Jacob

« Si Dieu me garde sur le chemin où je marche. » Genèse 28,20

Jacob arrive chez Laban

Genèse 29, 9-14

Jacob se remit en marche et partit pour le pays des fils de l’Orient. Tout à coup, il aperçut un puits dans la campagne et, près de ce puits, trois troupeaux de petit bétail ; les bêtes étaient couchées car c’est à ce puits qu’on abreuvait les troupeaux. Sur l’orifice du puits était posée une grande pierre.
Jacob parlait encore avec les gens de ce pays quand Rachel arriva avec le petit bétail qui appartenait à son père ; en effet, elle était bergère.
Dès que Jacob vit Rachel, fille de Laban, le frère de sa mère, et le petit bétail de Laban, il s’avança, roula la pierre posée sur l’orifice du puits et abreuva le petit bétail de Laban.
Alors Jacob embrassa Rachel, et il éclata en sanglots.
Jacob apprit à Rachel qu’il était un parent de son père et le fils de Rébecca. Elle courut en informer son père.
Dès que Laban entendit parler de Jacob, le fils de sa sœur, il courut à sa rencontre, l’étreignit, l’embrassa et l’amena chez lui. Jacob raconta toute l’affaire à Laban et celui-ci lui dit : « Tu es vraiment mes os et ma chair ! » Jacob habita chez lui pendant tout un mois.

Méditation

précédente suivante

Où puiser la joie de l’amour ?

Dans la Bible, beaucoup de rencontres se font autour d’un puits. Agar, la servante d’Abraham, fuit Sara sa maîtresse, car elle est enceinte de son époux et c’est près d’un puits qu’elle reçoit la bénédiction de l’ange. De même, Isaac rencontre sa future épouse Rébecca, auprès d’un puits. Jacob, à la recherche d’une fiancée, tombe fou amoureux de Rachel, en la voyant mener boire son troupeau. C’est également auprès d’un puits que Moïse découvre pour la première fois Tsippora. Et c’est encore auprès d’un puits que la Samaritaine rencontrera Jésus, au puits appelé justement puits de Jacob !
Dans la Bible, nous ne marchons pas de concept en concept. Pas de système philosophique, encore moins théologique. Pas de théorie de l’amour ! Ce sont des récits, des images. En les parcourant, nous prenons progressivement conscience que certaines d’entre elles, ici celle du puits, en appellent d’autres… Elles se font écho, elles dessinent un sens. En voici un bel exemple dans ce récit : l’image du puits dit quelque chose de la relation entre les hommes et les femmes aujourd’hui !
L’image n’est donc pas moins forte que le concept. Elle dit au contraire un élément fondateur, permanent, structurel, qui traverse les récits, de génération en génération.
L’histoire des patriarches, comme la nôtre, passe par les puits. Ils sont le lieu où se scellent les alliances fondatrices. Ils symbolisent la fin d’une certaine errance, d’une forme d’exil et le début d’une véritable stabilité. L’humanité est pleinement elle-même quand hommes et femmes font alliance. Homme et femme, il les créa. À son image et ressemblance, il les créa. Cette relation – dans la famille, l’éducation, le travail, mais aussi l’enseignement, l’art, la gouvernance, l’innovation, la prise de décision – cette relation est un absolu et c'est elle qui nous révèle le visage de Dieu.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

49 commentaires

Je ne comprends pas bien : "la relation homme/femme est un absolu et nous révèle le visage de Dieu". Il est vrai que Dieu est à la fois justice et tendresse, force et miséricorde, donc à la fois père et mère pour nous. Il n'y a pas à choisir entre l'un et l'autre rôle, nous avons besoin des deux, comme un enfant a besoin d'une figure paternelle et d'une figure maternelle. D'où les difficultés pour un parent seul...
Je crois bien que Jacob est le premier patriarche à tomber amoureux. Nulle mention pour Abraham, à la foi inébranlable, et pour Isaac, pacifique et taiseux. Jacob paraît plus proche de nous, en fait, c'est un jeune homme en voyage initiatique. Dieu lui a annoncé une grande fécondité, mais il ne lui a pas dit comment ! Chouchou de sa mère, il doit maintenant se débrouiller seul, et les obstacles le révèleront à lui-même. Il aura bien du mal avec sa famille, mais que que ne fera-t-il pas pour l'amour de Rachel ! Jacob est un homme moderne, beaucoup plus individualisé que ses père et grand-père. Audacieux et rusé, la fortune lui sourira. Mais il est aussi l'homme d'un seul grand amour.

Par Antoinette G 4 juillet 2017 à 14 h 51 Répondre à ce commentaire

D. Rimaud — CNPL

Soleil levant
Sur ceux qui gisent dans la mort,
Tu es venu
pour que voient ceux qui ne voient pas,
Et tu guéris l’aveugle-né.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Lumière sur le monde ;
Que nous chantions pour ton retour :

Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple !

Agneau pascal,
Agneau qui sauves de l’exil,
Tu es venu
racheter les brebis perdues,
Et tu payas le prix du sang.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Berger des sources vives ;
Que nous chantions pour ton retour :

Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple !

Par Hymne 4 juillet 2017 à 8 h 19 Répondre à ce commentaire

Les larmes et la pierre qui roule.
La vie qui jaillit et l'eau qui coule.
La poitrine qui s'ouvre, creusée par les sanglots, comme un torrent qui remonterait la montagne. Cela fait mal, des sanglots. Cela travaille la chair, de l'intérieur, en profondeur. La rend meuble, gorgée de cette eau qui vient de si loin. Peine que les mots ne sauraient dire, blessure intacte dont la peau se déchire. Ramenée du fond de la nuit à la lumière du jour, séisme qui remet sa chair nue entre les mains de Dieu.
Les larmes de Jacob, celles de Joseph. Vivants. A la mort promise par leurs frères, volontairement ou pas, ils ont quitté leur terre. Traversé le désert dont l'immensité morne seule peut dire la solitude de l'âme sur laquelle ont déferlé la violence, l'incompréhensible haine. Un jour leurs frères, leur propre chair, ont mis la main sur Joseph, ont voulu les tuer. Puits creusés en soi à coups d'insondables "comment ?". Et puis un jour, l'eau vient. Celle de l'amour qui coulait en secret au fond de soi. Celle qui aux "comment ?" répond "Je suis là", "Je Suis avec toi". Regarde, la bénédiction est là.
La pierre a roulé. La mort n'a plus de prise. Reste la terre abreuvée, le sel des larmes, le sel de l'âme, pour l'habiter, en vérité.

Par Audrey 4 juillet 2017 à 6 h 59 Répondre à ce commentaire

Les trois troupeaux de petit bétail ne sont plus assoiffés, ils peuvent se reposer avant de repartir.
Un quatrième troupeau de petit bétail arrive à son tour pour s'abreuver.
Jacob roula pour Rachel la pierre posée sur l’orifice du puits et abreuva le petit bétail de Laban.
La Résurrection de Jésus libéra la source creusée sur la Croix.
Petit bétail, nous pouvons désormais témoigner.
C’est à ce Puits ...

Par Théophile 4 juillet 2017 à 6 h 52 Répondre à ce commentaire

Bonsoir Sœur !
Si je comprends, le puits est signe de breuvage, rencontre, amitié, partage, amour. Autour d'un puits, s'installe une communication entre des personnes : femme, homme, et le Seigneur est au centre: c'est Lui la vraie source d'eau vive : Il nous purifie, nous désaltère..... et de là il se révèle, il nous montre son Visage à travers cette eau pure.
Belle méditation.

Par Colette 29 juillet 2016 à 20 h 46 Répondre à ce commentaire

Le puits, source d'eau vive, lieu de racontre amoureux et lieu de racontre avec Dieu. Auprès du puits les regards se fixent et les idées se changent. Seigneur, transforme nous par ta Parole qui est source d'eau vive.

Par Augustine Latey 18 juin 2016 à 3 h 58 Répondre à ce commentaire

Retrouvailles autour d'un puits : parlottes, rencontres de toutes sortes mais aussi partages, et surtout ressourcement. Tout en parcourant le texte biblique, la méditation et les commentaires, me revenaient certains passages de ces si belles hymnes grégoriennes chantées à la Pentecôte autrefois : le "Veni, Creator" et le "Veni, Sancte Spiritus" où je retrouvais Jacob et ses sanglots libérateurs ainsi que l'humanité souffrante. Grâce aux explications lumineuses d'Audrey (15/6 : 6 h 23) je crois avoir compris (sans dictionnaire !) ce qu'était le don des larmes : "... rendre les armes ... accepter cette mort de ne plus se défendre. Laisser mourir le passé pour vivre aujourd'hui".

Unie à vous tous dans une quête commune.

Par Marie-Thérèse L. 16 juin 2016 à 21 h 24 Répondre à ce commentaire

Le puits, c'est tout un symbole, c'est là que les rencontres amoureuses dans la Bible, se sont déroulées. Avec vos méditations splendides, soeur Marie, vous nous donnez envie de rouvrir la Bible et de relire tous ces événements un peu oubliés, par exemple la rencontre de Moïse et de Tsippora, cette femme courageuse qui l'a suivi jusqu'en Egypte, (ex.4, 20). De belles histoires d'amour et de fidélité. Si les rencontres se font autour d'un puits, c'est assurément parce que c'est le lieu où la vie abonde. Les puits, il faut les entretenir pour que sans cesse l'eau garde sa pureté, sa fraîcheur. Notre coeur peut être aussi un puits d'eau vive, si nous savons déblayer tout ce qui l'obstrue, les rancoeurs, le pessimisme, la colère, le manque de confiance...
Le Seigneur peut venir nous demander à boire, qui sait ? comme à la Samaritaine.
Lui, la source d' eau vive.

Par Marjeanne 16 juin 2016 à 18 h 15 Répondre à ce commentaire

C'est un beau texte avec l'image de ces puits. Ils sont le point de reunión et de vie. A nous de nous transformaer en puits pour nos frères.

Par Juana Luz Olivia Vega Cisternas 16 juin 2016 à 19 h 12

Super brig ,
je voudrais partager une pensée ...
L' autre jour je méditais sur l'histoire de Tobie , quand celui-ci vers la
fin confie à son fils , de prendre soin de sa mère , pour toutes les
souffrances endurées , bien plus tard , on retrouve Jésus sur la croix
confiant sa Mère ...à Jean ! Le Puits de Jacob , c'est prendre soin de
Notre Mère , sans nul doute , puisqu'Elle -même dans le calvaire ,
le plus douloureux à tenu Jésus dans ces bras , ainsi Jésus nous demande
simplement de prendre soin de celle-ci , dans le respect et l'amour ; c'est
une image qui pourtant donne de l'eau de cette source qu'est Jésus , l'amour
qui se partage , le respect , la mémoire humaine , dans celle du Christ , une
source infinie de Miséricorde ...
Que la lumière de Ton amour ,
Illumine les ténèbres des âmes .
Fais que ces âmes Te connaissent ,
Et qu'elles glorifient avec nous Ta Miséricorde . ( sœur Faustine ) .
Jésus j'ai confiance en Toi .
ISAÏE : 41. 14: N'ai pas peur , peuple de Jacob , petit ver de terre ,
toi faible reste d'ISRAËL .
Le Seigneur déclare : Je viens à ton secours ....
Juste une pensée un partage , du puits de Jacob ....Que le monde entier
chante la louange du Seigneur ...

Par fred 16 juin 2016 à 14 h 59 Répondre à ce commentaire

Bonjour! je n'ai pas vraiment compris cette histoire de puits...Pouvez-vous m'éclairer davantage ?

Par Dominique K 16 juin 2016 à 14 h 12 Répondre à ce commentaire

Le commentaire est un peu compliqué je ne vois pas directement le lien entre le Puy et l'aide à la prise de décision

Par Annie 16 juin 2016 à 7 h 22 Répondre à ce commentaire

oui l'humanité est pleinement elle même quand hommes et femmes font alliance . Le grand désire de Dieu a été de tout temps de faire alliance avec les hommes cela ce découvre de la première à la dernière page de la bible, le seigneur s'engage personnellement;je serai votre Dieu et vous serai mon peuple les commandements de la loi nous disent comment vivre pour être heureux dans l'alliance, les prophètes comparent cette alliance à des noces: Dieu aime son peuple comme un époux aime son épouse. Hélas souvent le peuple est infidèle et court vers son malheur en se détournant de Dieu.Et la nouvelle Alliance Jésus réalisera cette promesse à chaque messe les chrétiens se rappellent cette parole du Christ: ceci est mon sang le sang de l'alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude...Oui cette relation est absolu et c'est elle qui nous révèle le vrai visage de Dieu !!!Merci !!!Seigneur garde nous d'être fidèle à ton Alliance !! Amen !!

Par Marie-Noëlle HONORE 16 juin 2016 à 3 h 28 Répondre à ce commentaire

MERCI

Par mic 15 juin 2016 à 23 h 25 Répondre à ce commentaire

Vos prières on porté des fruits, Je peu que dire merci a tous qui prié, une bonne nouvelle ceux matin ,on repose l'opération,
avec grande joie seigneur et confiance, je boit cette eau vive, et reprendre ma marche avec toi aussi marie, pleine de grâce, que touse vous soyez bénis, ...voici ma prière pour la nuit ma façon de vous dire merci
C'est au puits de jacob,
que tu l'as rencontré,
il marchait depuis l'aube,
Etant très fatigué.

Te demande a boire,
toi qui puisait de l'eau,
surtout voulait voir,
pour porter ton fardeau.

Sa source est profonde
pour se désaltérer,
mais jésus qui la sonde
lui parle de vérité.

S'abreuver à ce puits
ne donne pas la vie!
Le torrent qui jaillit,
c'est jésus, rien que lui.

Car Dieu recherche un coeur,
prêt a le recevoir,
pour une vie meilleure,
sans jamais décevoir.

Ne pas aller plus loin,
pour faire cette expérience,
ni attendre a demain,
pour vivre sa présence.

Il vient à tes côtés,
comme ou puits de sychar,
qu'importe ta piété,
sur toi est son regard.

Et des fleuves de vie,
tu en sera rempli,
c'est l'oeuvre de l'esprit,
Par jésus ton ami. ...

Par brig 15 juin 2016 à 21 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci, Brig, pour les nouvelles positives concernant votre santé.
Merci aussi pour votre poème plein de fraîcheur et de simplicité.
Le Christ vient vers chacun de nous.
Il vient étancher la sécheresse de nos pauvretés.
Il vient nourrir tous les projets de fraternité dont parle Sœur Marie.
Nous ne sommes pas seuls.
Bonne journée, à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 16 juin 2016 à 7 h 45

Chère Brig
Les épreuves de la vie n'ont pas altéré votre fraîcheur d'âme. Pour moi, pour d'autres aussi, vous êtes une référence. Soyez-en bénie.
De votre poème, je relève une phrase "choc" parmi d'autres : "qu'importe ta piété
sur toi est son regard".
Je vous garde dans mon coeur et dans ma prière.

Par Marie-Thérèse L. 16 juin 2016 à 13 h 23

Merci Brig, pour votre spontanéité et votre courage, votre force, votre foi communicative, j'en ai bien besoin aussi.
Union de prière et surtout ne changez pas!!Merci!

Par monette 16 juin 2016 à 22 h 30

Merci pour votre belle méditation soeur Marie!
Pour vos remarques sur toutes les rencontres auprès d'un puits!
Il nous est demandé sans doute de sans cesse puiser dans ce puits que Dieu nous propose tous les jours.
En ce moment, pour moi, la relation, c'est celle au travail avec les collègues que je connais depuis quelques mois, et qui me fait découvrir tant de visages différents, aussi beaucoup de souffrances chez certaines ; la relation qui m'apprend aussi l'écoute, l'oubli de soi, chose pas facile, et l'amour pour l'autre qui n'inspire pas ce désir.
Chantal

Par chantal 15 juin 2016 à 20 h 12 Répondre à ce commentaire

En effet Chantal, notre vie de tous les jours se passe auprès du puits de l'Amour de Dieu, qui nous donne la force et la conviction de se mettre en retrait afin de pouvoir être à l'écoute, non seulement des autres mais aussi à l'écoute de Notre Seigneur pour mieux connaitre notre mission qui, peut être, est de s'oublier soi même et de porter au devant de Dieu, les souffrances des autres...
Bonne journée

Par Marie Josèphe 16 juin 2016 à 13 h 25

Beau texte et belle méditation. C'est si important la relation homme femme. Que nous soyons amis, mari et femme, collegues, la qualité de notre relation nous rend plus humains et embellie notre vie.

Par cmchc 15 juin 2016 à 17 h 20 Répondre à ce commentaire

Je vois une telle force dans ce message !

La relation est un absolu et nous révèle le visage de Dieu !

Homme et femme il nous créa pour harmoniser en quelque sorte un monde en équilibre

et en beauté. Voila ce qui explique notre mal être lorsque nous ne sommes pas dans ce

sentier d' unité, de complicité, de joie d'accomplir dans l'Amour ce que Dieu nous a confié

Par Cécile Breton 15 juin 2016 à 16 h 06 Répondre à ce commentaire

Sébastien vous avez une voix merveilleuse d'un vrai conteur !

Par Francoise K 15 juin 2016 à 14 h 35 Répondre à ce commentaire

Rafraîchissant ,gentil rappel en ce matin ensoleillé au Québec,merci Pièr

Par Pier 15 juin 2016 à 13 h 43 Répondre à ce commentaire

Chers amis,

Dans le désert, où j’ai séjourné en mission humanitaire ou en randonnées, j’ai appris par ma soif combien l’eau est indispensable et précieuse. Vous avez bien raison, Sœur Marie de nous parler de l’importance humaine et sociale de ce qui se passe autour de la margelle des puits. En Afrique, certains projets d’adduction d’eau dans les villages n’ont abouti à rien parce que les femmes préféraient se rencontrer au bord du puits.

Votre proposition d’aujourd’hui m’a fait penser au Fils qui nous annonce, au puits de Jacob, que « l'eau que je vous donnerai deviendra en vous une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle ».

Je suis allé à la rencontre de cette soif qui me tenaille depuis quelques semaines.
Là où stagnent mes doutes et mes découragements, sous la croûte pesante de mes habitudes.
Même la conversation avec mes amis, autour de mon puits, était devenue poussiéreuse et fatigante.

J’ai accepté, sans trop comprendre, au fond de mon puits, l’endroit où tout s’était asséché.
Plutôt que de lutter contre ma sécheresse, je me suis déposé devant Toi, Seigneur Jésus.
Tu n’as pas regardé la poussière de mes vêtements. Ton Amour est Présent, comme toujours.

Mais je ne voulais pas encore m’en désaltérer.
Je pensais qu’il me fallait d’abord laver mon manteau.

Dans ma prière, j’ai alors accepté Ta présence.
Tu m’as donné l’essentiel : le pardon et l’amour.

J’ai cessé de penser à la saleté de mes habits.
J’ai pu jeter les vieux et en choisir de nouveaux.

J’ai moins soif, … et je trouve que mes amis sont plus joyeux.

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 15 juin 2016 à 12 h 06 Répondre à ce commentaire

Paul (Belgique), merci. Comme je vous comprends. Je bataille entre l’abandon total entre les mains du Seigneur, qui connaît bien mieux que moi, ce dont j’ai besoin, et ma résistance d’enfant qui dit, lorsque ses parents veulent l’aider : « Non, je suis capable. ».
Seigneur, donne-moi la grâce de lâcher totalement prise, sur tout ce qui me retient de me laisser bercer dans les bras du Père. Je suis fatiguée de me battre avec mes démons.

Par Micheline (Canada) 15 juin 2016 à 16 h 32

Bonsoir, Micheline,
merci pour votre partage.
J'essaye - comme vous et beaucoup d'entre nous - de me centrer sur l'essentiel :
la Présence du Fils, réelle, bienfaisante, aimante et guérissante.
Avez-vous lu le joli poème de Brig ? (21h15).
Une délicate petite perle. Merci, Brig.
Bonne nuit, fraternellement, à toutes et tous.

Par Paul (Belgique) 15 juin 2016 à 21 h 46

Ce texte me fais penser a l’évangile que j'ai contemplé ce matin ,le passage ou Hérode demande aux scribes et autres "sachant" OU est l'enfant ? Le Roi annoncé par les Mages . Le Roi n'est-il pas aussi source ?Ou est l'enfant ou est la source ? Dieu a travers d'autres traditions a conduits les mages vers la source .Les Hébreux avec leur tradition savaient eux aussi "OU ". Sans cette rencontre entre traditions "orientale" pour la recherche de la source,l'histoire aurait-elle été différente? En tout cas les Mages venaient pour adorer ,Hérode cherchait a "tuer","boucher" la source . Je pense que nous devons regarder au fond de nous si nous ne voulons pas être aussi La Source . Mais je pense aussi que nous sommes aussi des "re-source"
Guide moi Seigneur vers La Source ,moi aussi je veux adorer .

Par Jacques 15 juin 2016 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

Ce puits où Jacob rencontre Rachel a une très forte symbolique, il représente la vie, l'endroit où les hommes et les troupeaux peuvent venir s'abreuver; mais il est surtout le lieu où les gens peuvent se rassembler . Plusieurs déplorent de ne plus avoir de lieu semblables, mais nous pouvons transposer ce récit en nous demandant quelle rencontre nous propose aujourd'hui Le Seigneur, dans notre famille, dans notre quartier, dans notre lieu de travail, dans nos activités de loisirs, et nous pouvons implorer:

Seigneur, avec l'aide de ton Esprit d'AMOUR, guide nos pas vers une rencontre sincère, guide nos paroles vers un vrai partage, guide nos cœurs vers plus de compréhension.
Éclaire chaque instant de notre jour de ta présence! UDP

Par MARIE 15 juin 2016 à 10 h 56 Répondre à ce commentaire

Oui, nous aimerions avoir encore des lieux où l'on peut se rencontrer dans la simplicité.

Lorsque j'étais enfant, dans notre petit village, les rencontres se faisaient en allant chercher l'eau à la fontaine, ou lorsque les enfants jouaient au lavoir (naturel) et goûtaient pendant ques les mamans bavardaient en travaillant dur pour laver le linge.

Ne soyons pas nostalgiques, restons inventifs, maintenant nous pouvons encore nous rassembler sous Ton regard d'AMOUR, Seigneur, nous avons confiance en Toi, nous croyons que Tu nous guides les uns vers les autres, restons dans l'ESPÉRANCE, gardons toujours le désir de la RENCONTRE, de la PAIX, de la RÉCONCILIATION. Amen.

Par MARIE 4 juillet 2017 à 16 h 11

Cette rencontre est la réalisation de la promesse de Dieu.Jacob souffrait beaucoup d'être obligé de vivre dans le désert, exclu de sa famille par sa faute. Mais le désert aussi est habité, et il pleure de soulagement de rencontrer enfin des apparentés (il reconnait Rachel comme sa cousine). Il se précipite pour aider afin de se racheter et d'être à nouveau intégré. Il est nécessaire de se détacher de sa famille d'origine pour se construire, et ensuite, il est aussi nécessaire de se trouver une autre appartenance, pas la même, mais pas trop loin. Détachement pour un nouvel attachement, c'est la loi de la vie. Nous allons de commencement en commencement...
Moi aussi j'ai un passé lourd, et je suis restée longtemps fixée dessus, m'empêchant de vivre par culpabilité et remords . Ni le blocage punitif ni la rebellion par fuite en avant ne sont la volonté de Dieu. Mais rester ouvert aux possibilités de réparation et de réintégration, oui. Cela s'appelle l'espoir.

Par Antoinette 15 juin 2016 à 10 h 48 Répondre à ce commentaire

"le puit : lieu où se scellent des alliances fondatrices , la fin d'une errance" , trouver enfin la source d'eau vive : dire enfin j'ai trouvé ma raison de vivre . En écoutant ce passage , je pensais à ma fille ainée qui se cherche encore mais avec beaucoup de courage.
Que Dieu lui donne la grâce de faire enfin une belle rencontre qui donne sens à sa vie .Je la confie à vos prières.
Caroline

Par Caroline 15 juin 2016 à 10 h 40 Répondre à ce commentaire

Le puits, c'est l'eau ,le symbole de la purification -un des quatre elements de l'univers . Sans l'eau ,pas de vie .le corps est compose à 70pour cent d'eau !! C'est aussi l'eau de VIE spirituelle promise par le Christ . Beaucoup de nos cathedrales sont baties sur un puits (je pense à Chartres en particulier) et l'eglise devient lien sacre entre le soleil et l'eau ,la Lumiere d'en haut et l'eau d'en bas.
Pour les africains , le puits est le lieu de rassemblement ,On vient y "Puiser" cette source de vie ...Malheureusement , chez nous ,c'est banal -on ouvre un robinet!- dommage: nous avons perdu ce sens du sacre .MERCI de nous le rappeler

Par BUCHIN 15 juin 2016 à 10 h 37 Répondre à ce commentaire

MERCI,

..... les puits. Ils sont le lieu où se scellent les alliances fondatrices. Ils symbolisent la fin d’une certaine errance, d’une forme d’exil et le début d’une véritable stabilité...

La fin d'une ........ errance, d'une ........ d'exil et le début d'une véritable stabilité dans l'alliance ave le Père en Christ me parle, merci!

Que Dieu me donne la grâce d'améliorer mon relationnel, la grâce des bonnes rencontres qui m'humanisent et me feront grandir..., la grâce de rencontrer un époux chrétien...

Emma!

Par Emma 15 juin 2016 à 10 h 14 Répondre à ce commentaire

Dommage qu'il n'y ai plus de puits , il s'y passait tant de belles rencontres de fraternité, de convivialité , d'amour .
Les grandes surfaces sont loin de procurer de telles satisfactions ....on court ....
Si les chefs d'état pouvait se retrouver autour d'un puits et faire la paix ....!!!
Prions pour tout cela . Cath

Par Catherine 15 juin 2016 à 10 h 07 Répondre à ce commentaire

Juste pour vous dire que vos méditations me fait du bien à l'âme.

Par Vaussenat 15 juin 2016 à 9 h 36 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Marie pour cette belle méditation. Autre temps autre mœurs, du temps de nos pères la rencontre amoureuse se fait autour d'un puits. Aujourd'hui, ce sont les bars et les discothèques qui symbolisent des lieux de "rencontre". La beauté de la rencontre est défigurée par le désir du plaisir, de l'attirance physique rare sont les rencontres de ces lieux qui aboutissent à une véritable histoire d'amour. Elles ne durent que le temps de la passion brève et instantanée. Je ne porte pas un jugement moral mais je révèle juste un constat que d'autres ont peut être fait avant moi...
Je suis à la recherche de ce puits pour y puiser la joie de l'amour.

Par Gilles 15 juin 2016 à 9 h 00 Répondre à ce commentaire

Du puits on retire l'eau qui est source de vie.
Quelle belle image de faire coexister la source de vie et la rencontre de l'amour.
Merci sœur Marie de cette Méditation, demandant certes de la réflexion, car elle nécessite de lire et relire certains passages pour les rendre accessibles et compréhensibles.
Vivons cet absolu.

Par SYLVESTRE14 15 juin 2016 à 8 h 15 Répondre à ce commentaire

Bonjour soeur Marie ,
Il est clair comme de l'eau de "roche " que Jacob
cherchais une femme de valeur , le puits de Jacob , pour
moi représente , bien le coup de foudre , celui qui nous fait
s'écrier : Tu es vraiment mes os et ma chair !
Puis Il y a Marie , le oui , qui nous fait recevoir une force , celle de
du Saint Esprit qui est sur nous ,par le baptême , c'est un puits de sources
d'eaux vives , c'est la confirmation , dans les valeurs de l'amour , dans une
appartenance spirituelle .L 'âme du Christ , l Esprit Saint vous enseignera ce qu'il faut dire ,
et faire , quand on aime vraiment , on fait totalement confiance , on court avec nos petits , les
présenter au Seigneur , sachant que Notre Dieu est Amour , est le fruit de nos entrailles , est béni ...
Aussi le rosaire , ressemble au cordon , qui alimente nos valeurs , spirituelles , qui de mystère en mystère ,
nous donne les sacrements , pas forcément dans une connaissance théologique , mais bien dans celle qui unis
le coeur de Marie et de Jésus .L'amour de Dieu .
Brig , je sais combien il est difficile quand on souffre physiquement , moi aussi , je souffre , alors je vais recevoir
l'onction des malades , pour me donner le courage , des forces ...et un soutient ...car c'est en se donnant que l'on reçoit ...
en toute simplicité de coeur , l'espoir fait vivre , la foi ............Rassemble l'essentiel .Courage

Par fred 15 juin 2016 à 7 h 48 Répondre à ce commentaire

Bonjour fred,l'onction des malades, pour nous et comme une eau vive,un baume du grand amour de dieu, versé en nous,et nous ravive de sa force,pour nous touse,,je suis toujours très très émue, par un tel acte d'amour du christ,pour nous ,je n'ai pas de mots assez fort,pour d'écrire, ceux que je ressens, par la souffrance, nous sommes devant cette croix,et même je peu
dire dans la croix avec le chtrist, mais qui vient nous relevé, et nous aimée de tout son coeur, ou nous somme touse uni,comme cette marche d'aujourd'hui, qui sera encore difficile, car je serais a nouveau hospitalisée, aujourd'hui ou dans quelques jours, j'espère revenir très vite avec vous et suivre encore cette belle marche,"je suis encore jeune seigneur, ne me laisse pa en cours de chemin, il me faut cheminée ensemble encore, toi seul peu me faire avancée sur ce chemin de l'amour "je pense bien a vous touse dans mais petite prière, fred merci et courage, aussi a tout ceux qui sont dans la souffrance, touse uni dans la même prière, et dans l'amour maternelle de marie et du coeur miséricordieux de jésus. ....a très bientôt petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 15 juin 2016 à 8 h 52

"Me revelle le visage de Dieu", je cherchais Dieu et cette perspective d'un Dieu que se revelle est une véritable source pour m'hydrater et me nourrir de cette révélation d'autant que je suis née au confin du désert et que l'eau est le bien le plus précieux pour marcher dans le désert et découvrir la vie foisonnante. Merci de votre méditation . Dieu se révèle encore faut il savoir le découvrir comme un tableau ou un regard

Par Chantal Delplanqu 15 juin 2016 à 7 h 11 Répondre à ce commentaire

Rencontre au puits, Jacob éclate en sanglots. Cela vient de loin, les sanglots. Séisme qui fait craquer la carapace et libère.
« La pierre qui roule et laisse surgir la vie, au-delà de l’histoire de Jacob et de Rachel, continue d’habiter toute la Bible, » écrivent Philippe Lefebvre et Viviane de Montalembert ("Un homme, une femme et Dieu").
Jacob vit, il a roulé la pierre.

Il n'est pas si facile de pleurer. Il est des chagrins enfouis si profond, puits bouché par mes propres mains. Comme du temps d’Isaac, ne suis-je pas en cela mon propre Philistin? Mon meilleur ennemi qui colmate et assèche, qui me dessèche. Les larmes qui affleurent parfois, aussitôt ravalées, combattues, repoussées. Des larmes qui font peur, des larmes dont il semble parfois qu’elles pourraient tuer. Mais n'est-ce pas là l'enjeu même de ces larmes-là?
Là aussi, là encore, rendre les armes, se rendre. Accepter cette mort de ne plus se défendre. Rouler la pierre qui maintient ces eaux dans la nuit. Laisser mourir le passé pour vivre en aujourd'hui.

Ceux qui voient dans les larmes un signe de faiblesse n'en savent pas le prix. Seule la grâce de la rencontre peut donner la force de rouler cette pierre-là. Jacob et Rachel, la pécheresse aux pieds de Jésus. Ne reste alors que l'être dans sa vérité crue. Qu'importent alors les regards de mépris. Il n'est que le regard de Dieu pour sonder un tel puits. Que le secours de sa main pour ne pas s'y noyer. Que sa victoire sur la mort pour s'y avancer. Que son eau pour y naître de nouveau.

Par Audrey 15 juin 2016 à 6 h 23 Répondre à ce commentaire

Esprit saint,
Toi qui es la douceur de ce qui est fort et la force de ce qui est doux,
Toi qui agis dans le secret des profondeurs,
Toi qui sais ce qui est dans nos cœurs : un espoir déçu, un amour trahi,
une séparation entre ceux qui se sont aimés.

Toi qui sais combien il est plus difficile de réconcilier que de concilier,
Toi qui as si bien fait ce qui fut fait, refais ce qui a été défait !

Toi qui sais qu’il y a des mots qui ne se prononcent pas,
Toi qui es la voix de nos silences, le gémissement de nos prières, sois notre recréateur !

J. Guitton,
revue Prier

Par Célestine 15 juin 2016 à 8 h 03

Audrey "Les larmes refoulées, qui assèchent et dessèchent (je traduis un peu votre pensée). Ne rien montrer ; être fort. Auprès de qui se laisser aller à pleurer sans être qualifié de faible. Seule la personne ou Celui qui nous aime tels que nous sommes acceptera cet abandon. Le puits où se trouve l'eau, source de vie : le symbole est fort. Ce besoin de faire halte auprès d'un endroit qui apporte un peu de repos, de bien-être et la vie. Puisse l'Esprit-Saint apporter le réconfort à chacun de nous aujourd'hui et plus particulièrement à ceux/celles frappés de plein fouet dans leurs affections, leur intégrité physique, leurs croyances.

Par mahona 15 juin 2016 à 9 h 59

Merci Mahona pour ces paroles sur l'abandon et ce besoin d'en endroit où trouver un peu de repos. Non pas une évasion en dehors de la réalité, bien au contraire, mais dans ce qu'il y a de plus réel en nous. C'est là, je crois, que Dieu nous ouvre les bras.

En écrivant cette petite méditation, les paroles d'une chanson me sont revenues ("Il changeait la vie", de Goldman). L'histoire de ce "p'tit bonhomme" qui "pleurait sur son saxophone". "Il y mit tant de temps, de larmes et de douleur / Les rêves de sa vie, les prisons de son cœur / [...] Inspiré jour après jour de son souffle et de ses cris".
En y repensant, je me disais qu'il y a tant de manières de pleurer et l'art en est parfois une. Pleurer des notes, ou bien des larmes d'encre, des cris de couleur. Tant de manières de laisser couler sa douleur. Cette chanson a les mots pour le dire, même si je dirais plutôt "de ses cris et du souffle de l'Esprit".
Elle dit aussi, il me semble, une chose essentielle: le don. Cette grâce de pleurer, cette grâce de sentir la vie couler en soi, n'est pas pour soi. Elle trouve sa plénitude en se donnant. D'ailleurs, n'est-ce pas ce que fait Jacob? En embrassant Rachel déjà il se donne à elle. Il abreuve sa vie à elle de la Vie qui jaillit en lui.

Merci pour cette magnifique prière, Célestine.
Merci à Paul pour ses mots de la soif, n'est-elle pas aussi un don?
Prières pour vous, Brig, nous penserons à vous. Prières pour tous, avec tous.

Par Audrey 15 juin 2016 à 14 h 46

"L’humanité est pleinement elle-même quand hommes et femmes font alliance...cette relation est un absolu et c'est elle qui nous révèle le visage de Dieu."
Oui, bon, très bien, et alors?

Par Handycape relationnel 15 juin 2016 à 6 h 13 Répondre à ce commentaire

Cher membre de notre fraternité de commentateurs ...
Depuis ce matin, votre pseudonyme me poursuit. Je ne veux pas vous interpeller en le nommant. J'aurais l'impression de vous figer dans l'impression négative que vous avez de vous-même, de proférer une phrase assassine. Quel est celui ou celle d'entre nous qui n'éprouve pas de difficultés relationnelles ? Etant octogénaire, j'ai eu le temps de les emmagasiner ... Et alors ? "Si notre coeur nous condamne, Dieu n'est-il pas plus grand que notre coeur ?"
"Oui, bon, très bien, et alors ?" dites-vous. Je prends plaisir à relire les commentaires de ce jour, je les trouve très riches, apaisants... Je ne m'autorise pas à en dire plus.
Vous restez dans ma pensée et ma prière, cher frère. Prenez bien soin de vous.

Par Marie-Thérèse L. 15 juin 2016 à 18 h 58

Merci pour ce beau texte, l'idée que le puy symbolise la fin d'un exil ou d'une errance me parle aujourd'hui. Jésus seul peut nous donner l'eau vive. Je rends grâce pour ce nouveau jour qui nous est donné, Jésus fais que nous soyons aujourd'hui une source d'eau pour les autres, que nous soyons attentifs aux moyens que Tu nous donnes pour faire alliance les uns avec les autres. Rends nous dociles pour que nous puissions entendre l'Esprit qui nous conduira pour faire grandir ton royaume.

Par Sophie 15 juin 2016 à 5 h 42 Répondre à ce commentaire

Excellent!!!

Par Marta Susana Triay 15 juin 2016 à 4 h 41 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires