Paul

« Jésus t'est apparu sur le chemin par lequel tu venais » Actes des Apôtres 9,17

La montée à Jérusalem

Actes 21, 8-15

Partis le lendemain, nous sommes allés à Césarée, nous sommes entrés dans la maison de Philippe, l'évangélisateur, qui était l'un des Sept, et nous sommes restés chez lui. Il avait quatre filles non mariées, qui prophétisaient. Comme nous restions là plusieurs jours, un prophète nommé Agabos descendit de Judée. Il vint vers nous, enleva la ceinture de Paul, se ligota les pieds et les mains, et déclara : « Voici ce que dit l'Esprit Saint : L'homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs le ligoteront de la sorte à Jérusalem et le livreront aux mains des nations. » Quand nous avons entendu cela, nous et les frères qui habitaient là, nous l'exhortions à ne pas monter à Jérusalem.
Alors Paul répondit : « Que faites-vous là à pleurer et à me briser le cœur ? Moi je suis prêt, non seulement à me laisser ligoter, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus. » N'ayant pu le persuader, nous n'avons pas insisté, et nous avons dit : « Que la volonté du Seigneur soit faite. » À la fin du séjour, nos préparatifs étant achevés, nous sommes montés à Jérusalem.

Méditation

précédente suivante

Ce qui manque au Christ

Après ce geste étonnant du prophète Agabos, Paul va monter à Jérusalem, pour y être arrêté*, à l’image de Jésus. Sous les apparences du drame, Paul accomplit ainsi son grand désir « d’accomplir dans sa chair ce qui manque aux souffrances du Christ »**. Que reste-t-il à accomplir des souffrances du Christ en nous ?
Que nous le suivions. Que nous portions la croix et nous mettions à sa suite… pour partager avec lui la gloire de la Résurrection : car c’est bien là que nous mène la route.
La réaction enthousiaste de Paul à la prophétie ne peut s’expliquer que parce que dans la lumière du chemin de Damas***, il a entrevu le terme du chemin, et parce qu’il sait que de son propre comportement dépend la construction de toute l’Église, corps du Christ, qui ne grandit pas sans que chacun de ses membres paie de sa personne, peut-être même à travers les persécutions ou une mort honteuse.
Puisque nous ressusciterons ensemble, alors nous sommes aussi solidaires dans cette vie ici-bas, et même dans la mort qui la relie à la vie éternelle. C’est ainsi que la mort de Jésus et celle des martyrs nous concerne et édifie l’Église. Paul n’est pas un illuminé qui chercherait un martyre égoïste, et son destin n’est pas dramatique : il marche, confiant, vers la vie éternelle.
Si nous ne sommes pas tous appelés au martyre (notre époque en connaît déjà assez), j’ai tout de même à trouver mes propres « montées à Jérusalem », à porter mes croix, à connaître certaines morts à moi-même, pour que la Résurrection passe aussi par mon existence, au bénéfice du corps entier.

*Actes des Apôtres 21,33
**Lettre de Saint Paul aux Colossiens 1,24
***Actes des Apôtres 9,3
Méditation enregistrée dans les studios d'Alsace Média


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

49 commentaires

Textes clairs, à la portée de tous. Ce que je remarque c’est la très bonne prononciation en audio. Je n’ai pas à vérifier le texte ,tout est clair et net. Merci mille fois!

Par Huguette Deschênes 15 février 2018 à 16 h 03 Répondre à ce commentaire

Cher Frère Marie-Augustin,

J'ai aimé cette semaine passée en votre compagnie je vous félicite pour vos méditations; mais malheureusement mes deux derniers commentaires ne sont pas passés; caprice de l'informatique ?
J'espère que nous aurons d'autres occasions de réfléchir et prier ensemble.
Bon Carême à tous !

Marie Jeanne

Par MARIE JEANNE MAINI 11 février 2018 à 19 h 19 Répondre à ce commentaire

Bonjour mon Père
Les quatre dernières lignes de votre méditation sont une vraie prière.
Je les garde, je les rentre dans mon cœur. Soyez béni.
Laure

Par LAure Magrou-Teze 5 février 2018 à 9 h 42 Répondre à ce commentaire

Merci Seigneur Jesus pour cette parole de Saint Paul pour commencer ce chemin de carême qui debutera bientôt Donne a tous ceux qui sert ton Eglise la joie de partager de te faire connaitre Apprends nous a t aimer davantage a écouter ta parole Mon carême sera dans l esprit de partage pour tous nos freres et soeurs qui sont sur la route de l Exode les Immigrés tous ceux de mon quartierqui ne te connaissent pas et pour ma guerison intérieure et la conversion de mes 4 enfants qui ne vouent pas ta presence de chaque jour Merci a tous nos freres et Soeurs Dominicains pour leurs temps et je pense aussi aux Soeurs Dominicaines que jai beaucoup côtoyé a Salernes au Monastère Notre Dame de la Clarté Merci pour tous

Par Marie Madeleine Lebon 2 février 2018 à 3 h 23 Répondre à ce commentaire

C'est un message questionnant, qui fait peur mais qui invite à l'audace avec la force qui nous vient du Christ.

Par Yolande Jalbert 30 janvier 2018 à 18 h 05 Répondre à ce commentaire

Que saint Paul nous aide à porter nos croix qui sont, en fait, très précieuses. Nous avons à continuer d'édifier l'Église jusqu'à la fin des temps. Merci, Seigneur, pour ma petite croix d'aujourd'hui. ««unie à Toi, que ma vie soit féconde!
Marguerite

Par Carignan 29 janvier 2018 à 21 h 20 Répondre à ce commentaire

Donne-nous Seigneur la foi de Paul ou du moins une portion de celle ci. Léon D.

Par dourte léon 28 janvier 2018 à 22 h 54 Répondre à ce commentaire

la croix la résurrection l incarnation c est pas facile de le vivre et le désespoir peux agir dans ce qui nous rassure le moins

Par eme 28 janvier 2018 à 11 h 55 Répondre à ce commentaire

Bonjour.
Cette histoire de “porter ou participer à La Croix “ me met très mal à l aise.
Comme thérapeute, j’accompagne des personnes qui ploie sous les croix.
Il me semble que c’est le Christ qui est venu porter nos croix .
Ne pensez-vous pas que cette vision doloriste , héritée du 19 eme , fait des malheureux, alors que un Père aimant souhaite pour ses enfants le bonheur ?
Et trouver le bonheur dans la souffrance, à part des exceptions comme Paul, me semble plutôt malsain et ne donne pas envie d’ être croyant.

Par Veronique Manchon 27 janvier 2018 à 13 h 11 Répondre à ce commentaire

Bonsoir, il me semble qu’il ne s’agit absolument pas de trouver le bonheur dans la souffrance, mais plutôt : malgré la souffrance ,trouver le bonheur ( à nouveau) ....
Et le chemin que nous ouvre le Christ donne sens à ce qui pourrait nous anéantir , car il l’a sublimé dans l’Amour .

Par Nicole B 27 janvier 2018 à 21 h 27

Bien d'accord avec vous, Véronique et Simone. J'ai reçu une formation religieuse soi-disant "très chrétienne" où l'enseignement du dogme et de la morale occupait une grande place. Guère de temps accordé à la réflexion. Mais c'était la formation habituelle dispensée avant Vatican II, lequel a remis des pendules à l'heure ! Fallait gagner des mérites pour accéder au ciel. Je n'hésite pas à dire que cette formation-dressage qui de plus n'attachait pas d'importance à nos émotions, nos intuitions (le terme "humain" avait un sens plutôt péjoratif) entretenait une non-vie, nuisait grandement à l'épanouissement de la vie, de la VIE.

Par Esperanza 28 janvier 2018 à 14 h 47

Je ne dirais surtout pas "trouver le bonheur dans la souffrance"... mais plutôt "trouver le bonheur malgré les souffrances".
Si on ne voit cette affaire de souffrances que sur un plan moral, avec une morale du devoir, alors on s'épuise, on ploie, on n'arrive à rien. Si je le vois sur le plan spirituel, en sachant que Jésus est passé par là, et qu'il a porté ma croix avant moi, je comprends mieux que je ne suis pas seul, et qu'il n'y a pas de résurrection sans passer, à la suite de Jésus, par une mort... Tous nos détachements dans la vie en sont l'exemple : abandonner quelque chose (un désir, un objet, un lieu) permet de passer à autre chose.

Par fr Marie-Augustin 29 janvier 2018 à 10 h 54

veuillez m'excuser le titre de mon mail " la pierre enlevée du tombeau " et lorsque j'ouvre
le titre du texte est la montée à Jérusalem" avec la méditation correspondante à ce texte
ai je un problème d'ordinateur ?
merci de m'éclairer
bon week end à tous
anne du v.

Par anne du v. 27 janvier 2018 à 12 h 14 Répondre à ce commentaire

J'ai le même problème. J'ai cru à une erreur du service d'expédition.

Par Esperanza 27 janvier 2018 à 14 h 04

"Paul sait que de son propre comportement dépend la construction de toute l'Eglise". Cela me rappelle quelque chose que j'ai tendance à oublier, c'est que je ne suis pas seule sur terre, et que donc, mes actions ou mes omissions ont un impact sur mon entourage immédiat, et même au-delà sur le monde . C'est l'effet papillon, à cause de l'interdépendance de tout ce qui vit ici-bas. Je suis responsable non seulement pour moi, mais aussi, en partie, pour les autres. Pourtant, souvent, on entend qu'on n'est responsable que de soi. Heureusement, l'Eglise nous rappelle régulièrement que nous avons à nous soucier de notre frère. Comme le Carème est proche...

Par Antoinette 27 janvier 2018 à 12 h 11 Répondre à ce commentaire

"Si le grain ne meurt, il reste seul, mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit". C'est parce que je ne suis pas seul que porter du fruit, être fécond, est le but ultime de la vie, '"les fins dernières", comme on disait autrefois. Ce qui nécessite le sacrifice de certaines parties de moi-même, et parfois du tout. Tous les parents le savent bien, et aussi ceux qui ont consacré leur vie à une cause qui les dépasse, mais qui défend la vie et qui ainsi les relie aux autres.
Ce n'est pas mépriser la vie : ceux qui font bon marché de leur vie font aussi bon marché de celle des autres. Je pense qu'on peut honorer la vie reçue en en jouissant, dans le respect de soi et des autres. "Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie" (J.P. Sartre). Seulement, je dois me rappeler que la transmission est le sens de la vie. La mission fondamentale du grain de blé, porteur d'un germe de vie, est de mourir à lui-même pour faire renaître et multiplier la vie.
En montant à Jérusalem, Jésus était résolu et confiant, c'est à dire qu''il n'était pas dans le doute. Il accomplissait bien la volonté de son Père en allant jusqu'au bout de sa mission d'amour, quitte à en payer le prix par une mort douloureuse et infamante. Parce qu'il ne pouvait en être autrement... Et s'il revenait maintenant, ce serait pareil sous une autre forme, mais la vie aura toujours le dernier mot. "Dieu n'est pas garant de ma sécurité personnelle, mais de la pugnacité de la vie "(M. Muller-Collard, "L'Autre Dieu").

Par Antoinette 27 janvier 2018 à 9 h 25 Répondre à ce commentaire

Cette méditation si riche et inattendue m’a demandé beaucoup de réflexion. Pour ma part, j’ai bien du mal à envisager le martyre en tant que tel , consciente de ma grande pauvreté ; mais ce qui me semble important, c’est de faire mémoire chaque jour de ma vie , du sacrifice du Christ pour moi , afin que je puisse entrer dans LA VIE . La Vie Éternelle.
Ainsi je me sens invitée à offrir , dans la Joie et dans l’Amour , les épreuves que je traverse aujourd’hui, dans ma vie : tout accepter pour le Christ , voilà , pour moi , une certaine forme de martyre. C’est déjà, pour moi , tout un chemin avec l’Esprit Saint .
Je reste en union de prière avec vous tous qui m’êtes Chers par vos partages .
Merci Frère Marie Augustin .

Par Nicole B 27 janvier 2018 à 8 h 30 Répondre à ce commentaire

La mort du Christ est révoltante aux yeux de l’homme, c’est vrai. Elle est provoquée par la haine, la jalousie, la colère....... mais aux yeux, de Paul, aux yeux de tous ceux qui l’ont reconnu comme Messie, cette mort est folie, folie d’Amour de Dieu pour nous. La Croix de Jésus est lourde de toutes nos fautes, de tous nos manquements à l’Amour envers nos Frères. Notre chemin sur terre doit être un chemin de conversion. Dès le lever du jour, pensons-nous à rendre grâce, au Seigneur, à le glorifier pour ce jour nouveau qu’il nous offre ? Jésus, si nous avions accepté ton joug si nous avions mis nos pas dans tes pas, nous aurions pu te soulager, un peu, un tout petit peu.....
Seigneur envoie-nous ton Esprit, afin que nos cœurs soient remplis de Sa Force et de Ton Amour, qu’Il nous aide à nous convertir. Acceptons les épreuves de notre vie terrestre sans murmurer ; elles sont dures parfois, mais lorsque nous serons à bout de force, comme Toi, Jésus, nous crierons : Abba...

Par Madeleine AULANIER 26 janvier 2018 à 23 h 50 Répondre à ce commentaire

Je retiens 2 choses :
"la mort relie notre vie de maintenant) à la vie éternelle"
c'est la percevoir tt autrement, calmement (pour le moment...)

et
"des petites morts à moi-même pour que la Résurrection
passe par ma vie au bénéfice du corps tout entier".
Quelle splendeur !

Par Françoise Carton 26 janvier 2018 à 22 h 34 Répondre à ce commentaire

Jésus va confiant et déterminé vers Jérusalem... et il sait que la croix est là pour lui...
Paul avec confiance veut aller à Jérusalem puis à Rome... et il sait qu'il y sera décapité étant citoyen romain...
Accomplir sa mission jusqu'au bout !!!!
Seigneur donnes moi le courage et la force de faire ce chemin que tu me montres...
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 26 janvier 2018 à 22 h 18 Répondre à ce commentaire

En montant à Jérusalem, Jésus était résolu (il avait décidé d'accomplir sa mission jusqu'au bout), mais il n'était sûrement pas "enthousiaste". Pour Paul, c'est différent, parce qu'en plus de porter la parole du Christ, il a une motivation personnelle (réparer le tort fait dans sa jeunesse). D'où une certaine exaltation au sacrifice, qui tient plus de l'héroïsme que de la sainteté.
Mais c'est vrai, si on veut être cohérent, ce qui nous fait vivre peut aussi nous faire mourir. "J'ai à connaître certaines morts à moi-même pour que la Résurrection passe aussi par mon existence, au bénéfice du corps entier". C'est ce qui s'appelle donner sa vie, que ce soit pour l'amour de la justice, de la vérité, de sa famille, de sa patrie ou de l'humanité en général...
Simplement, ce qui est nécessaire, c'est que ce soit un choix libre et fait au nom de l'amour, pas un "bourrage de crâne" pour transformer quelqu'un en suicidaire meurtrier. Le thème "martyr" a été mis à beaucoup trop de sauces de nos jours....

Par Antoinette 26 janvier 2018 à 21 h 43 Répondre à ce commentaire

Philippe était, nous disent les Actes, l'un des sept, mais je ne vois pas quoi ni qui ?

Merci de m'éclairer.

Par Yves de VALENCE 26 janvier 2018 à 19 h 31 Répondre à ce commentaire

"Philippe l'évangéliste, qui était un des Sept ..." (Ac 21, 8)

Dans la bible de Jérusalem de même que dans la TOB (traduction œcuménique de la bible) en marche du verset cité, il y a un renvoi vers Ac 6,5 qui reprend le nom des Sept. Mais il faut lire aussi ce qui précède : Ac 6, 1- . J'en transcris le principal : "...Les Douze convoquèrent l'assemblée ... des disciples et dirent. Cherchez ... parmi vous ... sept hommes de bonne réputation, remplis d'Esprit et de sagesse ... on choisit Etienne, Philippe ..."

En union de recherche et de prière.

Par Esperanza 27 janvier 2018 à 10 h 08

"Paul..... son destin n'est pas dramatique.. il marche confiant vers la vie éternelle". J'ai de la peine à ne pas trouver "dramatique" une vie qui s'arrête par le meurtre, l'attentat meurtrier, l'emprisonnement à vie... Selon ce que l'on lit, Paul paraît avoir un tempérament assez exalté qui lui aurait attiré des ennuis et même inquiété les apôtres... S'endormir "confiant" en la vie éternelle n'est pas donné ou permis à tout le monde ; certaines personnes en fin de vie sont apaisées, d'autres révoltées. Chacun porte sa croix à un moment ou à un autre ; il est possible de la relier aux souffrances du Christ ou de la rejeter, de se plaindre comme Job ou d'exalter les souffrances endurées selon ses croyances, son tempérament. Certaines souffrances sont révoltantes, comme celles du Christ, crucifié par la haine ; toutes celles provoquées par l'injustice, la cruauté gratuite. Union de prière ave celles/ceux qui souffrent dans leur corps, leur esprit ; que leur foi les réconforte et/ou qu'ils puissent avoir près d'eux la présence de personnes bienveillantes.

Par mahona 26 janvier 2018 à 12 h 55 Répondre à ce commentaire

Vous dites, frère Marie Augustin,
que « Paul va monter à Jérusalem pour y être arrêté ».
Son objectif n’est pas d’être arrêté.
Il monte à Jérusalem pour annoncer la gloire de Dieu,
et, comme le Christ, il sait qu’il va être arrêté.

À nouveau, chers amis, j’ai tellement peur que l’on donne du sens à la souffrance…
Pendant l’Inquisition, on a même cru que la souffrance pouvait faire accoucher de la vérité…

Jésus n’a pas souffert pour obéir à Dieu,
mais il a traversé nos souffrances
pour nous annoncer par son chemin d’homme parmi nous,
la réalité du Royaume de Dieu,
celui où règnent de façon absolue la joie, l’amour et le pardon.

Quant à porter la croix du Christ,
je crois surtout que Celui-ci, Dieu et homme,
a perçu pendant sa Passion toutes les souffrances du monde.
Donc, la mienne est également.

C’est pourquoi je crois qu’il ne s’agit pas tant pour moi
de porter la croix du Christ,
mais bien de savoir qu’Il est Présent à la mienne,
comme Il l’a été jusqu’au plus profond de mon enfer,
il y a trois ans.

C’est ainsi également que je comprends qu’il n’y a qu’un seul joug.
Et qu’il est important que nous portions ainsi,
ensemble, modestement, la souffrance de chacun.
Pour moi, jusque dans nos métiers, « porter, c’est être avec ».
Avec mon frère, et avec Dieu Présent.

Bonne journée à chacun, vraiment.

Par Paul (Belgique) 26 janvier 2018 à 12 h 36 Répondre à ce commentaire

Merci Paul pour votre "éclairage"que je partage

Amitiés dans le Seigneur

Gen

Par Gen 26 janvier 2018 à 12 h 52

Oui Paul monte à Jérusalem pour souffrir comme Jésus a souffert et si cela n'avait pas été pour souffrir pourquoi y aura t-il eu un prophète venu le lui annoncer et qui lui aurait alors permis de se défendre de cette arrestation en écoutant ses compagnons lui dire de ne pas se rendre à Jérusalem ? !! obéir à Dieu c'est aussi accepter de mourir comme Il le laisse faire

Par Kuster Guy-Emmanuel 26 janvier 2018 à 16 h 31

" obéir à Dieu c'est aussi accepter de mourir comme Il le laisse faire ", dites-vous...

Je crois que Dieu est bouleversé d'impatience lorsqu'il nous voit souffrir.
Non, cher Guy-Emmanuel, la présence de la souffrance parmi nous
restera toujours pour moi un mystère.

Elle n'est certainement pas un ordre de Dieu auquel il faut obéir.
Sinon, il ne reste plus qu'à aller se saouler au plus vite ...

Croyez-moi, 45 ans de médecine et 37 ans d'armée
m'ont donné l'occasion de réfléchir à tout cela "in situ"...
Et nous pourrions tranquillement trouver une terrasse pour en parler ensemble... :-)

Amitiés,

Par Paul (Belgique) 26 janvier 2018 à 21 h 31

Nous sommes chacun des pierres vivantes qui construisons Ton ÉGLISE, Seigneur, Tu nous appelles et Tu nous envoies, rends-nous dignes de la mission que tu nous confies! Amen

Par MARIE 26 janvier 2018 à 11 h 27 Répondre à ce commentaire

De Juin à Fin Décembre, malade et 2 fois hospitalisée, j'ai compris que ces souffrances physiques étaient une échelle qui me menait à Jésus. Grâce à elles et au temps laissé à la prière j'ai gardé l'espérance Maintenant chaque jour je rends grâce à la Miséricorde divine qui m'a permis de guérir et me permettra d'assister à l'ordination d'un de mes petits fils

Par Claudie Dousset 26 janvier 2018 à 11 h 14 Répondre à ce commentaire

HYMNE : LE SOIR PEUT REVENIR
P. Fertin — CNPL

R/Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
De quel Esprit nous sommes.

Vienne Jésus pour dissiper
Le brouillard et les doutes :
Sa parole donnée
Est soleil sans déclin.

Vienne Jésus pour surmonter
La fatigue des jours :
Il est l’eau de la source
Et le pain de la vie.

Vienne Jésus pour dominer
La frayeur du naufrage :
N’est-il pas le seul Maître
Du navire et des flots ?

Vienne Jésus pour consoler
De la mort implacable,
En frère premier-né
Relevé du tombeau !

R/Le soir peut revenir
Et la nuit,
Si Jésus nous redit
L’Amour qui nous fait vivre

Par Hymne 26 janvier 2018 à 18 h 19

J'ai compris, que, d'une certaine façon ,mes souffrances étaient, de concert, avec celles du Christ qui nous aide,

Par Delon Colette 26 janvier 2018 à 10 h 27 Répondre à ce commentaire

Ma montée vers Jérusalem:
J'ai eu le sentiment d'errer ma vie durant .Maman est Mortel'an passée ,et en lisant Aharon Apperfeil,( le garçon qui voulait dormir,) clairement je ressens ces phrases qui raconteent sa dispartion de sa langue maternelle ,ses visions dans son sommeil avec ces parents , les mots qui se dérobent devant un vieux médecin ami de ces parents,les questions qu'il ne peut poser ect .
Depuis la disparition de Maman ,je n'ai plus de maison ,j'en fais part car c'est un point d'appui dans ce temps de ma vie
J'avais moi perdu ma fille ,et je crains de ne pas avoir ete une maison pour mes enfants .
Ma maison finalement c'est moi et ce qui m'habite : la musique, la nature, et le chemin le ciel et la terre et la reliance avec ma foi .je suis riche ,je rend Gràce a Dieu Merci

Par jnc 26 janvier 2018 à 9 h 47 Répondre à ce commentaire

Boire à la coupe ! Vivre en martyre ! Ce n'est pas ce que Jésus à voulu pour nous simple mortel ! puisqu'il est mort et ressuscité pour l'humanité.

Vivre dans les pas du Christ, en respectant les enseignements de l'Evangile, en priant, en méditant.
Se remettre à lui au jour dernier, en temps voulu, cela me semble plus probant.

Toutefois, s'il existe une corrélation, on peut et l'on doit accepter les épreuves pour ses enfants, leur offrir un monde meilleur, à l'image de ceux qui sont morts pour l'avenir de leur pays.

Prière de ce jour,
Bonne journée.

Par Florine. 26 janvier 2018 à 9 h 38 Répondre à ce commentaire

Nos montées vers Jérusalem....Je pense à toutes ces personnes malades qui montent vers ce chemin...".Fais de moi ce que tu veux"...Faisant et ayant fait partie de ces personnes , c'est grâce à ce dur chemin que je me donne...Et ne dites pas "martyrs"...Mais compagnons de route.. Nous devons choisir une croix légère....Le Christ ne se nourrit pas de nos souffrances, IL les apaise.
UDP
martine

Par Bouquin 26 janvier 2018 à 9 h 24 Répondre à ce commentaire

Sommes-nous "prêts à mourir pour le Nom du Seigneur Jésus"? Physiquement parlant??

Nous sommes davantage prêts à faire "mourir" tout ce qui nous encombre, nous entrave pour donner une réponse positive à la Parole de Jésus, même si cela n'est pas inné...
Nous sommes davantage prêts à essayer de comprendre là où le Christ veut nous conduire:vers davantage de silence...de décisions adéquates avec sa Parole...davantage de cohérence entre nos dires et nos actions....mourir à ce qui ne "dit" pas le Christ?
Sur ce chemin de changement, de plus grand bonheur, pour les autres et nous-mêmes, faisons entière confiance à l'Esprit, qui ne nous laisse pas "orphelins"!...Chance pour nous de nous savoir bien accompagnés! nous ne sommes pas seuls pour marcher vers plus de bonté, de solidarité, d'amitié! Si nous regardons, écoutons, ce Jésus vivre avec les autres, nous pourrons "mourir" à tout ce qui le défigure! Merci Frère Marie-Augustin de préciser que "Paul, confiant, marche vers la vie éternelle" et qu'il n'a pas un désir forcené d'être "martyre"... Une compréhension sacrificielle de la croix en a t-elle pas trop longtemps faussé le sens véritable? "Mourir" à ce qui n'est pas la Vie du Christ, n'est-ce pas déjà, aujourd'hui un pari assez "fou"?

Par Emma 26 janvier 2018 à 8 h 54 Répondre à ce commentaire

"Si nous ne sommes pas tous appelés au martyre (notre époque en connaît déjà assez), j’ai tout de même à trouver mes propres « montées à Jérusalem », à porter mes croix, à connaître certaines morts à moi-même, pour que la Résurrection passe aussi par mon existence, au bénéfice du corps entier. " Merci pour cette phrase, que je trouve précieuse, car elle nous rappelle que notre éveil ne nous attend pas en quelque endroit, que nous avons à y travailler et que pour partie l'avancée d'autrui en dépend.

Par JEAN-NOEL BENOIT 26 janvier 2018 à 8 h 52 Répondre à ce commentaire

Cheminer dans la vie, c'est assumer nos croix , celles que la vie nous donne et celles que fabriquons nous mêmes. Mais nous ne sommes pas seuls, car Dieu est avec nous. Nous sommes aussi responsables de nos choix et des nos actes , qu'ils soient des actes d'amour ou pas.
J'aime cette méditation parce qu'elle me fait comprendre que sur le chemin vers la vie éternelle je ne suis pas seule en tant qu'enfant de Dieu et aussi membre d'une Eglise qui est un corps vivant, qui porte un dynamisme qui me porte et qui me vivifie. J'ai compris aussi que mes actes ont un impact sur cette Eglise , je suis donc responsable de la Vie de l'Eglise à laquelle j'appartiens et aussi de la Vie dans le monde. Je suis responsable parce que suis libre de mes actes. Je peux aussi faire vivre la VIE dans ce monde dans lequel je vie. Tous les hommes et femmes , chrétiens ou non sont mes frères. Bonne journée et merci frère Marie-Augustin.

Par Carmen 26 janvier 2018 à 8 h 23 Répondre à ce commentaire

Bonsoir, je rejoins le témoignage de CARMEN
Oui on est pas seuls, DIEU avec nous, nous l'avons fêté à NOEL, et nous y croyons, FAIRE CONFIANCE EN LA PAROLE
Par un engagement en pastoral on est responsable de la VIE DE L'EGLISE au coeur du monde, et c'est là que nous devons assumer nos croix, mais on le fait on nom du SEIGNEUR, qui est chemin dans nos vies
TENONS - BONS - SUIVONS- LE

Par suzanne K. 26 janvier 2018 à 19 h 31

En écoutant cette méditation j ai pensé à Martin Luther King, qui malgré les menaces a continué la lutte non violente avec ses frères.
L'Esprit Saint , dans notre âme ou subconscient, nous ouvre des portes, à nous de les franchir, d'attendre de reculer ou de faire marche arrière.

Par Micheline 26 janvier 2018 à 8 h 03 Répondre à ce commentaire

Le scandale de la croix ?
Nous raconte encore , l'incompréhension , l'incrédulité , par manque de connaissance .
Connaître Dieu , faire son propre jugement , connaître l'Esprit Saint , et donner sa vie .
L'évangélisation , qui alors est aidée par le soutien , les assemblées , les divers appels
de l'église , à connaître les saveurs , les bouquets , les parfums de La Parole , comme
ce petit grain de moutarde , qui ensuite devient énorme en germant .Les retraites , les
triduum de prières , pour sortir autrement .Mais le chemin de croix fait , porte alors des
réponses , et Toi petit enfant tu sera appelé prophète du Très - Haut et dans Ses blessures
nous trouverons la guérison .Est -ce avoir l'Esprit des sept églises ? de ces sept anges , qui
en Un seul , Jésus , exhorte , recommande , prévient , enseigne , et nous parle des oeuvres .
Le pire des martyrs ! reste Jésus , crucifié et abandonné de tous .L 'homme nouveau , lui
par sa foi , ne fera que suivre l'amour de Dieu .Pour que tous aient la vie .Un appel du Christ
de devenir enfants de Dieu , à ceux qui croient en Son Nom .Alors l'église , cette Mère , devient
dans sa chair , le temple de l'Esprit Saint .Une famille sacrée .Jésus Présent au tabernacle ,
le règne de Dieu , nous est confiés comme un petit enfant .Merci frère Marie -Augustin ,
ainsi que pour tous les consacrés au Seigneur , de nous tracer Le Chemin qui porte à l'éternel Amour .

Par fred 26 janvier 2018 à 7 h 48 Répondre à ce commentaire

"Que nous le suivions. Que nous portions la croix et nous mettions à sa suite… pour partager avec lui la gloire de la Résurrection : " "La réaction enthousiaste de Paul " "Si nous ne sommes pas tous appelés au martyre "

Cher frère, J'ai du mal à vous suivre cette fois-ci dans vos expressions ! Même si vous rectifiez le tir dans le dernier paragraphe, comment pouvez-vous laisser penser que Dieu appelle ses enfants au martyre ? Que Paul ait eu une réaction "enthousiaste" ?
Qu'il ne se soit pas "dégonflé" devant l'annonce des risques qu'il prenait en montant à Jérusalem, qu'il ait senti comme une nécessité d'aller affronter en vis-à-vis les pouvoirs religieux, d'aller aussi soutenir sans doute ses frères en difficulté, cela suffit selon moi pour recevoir derrière ce texte l'invitation de Jésus pour mon quotidien.
Pour "partager la gloire de la Résurrection", peut-être celle après notre mort, mais d'abord toutes celles qui s'amorcent autour de nous, peut-être en nous
Une trace :
J'ai rencontré avant Noël un papa souriant : il gardait une bonne humeur contagieuse, malgré les soucis financiers, arriver à payer le noël de ses 4 enfants, avec un retard de paiement de la cantine, une gamine de 7 ans qui doit aller à l'orthophoniste, refaire des lunettes...et une amende en plus pour mauvais stationnement alors qu'il voyait la maîtresse d'école de sa fille !

Par CROS Jean-Louis 26 janvier 2018 à 7 h 44 Répondre à ce commentaire

"Nous donnons bien souvent de divers noms aux choses: Des épines pour moi, vous les nommez des roses" (P. Corneille). Tout est affaire de vision.
La prophétie d'Agabos n'est pas coup de tonnerre. Paul sait depuis longtemps qu'il doit aller à Jérusalem: "sans savoir ce qui va m'arriver là-bas. Je sais seulement que l'Esprit Saint témoigne, de ville en ville, que les chaînes et les épreuves m'attendent."(Ac 20,22). Déjà, il a fait ses adieux en chemin et reçu avertissements "de ne pas monter à Jérusalem" (Ac 21, 5).
La décision de ne pas les suivre est mûrie et l'Esprit qui pousse prophète et disciples à l'avertir est aussi à l'œuvre en lui. "Et maintenant, voici que je suis contraint par l'Esprit de me rendre à Jérusalem" (Ac 20,22). Contradictoire l'Esprit? Non, il dit ce qui vient: Paul sera ligoté et livré, ce sont les disciples qui entendent en cela une mauvaise chose. Paul est "contraint" -il sait ce qu'il lui faut faire là- mais c'est librement qu'il s'avance, et en connaissance de cause.
Comme il nous arrive parfois de savoir ce que nous devons faire et que longtemps ce savoir travaille en nous, jusqu'à ce que nous accomplissions ce pas qui nous coûte. Et réalisions que, malgré la souffrance, il était bon, et de manière souvent étonnante. L'arrestation de Paul, de fait, lui sauve la vie. "On cherchait à le tuer" (v30) quand arrivèrent les soldats romains. A leur vue, "on cessa de frapper Paul" qu'ils enchaînent mais arrachent à la foule qui criait "Mort à cet homme!"

Par Audrey 26 janvier 2018 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

(L'arrestation de Paul, d'ailleurs, n'est pas la fin et Paul prisonnier reste homme libre d'une liberté que personne ne pourra lui enlever. Son voyage sera long encore, sa parole forte. Elle résonne jusqu'à nous.)
Merci fr. Marie-Augustin! Et belle journée à tous!

Par Audrey 26 janvier 2018 à 7 h 15

HYMNE : DIEU CACHÉ
D. Rimaud — CNPL

Dieu caché,
Tu n'as plus d'autre Parole
Que ce fruit nouveau-né
Dans la nuit qui t'engendre à la terre ;
Tu dis seulement
Le nom d'un enfant :
Le lieu où tu enfouis ta semence.

R/Explique-toi par ce lieu-dit :
Que l'Esprit parle à notre esprit
Dans le silence !

Dieu livré,
Tu n'as plus d'autre Parole
Que ce corps partagé
Dans le pain qui te porte à nos lèvres ;
Tu dis seulement :
La coupe du sang
Versé pour la nouvelle confiance. R/

Dieu blessé,
Tu n'as plus d'autre Parole
Que cet homme humilié
Sur le bois qui t'expose au calvaire !
Tu dis seulement :
L'appel déchirant
D'un Dieu qui apprendrait la souffrance. R/

Dieu vaincu,
Tu n'as plus d'autre Parole
Que ces corps décharnés
Où la soif a tari la prière ;
Tu dis seulement :
Je suis l'innocent,
A qui tous les bourreaux font violence. R/

Dieu sans voix,
Tu n'as plus d'autre Parole
Que ce signe levé,
Edifié sur ta pierre angulaire !
Tu dis seulement :
Mon peuple est vivant,
Debout, il signifie ma présence. R/

Dieu secret,
Tu n'as plus d'autre Parole
Que ce livre scellé
D'où l'Agneau fait jaillir ta lumière.
Tu dis seulement
Ces mots fulgurants :
Je viens! J'étonnerai vos patiences !

R/Explique-toi par ce lieu-dit :
Que l'Esprit parle à notre esprit
Dans le silence !

Par Hymne 26 janvier 2018 à 6 h 16 Répondre à ce commentaire

Commenter ce texte.
la parole de Dieu dit celui qui écoute ma parole et croit en celui qui m'a envoyé il sera sauvé il ne passera pas au jugement mais quitteras de la mort a la vie éternel dont ne dite pas que mangerons nous que boirons nous tous ces choses notre père céleste c'est que nous en avons besoin rechercher d'abord le royaume et la justice de Dieu et tous ces choses vous serez donné en plus ne vous inquiété dont pas du lendemain car elle prendra soin de lui même.

Par Michel 26 janvier 2018 à 0 h 58 Répondre à ce commentaire

Commenter ce texte.
la parole du seigneur est merveilleux depuis le jours que j'ai choisis de suivre christ de tout mon coeur ça été la plus belles choses dans ma vie.

Par Michel 26 janvier 2018 à 0 h 41 Répondre à ce commentaire

Pierre , n'est-ce pas ce qui est écrit ?
Sur cette "pierre je bâtirais mon église !
La foi , montre la vérité , la fidélité , c'est cette sacrée alliance nouvelle , qui est dans l'amour .
Pierre angulaire , vivante , ce sont les apôtres , les membres de cette alliance par le baptême .
Porter sa croix , sa pierre :Jérusalem ville sainte , psaume 87 verset 6:en elle tout homme est né ,
et c'est le Très Haut qui la consolide . Jésus en nous invitant à nous aimer les uns les autres , nous
donne d'être Un , dans l'amour , c'est dire Trinité , pour tout un chacun , mais tous Un dans celle-ci .
L 'apôtre Pierre , ainsi démontre ce qu'est La Paix du Christ . Sinon vous aurais-je dit :je pars vous préparer
une place ? Qui croit en moi fera les oeuvres je fais , c'est être fidèle au Père .S'aimer mutuellement porte
du fruit , l'inverse demande encore la conversion , prier les uns pour les autres , c'est être une "maison de
prière , un peuple de frères à la louange du Dieu Vivant .

Par fred 19 mai 2017 à 7 h 46 Répondre à ce commentaire

"Nous sommes ENTRES Nous sommes RESTES chez lui (l'évangélisateur : le serviteur de Dieu affecté). Chant sur le livret : "Reste ici au milieu de nous, reste ici au milieu de nous et (la paix, l'amour, la joie, l'humilite, le rire, le mariage, l'unité familiale, communautaire, fraternelle.....reviendra). Donne (la paix, l amour, la parole de Dieu, le corps et le sang de Jésus) RESTE CHEZ MOI. MONTER A JERUSALEM, MONTES à Jérusalem (Monter/Montés)

Par Alberte 17 mai 2017 à 11 h 04 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires