David

« Va et que le Seigneur soit avec toi. » 1 Samuel 17,37

La jalousie de Saül envers David

1 Samuel 18, 5-9

Dans ses expéditions, David réussissait partout où l’envoyait Saül, et Saül le mit à la tête des hommes de guerre. Il était bien vu de tout le peuple et même des serviteurs de Saül.
Au retour de l’armée, lorsque David revint après avoir tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël à la rencontre du roi Saül pour chanter et danser au son des tambourins, des cris de joie et des cymbales.
Les femmes dansaient en se renvoyant ce refrain : « Saül a tué ses milliers, et David, ses dizaines de milliers. »
Saül le prit très mal et fut très irrité. Il disait : « À David on attribue les dizaines de milliers, et à moi les milliers ; il ne lui manque plus que la royauté ! »
Depuis ce jour-là, Saül regardait David avec méfiance.

Méditation

précédente suivante

La tyrannie de la comparaison

David a été choisi et oint : attente d’un avenir pour le nouveau pasteur d’Israël. Mais Saül est toujours roi et chaque mission confiée à David se révèle un succès. Non seulement il est un valeureux défenseur du territoire contre les Philistins, mais de surcroît David plaît, jusque dans les rangs de son aîné. Et ses exploits sont célébrés bien plus que ceux de Saül.
La différence des chiffres – « à moi des milliers » ; « à lui des dizaines de milliers » - dit la tyrannie de la comparaison dans laquelle Saül s’est installé. Il se comprend, s’évalue, se définit depuis le regard que les autres portent sur lui. Que le peuple, et les femmes en particulier, célèbrent David plus que lui, lui est insupportable.
Cette quête d’un regard toujours approbateur d’autrui introduit alors le soupçon dans sa relation avec David. Pour Saül qui s’est éloigné de Dieu, David est devenu une menace : il pourrait usurper son rang de roi – ce que David est déjà dans le cœur de Dieu * . Il pourrait prendre le pouvoir sur le peuple, ce que Saül refuse, lui, le premier roi-messie d’Israël.
Mais qu’est-ce qu’un roi qui n’a pas soin de son peuple et qui envie plus modeste que lui ?
Ceci n’est pas sans rappeler un des tous premiers actes de comparaison dans la Bible : l’épisode fatal du meurtre d’Abel par Caïn. Caïn, jaloux du regard que Dieu porte sur le travail de son frère, l’entraîne dans un champ, se jette sur lui et le tue.** Saül aura les mêmes pensées que Caïn : « Ne portons pas la main sur lui, mais que des Philistins le fassent ! »**
Attenter à la vie de l’autre, sous quelque forme que ce soit, pour imaginer se faire une place. Mettre à mort le corps du messie, choisi et oint, pour maintenir une royauté sans consistance et sans orientation. Résonne déjà ici la fin inique de Jésus, Messie crucifié. Supplication, pour chacun, à devenir libre de nous-même.

* 1 Samuel 16, verset 12
** Genèse 4, verset 8
*** 1 Samuel 18, verset 17
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

45 commentaires

l'amour est plus fort que la haine ect ...Apprends nous à aimer Seigneur, et épargne nous de toute sorte de jalousie, que nous nous aimions les uns les autres comme tu nous l'a demandé !!!Amen !!!

Par honoré marie-noëlle 15 septembre 2017 à 22 h 34 Répondre à ce commentaire

La jalousie de Saül est clairement explicitée.David à la grandeur de ne pas en prendre ombrage.c ´est beau,c'est un bel exemple.....mais commment ce texte ne nous dit pas comment retirer ce poison du cœur de Paul.
Brigitte

Par Brigitte frimat 19 août 2017 à 7 h 33 Répondre à ce commentaire

Chère Brigitte,

Si vous le permettez, je vais apporter un petit rectificatif.
C'est vrai qu'on s'y perd un peu.
il ne s'agit pas de Saul qui est devenu Paul après sa conversion, mais Saül, premier roi des Hébreux qui a vécu au dixième siècle avant Jésus Christ. Donc Saint Paul et Davidl n'ont pas vécu à la même époque. Le premier fait parti du Livre de Samuel, donc de l'Ancien Testament, tant dis que Saul-Paul qui persécutait les chrétiens, devenu apôtre des païens a vécu au temps de Jésus.
J'espère avoir éclairé votre lanterne en toute fraternité.

Bien à vous

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 20 août 2017 à 18 h 43

"Attenter à la vie de l’autre, sous quelque forme que ce soit, pour imaginer se faire une place"
Ça arrive beaucoup plus souvent qu'il n'y paraît...
Et la fin de cette méditation, avec les commentaires laissés, que ce soient des brèves de comptoirs ou des discussions de café du commerce, du vécu qui s'exprime tel quel ou à travers des questionnements ou des réponses, qui peuvent peut-être être cinglantes, des lamentations, des prières, des doutes et/des espoirs, des réflexions profondes ou plus superficielles,...
tous ces commentaires laissés par seulement quelques internautes, inscrits ou pas sur ce site (par rapport à des dizaines de milliers voire des millions qui peuvent "visiter et lire")
Ce soir je pense à St Paul aux Galathes: "Mais pour moi, que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté. Par elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde."
La Croix du Christ n'est pas vraiment une fierté pour moi, ce qui m'importe c'est la résurrection, et le pardon toujours prôné par ce Jésus Crucifié, qu'il soit Dieu ou juste fou à lier, c'est cela qui m'a permis de passer les heures difficiles et qui me permet encore de faire taire les angoisses, les peurs, sans craindre d'être ce que je suis, quelqu'un de faible qui peut crucifier les autres et quelqu'un qui peut être crucifiée par les autres...

Par & 17 août 2017 à 22 h 37 Répondre à ce commentaire

Merci chère &

Tu ne pratiques pas la langue de bois, tant s'en faut,
Bravo ! on commence à en avoir l'habitude !

J'apprécie ce verset de Saint Paul aux Galathes:

Mais pour moi, que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté. Par elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde."

C'est la base même de notre foi, croire en Christ ressuscité agissant en chacun et en tous.

J'espère que mon message passera, car depuis le 9 Août, bien qu'on me dise que mon commentaire est pris en compte; merci de votre participation; comme soeur Anne, je ne vois rien venir et ce malgré 4 courriers adressés aux frères pour le signaler.

Par Marie Jeanne 19 août 2017 à 13 h 20

Oui le blog est tout cela et cela donne une teinte un peu grise alors que le message de Jésus est lumineux, enthousiasment¨! Beaucoup de phrases, beaucoup de mots qui dépeignent des circonstances de vie noires, lourdes à vivre quotidiennement.
Cependant la vie est rencontre, ouverture...à ce sujet, combien de messages de compassion au sujet des derniers attentats ?

Par saabine 19 août 2017 à 15 h 22

La tyrannie de la comparaison....

Devenir libre de soi-même...

Essayer, s'efforcer (combien de fois recommencer) de ne plus être dépendant de la
première formule pour entrevoir que la seconde est possible.
Merci

Par andrée 17 août 2017 à 19 h 02 Répondre à ce commentaire

Bien chers tous,

Juste un petit mot pour vous dire que je suis très déçue;
depuis le 9 Août, mes messages ne passent plus.
J'avais déjà eu ce problème pour les derniers commentaires de Carême.
Je n'ai malheureusement pas fait de copie, mes textes se sont envolés.
Je l'ai signalé aux frères à trois reprises.
Comme soeur Anne... Je ne vois rien venir.


Je suis fatiguée depuis ma chute et mon moral est en berne. C'est plutôt rare chez moi,mais comme quoi que personne n'est à l'abri d'un coup de cafard !

Unie à tous dans la prière, je vous embrasse bien fraternellement

Votre grande soeur

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 17 août 2017 à 18 h 20 Répondre à ce commentaire

A Paul17 juillet 8 h 52
Merci de votre message qui m'a fait du bien car je consulte assez fréquemment le blog en revenant de mon service en espérant y trouver quelques miettes de détente, de réflexion après ces heures parfois âpres de lutte pour la vie. Ce soir là, ce fut la douche froide ! Juguler la vie !!! La comparaison de l'autre ...être soi-même... Je n'ai pas le temps de penser à tout cela dans l'action pour soutenir une vie défaillante et de retour chez moi les tâches quotidiennes me ramènent vite sur terre : mari, enfants ,courses , repas, je n'ai guère le temps de passer plusieurs fois par jour sur la boîte Marche dans la Ville .
Les échanges type Café du Commerce sont restreints à quelques ténors qui survolent la vie et pourtant c'est dans la banale vie quotidienne que nous vivons, découvrons er annonçons Jésus le Christ.

Par Saabine 17 août 2017 à 17 h 42 Répondre à ce commentaire

Bonjour Saabine,

En fait, je ne sais pas si parfois nous "survolons la vie"...
Mais je veux bien le croire. Nous avons parfois besoin de survivre.

Chacun de nous aborde la vie de ce jour avec toutes les minutes de son histoire personnelle.
Et la question importante ne me semble pas de savoir qui d'entre nous est le plus près de Dieu.
La seule chose que je sais, c'est qu'Il est près de chacun de nous.

Je prie aujourd'hui pour ce qui se passe chez vos collègues urgentistes espagnols
et les gens qu'ils ont accueillis dans la chaos d'hier soir.
Il me semble aujourd'hui que prier pour quelqu'un,
c'est prier pour qu'il découvre suffisamment de paix
pour pouvoir encore se tourner vers le Père.

Bonne journée, là où vous êtes, Saabine,
et là où nous sommes chacun.

Par Paul (Belgique) 18 août 2017 à 8 h 30

Bonjour Paul,
A quand la fin des ramblas ensanglantés ?
Je souhaite vraiment que vos prières et celles de ceux qui se sentent impuissants face à cette folie barbare, aveugle suscitent des solutions à ce que nous vivons : attentats.... répression ( que je comprends ) Mais comment nouer des dialogues avec les groupes de recrutement des djhadistes? comment aborder ce chancre du terrorisme ? N'empêche j'ai ma part dans cette situation d'injustice, non pas en me sentant supérieure mais en n'étant pas assez accueillante.
Merci encore de vos prières pour nos collègues urgentistes espagnols, c'est une épreuve terrible de soigner, déplacer des corps explosés.

Par saabine 19 août 2017 à 16 h 01

"Supplication, pour chacun, à devenir libre de nous même".
Très difficile, je crois qu'une vie entière ne me suffira pas pour devenir libre de moi même.
Il y a tant de questions, tant de pourquoi, et en lisant, en écoutant et en méditant, même dans la prière, à la lumière de l'Evangile, chacun est unique, chacun son caractère, sa propre pensée. Nous sommes humains, qui peut ne jamais juger, être jaloux, j'ai des sentiments, des réactions propre à ma personnalité, comme tout un chacun, je pense.
Même si je veux faire abstraction de tout cela, j'aurai toujours le regard de quelqu'un sur moi, et mon regard sur mon prochain.
Au mieux, je confie tout cela au regard de Dieu.
Pour moi, c'est très complexe.....C'est ....le Mystère......

Par monette 17 août 2017 à 17 h 05 Répondre à ce commentaire

Le monde ne change pas : les sondages sont toujours là et nous les suivons, les commentons pour nous faire un avis

Personne nous demande de faire silence, de nous retrancher sur une montagne pour écouter Dieu
Merci à vous de nous y plonger

Micheline

Par Micheline 17 août 2017 à 10 h 05 Répondre à ce commentaire

Cher Cl@audio,nous en sommes tous là,à rechercher le pourquoi des choses....et ces "pourquoi " s,ajoutent tout au long de notre vie....La seule chose dont nous soyons sûrs,c,est l,Amour,l,Amour donné et reçu !!!! Bonne journée ...

Par Penelope dijon 17 août 2017 à 8 h 35 Répondre à ce commentaire

Oh seigneur cela fait ^plus de 2 mois que je n'ai pas commenté les versets de la bible, ce qui me plait et que je savoure : mon ordinateur m'a laché il y a environ 1 mois, j'utilise celui de mon fils ce n'est pas toujours évident. PARDON

Par LONGCHAMPS 17 août 2017 à 0 h 48 Répondre à ce commentaire

OUI c'est encore d'actualité et se rencontre chaque jour...
Regarde...me dit on... Mme Untel une bonne chrétienne ...on vient de lui diagnostiquer un cancer en phase grave...
et regarde... Mr Autre qui fait des histoires à tout le monde, qui se moque de tout et de la religion, il est heureux, il gagne de l'argent et il est en bonne santé !!!
Où est la justice divine ?
Pourquoi Dieu a t il fait oindre David alors qu'il y a encore un roi présent ? est ce pour les faire se chamailler et se battre ?
Pour les juger ? Pourquoi as t il préféré les cadeaux de Abel à ceux de Cain ?
OUI tout cela m'interpelle
Seigneur aides moi à comprendre ce que tu veux faire de nous, de moi !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 16 août 2017 à 21 h 50 Répondre à ce commentaire

Une fois de plus ce passage de la Bible montre que ce texte est toujours d'actualité. Qui n'a pas souffert de jalousie, au travail , en famille. La pensée ne va pas toujours jusqu'au meurtre mais la tentation de faire mal est là.
Merci Soeur Véronique de nous éclairer sur ces textes qui sont proches de nous.

Par Colette DEVOS 16 août 2017 à 20 h 47 Répondre à ce commentaire

Je comprend Caïn et aussi Saul : Faire tout ce qu'on peut et voir Dieu vous préférer quelqu'un d'autre ! c'est inacceptable !
Mais peut-être à ces époques ne savait-on pas que Dieu aime sans limites, à l'infini. Il ne peut donc pas aimer plus les uns que les autres. Et pourtant il donne plus aux uns qu'aux autres. Serait-ce pour une mission ?
pourquoi a-t-il choisi Israël de préférence aux autres peuples, si ce n'est pour préparer la venue du Messie... Pourquoi a-t-il préparé Marie d'une manière tout à fait unique , si ce n'est parce qu'elle devait devenir la maman de Jésus ? Pour quelle mission a-t-il choisi ses apôtres ? Et pour quelle mission sommes-nous baptisés ? ainsi ce que Dieu donne aux uns cela doit servir à tous. Il nous a voulu un peuple solidaire et pas des individualités: chacun pour soit.

Par ninon 16 août 2017 à 19 h 37 Répondre à ce commentaire

Libre de soi-même , quelle adoucissante fraîcheur, j'oserais dire.
pour ma part c'est de ne pas se soucier du jugement des autres, d'oser exprimer ses valeurs , certains choix.
Le faisant en toute sincérité, on ne se soucie pas des opinions diverses.
Aller droit son chemin inspiré autant que possible par l'esprit de Dieu

Cela peut être aussi, ne pas trop regarder l'autre dans ses différences pour analyser selon nos critères
et bien d'autres choses encore.
On n'y arrive pas toujours mais c'est heureux de développer ces attitudes selon mon humble regard Merci de votre observation Sœur Véronique

Par Cécile Breton 16 août 2017 à 19 h 20 Répondre à ce commentaire

Le seigneur nous demande de vivre en paix, les uns avec les autres,
Tant que nous connaissons pas la paix, tant que notre moi sera en guerre, cette agitation intérieure, ce sentiment obsessionnel de souffrance à la vue du bonheur de l'autre,on peu en guérir.
La peur d'être jugé, rejeté, où mal compris. Or Dieu nous exhorte à confesser nos péchés les uns aux autres d'être nos seulement pardonné mais aussi guéri (jac 5:16)
L'orsque l'esprit de Dieu éclaire certaines fautes en nous,c'est en vue de les faire devenir lumière, c'est un parcours ardu et difficile, mais le seigneur pour ma part n'a jamais jugé quiconque, pourquoi aimerais t'il un plus que l'autre,lui qui nous montre le chemin du pardon...
Le jeu de la comparaison est insensé et autodestructeur,personne n'a tout,ni le vécu idéal.
Reste que notre Dieu nous a accordé beaucoup de Bénédiction, y compris la vie ici bas et la vie éternelle promise a touse ceux qui croient en lui,.
Compter sur son aide et lui rester reconnaissant en toute situation peu nous aider a vaincre de la jalousie. ...en union de prière

Par brig 16 août 2017 à 19 h 14 Répondre à ce commentaire

Merci

Par Micheline 17 août 2017 à 10 h 00

ORAISON
Seigneur notre Père, nous en appelons à ta providence qui jamais ne se trompe en ses desseins : tout ce qui fait du mal, écarte-le, et donne-nous ce qui peut nous aider.

Par Oraison 16 août 2017 à 18 h 26 Répondre à ce commentaire

Je comprend Caïn et Saül : Faire tout ce qu'on peut et penser que Dieu vous préfère un autre ! c'est révoltant !
Savaient-il à cette époque que Dieu aime sans limite ? infiniment ? Qu'il ne lui est donc pas possible d'aimer plus les un que les autres !
Et pourtant i donne différemment aux uns et aux autres. Pourquoi a-t-il choisi Israël parmi les autres peuples ? Si ce n'est pour lui donner la mission de préparer la venue du Christ ? Pourquoi a-t-il préparé Marie de Manière unique ? Pour quelle mission a-t-il choisit les apôtres ? Et certains d'entre nous pour être baptisés ?

Par ninon 16 août 2017 à 14 h 57 Répondre à ce commentaire

L'histoire de l'ancien testament a été écrit par des hommes, qui pensaient que Dieu était un "surhomme" pouvant juger et faire selon sa volonté
Il aura fallu beaucoup de temps, de prophètes, d'hommes justes pour maintenant reconnaître que Dieu n est pas un surhomme mais qu'Il est seulement et rien d'autre qu'AMOUR
Comme le disent si bien Maurice Zundel et François Varillon
Merci à tous
Micheline

Par Micheline 16 août 2017 à 12 h 40 Répondre à ce commentaire

Chère Sœur Véronique,
Merci pour votre méditation, toujours interpellante.
Alors, permettez-moi de m'interroger.
Vous citez un des tout premiers [et non "tous premiers", soit dit en passant] actes de comparaison dans la Bible, avec ce fameux affrontement entre Caïn et Abel. Mais comme vous le rappelez, Caïn est jaloux du regard que Dieu porte sur le travail de son frère. En effet, il est bien dit, dans ce passage de la Genèse, que Dieu porta son regard vers les offrandes d'Abel, mais qu'il négligea celles de Caïn. Comme par hasard, ce sont les premiers-nés d'un troupeau qui sont préférés aux fruits du sol. Dieu voudrait-il montrer qu'il est carnivore plutôt que végétarien.
Alors, dans ce contexte de toute façon anthropomorphique, si c'est Dieu qui marque sa préférence de manière aussi peu pédagogique, comment l'adorateur méprisé pourrait-il ne pas se sentir frustré ?
Et voilà un coup tordu prêté au Dieu de tout amour !
Puisqu'on évoque David ces jours-ci, son frère frondeur ne pouvait pas ne pas réagir, malgré la brume où la maladie l'enlise.
Mais en toute humilité, je dois peut-être reconnaître que c'est le brouillard de mon cœur qui continue de m'interdire la compréhension de tous ces passages bibliques où Dieu lui-même est présenté comme celui qui obscurcit les esprits.
Dieu merci, envers et contre ll'Ancien Testament, je continue de percevoir la présence de la Bonne Nouvelle toujours en marche.
Et pardon si je rue dans les brancards.
Belle journée à toutes et à tous !

Par Bernard (Bruxelles) 16 août 2017 à 12 h 22 Répondre à ce commentaire

Cher frondeur,

Heureuse de te lire, je te souhaite de reprendre rapidement ton rythme de "croisière ! Mais je vois que le frondeur est toujours aux aguets !

En espérant que mon énième commentaire passe,
je t'embrasse, je vous embrasse tous,

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 17 août 2017 à 14 h 37

"Devenir libre de nous- même" : c'est le genre de phrase qui m'a toujours plongée dans la perplexité. Et dont je n'arrive toujours pas à voir l'étendue de la signification. Faut-il la rapprocher de celle de J. Salomé "A qui ferais-je de la peine si j'étais moi-même ?" sans aller jusqu'à Nietzsche "Deviens ce que tu es". ? Supplication pour se laisser déposséder de tout ce qui est mauvais ou critiquable en nous dont la jalousie par exemple ? Ce n'est pas garanti à 100 % ou alors on n'est plus sur terre mais dans un monde virtuel où règnent la bonté, l'amour des autres, l'absence de violence, etc... Dieu qui favorise David aurait-il attendu que Saül se comportât comme un être dénué de tout défaut humain? Jaloux, peut-être, mais pas au point de le faire tuer.... On ne peut soupçonner Dieu de tenir des propos irresponsables aussi bien envers Abel que David... Alors, la liberté, oui, mais jusqu'au libre arbitre ? Veuillez excuser ces propos "iconoclastes" mais je ne vois pas où cette liberté mène sinon juguler, avec l'aide de Celui en qui l' on croit, toute tentative ou disposition à aller contre Ses enseignemens. Vaste tâche.

Par mahona 16 août 2017 à 11 h 33 Répondre à ce commentaire

Bonsoir, de retour de mon service urgences je me plonge dans la méditation de sœur Véronique..qui manie les mots avec profondeur, délicatesse et liberté Le temps était assez lourd en soirée ...et en intervenant- avec mes collègues- auprès des patients je n'ai pas éprouvé ou ressenti le pincement des comparaisons. Juguler ??' non, unir nos forces pour le bien du patient, accepter que le collègue plus doué intervienne à ma place... lui demander même.
Vraiment tous ces raisonnements savants et prudents me laissent songeuse.... Est-ce cela le message du Christ.?

Par saabine 17 août 2017 à 2 h 15

Merci, Saabine,

votre partage, - à 02h15 du matin ! - nous remet dans la bonne direction :
Comment générer de l'amour par les actes...
Cela fait du bien.
Nous y sommes tous appelés, chacun là où nous sommes.

J'ai parfois l'impression que les discussions sur le site,
se passent au Café du Commerce.
D'autant plus que notre site permet de s'exprimer,
mais pas vraiment de dialoguer.

Plutôt que d'argumenter entre nous,
dans l'obscurité de nos doutes,
ne vaut-il pas mieux annoncer,
comme le Christ nous l'a demandé,
que la Lumière du Royaume est toute proche ?

Nous sommes 72.000 à l'entendre !

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 17 août 2017 à 8 h 52

nous écoutons, nous lisons et pouvons constater que de tout temps la jalousie à rongé l'homme; il en est encore de même actuellement ou certains pensent ,en agissant au nom de Dieu pouvoir tuer l'autre, celui qui n'est pas comme lui, ou qu'il juge inférieure ; et pourtantJésus est mort sur La Croix pour racheter les pêchés; l'homme serait-il plus fort que Dieu dans le mal?

Par penelope 16 août 2017 à 11 h 24 Répondre à ce commentaire

Au lieu d'être jaloux, remercions Dieu de ce qu'Il nous donne.
Nous vivons dans un pays relativement en paix malgré les attentats. Pensons-nous à ceux qui, rentrant chez eux, à Mossoul, trouvent un amas de ruines ?

Par DELORME Marie 16 août 2017 à 11 h 24 Répondre à ce commentaire

La jalousie fait partie de l'Etre humain.Dans le cas De Saul c'est de la puissance des bienfaits, lui qui traite mal son peuple, il ne voit pas la différence tellement il est pris par lui-même.le drame de la jalousie c'est de ne pas se descentrer et voir clair .j'ai eprouvé de la jalousie ,et une fois avouée je l'ai mise ailleurs et je la traite avec amitié :ça calme .J'aime la puissance de David il reste posé a ça place donnée par Dieu et il suit son chemin .pour nous humain c'est la Même chose ,suivre son chemin .
merci et bonne journée

Par jnc 16 août 2017 à 11 h 14 Répondre à ce commentaire

« Supplication, pour chacun, à devenir libre de nous-mêmes » ...

Seigneur Jésus,
Tu sais toutes les fois où je me suis demandé, au fond de moi,
si ce que j’avais déposé sur notre site intéresserait les gens.
C’est normal, c’est humain, je le sais.
Nous avons tous besoin de nous sentir aimés et reconnus.

Et tu sais aussi que je n’encourage pas nos frères sur la toile
aussi souvent que je ne l’ai été moi-même.
Et cela me met mal à l’aise.
C’est humain, aussi.

C’est parfois comme un vent très fort
autour de ma barque et dans l’agitation de mon cœur.

Mais c’est moi, à ce moment,
qui suis sourd et aveugle à Ta Présence.
J’oublie que Tu es là, et je m’angoisse dans ce silence.

J’oublie que Tu me dis :
« C’est pour toi et pour chacun de vous que Je suis venu,
Dieu sur Terre, homme parmi vous vous annoncer à chacun :
Je t’aime et tu es important pour Moi, pour l’éternité ».

Alors la mer se calme, tout autour de ma pauvre barque.

En comprenant cela,
je n’ai plus à tant Te supplier.
Je n’ai plus tant d’efforts à faire,
sinon à garder mon corps, mon coeur et mon esprit
ouverts à Ta Présence, réelle, vivante et guérissante.

Et avec Toi, je reprends la route.

Bonne journée à tous, chers amis.
Nous ne sommes pas seuls.

Par Paul (Belgique) 16 août 2017 à 10 h 45 Répondre à ce commentaire

Ainsi ce passage me rappelle , que partant de nos familles , nos communautés , il y a parfois encore des murmures ..
qui divisent , qui font du roi , une possession personnelle , et qui finalement sont prisonniers de leur misère créant
des divisons , des rejets , que de fois j'ai entendu des gens ne plus aller à tel église par ce que le prêtre partait ailleurs !
La dévotion au Seigneur , dans notre relation de foi , est-elle là ?
David par crainte de Dieu sachant que le Roi avait été oint , montre aussi sa dévotion , qui est le respect , ayant la faveur
du peuple , il pouvait s'il n'était pas "intègre dans les voies de Dieu , comploter , le tuer , ect .
La questions qui se pose dans nos communautés , y a t'il par ceux qui fournissent leurs compétences (service ), une
valeur personnelle ou en commun , car cela dit , fait toute la différence . Avoir des talents , et dire Moi Je , Moi Là.
Et enterrer les talents des autres , en voulant être seul , face à un peuple qui est pleins de talents !
Les fruits sont nombreux , les saveurs différente , goûts , mais partagés , en offrande , ils peuvent alors vraiment être
Un , en édifiant Dieu .La loi de Dieu est parfaite elle ...Restaure le Coeur de Jésus .
Si Jésus vous libère vous serez vraiment libre , l'inverse , tout ce que vous lierez
sur la terre sera liés au ciel .Le pardon que Jésus nous apprends chaque jour=Pénitence =Miséricorde de Dieu.
Partant de nos familles , communautés , dire:Tu a du prix à mes yeux.

Par fred 16 août 2017 à 8 h 15 Répondre à ce commentaire

"que de fois j'ai entendu des gens ne plus aller à tel église par ce que le prêtre partait ailleurs !
La dévotion au Seigneur , dans notre relation de foi , est-elle là ?"
Elle peut aussi être là, passer par là... en tout cas Moi Là Je le pense...
... "aussi libre que moi, aussi libre qu'on soit..."

Par & 16 août 2017 à 9 h 05

Il y a six choses que hait l'Eternel, Et même sept qu'il a en horreur;

Les yeux hautains, la langue menteuse, Les mains qui répandent le sang innocent,

Le coeur qui médite des projets iniques, Les pieds qui se hâtent de courir au mal,

Le faux témoin qui dit des mensonges, Et celui qui excite des querelles entre frères.

Mon fils, garde les préceptes de ton père, Et ne rejette pas l'enseignement de ta mère.

Lie-les constamment sur ton coeur, Attache-les à ton cou.

Ils te dirigeront dans ta marche, Ils te garderont sur ta couche, Ils te parleront à ton réveil.

Car le précepte est une lampe, et l'enseignement une lumière, Et les avertissements de la correction sont le chemin de la vie:

Par Proverbes 16 août 2017 à 10 h 17

Saül écoute le peuple et non plus Dieu, et voilà tout son drame. Lorsque Samuel lui annonce que Dieu l'a rejeté pour avoir désobéi, Saül finit par le reconnaître qui dit : "J'ai péché en transgressant l'ordre de Yahvé et de tes paroles, parce que j'ai eu peur du peuple et je lui ai obéi." (1S15,24). Par peur, peut-être, mais pas seulement. C'est aussi à lui-même qu'il s'en est allé "dresser un monument" (v.12) quand arrive Samuel. Méfiez-vous des idoles, avait prévenu Samuel, s'adressant au peuple : "ne vous écartez pas de Yahvé et servez-le de tout votre cœur. Ne vous en écartez pas, car ce serait suivre le vide, ce qui ne sert de rien et ne peut délivrer, car les idoles sont du vide." (1S12,20-21) Saül devient sa propre idole, et voudrait que le peuple l'adule. Comparaison, jalousie, jusqu'à vouloir la mort de celui qui pourrait lui faire de l'ombre ne naissent-elles pas de là?
Samuel avait prévenu : "servez [Dieu] sincèrement de tout votre cœur, car voyez ce qu'il a fait de grand avec vous. Mais si vous commettez le mal, vous périrez vous et votre roi." (v.24-25). Cette mort n'est pas châtiment qui s'abattrait sur eux depuis les cieux - Saül restera roi longtemps après cela. Elle est celle dans laquelle s'enferme lui-même celui pour qui seul compte le regard que d'autres posent sur eux. Seul importe en vérité de voir ce que Dieu "a fait de grand" avec nous, la vie qu'il nous a donnée. Uniques, tous et chacun, à ses yeux, abolissant toute comparaison.
Merci Sr Véronique!

Par Audrey 16 août 2017 à 7 h 18 Répondre à ce commentaire

MERCI... Je retiens "devenir libre de nous-même" : comme c'est difficile ! Danielle

Par Danielle Bard 16 août 2017 à 7 h 01 Répondre à ce commentaire

Peut-être que résonne déjà ici la fin inique de Jésus... mais je préfère rapprocher ce passage de ce que dit Jésus de Jean après que les disciples de Jean sont venus lui demander s'il est celui qui doit venir...
(cf Jean 7,28 "Je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne n’est plus grand que Jean ; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui.")
Ce que dit Jésus, pour moi, ne condamne pas la jalousie mais "soigne" le besoin de reconnaissance, le désir d'être aimé, la peur de manquer, et même la soif de pouvoir, qui en sont à la racine... car Jésus n'est pas venu pour condamner mais pour sauver...
Et Jésus n'est pas venu non plus pour être adoré lui, mais les vrais adorateurs adorent le Père en esprit et en vérité... Reste à définir pour chaque adorateur ce qu'il met "derrière" le Père... gare aux fausses images et aux idoles!!!...

Par & 16 août 2017 à 7 h 00 Répondre à ce commentaire

Jalousie envers l'autre, envers ce qu'il accomplie, vouloir le fruit de son labeur, vouloir devenir ce qu'il est! Trouver que l'herbe est toujours plus belle dans la jardin de l'autre... Toujours insatisfait de ce que l'on a!!!
La jalousie, l'envie, la gourmandise (on n'a jamais suffisamment), nous empoisonnent. Nous ne reconnaissons plus, n'apprécions plus ce que nous avons. Eternels insatisfait. Par crainte de n'être plus assez puissant, riche, apprécié, aimé ?
"N'aie pas peur" dit le Seigneur, je suis avec toi jusqu'à la fin du monde. Seigneur guérit nous de nos doutes et de nos peurs. Que la flamme de l'Esprit Saint attise en nous notre foi en toi.
Très bonne journée à tous et que le Seigneur soit avec vous.

Par Marilou 16 août 2017 à 6 h 14 Répondre à ce commentaire

L'amour est fort comme là mort,la jalousie est inflexible comme le séjour des morts (cant des cant 8:6)

La jalousie de Saül, procura l'occasion au mauvais esprit ( esprit de jugement )cette jalousie, qui nous fait croire que nous avons raison dans nos sentiments de ressentiment d'envie,de haine,elle nous conduit a des actes aux quels nous n'aurions même pas pensée auparavant, quel contraste entre la jalousie de Saül et l'amour de David qui risqua sa vie pour essayer d'aider Saül.
La crainte accompagne si souvent la jalousie, .La crainte de Saül :était intensifiée parce qu'il savait qu'il avait tort,et savait que
Dieu était avec David, nous voyons en cela que la jalousie de Saül ne fit du tort qu'a lui - même David qui refusa d'avoir de L'amertume au sujet des actes de Saül, n'en fut pas du tout atteint"lui qui avait l'esprit de Dieu.
C'est toujours le cas ,de mauvaise émotions, telle que la haine,la jalousie, la crainte,font toujours du tort a celui qui les a,
Cette jalousie on peut en guérir, en reconnaissant honnêtement que son poison brûle en nous.
Le premier pas vers la guérison est la reconnaissance de soi,de sa véritable identité, et enfin reconnaissance ou acceptation de Dieu, qui est tout est en tous,car souvent nous n'acceptons pas l'amour de Dieu qui nous et donné.
Que l'esprit de Dieu éclaire, pour devenir lumière, c'est un parcours ardu et difficile, mais le seigneur ne juge pas,
quiconque est venu humblement se jeter contre la pierre pour être brisé; au contraire, seuls les rebelles y trébuchent et son écrasés par elle. Ce que retiens aujourd'hui. ..Fraternellement

Par brig 28 juillet 2016 à 19 h 43 Répondre à ce commentaire

Souvent les rivalités naissent de la jalousie et de la convoitise, dans le travail, dans les familles; chacun de nous a pu y être confronté.

David qui suscite par son action héroïque la liesse et les louanges de tout un peuple, n'échappe pas à l'irritation et à la méfiance de Saül.

Seigneur, inspire à chacun de nous une attitude plus fraternelle, respectueuse des talents de chacun, donne-nous plus d'humilité pour savoir reconnaître dans ceux qui nous entourent Ta présence, Marie, mère de tendresse, transmets-nous ta douceur.
UDP avec chacun de vous

Par MARIE 28 juillet 2016 à 13 h 29 Répondre à ce commentaire

C'est vrai, il faut distinguer entre la fonction sociale (c'est normal de défendre ma place, ms en me rappelant que je ne suis pas irremplaçable), et la mission, qui est propre à moi , car c'est ma place unique voulue par Dieu ("toute vie est vocation, tout homme est un cadeau de Dieu au monde", lu devant une église). Le difficile est souvent d'ordonner les deux...

Par Antoinette G 28 juillet 2016 à 11 h 14 Répondre à ce commentaire

"Mon royaume n'est pas de ce monde", a dit le Christ. Ce monde ou règne la lutte pour le pouvoir ou la gloire (être le plus grand, le plus fort, le plus aimé), et donc la jalousie (il y en a toujours un de plus grand, plus fort, plus aimé). La loi de la sélection naturelle ou la loi de l'amour, du service ? C'est un fait que beaucoup d'hommes et de femmes de bien ont été, sinon persécutés, au moins attaqués ou critiqués, car ils nous font honte ; par comparaison, nous voyons notre médiocrité. L'antidote est l'humilité.
Le Christ du dimanche des Rameaux, acclamé par la foule, est le même que celui du vendredi saint, conspué et moqué. Le roi est celui qui est libre de toute dépendance, afin de pouvoir témoigner en vérité et de servir jusqu'au bout (je pense aux moines de Tibérine).

Par Antoinette G 28 juillet 2016 à 8 h 50 Répondre à ce commentaire

Le cœur en Dieu, voilà la vraie boussole, écrivais-je hier. La jalousie fait perdre le nord.
"C'est toi qui jugeras le peuple de Yahvé et le délivrera de la main de ses ennemis d'alentour," avait dit Samuel à Saül lors de son onction (1S10). Mais Saül ne voit plus sa mission, il ne voit plus que sa fonction, ce rang qu'il a atteint et qu'il soupçonne David de vouloir lui ravir, ne se doutant pas que roi, David, l'est déjà.

Le cœur en Dieu, et le cœur de Dieu pour guider son peuple. L'homme 'selon le cœur de Dieu', le vrai roi, c'est David. David, "un homme selon mon cœur, qui accomplira toutes mes volontés," rappellera Paul (Ac 13,22). Est roi qui fait la volonté de Dieu, Saül l'a oublié. David sera ce roi. "Celui qui marche avec Dieu, tôt ou tard, devient lui-même un roi. Saül le sait, il le dit: "Il ne manque plus [à David] que la royauté" (1 S 18, 8), mais il ne s'y résout pas." (Fr. P. Lefebvre, V. de Montalembert, 'Un homme, une femme, et Dieu', p.149).

Le Christ est roi sur la croix, lui qui donne tout, qui donne sa vie, pour faire la volonté du Père. N'est-ce pas ainsi que nous sommes tous appelés à être 'rois' au baptême? Roi comme le Christ, fils de David. Un roi selon le cœur de Dieu, un roi qui se donne. Un roi blessé, des épines pour couronne. Un roi qui sait la souffrance mais toujours combat pour la vie. Un roi qui porte sa croix - son seul trône.

Par Audrey 28 juillet 2016 à 7 h 18 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires