Marie-Madeleine

« Elles coururent porter la nouvelle. » Matthieu 28,8

L'apparition à Marie de Magdala

Jean 20, 11-18

Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. » Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »
Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître. Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.

Méditation

précédente

L’apôtre des apôtres

Tous les matins du monde,
Feront-ils oublier ce tombeau de malheur
Dont l'œil noir me fixe à cette heure
Comme une bête immonde ?


Tout à mon deuil et à mes larmes,
Que peuvent pour moi des anges vêtus de blanc ?
Le corps de mon Seigneur absent
Ajoute au deuil un autre drame.


Ne pourrais-je plus avoir ce réconfort ?
Mon cœur dans ma poitrine s'est enfui.
Je désirais pleurer, prendre soin de lui
Et sceller la pierre d'un mort.


Et toi, nouvel Adam dans ce jardin, le sais-tu ?
Où est le corps qui fut emporté ?
D'un geste, montre-moi où tu l'as déposé
Je cherche mon Seigneur qui n'est plus.


« Femme, pourquoi pleures-tu ? »
Mais n'est-ce pas naturel de pleurer lorsque l'on aime  ?
« Qui cherches-tu ? » Mais n'est-ce pas l'évidence même ?
Je cherche celui que l'on appelle Jésus.

Dans un seul mot, j'ai reconnu son amour.
Par mon nom, Marie, Il m'a appelée !
Toute ma vie, par ce mot unique, fut retournée.
Plus les âmes s’aiment, plus leur langage est court.


Jésus se tient là, vivant, devant moi.
Les mêmes plaies, les mêmes yeux.
Vraiment homme et vraiment Dieu.
Il est ressuscité celui que j'ai vu mourir sur la croix.


Êtes-vous troublés par la Résurrection ?
Y pensez-vous le soir ou le matin ?
N'est-elle pour Jésus qu'une heureuse fin ?
Notre histoire ne commence-t-elle pas plutôt pour de bon ?


Levez-vous, allons !
N'ayez pas peur de croire !
Que votre vie change, enfin !, n'est-ce pas une libération ?
Par le Fils, nous recevons du Père l'éternelle adoption.
Priez, aimez et pardonnez afin de Le voir.



Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Tours S. Martin

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

66 commentaires

Par sa Résurrection, Jésus nous assure la Vie éternelle. Nous désirons vivre avec Lui pour toujours.

Par Billas Michel 7 décembre 2016 à 18 h 35 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette fraternité invisible dans la prière partagée avec le soutien reçu par vous
cela me donne tant de courage et de joie - ensemble nous sommes forts dans l'attente de ce Dieu Enfant si fragile
dans la crèche - et dans notre coeur Mode

Par Mode 30 novembre 2016 à 21 h 34 Répondre à ce commentaire

Frère,
Merci pour cette belle méditation; Mon coeur est dans la joie.
Plus je lis l'évangile plus je le savoure et le goûte.
J'espère encore recevoir ces belles méditations.
Union de prière de demeurons dans l'attente d'un Dieu unique.
Thérèse, s.s.s.

Par Thérèse Pelchat 30 novembre 2016 à 17 h 53 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas Burle , pour cette belle méditation , quand on croit en la résurrection de Jésus, il n'y a plus de peur pour nous croyants , ....Rita

Par Rita Giuliani 28 novembre 2016 à 18 h 18 Répondre à ce commentaire

Est-ce parce que ton Corps n'était pas qu'humain, mais Divin depuis sa conception par L'Esprit Saint dans le corps de la Vierge Marie que le tombeau était vide et que simultanément Tu as pus de faire reconnaître par Marie-Madeleine par tes Apôtre et bien d'autres ensuite. C'est ce que ma foi vacillante me suggère..Veux-tu bien Seigneur m'envoyer ton Esprit Créateur pour
conforter ma pauvre Foi Merci Seigneur L.D.

Par dourte léon 28 novembre 2016 à 17 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci à toute la communauté pour ces méditations qui continuent à pétiller au cours des journées, bien après la lecture. Elles éclairent les textes de la Bible et ouvrent des horizons inexplorés de sorte qu'ils deviennent chaque jour davantage audibles et proches. Ensuite, il m'appartient de faire fructifier cet apport.
A cette fin, je m'identifie volontiers à l'image de l'âne utilisée par Audrey hier (27/11 retraite de l'Avent). Plutôt commun, mais solide et déterminé, l'âne dans l'évangile chemine souvent auprès du Seigneur ; suivant sa"démarche, il" essaye d'approcher la "volonté de Dieu". Ainsi guidée par la parole, je parviens certains jours à porter mon bât avec plus d'agilité.

Par Martine-Marie 28 novembre 2016 à 12 h 21 Répondre à ce commentaire

BEAUTE;..... Pleinement Humain pleinement DIVIN!...Merci pour ce magnifique poème.

sr Jeannine.

Par Louis. 27 novembre 2016 à 21 h 25 Répondre à ce commentaire

Quelle merveille ce poème qui nous décrit que le Christ fait jaillir la vie de la mort !!
Quelle merveille quand Son AMOUR transforme notre vie !!
& l’obscurité devient lumière……
Le deuil se transforme en joie …..
Les retrouvailles remplacent l’absence …
L’INVISIBLE , LE voilà bien VISIBLE .
Plus de doute ….. mais confiance & Foi .
« LE CHRIST EST RESSUSCITE . »
Il est en nous & parmi nous …..
Merci frère Nicolas pour ce beau poème
& belle soirée à nous tous !!!

Par Najoi 27 novembre 2016 à 20 h 14 Répondre à ce commentaire

Cher frère Nicolas, merci pour cette méditation profonde et poétique. Absente depuis quelques jours pour subir ma deuxième intervention de la cataracte et mettre mes yeux en veilleuse, comme dit mon frère Bernard, j'ai quand même pris le temps de lire et imprimer vos méditations.
J'aurai tant de choses à dire sur le départ d'un être aimé. D'autres en ont bien parlé; nous avons tous, un jour eut à pleurer, à douter de la bonté de Dieu. Pourquoi ? Avoir du mal à le reconnaître. Où est-il Dieu quand je souffre ? Et Jésus qui a vécu, mangé, bu avec ses disciples , comment se fait-il qu'ils ne le reconnaissent pas ? Il est passé dans une autre dimension, je pense. Marie Madeleine qui l'aimait tant, ne le reconnaîtra que lorsqu'Il l'aura appelé par son nom : Marie. Et les disciples d'Emmaüs quand il a rompu le pain.
Pour le reconnaître, il faut se tenir en éveil, être dans l'attente. Avec ce premier dimanche de l'Avent, soyons vigilants, car nous ne savons pas le jour où Il viendra. Bon Avent à tous ! même si mon message passe un peu tard.

Par Marjeanne 27 novembre 2016 à 19 h 40 Répondre à ce commentaire

Superbe! Très émouvant! Merci!

Par Joëlle Terrace-Sawan 27 novembre 2016 à 19 h 39 Répondre à ce commentaire

Merci, mon Père, pour ce poème que je vais garder avec soin, pour la messe de mon A-Dieu.

Par Lyonyx 27 novembre 2016 à 13 h 57 Répondre à ce commentaire

Prière:
Mes jours sont dans Ta Main , Seigneur ,
j'espère en Toi .
Dieu ma forteresse et mon abri !
Auprès du Seigneur est la grâce ,
le pleine délivrance .
Que le Seigneur qui nous a sauvés
par sa croix
soit pour nous la résurrection et la vie .

Par Source.. 27 novembre 2016 à 8 h 31 Répondre à ce commentaire

Prière sur La Parole de Dieu : De Saint Éphrem le Syrien (306_ 373)


Qui est capable de comprendre toute la richesse d'une seule de tes Paroles , ô Dieu ?
Tu as coloré Ta Parole de multiples beautés pour que chacun de ceux qui la scrutent
puisse contempler ce qu'il aime .Tu as caché en Elle tous tes trésors .
Ta Parole est un arbre de vie qui de toutes parts , nous tend des fruits bénis . Que celui
qui obtient une de ces richesses n'aille pas croire qu'il n y a dans La Parole de Dieu que
ce qu'il y trouve .Incapable d'épuiser Sa richesse qu'il rende grâce pour sa grandeur .
Réjouis-toi par ce que tu es rassasié , mais ne t'attriste pas de ce qui te dépasse .Mieux
vaut que la Source apaise ta soif , plutôt que ta soif épuise la Source . Si ta foi est étanchée
sans que la Source soit tarie , tu pourras y boire quand tu seras assoiffé.Amen

Par Prière sur La Parole de Dieu de St Éphrem 26 novembre 2016 à 19 h 22 Répondre à ce commentaire

Seigneur , Tu as coloré Ta parole de multiples beautés pour que chacun de ceux qui la scrutent puisse contempler ce qu'il aime .
Tu as caché en Elle tous Tes trésors .
Belle soirée à nous tous !!

Par Najoi 26 novembre 2016 à 21 h 18

Ce poème est extraordinaire car il est simple vrai et méditatif.
Il nous dit que Dieu est là, près de nous et qu'il nous accompagne partout. ...Qu'Il est vivant en nous. Alors pourquoi le chercher ? Puisqu'Il est là ! Merci Mon Dieu .

Par Arlette COTTIN 26 novembre 2016 à 19 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas, très beau poème et beaucoup de bonté dans votre voix, merci.
Cette méditation me touche surtout qu'hier, j'assistais à des obsèques, célébrées par des laïques très dévoués, il faut les remercier aussi, car sans eux, avec le manque de prêtres, que ferions-nous?
Et cela rejoint la méditation, "car voilà que celui qui nous a quitté, nous ne le voyons plus, mais, lui sera présent, il veillera sur nous, et lorsque nous franchirons à notre tour, ce passage dans la mort, il sera là pour nous accueillir".
Ce sera donc la vie après la vie. Un bon prêtre me disait souvent:"dommage, je ne pourrai pas revenir te dire comment se sera après ma mort, mais j'espère voir enfin Dieu en face." Je suis sûre qu'il l'a vu.
Que de paroles apaisantes!!
Merci encore pour votre travail sur ce site, et merci aux internautes pour leurs commentaires, toujours riches de partage!
Union de prière, monette.

Par monette 26 novembre 2016 à 14 h 26 Répondre à ce commentaire

Merveilleuse médiation qui me rend cette rencontre inattendue tellement éclairante pour ma vie. Merci Frère.

Par Gerard Prost 26 novembre 2016 à 13 h 27 Répondre à ce commentaire

"Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, mon Dieu et votre Dieu".

Quelle bonne nouvelle, le Christ fait le lien entre Dieu le Père et nous!

Je reprends votre phrase, frère Nicolas, en vous remerciant pour votre méditation:

"Par le Fils, nous recevons du Père l'éternelle adoption".

Seigneur, Père, Fils et Esprit, fais nous Te rencontrer et Aimer comme Tu aimes! Amen.

UDP avec vous tous

Par MARIE 26 novembre 2016 à 10 h 39 Répondre à ce commentaire

Il est des mots qui ne peuvent qu'être poèmes
pour les cœurs emplis de l'espérance de voir un jour
celui qui a ouvert nos tombeaux

Par Pierrik 26 novembre 2016 à 10 h 12 Répondre à ce commentaire

Ce texte que je vient d'entendre est doux et reposant ,il me donne espérance et confiance
Toute ma journee va être remplie de joie.

Par Janou 26 novembre 2016 à 8 h 15 Répondre à ce commentaire

Amen !
La louange , la gloire , la sagesse , l'action de grâces , l'honneur ,
la puissance et la force soient à Notre Dieu , aux siècles des siècles ...Amen
Prions et veillions avec cette certitude .Merci d'être là Seigneur et de nous
offrir Ton Amour ...

Par T 26 novembre 2016 à 7 h 24 Répondre à ce commentaire

Que peuvent pour moi les anges vêtus de blanc. Il est ressuscité celui que j'ai vu mourir sur la croix. Par le fils nous recevons l'éternelle adoption. Priez aimez et pardonnez afin de le voir.

Par LONGCHAMPS 26 novembre 2016 à 0 h 31 Répondre à ce commentaire

merci de ce beau poeme

paix et unite

"...Plus les âmes s’aiment, plus leur langage est court.

Jésus se tient là, vivant, devant moi.
Les mêmes plaies, les mêmes yeux.
Vraiment homme et vraiment Dieu.
Il est ressuscité celui que j'ai vu mourir sur la croix.

Êtes-vous troublés par la Résurrection ?
Y pensez-vous le soir ou le matin ?
N'est-elle pour Jésus qu'une heureuse fin ?
Notre histoire ne commence-t-elle pas plutôt pour de bon ?

Levez-vous, allons !
N'ayez pas peur de croire !
Que votre vie change, enfin !, n'est-ce pas une libération ?
Par le Fils, nous recevons du Père l'éternelle adoption.
Priez, aimez et pardonnez afin de Le voir."
amen

Par pillain 25 novembre 2016 à 22 h 48 Répondre à ce commentaire

Cher frère Nicolas ...MERCI pour ce beau poème qui raconte en vers ce passage de l'Evangile de Jean entre Jésus et Marie
OUI ! le Christ est ressuscité et il est remonté vers son Père (Notre Père) pour nous préparer une place ...
Merci Seigneur d'avoir souffert le martyre pour nous, pour que nos péchés s'effacent...
Seigneur donnes moi la force de résister au mal !
MERCI Seigneur !

Par Cl@udio 25 novembre 2016 à 20 h 43 Répondre à ce commentaire

Quel beau poème pour terminer cette étude sur la BIBLE. Merci cher Frère NICOLAS de nous avoir aider à éclairer certains passages de l'Ancien et Nouveau Testaments;ainsi chacun de nous a pu approfondir sa FOI, en union de prière avec cette multitude de retraitants. Et nous pouvons conclure comme le poème:
<<LEVEZ-VOUS, ALLONS!
N'AYEZ PAS PEUR DE CROIRE! >> N'ayons pas peur de crier notre FOI, de dire que nous CROYONS en DIEU, en son FILS unique mort pour racheter tous les Hommes.
Et maintenant remplis de cette JOIE, entrons dans le temps de l'AVENT pour préparer la <<VENUE de JESUS>> afin que chacun le reconnaisse.
Merci infiniment à toute l'équipe qui nous a aidé à MARCHER dans la BIBLE.

Par MADDALENA 25 novembre 2016 à 18 h 42 Répondre à ce commentaire

Le jour s'achève ,
Mais la gloire du Christ
Illumine le soir .
Le pain rompu ,
Le vin nouveau
Portent leur fruits de louange: (frère Nicolas )
Béni soit -tu , ô notre Père ,
En Jésus , le vivant !
L'Esprit nous garde
Sous l'alliance du Christ
Et le signe pascal .
La vie reçue ;
La vie donnée
Rythment le temps de l'église :
Nous sommes tiens , ô notre Père ,
en Jésus , le Vivant !
Le monde marche
Vers le règne du Christ
Et sa nuit prendra fin .
Nos coeurs l'ont su ,
nos yeux verront :
L' oeuvre de Dieu est lumière .
Tu nous l'as dit , ô notre Père ,
En Jésus , le Vivant !
Que l'on découvre
Le visage du Christ
A la joie des sauvés !
Il est venu ,
Il viens encore ,
Dieu tient toujours ses promesses :
Tu nous bénis , ô notre Père ,
En Jésus , ton enfant ...!

Par hymne du soir 25 novembre 2016 à 18 h 24 Répondre à ce commentaire

"IL est venu ....
IL vient encore .....
DIEU TIENT TOUJOURS SES PROMESSES !!!!"

Belle soirée à nous tous !!!

Par Najoi 25 novembre 2016 à 19 h 15

Bouleversant...bouleversant ..j'en suis sans voix tant votre écriture colle à une méditation transcrite en dessin (craies pastel),
après une retraite ignatienne, où l'on nous avez demandé de plonger dans ce passage chacun dans notre cellule.
OUI, tout est résumé : Priez- Aimer- Pardonner......pour Le rencontrer, Le reconnaître et demeurer avec et en Lui! AMEN

Par Marie-Josèphe 25 novembre 2016 à 18 h 12 Répondre à ce commentaire

Quel magnifique poème pour clore ce cycle de "Retraite dans la ville" ! Merci Frère Nicolas.
Marie-Madeleine, l'Apôtre des Apôtres, nous ouvre la voie du deuil à la joie. Elle arrive de bon matin pour rendre les derniers honneurs dus au corps du crucifié: c'est une façon pour elle de pouvoir faire son deuil et de pleurer son bienaimé. Mais elle reste désorientée devant le tombeau vide : sa première pensée c'est qu'on a enlevé le corps . Où l'a-t-on mis? demande-t-elle à celui qu'elle prend pour le jardinier. Tout à son chagrin, elle ne reconnaît pas Jésus. Ce n'est que quand ce lui-ci l'appelle par son nom: "Marie" que se produit son retournement, physique et moral: il est vivant, ressuscité! Son cœur bondit de joie! La vie a triomphé!... Premier témoin de la résurrection du Seigneur, elle peut maintenant aller l'annoncer aux autres apôtres.
C'est son témoignage qui nous aide à vivre le deuil de nos proches: au plus profond de la douleur luit l'espérance de la résurrection. La mort n'a pas le dernier mot, Christ nous a précédé dans la vie éternelle.

Par Mamoune 25 novembre 2016 à 17 h 47 Répondre à ce commentaire

Voila le combat spirituel prier, aimer,pardonner...nous n'avons pas à lutter contre des adversaires de sang et de chair, mais contre le péché ce qui nous éloigne de Dieu ; la prière nous permet d'être toujours en relation avec Dieu et nos frères et rend nos cœur doux et humble, l' amour nous éloigne du péché, le pardon nous réconcilie avec Dieu, nos frères et nous même, puisque c'est une puissance qui libère alors essayons de mettre en pratique la prière, l'amour, et le pardon afin de rester fils et fille adoptif du Père, tel fut le bon plaisir de sa volonté afin de le voir !!!Amen !!! Merci pour ce beau poème !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 25 novembre 2016 à 17 h 25 Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas, je doute tellement !
Il est la, il n'est pas la ?
Pourquoi s'il est, se "montre" T il a certains alors que d'autres sont dans un doute voire une negation absolus ?
C'est incompréhensible et parfois tellement injuste !
Se raccroche t on a quelque chose alors que nous ne sommes rien ou y a T il réellement un Dieu au dessus de tout ? Est ce la peur du vide qui nous incite à espérer ?
S'il y a un Dieu, que fait il de ses créatures ?
Son absence ou son silence, a du mal à passer... Quelle épreuve pour certains !
croit on vraiment à la résurrection ? A la trinité ? Le nouveau testament semble parfois si peu nourrissant !
On ne peut pas se contenter des valeurs chrétiennes telles qu'on a envie de les vivre.
Il faut quelque chose de plus grand ! Alors peut être la résurrection ? C'est très dur !

Par Blandine 25 novembre 2016 à 16 h 41 Répondre à ce commentaire

Bonjour Blandine,

Je suis en accord avec vos propos qui m'interpellent. Moi aussi je me pose des questions. Tant de souffrance, tant de misère, et toutes ces âmes depuis des siècles où sont-elles après la mort ? Cela fait beaucoup de monde. Je cherche encore et toujours. D'ailleurs tous ces textes ayant été écrits par des humains ne peuvent-ils pas avoir été tronqués ??
Merci pour vos interventions qui sont très enrichissantes et favorisent le dialogue.
Amitiés

Par S 26 novembre 2016 à 11 h 40

Merci S, contente de n'être pas isolée dans mes questionnements sans fin !
Il parait que plus de la moitié des chrétiens ne se préoccupe ni de la résurrection ni de la trinité. À vérifier !
C'est pourtant là que serait le noeud dénoué, ce noeud qui correspond à ce péché originel, à savoir les hommes qui se prennent pour Dieu, l'orgueil, l'arrogance, le pharisianisme... Le mal sous toutes ses formes quoi ! C'est pourquoi les tables de la loi, les commandements ont sans doute ete les lignes de conduite, des cadres, mais ca n'est pas suffisant, loin de la, il y a autre chose ! On ne peut pas s'en contenter.
J'imagine que pour dénouer ce noeud, il a fallu ce sacrifice suprême, sacrifice mal enseigne, mal. Intégré, saupoudré comme une poudre magique ! Alors qu'il reste encore et encore un essentiel à trouver au dessus de ces valeurs chrétiennes qui sont partagées par des non croyants, des bouddhistes des musulmans.
Il me manque encore cette transcendance, cette authenticité, ce fondement pour me propulser plus haut et aplanir les doutes normaux et parfaitement humains.
Bien à vous
Blandine

Par Blandine 26 novembre 2016 à 18 h 36

Merci Frères et Sœurs

ne pas avoir peur espéré avancer

j’aie pas le moral ! et vous êtes LA tous LA

JE CHANTE CHANGE TON REGARD TON REGARD SUR LES AUTRES
ET LE MONDE CHANGERA

Par albatre 25 novembre 2016 à 13 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Nicolas pour ce très beau poème dont je retiens surtout le conseil du dernier vers : priez, aimez et pardonnez afin de Le voir. Efforçons-nous de le mettre en pratique chaque jour que Dieu nous donne. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 25 novembre 2016 à 13 h 30 Répondre à ce commentaire

très beau poème..
n'ayez pas peur de croire..... Priez..... aimez.... pardonner........
quel beau message d'espoir. vive Jesus

Par Léon 25 novembre 2016 à 12 h 52 Répondre à ce commentaire

A l'heure où la Vie nous échappe...ou les derniers évènements bousculent et meurtrissent notre Coeur et notre âme . Puissions nous continuer à ne pas avoir peur de croire, d'aimer et d'espérer.... Tout en cheminant vers la Lumière Éternelle...Merci pour ce doux poème.
Que Dieu vous bénisse et vous garde. Unis en prière.

Par Collado 25 novembre 2016 à 12 h 03 Répondre à ce commentaire

"N'ayez pas peur de croire ! "
Ce n'est la peur qui empêche de croire mais l'incertitude.
Après avoir cru naïvement, ce qui m'a permis de franchir certains caps difficiles, aujourd'hui le doute existe, mais il reste une certaine confiance, ou peut-être plus un certain détachement ou une résignation, sans doute un peu des deux, par rapport à ce qui peut ou pourrait arriver, qu'un DIEU existe ou pas. s'il est miséricordieux au point de pardonner tout à tous et de ressusciter les morts, alors c'est mieux...
Mais Est-ce vrai tout ce qu'on raconte? Comment adorer et glorifier quelque chose/quelqu'un dont on n'est pas sûr de l'existence?
Et quand bien même je le croirais, pourquoi/comment adorer? Je ne le peux pas, plus: pas de reproches mais pas d'adoration non plus. Pas d'indifférence mais pas non plus le besoin de se sentir tout le temps accompagné, même si c'est peut-être le cas.
Alors peut-être une dose d'ingratitude et de manque de reconnaissance? A moins que j'ai simplement cessé de le retenir...

Changer de vie? Pas forcément. Ce qui libère c'est le regard que l'on porte sur la façon de la vivre... À moins que je n'ai rien compris à la liberté. Enfin, du moment qu'il me reste la Paix...

Par & 25 novembre 2016 à 10 h 55 Répondre à ce commentaire

Je me retrouve dans votre texte, mais je ne peux m'empêcher de prier et surtout l'Eucharitie, le dimanche, me manque si je ne peux y accéder , faute de messe dans mon secteur.
il y a au fond de moi un....que je ne sais pas extérioriser
En union de prières avec tous

Par Micheline 25 novembre 2016 à 13 h 49

Justement, croire, ce n'est pas la même chose que savoir, c'est un choix, un acte de volonté, une orientation, accepter de faire équipe... Je pense que le contraire de la foi, ce n'est pas le doute (normal), mais le défi : me prendre pour Dieu, ou bien prendre des choses matérielles pour Dieu (par exemple, adorer un veau d'or). Finalement, la question est : "En quoi est ce que je mets ma foi ?" On dit bien "engager sa foi" et dans l'Evangile, Jésus dit "Qu'il te soit fait selon ta foi". Probablement, je ne peux pas vivre sans croire à quelque chose, mais il faut que ce soit quelque chose qui me dépasse.

Par Antoinette G 26 novembre 2016 à 9 h 43

Quel beaux texte et lecture Merci de me permettre de le partager avec votre communauté qui devient par conséquent la mienne Unis dans la prière

Par Kougaz 25 novembre 2016 à 10 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce très beau poème si juste. Notre histoire ne commence-t-elle pas plutôt pour de bon ?

Encore merci pour ce regain de foi.Levons-nous, n'ayons pas peur de croire.

Par Marie-Hélène Crassous 25 novembre 2016 à 10 h 05 Répondre à ce commentaire

Très beau commentaire poétique du Frère Nicolas qui marque bien la relation privilégiée que Marie-Madeleine entretenait avec son Seigneur. La résurrection de Jésus est effectivement un événement qui nous questionne très personnellement et nous y répondons avec notre foi mais aussi notre sensibilité propres. Au sujet de cette rencontre et du fameux "ne me touche pas" (en latin "Noli me tangere") vous pouvez lire cet article sur mon blog : http://www.bible-parole-et-paroles.com/2015/04/noli-me-tangere.html

Par Philippe 25 novembre 2016 à 9 h 56 Répondre à ce commentaire

Ma certitude est en Ta Parole et Ta Promesse.
Entendre mon nom de Ta Voix ,
Mon Maître et Seigneur de la Vie.
Halleluia!!!

Par Maria Murgolo 25 novembre 2016 à 9 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci Frère Nicolas pour cette méditation dans ce cadre poétique.

Par SYLVESTRE14 25 novembre 2016 à 9 h 52 Répondre à ce commentaire

cher Frère Nicolas
voici donc que Marie se retourne et voit Jésus, comme elle nous ne savons pas le voir, il est chez mon voisin, dans les personnes rencontrées ça et là
donne-nous Jésus de te voir et te rencontrer tous les jours dans ma vie
en cette époque difficile pour tous en ces temps d'intolérance seule la foi restera notre secours
alors, chers frères bon temps de l"avent et joyeux et doux Noël

Par dominique 25 novembre 2016 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas pour cette belle méditation poétique et si profonde! et pour toutes les précédentes bien sûr qui nous ont aidés! Nous vous retrouverons lors d'autres retraites mais dimanche ce seront d'autres frères qui vont nous accompagnés durant le temps de l'Avent... MERCI !

Par Odile A 25 novembre 2016 à 9 h 28 Répondre à ce commentaire

cette méditation est tout simplement magnifique ....elle est inspirée par la grâce ...
Je vais la lire et la relire ...Elle me touche beaucoup .
Merci frère Nicolas vous êtes un vrai poète .

Par Vallee maryvonne 25 novembre 2016 à 9 h 26 Répondre à ce commentaire

Du fond de l'abîme j'ai crié, et par votre soutien à tous internautes, tout au long de ces mois, frères et sœurs dominicains bien-aimés, c'est le Christ qui est venu à moi.

Vos voix me manqueront soeur Marie, frères Nicolas et Marin, les lecteurs qui m'ont tant émue. L'Esprit Saint a soufflé sur les Écritures et vos méditations qui s'ensuivaient. Merci encore pour ce cheminement.

Jésus m'a donné la force d'aller de l'Avent...
Allons, marchons ensemble à la rencontre de ce tout petit, l'Emmanuel.
Restons unis en actes et en prières.

Par Marilou 25 novembre 2016 à 9 h 17 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire si profond et poétique ! Vous m'avez fait du bien en ces temps difficiles ou la violence si insidieuse revêt toutes les formes et traduit les côtés bien maléfiques et tragiques de la nature humaine... Merci.

Par Marie 25 novembre 2016 à 9 h 15 Répondre à ce commentaire

Theillard de Chardin a magnifiquement parlé de ce retournement auquel Jésus appelle Marie et auquel il appelle chacun de nous vivant la perte vertigineuse de celui qui était là, à nos côtés
Ce texte s'appelle "Celui qui est parti". Chacun peut le trouver facilement avec ces simples mots sur internet.
Merci, frère Nicolas, pour votre présence auprès de nous, à votre façon...

Par Bea 25 novembre 2016 à 9 h 00 Répondre à ce commentaire

Merci pour votre si douce méditation cher frère, Nous sommes souvent bien accablés par la tristesse et la douleur de la mort d'un être cher. Le Seigneur se penche vers nous durant ces moments si durs, sachons percevoir les grâces qu'il nous offre, et nous tourner vers lui pour accomplir ses œuvres. Union de prière

Par Maxime 25 novembre 2016 à 8 h 49 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette aide à la méditation que je suis out heureux de découvrir, Alain.

Par BOUTHEON 25 novembre 2016 à 8 h 13 Répondre à ce commentaire

Merci frère Nicolas ,
Magnificat dirais - je :
Mon âme exalte le Seigneur
et mon esprit s 'est rempli d'allégresse
à cause de Dieu , mon Sauveur ,
parce qu'Il a porté son regard sur son humble servante .
Oui désormais toutes les générations me proclameront
bienheureuse , par ce que Le Tout Puissant a fait pour moi
des grandes choses :
Saint est son Nom .
Sa bonté s'étend de génération en génération sur ceux qui Le craignent .
Il est intervenu de toute la force de son bras .
Il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse ;
Il a jeté les puissants à bas de leurs trônes et Il les a renvoyer les mains vides .
Il est venu en aide à ISRAËL son serviteur en souvenir de sa bonté comme
Il l'avait dit à nos Pères ,
en faveur d' Abraham et de sa descendance pour toujours ..

Par fred 25 novembre 2016 à 8 h 10 Répondre à ce commentaire

Merci frère. Ma journée sera plus belle et plus légère. Sophie

Par DEFFIS sophie 25 novembre 2016 à 7 h 58 Répondre à ce commentaire

Bon...jour,
,
Avant , en AVENT marche , La résurrection s'est maintenant , PRIEZ , AIMEZ, ET PARDONNEZ AFIN DE LE VOIR , et j'ai envie de rajouter OSER aller vers l'autre car rien de plus terrible d'être seul , invisible , inutile , à mon avis c'est LA plus grande pauvreté!!!
Union de prières
Prenez soin de vous

Par annie 25 novembre 2016 à 7 h 40 Répondre à ce commentaire

Oui, j'

Par Antoinette G 25 novembre 2016 à 15 h 39

Oui, j'ai connu ça, et c'est une situation invivable à proprement parler. Nous existons en premier par le lien, et comme c'est vital, nous sommes équipées pour le créer (voir les bébés). J'ai besoin à la fois d'autonomie et d'appartenance, donc de lien, au sens d'alliance. C'est ce qui concilie les deux, ce qui fait l'homme. Je ne suis ni un fantôme (je pèse mon poids sur la terre), ni un objet (je suis libre). La résurrection, c'est une transformation, comme la chrysalide qui devient papillon, ou le grain de blé qui devient épi. J'existe en participant au courant de la vie.

Par Antoinette G 25 novembre 2016 à 16 h 07

MERCI Frere Nicolas, pour cette magnifique méditation.
"Plus les âmes s'aiment plus leur langage est court" Oui , bonheur ! de contempler ton visage , Seigneur, lorsque je m'abandonne à l'œuvre de ton Esprit Saint ; il me conduit par le pardon qui me relève , au Coeur de la miséricorde.
Apprends moi inlassablement à pardonner à mon tour .

Par Nicole.B 25 novembre 2016 à 7 h 39 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey pour tous ces commentaires reçus,cet évangile est mon préféré,j,aimerai qu'il soit lu lors de mon départ pour le ciel,car alors j,entendrait une voix qui m'appellera par mon prénom....merci à tous ,nous sommes tous embarqués dans le même bateau....tempête où calme plat,on avance....bon temps de l,Avent !!!!!

Par Penelope 25 novembre 2016 à 7 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci fr. Nicolas, pour ces lignes magnifiques. Que ce jardin du matin de Pâques a des allures de commencement du monde! Un monde neuf passé le rideau des larmes, ce gouffre de peine de se croire seule. Cri de l'absence, ce vide abyssal, alors tout en soi parle encore de présence. Les anges eux-mêmes ne semblent-t-ils pas souligner ce vide, cette absence insoutenable? En ses larmes c'est Marie tout entière, chaque fibre de son corps, qui cherche et appelle. Et Jésus vient à elle.

Par deux fois Marie se retourne. Cherchant un mort, que pouvait pour elle un vivant? Le mener à celui que son cœur réclame à tout le mieux. Aveuglée de larmes, la douleur de l'absence l'empêche de voir. Elle cherchait, et c'est lui qui est venu. Elle n'était qu'un cri, et c'est lui qui l'appelle. Marie. Son nom a suffi. Il sonne comme un nouveau baptême, dans l'eau des larmes. Elle voit, et face à lui, elle vit. Non pour le garder pour elle, mais pour l'emmener partout avec elle, lui, sa force et sa joie. Un homme et une femme au jardin, unis dans cet instant d'éternité qui résonne à travers les siècles. Que pouvait pour elle un mort? C'est un vivant qui lui redonne vie, et l'ouvre à sa vie.

Notre chemin dans la Bible va s'arrêter dans ce jardin alors que commence l'Avent. Et cette attente de l'enfant de la crèche, cette évidence de la vie au bout de la nuit, de rejoindre en ce jardin le matin de la Résurrection. Un immense merci pour ces mois à marcher ensemble. Merci à tous ceux qui nous ont guidés sur ces chemins, frères et sœurs dominicains, à toute l'équipe de Retraite dans la Ville, et à vous tous, amis marcheurs, pèlerins. Ensemble, que la route fut belle! Et maintenant... en Avent!

Par Audrey 25 novembre 2016 à 6 h 58 Répondre à ce commentaire

À toi aussi Audrey, Merci pour tes si beaux textes, tout au long de l'année.

Par Mireille Larouche 25 novembre 2016 à 14 h 41

Je me joints a vous Audrey, un grand merci pour tout ces bon moment passé ensemble, sur le site,merci frères et soeurs, un très grand réconfort pour moi,voilà nous ,nous retrouvons sur cette très belle route de l'avent, bien fraternellement

Par Brig 27 novembre 2016 à 14 h 14

Priez, aimez et pardonnez afin de

Le voir.....Alléluia le Christ est

ressuscité ! !!

Par Jocelyne Ceron 25 novembre 2016 à 6 h 43 Répondre à ce commentaire

Gloire à Dieu ! Aux hommes paix sur terre !
Tu t'es fait homme , ô Christ ,
et tu as demeuré parmi nous .
Tu t'es fait homme , ô Christ ,
et tu marche à notre pas .
Tu t'es fait homme , ô Christ ,
et ton visage sera le nôtre .
Tu t'es fait homme , ô Christ ,
et ta voix éveille la nôtre .
Tu t'es fait homme , ô Christ ,
et tu nous mènes au véritable amour .
Tu t'es fait homme , ô Christ ,
et tu rassembles tes frères .
Tu t'es fait homme , ô Christ ,
et nous devenons fils de Dieu .

Par Hymne 25 novembre 2016 à 5 h 38 Répondre à ce commentaire

Nous voyons ^le visage du Christ , en levant les yeux pour regarder le tout autre ...
Nous devenons les fils de Dieu , en aimant le tout autre , comme le Christ nous a aimés !!!
Merci & belle journée à nous tous !!!!

Par Najoi 25 novembre 2016 à 7 h 16
voir tous les commentaires