Jacob

« Si Dieu me garde sur le chemin où je marche. » Genèse 28,20

À Béthel, le Seigneur sera mon Dieu

Genèse 28, 16-22

Jacob sortit de son sommeil et déclara : « En vérité, le Seigneur est en ce lieu ! Et moi, je ne le savais pas. »
Il fut saisi de crainte et il dit : « Que ce lieu est redoutable ! C’est vraiment la maison de Dieu, la porte du ciel ! »
Jacob se leva de bon matin, il prit la pierre qu’il avait mise sous sa tête, il la dressa pour en faire une stèle, et sur le sommet il versa de l’huile.
Jacob donna le nom de Béthel (c’est-à-dire : Maison de Dieu) à ce lieu qui auparavant s’appelait Louz.
Alors Jacob prononça ce vœu : « Si Dieu est avec moi, s’il me garde sur le chemin où je marche, s’il me donne du pain pour manger et des vêtements pour me couvrir, et si je reviens sain et sauf à la maison de mon père, le Seigneur sera mon Dieu.Cette pierre dont j’ai fait une stèle sera la maison de Dieu. De tout ce que tu me donneras, je prélèverai la dîme pour toi. »

Méditation

précédente suivante

Dieu, compagnon de notre humanité réelle

Jacob sortit de son sommeil… Voilà une situation bien commune pour chacun. Sortir de son sommeil. Retrouver la vigilance, l’attention, l’écoute active, les sens en éveil et le cœur en marche. Jacob, dans ce voyage qui doit le mener au « pays des fils de l’Orient », à maison de Laban, son oncle, pour y chercher épouse, s’était endormi et un songe l’avait habité. Un songe où Dieu lui promettait une terre et une descendance innombrable.
Mais est-ce un rêve ou la réalité ? Alors, une fois lucide, les yeux lavés du sommeil, le corps redressé, il pose deux gestes. Confirmer son songe, en appelant ce lieu Bethel, la « Maison de Dieu ». Mais aussi, comme pour confirmer ce que son âme a pu ressentir, de nuit, il pose des conditions à sa foi : Ne pas être tout seul dans son voyage, revenir dans la maison de son père…
Si son voyage se déroule ainsi, alors oui ce sera le signe que Dieu est avec lui, « le Dieu de Jacob ». Quel soulagement de lire ces versets ! Nous qui si souvent parlons de radicalité, de gratuité, d’engagement total dans l’acte de croire. Nous qui parfois faisons la leçon sur ce qu’est la vraie foi : celle qui donne tout et n’attend rien.
Propos et intentions magnifiques souvent, mais si compliqués du sein de notre pauvre humanité chaotique, mêlée, ambivalente. Voilà un homme qui, lui, met des conditions à sa foi. Vitales. Pas de demande de richesse superfétatoire.
Mais ce qui est indispensable à l’humain pour demeurer vivant, croyant, aimant. Ne pas être seul, délaissé. Ne pas s’égarer sur les chemins pierreux de la vie, pouvoir tenir la route dans le froid et la faim, et arriver à bon port là où l’on est aimé. Jacob demande à son Dieu qu’il soit bien le Dieu de son humanité, qui la guide et la soulage.
Oui, le Seigneur est notre Dieu si nous pouvons croire qu’il soutient notre humanité, console nos fatigues et nous tient, sans cesse, en sa sûreté.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

47 commentaires

Oh Dieu d'Amour et de bonté tu nous montre ton amour de Père, tu veux notre bien ; si Dieu est avec nous qui sera contre nous !!! Oh Seigneur consulte moi sans me demander !!! mon Dieu tu es mon Dieu je te cherche dès Laube mon cœur est sans repos tant qu'il ne demeure en toi !!!Amen !!!

Par honoré marie-noëlle 9 septembre 2017 à 4 h 25 Répondre à ce commentaire

Merci de nous le rappeler,

Nous qui parfois faisons la leçon sur ce qu’est la vraie foi :
celle qui donne tout et n’attend rien.
Oui, le Seigneur est notre Dieu si nous pouvons croire qu’il soutient notre humanité, console nos fatigues et nous tient, sans cesse, en sa sûreté.

Voilà ce que nous ne devons jamais oublié.

Merci

Par Allard 14 juillet 2017 à 20 h 37 Répondre à ce commentaire

l'histoire de Jacob qui demande des conditions à sa foi qui sont d'abord toutes humaines essentielles à la vie et que Dieu soit le Dieu de Jacob . quelle belle méditation qui nous ramène à l'essentiel de la vie . En réponse IL prend soin de nous . Je Je viens tout juste de vivre une situation qui me confirme cette sollicitude que Dieu a envers nous. La demande à une réponse m'a été donné. IL a effacé mes doutes et malgré ça il m'a exaucé. merci mon Dieu. Je suis heureuse de ma joindre a des sœurs et des frères pour t'adorer , te contempler et te célébrer.
Trinité- Sainte prépare mon cœur à honorer ta présence en moi et dans l'humanité

Par Normande aDallaire 7 juillet 2017 à 22 h 04 Répondre à ce commentaire

Merci à Marie (4 juillet ) de me faire parvenir le lien nécessaire pour écouter le père Boulard .
Bonnes vacances à vous tous en restant unis par la prière

Par Anne 78 7 juillet 2017 à 18 h 02 Répondre à ce commentaire

Merci , marie ( 4 juillet 2017 à 1:59) pour ce lien vers une homélie du Père Henri Boulad.

Par Suze 5 juillet 2017 à 16 h 11 Répondre à ce commentaire

Il est vraiment dommage que maintenant la méditation soitlue puisrecommence sans arrêt sans qu'on le demande et immédiatement. Et le texte suivant sur la bible est lu a fond de train. Impossible de s'en imprégner. Pourquoi ne pas faire comme l'an dernier. Merci d'avance.

Par Hyest chotard colette 5 juillet 2017 à 8 h 46 Répondre à ce commentaire

A & qui nous manquait. Je t'ai cherchée parmi les nouveaux pseudos, des fois, que tu en aurai choisi un autre ? que nenni ! Ce style, cette "griffe", inimitable, reconnaissable entre mille qui nous secoue, nous fait réagir, nous choque parfois, mai nous fait réfléchir, nous interpelle. Ce style aigre-doux qui relève la fadeur de nos certitudes... Merci et bienvenue !
En toute amitié
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 4 juillet 2017 à 23 h 37 Répondre à ce commentaire

Heureuse de vous lire chère soeur Véronique; votre méditation nous rassure, nous met en confiance, nous qui sommes si compliqués; si inquiets; est-ce que j'ai la foi, suis-je assez attentive à ce que Dieu attend de moi ? Est-ce bien, est-ce mal ? on s'endort souvent sur nos incertitudes, nos angoisses par manque de confiance en ce Dieu qui nous aime et nous aide à sortir de nos somnolences, de nos questionnements.
J'ai eu le plaisir de voir réapparaître des commentaires sur Jacob de l'an dernier que j'ai relu avec plaisir. Bernard les a tous cités, merci.
Jacob fait confiance à Dieu, il ne demande pas la richesse, juste ce qu'il faut pour subsister, rien de plus, Dieu pourvoira à tous ses besoins.
S'abandonner en la providence de Dieu qui nous connaît et sait que nous sommes charnels, influençables, nous détournant souvent du chemin du salut. Il est toujours présent à nos côtés, même quand on le croit absent.
Merci à tous pour vos beaux commentaires, pour ces échanges fraternels qui nous aident à avancer.

Par Marie Jeanne 4 juillet 2017 à 23 h 11 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau commentaire qui nous met en face de cet épisode de la vie de Jacob qui semble marchander avec Dieu, et presque faire du chantage à l'amour et à la foi ....
Mais qui de nous ne l'a pas essayé une fois ?
Pour tout ce que tu nous donnes même si nous l'avons pas demandé ...
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 4 juillet 2017 à 21 h 26 Répondre à ce commentaire

le pélerinage demande souvent un abandon de ses convictions, et des habitudes ordinaires de vie; j'aime votre commentaire Sœur Véronique, écouter votre méditation... lors d'une marche vers ASSISE, (en 2012 )en compagnie d'une amie + de mon mari, nous accomplissions notre marche en silence (sous le soleil ) dialogue avec celui qui nous conduit + repère sur la route de statues ici et là, de végétation, malgré la sécheresse, pour mieux intérioriser le message de saint François sur cette terre de Toscane ; même si cela est exhaltant , je pensais à ceux que j'avais laissé.... nos enfants, notre foyer en Pas de Calais , notre maison. C'est pour eux que je "marchais" et souffrais OUI DIEU EST BON! au retour , la joie à l'arrivée aussi chez les sœurs françaises d'Assise; la joie de sainte Claire et de saint François "palpable" et durable et vraie!

Par maryvonne marcant 4 juillet 2017 à 13 h 29 Répondre à ce commentaire

Oui , ce texte de la Genèse est très déculpabilisant !
Et la méditation de soeur Véronique Margron . Je la remercie pour tant de clarté .
Ses mots sont réconfortants et m'aident à avancer , la foi chevillée à l'âme .

Par Launaa 4 juillet 2017 à 12 h 47 Répondre à ce commentaire

Très belle méditation surtout après une journée bien remplie. Merci à la personne qui l'a rédigée et surtout priée.
Denise

Par Denise Lachance 4 juillet 2017 à 5 h 50 Répondre à ce commentaire

En cette belle nuit,je vous demande, vierge Marie, la reine des coeurs,
De nous plonger dans le coeur même de Dieu notre Dieu, dans l'amour trinitaire pour nous rendre capable de plus en plus d'un amour vrai pour Dieu, pour les autres, et pour nous -mêmes. .....que le seigneur nous bénisse

Par brig 4 juillet 2017 à 1 h 09 Répondre à ce commentaire

Il est bon de (re)découvrir les commentaires de l'an passé, réagissant parfois à d'autres phases de cette grande aventure de Jacob, mais toujours d'actualité pour nous inspirer.
Merci donc à Marie Jeanne (qui signait Marjeanne à l'époque), Brig, Audrey, Anne-France, Marie-Madeleine, Antoinette, Marie.
Merci aussi, bien sûr, pour tous les messages plus récents qui sont autant de précieuses balises sur le chemin.

Par Bernard (Bruxelles) 3 juillet 2017 à 23 h 48 Répondre à ce commentaire

CFC — CFC

Le Vivant sort du silence,
Il répond, montrant ses plaies :
Le défi est relevé.
Viens plus près !
Son corps blessé
Par les clous et par la lance
Te rendra la paix :
Reconnais ton Seigneur.

La Parole contredite.
La Parole mise en croix,
Est ici, ressuscitée.
Touche et vois !
Pourquoi douter
De la joie qui te visite
Et s'écrie en toi :
Mon Seigneur et mon Dieu !

Le Vainqueur, parmi tes frères,
Portes closes, te rejoint,
Il t'appelle à sa moisson.
Pars au loin !
Beaucoup croiront,
Dans la nuit, à la lumière
De celui qui vient,
Leur Seigneur et leur Dieu !

Par Hymne 3 juillet 2017 à 20 h 30 Répondre à ce commentaire

En relisant le texte, je vois que ce que Jacob fait, c'est bien un voeu : "si ce songe vient bien de Dieu, cela veut dire que je suis sur le bon chemin et que je reviendrai vivant de ce voyage, pour que les promesses que j'ai entendues se réalisent. Je saurais ainsi que je peux avoir confiance en sa parole et je lui rendrai grâce "". C'est parfaitement logique : si je confesse la foi, je ne peux pas cultiver la peur. Avoir la tête dans les étoiles, mais les pieds sur terre, c'est ce que Dieu nous demande.

Par Antoinette G 3 juillet 2017 à 16 h 25 Répondre à ce commentaire

donc jacob à mis des conditions en sa croyance et en sa foi en Dieu? nous sommes donc excusables ,nous, d'avoir des moments de faiblesses; certes nous ne pouvons attendre de certitude, aucune loi "espère, il est avec toi, près de toi",nous devons simplement avoir la foi et espérer.

Par penelope 3 juillet 2017 à 14 h 49 Répondre à ce commentaire

« En vérité, le Seigneur est en ce lieu ! Et moi, je ne le savais pas. » Quel cadeau de nous faire réaliser en cette Parole de Dieu qu'Il est présent dans notre quotidien..à chaque instant de notre vie...dans chaque aujourd'hui de Lui...Nous n'avons qu'à être présent (e) à sa «Présence». Le «Soleil» de ses rayons comme un «ostensoir géant» nous le rappelle ....Son absence visuelle également illustre l'absence de l'accueil de Dieu en sa Parole dans notre vie....Dieu qui est la Source vitale, l'Origine...devient notre raison de vivre «en ce lieu»....ici...sur ma route...Je peux exprimer son accueil par l'accueil des personnes sur ma route comme celui des événements....Dieu me guide...me devance en sa Parole et c'est pour cela que je remercie toutes les personnes impliquées à mieux nous Le faire connaître pour un monde meilleur....un monde au «présent» confirmant le «passé» fini....mais préparant l'avenir meilleur «par Lui, avec Lui, en Lui»...et pour Lui. Oui, « le Seigneur est en ce lieu » Il est en moi ! Quel cadeau de constater qu'Il est ainsi dans chaque personne que je rencontre. Bonne route avec Lui....

Par MICHELLE-ANGE 3 juillet 2017 à 14 h 39 Répondre à ce commentaire

Merci Soeur Véronique
pour votre commentaire emprunt de simplicité, d'humanité !!!!
faire confiance à notre Dieu n'est pas une épreuve de force - mais de confiance - " notre Dieu soutient notre humanité" : comme cela est fort et vivifiant
merci encore et belle journée à vous et nos amis "écoutants" de votre émission Mode

Par Mode 3 juillet 2017 à 10 h 20 Répondre à ce commentaire

Chers amis,

Jacob est notre frère.

Comme lui, la nuit, je rêve parfois d’un monde meilleur.
C’est très agréable.
Mais dès le matin, la réalité quotidienne reprend ses droits :
je ne me sens plus si jeune,
la journée de travail sera longue,… et il pleut.

Si j’avais rêvé, comme Jacob, d’une échelle,
d’un pont extraordinaire entre le Ciel et la Terre,
où les vivants, heureux, circulent librement …
… le premier journal parlé me rappellerait impitoyablement
que le monde où nous vivons est encore bien loin de ce rêve.
Comme Jacob, il y a de quoi être inquiet.
Je me sens parfois si démuni, certains matins.

Jacob, mon frère, ne s’attarde pas à compléter son paquetage,
ni à chercher dans les vitrines alentour ce qui lui manque.
Je ne pense pas que le « si » qu’il prononce
soit l’expression d’une condition pour se mettre en route.
Il se met en marche.
Il sait que ce ne sera pas tous les jours facile.
Il fait confiance à Dieu.

Mon passé, mes erreurs, et mes fragilités
me glissent parfois à l’oreille que mes rêves sont un peu naïfs…
Mais Jésus est là pour me rappeler Son pardon.
Il m’accompagne jusqu’à la maison de son Père.
Comme Jacob, je marche.
Nous marchons, chers amis.
Aujourd’hui, j’entrevois en rêve
que le Père s’élance à notre rencontre.
Le chemin n’est plus si long.
Il commence chez mon plus proche prochain.

Bonne marche à tous, aujourd’hui, vraiment.

Par Paul (Belgique) 3 juillet 2017 à 10 h 01 Répondre à ce commentaire

Et voici que je sors de mon sommeil...

Jacob, comme tous les personnages de la bible, et même Jésus, me fait dire que toutes les religions, toutes les croyances, tous les cultes et rites religieux, toutes les idées et "pensées" sur Dieu, un dieu quel qu'il soit, ne sont que des cannes (toujours un peu bancales par certains côtés me semble-t-il) pour "affronter"/"traverser" une vie à laquelle on cherche parfois un sens, dans un monde, un univers, dont on est acteur et figurant mais dont on ne peut tout maîtriser, tout savoir, tout comprendre, souvent avec des peurs, de la mort, de l'avenir, de la souffrance, de la solitude, des manques, des peurs d'aimer et des manques d'amour...

Par & 3 juillet 2017 à 9 h 54 Répondre à ce commentaire

Sans aucun doute , que Jacob donna ce Nom : Maison de Dieu , pour que "Sa Maison " Lui soit consacrée , par
l'amour , comme dans le premier commandement , et comme dit Jésus , de nous aimer les uns les autres .
C'est le véritable miracle , pas celui qui flash et qui détruit l'espérance , c'est celui qui surpasse tout .Qui pardonne
tout , car dans mes faiblesses , et celle des autres , dans mes besoins et ceux des autres , c'est outre mon humanité
celle de l'âme , qui subsiste non pas en exploitant les autres , mais en se donnant totalement .C'est la consécration
au sens divin , qui révèle le besoin , d'offrir au centuple au Seigneur .Suivre Jésus pour le miracle de la vie et découvrir
Le Chemin , et la vérité ...Parfois les dons sont stérile , dans l'amour ....C'est une "maison de prière ".

Par fred 3 juillet 2017 à 11 h 50

Chère &, heureuse de vous retrouver! Vous me manquiez!
Il me semble que renoncer à vouloir tout maîtriser est faire un pas vers Dieu, un pas avec Dieu qui toujours échappe. C'est petit à petit accéder à la véritable liberté.

Par Audrey 3 juillet 2017 à 21 h 30

Eh bonjour, chère & ! Enfin, vous vous exprimez après une si longue absence (mais vous étiez "présente malgré l'absence") pour nous aider à nous méfier d'une religiosité trop facile.
Mais j'appuie Audrey pour avoir appris, après pas mal de frondes, à simplement tendre le front vers l'amour de Dieu lorsque je le découvre en pleine clarté sur ma route, et c'est tout le mal que je vous souhaite !

Par Bernard (Bruxelles) 3 juillet 2017 à 22 h 36

Oui, les religions sont des béquilles. Parfois trop contraignantes, qui nous limitent le chemin. La religion est un moyen pour accéder à Dieu, ce moyen, la foi peut le déborder, le dépasser. La foi est au-delà de la religion. Elle est avant et elle est après. Le but ultime, c'est la rencontre avec Dieu. C'est Dieu qui donne sens à notre vie, qui nous indique que nous ne sommes pas perdus dans un univers immense, qui "nous délivre de nos angoisses". C'est la foi en ce Dieu créateur amoureux de sa créature, "plein de tendresse et lent à la colère" qui nous rassure et nous élève au-delà de notre condition. La religion est l'escalier qui nous permet de monter les marches, qui assure la transmission d'une génération à une autre, de l'un à l'autre. Mais certains savent voler avant que d'apprendre à marcher.... La révélation se passe de religion. Et le christianisme est-il une religion?
Voici un lien vers une homélie du P. Henri Boulad, je crois qu'elle pourrait vous rejoindre dans vos questionnements d'une manière un peu détournée. https://www.youtube.com/watch?v=Rb4H2-Brw00
Sur la liste déroulante à droite, vous trouverez de nombreuses autres prédications susceptibles de vous intéresser.

Par marie 4 juillet 2017 à 1 h 59

"Si Dieu est avec moi, s'il me garde sur le chemin... si je reviens sain et sauf" : beaucoup de conditions. "Si son voyage se déroule ainsi... ce sera le signe que Dieu sera avec lui". Que pensent, qu'ont pensé ceux/celles déshérités par la vie, laissés aux mains de forces mauvaises, qui croient, qui ont cru en un Dieu Sauveur mais qui n'a pu empêcher le Mal de les engloutir ?

Par mahona 3 juillet 2017 à 9 h 50 Répondre à ce commentaire

Mahona ,
Je ne sais pourquoi, mais ma réponse est celle-ci : crime contre l'humanité !
Jésus a été livré , comme un agneau , et pourtant Il savait ce pourquoi , et pour
Qui , ainsi entre la justice de Dieu est celle des hommes , il faut tenir bon .Des milliards
de personnes en ont fait "les frais" , dans d'atroces souffrances , le témoignage même
des morts est très parlant .Faut-il que cela nous touche personnellement pour souffrir !
L'innocence , la pureté , bafouée , le scandale de la croix ; toutes ces meurtrissures :
Le mal de les engloutir ? Dans l'ignorance , à l'inverse , Dieu compte sur nous , car Il est
fidèle est Il ne peut se renier , Lui-même , de quoi méditer un monde meilleur .Le Christ
s'est donné Un fois pour toute l'humanité .Ailleurs c'est les soldes .

Par fred 3 juillet 2017 à 15 h 38

Cette condition faite à Dieu m'interroge...

Par Suze 3 juillet 2017 à 16 h 07

CFC — CNPL

Les voici rassemblés
Dans la maison du Père,
Les compagnons d'épreuve
Qui t'ont vu crucifié.
Tu ouvrais le passage,
Ils marchaient sur tes traces,
O Seigneur des Vivants.

Ils portaient dans leur coeur
Pour éclairer le monde
La mystérieuse image
De ta gloire humiliée.
Messagers d'espérance,
Ils semaient ta parole
Et c'est toi leur moisson.

Ils ont place au festin
Dans le Royaume en fête,
Pour avoir bu la coupe
De l'amour partagé.
Tu leur montres le Père
Et ta joie les habite,
O Jésus, Fils de Dieu !

Par Hymne 3 juillet 2017 à 9 h 48 Répondre à ce commentaire

Pendant de longues années ,j'ai tourné le dos a Dieu
Je souffrais ,je me débattais ,mais surement j'avais besoin de mettre cette chair pour tenir debout .
j'ai fais une psychanalyse ,et c'est cela qui m'a re-mise en marche.
j'ai regardé l'état des lieux et j'ai vu les moments de l'alliance avec le Seigneur ,je suis entrée en communion.
Je crois que le Seigneur est notre Dieu et soutient notre Humanité .
pour cela et tout le reste ,je rend Grâce.

Par jnc 3 juillet 2017 à 9 h 45 Répondre à ce commentaire

"Le Seigneur est notre Dieu si nous pouvons croire qu'il soutient notre humanité, console nos fatigues et nous tient sans cesse en sa sûreté". J'avais lu quelque part que la sûreté, ce n'est pas la même chose que la sécurité. Jacob est bien conscient d'être en danger, car à l'époque, la sécurité n'existe que dans le clan (pas de police, de services sociaux...). Un homme isolé est à la merci de tout, et pourtant, c'était nécessaire qu'il parte. Il doit tracer son propre chemin, et le premier danger est intérieur : angoisse, désespoir ...Il a donc bien besoin de la foi, de croire que Dieu est avec lui, que son chemin est accompagné. Moi aussi, j'ai besoin d'une protection intérieure, car mon premier ennemi est moi-même. La tentation du renoncement ...Mais je ne suis pas seule, si je me rappelle que je suis un rameau attaché à la vigne pour porter du fruit. Ce passage préfigure les paroles du Christ : "Votre Père sait que vous avez besoin de nourriture, de vêtement, d'abri" = je ne suis pas seule sur terre, spirituellement et physiquement."En présence du Seigneur, je marcherai sur la terre des vivants".

Par Antoinette G 3 juillet 2017 à 9 h 00 Répondre à ce commentaire

Amen

Par Célestine 3 juillet 2017 à 8 h 14 Répondre à ce commentaire

"Un songe où Dieu lui promettait une terre et une descendance innombrable. "
Dieu ne promet rien.

Par salignat jean-pierre 3 juillet 2017 à 8 h 09 Répondre à ce commentaire

"Jacob sortit de son sommeil" interpelle encore aujourd'hui! Sortir de soi...sortir de chez soi...pour écouter et entendre une autre parole nous conduit à des relations vivifiantes!
Sortir de notre sommeil est peut-être sortir d'un cocon pour aller vers l'inconnu?
La suite étonne! "Si Dieu... Si..." Jacob pose des conditions à sa foi? à sa joie? Notre Père lui, aime ses enfants que nous sommes sans conditions! Il accepte chacun de nous inconditionnellement! et c'est pour cela que nous sommes si heureux d'être ses enfants!
ce qui ne veut en aucun cas se satisfaire de qui nous sommes, intérieurement! nous avons conscience du chemin à parcourir pour aimer comme Il nous aime, mais notre force réside dans cet Amour sans condition! Fasse Seigneur, qu'après l'ignorance de la nuit, nous osions sortir de nous-mêmes pour aller vers les autres , quels qu'ils soient! pour Te dire...

Par Emma 3 juillet 2017 à 8 h 04 Répondre à ce commentaire

Jacob se lève, et dresse la pierre qu'il avait mise sous sa tête. Un même mouvement, une même verticalité, là où, en songes, une échelle "était dressée sur la terre et [...] son sommet atteignait le ciel". Une pierre comme un premier degré, une marque physique, tangible, de ce qui lui est arrivé. Dieu dans sa vie : une réalité. Et la réalité habite le vœu qu'il prononce, les besoins simples et vitaux qu'il énonce. "Si Dieu [...], le Seigneur sera mon Dieu." Il sera sien, non pour se l'approprier - la "crainte" qui le saisit au réveil, en ce lieu qu'il nomme "redoutable", témoigne assez, me semble-t-il, de sa révérence, de sa déférence. Mais il sera sien dans sa chair qui aura fait l'expérience concrète, intime, de Dieu. Il se sait vulnérable, Jacob, et Dieu l'a approché dans sa vulnérabilité même, dans son sommeil. Mais il veut croire. Déjà, il attend tout de Dieu. Pas une déité lointaine, mais Dieu présent dans sa vie, dans le tout de sa vie, sur terre, avec lui, dans cette relation personnelle qui fait qu'il n'y a plus Dieu d'un côté, comme au sommet inaccessible d'une échelle, et lui de l'autre, mais qui rend ce qu'il est, la totalité de son être, indissociable de Dieu.
N'est-elle pas là cette faim de Dieu qui nous tient en éveil? Cette soif de Dieu, qui nous met en chemin? La chaleur de sa tendresse, de sa sollicitude, vers laquelle se tend notre solitude? Cette maison du Père où "tu me donnes d'habiter, Seigneur, seul, dans la confiance" (Ps 4)?
Merci Sr Véronique!

Par Audrey 3 juillet 2017 à 7 h 02 Répondre à ce commentaire

La Prière de Saint Nicolas de Flüe « Seigneur Dieu, enlevez-moi tout ce qui m’éloigne de Vous » :

« Seigneur Dieu, enlevez-moi tout ce qui m’éloigne de Vous. Seigneur Dieu, donnez-moi tout ce qui me rapproche de Vous. Prenez-moi à moi et donnez-moi tout à Vous. Ainsi soit-il ! »
Une façon de dire :Mon Seigneur et Mon Dieu ! La foi , c'est croire sans voir , mais quand l'échelle est pénible à monter
surtout pour moi , (cancer ) , c'est Dieu qui s'abaisse pour venir me visiter , et me consoler , me réconforter , rien ni personne
ne pourra me séparer de l'amour de Dieu .Merci soeur Véronique :Souviens -toi de moi Seigneur selon Ta grande miséricorde .

Par fred 3 juillet 2017 à 7 h 01 Répondre à ce commentaire

MERCI pour votre prière, je me joints à vous de tout Coeur, le chemin de la Vie est rude , il est bon et réconfortant de savoir que nous marchons avec une fraternité de priants :
Alors je lève la tête , et je rencontre les regards qui me donnent Joie et courage, je sors de mon problème personnel, et vois que le Christ est devant , là , et qu'il nous appelle.
MERCI de prier les uns pour les autres ....dans ce Coeur offert . MERCI à vous Fred , vraiment !

Par Nicole.B 3 juillet 2017 à 8 h 31

Merci Fred pour cette très belle prière. Oui, Dieu et Seigneur est avec vous et vous aide à supporter votre souffrance. Malgré les apparences, IL vous aime, n'en doutez pas un seul instant. Courage et Force petite soeur dans le Christ.
Colombine44

Par praud 4 juillet 2017 à 10 h 46

J'ai besoin de personnages comme Jacob pour savoir qui est Dieu
.parfois je doute ou je suis en colère contre Dieu. J'ai peur de moi et du regard de Dieu sur moi. Alors je pense aux grands anciens à leurs colères contre Dieu et à leurs doutes. Je me dis je suis réellement sur la route

Par Jlouis 3 juillet 2017 à 6 h 54 Répondre à ce commentaire

Dieu était là et je ne le savais pas ! Combien de fois, avons-nous eu ce sentiment d'être abandonné de Dieu, de sentir un grand vide. Où est ton Dieu quand je souffre ? Mais Dieu est toujours là quoique nous fassions, quoique nous vivions de joyeux ou triste. Il est l'ami fidèle.
Jacob qui craignait son frère, quitta Beer-Sheba et s'en alla à Haran; mais Dieu était avec lui.
Quel songe incroyable, cette échelle qui touchait et les anges montaient et descendaient par cette échelle. Le plus incroyable, c'est la présence de Dieu qui se tenait au-dessus d'elle et qui se fait connaître de Jacob.Dieu se manifeste à chacun de nous, il se fait connaître, mais souvent nos yeux sont aveugles et nos oreilles sourdes.

Atteindre le ciel, c'est le voeu de tous, mais le chemin n'est pas aisé, il faut grimper l'échelle barreau par barreau. Quand j'étais jeune, nous chantions les "negros spirituals" : Oh qu'il est long le chemin, qu'il est long le chemin du ciel...Pour me tendre la main, le Seigneur va-t-il entendre mon appel.
Le Christ est venu comme l'échelle reliant le Ciel et la terre, à la fois , fils de Dieu et Fils de l'Homme. Avec Lui pour guide, nous sommes assurés dès maintenant qu'un jour, nous le verrons face à face.

Par Marjeanne 14 juin 2016 à 17 h 37 Répondre à ce commentaire

"Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous,demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé "
A l'instant même où vous avez remis votre vie au seigneur, la vérité de la parole de Dieu s'est accomplie dans votre vie,
vous avez reçu sa vie éternelle, nous sommes sauvé et nous rentrons dans un parcours inédit avec Dieu, qui ne cessera jamais, mais transformera a jamais notre vie, j'ai la chance d'avoir Dieu avec moi,avec nous,cela ne me garantie pas des difficultés, mais c'est lui qui peu dirige notre vie,si nous le voulons, comme dans le texte de la bible, c'est Dieu qui ouvre et ferme les portes, à condition que je m'attend à lui,dans un esprit d'obéissance à sa parole, il agira en moi,c'est quelque parole ,que je retiens pour aujourd'hui, dans ma méditation avec jacob. .....bonne fin de soirée

Par brig 14 juin 2016 à 16 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey!!!
J'ai sans cesse ce chant qui me revient en tête, à écouter sans modération:
https://www.youtube.com/watch?v=HWE4Rbr8yQA

"Ne crains pas, je suis ton Dieu,
c'est moi qui t'ai choisi, appelé par ton nom,
Tu as du prix à mes yeux et je t'aime,
Ne crains pas car je suis avec toi..."

En union avec tous les internautes!

Par Anne-France 14 juin 2016 à 16 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey. Conduite par votre commentaire, j’ai relu ce passage avec vous, avec Jacob, avec Saint-Augustin, avec Saint Paul aussi et tant d’autres ..... Rencontrer Dieu, c’est d’abord savoir s’oublier, oui Audrey comme vous avez raison, lâcher prise et ouvrir en grand, la porte qui nous sépare de Lui, s’abandonner à Lui dans l’Espérance et rester ouvert à sa Parole

Par Marie-Madeleine 14 juin 2016 à 12 h 06 Répondre à ce commentaire

"« En vérité, le Seigneur est en ce lieu ! Et moi, je ne le savais pas. »
Il fut saisi de crainte et il dit : « Que ce lieu est redoutable ! C’est vraiment la maison de Dieu, la porte du ciel ! »"
Quel est ce lieu redoutable, cette maison de Dieu, sinon Jacob lui-même? Cette maison, il vient d'en poser la première pierre et c'est avec Dieu, par Dieu, en Dieu que, tout au long du chemin, il va dès lors se construire.

Jacob vient de rencontrer Dieu au plus intime de lui-même et il "sortit de son sommeil". Le sommeil, n'était-ce pas sa vie avant cette rencontre personnelle avec Dieu? Son père, son grand-père ont, en leur temps, rencontré Dieu et Jacob le sait. Il sait la promesse de Dieu, il sait sa bénédiction. Mais savoir n'est pas assez, la présence de Dieu, il faut la vivre, la faire sienne en sa chair. S'éveiller à cette présence comme au bout d'un long sommeil.
Dieu n'est pas dans un ciel inaccessible mais à ses côtés et, si Jacob est sa demeure, il est aussi cette "porte du ciel". Il est libre de la laisser ouverte, cette porte, par elle de laisser le souffle de l'Esprit, de laisser la vie, y circuler.
"S'il me donne," dit Jacob. Son pain, sa chaleur, sa vie même, c'est de Dieu que Jacob maintenant l'attend. "S'il me garde sur le chemin où je marche," dit-il au milieu du désert. Le désert qui l'entoure n'a pas changé au matin, c'est Jacob qui a changé: il n'y est plus seul désormais.

Ce parcours de Jacob, n'est-il pas celui de tout homme, de toute femme, qui a un jour senti la présence de Dieu au plus profond de son être?
Moi seule peux ouvrir ma porte à Dieu et apprendre à recevoir de lui mon pain, la chaleur, la vie. A laisser ses mains édifier ma chair, me 'bâtir en femme'. Lui abandonner plans et cartes, et marcher sur ce chemin, avec lui, en aujourd'hui.

Redoutable ce lieu? Oui, car tout n'y est que confiance alors que tout instinct pousse à se retenir, et à prévoir. Oui, car c'est un chemin où il faut s'avancer nu et affamé, cœur et mains ouvertes, éveillé, enfin - aimer, croire et espérer.
Il n'en est pas de plus beau.

Par Audrey 14 juin 2016 à 6 h 44 Répondre à ce commentaire

Audrey, comme j'aimerais avoir votre profondeur spirituelle et votre style si vivant ! Dans la nuit, j'ai lu ce nouvel épisode et il ne me disait trop rien. Mais votre commentaire en révèle toute la richesse. Moi aussi j'ai été très longtemps en sommeil, voulant m'évader de la réalité. Je pense maintenant qu'elle n'est supportable qu'habitée par l'esprit, et que cela suppose un esprit libre, "éveillé". M'en remettre à une sécurité intérieure plutôt qu'à une sécurité extérieure illusoire. Le lâcher prise, ce n'est pas tomber dans le vide, mais dans les bras de Dieu ?

Par Antoinette 14 juin 2016 à 8 h 20

"Le lâcher prise ce n'est pas tomber dans le vide mais dans les bras de Dieu", merci Antoinette, Audrey, Marie-Madeleine, nous pouvons tous ensemble demander:

Seigneur Toi qui es le chemin, la vérité, la vie, Tu emplis nos vies de Ta présence et de Ton AMOUR infini, fais nous relire tous nos instants à la lumière de ton Esprit, guide-nous, garde-nous dans la confiance, inspire-nous lorsque nous doutons sur le chemin.
Toi qui as fait comprendre Ta présence bienveillante à Jacob, aide chacun de nous à avancer avec Toi! UDP

Par MARIE 14 juin 2016 à 14 h 27

Un grand merci à toutes les six! Comme c'est bon d'avancer ensemble! Nourriture partagée et faim aiguisée à vous lire. Tomber dans les bras de Dieu, oui, bien sûr! S'éveiller à la présence, ne se vêtir que de confiance. Prier et aimer. Et vivre, les yeux ouverts en Dieu.

Belle soirée. Prières pour tous et avec tous.

Par Audrey 14 juin 2016 à 18 h 02
voir tous les commentaires