elle est encore jeune, elle pourra toujours revenir à une formation spécifique lorsqu’elle connaîtra mieux ce qu’elle désire faire de sa vie.
Dieu vous a prêté son enfant, dans un grand élan de confiance. Il est peut-être temps de la remettre au Père, par les mains et le cœur de La Vierge Marie. Je lui demande, pour vous, la grâce de dire « oui » au Père, par le oui donner à votre fille. Elle vous en sera reconnaissante et sera la joie de votre cœur. Je vous garde dans ma prière.

Ainsi que tous les internautes et leurs intentions.

Par Micheline (Canada) 24 octobre 2016 à 22 h 12 Répondre à ce commentaire

Merci Micheline pour votre prière et votre présence. Merci à tous ceux qui prennent le temps de méditer.
Lâcher prise est un exercice spirituel, je le comprends et je l'apprends même si je l'appréhende. Me réconforte dans les moments de doute cette chaîne de priants que nous sommes et bien au delà des internautes, je ressens les liens qui nous unissent à tous les priants, il n'est jamais trop tard pour commencer à espérer, avec Marie qui nous inspire par son oui si simple et si direct. Espérons et croyons,
Communion de prière

Par Nathalie Henry 24 octobre 2016 à 23 h 26

Je dis OUI au commentaire!

Par marie 24 octobre 2016 à 21 h 52 Répondre à ce commentaire

Marie appartenait a Joseph selon la loi juive, ce qui etait plus qu'un fiancaillement parce qu'il avait le droit de l'introduire dans sa propre maison et tout ce que ca entendait. Probablement, il etait a cause de la jeunese de Marie qu'il attendait de la prendre chez lui, peut-etre pour une annee. Alors, n'etait-il pas necessaire, meme pour Diieu, de demander a Joseph son accord.

Par Bill 24 octobre 2016 à 20 h 08 Répondre à ce commentaire

Cher Bernard,

Que vous me faites plaisir ! Soyez patient, c'est un bon début. Moi, j'y crois ! Tant d'amour, de miséricorde, de prières ne peuvent
rester sans réponse.
Si une vierge peut enfanter, si la vieille femme stérile qui se croyait maudite a pu donner la vie à un fils, et quel fils ! Alors, il faut y croire.!
Rien n'est impossible à Dieu et à celui qui met sa confiance en Lui.

"Ce qui sauve, disait Saint-Exupéry, c'est de faire un pas, encore un pas, c'est toujours le même que l'on recommence".

Bien fraternellement,

Marie Jeanne

Par Marjeanne 24 octobre 2016 à 19 h 40 Répondre à ce commentaire

Ce matin, dans la grisaille qui plombait le ciel bruxellois, un ouvrier occupé à réparer une conduite d'eau fredonnait tranquillement la célèbre chanson de Claude François : "Le lundi au soleil..."
Je vous adresse, chère Marie Jeanne, chères et chers internautes, quelques notes de cet opiniâtre optimisme, avec toute mon amitié

Par Bernard (Bruxelles) 24 octobre 2016 à 23 h 46

MERCI Monette et Marie , que le SEIGNEUR vous bénisse, je vous remercie de votre prière , de votre présence, et je trouve la force dans la communauté de tous les priants , c'est DIEU qui nous aime .

Par Nicole.B 24 octobre 2016 à 19 h 23 Répondre à ce commentaire

Rien n'est impossible a Dieu

la grâce de Dieu présente dans nos vie sachons la reconnaitre

la Foi en Dieu voila ce qui nous manque

le OUI de Marie en tout et pour toujours

Par albatre 24 octobre 2016 à 18 h 44 Répondre à ce commentaire

Chers internautes qui osez partager votre foi et tout particulièrement cher Christophe Naud qui osez partager votre émoi,
Il est de vertigineux miracles qui nous rassemblent et nous offrent la grâce et la foi et il est de minuscules et non moins fabuleux moments qui nous réjouissent de manière inouïe car ils ne semblent n'exister que pour nous sauver de l'effroyable tristesse qui nous gagne parfois.
Je reviens d'un séjour bref dans un monde parallèle où j'écoutais, groupie émerveillée de très grands philosophes et poètes, un cercle de savants réunis pour un colloque à La Tourette. J'ai pu serrer la main du Frère Prieur, Pascal Marin et le remercier pour son accueil grâcieux et son travail engagé au quotidien pour nous donner à entendre ces textes sublimes qu'il faut sans cesse interpréter.
Je bénis la chance de parvenir ainsi à me glisser au sein de ces communautés intellectuelles qui réfléchissent au sens des mots aujourd'hui. Et pourtant je me sens si vague et vagabonde que je n'y ai guère ma place. Je n'ai que le désir profond, chevillé au corps et à l'âme d'écrire un jour. Mais je n'écris pas, je suis une femme interrompue, brisée et sans élan. Je suis une femme seule avec une fille de dix-sept ans. La solitude est immense et je voudrai garder mon enfant, ma merveille, qu'elle fasse de longues études mais déjà elle veut quitter le lycée et travailler. Le désarroi me prend à la gorge, je suis vouée à l'échec et à la vie solitaire.
Et pourtant une lueur me remet sur la voie de la prière et de la méditation quand je lis le texte de l'Annonciation et en redécouvre un sens possible à la lecture de Frère Pascal mais surtout quand je lis l'émouvant cri de Christophe. 
Cher Christophe Naud, c'est courageux d'exister ainsi et de se dresser envers et contre tout, de se draper de reliques magnifiques avec Kurt Cobain et Freddy Mercury. Il faut survivre et il faut dire sa différence, même s'il faut la crier parfois et jeter un pavé dans la mare sentencieuse qui semble couler une chappe de plomb pour que les marginaux soient silencieux. Ne soyez pas celui que vous n'êtes pas, continuez d'être vous-même, vous que le Très-Haut aime et protège. Soyez assuré de son Amour, c'est "l'Amour qui sauvera le monde" dit Michael Lonsdale en soulignant dans sa préface qu'il faudrait traduire plus exactement "que ta volonté soit faite" par "que son Désir soit exaucé".
De retour en France après presque vingt ans d'exil je me demande parfois si l'Eglise appartient à un petit club mais je me souviens de l'alacrité et de la jubilation éblouissante de mon ami, le merveilleux Frère Antoine Lion, érudit dominicain qui fonda Chrétiens et Sida. Je me souviens de l'extraordinaire Annonciation de Fra Angelico et de cette promesse avant même de devenir chrétienne, il y avait dans la beauté de ce Tableau plus que de l'Art, il y avait l'émoi profond face à l'Annonce de l'Ange dont les ailes frémissantes débordaient jusqu'à nous. 
Je me souviens de cet éblouissement et cette réalisation, il y a vingt ans, même moi, pêcheresse, j'étais dans la main de Dieu, j'avais le droit de vivre et de croire au Paradis. Je me souviens de mes larmes et de mes prières à Marie pour devenir mère. Je me souviens de ma terreur et de ce grand malheur quand j'ai perdu un enfant avant cet immense bonheur d'être enfin maman. Je me souviens de ces mots dessinés par une main décidée et rapide. De La Tourette Frère Antoine Lion saluait la naissance de ma fille, "cette petite-fille de l'autre siècle". Aujourd'hui disparu, j'entends sa voix toujours qui me guide avec humour et infinie bonté. Je me souviens pour toujours de cette main si frêle et si légère, celle de mon ami Benoit Vergne, acteur et homme délicieux, mort il y a vingt ans du Sida, cette terrible peste noire. Je me souviens de tous mes amis disparus et le Ciel se remplit de ceux qui nous appellent et veillent avec les Anges. Prenez soin de vous cher Christophe et bénissons le Ciel pour les avancées en recherche médicale, vivez heureux et vivez en Dieu qui vous aime.
A tous amis dans la foi et l'Amour du Christ, communion de prière,
Nathalie

Par Nathalie Henry 24 octobre 2016 à 17 h 53 Répondre à ce commentaire

Merci à celles et ceux qui prennent la peine de répondre à mes post qui tournent en rond... je sais qu'il me faudrait accepter tout ce mal et le combattre à mon niveau.
Je viens de terminer le vivre de Adrien Candiard, "veilleur où en est la nuit "
Il écrit le véritable amour, la véritable espérance et cela me fait écho en ce sens que je dois regarder le monde et les autres autrement. Mais nous avons été trop souvent sur des chemins de traverse. C'est un livre facile en apparence mais au fond assez compliqué... il s'impose comme petit livre de chevet à relire. Si vous avez l'occasion de le lire et de partager vos réflexions ? Merci
Blandine

Par Blandine 24 octobre 2016 à 17 h 22 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau passage de l'Annonciation et pour votre méditation, frère Pascal.
Je médite avec vous tous:"Alors, avec ta grâce et par la prière de Marie, oui, Seigneur, j'y vais. Oui, je viens vers Toi!"
Et je chante:
"Marche avec nous, Marie, sur nos chemins de vie,
Ils sont chemins vers Dieu, ils sont chemins vers Dieu."
UDP avec chacun

Par MARIE 24 octobre 2016 à 16 h 55 Répondre à ce commentaire

Je dis "oui", bien sûr, je désire vraiment marcher main dans la main avec Jésus!!! Lui confier absolument toute ma vie,"oui".
Mais, car il y a un"mais". Pas simple de le réaliser vraiment, je parle pour moi, bien entendu. Rien qu'en voyant l'exil de ces personnes, à Calais, qui fuient en traînant leur pauvre baluchon. Cela, je ne l'ai pas vécu, mais cela doit rappeler aux personnes âgées qui ont connu la guerre...Et tout ce qui se passe sur la planète....
Bien sûr, ce n'est pas Dieu qui le veut, Il n'envoie pas les épreuves pour nous tester.
Mais nous pouvons quand même crier vers Lui, notre tristesse et notre désarroi. Et prendre le temps de réfléchir à ce que l'homme fait de sa propre planète. Chacun devrait se sentir "responsable" et ajuster sa conduite pour le "meilleur".
Je ne sais pas si je m'exprime bien clairement, veuillez m'en excuser et même me reprendre. Etre responsable de mes actes, et tenter d'être en paix avec l'aide de Dieu. Union de prière!

Par monette 24 octobre 2016 à 16 h 32 Répondre à ce commentaire

Il y a dans la naissance énigmatique de Jésus le "oui" de Marie qui, quoique il en soit, accepte de s'engager dans une voie d'acceptation qui dépasse sa propre raison. L'évangéliste nous dit très bien qu'elle raisonne une impossibilité. Alors vient à son secours l'Ange du Seigneur, comme une écoute "en direct" à l'intérieur d'elle-même. Elle entend, c'est à dire elle accepte, elle entend la mission qui lui est confiée.
La mission de Marie c'est d'abord d'accepter pleinement ce qu'Eve n'était pas arrivée à faire qui avait voulu le fruit de l'arbre de la Connaissance. Marie retrouve la présence de Dieu. Et son écoute.
Frère Pascal reprend toutes ces impossibilités pour nous proposer Marie en exemple de ce que nous pouvons réaliser dans notre humanité telle qu'elle est : le oui est à notre portée parce que Dieu est venu à notre rencontre en Jésus. Merci.
Mais je voudrais quand même dire que ce n'est pas aussi facile que d'envoyer une lettre à la poste ou un message sur le clavier.

Par Michel (occitanie) 24 octobre 2016 à 15 h 45 Répondre à ce commentaire

Je pense que le oui de Marie est dans l'histoire , â comprendre dans la foi. Mais , oui Marie a aussi dû écouter la petite voix qui nous parle aux entrailles, celle qui nous fait mal et qu'on ne voudrait pas entendre.
Merci â Breizh et â Splenge.
Les .meditations sont souvent angéliques , loin de la vie,prions ensemble pour changer nos cœurs de pierre en coeur de chair.

Par Micheline 24 octobre 2016 à 15 h 31 Répondre à ce commentaire

SI... Marie était sur terre dans ce XXI° siècle, particulièrement le 24 Octobre ?...
... Que ferait-elle, ou serait-elle ??....
A CALAIS, assurément...!
Elle qui a été émigrée avec Jésus et Joseph - Elle qui du fuir en Egypte sous la menace d'un tyran...
" Fuis en Egypte et restes-y" (Mat, 2- 13)...
Elle prit son baluchon précipitamment... mais pas de car "grand touriste" à la sortie de Nazareth, mais le "confort" d'un dos d'âne...!
Elle a connu la crainte du lendemain, de l'inconnu, de l'angoisse pour son enfant ?...
Elle sait, Elle l'a vécu...
... et Elle a pu redire les paroles de son Fils (Lc 13 - 10-17) "... HYPOCRITES !"... à l'égard de ces leaders politiques... "catho" qui rejettent sur leur territoire l'accueil de ces émigrés.... ??? Au nom de ?...
... " politique"... dites-vous ?... NON, mais l'Evangile incarné...
Nous demandons la miséricorde à ceux et celles qui ne pensent pas ainsi... et prions pour ces réfugiés, qu'ils puissent trouver malgré tout aide et réconfort ..

Par breizh 24 octobre 2016 à 15 h 20 Répondre à ce commentaire

A Blandine je comprends votre révolte votre colère contre toutes les horreurs de ce monde. Pendant cette année de la miséricorde "Dieu qui vient dans la misère de notre coeur. Partout où l'on a mal Dieu nous rejoindre. Tout ce qui se passe autour de nous et dans le monde c'est à cause de mon propre péché de tout ce qui en moi n'est pas converti encore au Seigneur. Quand je ne peux pas pardonner je prie et supplie Jésus de prier pour moi pour maccorder ce pardon que je ne peux pas donner "Père pardonnes leur car ils ne savent pas ce qu' ils font". Je vais voir un Prêtre à qui je remets mon soucis. Jusqu'à ce que j'arrive et uniquement par la grâce de Dieu de pouvoir pardonner. Un de mes enfants me disait devant de grosses difficultés avec un autre de mes enfants "mais comment tu fais" ? Je lui ai répondu je l'aime je lui pardonnes je prie et j'avance. Ce n'est pas tjrs rose. Si non je serais fâché avec cet autre enfant. A travers cette épreuve apres avoir passé des périodes de colère de revolte dinterruption de relations, plus un drame fait par moi. Je me pensais ne plus pouvoir être pardonné par Dieu plus non plus la possibilité de prier j'en étais totalement indigne ni pouvoir aller à la messe, pour moi j'étais voué à l'enfer... J'ai été poussée par une force intérieure à aller me confesser et là au moment où le prêtre me donnait l'absolution j'ai rencontré le Christ dans sa miséricorde j'ai senti qu'il retirer mon fardeau qu'il m'enveloppait d'une lumière indissible en me disant j'ai porté tous tes péchés sur la croix n'ais plus peur viens et suis moi. J'ai été remplie de joie de paix d'amour. J'ai mis plusieurs moi à pardonner le mal qui m'avait été fait. C'est de cette façon que j'ai pu dire "oui" pour suivre le Christ sur le chemin qu'il me montre dans la prière. Par la grâce qu'il me donne chaque jour que Dieu fait. Je dois me convertir tjrs et encore.

Par Fred 24 octobre 2016 à 14 h 54 Répondre à ce commentaire

Je crois avoir pardonné à toutes celles et ceux qui m'ont fait mal mais je trouve tellement dommage qu'il n'y ait pas eu de réconciliation.. mais je ne suis plus une victime, tout cela a pris sens.
Je déplore simplement ce désamour, cette indifférence, et souvent je me mets dans le même sac car je ne suis pas certaine d'aimer comme il faut.
Je suis à côté de la plaque en somme !
Merci d'avoir répondu
Blandine

Par Blandine 24 octobre 2016 à 17 h 32

Merci Seigneur ! Merci, Marie, d'avoir dit "oui".

Par Gilles 24 octobre 2016 à 14 h 38 Répondre à ce commentaire

"Soyez parfaits comme votre Père est parfait " ... C'est impossible Seigneur ! ... "C'est impossible aux hommes, mais tout est possible à Dieu !"
C'est unlong chemin, la main dans la main de Jésus...

Par ninon 24 octobre 2016 à 14 h 23 Répondre à ce commentaire

La foi est un "oui" à la vie reçue de Dieu. D'accord, mais sur le chemin, comment reconnaître ce qui vient de Dieu ? Oui à Dieu, mais avec son corollaire, NON au mal. Ne pas l'oublier. Et surtout, prendre conscience que le mal existe aussi, qu'il est Dans le monde, et qu'il faut être vigilant.
Que l'enfant puisse entendre que la séduction d'un adulte, c'est mal. Qu'il puisse dire NON. Qu'il puisse faire confiance à sa petite voix intérieure lorsqu'il se sent mal à l'aise. Et l'adulte, on a tous en mémoire le test d'obéissance à l'autorité alors qu'on inflige une douleur à autrui. Le nazisme est né en terre chrétienne. Le génocide rwandais aussi. Attention au oui inconditionnel. Que de perversité derrière un OUI mal compris. J'aimerais un jour lire une réflexion sur le oui de la foi plus nuancé.

Par Splange de Kerchove 24 octobre 2016 à 12 h 06 Répondre à ce commentaire

Bizarre , je dirais que d'innocence , dans un oui prononcé .
le christ est venu pour une remise en question , oui , mais
personnelle , ne pas faire aux autres ce que l'on voudrais pas subir .
Mais faire le bien que l'on voudrais que l'on nous fasse me semble être
très accessible , sans doute le oui de Marie , voulant offrir à Dieu son coeur ,
celui -ci lui offre le sien dans sa chair .On verra toujours des gentils et des méchants ,
des vrai , des faux , et le creuset sera , celui de faire des choix , dans Une Parole donnée
pas forcément publique , de quelle autorité fais tu cela , dis tu cela ? Faire le bien est à ma portée , faire
le mal que je ne veux pas , montre nos imperfections , c'est humain, par contre le Christ en nous montrant
ces meurtrissures , nous donne un moyen de pardon , de guérison , le premier sera le dernier , le dernier le
premier . Quand il dit Jean voici Ta Mère , c'est qu'il sait , qu'il y aura des oui , mal compris , et des orphelins ,
certains dans l'innocence souillées , d'autres en feront un combat , d'autres en feront un moyen de plonger
dans la ruine de la chair , avec l'Esprit Saint , il faut croire que Jésus , l'a envoyé , pour trouver une réponse .
Car Lui seul peut donner , une nouvelle naissance , dans le croire , le vivre , le partager , étant l'époux de Marie !
Dieu est sans nuances , Il est Immuable , Il ne juge pas , ces yeux sont trop pur pour voir le mal . Nous nous ne
faisons que l'attrister , au travers de revendications , voir de nos souffrances , met ta confiance en Dieu , et Il te
viendra en aide . Car ce ne sont pas les morts qui célèbrent le Seigneur , mais les vivants .Ainsi Jésus berger de toute
humanité , pour dire qu'ici et ailleurs , l'herbe n'est pas plus verte , ainsi le premier sera le dernier , le dernier le premier .
C'est encore un effet encourageant , croire , oui , mais soyez prudents , dans un discernement , celui de Dieu , est parfait .
Car c'est en mettant à l'épreuve les autres , que l'on se met à l'épreuve , oui , là je pense au Christ rédempteur pour tous .

Par fred 24 octobre 2016 à 18 h 18

L’Annonce est, pour nous comme pour Marie, le surgissement de l’ineffable, de l’inattendu dans une vie qui accepte d’être servante, de lâcher prise, pour être ouverte sur l’Autre, l’ineffable, pour accueillir le souffle de l’enfantement d’une nouvelle création. Sur mon blog lire l’article : http://www.bible-parole-et-paroles.com/2015/01/voici-la-servante-du-seigneur.html

Par Philippe 24 octobre 2016 à 11 h 13 Répondre à ce commentaire

ERRATUM !

Hier dans mon message de 16 heures, j'avais cité des personnes auxquelles je pensais entre autre Rosalie et Jacqueline Canada.

Autant pour moi ! c'est à Micheline Canada que je pensais. J'espère que vous allez bien, Micheline

Union de prière. Que Dieu vous garde.

Marie Jeanne.

Par Marjeanne 24 octobre 2016 à 11 h 10 Répondre à ce commentaire

Chère Marie Jeanne,
C'est parce que vous avez à cœur de vous soucier de tant de monde que votre esprit, toujours bien en train, s'est trompé de voie, notre "Micheline" se trouvant dès lors mal aiguillée. Je ne poursuis pas sur les rails de cette métaphore, car il serait bien difficile pour nos michelines des chemins de fer français ou belges de rejoindre le Canada. Mais ce n'est pas le moment de rester en gare, je saute donc en voiture pour vous remercier à nouveau de votre sollicitude, bien plus forte que la solitude qui s'exprime dans un si grand nombre de témoignages. Vous avez rappelé, dans le précédent forum, avec un si grande empathie, le problème de relation dont j'ai fait état en son temps. Avec beaucoup d'humilité, il me faut bien proclamer que "le Seigneur fait des merveilles", alors même que des comportements semblent parfois bloqués à tout jamais. Nous avons en effet, mon épouse et moi, voulu associer notre "fils prodigue" à une initiative dont nous souhaitions faire bénéficier nos enfants, en le mettant sur pied d'égalité avec ses deux frères et sa sœur. Lui qui avait proclamé qu'il ne voulait plus entendre parler de nous a répondu qu'il saluait notre "sens et respect de l'équité". Ce n'est qu'un premier pas, nous ignorons ce que l'avenir nous réserve, mais je tenais à partager ces mots d'espoir, après tant de larmes.

Par Bernard (Bruxelles) 24 octobre 2016 à 16 h 48

A Bernard,
Un tout grand merci d'avoir partagé avec nous cette grande joie qui est la vôtre après la réponse de votre fils, cela m'a vraiment ému et fait chaud au coeur, merci j'avais besoin d'entendre que le Seigneur écoute nos souffrances, surtout quand on Lui fait confiance, merci. Merci aussi à vous frère Marin pour votre méditation, kat

Par Kat namur 24 octobre 2016 à 20 h 09

Ah ! combien de fois j'ai entendu ou lu ce "oui", ce "fiat " érigé en exemple par les curés et prédicateurs !
J'ai l'impression qu'ils destinaient leur commentaire spécialement aux femmes vu que c'était la réponse de Marie . Et combien de fois ai-je entendu des femmes répondre "oui " à une demande de service parce que , disaient-elles, " je ne sais pas dire non ".
Ne pas savoir dire "non " leur paraissait une qualité.
Si on répond "oui " ( je ne parle pas ici de foi en Dieu ) , il faut que ce soit un "oui" véritablement ressenti .
Savoir dire "non " peut s'avérer une qualité précieuse. Exprimer clairement les limites de sa disponibilité, c'est faire en sorte que les autres ( amis, enfants, conjoint ou autres ) aient une attitude respectueuse envers vous et comprennent vos besoins. Ce n'est pas retirer son épingle du jeu . Quand on a bien fait comprendre cela à son entourage, les "oui " que nous disons prennent tout leur sens.

Par Jacqueline 24 octobre 2016 à 11 h 04 Répondre à ce commentaire

Bonjour, j'aime vos petites images stylisées et apprécie les méditations qui sont faites avec les textes originaux. Mais je suis déçue que vous soyez passé si vite sur les personnages de l'Ancien Testament dont j'espérai mieux comprendre la chronologie. Merci pour votre travail.

Par Faurie Habets Françoise 24 octobre 2016 à 10 h 49 Répondre à ce commentaire

Comme vous j'ai bien aimé ces précédents collages représentant les divers prophètes et jusqu'à Saint Jean le Baptiste ... par contre, cette représentation de Marie me paraît d'une mièvrerie saint sulpicienne, si j'ose, comme la plupart des petits dessins censés illustrer l'Evangile du Dimanche dans nombre de paroisses ... au secours !!

Par Lyonyx 25 octobre 2016 à 1 h 35

Seigneur fortifie toujours ma foi et mon attachement à toi en dépit de mes faiblesses de toutes sortes.
Seigneur renouvelle en moi chaque jour le don de ta Joie.
Amen, merci Seigneur.

Par marie 24 octobre 2016 à 10 h 33 Répondre à ce commentaire

OUI et MERCI reviennent dans les commentaires...et à juste titre !OUI à la vie et à chaque jour nouveau malgre les aleas du chemin , les revers ,les epreuves A quoi bon se revolter d'ailleurs ? Mieux vaut accepter .Mais cela n'est pas une resignation car cette acceptation est feconde et peut etre source de joie par ses consequences . MERCI pour les sourires, les rencontres du jour , ce jour qui verra peut etre la naissance de belles et grandes choses -comme la conception d'Elizabeth.Alors OUI et MERCI pour ce chemin de FOI et d'ESPERANCE . BOnne journee à tous

Par Dominique b; 24 octobre 2016 à 10 h 30 Répondre à ce commentaire

j ais baucoup aimées la meditationt et la bible

Par arlette 24 octobre 2016 à 10 h 25 Répondre à ce commentaire

Merci de ce commentaire qui développe ce qu'est la foi en Dieu...à travers cette acceptation par Marie , de l'impensable.
BR

Par Bertrand RICARD 24 octobre 2016 à 10 h 02 Répondre à ce commentaire

Très belle méditation sur la foi et le sens de la vie.
A conserver.
Merci.

Par Minerva 24 octobre 2016 à 9 h 19 Répondre à ce commentaire

Faire Confiance, dire Oui, osez, osons, quel changement de cap, je n'avance plus dans l'inconnu, je marche dans ta direction;
Et pourtant, déjà tu es là, à mes cotés, parfois, tu me portes sur tes épaules et souvent, tu me supportes.
Marie, femme, Marie, mère de notre Seigneur Jésus-Christ, Marie la première en chemin, Marie toujours en prière pour intercéder pour nous auprès de son Fils, notre frère.
Dans nos jours difficiles, délicats, viens aussi nous montrer la route, viens ouvrir la porte.

Par Jean Michel-Leon 24 octobre 2016 à 9 h 02 Répondre à ce commentaire

Marie comblée de grâce, vous avez reçu le Seigneur en votre sein.
Quel bonheur que de recevoir l'onction de Dieu pour vous donner un fils et nous donner un guide.
Oui Frère Pascal "Alors, avec ta grâce et par la prière de Marie, oui, Seigneur, j'y vais. Oui, je viens vers Toi !"

Par SYLVESTRE14 24 octobre 2016 à 8 h 41 Répondre à ce commentaire

Pour vous Christophe... je viens de lire vos mots et j.ai envie de vous prendre dans mes bras... comme on prend un enfant qui a mal.
certains de mes petis.fils sont de grands adultes et je leur parle au coeur. J.ai envievde vous dire : n.ayez pas peur... abandonnez.vous tel que vous êtes... là où vous êtes.... quittez ce langage d.enfant obstiné.... l.âme agenouillé .. laissez.vous lire par ce Père si aimant, exprimez Lui votre colère ou ne dites rien... demeurez simplement en Sa Présence...
Christophe, j.ai simplement envie de vous dire que vous êtes aimé, follement aimé de Dieu et que moi, à l.automne de ma vie, je vous aime aussi.

Par anne.claire 24 octobre 2016 à 8 h 27 Répondre à ce commentaire

Quelle grâce reçut Marie le jour de l'Annonciation !!! Recevoir dans son corps Celui qui allait être Notre Sauveur pour le bien du monde. Amen

Par Jocelyne Ceron 24 octobre 2016 à 8 h 16 Répondre à ce commentaire

Dois-je vous consoler frère Marin ? Tu n'auras plus à pleurer , car Il te fera grâce à cause du cri que tu pousses , dés qu'il t'entendra , Il te fera grâce .Hier je parlais de mission de tout un chacun , Monette disait que chacun en mettent ces "réalités ,
tous nous étions un soutien , je suis d'accord , avec ce sois sans crainte , car tu as trouvé grâce auprès de Dieu . Là je pense à Marie le jour de la pentecôte , Au Milieu des apôtres ....Pourtant ensuite ceux-ci selon leurs dons reçu sont partis établir des
communautés , afin que l'église soit conforme et bien réelle . Donnant ainsi de la naissance à la mort , un moyen d'exister
librement en Christ , les règles , les lois des hommes nous nous y conformons par souci de conformité , celle du Christ est un
appel qui accepte tout dans l'amour , comme cette mère dans Salomon préférant laisser son fils en entier que d'être couper en deux ...La sagesse de Salomon venait de Dieu .Ainsi l'église est cette sagesse , qui donne librement d'ouvrir le livre de nos vies , quelle est ma mission , ma vocation ? Il en très important de comprendre le Sacré , sous toutes ces formes et allures , ainsi le dénigrement peut de chez nous et dans nos églises , éparpillés , des dons qui sont pour l'église , mais aussi
pour nous et les autres ,à l'inverse on revient à l'unité , chacun reçoit au comble , une part précieuse , même les miettes qui tombent de la table . Reviens SULAMITE , passage du cantique des cantiques ....Qui veut dire paix . Quelle énigme ! , mais elle nous porte celle du Christ . Marie est ce poème , dans toutes les versions , autrement traduit par ouvrage , les mots , les phrases , ont un impact incroyable sur nos oreilles , pourtant : de Paul , Monette , Audrey , marjeanne , sans compter nos messagers , frère Nicolas , Pascal , soeur Marie , vous êtes des lettres aux coeur de chair , autrement dit , des poèmes .
Ce qui me pousse à vous lire , ce sont vos "poèmes ", écrite sur la Paume des mains de Dieu..., Je vous donnerais des pasteurs selon Mon coeur , Jérémie 3, 15, et ISAÏE , solidaire dira : Consolez , consolez Mon peuple dit Dieu .Parlez au coeur de Jérusalem , et criez -lui , que sa servitude ....Est finie .L'annonciation un esprit de force , qui ma foi , oriente , un soleil levant , autrefois vous étiez ténèbres , maintenant dans le Seigneur , vous êtes lumière .Conduisez-vous en enfants de lumière ...Un pauvre crie , Le Seigneur l'entend ..Marie nous donnes par Jésus , les sacrements , mais celui de la réconciliation , me vient à l'esprit ! Mais oui , c'est vrai , sans amour NOUS , ne sommes rien .

Par fred 24 octobre 2016 à 8 h 09 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je viens de lire le texte de Frère Pascal Marin: l'annonciation. Mais moi, je ne sais pas dire "oui" comme ça. C'est souvent un "oui, mais..." que je dis. Je me suis un peu entrainé à subir, à composer, à faire avec. Je me suis habitué à une forme de solitude et maintenant je la trouve assez comfortable. Je suis séropositif. Et alors? Il y en a plein d'autres comme moi. Et puis ça pourrait être bien pire. Et si un jour la tempête se met à souffler vraiment, je veux croire que je parviendrais à m'accrocher à un arbre et courber le dos jusqu'à ce que le vent tombe. Ce matin, j'ai lu Éphésiens 4:32--5:8. Mais je n'ai toujours pas envie d'obéïr. Je n'ai pas du tout envie d'être ce que ce texte propose. Moi, chaste, vertueux, bien propre et sans tâche? J'en concevrais de l'orgueil ou alors du mépris pour moi-même, je me détesterais. Je refuse de devenir un petit garçon bien poli avec ses souliers vernis qui mouche bien son nez et qui dit "bonjour" à la dame. J'aimerai mieux ressembler à Freddy Mercury ou à Kurt Cobain plutôt qu'à "Goody two shoes".

Par Christophe NAUD 24 octobre 2016 à 8 h 01 Répondre à ce commentaire

Tout le monde n'est pas Marie... Cela serait si simple.
Cet appel dont les amis internautes parlent bien mieux que moi, ne trouve pas forcément écho chez moi.
Est ce que j'entends mal ? Est ce que je suis submergée par mes encombrements, mes douleurs, celles d'un monde qui n'en finit pas de se ruer dans une impasse, contre un mur...
Faut il l'accepter ?
Je ne parviens pas à louer Dieu, car comment peut il supporter la souffrance de
ses enfants ? Alors je râle très fort, je me révolte mais ne m'engage pas pour autant, j'en Suis incapable... Trop d'énergie en face de moi, parfois trop de bonne conscience, de sentiment de bien faire... Alors que je ne suis qu'un grain de sable avec pour force, ma petitesse, ma lucidité ma révolte. Je ne suis pas chrétiennement correcte.
Alors Dieu oui, je l'appelle, je l'engueule, oui, j'ose le dire... Parce que je trouve que franchement, l'insupportable, l'horreur, sont des fléaux contre lesquelles, les pauvres humains que nous sommes ont peine à lutter, et que nous sommes à mains nues face aux mitraillettes du mal.
Je pense tellement souvent, et tant pis si je choque, à ce petit garçon de 3 ans que des parents indignes ont mis dans le lave linge pour le punir... Doit on leur pardonner avec angélisme quand j'aurais envie de les isoler, jusqu'à ce que la conscience vienne dans leur coeur dénaturé ? Si elle vient !!!!
Je ne suis pas "sage" non plus, vous voyez, mes pensees peuvent être qualifiées d'impures.,
L'appel de Dieu est bien timide, et les élus sans tache comme Marie sont peu nombreux... alors nous ? Qui sommes nous donc avec nos éternels péchés, comme si en naissant, nous étions porteurs de cette faute transmise par nos ancêtres, alors que nous n'avons rien demandé... Je crois qu'il faudrait vraiment essayer de voir les choses autrement.
Bon courage à vous,
Blandine

Par Blandine 24 octobre 2016 à 10 h 02

Christophe... comment ne pas réagir à vos mots ? j'ai envie de vous prendre contre moi, comme on recueille un enfant qui s'est fait mal et parler doucement, cœur à cœur. "Christophe, qui que vous soyez, où que vous soyez, vous êtes porteur de Dieu, Il dépose en tout homme un germe divin.Librement, vous l'interpelez ce matin ! Il accueille vos mots d'enfant obstiné et Il vous regarde avec un amour infini, car vous êtes Sa Préférence"
Je vous en prie, Christophe, laissez-vous lire par le Seigneur, l'âme agenouillée, montrez-vous à Lui, sans rien dissimuler, dans le silence et dans le calme, laissez-vous aimer ! pas aujourd'hui peut-être, un autre.... sûrement.
Je me permets de vous parler comme je parle à mes grands petits-fils, avec cet amour que Seul, le Seigneur peut déposer en moi.
A l'automne de ma vie, mes jours se sont suffisamment écoulés avec toutes ces terres traversées, parfois si arides, parfois si accueillantes, pour que je puisse venir vers et vous dire "Dieu vous aime... infiniment" et moi, je vous aime aussi

Par anne.claire 24 octobre 2016 à 10 h 10

A Blandine :
"La prière du pauvre traverse les nuées ; tant qu'elle n'a pas atteint son but, il demeure inconsolable." SI 35, 17
(C'était dans la première lecture de la messe de hier).
Avec mes meilleures pensées.

Par sonia2 24 octobre 2016 à 10 h 37

Cher Christophe, comme beaucoup d'autres ici, votre message m'interpelle.

Votre vécu vous fait regimber contre ce que vous pensez être la prédication d'un certain conformisme. Conformisme auquel vous préférez des figures "rebelles" telles que Freddie Mercury — et vu le parcours de celui-ci, je comprends tout à fait que vous vous y attachiez (Mercury, Cobain... très bon goût musical au passage ! ;) Si je vous ai bien compris, la lecture du jour en Ephésiens 5 vous amène à penser que l'apôtre exhorte son auditoire à devenir de petits saints modèles tout en sucre et confits de dévotion.

En réalité, il encourage les chrétiens de son temps à demeurer forts, dans un monde qui devait inviter, comme celui d'aujourd'hui quoique d'une manière différente, à "se laisser aller", à suivre ses "pentes molles". Ces dernières décennies ont vu la progression d'une certaine "culture de la rébellion" : non pas tant la révolte légitime et toujours bienvenue contre des injustices manifestes, mais plutôt une injonction insidieuse à "tout renverser", faire droit à ses propres envies, suivre sa pulsion du moment. Ce chemin présenté comme libérateur enferme en réalité dans un égoïsme doublé de médiocrité — croyez-moi, je parle d'expérience.

Si vous vous intéressez à la vie des saints dans toute l'histoire de l'Église, vous constaterez que le modèle "tout sucre" que j'ai évoqué plus haut n'existe pour ainsi dire pas. Même la petite Thérèse de Lisieux, que d'aucuns ont pu faire passer pour une sainte guimauve, ne manquait pas de caractère ! Ainsi, des hommes et des femmes certainement pas parfaits, avec leur moments de doute et de lutte, parfois en butte à des évêques ou des supérieurs peu éclairés, finissent par dire "oui", malgré tout. Il va sans dire que la force de ce "oui" ne vient pas de soi-même, elle est reçue de Celui à qui on la demande. Comme le dit si bien frère Pascal : "La foi est un 'oui' à la vie reçue de Dieu, envers et contre tout, en dépit de tout ce qui pourrait nous inciter à dire 'non'."

Pour que cela vous paraisse plus concret et moins "beau discours abstrait", je vous invite à lire non seulement la vie des saints, mais aussi les témoignages de chrétiens et de chrétiennes d'aujourd'hui, qui à un moment, se sont engagés, avec leurs doutes, parfois des erreurs, mais ont pris cette décision de laisser le Christ vivre à travers eux. Pour ma part, j'ai été très marqué par le vécu du père Guy Gilbert (pas exactement le type "Goodie two-shoes"...), mais il y en a bien d'autres !

Allez, osons le combat spirituel !

Par Xphoros 24 octobre 2016 à 21 h 18

"Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi." Marie, bénie entre les femmes. Marie, ma sœur. Toi qui as dit oui, toi qui chaque jour nous invites à dire oui, à ta suite, sans crainte.
Le oui de la foi porte en avant, "là où cela semble impossible d'aller", comme vous le dites si bien, fr. Pascal. Dire oui à Dieu, c'est se savoir jamais seul sur le chemin, savoir qu'aussi faible que je sois, Lui, la force, est avec moi. A chaque instant, à chaque pas. Si le oui de Marie résonne pour l'éternité, il se vit dans ma chair, dans la tendresse du Père, avec son Fils et par l'Esprit, toujours, en aujourd'hui.

Dire oui à Dieu, c'est enfin ouvrir les yeux. C'est voir Dieu dans sa vie. Regarder en arrière, et y voir sa lumière. "La nuit n'est jamais complète", dit le poète. Des mots qui longtemps m'ont hantée, des mots dont je savais, au plus profond, la vérité. Si noire que ma nuit m'est jamais parue, Dieu était là, avec moi. Je le sais maintenant. Maintenant, je l’ai vu. Dieu était là, qui déjà m'ouvrait des chemins, des chemins jusqu'à lui, avec lui. Comblée de grâce, oui, je le suis. Le Seigneur est avec moi.

Une telle grâce… Mon chemin devrait être pavé de mercis ! Merci, j'aimerais savoir te le dire, mieux, plus fort, Seigneur. Alors mes pauvres mots, mes mots trop faibles, je les remets entre tes mains. Ils y côtoient mon fardeau et ma peine, l'espérance, et la joie. Donne-leur des ailes, je t'en prie, Seigneur, qu'ils montent jusqu'à toi.

Le Seigneur est avec moi. Le Seigneur est avec chacun de nous. Bonne Nouvelle qui en Marie, qui en nous, prend chair. Alors oui, avec elle, réjouissons-nous!

Par Audrey 24 octobre 2016 à 7 h 28 Répondre à ce commentaire

Ce matin en lisant la lecture j'ai été frappé en lisant cette phrase ( chaque jour je marche vers la mort ) ! ! ! J ' ai toujours dit
j'ai donné la vie et la mort en même temps !!!! C'est horrible ! ! mais c'est vrai .
Je dit chaque jour et un jour nouveau ! ! et chaque jour je demande au Seigneur de m'aider , ou à maman qui se trouve déjà là haut . Christophe ce n'est pas toujours facile et quelque fois je suis dans la colère , nous ne sommes pas parfait !
Et ces jours là je lui dit je n'en peux plus aider moi ! ! !

Par Boddaert Marei-Pierre 24 octobre 2016 à 9 h 02

merci Audrey de me rappeler que la route vers mon OUI d'aujourd'hui devrait être pavée de MERCI !! oui, je te suis et marche avec toi Jésus,...oui je reste fidèle malgré les nombreux non qui m'ont tentée,...oui, j'accepte la solitude pour mieux m'ancrer en ce Père Amour qui la comble ... oui, main--tenant Marie m’entraîne avec d'autres, vers la Tendresse et l'amour inconditionnel .. Alors, OUI, Audrey remercions ensemble car nous sommes "comblées de grâces" !! Grâce aussi aux acteurs ce site qui nous relie tous et toutes ... M E R C I Colette

Par colette 24 octobre 2016 à 9 h 53

Seigneur, oui, nous devons te faire confiance pour marcher ensemble sur le chemin de la vie. Que nos vie soient espérance et message d'espoir pour ceux dont le cœur n'est pas ouvert.

merci pour votre accompagnement à la méditation.

Que le Seigneur soit toujours avec nous. Amen

Par chantal 24 octobre 2016 à 7 h 22 Répondre à ce commentaire

Comme votre méditation vient à point ! une fois de plus . Toute seule , il est évident que je n'ai aucune chance d'arriver à obtenir ce qui m'est demandé , cette semaine : et je sollicite l'aide de l'Esprit Saint , pour avoir au moins le courage d'aller jusqu'au bout dans la paix . Il s'agit d'une commission qui m'ouvrira , ou non , une voie nouvelle de travail qui me serait nécessaire dans ma nouvelle configuration de vie .
Je vous demande votre prière, et remercie de tout coeur cette belle communauté d'internautes que nous formons , avec le Seigneur qui vient.
Merci Frère Pascal.

Par Nicole.B 24 octobre 2016 à 7 h 02 Répondre à ce commentaire

Nous prions pour que le Seigneur vous soutienne dans la voie nouvelle que vous espérez, Nicole.

UDP en toute confiance, Marie veille sur nous, Dieu est avec chacun de nous

Par MARIE 24 octobre 2016 à 11 h 54

Nicole, soyez assurée de ma prière. Il y a dans la vie, souvent des décisions à prendre, des chemins autres, l'obligation de changer en partie notre vie professionnelle ou personnelle. Cela est difficile, ma situation professionnelle est "en suspend" pour le moment, pas facile d'accepter l'inconnu..Je vous souhaite la réussite dans ce que vous attendez, bon courage à vous.

Par monette 24 octobre 2016 à 16 h 04

Oui. Il est difficile de marcher seul sur lr long et difficile chemin de la vie. Marie qui a su dire oui sans hésiter nous aide à tenir la main de Jésus et à ne pas avoir peur. Merci à la Communauté de la Retraite dans la Ville.

Par Sonia 24 octobre 2016 à 6 h 27 Répondre à ce commentaire

Merci frère Pascal pour cette méditation du matin.

Marie de Nazareth aide-moi à cheminer avec ton Fils avec amour et foi comme tu l'as fait. C'est Lui qui nous donne la foi et qui nous laisse sa foi. Aide-nous Seigneur à ne jamais douter, donne nous la paix.

Merci Seigneur pour ce jour que tu nous donnes.

Par Marilou 24 octobre 2016 à 5 h 09 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires