Noé

« Noé marchait avec Dieu. » Genèse 6,9

La décrue

Genèse 8, 1-12

Dieu se souvint de Noé, de toutes les bêtes sauvages et de tous les bestiaux qui étaient avec lui dans l’arche ; il fit passer un souffle sur la terre : les eaux se calmèrent.
Les sources de l’abîme et les vannes du ciel se fermèrent, la pluie des cieux s’arrêta.
Par un mouvement de flux et de reflux, les eaux se retirèrent de la surface de la terre. Au bout de cent cinquante jours, les eaux avaient baissé et, le dix-septième jour du septième mois, l’arche se posa sur les monts d’Ararat.
Au bout de quarante jours, Noé lâcha la colombe pour voir si les eaux avaient baissé à la surface du sol.
La colombe ne trouva pas d’endroit où se poser, et elle revint vers l’arche auprès de lui, parce que les eaux étaient sur toute la surface de la terre ; Noé tendit la main, prit la colombe, et la fit rentrer auprès de lui dans l’arche.
Il attendit encore sept jours, et lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche.
Vers le soir, la colombe revint, et voici qu’il y avait dans son bec un rameau d’olivier tout frais ! Noé comprit ainsi que les eaux avaient baissé sur la terre.
Il attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe, qui, cette fois-ci, ne revint plus vers lui.

Méditation

précédente suivante

Nouvelle naissance et premiers pas

Que le temps est long sous la pluie... Sept mois de déluge, puis quarante jours d’attente au sommet du mont Ararat, et de nouveau 7 jours pour que la colombe trouve où se poser: au total, c’est presque le temps d’un enfantement. Car tout va (re)commencer. D’ailleurs, le souffle de Dieu qui apaise les eaux évoque celui du commencement, lorsque « l’Esprit de Dieu planait sur les eaux » (Gn 1,2).
La Création va pouvoir renaître sous le regard de son Créateur, tout va revivre et réapprendre à vivre au grand air: après ces mois d’immobilisme dans la pénombre de l’arche, tout le monde sera surpris par le soleil, étonné de retrouver la terre ferme et belle, et les premiers pas des pattes engourdies seront sans doute chancelants, comme le veau ou le poulain juste nés dont la démarche est encore mal assurée. Et je ne parle pas du petit de l’homme, qui, lui,est loin de savoir marcher à la naissance !

Au moment de (re)faire ces premiers pas, n’y aurait-il pas de la peur, de l’appréhension ? Noé est prudent: il envoie la colombe en émissaire. Avant de fouler cette terre renouvelée, il faut la survoler, l’admirer, y trouver le rameau d’olivier qui nous dit qu’elle est le lieu où Dieu nous appelle à vivre en paix. Car le Seigneur s’est souvenu de Noé: Il a asséché la terre qui pleurait son exil, engloutie sous les eaux de la mort, de même qu’Il séchera toute larme de nos yeux le jour où nous le verrons face à face, lorsque nous arpenterons dans son Royaume la terre des vivants, pour une vie éternelle.



Méditation enregistrée dans les studios d'Alsace Média

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

85 commentaires

Discutant avec une religieuse de mon expérience de vie, elle me suggère de revoir toute mes blessures. Ce que je fis avec l'aide très patiente d'un ami. Je m'en suis remise inconsciemment et totalement à l'Esprit pour diriger tout ça. Ce ne fut pas facile et parfois cahotique. Comme dans l'arche. Finalement, j'ai réussi à relire correctement toutes ces épreuves, à pardonner sans retenue ce qui était à pardonner. Il me reste à analyser plus profondément ma propre responsabilité dans tout ça. Mais l'Esprit m'a d'ors et déjà donné une telle paix et sérénité que je serais à même de le faire jusqu'au bout. J'ai l'impression d'une re-création, d'une re-naissance très réellement et profondément comme vous le meditez. Et en prime, il a permis la même chose à mon ami. Car lui comme moi avions de sérieux problèmes avec le passé. Oui, j'ai senti l'Amour de Dieu pour sa créature et je le loue et le remercie de toute mon âme. Mais je prends conscience que ce n'est pas la première fois que l'Esprit est aux commandes de ma vie, qu''il n'est pas une action mais un appel que nous lançons à Dieu et sa réponse
Je l'ai appelé, je n'ai pas senti son action, mais j'ai le résultat. La paix, la sérénité. Oui, il a mis la tempête, véritablement et il laisse un nouveau départ. A 67 ans, la vie m'appelle encore.

Par DESCOIMPS Francoise 9 juin 2017 à 8 h 52 Répondre à ce commentaire

La Bible est l'Histoire ancienne des églises comme l'Histoire de France et du Monde est l'Histoire de l'humanité.
Si on doit s'en inspirer (des eux histoires), nous devons vivre avec notre siècle et les siècles à venir pour bâtir le Royaume de Dieu sur cette terre et la Société des hommes tout court pour ceux qui ne croient pas encore.

Par BOUVET Agnès 8 juin 2017 à 11 h 12 Répondre à ce commentaire

Merci frère Marie-Augustin, votre méditation est très apaisante, "Dieu séchera toute larme de nos yeux le jour où nous le verrons face à face".
Dieu consolateur, qui redonne espoir, qui redonne vie, Dieu vie éternelle !!
J'ai bien besoin de méditer cela, car je me sens "enfermée dans l'arche de Noé" par la maladie de mon époux, la mienne, ma prochaine perte d'emploi, je ne vois plus cette belle Création, cette belle nature.
J'attends une éclaircie, un rayon de soleil, qui me fera sortir avec mon époux, de ces épreuves.
Je garde espoir, attendant comme Noé, le signe qui me fera voir que la terre est belle, la vie est la plus forte !!
Bon courage à Brig, merci à Pénélope que j'embrasse, et Marie Jeanne, merci à tout ceux qui sont en union, qui ne s'expriment pas toujours, et pardon pour ceux que j'oublie de citer mais qui sont dans ma prière.
Merci pour ces méditations qui aident à tenir debout, et à sortir de soi-même! Belle journée à tous.

Par monette 8 juin 2017 à 10 h 38 Répondre à ce commentaire

Chère Monette,
Ma prière vous accompagne, vous et votre mari qui souffrez. Vous avez la délicatesse de souhaiter bon courage à d'autres qui connaissent également la douleur ou dont vous appréciez l'amitié. Que le Dieu de tendresse vous donne l'apaisement auquel vous aspirez !

Par Bernard (Bruxelles) 8 juin 2017 à 13 h 53

Bonjour Monette,
heureuse de vous retrouvez aussi, je suis aussi dans votre petite arche,ou je peux ouvrir un peu,une toute petite fenêtre, qui nous éclaira, surment par l'esprit, je le demande pour vous est pour touse,courage, sa fait du bien de ce retrouver, ensemble, même dans le silence, je vous embrasse fraternellement

Par brig 8 juin 2017 à 15 h 54

apprendre chaque jour de notre vie a trouver le chemin

la comparaison pour moi avec l'hiver pour le repos et le temps de méditation

le printemps surgies et épanouie merveille de la nature du Créateur

Dieu de l'univers joie espérance paix pour notre monde

Par albatre 8 juin 2017 à 9 h 21 Répondre à ce commentaire

Merci Augustin pour ce passage de la Bible, qui nous montre aussi ce que peut être une résurrection
: la mer qui noie nos problèmes humains pour ne garder que l'essentiel, ce qu'a choisi Dieu pour Noé.
Merci pour l'aspect poétique que tu as su donner à une évocation, qui parait si banale à nos yeux.
Merci de nous rappeler l'aspect écologique, la sauvegarde des espèces , humains compris.
Merci aussi de nous avoir appris à Strasbourg comment faire oraison, même en grand comité

Par pierron 8 juin 2017 à 9 h 18 Répondre à ce commentaire

Quel texte magnifique! « Il a asséché la terre qui pleurait son exil». Cette phrase remplie de compassion et d'espérance me rejoint dans mes deuils, petits et grands. Je vous remercie d'avoir publié cette méditation. Le lecteur rend justice à la beauté de chacune des paroles. Merci!

Par Burelle Rose 8 juin 2017 à 5 h 12 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation qui ravive l'espoir d'une vie en paix et joyeuse pour tous. Sans exclus, sans affamés, tous frères,fils d'un même père.

Par Carmen 8 juin 2017 à 4 h 01 Répondre à ce commentaire

Dieu se souvient de Noé de toutes les bêtes, il calme l'eau, avec son souffle la pluie s'arrête...Dieu donne un autre lieu de vie et de paix à l'homme, une nouvelle création renaît....Seigneur aide nous à prendre soin de ta création, et respecter tes commandements d'Amour ...Amen !!! merci pour cette très belle méditation !!!

Par honoré marie-noëlle 8 juin 2017 à 0 h 14 Répondre à ce commentaire

La pluie comme le soleil est nécessaire pour croître.
Mais la pluie comme le soleil n'ont plus aucun impact sur celui qui est mort. Et plus rien ne l'empêche d'être lui-même simplement, chaque jour, à chaque instant...

Par PDT 7 juin 2017 à 23 h 10 Répondre à ce commentaire

Lecture qui apaise et pleine d'espérance.....merci pour ces deux beaux textes sur une terre fragilisée et des vivants qui doutent parfois...

Par Michel Pouvatchy 7 juin 2017 à 22 h 18 Répondre à ce commentaire

Merci cher frère Marie-Augustin pour votre belle méditation, elle nous redonne confiance.
Confiance en Dieu et en l'homme, malgré le mal qu'il peut faire.
L'homme crée le désordre, détruit la création par le gaspillage, la cruauté envers ses semblables.
Que de déluges avons-nous traversé ne serai-ce qu'en ce dernier siècle. Que d'hommes, d'enfants de femmes ont été engloutis, détruits dans le déluge de la méchanceté de l'homme. Que de larmes ont été versées, que de sang innocent a abreuvé, inondé la terre. Est-ce la volonté du Créateur ? Lui qui a créé l'homme pour une existence impérissable ?
L'homme détruit, abîme, Dieu restaure, relève, remet debout.Il faut croire que tout peut recommencer que la Sagesse l'emportera sur la folie meurtrière.
Que de symboles dans ce texte : le souffle que le Seigneur Dieu insuffla pour donner vie à l'homme qu'il a créé, la colombe messagère de paix, pour un monde nouveau, une nouvelle création qu'il faut préserver, entretenir.

Par Marie Jeanne 7 juin 2017 à 22 h 12 Répondre à ce commentaire

Chère Marie Jeanne,
Comme toujours, tu as les paroles du bon sens, de la responsabilisation, de la foi lucide, de la compassion. Et tu perçois toute la force poétique et spirituelle de cette épopée de Noé, fidèle à sa croyance et à sa détermination, au diapason du Dieu de toute tendresse, bien loin des attributs vindicatifs que l'Ancien Testament prête au Créateur. Merci !

Par Bernard (Bruxelles) 7 juin 2017 à 22 h 35

Merci, chère Marie-Jeanne pour ce commentaire qui dit tout!
Qui remet bien à sa place, la responsabilité des hommes et l'Amour sans fin de Dieu!

Belle continuation!

Par Emma 8 juin 2017 à 9 h 13

Merci Marie-Jeanne de penser à moi et notre Sélia, oui comme le dit le frêre, le Seigneur à pensé à Noé et pense à chacun de nous (c'est moi qui l'ajoute) car notre Sélia est enfin dans un institut qui lui convient, merci à vous toutes qui nous avez confié au Seigneur. Je lis tous les jours la méditation et vous remercie tous pour vos interventions qui disent si bien ce que je médite à partir du texte proposé, je prie pour vous toutes qui souffrent et vos noms sont dans ma tête, amicalement, Kat

Par Kat namur 8 juin 2017 à 14 h 24

Merci pour ce beau texte !
Que le temps est long sous la pluie, quand nous déambulons dans la vallée de larmes, la vallée des ombres de la mort. toute la création gémit, en attendant le salut.
Ce texte donne beaucoup d'Espérance.
Merci.

Par Antoinette 7 juin 2017 à 21 h 03 Répondre à ce commentaire

c'est très beau, ça m'apprend à lire le texte autrement

Par nathalie 7 juin 2017 à 20 h 41 Répondre à ce commentaire

c'est magnifique!!! on l'écouterait plusieurs fois.
Merci à vous qui nous aider à grandir dans la foi.

Par Jeanne Marie 7 juin 2017 à 19 h 45 Répondre à ce commentaire

Merci c'est très beau!

Par RIVAL Yveline 7 juin 2017 à 19 h 23 Répondre à ce commentaire

C'est magnifique, Frère Marie-Augustin, et tellement réel! Ce temps de méditation retrouvé est une bénédiction.

Par Brigitte 7 juin 2017 à 18 h 59 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce temps où je me pause pour vous écouter.
Certes la peur est là présente... il faut un peu de temps et beaucoup de silence.
c'est ce que devrait faire les journalistes. Chercher des solutions au lieu de tout détruire.
Que les fruits de l'Esprit nous réconfortent...la Colombe arrive.
Elise

Par SUNYACH Gilberte 7 juin 2017 à 18 h 51 Répondre à ce commentaire

Que votre méditation est belle ! Vous nous faites vivre ce moment par le réalisme de votre récit..
De tout cœur MERCI.

Par Fauvette 7 juin 2017 à 17 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci très intéressant de connaître l'histoire sainte. Je pars à FATIMA. Je prierai pour votre cté qui fait du bien.Jeannine

Par Leon Jeannine 7 juin 2017 à 16 h 47 Répondre à ce commentaire

Quelle joie de retrouver «Marche dans la Bible»! Je vous en remercie de tout Coeur.
Eh oui, le Seigneur veille sur nous. Il nous accompagne sans cesse. Apprenons
à Lui faire confiance.
Gisèle

Par Gisèle Losier 7 juin 2017 à 16 h 25 Répondre à ce commentaire

HYMNE : O TOI, L'AU-DELÀ DE TOUT
Grégoire de Nazianze — Aubier

O toi, l'au-delà de tout,
n'est-ce pas là tout ce qu'on peut chanter de toi ?
Quelle hymne te dira, quel langage ?
Aucun mot ne t'exprime.
A quoi l'esprit s'attachera-t-il ?
Tu dépasses toute intelligence.
Seul, tu es indicible,
car tout ce qui se dit est sorti de toi.
Seul, tu es inconnaissable,
car tout ce qui se pense est sorti de toi.
Tous les êtres,
ceux qui parlent et ceux qui sont muets,
te proclament.
Tous les êtres,
ceux qui pensent et ceux qui n'ont point la pensée,
te rendent hommage.
Le désir universel,
l'universel gémissement tend vers toi.
Tout ce qui est te prie,
et vers toi tout être qui pense ton univers
fait monter une hymne de silence.
Tout ce qui demeure demeure par toi ;
par toi subsiste l'universel mouvement.
De tous les êtres tu es la fin ;
tu es tout être, et tu n'en es aucun.
Tu n'es pas un seul être,
tu n'es pas leur ensemble.
Tu as tous les noms, et comment te nommerai-je,
toi le seul qu'on ne peut nommer?
Quel esprit céleste pourra pénétrer les nuées
qui couvrent le ciel même?
Prends pitié,
Ô toi, l'au-delà de tout,
n'est-ce pas tout ce qu'on peut chanter de toi?

Par Hymne 7 juin 2017 à 16 h 21 Répondre à ce commentaire

Et si nous regardions la réalité en face, c'est-à-dire que nous acceptions que l'intelligence humaine, si grande soit celle des scientifiques, n'est pas plus grande que celle d'une fourmi, par rapport à celle de Dieu.
Ce texte est une fable destinée à nous faire réfléchir.
Dans sa grande miséricorde, malgré toute la méchanceté qui régnait sur la terre, Dieu a sauvé l'essentiel pour une régénération future. Son plus grand miracle est que tous ces êtres vivants confinés si longtemps dans un espace étroit et sombre soient restés en paix. Ils sont sortis tranquillement lorsque Noé à ouvert les portes de l'arche.

Par DELORME Marie 7 juin 2017 à 16 h 06 Répondre à ce commentaire

Permettez-moi d'intervenir, Marie. Nulle part dans le récit de l'arche, il est écrit ce que vous supposez :

"que tous ces êtres vivants confinés si longtemps dans un espace étroit et sombre soient restés en paix. Ils sont sortis tranquillement lorsque Noé à ouvert les portes de l'arche".

Et le plus grand miracle, n'est-ce pas celui de la VIE qui continue malgré et au-delà des destructions ?

Par Esperanza 7 juin 2017 à 18 h 02

Premier pas,
Dieu ne cesse d'accompagner le monde tel qu'il est,l'arche n'est pas le lieu d'une re-crèation mais plutôt celui d'un nouveau départ, de tous les nouveaux départ
j'aime de pensée a ce beau geste magnifique de Dieu fermant la porte de l'arche une fois que tout le monde est entré Dieu faisant monter les impurs que je suis tous dans cette arche a l'abri dans l'espérance c'est le message de la bible Dieu ne désespère jamais de nous il ne nous rejette pas malgré toutes les raisons qu'il aurait de le faire.mais il dépose les armes du châtiment et ouvre pour chacun de nous une fenêtre sur un avenir tout autre celui d'une humanité nouvelle, il nous parle désormais avec la colombe que j'aimerais suivre dans la paix un nouveau départ pourtout nos frères et soeurs
Mais ce matin,plongée dans un tunnel de IRM pendant une heure quinze,a recommencé, pradon car j'ai perdu confiance, je priée que sa en finisse enfin la peur m'envahit, le résultat n'était pas bon,mais puis tout devenait plus clair une paix retrouvez
A quoi suis je plus attaché? est ce que je vis avec l'attitude de perdre ma vie un peu plus chaque jour,en me détachant de beaucoup de choses inutile afin d'avoir plus de liberté pour aimer,servir,?attend tu cela de moi!que cela soit mon souci majeur! sans crainte
seigneur pour être sauvé dans mon arche dirige mon coeur selon ta volonté
"Je désire ce que vous voulez parce que vous le voulez,de la façon dont vous le voulez,du moment que vous le voulez "prière

Par brig 7 juin 2017 à 15 h 41 Répondre à ce commentaire

Prière du Pape Clément 6"
je tient de tout mon coeur de vous dire un grand merci a chacun de vous pour tout votre soutien est vos petits mots de gentillesse, dans la méditation du 5 juin, je ne cite pas les noms de peur dans oublié, prier bien pour moi,est moi pour vous touse,mon combat malheureusement continue, une nouvelle tumeur a été découvert, je serais hospitalisée pour quelques jours, dans quelques semaines, la semaine prochaine d'autre examens, pour prendre la décision, mais grâce a toute vos prières le morale et le sourire sont toujours O rendez -vous,heureuse d'être toujours parmi vous et le christ, je remercie aussi nos frères et soeurs dominicains de leurs accompagnement. ..votre petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 7 juin 2017 à 16 h 06

Face à votre témoignage, chère Brig, je ne sais que dire sinon un immense merci à vous, à Dieu, pour ce que vous êtes. Je vous sens proche du cœur de Celui qui vous anime, si je puis m'exprimer ainsi. Vous êtes un soutien pour tous ceux qui se débattent dans des situations difficiles. Je vous garde dans ma prière.

Par Esperanza 7 juin 2017 à 16 h 42

Chère Brig,

Je suis très touchée par votre message et vous porte dans mon coeur. Votre maladie vous oblige à vous détacher de beaucoup de choses et à vivre dans un univers plus restreint.
Vous êtes plus disponible à ce qui est essentiel dans notre vie. Vous percevez doucement les fleurs de la grâce.

Puissiez vous faire confiance quel que soit le chemin que Dieu tracera pour vous. Je vous assure de mes prières.

Lise

Par Lise 7 juin 2017 à 17 h 08

Oui Brig , comme l'écrit Esperanza ;
je vous admire pour votre foi , et votre témoignage , et je ne peux que prier pour vous , car dans toutes les réalités , celle
que vous partagez , est meurtrissante car elle touche tout un chacun dans cette union qu'est la communion fraternelle .
Il me revient que Le Seigneur te bénisse , te garde , quand à luire sa Face et qu'Il vous accorde sa grâce , je crois que vous
en êtes le reflet , et je suis certaine qu'Il y a longtemps que son amour est sur vous , dans cette paix que le Christ nous
donne en partage , qui n'est qu'amour et espérance .Comme vous l'écrivez si bien des petits serviteurs de la miséricorde .
Je suis invisible et pourtant j'existe , ainsi que tant d'autres , dans un seul coeur , celui de Jésus et de Marie unis .

Par fred 7 juin 2017 à 17 h 53

Bonsoir chère Brig
Je suis très heureuse de vous retrouver parmi nous et comme tant d'autres je vous admire pour votre grande foi et votre très grand courage.
Sachez que vous êtes tous les jours dans ma prière et plus spécialement le Mardi quand je vais au chapelet puisque dans ma petite phrase avant de commencer à réciter le chapelet je dis: ce soir prions pour tous les malades.
Je pense bien à vous et ne vous oublie pas. Je me permets de vous embrasser bien fraternellement.

Que notre Seigneur Jésus- Christ et sa Maman notre très Sainte Vierge Marie vous bénissent et vous gardent. Marie-Agnès.

Par MARIE-AGNES 7 juin 2017 à 19 h 57

Chère Brig, je lis à retardement votre message, soyez assurée de mes prières très fraternelles.

Seigneur, nous Te confions notre sœur Brig, veille sur elle, soutiens-là, fortifie-la, guéris-la, nous Te le demandons bien humblement.

Marie, avec tous les saints et les anges, intercède pour notre sœur Brig. Amen

Par MARIE 7 juin 2017 à 20 h 36

Bien chère Brig,
Je reviens d'une réunion de préparation liturgique, en vue de la messe du 2 juillet prochain. Il est question dans l'évangile de ce jour d'accepter de porter sa croix. Vous le faites avec un engagement extraordinaire, c'est une grande leçon pour celles et ceux qui découvrent, émerveillés, combien vous avez le souci de garder votre cœur accueillant à la souffrance d'autrui, alors que la maladie vous accable. Courage, chère Brig, l'Esprit Saint vous donnera les forces requises au moment où vous en aurez besoin, telle est la foi qui nous rassemble. Soyez mille fois bénie pour votre personne bienveillante, que nous aimons.

Par Bernard (Bruxelles) 7 juin 2017 à 21 h 42

Très chère Brig, que ta foi est grande, quel exemple tu es pour nous. Ta confiance en Dieu est indéfectible malgré toutes ces souffrances que tu endures depuis des années.
Merci chère petite soeur pour ton courage, ta ténacité.
Que le Seigneur te bénisse et te soutienne dans cette nouvelle épreuve. Je te porte dans ma prière quotidienne depuis des années, ainsi que tous nos frères et soeurs qui nous ont fait part de leurs souffrances.
Je pense à Monette, à Kat et sa petite fille Sélia.

Je t'embrasse très affectueusement

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 7 juin 2017 à 22 h 44

Encore un tres grand merci,mais si je témoigne encore aujourd'hui, c'est surtout pas pour moi,tout simplement, mais pour dire,que nous pouvons être portée, les un pour les autres, si nous ne pouvons plus prié, du a un découragement, on peu passé, le relais, le seigneur ne demande rien,un simple regard suffit, plein d'amour,une main tendue,un cri plein de tendresse, j'espère que je me fait bien comprendre, que mon cri a moi,parfois un peu difficile peu être a comprendre, c'est de données encore un peu courage,d'espérance, car rien n'ai perdu,quand on ce crois perdu,car avec le christ tout est déjà gagné, car il et amour pour chacun de nous,...que le seigneur vous bénisse par une douce nuit

Par brig 8 juin 2017 à 0 h 12

Pensées et prières pour vous, chère Brig, et pour tous ceux qui souffrent.
Puissions-nous, à marcher ensemble, à marcher avec Dieu, alléger un peu le fardeau de tous.

Par Audrey 8 juin 2017 à 7 h 25

que le Seigneur irrigue nos terres assechées. Que le soleil réchauffe nos coeurs endurcis.Toi mon Dieu qui peut tout écoute nos prières. Exauce nous.redonne nous force et courage dans nos détresses ,notre misère.Amen.Alléluia!!!!
Valérie

Par legay valerie 7 juin 2017 à 15 h 29 Répondre à ce commentaire

Oui, c'est vrai que petit d'homme doit apprendre à marcher et cela dure plus d'une année...
Alors que le petit animal marche quelques instants après sa naissance...
Mais l'homme sait il bien marcher ? Sait il suivre le BON chemin, celui que Dieu lui indique à suivre tout en lui laissant toute liberté de faire ou non un bout de chemin avec Lui...
Et quand on arrive comme moi au bout du chemin on regarde les traces et les pas laissés derrière soi...
Qu'y voit on ? Que remarque t on ???
Dieu prends pitié de moi, pauvre pêcheur !!!

Par Cl@udio 7 juin 2017 à 15 h 26 Répondre à ce commentaire

Je suis très heureuse de pouvoir à nouveau suivre les textes et les méditations. Union de prières avec tous les contributeurs, et un grand merci à chacun.

Par MARIE 7 juin 2017 à 14 h 49 Répondre à ce commentaire

Cette parabole me ravie

Par GARCIA Marie Cosuelo 7 juin 2017 à 13 h 57 Répondre à ce commentaire

Sachons trouver notre colombe qui nous guidera vers la vérité. Une prière à l'Esprit Saint éloignera les illusions ou illusionnistes;des personnes de gros bon sens se présenteront sur notre chemin. Peut-être y trouverons-nous l.'ordre et l'harmonie. Prions!

Par Denise Brouillette 7 juin 2017 à 13 h 39 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Oui Nicole je partage votre commentaire : Quand on rentre dans une vie nouvelle il faut garder confiance, espérance et le tout avec patience. Je veux croire que le déluge qui s'abat sur moi va s'arrêter.....dans combien de temps, Dieu seul le sait, je veux y croire mais ma fragilité humaine me laisse inconsolable. Que la paix revienne dans mon cœur et dans celui de ceux qui sont dans le désespoir. Merci mon Dieu d'entendre mon cri !
Marie

Par KERMARREC 7 juin 2017 à 13 h 24 Répondre à ce commentaire

Moi aussi je me réjouis de vous retrouver dans une méditation et des commentaires qui m'aident à vivre en chrétienne ou du moins à essayer .

Par Françoise 7 juin 2017 à 13 h 20 Répondre à ce commentaire

Merci de cette belle méditation. Ce qui me frappe plus particulièrement, c'est le parallèle entre ce temps dans la noirceur de l'arche et le temps de gestation pour qu'advienne la naissance. C'est la création qui va renaître comme renaît notre vie à tous les matins.

Par Carmelle Dugas 7 juin 2017 à 13 h 13 Répondre à ce commentaire

Magnifique méditation de Frère Marie-Augustin, que je remercie de tirer d'une situation scandaleuse des enseignements de paix, de confiance, de réaction courageuse face aux tribulations, d'engagement au service de la préservation de l'équilibre naturel et de l'environnement.
Mais comme je comprends Blandine et penelope, qui s'interrogent à propos de cette "punition de Dieu" !
C'est la manière dont l'Ancien Testament relate les prétendues tergiversations de Dieu qui fait scandale, et on a beau chanter la miséricorde divine, si elle fait suite à une punition démesurée, elle est en porte-à-faux par rapport à l'enseignement qui nous viendra des Évangiles. Pardon, chère Antoinette, et d'autres, qui cherchez à défendre ces écrits controversés : présenter un Dieu bon, puis bourreau, qui enfin se repent d'avoir eu la main lourde, c'est juste digne d'un conte de Perrault, et totalement dénué de crédibilité théologique.

Par Bernard (Bruxelles) 7 juin 2017 à 12 h 57 Répondre à ce commentaire

J'aime bien ce commentaire, le déluge est très près d'un conte de Perreault.
Nous pouvons en tirer un enseignement, un peu comme on le fait d'une fable .
Y voir une nouvelle naissance est intéressant.

Qu'est-ce qui est du conte et qu'est-ce qui est vérité historique ou simplement possible dans ce passage de la Genèse? J'aimerais que l'on démêle tout ça, merci .

Il y a beaucoup de symboles : l'eau, la barques, la colombe, le rameau d'oliviers, Il serait intéressant de les expliquer .

Jacques, ( Québec)

Par Jacques 7 juin 2017 à 14 h 09

Bernard, vous avez vraiment une dent contre le Dieu de l'Ancien Testament ! Mais ce qui est intéressant dans celui-ci, c'est que justement, on voit déjà l'émergence d'une spiritualité nouvelle. On passe d'une vision de Dieu justicier (punissant les méchants et récompensant les bons), basée sur un rapport de pouvoir, à une conception beaucoup plus large d'un Dieu faisant confiance aux hommes, parce qu'il les aime. Les gens d'autrefois étaient exactement comme maintenant : ils craignaient et désiraient à la fois l'intervention d'une justice divine , lorsqu'ils se sentaient impuissants. Cette histoire de Noë montre l'abandon de cette conception primitive, elle est le prémisse de l'histoire de Jésus: .

Par Antoinette G 7 juin 2017 à 19 h 54

Chère Antoinette,
Dieu me garde d'avoir une dent contre Lui. Mais, en effet, si je Le rencontre dans l'Ancien Testament, c'est dans quelques psaumes ou quelques versets isolés, jamais quand d'antiques porte-parole autoproclamés ont l'outrecuidance de lui prêter des intentions sanguinaires.
"Le Déluge n'a eu lieu qu'une fois", êtes-vous heureuse de répondre à Blandine dans un autre message. Mais pouvez-vous vous rendre compte que c'est une fois de trop si nous croyons en un Dieu incarnant au plus haut point la miséricorde et l'amour ? Si Dieu est celui qui se fend d'une promesse d'alliance après avoir massacré la quasi-totalité des êtres vivants, je ne veux décidément pas de cette idole faite à l'image de l'homme pervers, revanchard puis bourrelé de remords. C'est l'humanité qui s'est détruite elle-même à toutes les époques, avec chaque fois des hommes justes, tel Noé, qui ont écouté leur conscience pour sauver ce qui pouvait l'être. Mais assez de cette injure qu'on fait chaque fois au Dieu d'amour quand on Lui prête nos pires instincts belliqueux.
Vous ajoutez très justement, mais dans une tout autre intention : "qui sommes nous pour penser [à la] place [de Dieu] ?" Mais c'est, hélas, ce que font les scribes de l'Ancien Testament, et ce sont leurs textes qu'on nous assène dans les liturgies en nous demandant, le comble, d'entériner de telles dérives par l'acclamation "Parole du Seigneur". Décidément, les petits frondeurs ont bien du boulot pour terrasser tous les Goliath !

Par Bernard (Bruxelles) 7 juin 2017 à 22 h 07

Comme on se retrouve cher Bernard !
Je viens de lire ton message, merci. Nous avons de nombreux points communs concernant l'Ancien Testament, qu'il ne faut pas prendre à la lettre car les hommes qui l'ont écrit ont fait le portrait de Dieu à leur image. Le Dieu que j'aime est miséricordieux, patient, lent à la colère et plein d'amour.
Qu'Il soit béni pour les siècles des siècles.

Bonne et douce nuit à tous
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 7 juin 2017 à 23 h 09

Interpellée par ce message qui parle de patience, persévérance et de confiance quand vient le moment de faire face à la vie nouvelle, la terre promise. Mais aussi de la fidélité de notre Dieu qui accomplit ce qu'il a promis.

Par Nicole 7 juin 2017 à 12 h 30 Répondre à ce commentaire

Dieu condamne et punit... le déluge !
Mais il sauve la vie de chaque espèce y compris nous pauvres humains.
Mais il punit quand même... ou il repare...
il "jette" le mauvais et garde le juste...
mais vu parfois le nombre d'innocents qui trinquent face aux monstres.. je me dis "mais qui donc enfin arrêtera Le bras du bourreau" ?
Dans les tsunamis, les cyclones, les ras de marée.... combien de justes victimes ?
Quelque part, je ne me satisfais pas du tout des explications sur ce mystère du mal, parce que je lui en veux à Dieu... est ce une faute que de vouloir comprendre ?
et ce "mystère" du mal n'est à mon sens, d'une utilité toute relative...

Par Blandine 7 juin 2017 à 12 h 14 Répondre à ce commentaire

Blandine, mais non, justement, ce qui est montré dans cette histoire de Noë, c'est l'évolution de notre conception de Dieu. Regardez les partages de Mamoune, Emma, Paul...Depuis Noë, ce ne sont pas les hommes qui ont changé, vu tout ce qui s'est passé, si lui était un homme juste, ses descendants ne lui ont pas tous ressemblé ! Donc, le déluge n'a pas servi à améliorer l'humanité !
Ce qui est en jeu, c'est la tentation de l'ordre moral : au nom de l'idée que nous nous faisons de Dieu (ou du bien universel), éliminons sans scrupules tout ce qui semble s'y opposer, mais qui, en réalité, ne fait que gêner nos intérets. Au cours de l'Histoire, les exemples foisonnent, que ce soit dans les rapports des hommes entre eux ou des hommes par rapport à la nature : sus aux nuisibles ! D'où les massacres en tout genre, directs ou indirects.
Le Déluge n'a eu lieu qu'une fois, c'est à dire qu'il est mis fin, définitivement, à cette croyance aux vertus de l'épuration de la race. Si Dieu même y a renoncé, (car il est celui qui fait briller le soleil et tomber la pluie sur les bons comme sur les méchants), qui sommes nous pour penser à sa place ?
Il y a un parallèle à faire avec l'histoire de Jésus : comme dit St Paul, il n'est mort qu'une fois pour le salut définitif de l'humanité. Comme la création renaissant après le Déluge, Jésus renaît dans le coeur de chaque homme de bonne volonté, acceptant sa responsabilité de co-créateur du monde pour la paix et la joie.

Par Antoinette G 7 juin 2017 à 14 h 47

Blandine, votre questionnement est bien compréhensible! cependant, je ne "vois" pas Dieu dans le tsunami, ni dans l'ouragan qui tue les gens...comment un Dieu tout Amour serait- t-il dans la violence? la mort? alors qu'IL est le Dieu des vivants? qu'Il veut pour nous la Vie en abondance? les dérèglements climatiques sont du fait des humains...nous sommes co-auteurs du bien de notre planète...Je "sens" Dieu dans la douceur des relations réussies...dans le partage...dans la lutte contre la détérioration de la terre...bref, là où il y a la paix, le pardon, le partage, la joie...je "vois" Dieu...Au-delà des guerres et de la haine...au-delà de tout ce qui nous enchaîne...il y a cette Présence bienveillante, dans le silence, qui devient l'Amour dans le monde, quand Sa Lumière nous inonde!
Voilà chère Blandine, ce que je voulais vous partager, fraternellement.
Quant à la question du "mystère"...aurons-nous assez d'une vie pour essayer d'entendre
ce que nous devons écouter au creux de nous?

Par Emma 7 juin 2017 à 14 h 51

Merci à toutes les deux.
Je voulais seulement dire que devant les monstruosités faites aux victimes, l'histoire en est pleine, qui a donc arrêté le bras du bourreau ? Ce n'est pas faute sans doute d'avoir imploré Dieu, je pense... Alors pourquoi ?

Par Blandine 7 juin 2017 à 19 h 39

Bonsoir Blandine,
Je découvre votre message avec ses 2 questions:
"qui arrêtera le bras du bourreau"? uniquement lui-même quand un travail intérieur lui aura permis de se comprendre lui-même...pour désirer changer...lui seul peut le faire...on ne peut pas "faire traverser l'aveugle qui n'a rien demandé", dit un proverbe...

" implorer Dieu"? vous voulez parler de la prière? et de la prière non entendue par Dieu?
là encore, si celui qui découvre le mal en lui et prie d'être aidé, il sera entendu, non?
vous voyez sans doute où je veux en venir? à cette fameuse liberté de l'homme: n'est-il pas dit sans arrêt: "si tu veux..." ?Personne ne peut obliger quelqu'un à changer de regard...de direction...de vie...de cœur...sachons surtout regarder notre cœur avant celui des autres...si nous changeons, autour de nous des choses changeront...Ne le croyez-vous pas Blandine? et là, le travail nous incombe, lentement, patiemment...

Par Emma 7 juin 2017 à 21 h 27

Le souffle de Dieu !
L'Esprit de Dieu repose sur moi : tout naturellement je pense à Jésus :La bonne nouvelle .
Donc au Sacré , je ne sais pas quel chiffre est le plus sacré , j'avoue que quel que soit la
symbolique , Je pense qu'ils soient tous Un . Comme je suis dans le Père.
C'est Jésus qui est le Verbe fait chair , donc les écritures nous montre , nous exhorte à comprendre
que Dieu est le Dieu des vivants , et non des morts .Le déluge , peut dans nos vies nous apporter
un nouveau souffle ; celui de L' Esprit Saint , c'est dire Dieu est amour , miséricorde .Jésus est le
Pain de vie , 'au pied de la croix se tenait Marie , sommes -nous tous solidaire ?
pour partager , veiller , sur Ce Pain de vie ...qui nous donne une nouvelle naissance , dans l'espérance
que Jésus nous montre :Celui qui croit en moi , aura la vie éternelle !
Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu , et la colombe revient comme une prière exaucée .

Par fred 7 juin 2017 à 11 h 35 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau texte ....tous les jours ça donne un peu de réconfort de vous écouter....prions....

Par fallone 7 juin 2017 à 11 h 26 Répondre à ce commentaire

on nous dit, et on pense que Dieu et miséricordieux et lent à la colère; pourtant la bible nous montre que parfois il a puni, comme là le déluge, il a puni aussi dans le crime Abel; nous le prions toujours pour qu'il ramène la paix dans le monde et l'on se dit qu'il ne pourra pas sévir contre ceux qui sèment la mort et la désolation dans certains pays, ceux qui tuent sans raison les chrétiens fidèles à l'église; j'écoutais l'autre jour sur une radio chrétienne les paroles de Jésus,il n'est pas venu pour abolir les commandements de son père mais pour les mettre en pratique, que celui qui faisait le mal devait être puni pour ce qu'il avait fait; ce récit que nous venons de lire prouve bien qu'il faut du temps pour que les choses se fassent, que la paix se fera peut-être mais que nous ne pouvons savoir le jour et l'heure?

Par penelope 7 juin 2017 à 11 h 17 Répondre à ce commentaire

Quel beau message, actuellement nous avons besoin de paix, de tolérance

Par DESEVEDAVY 7 juin 2017 à 11 h 08 Répondre à ce commentaire

C'est la voix parfaitement claire ,la diction de frère Marie- Augustin qui m'invitent à faire le chemin infini de l'Arche de Noé , la colombe , les pas chancelants de TH.Pesquet de retour des étoiles.... ET DES surpris de la violence .... PARTOUT DANS le monde.... QUE L'ESPRIT SOUFFLE !! PRIONS!

Par marguerite 7 juin 2017 à 11 h 06 Répondre à ce commentaire

De cette méditation, je retiens 2 choses. D'abord les chiffres symboliques (7 mois, 40 jours et 2fois 2 semaines) qui équivalent à une gestation: l'enfantement d'une création nouvelle, Noé étant présenté comme le nouvel Adam, et préfigurant Jésus, le Sauveur du monde. 2ème symbole: la colombe avec son brin d'olivier, représentant la paix voulue par Dieu pour nous. Si on regarde ce qui se passe aujourd'hui, cette paix se fait encore attendre... Pourtant elle est bien là quand de jeunes Palestiniens et Juifs s'unissent pour la prêcher autour d'eux.... Quand les parents de victimes d'attentats terroristes clament que les bourreaux "n'auront pas leur haine" ou prêchent pour un "djihad d' amour"!... Quand 2 frères fâchés pour une question d'héritage, se reparlent... Quand je fais le 1er pas pour me rapprocher de ce voisin qui m'en veut.... Esprit Saint vient en nos cœurs apporter la Paix, la Joie!

Par Mamoune 7 juin 2017 à 10 h 07 Répondre à ce commentaire

Comme cette méditation est encourageante ! Merci !

Par Jacqueline 7 juin 2017 à 10 h 04 Répondre à ce commentaire

"Dieu se souvint de Noé"! voilà une belle et bonne nouvelle! Dieu, Père, Fils, Esprit, se souvient de chacun de ses enfants! nous ne sommes jamais seuls, abandonnés à notre triste sort , quand celui-ci surgit dans nos vies! Se souvenir que nous avons un Père vers qui nous tourner...un Frère, son Fils, en qui trouver la Parole de vie! et croire que son Esprit agit en nous, autour de nous, envers et contre tout! Oui! l'Esprit souffle encore aujourd'hui et si nous prenons le temps , chaque soir, de chercher et trouver comment Il a agit, nous trouvons!
"Cherchez et vous trouverez"!
Merci pour cette belle méditation, frère Marie-Augustin, qui nous parle de patience, de foi en une vie renouvelée!

Par Emma 7 juin 2017 à 9 h 34 Répondre à ce commentaire

L'Esprit de Dieu, le Paraclet,le consolateur, le defenseur plane sur les eaux qui s'etendent à l'infini . Il ne cesse de planer sur nos propres "eaux", les eaux du doute , des difficultes ,laissons le penetrer en nos coeurs imbiber nos consciences, emplir nos ames et nous RE-nouveler . En union de priere avec tous

Par buchin domi 7 juin 2017 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

Réponse à Audrey 19 mai 2017

Quelle belle réflexion, c'est un très beau texte.

Par Tamara 7 juin 2017 à 9 h 18 Répondre à ce commentaire

" L'Esprit de Dieu planait sur les eaux ".

Noé est prudent, il envoie La Colombe en émissaire. Avant de fouler cette terre renouvelée.
La Colombe revient avec un rameau d'Olivier, symbole de Paix.
Dieu nous appelle à vivre en Paix.
Retrouver une terre ferme et belle, prête à être moissonner.
Que l'Esprit Saint, survole nos âmes et nos cœurs, et, y sème "La Parole de Dieu".

Par Tamara 7 juin 2017 à 9 h 10 Répondre à ce commentaire

Bonjour . Suis ravie de vous retrouver. Les textes sont magnifiquement lus. Merci

Par Francoise 7 juin 2017 à 8 h 50 Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour ces très beaux textes d'espoirs notre seigneur Jésus est toujours près de nous pour nous sauver et nous encourager

Par Claude 7 juin 2017 à 8 h 32 Répondre à ce commentaire

Merci Antoinette. (19 mai 09h48 ... ?).
" ... les coupables disparaissent , mais l'humanité est sauvée par un juste.... Dans le nouveau Testament, c'est plutôt l'inverse au premier abord : c'est la mort d'un juste qui sauve l'humanité coupable. L'idée commune aux deux Livres est le pardon de Dieu ". Comme vous le dites " au premier abord..."

Permettez-moi d'aller un petit peu plus loin dans cette pensée ... comme sur le chemin d'Emmaüs, tiens ...
J'ai toujours aussi difficile, sur ce blog, à faire l'impasse sur la Présence du Fils.
Pour moi le témoignage essentiel du Fils n'est pas celui de Sa mort.
Mais bien celui de Sa Présence parmi nous, il y a deux mille ans jusqu'à Sa mort.
Et Sa Présence avec nous, maintenant, jusqu'à notre mort.

Pour cela, Il nous a tous invités à vivre au milieu de nous le projet du Père : " Aimez, partagez, pardonnez ".
Et que c'est par Son témoignage parmi nous qu'Il nous a indiqué par où commence la Résurrection.
Par où commencera la nôtre.

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 7 juin 2017 à 7 h 49 Répondre à ce commentaire

J'oubliais ...

Merci, frère Marie Augustin,
pour votre partage plein d'espérance et de consolation,
et qui s'achève par cette si belle proposition :
"...nous arpenterons dans son Royaume la terre des vivants, pour une vie éternelle ".
Elle donne de la paix et le courage pour avancer.
Merci.
Bonne journée.

Par Paul (Belgique) 7 juin 2017 à 9 h 59

Magnifique un très grand merci,que l Esprit Saint continue de vous éclairer!!!!!

Par Dona 7 juin 2017 à 7 h 08 Répondre à ce commentaire

"Mais j'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants" (Ps 26, 13).
"Oui, [le Seigneur] me réserve un lieu sûr au jour du malheur; il me cache au plus secret de sa tente, il m'élève sur le roc." (v.5)
"Et Yahvé ferma la porte sur Noé." (Gn 7,16). "[L]'arche se posa sur les monts d'Ararat."
Si Noé, obéissant à Dieu, a bâti l'arche et l'a peuplée, c'est bien Dieu qui l'y scelle comme en un cocon d'où il ressortira vivant d'une vie nouvelle, vibrant de ses couleurs réelles, éternelles. L'arche, ces jours sans lumière où il paraît si difficile de croire qu'un jour enfin, de nouveau, elle brillera. Malmenée par les flots, sans voir le bout du malheur, dans le noir qui oppresse, les cris et la peur. Les cris, car il n'est pas seul Noé, dans l'arche. C'est tout un monde bruyant, remuant, odorant, qui y est aussi, le monde de tous ceux que sa vie touche qu'il a amené avec lui. Les cris, ceux qui montent de sa chair vers Dieu, en cette traversée interminable.
Mais si la colombe attire notre regard quand elle prend son envol, c'est peut-être oublier que le temps du voyage, elle l'a passé dans l'arche, avec Noé. Dieu a fermé la porte sur Noé, mais son Esprit ne l'a pas quitté. Oui, elle est 'tente du Seigneur', cette arche, et c'est peut-être là, alors qu'il ne peut plus marcher, que Noé, plus que jamais, marche avec le Seigneur. Voir la colombe dans le noir, savoir l'Esprit avec moi, là est l'espoir. La terre des vivants est sa patrie - la terre du Père.
Merci

Par Audrey 7 juin 2017 à 7 h 08 Répondre à ce commentaire

Comme Noé à bord de l'Arche, cette Arche renfermant toute les espèces de la terre, ces graines qui attendent le moment propice, la décrue, la paix, pour se reproduire sainement et repeupler le monde ravagé par l'homme, j'aimerais que tous, nous devenions ce rameau d'olivier. Si tous d'un bon pas pouvions oeuvrer même à un niveau infime pour que la vie renaisse autour de nous (geste écologique, bénévolat, visite au malade, porter secours à quelqu'un dans la mesure de nos compétences, ne pas se détourner d'un sans abris sous prétexte qu'on a rien à donner...) Il y a tant à faire! Je ne veux pas faire la morale mais tout cela je le dis du fond du cœur.
Prions pour marcher dans le chemin de vérité et de vie.

Par Marilou 7 juin 2017 à 7 h 07 Répondre à ce commentaire

notre humanité est en danger
nous sommes nombreux avec le coeur (pur), pour nous relier aux forces de lumiere c'est l'Arche de nos temps.
Je pars aujourd'hui avec cette Arche dans mon coeur
Merci

Par jnc 7 juin 2017 à 7 h 01 Répondre à ce commentaire

Oh! qu'il est beau ce texte et quelle méditation ....... Un grand Merci Frère

Par hembise 7 juin 2017 à 5 h 12 Répondre à ce commentaire

Cette histoire de Noé me fait penser à une parole d'un indien d'Amérique du Nord. Citation de mémoire : "nous avons tout perdu, nos terres, nos bisons, notre liberté..., mais nous avons survécu parce que nous avons conservé nos valeurs dans notre coeur". Autrement dit, il y a des situations où la seule chose qu'ont peut faire, c'est de conserver précieusement la graine, en attendant des circonstances meilleures où elle pourra reprendre racine. C'est ça qui empêche de couler. Je dis cela pour donner de l'espoir et j'espère moi aussi être capable de cet abandon confiant.

Par Antoinette 19 mai 2016 à 23 h 00 Répondre à ce commentaire

Quelqu'un pourrait-il m'éclairer sur la symbolique des jours énumérés dans ce passage ?
En UDP avec toutes et tous;

Par Jean-Louis 19 mai 2016 à 14 h 06 Répondre à ce commentaire

Devenir,colombes et son rameau d'oliviers, transmettre la paix, être porteuse et semeur d'amour,dans nos coeur, et dans notre monde,et que l'esprit de Dieu soit avec nous, petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 19 mai 2016 à 11 h 07 Répondre à ce commentaire

C'est un très beau texte poétique et symbolique. Le délai d'enferment dans l'arche me semble correspondre peu ou prou au temps d'une grossesse.Toutes les civilisations, je crois, ont des mythes retraçant une destruction et une renaissance, le mouvement de la vie. L'ancien doit être détruit pour faire place au nouveau. Qu'est ce qui est spécifique à la Bible ? Peut-être une idée morale : les coupables disparaissent , mais l'humanité est sauvée par un juste. Cela pouvait être une idée dangereuse, conduisant à un élitisme (genre "Témoins de Jéhovah"). Dans le nouveau Testament, c'est plutôt l'inverse au premier abord : c'est la mort d'un juste qui sauve l'humanité coupable. L'idée commune aux deux Livres est le pardon de Dieu. D'ailleurs il s'engage, dans cette histoire de Noë, à ne plus vouloir détruire l'humanité, au nom du bon qu'il a mis en elle, et qui est indestructible. Donc, c'est bien une illustration de la miséricorde de Dieu, qui ne veut pas notre mort, mais notre repentir, l'éloignement du mal qui permet d'accueillir l'Esprit ("Choisis la vie").

Par Antoinette 19 mai 2016 à 9 h 48 Répondre à ce commentaire

Merci bcq de ces commentaires

Par belloni 7 juin 2017 à 5 h 24

Mâle et femelle, tout va par deux dans l'arche dit la Genèse, encore et toujours, mais il n'est qu'une colombe. La colombe et Noé, Noé et l'Esprit. Si couple pour elle il y a, le voici. L'homme, partenaire de l'Esprit. Par deux fois, elle qui plane sur les eaux, revient vers lui, revient à sa main. Et Noé l'accueille auprès de lui, Noé à son écoute. Et Noé reçoit d'elle l'olivier, symbole d'un monde apaisé, mais peut-être bien aussi de cette paix qu'en lui, il lui faut maintenant chercher. Si au troisième envol, la colombe ne revient pas, c'est parce qu'à sa suite, et avec elle, il lui faut maintenant marcher. Briser le cocon de l'arche, libérer la vie qu'il contenait. Elle est à construire, cette vie, cette paix - pour Noé, et pour tout homme. A construire, avec l'Esprit.

Par Audrey 19 mai 2016 à 6 h 32 Répondre à ce commentaire

je me réjouis de cheminer une fois encore avec vous

Par parent.sabine 19 mai 2016 à 0 h 48 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires