Ruth

« Où tu iras, j’irai. » Ruth 1,16

Booz endormi

Ruth 3, 1-4 ; 6-11

Noémi, sa belle-mère, dit à Ruth : « Ma fille, ne devrais-je pas chercher à t’établir pour que tu sois heureuse ?
Et maintenant, Booz n’est-il pas notre parent, lui dont tu as suivi les servantes ? Voici que, cette nuit, il vanne lui-même l’orge sur l’aire.
Va te baigner, te parfumer et mettre ton manteau. Tu descendras sur l’aire. Ne te fais pas reconnaître de l’homme avant qu’il ait fini de manger et de boire.
Quand il sera couché, tu sauras où il se couche. Alors, va, découvre-lui les pieds, et là, tu te coucheras. Lui t’indiquera ce que tu devras faire. »
Et Ruth descendit sur l’aire et fit tout ce que sa belle-mère lui avait ordonné.
Booz mangea et but. Puis, le cœur content, il alla se coucher contre la meule. Alors, Ruth s’approcha discrètement, découvrit les pieds de Booz et se coucha.
Or, au milieu de la nuit, l’homme frissonna, il se tourna pour voir : et voici qu’une femme était couchée à ses pieds !
Il demanda : « Qui es-tu ? » Elle répondit : « C’est moi, Ruth ta servante. Étends sur ta servante le pan de ton manteau, car c’est toi qui as droit de rachat. »
Alors, il dit : « Sois bénie du Seigneur, ma fille ! Ce geste d’attachement est encore plus beau que le premier : tu n’as pas recherché les jeunes gens, pauvres ou riches.
Et maintenant, ma fille, n’aie pas peur ; tout ce que tu diras, je le ferai pour toi, car tout le monde ici sait que tu es une femme parfaite.

Méditation

précédente suivante

Prier avec ses pieds

Les pieds, ce n’est pas forcément très beau... Autrefois couverts de la poussière des chemins, au point que le premier geste d’accueil d’un hôte dans la Palestine de Jésus est de lui laver les pieds *, ils sont aujourd’hui soustraits à nos regards par des chaussures.
Mais sans pieds, pas de marche, et sans marche, pas de rencontre. C’est pourquoi saint Paul ne craint pas de célébrer la beauté des pieds du messager de la bonne nouvelle, en reprenant un verset d’Isaïe : « Comme ils sont beaux, les pieds de celui qui porte la bonne nouvelle ! » **
Un pèlerin de Compostelle, qui avait fait tout le chemin en quelques mois, me disait de cette marche : « Au début, on rumine dans sa tête sa douleur, et puis petit à petit, on en vient à prier avec ses pieds. » Le rythme de la marche pénètre par les pieds, remonte au cœur et atteint l’âme, lui révélant la présence intime du Seigneur : la bonne nouvelle, on l’entend aussi avec son corps, dans son corps.
Ruth vient trouver de nuit Booz et ne le réveille pas, mais se love à ses pieds dans son sommeil, comme un chien loyal le ferait. Curieuse déclaration !
Ruth, qui avait choisi de s’attacher aux pas de Noémi, se révèle une figure de fidélité : fidèle à Noémi au point de la suivre jusqu’en sa patrie, elle s’attache à ce pays. Courbée sur cette terre, elle y glane de quoi vivre, et lorsque son regard se relève, c’est pour s’attacher à Booz, maître de cette terre, qui l’épouse.
La fidélité d’une itinérance lui a permis de découvrir les bienfaits de Dieu pour elle. Mais pour cela, il a fallu mettre un pied devant l’autre…

* Lc 7, 44
** Rm 10, 13
Méditation enregistrée dans les studios d'Alsace Média


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

48 commentaires

merci merci pour cette belle méditation ! Elle me touche d'autant plus que je suis paralysée ..et que je décide de vivre avec mon corps (ce qui reste ! ) et mon coeur et dans la Communion des Saints ,nous sommes reliés ,en profondeur,par cette foi qui nous habite ,mais aussi par tous nos "manques" ! Je me sens si proche de tous les Réfugiés ..et aussi proche de mon mari ,qui est UN SAINT (ou presque !! - Merci merci encore

Par desmichelle colette 12 septembre 2017 à 17 h 59 Répondre à ce commentaire

Oui,quelle très belle leçon de vie en et de communion entre la belle mère et sa belle fille!la belle fille sachant que sa belle mère est désormais seule ne veut plus la quitter.Et la belle mère de savoir que malgré que sa belle fille tient à rester à ses côtés ,elle aura besoin d,un homme car elle est encore jeune.Chacune se souciant du bien être de l'autre.Quelle belle preuve d'amour!Loin des rivalités permanentes entre belle mère-belle fille.Merci pour cette méditation.

Par angie 16 août 2017 à 17 h 39 Répondre à ce commentaire

Belle méditation cher frère Marie-Augustin; ces pieds qu'on cache parfois parce qu'on ne les trouve pas beaux, mais sans eux, pas de mouvement, pas de liberté d'aller où bon nous semble, nous serions privés de bien de plaisirs, de joie, ne serait-ce pour moi d'aller à la messe, de faire des rencontres quand je vais promener ma petite chienne, Thaïs (15 ans) qui peine elle aussi maintenant malgré qu'elle en a 4 ! mes pieds qui se sont accrochés dans mon tapis brosse et me handicapent depuis un mois, surtout pour monter les escaliers. Ces pieds, ils en ont fait des kilomètres !
Ils m'ont même menée sur des chemins que je n'aurai pas voulu prendre.
Ruth, elle, a fait son choix délibérément, elle suivrait Noémi coûte que coûte par affection, par fidélité. Une belle âme, une femme forte, courageuse, dévouée. Elle en a fait des pas de son Moab natal jusqu'à Bethléem. Sa rencontre avec Booz va changer sa vie. En se couchant à ses pieds, elle lui témoigne sa gratitude, son affection avec humilité. Elle se donne à lui.
"Etends sur ta servante le pan de ton manteau, car c'est toi qui a droit de rachat".

Une pensée, une prière pour les personnes handicapées.

Par Marie Jeanne 10 août 2017 à 22 h 54 Répondre à ce commentaire

Bonjour frère Marie-Augustin et merci pour cette belle méditation. Elle m'invite à être tant attentif à mon épouse et à mettre un pas devant l'autre à la suite de celui qui m'a aimé depuis toute éternité dans mon état de vie.

Par Michel Nozil 10 août 2017 à 22 h 15 Répondre à ce commentaire

Pour Annie qui a écrit un message le 7 août:

J'ai lu votre message en faisant un retour car je n'ai pas beaucoup de temps.

Je vous dis comment je comprends "que nous ne voudrions pas": Jean relate ( 21 18) les paroles de Jésus à Pierre, quand ce dernier était jeune il décidait par lui même, devenu vieux, ce ne sera plus le cas, il devra être aidé.
Jésus sait les épreuves qui attendent Pierre qui va souffrir et mourir au nom du Christ, il va endurer ces épreuves avec courage.

Union de prières

Par MARIE 9 août 2017 à 23 h 13 Répondre à ce commentaire

C'est Toi qui nous choisis Seigneur.

Comme Tu as choisi Noémie et as mis Ruth sur son chemin, chemin de joie et de larmes : chemin de vie. Elles ont toutes deux été fidèles à ta Parole et ont gardé la foi malgré toutes les épreuves endurées. Ruth a eu de la "chance"! N'était-ce pas l'Esprit du Seigneur qui reposait sur elle ?

Je pense que rien n'est du au hasard.

Que l'Esprit Saint nous garde debout sur le chemin de la vie. Le Ressuscité est avec nous jusqu'à la fin des temps. Ô Jésus reste avec nous et en nous. Donne-nous la force de mettre nos pas dans les tiens car sans Toi nous ne pouvons rien.

Par Marilou 9 août 2017 à 22 h 53 Répondre à ce commentaire

Je suis tout à fait d'accord avec Fernande (21 h 04 le 09-08)...
OUI il est parfois très difficile de mettre un pas devant l'autre
Où vont nous entraîner ces pas ?
Pourtant il faut y aller et marcher sur le chemin de la vie...
Quand l'âge ou la maladie arrive il est encore plus difficile de faire un pas, même un petit pas..
Seigneur donnes moi la force de faire ces pas qui nous pousse vers l' Autre""
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 9 août 2017 à 22 h 47 Répondre à ce commentaire

Pour répondre,avec humour à Cl@audio,"il est parfois difficile de mettre un pas devant l,autre " ce qui m,arrive ce matin en s'étalant de tout mon long sur ce chemin de randonnée !!!!!rien de grave,foulure,quelques jours de repos forcés,le Seigneur veut sûrement me dire quelque chose....soyons à l,écoute....Bisous à tous ....

Par Penelope dijon 10 août 2017 à 19 h 45

Chers amis,

Je suis déçu.

Il a été question de sommeil,
de parfum, de manteau, et de pieds
et aussi de bottines pour se mettre en marche, ... un sujet que je connais bien.

D'une femme obéissante et amoureuse qui suscite mon admiration.
J'ai lu bien des souhaits et des résolutions personnelles.

Mais le texte d'aujourd'hui et son commentaire
ne m'ont pas permis de trouver un lien
avec ce qui est fondamental - vital - pour moi :
la Présence du Christ, avec nous, en nous et entre nous.

Jusque plus bas que moi, pourtant,
le Fils me rejoint dans ma pauvreté,
y compris celle qui pèse dans mon coeur, ce soir.

Oui, comme chacun de nous,
je fais des efforts pour être courageux, limpide, propre, pur.

Mais si je ne confie pas au Fils
ce qui fait ma stabilité,
pour qu'Il la purifie,
et que je n'essaye pas de servir mes frères de la même façon,

je crois que je ne marcherai pas à sa suite,
je ne serai pas sur le bon chemin. (Jean 13.1-17)

Bonne nuit à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 9 août 2017 à 22 h 09 Répondre à ce commentaire

Cette présence du Christ "avec nous, en nous et entre nous" je la vois tout simplement dans la fraternité entre internautes ; dan les échanges d'encouragement, de sympathie qui circulent ; dans les points de réflexion que font naître tels ou tels commentaires. Vous êtes certainement sur le bon chemin puisque votre commentaire a suscité l'envie de vous répondre. Cela peut paraître sans doute simpliste mais c'est aussi dans les petites choses que l'amour du Christ se manifeste. Ce qui peut nous apparaître insignifiant peut avoir de la valeur pour les autres. Bonne journée, Paul, sur votre chemin de vie.

Par mahona 10 août 2017 à 11 h 17

Je suis tout a fait d'accord avec vous Mahona,
c'est en regardant autour de nous,et en chacun de nous,aussi a travers nos échanges sur ceux site si précieux, que nous trouvons le christ, le christ en partage, on ne peut pas répondre a touse,parfois on a pas de réponse au question posée, je pense a vous Annie, mais nous sommes sur le chemin que le seigneur nous guide,fraternellement

Par brig 10 août 2017 à 12 h 05

Chères Mahona et Brig,

rien ne me semble, pour reprendre votre terme, insignifiant.

J'essaye de m'attacher à ce qui me semble - pour moi - le plus important.
La Présence, réelle, vivante, simple et guérissante de Dieu parmi nous aujourd'hui.
Il me semble important de tenter de la percevoir
et de la partager entre nous.
Mais je ne sens pas plus proche qu'un(e) autre de Dieu pour autant.
Je crois que c'est Lui qui est proche de chacun de nous, personnellement.
Voilà la Bonne Nouvelle, me semble-t-il.

Bonne nuit, vraiment.

Par Paul (Belgique) 10 août 2017 à 21 h 38

En relisant la méditation du F. Marie-Augustin je ne peux penser qu'au Psaume 138 (139)...
".. tu as mis sur moi ta main... -

"...Sonde-moi, ô Dieu, connais mon cœur,
scrute-moi, connais mon souci ;
vois que mon chemin ne soit fatal,
et conduis-moi sur le chemin d'éternité. "
..... c'est ce que Ruth aurait pu dire ?..
... c'est cela "la main de Dieu " !!!!!

"Mes actions, tes yeux les voyaient,
toutes, elles étaient sur ton livre ;
mes jours, inscrits et définis,
avant que pas un d'eux n'apparut ""

" je te rends grâce pour tant de mystères "....

Par breizh 9 août 2017 à 21 h 22 Répondre à ce commentaire

Bien appréciée, ce commentaire, et comme c'est vrai de devoir souvent mettre un pied devant l'autre , pour aller plus loin
J'ai souvent fait l'expérience dans des moments difficiles de ma vie ; combien c'était dur "d'avancer", et comme il me fallait du courage pour avancer. encore maintenant marcher physiquement c'est dur , tous les matins je m'efforce de faire une demie heure de marche chaque jour , et en disant une dizaine de chapelet , cela me donne de la force .
C'est difficile de voir que la marche est dur , arrivée à un certain âge avec des problèmes de santé
Et moralement de mettre un pas devant l'autre , n'est pas facile n'ont plus , trop courbée avec le poids des soucis , d'une grande souffrance moral à porter mais jamais renoncer à marcher

Par fernande moinet 9 août 2017 à 21 h 04 Répondre à ce commentaire

Oui Fernande,
merci,de nous redonné courage dans votre marche de tout les jours, même dans nos difficultés, nous avent son a petit pas,bien fraternellement

Par brig 9 août 2017 à 21 h 21

Essai de réponse à ANNIE ( 9 août : 8 h O4).

Bonjour Annie,

Comment je comprends : " ... une terre inconnue ...celle où ne voudrions pas aller" :
Nous cultivons nos rêves, parfois avec illusion ou naïveté ; nous nous traçons un chemin confortable, bien à l'abri, mais la vie est loin d'être une route tranquille : des évènements inattendus et redoutables finissent par surgir (échec, trahison, exil deuil etc...) et nous voilà projetés dans une situation qui nous désarçonne, une nouvelle terre inconnue où nous n'avions pas imaginer qu'elle serait désormais la nôtre. Que faire sinon s'en remettre avec confiance à Celui qui nous accompagne et qui veut nous rendre semblable à Lui.

Tous mes souhaits pour une recherche fructueuse, Annie.

Par Esperanza 9 août 2017 à 20 h 55 Répondre à ce commentaire

Bien chère Brig,
J'ai posté mon commentaire hier soir à 22 h 18, dans lequel, j'avais justement une pensée pour ceux et celles que l'on ne voyait pas ces temps-ci. Bernard a d'ailleurs répondu ce soir à 19 h 43. Nous nous rejoignons chère Brig, toi comme moi, avons eu la même pensée, ce qui prouve les liens très forts que nous avons tissés et le souci que nous avons les uns des autres.
Cher Bernard, merci de nous avoir donné de tes nouvelles; soigne-toi bien.
Moi aussi, je t'embrasse, vous embrasse tous !
Votre grande soeur
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 9 août 2017 à 20 h 17 Répondre à ce commentaire

Chère Marie Jeanne, Bernard,
je viens de lire votre petit mots,aujourd'hui je n'ai pas fait marche en arrière pour lire les dernières méditation du 8,je vient t'apprendre votre fatigue, j'en suis bien triste pour vous,deux,mais vous nous reviendrai bien vite en pleine forme, j'en suis sûr un peu de repos sur notre route fait du bien, pour repartir de bon pied, je vous souhaite un bon rétablissement, et je veille sur vous comme une toute petite soeur dans ma simple prière, je vous embrasse fraternellement

Par brig 9 août 2017 à 21 h 09

Vocation : Servir
Auteur : Gérald Chaput

Seigneur,
''Ce n'est pas moi qui t'ai choisi,
c'est Toi qui m'as choisi (Jn15,16)''
''pour servir en Ta Présence.''

Servir,
c'est Ton choix pour moi,
ma vocation première,
mon identité profonde.

Servir,
c'est Te laisser être Toi en moi,
Te désirer plus que me désirer,
Te posséder plus que me posséder,
Me laisser être plus en Toi qu'en moi,
M'occuper de Toi plus que de moi.

Seigneur, modèle-moi sur Toi.
Donne-moi de servir comme Toi
Jusqu'à m'oublier entièrement
Totalement pour Toi
Totalement pour les autres
Jusqu'à la Croix.

Mon Église a besoin de moi : Me voici !
La société a besoin de moi : Me voici !
Les jeunes ont besoin de l''exemple d'une vie ''offrande'' :
Me voici !
Les souffrants ont besoin d'une présence : Me voici !

Seigneur, Toi qui es un Dieu ''serviteur souffrant'' (Isaïe)
un Dieu ''qui s'est vidé de lui-même'' (Phil 2,4)
Fortifie-moi.
Renouvelle en moi ton Esprit de Service.
Donne-moi assez de sagesse
pour passer de moi à Toi.

Oui, apprends-moi à reconnaître
Que Tu es glorifié plus par ce que Tu fais en moi
que par ce que je fais pour Toi.

Amen.

Par VOCATION. 9 août 2017 à 17 h 58 Répondre à ce commentaire

Très belle prière, merci a vous Vocation '

Par *** 9 août 2017 à 21 h 26

Merci frère Marie -Augustin pour cet meditation que j'aime
les pieds, c'est ce par quoi nous marchons se laisser rejoindre par les pieds. .je pense a la semaine sainte
nous savons que certains chemin sont fatigants
Et voulons-nous bien être de ces chercheurs de Dieu qui accepte de se mettre humblement et joyeusement en route pour aller à la rencontre de celle et ceux qui autour de nous cherchent eux aussi un sens a leur vie et attendent une présence qui les relève et qui donne le goût de la vie même dans ce qu'il ont à traverser?
Les pieds qui nous servent à avancer pour aller mettre nos mains au travail, comme les mains de jésus qui lave les pied
sont celle qui ensuite prenne le pain le présente et l'offre
Mais ces pied si on veut allez loin,il faut en prendre bien soin,nos pied est de l'ordre de intime de ce qui fait notre vie jusqu'à nos
vulnérabilité nos blessure
suis je capable d'accepter de me dévoiler un peu a dieu mais aussi a celle et ceux qu'il envoie sur mon chemin
Je me demande quel sont ces lieux en moi qui a besoin d'être consolé, pardonné, apaisé par la présence en moi du christ ou dans tel frère et soeur
Laissons nous ouvrir notre coeur à l'écoute du christ, que l'esprit soufle en nous,alors nous pourrons reprendre la route et marcher -par les pieds
Seigneur nous avons touse besoin de vos mains par votre corps dans l'eucharistie pour apaiser et prendre soin,avec tendresse et délicatesse. ..petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 9 août 2017 à 14 h 26 Répondre à ce commentaire

Une petite pensée a ceux que je ne retrouve plus sur le site,j'espère que vous allé bien,peut être en vacances aussi pour certains
Aussi a vous Marie Jeanne, Antoinette, Micheline canada,Bernard, Kate,lise,une petite halte sur le chemin fait du bien dans notre méditation, a bientôt en union avec vous touse même ceux que je site pas mais qui prie dans le silence du coeur bien fraternellement

Par brig 9 août 2017 à 14 h 51

Par leur fidélité au Dieu, au pays et de leurs ancêtres, par leur attachement réciproque Noémie et Ruth, toutes deux, montrent qu’elles savent aimer. Elles n’hésitent pas à prendre le chemin qui mène vers leur Dieu, vers leur peuple. La route ne les arrête pas, elles avancent, la fatigue, les pierres du chemin, le corps qui se lasse et peut être les pieds sont-ils aussi meurtris par ce long chemin, mais elles vont ........ le rythme de leurs pas les pousse en avant, vers ce Dieu qui est le leur et voici que doucement leur fatigue, leurs douleurs se font oublier et laissent place à la confiance en Dieu et en son Amour qui remplit leurs cœurs à chaque pas. Oui Dieu est là, avec elles, c’est vers Lui qu’elles sont venues chercher refuge !
Seigneur Jésus, je suis sur la route, celle que tu as ouverte pour moi, celle qui mène au Royaume. Donne-moi la force et la persévérance de te suivre, de mettre mes pas dans les tiens sans me laisser tenter par les faux dieux de notre temps. Tu es mon Berger, Seigneur-Jésus, je t’aime tu le sais, mais aussi tu connais ma faiblesse. Donne-moi un peu de cette force qui émane de Toi, de celle qui a soutenue Noémie et Ruth, et qui a aussi guérit la femme qui la touché la frange de ton vêtement

Par Madeleine AULANIER 9 août 2017 à 14 h 12 Répondre à ce commentaire

Prier avec les pieds :c'est ma meilleure façon de prier ,en marchant sur le même chemin chaque jour .c'est le Seigneur qui m'a guidé et chaque sourire que je donne et que je reçois me vont droit au coeur
Je rend Grace au Seigneur
belle journée et merci

Par jnc 9 août 2017 à 12 h 20 Répondre à ce commentaire

quelle belle méditation , frère Marie-Augustin, pour commencer cette nouvelle journée et remplir mes pensées.

Par Jeannine 9 août 2017 à 11 h 15 Répondre à ce commentaire

Écoute, ma fille, regarde temps l'oreille.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.
Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.
Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège.

On les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.
À la place de tes pères se lèveront tes fils ;
sur toute la terre tu feras d’eux des princes.

Par Partage 9 août 2017 à 11 h 09 Répondre à ce commentaire

@ Victoria 9H59, oui merci je l'avais vu mais la personne ne répond pas à ma question, merci

Par annie 9 août 2017 à 10 h 36 Répondre à ce commentaire

Magnifique méditation! Seigneur, Toi qui a lavé les pieds de tes disciples, accorde moi de pourvoir en faire ainsi et avoir les pieds de celui qui porte la Bonne Nouvelle à travers mes pélégrinations, mes rencontres sur cette terre des vivants.
Garde moi Seigneur dans ton amour et que mes pieds m'entrainent sur les chemins qui mènent vers Toi.

Par Gilles 9 août 2017 à 9 h 00 Répondre à ce commentaire

L'histoire de Ruth, est une belle leçon de reconnaissance filiale.
Noémi pour Ruth, Ruth pour Noémi.

Noémi, qui délivre Ruth de sa fidélité à son veuvage, en lui ouvrant une porte sur une nouvelle vie.
Booz qui reconnaît les qualités de Ruth, puis vient la naissance de " Oved", à la plus grande joie de Ruth, et, de Noémi.
Là, de nouveau c'est une bénédiction.
Les fruits du labeur, sont aussi de solides attachement terrestres à sa famille, son entourage, à louer Dieu de ses bienfaits.

Prière de ce jour, et bonne journée.

Par Florine 9 août 2017 à 8 h 56 Répondre à ce commentaire

Si les pieds sont beaux, tres beaux. Meme sales. Votre premiere phase choque et n est pas vraie du tout. Les pieds ont un langage .
Sans eux , pas de solidite sur terre, pas d equilibre, pas de marche , pas d avance vers l autre .Je dirai presque l immobilite est synomyme de mort.

L homme est homme par ses pieds, ainsi il peut se tenir debout, devant son Dieu , devant l autel, devant ses freres et soeurs.
Dieu l a voulu ainsi.

Par van kisfeld marie Michelle 9 août 2017 à 8 h 38 Répondre à ce commentaire

Re bonjour,

Très déçue que personne n'est pris le temps de répondre à ma question ( le 7 Août à 8H27 ) ce site s'est aussi pour avancer, cheminer

Par annie 9 août 2017 à 8 h 04 Répondre à ce commentaire

Pour Annie, 9 août 8 h 04 - Avez-vous vu que vous aviez une réponse le 8 août 2017 à 14 h 47, mais elle a la page du 7 août, juste en dessous de votre question.

Par Victoria 9 août 2017 à 9 h 59

Bon...jour,

Ah les pieds , ils supportent tout notre corps et souvent ils sont oubliés , cachés , depuis quelques temps je prends le temps de me masser les pieds , de détailler chaque phalange comme pour la main , extrémités de notre corps , prenons en soin

Par annie 9 août 2017 à 7 h 44 Répondre à ce commentaire

Dommage que le texte ne soit pas complet...
Merci pour la méditation, elle me force à me recentrer
Merci pour les internautes, ils me donnent des idées neuves, ils me forcent à ressaisir
En union de prières avec tous
Micheline

Par Micheline 9 août 2017 à 14 h 11

Comme ils sont beaux sur les montagnes, les pas du messager, celui qui annonce la paix, qui porte la bonne nouvelle, qui annonce le salut, et vient dire à Sion : « Il règne, ton Dieu ! »
S'approcher de l'église , la comprendre , s'approcher de son Très Saint coeur , le connaître , l'adorer ,être au Pieds de la croix !
Que Tes pieds sont beaux dans ta chaussure , fille de Sion !La première en chemin , Marie aussi a marcher et nous convie
par bien des chemins à marcher ...pour mettre un pied , et puis l'autre dans la bible , en glanant ci et là , en sortant de nos
chaussures , pas à pas , pieds nus ...Jésus dira : Si je ne vous lave pas les pieds vous n'aurez pas de part avec moi .
Corps parler qui des pieds à la Tète , exprime sa foi ! Nul ne peut venir à Moi , si le Père qui M'a envoyé ne l'attire .
S'attacher au Seigneur , c'est trouver la paix .Le Christ est cette Paix , qui nous invite sans cesse à le chercher pour
Une église Trois fois sainte .Voici l'Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde , la fidélité pour découvrir le Corps et
le Sangs du Christ ..Mon pied s'est attaché à Toi Seigneur ..Merci frères et soeurs pour vos pieds , qui nous donne chaque jour à connaître l'église :Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur pour chausser les chaussures de l'évangile.

Par fred 9 août 2017 à 7 h 32 Répondre à ce commentaire

C'est une merveilleuse expression " Chausser les chaussures de l'Evangile".

Par Florine. 9 août 2017 à 9 h 37

Je me lève trop - je vais en boitant jusqu'à ordinateur pour écouter ce texte si beau, moi qui souffre atrocement de mon pied droit...C'est une réponse du Seigneur... Je dois pouvoir marcher encore, et encore...Il faut y croire...Seigneur, aide moi à tenir encore un peu - j'ai encore tas de choses à faire...Merci pour mes pieds...

Par Monique Conjard 9 août 2017 à 5 h 20 Répondre à ce commentaire

Bon courage Monique,

MThérèse

Par Marie-Thérèse 9 août 2017 à 5 h 27

Merci seigneur pour cette parole que tu adressé il Ya 2 ans et que j'ai vu s'accomplir dans ma vie

Par eddytene 16 mars 2017 à 10 h 09 Répondre à ce commentaire

Booz endormi, au pied du tas d'orge, plein champ. L'action ne le quitte pas, ce champ. Il est le lieu de la rencontre, car il s'agit bien là de fruit à porter. Le lieu où se manifeste la bénédiction de Dieu. Et ce sont encore des mots de bénédiction qui accueillent Ruth, lorsque, éveillé, Booz la reconnaît. "Sois bénie"...

Et c'est bien de reconnaissance qu'il s'agit là. De cette femme qui s'offre à lui, Booz loue le "geste d'attachement", "ce second acte de piété" traduit ma Bible. C'est en référence à Dieu qu'il accueille ses mots. Ruth est femme qui voit au-delà des apparences, elle est femme de Dieu. Elle est femme de confiance. Elle l'a placée en Noémi, qui dit chercher son bonheur. En ce monde de violence, c'est en l'abri du pan de manteau de Booz qu'elle la place là. Homme de Dieu, Booz ne s'y trompe pas.

En quelques mots, leurs cœurs se découvrent. Rien de mièvre en cette scène. Ces mots disent leur cœur, disent qui ils sont. Simplement. En plein champ, à découvert. Couverts par la nuit, ils se révèlent en pleine lumière. Et leur rencontre déjà porte ses fruits: au matin Ruth repart avec "six parts d'orge" que Booz "chargea sur elle". "Tu ne reviendras pas les mains vides chez ta belle-mère," lui a-t-il dit. "[L]es mains vides" c'est ainsi qu'était revenue Noémi en son pays. Leurs mains à toutes deux déjà sont pleines. La bénédiction s'accomplit.

Par Audrey 8 février 2017 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

Il fallait que Ruth, la moabite, soit la mère du grand père de David. Il est clair que cela vient de Dieu. La vue des moyens et circonstances utilisées pour qu'il en soit ainsi nous rappelle ces paroles de Paul en Romains 11:33 "O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles".

Par Ibrahim Issa 21 juillet 2016 à 18 h 12 Répondre à ce commentaire

Cette histoire commencée dans le malheur finit dans le bonheur parce que chaque personne agit dans l'amour, c'est à dire se soucie concrètement de l'autre : Ruth se soucie de Noémi, Noémi se soucie de Ruth, Ruth se soucie de Booz (en étant très discrète et respectueuse), Booz se soucie de Ruth (en la protégeant et en agissant dans la légalité vis à vis d'elle). C'est la solidarité qui permet de revenir à la vie. C'est l'histoire symbolique de la différence entre le Paradis et l'Enfer : dans les deux lieux, des convives sont autour d'une table, avec des cuillères à très longs manches. Dans l'Enfer personne ne peut manger, dans le Paradis, tout le monde mange parce qu'il est nourri par son voisin.
Nota : Ruth représente la femme idéale car elle montre fidélité, courage au travail, humilité, ...mais aussi audace (elle demande à Booz de l"épouser). Est -ce que cela a tellement changé de nos jours ?

Par Antoinette G 21 juillet 2016 à 15 h 14 Répondre à ce commentaire

Combien sont venus à jésus fatiguée et chargés et on trouvé le repos de leur âme?

Puissions nous obéir de la même manière, Dieu veut notre repos et notre bonheur,
Christ nous aime est nous est nous porte continuellement sur son coeur, jour et nuit,
Ruth suit le chemin de la bénédiction, elle se préparer pour cette rancontre,elle la servante pauvre, mais si belle ,mais si riche
dans son humilité, dans son amour,dans sa confiance, et sa fidélité, elle attend la nuit doucement pour se coucher a ses pieds
Mais moi,est ce que j'entends ta voix seigneur qui me dit de me laver,me parer pour toi ,me purifié par l'eau de mon baptême
suis -je prête pour te recevoir? Ou es que je me trouve maintenant seigneur? Est -que j'ai repondu comme ruth du fond de
mon coeur " tout ce que tu as dit je le ferai"mais suis je assez dignes,pour me coucher tes pieds bénis Seigneur.
Toi seigneur source de grâce, de patience, et de bonté, tu nous bénis, tu nous montre la marche a suivre,
"Quoi que nous demandions nous le recevons de lui,parce que nous gardons ses commandement et que nous pratiquons les choses qui sont agréables devant lui (1jean)
Je suis heureuse d'avoir cette place prêt de toi seigneur et de pouvoir poursuivre cette marche dans ma vie,et un jour voir les fruits glorieux de ton oeuvre!...Fraternellement

Par brig 21 juillet 2016 à 14 h 31 Répondre à ce commentaire

Ruth a pris soin de Noémie en faisant le chemin avec elle au prix de sacrifices; maintenant c'est Noémie qui prend soin de Ruth en préparant pour elle un avenir sûr; les conseils qu'elle lui donne ne sont pas étonnants pour l'époque: t'établir pour que tu sois heureuse", comme vous nous le rappelez, Antoinette G.
Les parole de Booz sont rassurantes, il a apprécié les qualités de Ruth, il la respecte, il est prêt à la rendre heureuse.
Comme il est réconfortant de savoir que Tu places sur nos routes les plus difficiles des amis, des frères et sœurs généreux et compréhensifs qui nous tendent la main. Merci pour tous ces moments où l'on trouve des solutions pour résoudre les difficultés avec Ton aide, Seigneur.
UDP avec chacun de vous.

Par MARIE 21 juillet 2016 à 9 h 34 Répondre à ce commentaire

Ajout rectificatif :
Mon commentaire fut trop hâtif. J'ai lu la suite (versets 12 et suivants). Les intentions de Ruth étaient pures (assurer une descendance à son défunt mari) et Booz n'a pas cédé à la concupiscence, puisqu'il était prêt à céder la place à un parent plus direct que lui.

Par Marie-Thérèse L. 21 juillet 2016 à 8 h 43 Répondre à ce commentaire

J'ai relu le passage dans le livre de Ruth. Il faut connaître les coutumes de l'époque : le plus proche parent du défunt avait un droit prioritaire pour épouser la veuve si elle n'avait pas d'enfant, afin que le nom soit perpétué et les biens conservés dans la famille. D'ailleurs Booz commence par consulter un parent plus proche que lui, qui se récuse en apprenant qu'avec la terre, il doit prendre aussi la femme ! Et les femmes sans homme protecteur dépendent de la charité des autres. En plus, Ruth est étrangère, elle a donc beaucoup de raisons d'être humble (la preuve : Booz interdit à ses serviteurs de la frapper) . L'histoire me rappelle plutôt l'audace de la femme étrangère qui sollicite de Jésus la guérison de sa fille et lei dit " les petits chiens peuvent manger les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres"). En fait, Noémi et Ruth font preuve d'autonomie et de sens avisé , en choisissant elles même à qui confier leur destin ( Booz est âgé, mais c'est un homme bon) : elles font leur part, tout en acceptant la tradition. Autrement dit, nous avons toujours une part de liberté pour améliorer des situations qui semblent au départ très mauvaises, à condition de rester dans la foi (si nous ne cédons pas au désespoir ou à la révolte qui ne feraient qu'empirer les choses). En gardant la tête froide et le coeur ouvert, nous pouvons rebondir, on appelle cela maintenant la résilience.

Par Antoinette G 21 juillet 2016 à 8 h 33 Répondre à ce commentaire

Admirable notre soeur Ruth, certes ! Mais je ne m'attendais pas à la découvrir aguichante, rusée et débordante de déférence envers son seigneur et maître. (La fin justifiant sans doute les moyens). Néanmoins, elle fait bien partie de notre humanité clopinant des deux côtés.

Par Marie-Thérèse L. 21 juillet 2016 à 7 h 02 Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord avec vous, Marie-Thérèse (21/07). Il me semble que, dans ce cas, la raison est là avant le coeur et...ça me choque en cette ère 2017...Si, à ce jour, une femme se comportait ainsi, ici, dans notre pays, imaginons le ressenti, et presque jugement des uns et des autres. Même intérieur !!!S'offrir à l'homme qu'on aime est différent !Très différent !

Enfin, c'est mon point de vue ! Qui, apparemment et d'après tous les commentaires, ne semble pas adéquat, ce qui est peut-être le cas !

Ruth a eu de la chance que Booz, qui ne la connaissait pas, ne la méprise pas pour s'offrir ainsi ! Il n'y a vu que du bienfait et Ruth aussi ! Tant mieux pour eux deux, pour la succession, et pour nous tous jusqu'à ce jour et pour toujours.
Bien que les choses se passent dans un autre temps et contexte, je suis quand même...dubitative et...à ma grande honte car je me croyais plus large d'esprit, un tantinet choquée !

Pardon à tous ceux et celles que je choque peut-être à mon tour par cette analyse d'un comportement de Ruth et de Booz qui, en fait, est "privé"!!!MAIS...je me rends compte, à ma grande honte, que, dans ce cas, je porte un jugement négatif sur Ruth et pas sur Booz. Et pourtant, d'habitude, je me croyais plutôt dans le non-jugement !!!!!!!!!

Quel travail à faire sur moi-même alors qu'au départ, je ne pensais qu'à cette partie de texte biblique!!!!

Par Une femme parmis tant d'autres 9 août 2017 à 17 h 12
voir tous les commentaires