Moïse

« Dieu vit qu’il avait fait un détour. » Exode 3,3

Le miracle de la mer

Exode 14, 21-27

Moïse étendit le bras sur la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent.
Les fils d’Israël entrèrent au milieu de la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
Les Égyptiens les poursuivirent ; tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers entrèrent derrière eux jusqu’au milieu de la mer.
Aux dernières heures de la nuit, le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée, l’armée des Égyptiens, et il la frappa de panique.
Il faussa les roues de leurs chars, et ils eurent beaucoup de peine à les conduire. Les Égyptiens s’écrièrent : « Fuyons devant Israël, car c’est le Seigneur qui combat pour eux contre nous ! »
Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! »
Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.

Méditation

précédente suivante

La naissance improbable d’un peuple

Le passage par la mer Rouge, c’est la naissance du peuple d’Israël. Elle se fait par séparation : séparation d’avec l’Égypte et toute son armée, séparation des eaux à droite et à gauche, passage de la peur et de la nuit au jour et à la confiance, sur l’autre rive. Sans cesse, Jésus invite ses disciples à passer sur l’autre rive. Dans le baptême, celui de Jean-Baptiste comme celui de Jésus, c’est la libération d’Égypte qui est symbolisée, c’est-à-dire une mort à la mort, une mort au péché, une nouvelle naissance à Dieu et à la liberté !
Cet événement fondateur sera toujours la référence, celle des juifs bien sûr, quand ils souffriront en exil, sous l’oppression romaine ou quand ils se trouveront dans l’enfer des camps de concentration. Elle fut aussi la référence des noirs, esclaves, non pas en Égypte, mais dans les États du sud des États-Unis d’Amérique. Elle a été l’inspiratrice de la théologie de la libération. Chaque fois qu’un peuple souffre l’esclavage ou le génocide, il se souvient qu’une fois pour toutes, Dieu est intervenu dans l’histoire pour libérer son peuple « à main forte et bras étendu ».
Ce peuple n’est pas meilleur que les autres, la suite le montrera. Le veau d’or concentre l’idolâtrie de l’argent et la force du taureau. Les récriminations contre Moïse — parce que les Hébreux manquaient d’eau, de pain, de viande, parce qu’ils avaient peur des « géants » de Canaan… — montrent bien que ce peuple est comme tous les autres peuples.
Mais Dieu les choisit, non pas parce qu’ils sont meilleurs, non pas parce qu’ils sont qui ils sont, mais parce qu’ils sont opprimés, faibles, menacés. « J’ai vu la misère de mon peuple. J’ai entendu ses cris » et j’ai décidé de les en sortir, de les sauver.
La naissance du peuple juif, à travers la mer Rouge, devient ainsi emblématique de toute libération, de tout salut. Ce peuple est élu pour manifester que tous les peuples qui se trouvent en cette situation sont choisis contre l’oppresseur, contre les forces de mort. Ils sont appelés à naître, à se libérer.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

59 commentaires

Les voies de Dieu sont impénétrables !
Des Egyptiens au peuple de Dieu , ce qui en ressort c'est qu' ils ont déjà eu de Dieu des signes dans leurs histoire .
Comme nous qui avons eu la chance d'être baptisés , donc nous avons eu part à la bonne nouvelle .La mer rouge , cette
couleur nous fait penser automatiquement au Sang .Allez savoir pourquoi , le sang de l'agneau me vient à l'esprit .
Ainsi Dieu dans sa toute Puissance , montre sa tendresse , pour ceux qui le connaissent et ceux qui ne le connaissent
pas .Bien que les épreuves sont pour tous , Un chemin de persévérance à traverser par la foi , il me revient de penser
que la confiance en Dieu , je dirais que nos propres yeux sont devenus les siens .Tant de misère humaine , tant de combats,
Jésus L 'Emmanuel , Dieu est avec nous ? C'est dire :Il a fait sa demeure en nous: hôte très doux de nos âmes .Les sanctuaires , les pèlerins sont ce peuple qui tiennent "La Flamme qui ne s'éteint jamais .Pour d'autres , la peste , mais Jésus nous a appris Le Chemin de guérison .Ce matin je méditais sur Saint Charbel ,Saint Roch ;les deux ont en commun
l'amour de Dieu au travers de l'adoration Eucharistique .Voyez Jésus est plus que Présent partout ou nous avons besoin
de soutient pour traverser ...avec ou sans char .C'est en Lui que nous avons été mis à part désignés d'avance .Quel Trésor
Merci Seigneur ,pour mes frères et soeurs .Non Tes Bras ne sont pas trop court pour nous sauver .

Par fred 25 juillet 2017 à 17 h 29 Répondre à ce commentaire

"Le Seigneur combattra pour vous" avait promis Moïse aux Hébreux pris de peur à l'approche des Egyptiens (v.14). "[C]’est le Seigneur qui combat pour eux contre nous" s'exclament les Egyptiens avant d'essayer de fuir. Combien de fois le Seigneur combat-il pour nous, que nous le sachions ou pas? Là, à nos côtés, quand la nuit se fait trop noire, le chemin trop escarpé. "En vérité, le Seigneur est en ce lieu et je ne le savais pas !" s'était écrié Jacob, au sortir du songe dans lequel Dieu lui avait dit : "Je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras" (Gn 28, 15; 17). En ce lieu, en tout lieu, avec tous et chacun. Dieu combat pour notre vie, pour la vie qu'il nous offre, avec lui, en lui. De manière paradoxale aux yeux du monde, à nos propres yeux, peut-être, mais tout aussi réelle, concrète, que peuvent l'être chars et chevaux.
"[V]ous, vous n'aurez qu'à rester tranquilles," avait encore dit Moïse aux Hébreux. Ils ne se sont pas battus, les Hébreux. Aux paroles de Moïse, ils se sont avancés, dans la nuit, entre les murailles des eaux. Avaient-ils peur? Certainement. Mais ils ont marché, et au matin, ils ont vu. Et ils ont craint, et ils ont cru (v.31). N'en est-il pas ainsi pour chacun au sortir de l'épreuve que nous avons traversée, vaille que vaille, avançant malgré la peur qui aveugle, avançant malgré tout? S'arrêter un instant, et se retourner. Et voir, voir enfin. Dieu qui était là, avec moi, à chaque pas. Et je ne le savais pas.

Par Audrey 25 juillet 2017 à 7 h 24 Répondre à ce commentaire

TE DEUM
À toi Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n'as pas craint de prendre chair
dans le corps d'une vierge
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Par La vie 25 juillet 2017 à 6 h 43 Répondre à ce commentaire

Aujourd'hui le miracle de Moise est celle de la naissance du peuple Israel "Dieu prévaut" ou "lutteur avec Dieu" . Donc dans ce texte nous assistons au miracle de la vie, à un véritable accouchement. "Moise étendit les bras sur la mer (mère?)". Les contractions commencent. La mer fut chassée toute la nuit par un grand vent d'est. Il y a rupture des eaux. La mer fut mise à sec et les eaux se fendirent. Le liquide coule, l'enfant naît: le peuple Israel.
Le miracle des eaux , du partage des eaux est le miracle du triomphe des forces de vie contre les forces de destruction. C'est un événement heureux, inattendu , surnaturelle.
Miracle du partage des eaux. Miracle du partage qui transcende le temps, l'espace, les langues. Le miracle qui en ce moment me fait chaud au coeur est ce miracle de Del Hatillo au Vénézuela, une petite fille de cinq ans empoisonnée par un serpent, au bord de l'autre rive est miraculeusement guérie par des prières à un Frère massacré à la révolution française. Ce saint frère est le frère Salomon. Des siècles séparent ce Frère et cette petite fille, presque 250 ans, des continents les séparent, frère Salomon est né à Boulogne-sur-mer le 14 novembre 1745, la petite fille vit en Amérique du Sud, des langues les séparent, le premier parlait français, la petite l'espagnole. En 2011 le Diocèse de Caracas reconnait la guérison inexpliquée de Maria. Oui miracle du partage, partage au travers du voile, partage entre le monde visible et ce monde invisible qui sans cesse soutient, protège, guérit notre vie, notre humanité blessée.
Merci à saint Frère Salomon Leclercq, grâce à toi ma pensée raisonnante s'ouvre à la Puissance de la prière, à la Puissance de l'intercessions des Saints.
Merci Sant Frère Salomon né le 14 novembre 1745 à Boulogne-sur-mer, décédé sous la Terreur le 2 septembre 1792, canonisé, Saint le 16 octobre 2016 par le Pape François.
En ce 13 novembre Saint Frère Salomon délivre nous de toute terreur visible ou invisible
Amitiés à tous

Par Ida 13 novembre 2016 à 23 h 37 Répondre à ce commentaire

Bonsoir Sœur !
Je ne comprends pas : "chaque fois qu'un peuple souffre de l'esclavage ou le génocide, il se souvient qu'une fois pour toutes, Dieu est intervenu dans l'histoire pour libérer son peuple "à main forte et bras étendu".
Je ne doute pas de la puissance de DIEU, puisqu'Il est notre secours, notre force....; mais combien de nos jours l'esclavage demeure et existe, pourquoi les "dits tout-puissants", ne comprennent pas que rien ne leur appartient pour faire souffrir leurs frères humains.

Par Colette 3 août 2016 à 0 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci Soeur Marie Monnet, pour cette méditation, " Etre reconnaissante à Dieu ", .demander au Seigneur d'être guidée, ..c'est la seule manière de pouvoir faire face aux difficultés , prier le Seigneur, le remercier de sa présence " Jésus nous dit....Et moi , je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde "...Math. 28.20 . Faire confiance à Dieu est source de beaucoup de grâces , ...Rita

Par Rita Giuliani 11 juillet 2016 à 19 h 03 Répondre à ce commentaire

Suite de mon mail : cela me fait penser au dur combat des personnes qui veulent se libérer d'une dépendance qui les a tenues en esclavage très longtemps.Renoncer à l'alcool, par exemple, n'est que le premier pas. Elles ne deviennent pas des saints, la sobriété ne débouche pas sur le paradis. Mais elles ont maintenant la parole de Dieu comme guide et comme soutien, et c'est suffisant pour avancer dans le désert et surmonter les difficultés.

Par Antoinette G 9 juillet 2016 à 21 h 30 Répondre à ce commentaire

L'obstacle insurmontable est surmonté avec l'aide de Dieu, le passé est dépassé, les forces opprimantes englouties. Les Hébreux sont désormais libres, mais avant de parvenir à la terre promise, il y a encore 40 ans de désert à traverser, du manque, de l'incertitude, du désespoir, des combats... La liberté se gagne difficilement, mais Dieu est toujours là. Cela

Par Antoinette G 9 juillet 2016 à 21 h 16 Répondre à ce commentaire

Merci Daverat, moi aussi je me pose cette question, mais en retournant vers Abraham, je pense que les Paroles adressées par Dieu à Abraham, étaient bien une promesse mais pas encore une Alliance. Ne dit-on pas « NOTRE PERE ABRAHAM » ? Il semble être la racine du peuple de Dieu ? Notre racine ? Ne sommes-nous pas [sa descendance aussi nombreuse que les étoiles ?] son peuple qu’Il rend sans crainte » ? Dieu pour aider ses enfants, son peuple,
Dieu confie à Moïse les tables de la Loi, Il fait Alliance avec son peuple et tout ira bien si [nous nous aimons les uns les autres comme je vous aime].

Tout cela est confus et mal exprimé, mais je ne trouve pas les mots justes pour communiquer ce que je ressens.
Esprit Saint, aide-moi j’ai bien besoin de Toi !

Par Madeleine AULANIER 9 juillet 2016 à 18 h 51 Répondre à ce commentaire

Bonjour ma soeur,
Je ne comprends pas trop la phrase " Dieu les choisit, non pas parce qu’ils sont meilleurs, non pas parce qu’ils sont qui ils sont, mais parce qu’ils sont opprimés, faibles, menacés." Il me semblait que le peuple hébreu avait déjà été choisi avec l'élection d'Abraham et des patriarches dont les hébreux sont les descendants.
Merci

Par DAVERAT 9 juillet 2016 à 13 h 08 Répondre à ce commentaire

Bonjour m

Par DAVERAT 9 juillet 2016 à 13 h 00 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation qui recueille l'action de Dieu tout au long de l'histoire jusqu'à nos jours: celle de tous et de chacun. Elle me rassure :Dieu me veut pour LUI, malgré ma grande faiblesse. Merci!

Par Marief 9 juillet 2016 à 11 h 06 Répondre à ce commentaire

Ce peuple fut choisi par Dieu parce qu'il était malheureux et persécuté. Dieu de tendresse ne peut supporter la souffrance des faibles. Quel Dieu merveilleux!

Eva

Par Eva 8 juillet 2016 à 8 h 46 Répondre à ce commentaire

Très belle méditation sur la Passage de la Mer Rouge, la Libération du peuple de Dieu.
Le Seigneur est toujours présent, il entend nos cris et nous fait sortir de toutes mauvaises situations dans lesquelles nous nous trouvons. Il nous libère, par exemple ,de toute emprise du péché.
FAISONS TOUJOURS CONFIANCE DANS LA MISERICORDE DE DIEU;

Par Gabrielle 8 juillet 2016 à 3 h 32 Répondre à ce commentaire

Notre Dieu veut vraiment notre libération de son peuple il nous veut du bien Dieu ne cesse de nous dire revenez a moi vous qui détourné de ma face...Je suis un Dieu jaloux..Seigneur mon Dieu aide nous à rester fidèle à ton appel!!Amen !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 8 juillet 2016 à 0 h 09 Répondre à ce commentaire

Dieu nous trace le chemin, il ouvre une brèche pour nous sauver; il coupe la mer en deux, cette mer qui symbolise le mal, le danger. Il nous invite à traverser, à aller sur l'autre rive, celle de l'amour, de la consolation, de la miséricorde. Comme un père, il nous prend par la main, il nous conduit sur le bon chemin, il nous libère de tout danger.
De tout temps, il y a eu des peuples opprimés, esclaves d'autres peuples; on le voit tous les jours. Des hommes, des femmes, des enfants prisonniers dans le carcan de l'intolérance fratricide, meurtrière qui attendent d'être libérés, qui attendent une issue à leur souffrance, à leur misère. Un passage vers une terre accueillante, un chemin de libération.
Passage, traversée vers la rive où Dieu nous attend, prêt à nous accueillir quand nous avons pris des chemins de traverse, prêt à nous pardonner, à nous consoler.
Dieu juste, Dieu bon et miséricordieux, réponds-moi quand je prie, quand je peine pour faire la traversée; que notre Seigneur Jésus Christ nous guide. Amen !

Par Marjeanne 7 juillet 2016 à 19 h 07 Répondre à ce commentaire

Très belle méditation sur l'Exode.

Par André Québec 7 juillet 2016 à 13 h 24 Répondre à ce commentaire

La Pierre qu'on rejetés les , bâtisseurs .
Et comme un murmure , une brise , une
douce effluve , je pars en paix vers cette
rive , avec ce que Dieu Est
Avec Jésus disant : tout est accompli .
Moi , je me souviendrai de Mon alliance
au temps de ta jeunesse et j'établirai en
ta faveur une alliance éternelle .
Y a pas plus aveugle que celui , qui ne veut pas voir .
Mais y a pas plus grand amour , que celui de donner
sa vie , pour ceux qu'on aime ...Mon coeur se retourne
contre moi ...que ferais -je de toi , semez selon la justice ,
moissonnez selon la miséricorde ...
Quand on fait violence aux autres , ce sont parfois ceux qu'on
aime qui finissent par en faire .Dieu par Jésus , nous le montre
tout simplement au sein de nos familles , de nos amis , de nos
églises , de nos besoins , La Parole est et reste Sacrée , toute sa vie
est un témoignage , pourtant aucun écrit de sa part , rien que celui
des témoins , d 'alors , ces disciples , ces parents , sa famille , c'est
nous TOUS .Les liens d'amour ne se voient pas , ils se ressentent
et transforme , ranime , fait renaître des cendres , l'âme la plus meurtrie .
L' Esprit Saint , d'âge en âge , trouve et accomplit , des conversions au
travers de ceux et celles , qui sont totalement disposés à recevoir Dieu .
Ainsi il parle par les prophètes , Il est vraiment alors , au travers de ceux -
ci , La Face de Dieu . .au milieu de nous ..avec le regard du Christ .Elle est
aussi autour de l'autel , avec ces anges , Marie pour dire :
faite tout ce qu'Il vous dira .Père que Ton Nom soit sanctifié , que Ton règne
vienne , sur la terre comme au ciel , donnez -nous notre Pain quotidien (Jésus )
Pardonne-nous nos offenses , comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ..
a vous de poursuivre ce Chemin ...

Par lait maternel 7 juillet 2016 à 9 h 52 Répondre à ce commentaire

Chère Soeur Marie,
je viens m'asseoir pas trop loin de vous, derrière une colonne de notre petite église cybernétique.
J'ai encore fait résonner le transept, hier, avec des " non, non, non" un peu trop sonores.
On ne se refait pas.
J'ai encore trop souvent des expressions de dépendeur d'andouille.

Même si je resterai toujours attentif au propos dont j'ai parlé.
C'est dans un murmure doux et léger, comme Elie, que j'essaye de découvrir Dieu.
Et comme vous voyez, je couvre une fois de plus ce murmure par mes avis un peu trop sonores ...
Pardonnez-moi.

Comme vous le dites :
Traversons, passons sur l'autre rive.
"Milk and honey on the other side",
comme nous chantions avec " Michael " dans notre jeunesse
assis sur des feuilles mouillées, en plaquant des do - mi mineur sur la guitare...
Passons tous ensemble.
Aujourd'hui, le Christ chemine avec chacun de nous.

Bonne et joyeuse journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 7 juillet 2016 à 8 h 41 Répondre à ce commentaire

Passons sur l'autre rive!

Merci de nous le redire!

Par mic 6 juillet 2016 à 23 h 34 Répondre à ce commentaire

Éblouissante méditation d'espoir, ma soeur ! .. Mille fois merci.

Par Philippe J 6 juillet 2016 à 21 h 31 Répondre à ce commentaire

Ceux que je reçois tu texte d'aujourd'hui : Que Dieu nous guide,dans les épreuves, connaître Dieu plus intimement et plus complètement au milieu des épreuves, et quand nous traversons "ces épreuves, nous croyons à la réalisation futur des promesses de Dieu avec encore plus de certitude ayant fait l'expérience de sa fidélité pendant les temps durs de nos vies.
Le Dieu d'avant et Dieu d'aujourd'hui ne change pas,il y a qu'un seul Dieu, "dans le cantique de moise "la chanson décrit le caractère de Dieu, sa grandeur, sa bonté, et sa fidélité sont les bases pour notre FOI notre espoir.
Chercher votre main miraculeuse mon Dieu qu'elle travaille dans ma vie et dans l'avenir et aidé moi a passé moi aussi sur l'autre rive. Petite serviteurs de la miséricorde.

Par brig 6 juillet 2016 à 19 h 12 Répondre à ce commentaire

Chère Brig.

De tout coeur avec vous ! Je suis avec vous dans les doutes et les espoirs, dans les tourments et la confiance mais surtout dans la Foi, l'espérance et la paix intérieure en Jésus - Christ.
Au-delà des médecins et de la science, il y a le Père qui nous prend dans ses bras et souffre avec nous.
Je vous porte à Jésus, qu'il vous donne Force, Foi et Sérénité.

Lise.

Par Lise 6 juillet 2016 à 21 h 36

Merci ma chère Lise,en union avec vous dans le coeur de jésus et marie,que nos anges gardiens veille sur nous en cette belle nuit fraternellement brig

Par Brig 6 juillet 2016 à 22 h 16

Mon Dieu,
Il y a des jours où je ne sais pas où tu m'amènes et, cependant, je sens que tu me tiens la main et que tu ne me lâcheras pas. Tu me l'as tellement prouvé ! A deux reprises, j'ai été sur le point de te retrouver. C'est du moins ce que disaient les médecins… Et je suis toujours là !
Je pense que je n'étais pas prête ! Oh ! non, pas prête du tout…
Je pense que toutes les épreuves que j'ai subies sont autant de grâces que tu m'as accordées.
Aide-moi à toujours conserver l'espérance.
Aide-moi à voir tout autour de moi ces mains qui se tendent, aussi bien pour donner que pour recevoir.
Aide-moi à te retrouver dans ces visages qui m'entourent.
Donne-moi la patience qui me manque souvent.
Aide-moi à toujours faire preuve de charité.
Et puis, à ma place, aide-moi à toujours être témoin de l'Evangile.
Si je tombe, mon Dieu, aide-moi à me relever et à repartir d'un pas plus alerte que jamais et cela, jusqu'à l'heure de ma mort.
Il n'y a que Toi qui puisses m'aider. Toi seul sait à quel point !
La solitude, ça n'existe pas lorsque l'on croit en Toi.
Je sais que je peux tout te dire, que tu me guideras, que tu m'éclaireras comme un père qui n'abandonne jamais son enfant et qui le protège à tout instant.
Aide-moi à toujours avoir foi en Toi.
Je te demande beaucoup, mais j'ai oublié l'essentiel : merci, mon Dieu, d'être toujours près de moi.

Jeanine Dubois
Extrait de la revue Vermeil n°216, février-mars 2001.

Par Célestine 6 juillet 2016 à 19 h 09 Répondre à ce commentaire

Merci Célestine, je viens juste de lire cette très belle prière, je la garderai bien près de moi pour ce soir,merci bien fraternellement brig

Par brig 6 juillet 2016 à 19 h 18

Tout le monde sait bien que la Chanson de Roland n'a que peu de vérité historique, mais en écrivant un mythe elle est rentrée dans l'histoire et elle a participé à l'Histoire. J'ai du mal à entendre autrement l'histoire du peuple hébreux traversant la Mer Rouge.
Mais est-ce cette littéralité qu'il faudrait entendre ? Cependant je comprends très bien que dans nos temps troublés (d'y croire comme si c'était neuf, qu'elle illusion me guette !) on puisse chercher la littéralité de l'exemple. Ouf, j'en ai rechapé n'est pas une attitude bien glorieuse par rapport à un attentat, mais plus intéressante la pensée : j'échapperai à la vengeance, je chercherai à comprendre...en restant solidaire des victimes.
Rien n'est simple. Je ne pense pas qu'il suffise de réfléchir. Agir, sans doute, autant que possible. Mais, au moins pour moi, prier. C'est de ce côté là que je trouverai la libération dont parle, je crois, sœur Marie.
Bien d'autres choses encore me viennent à l'esprit, mais surtout que sœur Marie nous ouvre la voie du cœur et de la compréhension et je l'en remercie bien vivement.

Par Michel (occitanie) 6 juillet 2016 à 16 h 22 Répondre à ce commentaire

Désolée : le message est parti inopinément. En ce qui concerne la libération des peuples, j'aimerais vraiment croire qu'elle puisse se faire sans violence, sans guerre. Sœur Marie Monnet écrit que la naissance du peuple d'Israël se fait par la séparation d'avec l'Egypte mais ce n'est pas sans l' anéantissement des soldats égyptiens. Que ce soit en Asie, en Europe Centrale ou sur d'autres continents, la libération a demandé la mise en œuvre de forces armées. J'aimerais croire également que "les peuples opprimés, faibles, menacés" sont choisis par Dieu et "qu'il interviendra à main forte et bras étendu". Enfin, la dernière phrase de sœur Monnet "le peuple juif.... que tous les peuples......... sont choisis contre l'oppresseur....Ils sont appelés à naître et à se libérer" peut donner lieu à des interprétations tellement diverses ! Je retiendrai la phrase "Jésus invite... à passer sur l'autre rive". A lutter contre les forces qui nous oppressent et nous empêchent de suivre son enseignement. La séparation, (le combat) commence par nous-même et ce n'est pas le combat le plus facile. La prière est une force puissante. C'est elle qui permet de supporter des états douloureux, de nous unir à la communion des saints, de confier nos peines mais aussi nos espérances aux forces invisibles mais bien présentes qui nous entourent. Ma prière rejoint les vôtres pour tout ce qui vous tient à cœur.

Par mahona 6 juillet 2016 à 15 h 16 Répondre à ce commentaire

Quelle richesse dans la lecture des méditations et des commentaires mais aussi quelles perturbations dans mes pensées ! Permettez-moi de vous livrer quelques réflexions. Peut-on faire l'impasse sur les écrits de l'Ancien Testament et ne plus les étudier ? Il a été écrit par l'un de nous qu'ils étaient le reflet de leur époque. Sans doute. Il fallait peut-être "manier le bâton" pour se faire entendre. Au sujet de la

Par mahona 6 juillet 2016 à 14 h 35 Répondre à ce commentaire

Soeur Marie,
Certes le peuple juif a souffert, de l'esclavage en égypte,et plus prés de nous de la déportation lors de la shoah, et de telles atrocités ne doivent plus jamais se revivrent. Aussi je pense, comme vous sans doute , au peuple palestinien qui vit ACTUELLEMENT sous l'oppression du gouvernement israëlien de M Netaniahu, pardon si j'écorche involontairement le nom de cet homme; cette oppression fait hélas commettre à des éléments incontrôlés des exactions trés condamnables et qui désservent la juste cause des citoyens palestiniens pacifiques. Aussi soeur Marie, vous conviendrez avec moi que nous devons prier pour que Dieu inspire aux israëliens que le fait que leurs aïeux ont été persécutés, ne les autorisent pas à opprimer leurs frêres palestiniens chez qui on compte une importante communauté Chrétienne .
Je vous assure de mon amitié et de ma prière.
JEAN MARIE LEROY

Par LEROY JEAN MARIE 6 juillet 2016 à 14 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci Jean-Marie de dire si délicatement ce beaucoup pensent...

Par Lyonyx 7 juillet 2016 à 7 h 10

Merci, chère sœur Marie, pour cette belle méditation qui m'encourage à passer sur l'autre rive parce que le Seigneur m'y attend avec sa lumière, sa paix et sa force.

Rose-Alma

Par ROSE-ALMA 6 juillet 2016 à 12 h 39 Répondre à ce commentaire

L'iconographie est superbe, intéressante et séduisante. Elle fait intégralement partie du bonheur d'ouvrir la page de lecture et méditation.
Merci au dessinateur talentueux.

Par Hélène 6 juillet 2016 à 12 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle méditation !
Je reste dans l'incompréhension : le peuple juif opprimé mais libéré par Dieu est devenu lui-même en toute bonne conscience l'oppresseur d'un autre peuple, palestinien ... Qui libérera celui-ci ?

Par François 6 juillet 2016 à 12 h 22 Répondre à ce commentaire

Et voilà, le Dieu des armées est de retour.
Pour les scribes revanchards de l’Ancien Testament, Dieu offre la liberté en prenant Lui-même la tête des troupes contre ceux qui oppressent “son peuple”.
Guerres de religion, djihadistes soi-disant instruits par Allah et son Prophète, séparatistes de tout poil… : même combat au nom de Dieu.
Gott mit uns, dixit Hitler. Combattons l’axe du mal, dixit Bush. Massacrez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens !
Et l’Église du Christ continue à accepter qu’on prenne pour symbole de libération du péché la haine contre un autre peuple. Honte et scandale pour les innocents de chaque camp qui sont chaque fois les victimes des belligérants !
On a beau jeu de revenir sans cesse sur le thème de la victime par excellence qu’est le Christ, tout en faisant l’impasse sur cette attitude belliqueuse prêtée à Son Père. Quel blasphème d’oser prêter ce rôle à un Dieu aimant, alors que c’est chaque fois l’être humain qui, faisant la guerre à autrui, se fait la guerre à lui-même. On ne peut que pardonner aux chroniqueurs du Premier Testament de n’avoir pas pressenti cette parole enfin proclamée après tant de mensonges bibliques : “Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.” Mais alors, pourquoi nous impose-t-on encore ces récits infâmes et imbuvables, comme d’autres internautes ne cessent de le souligner ?
Où est l’amour dans ce sadisme dont on affuble notre Dieu, prenant plaisir à ordonner que les eaux submergent des combattants pourtant déjà en fuite ?
Où est le germe de la non-violence assumée par le Christ et par les plus grandes figures de l’histoire ? Rappelons-nous Gandhi qui a accepté dans sa chair cette même attitude pour répondre à l’oppression de colonisateurs dits chrétiens !
Dès lors, je persiste et signe : si je garde la foi en Dieu, si je maintiens mon espérance dans l’aboutissement de Son amour infini, c’est malgré et même contre les insanités bibliques.

Par Bernard (Bruxelles) 6 juillet 2016 à 12 h 15 Répondre à ce commentaire

Mon peuple est opprimés , par manque de connaissances .
Par Jésus , Le Seigneur , nous fait entrevoir , que tous nous
sommes son peuple , l' A T , et le N t , nous montre à juste
titre , La nouvelle Naissance , qui est aussi comme dans les
béatitudes , un éveil universel , de nous et les autres ; et de
toutes les merveilles de Dieu , qui est de trouver , une paix
pour chaque peuple , dans un seul ...A T , cette histoire ,
commence Là , nous donne le nom de MOÏSE , sauvés
des eaux ...Lui pourtant adopter , aimés , par sa famille
adoptive , quand on y pense bien , de nos jours , les orphelins , les sans abris ,
la misère humaine , par la grâce de Dieu , au travers son enseignement , bien des
gens par des oeuvres fondées sur , des Saints , style St Vincent de Paul , ont les pieds
secs , les lépreux des soins , des femmes , des hommes , des enfants , sauvés .Une
nouvelle naissance au travers de La Parole Sacrée ...J'étais malade et vous m'avez visiter ,
j'avais faim et vous m'avez donner à manger ;OUI tout ce que vous aurez faits à ces petits ,
c'est à Moi que vous l'aurez fait .Initiatique ou pas , l'amour de Dieu , ne change pas , il est immuable .
Il est ce :Je suis par la grâce de Dieu .

Par fred 6 juillet 2016 à 13 h 48

C'est en considérant le peuple de Dieu à cette époque comme un peuple de guerriers, que j'arrive à comprendre ce passage de la bible. On gagne la guerre, Dieu est avec nous. On perd la guerre, Dieu est contre nous. C'est l'histoire du peuple de Dieu qui marche vers Dieu. On voit Dieu dans ce que nous sommes. Dieu accompagne son peuple qui maintient une confiance Lui. Aujourd'hui , la miséricorde de Dieu est présente dans le monde, on en parle plus que jamais. Je ne suis pas capable de croire que Dieu élimine une armée pour libérer un peuple. Cette conclusion est tirée selon moi de la nature humaine et guerrière. Dieu n'est pas un guerrier, il est miséricordieux autant miséricordieux pour les deux camps. Après avoir pensé cela, je me dis,
quand un peuple marche avec Dieu, il est toujours gagnant. Les récits nous aident rechercher la bonté de notre Père du ciel.

Par acsaljen 6 juillet 2016 à 12 h 13 Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il a fallu toute la pédagogie de Dieu pendant des siècles pour en arriver à ce que vous écrivez, et je vous en remercie, vous avez tout à fait raison.
Parlons de Miséricorde et non de vengeance et de massacres d'innocents, soit disant par ordre de Dieu. c'est insensé ! Et hélas encore tellement actuel.

Par Ghislaine 6 juillet 2016 à 12 h 52

merci

Par norbert 6 juillet 2016 à 10 h 20 Répondre à ce commentaire

Tres eclairant commentaire. Sur le côté initiatique mais surtout sur la destination divine. L'universalisation de son Peuple.
Merci pour ca.

Par Fred 6 juillet 2016 à 10 h 15 Répondre à ce commentaire

Si je comprends aisément ce symbole de naissance, j’ai plus difficile à intégrer la dernière proposition : « Ce peuple est élu pour manifester que tous les peuples qui se trouvent en cette situation sont choisis contre l’oppresseur, contre les forces de mort. Ils sont appelés à naître, à se libérer… ».

Non, non, non ! Parce que deux petits mots me dérangent : « contre l’oppresseur ».
J’entends les trompettes de combat, les cris de victoire…
Dans le contexte actuel, ces mots risquent même de nous entraîner à construire des murs plutôt que des ponts.
Laissons aux forces de l’ordre et aux métiers de la vigilance la tâche d’organiser les moyens de notre protection. Je sais de quoi je parle. J’ai travaillé avec eux, près de la première ligne, pendant près de trois décennies. J’ai apprécié la fermeté, la patience et le courage de la majorité d’entre eux. Ils assurent notre sécurité.

J’ai plutôt envie de dire : « que les peuples opprimés sont choisis par Dieu plutôt que le peuple des oppresseurs ».

Comme il est dangereux de partager entre nous le sens de textes si anciens, sans la Présence de la Lumière du Fils !
Je ne prétends pas me sentir plus près de Dieu que n’importe qui d’entre nous.
Je crois surtout que Dieu est près de chacun de nous… même des oppresseurs, même de ceux qui, aveuglés, se sont détournés de Sa Présence.
Dans les derniers moments de sa vie, alors qu’Il partageait librement nos souffrances, le Fils a demandé au Père de « ne pas leur compter ce qu’ils Lui font. Qu’ils ne savent plus ce qu’ils font ».

Le Fils nous proclame, à nous, le peuple élu, de partager entre nous et au monde la vérité de l’amour et du pardon.
Je crois que cela nous demande autant de courage que celui qu’il faut pour prendre les armes.
Je me sens bien petit, en écrivant cela. Mais j'y crois. Le Christ nous a précédé sur ce chemin.

Chers amis, bonne journée à tous, vraiment,

Par Paul (Belgique) 6 juillet 2016 à 10 h 06 Répondre à ce commentaire

la Corée du Nord , la Syrie, les Palestiniens, et tous les autres en Afrique, Amérique du Sud et j'en oublie encore
Plus les camps d'internement politique et autres : ils sont aimés de Dieu car DIEU n'EST qu'AMOUR
ne pas oublier le N' et le QU'
Il ne faut pas lire l'A T comme un roman historique , mais écrit longtemps après par un peuple de croyants voulant
perpétuer cette foi, cet Amour de Dieu pour les hommes

Par Micheline 6 juillet 2016 à 11 h 21

Après lecture de cette très enrichissante Méditation, il me revient à l'esprit ceci :
"Chaque fois que vous faites du mal ou du bien à un Enfant c'est à moi que vous le faites !".
Nous sommes Tous des Enfants de Dieu, Roi et Défenseur des Opprimés ou des Faibles de la Vie !
Il n'y a pas de plus forts ou de moins forts, nous demeurons complémentaires, nous devons nous entendre et nous soutenir continuellement jusqu'au moment où Dieu nous rappellera !

moniquej

Par moniquej 6 juillet 2016 à 9 h 06 Répondre à ce commentaire

c'est toujours dans la souffrance la misère que le peuple se tourne vers Dieu

la France ne souffre pas encore suffisamment ?

la Honte les grèves mener souvent par les nanties

Par albatre 6 juillet 2016 à 8 h 47 Répondre à ce commentaire

Aides -moi au quotidien ....Donnes -moi le courage d'accomplir avec amour la mission que le Seigneur me confie dans la foi , la patience , la tolérance , le respect de l'autre ..... Mais pour cela tiens-moi par la main .... AMEN

Par Ninine 6 juillet 2016 à 8 h 35 Répondre à ce commentaire

Que penseront les palestiniens qui liront cette méditation ???

Par Habig bruno 6 juillet 2016 à 8 h 26 Répondre à ce commentaire

Sr Marie rappelle que "La naissance du peuple juif, à travers la mer Rouge, devient ainsi EMBLEMATIQUE de TOUTE LIBERATION, de tout salut. (...) TOUS les peuples sont appelés à naître, à se libérer".
Cela implique que la libération est pour le peuple palestinien aussi !!! :-)
Pour chaque peuple, pour chaque individu et pour la création entière qui participe au salut (Rm 8, 18-23).

"Dieu a tant aimé le MONDE qu'Il a donné son fils unique afin que QUICONQUE croit en lui, ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle" (Jn 3, 16)

A noter, qu'une approche littérale du texte, entraîne une interprétation souvent étriquée et parfois"fondamentaliste"...
Bonne journée à vous :)

Par Nad 6 juillet 2016 à 9 h 34

[« J’ai vu la misère de mon peuple. J’ai entendu ses cris » et j’ai décidé de les en sortir, de les sauver.]
Merci Sœur Marie pour cette méditation ou vous rapportez les paroles de Dieu.
Alors Mon Dieu, viens sauver les peuples opprimés et persécutés au Moyen Orient, en Afrique et dans bon nombre de payas qui ne connaissent pas la démocratie, mais le joug de la dictature.
Prions pour que soient sauvés ces esclaves, dont les cris s'élèvent.

Par SYLVESTRE14 6 juillet 2016 à 8 h 23 Répondre à ce commentaire

ce matin , j'ai traversé la mer rouge!!!

Grande joie d'entendre ce matin la voix de sœur Marie,

c'est le Seigneur qui me cherche au fond de ma misère et qui me crie :"j'ai vu la misère de mon peuple, j'ai entendu ses cris!"
Je sais que le seigneur me porte et me guide, il l'a souvent fait : des fois, j'ai vu; des fois, je n'ai pas reconnu son souffle fragile..
Par le baptême et mon oui renouvelé, chaque jour seigneur, tu viens me chercher au fond de ma misère, tu viens éclairer mes ténèbres!

Grande joie d'entendre ce matin la voix de sœur Marie,
Chère sœur en St Dominique, je ne te connais pas mais,
par ta voix, c'est l'ordre dominicain qui souffle et me porte en me disant :
"reprend ta route, suis le chemin qui est juste pour toi!" et
"va et prêche!"

Merci

Yacine

Par yacine 6 juillet 2016 à 8 h 18 Répondre à ce commentaire

Soeur Marie je vous remercie de nous rappeler à chacun que le peuple juif, aujourd'hui encore, nos grands fréres dans la foi, sont signe de la fidélité, de l'amour de notre Dieu qui à main forte et bras étendu nous libére de nos Egypte.

Par Anne 6 juillet 2016 à 8 h 03 Répondre à ce commentaire

Seigneur je te confie mes peurs. Donne moi le courage de l'abandon face à ton Amour éclairant ma route. Donne moi de te voir dans ma vie de tous les jours pour que je ne me sente plus seule avec mon désespoir lorsque les difficultés m'accable.
Merci à tous. Belle journée

Par sabrina 6 juillet 2016 à 7 h 46 Répondre à ce commentaire

Une nouvelle naissance à Dieu ..
De nos jours , on constate que l'interprétation et mal comprise , voir
même utilisée à des fins autre , visant à un changement de doctrine
allant même à des re-baptêmes.
Or la foi c'est par la grâce (confiance ) qu'elle nous sauve .On peut lire dans actes 16, 31 :
Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvés toi et les tiens .Chaque siècle rencontre des
tribulations , des guerres visible et invisible , l'importance du Baptême , le cadeau c'est
une fois converti , tout se passe dans une recherche de Dieu , de Jésus dans l'Esprit Saint .
La muraille est sans doute par la grâce du Christ , est l'unique source quel que soit nos tribulations
qui nous donne de supporter , l'insupportable .Ephésiens : Vous efforçant de conserver l'unité de
l' Esprit par le lien de la Paix . Il y a un seul corps , un seul baptême , ainsi celui qui a l'épouse et l'époux
ont ce fameux trésor . La foi ne se discute pas , elle se vit , c'est la fidélité , c'est dans chaque siècles :
Le salut de Dieu , grandir dans la foi , dans tout les sens que cela implique ; comprendre : frappez et l'on
vous ouvrira .....nous n'avons plus de colonnes de feu , mais L 'Esprit Saint ; qui nous conduits , dans un credo :
Je crois en l'église , une sainte , catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés .
J'attends la résurrection des morts , et la vie du monde à venir . Amen .(Très vivifiant ).

Par fred 6 juillet 2016 à 7 h 31 Répondre à ce commentaire

L U M I N E U S E , votre méditation, Sœur Marie ; merci, plus que je ne saurais dire.

Par Lyonyx 6 juillet 2016 à 7 h 20 Répondre à ce commentaire

séparation du jour et de la nuit
que ce jour nouveau soit pour moi,pour nous, l'occasion d'une nouvelle naissance avec Jésus.Que Marie notre mère nous accompagne tout au long de ce jour dans une prière de confiance.

Par fourmanoir 6 juillet 2016 à 7 h 05 Répondre à ce commentaire

Naissance d'un peuple, comme vous le dites si bien, Sr Marie, mais aussi naissance de chacun. Chaque homme, chaque femme, par sa naissance en Dieu, ne devient-il pas membre du peuple de Dieu?

Dieu combat avec moi, pour moi. Toujours. J'avance dans la nuit et la peur me poursuit. Il est tant de murailles qui m'enserrent et m'oppressent, qui sur moi semblent toujours vouloir se refermer. Je trébuche et m'y heurte, je suffoque, et pourtant l'Ange est là, retenant les eaux, protégeant mon dos. "L'Ange de Dieu qui marchait en avant du camp d'Israël se déplaça et marcha derrière eux" (v.19).
La peur brouille mes yeux. Qu'est le plus redoutable, ce passé qui me poursuit ou cet avenir opaque, insondable, qui se perd dans la nuit devant moi?

S'arrêter un instant et regarder en arrière. Le passé peut figer, transformer en statue de sel, paralyser. Mais l'Ange est là. Je me croyais seule, criant ma détresse, et je ne l'étais pas. Dieu était là, souffrant avec moi, insufflant sa vie dans toutes les crevasses de mon existence, retenant ma chute quand j'ai cru me briser. Le voir, c'est continuer de marcher. C'est même faire un grand pas vers la lueur du jour, fendre la poche des eaux où je suffoquais. "Yahvé dit à Moïse: "Pourquoi cries-tu vers moi? Dis aux Israélites de repartir." (v.15). Continuer d'avancer. Laisser Dieu submerger ce passé, l'engloutir. Non pour l'oublier, mais pour s'en libérer.

Et poursuivre la traversée. Dieu a étendu son bras, je peux m'y appuyer. Y reposer mon front dans la prière et y puiser la force d'avancer. Aujourd’hui, toujours, Dieu combat à mes côtés.

Par Audrey 6 juillet 2016 à 6 h 58 Répondre à ce commentaire

Chère Audrey.

Merci pour ce commentaire qui complète admirablement la méditation de soeur Marie.
Je me permets de revenir sur votre intervention du 22 juin : la lecture de la Bible. Je l'ai partagée avec le groupe d'approfondissement biblique de notre communauté de paroisses. Ce fut un moment merveilleux, nous y avons tous adhéré complètement.
Vos interventions sont si profondes et si pertinentes qu'il faudrait les regrouper dans un livre.
Je vous exprime ma reconnaissance et mon admiration pour la beauté de vos textes.

Lise

Par Lise 6 juillet 2016 à 12 h 18

Chère Lise, je ne sais que dire, sinon merci. J'en suis vraiment très heureuse.
Grand merci également à Mireille et Grannie, il y a quelques jours, à Paul et Bernard, hier.
Comme Paul l'écrivait si justement, je me sens bien petite face à tout cela. J'essaie simplement de partager ce qui me vient quand je laisse les textes résonner en moi, ce qui me donne force et m'apporte un peu de paix. Savoir que ces mots peuvent parfois aider un peu est un vrai baume.
Merci. Merci à tous. Et permettez-moi ce soir encore de prier pour vous et avec vous tous.

Par Audrey 6 juillet 2016 à 18 h 59

Merci, chère Sœur Marie, vous m'aidez à méditer et nous délivrez de nos peurs.
A partir d'un texte connu, vous tirez le meilleur. Merci.
Vivement que les Religieuses et ces dames avec l'intuition féminine et leur cœur, puissent prêcher. Le diaconat serait un Plus pour elles et nous

Par Ricardo 6 juillet 2016 à 5 h 20 Répondre à ce commentaire

Oui, Ricardo, Soeur Marie a tiré le meilleur de ce texte connu et c'est vivifiant.

Excusez-moi, Soeur Marie, mais je regrette de voir se renouveler l'impasse de la méditation sur les versets" imbuvables" qui ont déjà suscité quelques émois hier.

Par Marie-Thérèse L. 6 juillet 2016 à 6 h 39
voir tous les commentaires