Moïse

« Dieu vit qu’il avait fait un détour. » Exode 3,3

La sortie d'Égypte

Exode 13, 17-22

Quand Pharaon laissa partir le peuple, Dieu ne leur fit pas prendre la route du pays des Philistins, bien qu’elle fût la plus directe. Dieu s’était dit : « Il ne faudrait pas qu’à la perspective des combats, le peuple revienne sur sa décision et retourne en Égypte. »
Dieu fit donc faire au peuple un détour par le désert de la mer des Roseaux. C’est, rangés comme une armée, que les fils d’Israël étaient montés du pays d’Égypte.
Moïse prit avec lui les ossements de Joseph, car celui-ci avait exigé des fils d’Israël un serment solennel, en leur disant : « Dieu ne manquera pas de vous visiter : alors, quand vous remonterez d’Égypte, emportez mes ossements avec vous. »
Ils partirent de Souccoth et campèrent à Étam, en bordure du désert.
Le Seigneur lui-même marchait à leur tête : le jour dans une colonne de nuée pour leur ouvrir la route, la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer ; ainsi pouvaient-ils marcher jour et nuit. Le jour, la colonne de nuée ne quittait pas la tête du peuple ; ni, la nuit, la colonne de feu.

Méditation

précédente suivante

Un peuple, accompagné, épaulé

Quitter la servitude est une chose. Une autre est de poursuivre un chemin de liberté, au fil des vicissitudes de l’histoire. Avoir été libéré, oui, de nos peurs, de nos sentiments de fatalité, de nos errances. Mais poursuivre ce voyage au creux des aléas parfois bien lourds de l’existence, tel est le cœur de notre foi.
Aujourd’hui, pour le peuple, il s’agit de traverser vers la terre annoncée, promise. La route ordinaire, la plus rapide – quelques jours - des caravanes pour le pays de Canaan allait au nord-est. Mais par ce chemin, les Israélites se seraient trouvés face au peuple belliqueux des Philistins. Affaibli par la servitude, le peuple n’est pas de taille à affronter un combat. Israël va donc passer par là où Dieu l’avait indiqué à Moïse, dès le début de l’Exode *.
Un détour qui aurait dû durer environ un an, et durera 40 ans. Étrange trajectoire qui semble à l’opposé du but. Paradoxe alors pour ce peuple déjà épuisé par l’épreuve de l’esclavage qui pourtant va devoir supporter encore le poids des privations de ce long périple. Mais qu’est-ce qui le rend capable de tenir bon ? Deux choses, peut-être. Une mémoire l’accompagne.
Celle de la foi au vrai Dieu, à travers la symbolique des ossements de Jacob. Le peuple est précédé, soutenu par tous les patriarches. Le petit reste n’est pas seul, mais accompagné par toute une histoire. Comme nous aussi, encore et toujours. Plus encore, il est guidé, éclairé. La colonne de nuée, signe de la présence de Dieu pour empêcher cette petite poignée d’hommes de se perdre dans ce désert où mille occasions, hier comme aujourd’hui, peuvent égarer.
Nous égarer. La colonne de feu, elle, éclaire les nuits sans étoiles. Nuit de la désolation, de l’abandon, du doute, de l’adversité. Aujourd’hui, ce n’est plus une colonne, mais le Christ lui-même, qui est le chemin et la lumière. Pour chacun, à la mesure de sa marche, de ses nuits.

* Livre de l'Exode, chapitre 3, verset 12
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

46 commentaires

Oh Jésus tu as payé le prix pour nous libérer de l'esclavage , tu es la vraie lumière pour éclairer nos pas aide nous à rester sur le chemin que tu nous a tracé !!! Amen !!!

Par honoré marie-noëlle 13 septembre 2017 à 19 h 51 Répondre à ce commentaire

Les archéologues n'ont trouvé aucune trace de ce peuple déambulant dans le désert mais bien des traces de civilisations plus anciennes......??????

Par Bernadette charlier 25 août 2017 à 21 h 47 Répondre à ce commentaire

merci merci pour ce commentaire de la Parole .Vous allez me donner du courage pour toute la soirée !Je suis en Auvergne ,un peu isolée ,car j'ai moins de relations qu'à Meudon Mais le soleil est là ,et mon mari et le GR3O devant la maison ..et je vais offrir mes combats (je suis paralysée ) pour tous les réfugiés qui fuient en Syrie ou ailleurs l'Islam -con -quérant ! Mais le Seigneur est là et vos messages qui m'invitent à la PAIX

Par desmichelle colette 25 juillet 2017 à 15 h 57 Répondre à ce commentaire

Chère Colette,
Soyez assurée de ma compassion et de mes prières;
depuis que vous nous aviez fait part de votre handicap et que vous nous aviez raconté votre vie : vos enfants qui vous aiment et celui qui vous a quitté, votre nombreuse famille, la gentillesse de votre mari, je n'ai cessé de prier pour vous. Vous faites partie de tous ces noms inscrits au dos de ma belle image.
Que le Seigneur vous apporte la paix et qu'Il vous bénisse !
Bien fraternellement
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 25 juillet 2017 à 20 h 30

J ai 75 ans et je verse des larmes d espoir je n avais jamais compris que la nué servais a ne pas ce perdre dans le désert merci c est difficile de suivre le sentier de l espérance dans un monde qui n a aucun point de repaire.
Une amie ma demander de prier pour son petit bébé en me disant que Dieu va l exaucer car Il m écoute je suis bouleversé car je suis un grans pécheur et ne comprend pas quelle me fasse cette demande. Sœur Véronique merci pour cette lueur d espoir dans ce monde de ténebre qui m entoure.

André 25 juillet 07.12 Montréal Canada

Par André 25 juillet 2017 à 13 h 13 Répondre à ce commentaire

Cher André,
Votre amie a raison de croire que Dieu vous écoute.
Vous êtes pécheur ? et moi ? et nous tous, qui cherchons le secours les uns des autres pour continuer à avancer dans nos déserts, les jours de détresse, de solitude, de découragement. Chemin qui nous paraît interminable. Et Dieu est là; il nous accompagne discrètement.
Vous avez 75 ans ? j'en ai presque 10 de plus ! il ne faut pas désespérer. Courage !
Fraternellement
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 25 juillet 2017 à 18 h 01

A l'attention particulière de certains d'entre nous qui attendent désespérément les manifestations d'un Dieu qui tarde à se manifester:


"Il arrive à certains de ne goûter que l’absence et l’épreuve.

Si quelqu’un se trouve alors sans Dieu, sans pensée, sans images, sans mots, reste du moins pour lui ce lieu de vérité: aimer son frère, qu’il voit.

S’il ne parvient pas à aimer, parce qu’il est noué dans sa détresse, seul, amer, affolé, reste du moins ceci: de désirer l’amour.

Et si même ce désir lui est inaccessible, à cause de la tristesse et la cruauté où il est comme englouti, reste encore qu’il peut désirer de désirer l’amour. Et il se peut que ce désir humilié, justement parce qu’il a perdu toute prétention, touche le cœur du cœur de la divine tendresse.

“Ce n’est pas sur ce que tu as été ni sur ce que tu es, que te juge la miséricorde, c’est sur ce que tu as désir d’être.

Il n’y pas d’homme condamné".


Extrait de INCIPIT (Maurice Bellet).


Permettez-moi de vous communiquer ce texte que je relis volontiers quand "rien ne va plus". En union ave c vous tous.

Par Esperanza 25 juillet 2017 à 13 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci Esperanza pour ce texte.Il tombe à point dans ma vie,moi qui essaie d'aimer et qui aie souvent l'impression d'en être incapable(les blessures du passé sont tellement difficiles à oublier,à guérir,malgré mes prières...tellement de peurs....)

Par babichou 29 juillet 2017 à 16 h 08

@ Audrey
@ Esperanza

Merci d'avoir pris le temps de me répondre

Belle journée

Par annie 25 juillet 2017 à 8 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle et apaisante méditation, chère soeur Véronique. Elle nous réconforte, elle nous permet de nous remettre en question.
Quitter la servitude, c'est certes une bonne décision, un bon départ, mais après ? Comment profiter, vivre de cette liberté qui nous ait offerte sans se fourvoyer ? Se tromper de chemin, suivre une autre route, celle de la perdition ? Celle qui nous éloignerait de cette terre promise. C'est facile de se perdre, de se laisser aller à la dérive, de se détourner du bon chemin. Se tromper d'itinéraire quand la solitude, le doute, la souffrance deviennent insupportables; ah, ces nuits qui n'en finissent pas ! et qu'on se croit abandonné de tous et de Dieu.
Mais dans les moments les plus durs de notre existence, Dieu est là, il éclaire notre route de jour comme de nuit; il nous guide.
Seul, on peut se perdre, mais quand Dieu marche avec nous, de jour ou de nuit, nous sommes assurés d'arriver à bon port.
Les Hébreux avaient la colonne de nuée, le jour et la colonne de feu la nuit qui les guidaient pour traverser ce désert qui n'en finissait plus.
Dans nos déserts, nous avons le Christ qui nous a dit :
"Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres".
Jésus tu es toujours là au coeur de nos vies. Merci.

Par Marie Jeanne 24 juillet 2017 à 23 h 50 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation bouleversante. Quel encouragement pour toutes ces fois où nous avons l'impression que notre traversée du désert est interminable alors que notre Dieu est avec nous dans ces moments difficiles.
Vos commentaires 23h50 m'ont beaucoup touché Marie Jeanne. Merci pour ce réconfort.

Par Nicole - Ile Maurice 25 juillet 2017 à 5 h 53

Petit bonjour ému à toi, chère Marie Jeanne, et à nos sœurs et frères internautes. L'Office du tourisme où je me connecte accorde royalement 10 minutes de navigation par jour, non en mer (toute proche), mais sur Internet.
Petit désert de silence forcé.
Mais beaucoup d'écoute après avoir eu le temps de lire les beaux messages postés récemment.
Mes pensées vous accompagnent.

Par Bernard (Bruxelles) 25 juillet 2017 à 10 h 17

Toujours un plaisir de vous lire Marie Jeanne,
oui comme vous dites bien,c'est parfois difficile de voir notre Dieu dans c'est moments, ou mon petit navire coule un peu,une vague de dépression sur cette mer agité, mais comme vous j'arriverai bien a ce petit port bien a marée, pour une fois de plus,seigneur je voie tes pas dans le sables fin...merci a vous touse

Par brig 25 juillet 2017 à 14 h 12

Chère Nicole,
Comme je l'ai dit à André, Dieu est toujours présent; il faut avoir traversé pas mal de déserts arides, des moments de solitude, et parfois de désespoir, pour comprendre, aider ceux qui doutent, qui cherchent un sens à leur vie.
Je crois à la communion des Saints; et si je n'arrive pas à prier, je sais que d'autres frères et soeurs prient pour moi. Cela me réconforte et m'aide à repartir en confiance.
C'est ce que je vous souhaite chère soeur.
Bien fraternellement
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 25 juillet 2017 à 18 h 46

Bien chère Brig,
Je suis très heureuse de voir apparaître votre nom. Nous avons tous prié pour vous et tous les malades.
Hier, j'ai posté un message dans lequel je vous disais qu'à la messe, j'avais bien prié pour tous et plus particulièrement pour Fred et pour vous, sur la méditation de vendredi. (21 h 27).
Je vous souhaite de tout coeur de reprendre des forces et de nous adresser vos commentaires toujours aussi réconfortants, pleins de confiance qui témoignent de votre foi inébranlable.
Je vous embrasse bien fraternellement,
votre grande soeur,
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 24 juillet 2017 à 21 h 42 Répondre à ce commentaire

..."Aujourd’hui, ce n’est plus une colonne,
mais le Christ lui-même, qui est le chemin et la lumière.
Pour chacun, à la mesure de sa marche, de ses nuits."

Toute votre méditation me touche et cet extrait particulièrement ! Merci sr Véronique :-)

Par Nad 24 juillet 2017 à 21 h 33 Répondre à ce commentaire

A la recherche d'une terre promise..
Auteur : Jojhoelle Grondin

Ô Dieu,
Comme Abraham, je suis à la recherche d'une terre promise.
Je n'aime pas ces voyages interminables
Y a t il un terminus, un but final, une autre route
Quand trouverais-je enfin ma place
Dans ce monde où il est interdit d'être.

Ô Dieu, tes sentiers sont lumineux
Ta Parole est vérité
Donne-moi le bâton de la sagesse
Et guide-moi sur le vrai chemin de la vie
J'ai peur de traverser seule le désert
Au milieu des serpents et des scorpions.

Ô Dieu, je crois en ta promesse
D'une terre d'abondance pour moi et mes descendants
J'espère trouver au bout de ma voie
La Cité céleste, la vie éternelle.

Par Partage 24 juillet 2017 à 19 h 51 Répondre à ce commentaire

Votre méditation du 24 juillet m'a particulièrement bouleversé Soeur Véronique. Ca ne peut que m'encourager à persévérer et continuer ma route vers la terre promise avec la lumière de notre Dieu d'amour.

Par Nicole - Ile Maurice 25 juillet 2017 à 6 h 49

M E R C I

Par Ghyslaine GAUCHERY 24 juillet 2017 à 15 h 48 Répondre à ce commentaire

Comme les hébreux je voyage sur cette terre et cela dure depuis 80 années soit 2 fois le périple des hébreux dans le Sinaï...
Parfois il y avait une colonne de feu certaines nuits, parfois un nuage de brume certains jours....
Et le chemin se poursuit vers la Terre Promise...
Et j'espère que le Seigneur sera là dans ce lieu où je serai quand je fermerais les yeux une dernière fois....
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 24 juillet 2017 à 12 h 10 Répondre à ce commentaire

Ce texte, une fois de plus, me fait revenir à mon " idée fixe", non point suivre le Seigneur, je suis parfois si distraite que je suivrais un autre chemin qui se présente à mon esprit...hélas, obnubilé, de ci, de là, par un léger nuage de morphine. Je LUI demande de me donner la main, fermement et de marcher avec moi.... apprentissage durant quelques semaines de soins intensifs. Prier pour tous ceux qui vivent un chemin semblable et pour ceux qui ne s'en sortent point. Mais je pense à le croix de Sankt Ludger à Münster, dont les bras ont été coupés par les bombardements, et sur le bois poli à neuf, les paroissiens ont écrit : " Je n'ai pas d'autres mains que les vôtres" Si le Seigneur me permet d'être l'une de ces mains, malgré mes nombreux handicaps, combien je dois LUI être reconnaissante, car cela arrive, de ci- de là. comme aujourd'hui, une journée de fraîcheur que je souhaite bienfaisante à tous les internautes. Que le Seigneur vous bénisse et vous garde, de tout cœur, Gaby

Par gaby 24 juillet 2017 à 11 h 11 Répondre à ce commentaire

Chère Gaby , je vous prie d'accepter mon petit compagnonnage en prières , avec aussi mes deux mains et mon coeur pour Jesus .
Je me permets de vous embrasser .

Par Nicole.B 24 juillet 2017 à 12 h 17

Chère Gaby, comme il est bienfaisant de vous lire!
Que cette journée de fraîcheur se transforme en nombreux jours!
Je vous garde en ma prière ainsi que tous ceux qui chaque jour affrontent maladie et traitements, Brig, Fred, le mari de Monette, et tous ceux qui les accompagnent au quotidien.
Je vous embrasse également, chère Gaby.

Par Audrey 24 juillet 2017 à 18 h 07

Chère Gaby,
Votre témoignage m'émeut; vous qui avez tant d'humour, qui faites preuve d'une telle confiance, d'un tel abandon, on a peine à vous croire si malade; pardon de ne pas vous avoir citée, mais votre nom est inscrit sur ma belle reproduction du baptême du Seigneur avec tous ceux qui comme vous ont besoin de réconfort, se sentir soutenus, aimés. Dans ma prière quotidienne, je jette un coup d'oeil à tous ces noms qui y sont inscrits, de peur d'en oublier.
Que le Seigneur vous donne courage et apaisement.
Soyez assurée chère soeur de mes prières et de ma fraternelle affection. Que Dieu vous bénisse.
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 24 juillet 2017 à 22 h 04

Ces lectures sont un baume pour mon âme ! .... Quel enrichissement, merci a tous.

Par Georges 24 juillet 2017 à 10 h 38 Répondre à ce commentaire

Mon périple dure bien plus de 40 ans et parfois me semble bien long ! J'ai soif de la Terre promise ! Et pourtant, autant qu'aux hébreux, ce périple m'est nécessaire pour m'apprendre à aimer !

Par ninon 24 juillet 2017 à 10 h 13 Répondre à ce commentaire

La route est longue, longue, marchons, sans jamais nous arrêter, traversons les rivières, sans peur de voir le pont s'effondrer.
La méditation de ce jour, est vivifiante, elle nous rappelle, que Le Seigneur, nous accompagne sur les chemins, de la lumière divine.

Par Florine 24 juillet 2017 à 9 h 54 Répondre à ce commentaire

**citation de l'abbé Pierre . :
La vie n'est pas un rêve, un plan de l'homme,
elle est acquiescement , Dieu nous guide par les événements,
A nous de dire oui ou non,
La vie est plus un consentement qu'un choix, on choisit peu !
La seule liberté de l'homme c'est de tenir la voile tendue,
ou de la laisser choir, lassé,
Le vent n'est pas de nous,
Dieu souffle : à nous de prendre le vent !

Par sabine 25 juillet 2017 à 10 h 32

@ Nicolle B...
Il y a 48 h j'étais aussi à Lourdes ....
Nous nous sommes peut être rencontré au pied de la Grotte, où à la Chapelle de l'Adoration ( mon lieu préféré ) ??? ... ou je méditais avec le livre sur Marcel Légaut .
Bon retour... sur terre
Cordialement

Par breizh 24 juillet 2017 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

Ô merveille !!!!
Bien fraternellement à vous !
J'ai tiré les chariots des malades ... et j'ai surtout pu prendre des petits moments à la grotte .
Bon retour ...sur terre comme vous le si bien .
En communion de prière .

Par Nicole.B 24 juillet 2017 à 12 h 03

Je pense aux colonnes de migrands qui sont rejetés d'un pays a l'autre.
Le Seigneur a noyé les Egypsiens,pour que le peuple croit en lui , c'est choquant au regard d'un humain est un humain!!!
C'est difficile de croire !
bonne journée

Par jnc 24 juillet 2017 à 9 h 27 Répondre à ce commentaire

Avec mes excuses....
... c'est une marotte chez moi...
... Lisons ensemble le Psaume 138 (139)
Dieu sait tout, Il voit tout... Méditons dans la confiance et l'abandon et demandons qu'Il nous conduise sur le chemin d'éternité ... pour les siècles des siècles !...

Par breizh 24 juillet 2017 à 9 h 10 Répondre à ce commentaire

De retour de Lourdes , j'ai vu le peuple en marche
émerveillée par cette immense fraternité, ce désir de se reposer en Dieu , par la Présence pacifiante de la Vierge Marie.
La nuée : ce dialogue profond en chaque personne par la prière, amplifiée par la foule paisible et unie .
La colonne de feu , cette chaleur indescriptible de la Présence de Dieu en chaque Coeur , il suffisait de lire ce témoignage dans l'éclat de chaque regard , la Paix répandue sur chaque visage , la Joie d'être ensemble quelquesoit notre condition.
Et la Mémoire de toute l'histoire d'Amour dans cette humanité souffrante , d'un DIEU miséricordieux qui est venu épouser notre condition.
Que c'est beau ! MERCI Seigneur , Merci à chacun de vous , Merci Soeur Véronique .

Par Nicole.B 24 juillet 2017 à 8 h 59 Répondre à ce commentaire

Mais si Brig, nous sommes là ! Simplement certains comme moi peuvent avoir des problèmes de réseau ou de tornades et de santé qui ne peuvent permettre que de lire ces textes sans pouvoir intervenir. J'aime vos commentaires qui viennent du plus profond de votre coeur et se communiquent à nos cœurs.

Les ossements de Joseph sont pour moi cette croix que je porte tous les jours de ma vie et qui me donne ou me redonne courage. Elle est là pour me dire et me redire, au cas où je l'aurais oublié que Jésus est avec moi " jusqu'à la fin des temps..." Jésus est venu nous dire que le Père Éternel Yahvé nous AIME. L'Esprit Saint est La lumière qui nous guide dans ce désert qu'est la vie, avec nos joies, nos peines et l'espoir que nous avons d'être sur le Bon chemin. Ce n'est pas un raccourci mais tout simplement le chemin de Jésus, ce Chemin de vérité et de vie qui mène au PÈRE ÉTERNEL.

Que l'Esprit Saint veille sur vous tous. Merci à la communauté des dominicains pour ce site qui nous apporte tant. Merci au Seigneur de l'avoir éclairée.

Par Marilou 24 juillet 2017 à 8 h 11 Répondre à ce commentaire

Un grand merci a vous Marilou,Zuze,
je vous lis chaque jour,je suis revenue depuis quelques jours,impossible d'écrire pour le moment, trop faible, merci seigneur pour ce beau signes d'amour, merci pour vos prières, a bien vite,bien chaleureusement uni paa le coeur et la prière

Par brig 24 juillet 2017 à 14 h 06

Que c'est beau soeur Véronique ,
ce matin en méditant , les vicissitudes , les aléas , je pensais :Exili Dantor !
La foi est la nourriture de l'âme , qui est de servir Dieu , pour cela il faut
simplement comprendre , tout ce qui est à moi est à toi , pour que dure
La Colonne de feu et la nuée , il faut s'adapter au temps présent , l'église
étant ce que nous avons par Sacrement un testament humanitaire .
Voir des églises fermer les portes , des gens dire c'est fini , me bouleverse;
par ce que le "service " dans bien des idées , repose selon eux , sur les consacrés , alors
que par le baptême , nous sommes nés tous pour servir Dieu et par Jésus , Le Verbe incarné , être ce que le ciel et la terre
sont , un cadeau , à remplir de ce que nous recevons , non pour nous -même ,mais pour l'humanité .Savoir d'être aimé , conduit , se partage , se donne , comme Dieu qui ne nous demande que de nous aimer les uns les autres , dans cette
approche , qu'Est notre véritable identité , fait pour bénir , fleurir , et multiplier les pains .La Providence c'est de croire au
delà de tout , que rien n'est impossible à Dieu .Savoir en tout temps célébrer Dieu , même quand les prêtres sont absents ,
c'est susciter des vocations , de Père et de Mère .C'est dire:Pose-moi comme un sceau sur Ton coeur.

Par fred 24 juillet 2017 à 8 h 10 Répondre à ce commentaire

Seigneur Jésus,
Aujourd'hui, me semble-t-il,
Tu ne me proposes pas de supporter la fournaise du désert
ni de traverser la Mer Rouge.

Je vais aller, simplement,
- c'est incontournable - ,
comme chacun de nous à la rencontre de mon prochain.
Là où est Ton Royaume, déjà aujourd'hui.

Et Tu connais mes peurs, mes doutes et mes lenteurs.

Avant de me mettre en route,
je me dépose avec mes fragilités devant Toi.

Dans ce silence,
pas de nuée ni de colonne de feu.
Mais Ta patience, Ton Amour et Ton Pardon.

" Je vous donne Ma Paix,
et je vous enverrai l'Esprit ".

Au milieu du chaos de mes pensées,
je reconnaîtrai Ton Esprit : Il nous donne
l'espérance, la confiance et la paix,
pour oser aimer ceux et celles qui viennent à nous.
Dès mon plus proche prochain.

Bonne journée à tous, vraiment.

A bientôt.

Par Paul (Belgique) 24 juillet 2017 à 7 h 49 Répondre à ce commentaire

Marcher sans s'arrêter, jour et nuit. Dieu connaît le chemin. Qu'importe s'il paraît tortueux aux yeux des hommes. Il est à la mesure de nos forces.
Je repense à ce verset qui si longtemps m'a guidée, m'a nourrie, m'a donné forces. Les paroles de l'ange à Elie, dans le désert. Elie qui n'en peut plus, et s'est allongé sous le buisson. "Lève-toi et mange, autrement le chemin sera trop long pour toi." (1R19, 7). Lui aussi est en route vers "la montagne de Dieu, l'Horeb" et pour l'atteindre "marcha quarante jours et quarante nuits". Quarante années, quarante journées. Jour et nuit, lui aussi.
Il n'est pas de repos dans ce désert, mais il est Dieu présent, à tout instant. La sollicitude de l'ange, la tendresse de Dieu, qui seul sait ce que nous pouvons supporter, même si nous pouvons en douter, nourris par lui, nourris de lui. A sa lumière, jour et nuit. A sa Vie, comme à un soleil. "Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes" (Jn 1, 4).
A sa Parole, Elie s'est levé, le peuple des Hébreux s'est mis en marche à la suite de Moïse. A sa Parole, vivante, en aujourd'hui, nous nous levons et nous nous avançons. Chemin paradoxal où la nourriture n'est pas toujours celle que l'on croit, où les serpents brûlants de nos peurs, de nos impossibles, regardés en face, se font bâtons de marche. Où l'eau, toujours, jaillit du rocher à notre soif pour irriguer nos vies.

Merci pour cette méditation magnifique Sr Véronique! Prières pour tous, et avec tous.

Par Audrey 24 juillet 2017 à 7 h 49 Répondre à ce commentaire

@ Audrey, merci pour votre commentaire , j'aimerai réfléchir et pouvoir "avancer" sur le verset 1R19,7 "Lève-toi et mange ( j'allais mettre marche ) , sinon la route sera trop longue pour toi" , ce verset me questionne , j'ai cherché dans la Bible mais ne le trouve pas pouvez-vous me donner d'autres références ?
Merci aux frères et soeurs Dominicains pour leur éclairage ( un peu trop approfondi pour moi car je n'ai pas de notions théologiques ) à vous tous frères et soeurs internautes
Union de prièreS

Par annie 24 juillet 2017 à 9 h 14

Merci à vous Annie! Il s'agit du premier livre des Rois, au chapitre 19, verset 7.
Belle marche! :-)

Par Audrey 24 juillet 2017 à 17 h 58

A l'attention d'Annie,
L'exégète André Wénin consacre quelques lignes aux versets 7 et 8 qui vous intéressent :
"...le voyage n'est mentionné par l'ange que la seconde fois et c'est seulement cette fois-là qu'Elie se lève pour manger et boire avant de partir pour une longue route dont on précise la longueur par un chiffre particulièrement significatif dans le contexte d'une traversée du désert en direction de la montagne de Dieu.
La sollicitude divine entoure donc le prophète : par deux fois, le messager de Dieu l'invite à manger pain et eau - une nourriture que d'autres envoyés de Dieu avaient déjà fournie à Elie auparavant , les corbeaux (17,6 et la veuve de Sarepta (17,10-15). Cette nourriture, le peuple de l'exode l'avait lui aussi, partagée sur les chemins du désert (voir Exode 15,22-17,7). Aux portes du désert, Elie mange de cette nourriture, signe de ce qu'il veut vivre et traverser l'épreuve". (André Wénin : Elie et son Dieu (1 Rois, 17-19)

Par Esperanza 24 juillet 2017 à 18 h 41

Un peuple naît par ses désirs de libération, son courage de poursuivre en transformant ses désirs en actions et l'espérance de la réussite.
Quarante ans... C,est long. Quarante: nombre symbolique pour un temps de conversion, de maturation, d'acquisition de sagesse. Temps d'isolement propice au dialogue avec Dieu. Ne disons nous pas, pour quelqu'un qui est atteint de maladie contagieuse, qu'il est en quarantaine? C'est à dire qu'il est isolé pour le temps de la guérison pour pouvoir, à nouveau revenir dans sa communauté.

Par Michel Laberge 24 juillet 2017 à 5 h 38 Répondre à ce commentaire

"" Quand Pharaon fit partir le peuple d'Egypte Dieu ne leur fit pas prendre le route du pays des Philistins bien qu'elle soit la route la plus directe". ouf ! Voilà le peuple sorti d'Egypte ! Pharaon les a fait sortir d'Egypte ! Pharaon les a fait partir ! enfin ! A eux la Joie ! A eux la libération ! Ils ont gagné ! Nous avons gagné ! Fini l'esclavage , l'oppression, la peur, la souffrance.... Mais tiens Dieu ne leur indique pas la route la plus directe, le pays des Philistins... Mais pourquoi ? Oui pourquoi ? Et bien Dieu nous connait, c'est lui qui nous a créé et il connait notre nature humaine...Dès qu'il y a une partie gagnée, nous nous installons dans notre petit atelier, notre petit bureau, notre maison et voila notre nature humaine confortablement installée... A nous le bon fauteuil , les charentaises , et le beaujolais nouveau ! Enfin un peu de paix, un peu de répit, un peu de calme ! Nous avons bien le droit d'en profiter n'est-ce-pas ? Après tout ce travail, tous ces efforts ! Oui Seigneur tu nous connait, tu connais notre pusillanimité, notre tendance à revenir sans cesse dans notre zone de confort, le chemin bien balisé des vielles habitudes, ces habitudes contraignantes mais si rassurantes... Oui Seigneur à chaque avancée nous avons besoin encore et encore d'être guidé, orienté, soutenu, renforcé.. .Nous avons encore besoin de détours , de défis, de combats , d'obstacles... Oui Seigneur tu nous connais ! Toi qui est La Lumière de notre chemin, que Ta Patience infinie , Ta persévérance infinie et Ta détermination nous accompagne et ne quitte jamais le tête de notre route !
Amitiés à tous

Par IDA 12 novembre 2016 à 20 h 38 Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec plusieurs d'entre vous pour reconnaître que les textes de l'ancien testament sont durs et parfois choquants si nous n'avons pas l'éclairage nécessaire (exégètes, contexte historique, sens des mots...), mais si nous parvenons à nous en imprégner, ils contiennent une symbolique très riche qui peut nous "parler" et ils sont toujours à mettre en parallèle avec ceux du nouveau testament qui nous aident à mieux les comprendre.
Ce que je reçois personnellement du passage d'aujourd'hui c'est que Dieu a tout prévu pour son peuple, qu'il anticipe ses réactions, qu'il le guide en étant devant lui et en restant avec lui. Nous pouvons voir aussi la continuité de la transmission à travers le portage des ossements de Joseph.

Seigneur, nous ne comprenons pas toujours ce que Tu attends de nous, accorde à chacun la LUMIÈRE de Ton ESPRIT d'AMOUR pour que nous cheminions ensemble avec TOI jour après jour.
UDP avec chacun de vous et merci pour vos contributions.
Brig je suis en admiration, que le Seigneur vous soutienne.

Par MARIE 5 juillet 2016 à 14 h 24 Répondre à ce commentaire

Merci petite Marie, je suis pas une expert, dans les grand mots ,je m'exprime avec les texte tout simple, a ma manière, et ceux que nous retenons des récits biblique, dommage que nous sommes si peu nombreux, sur le blog aujourd'hui, je remercie les frères et soeurs dominicains de leur travail, qui nous permet de suivre les textes de la bible ,qui m'éclaire, et nous guide,chaqu'un a sa façon, ceux qui nous rend unique, mais en union dans la prière, fraternellement brig

Par brig 5 juillet 2016 à 18 h 40

Bonjour, ceux que je comprends par ce texte,
L'accomplissement de l'engagement pris envers joseph, les os du patriarche accompagneront le peuple de Dieu pendant son pèlerinage, figure du christ dans la puissance de sa mort,pris pour nous pour traverser le désert, les fils d'Israël se sont mis en route,Dieu plus tard rappellera ce jour où il les prit par la main"pour les faire sortir du pays d''egypte"il auront un grand détour a faire pour avoir le temps d'apprendre les importantes leçons que l'éternel veut leur enseigner ainsi qu'a nous,nous avont besoin de ce temps avent de nous mettre en marche, mais Dieu ne trace pas seulement notre itinéraire, il veut personnellement nous accompagner,jour et nuit,a la fois pour guider pas a pas,pour nous protéger, pour nous délivre de toute craintes. "Ainsi jésus a lui fait cette promesse aux siens" "je suis avec vous tous les jours "
"C'est parole"je suis"il est là, pour nous pour toujours dans toute sa patiente grâce, sa parfaite sagesse et sa puissance infinie,
il n'y a que lui qui puisse supporter la vue des profondeurs du coeur humain mis a découvert devant lui.
Seigneur ,Dieu, du levé aux couché du soleil, marche devant moi,guide ma route,dans les difficultés, la sécheresse et la stérilité de nos désert, dans nos vie,et que soit béni a jamais ton nom,délivrer nous de tout oppresseurs, veille le seigneur hâter ce temps! Fraternellement bonne journée

Par brig 5 juillet 2016 à 10 h 02 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires