Joseph

« Approchez -vous de moi. » Genèse 45,4

Les songes de Pharaon

Genèse 41, 17-28 ; 46-47 ; 54 ; 57

Pharaon dit à Joseph : « Dans le songe, j’étais debout au bord du Nil, et voici que montaient du Nil sept vaches, bien grasses et de belle allure, qui broutaient dans les roseaux.
Puis, derrière elles, montaient sept autres vaches, chétives, très laides et décharnées. Je n’en avais jamais vu d’une telle laideur dans tout le pays d’Égypte.
Les vaches décharnées et laides mangeaient les premières vaches, les grasses, qui entraient dans leur panse. Mais on ne s’apercevait pas que les grasses étaient entrées dans leur panse : elles restaient aussi laides qu’avant. Alors je me suis réveillé.
Mais j’ai encore vu, en songe, sept épis qui montaient sur une seule tige ; ils étaient pleins et beaux. Puis, après eux, germaient sept épis durcis, maigres et desséchés par le vent d’est.
Et les épis maigres avalaient les sept beaux épis. J’en ai parlé aux magiciens, mais personne n’a pu me fournir d’explication. »
Joseph répondit à Pharaon : « Pharaon n’a eu qu’un seul et même songe. Ce que Dieu va faire, il l’a indiqué à Pharaon.
Les sept belles vaches représentent sept années, et les sept beaux épis, sept années : c’est un seul et même songe !
Les sept vaches décharnées et laides qui montaient derrière les autres représentent sept années ; de même, les sept épis vides et desséchés par le vent d’est. Ce seront sept années de famine.
C’est bien ce que j’ai dit à Pharaon : ce que Dieu va faire, il l’a montré à Pharaon.
Joseph avait trente ans quand il se tint en présence de Pharaon, le roi d’Égypte. Il prit congé de lui et parcourut tout le pays d’Égypte.
Pendant les sept années d’abondance, la terre produisit à plein.
Alors commencèrent les sept années de famine, ainsi que Joseph l’avait annoncé. La famine sévissait partout, mais dans tout le pays d’Égypte il y avait du pain.
De partout on vint en Égypte pour acheter du blé à Joseph, car la famine s’aggravait partout.

Méditation

précédente suivante

Les histoires bibliques nous regardent

Les rêves de Pharaon sont aux couleurs de l’Égypte. Ces vaches et ces épis, ils habillent encore les murs splendides des tombeaux de la vallée des rois. Mais si l’auteur biblique a pu s’inspirer du récit d’un voyageur, relatant ce qu’il a vu là-bas, l’Égypte dont parle la Genèse n’est pas seulement, pas d’abord, un pays réel dans l’histoire réelle. La Bible ne raconte pas l’histoire. Il lui arrive bien sûr de le faire, et c’est aux historiens de discerner là où c’est le cas.
Les récits bibliques sont faits pour éclairer les pas d’un peuple en marche dans le temps. Les pas d’hier, nos pas d’aujourd’hui. Les histoires bibliques regardent l’actualité. Elles prennent en vue notre situation présente, incertaine de son avenir. De quoi demain sera-t-il fait, que nous réserve-t-il ? Vaches grasses ? Vaches maigres ? Pas de réponse à espérer ! Ni prévisionnel, ni historien le récit biblique.
Dans l’histoire de Joseph, l’interprétation du songe de Pharaon ne se décide ni pour « vaches grasses » ni pour « vaches maigres », puisque les deux seront au rendez-vous et à égalité. Mais sur les conseils inspirés de Joseph, abondance et pénurie vont être vécues et traversées dans la foi. La foi préserve de l’orgueil en situation d’abondance et elle donne la force d’espérer en situation de manque. La leçon vaut toujours. La Bible ne raconte pas l’histoire des générations passées. Non, cette sagesse de Dieu qui a su inspirer leurs chemins, elle en garde la mémoire pour que nous marchions nous aussi à sa lumière.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

47 commentaires

"Vaches grasses,vaches maigres "

Pour surmonter les épreuves qui durent dans le temps nous avons aussi besoin de la détermination, de la patience et de la paix intérieure que seul Dieu peut nous donner, tout comme il a aidé joseph, il nous aide a combattre le désespoire et à nous accrocher à notre espérance. ..ne perdons pas espoir...
Pensons à Joseph, il ne s'est jamais departi de sa bonté, de son humilité, de son endurance et de sa foi....bien fraternellement

Par brig 11 juillet 2017 à 18 h 47 Répondre à ce commentaire

La prière
qui jaillit du coeur,
sans paroles ou
sans formule,
est souvent la meilleure... mais les formules de prière
seront toujours nécessaires.
Il y en a qui expriment bien
ce que nous ressentons
et qui nous aident
à entrer en prière.

Nous avons sélectionné
et vous présentons
plusieurs prières
regroupées par thèmes.
Rends nos cœurs transparents

Pape Jean-Paul II

Notre Dame de la transparence,
en toi et à travers toi
Dieu nous parle :
donne-nous un cœur simple,
remplis-nous d'allégresse.
O Vierge du ''Oui'' et du Magnificat,
rends nos cœurs transparents
comme le tien.

Notre Dame de l'humilité,
cachée dans la foule,
enveloppée dans le mystère
aide-nous à porter
la Bonne Nouvelle au monde
et à nous immerger
dans le mystère du Christ
pour en communiquer
quelque chose à nos frères.

Notre Dame de la fidélité,
Toi qui sans cesse recherchais
le visage du Seigneur,
Toi qui as accepté le mystère
et qui l'as médité dans ton cœur,
Toi qui as vécu en accord
avec ce que tu croyais,
Toi qui fus l'exemple même de la constance
dans l'épreuve comme dans l'exaltation,
aide-nous à tenir nos engagements
en bons et fidèles serviteurs,
jusqu'au dernier jour de notre vie sur terre.
Auteur : Le pape Jean-Paul II .

Par Prière 11 juillet 2017 à 18 h 46 Répondre à ce commentaire

Invoque-moi et Je te répondrais ;
ah frère Pascal , je suis une vache qui a connu , la richesse extrême et la pauvreté extrême .
Je ne sais quelle herbes , j'ai mangé car je suis malade , et pourtant je continue à croire que
le signe de Dieu , l'Esprit de Dieu , est Celui des oeuvres "pleine de Sa Gloire .
Sa Parole , oui , mais comment écoutons -nous ?
Le coeur aussi à des oreilles , le Blé alors des hommes devient ce qu'il devient , celui de Dieu
abonde pour tous ,même les abeilles deviennent charismatiques , elles chantent toute la journée
la louange de Dieu ,pour nous dire de la part du Christ : Crois et tu seras sauvé toi et ta famille .
Puis dés l'aube , une brise vient doucement nous rafraîchir , le discernements des bienfaits de Dieu .
La grandeur de Dieu , la Sagesse de Dieu , le néant de l'homme , la manière de donner , Vertus de la
prévoyance ,bon et mauvais conseiller , que dire ? Les ossements de Joseph furent traités avec respect .
Exhortation /Et maintenant bénissez le Dieu de l'univers ,lui qui fait partout de grandes choses.
PS: Aujourd'hui si vous entendez sa voix n'endurcissez pas vos coeurs , comme au temps de l'exaspération .
Psaume 116: J'aime Le Seigneur car Il entend ma voix suppliante , Il a tendu vers moi l'oreille et toute ma vie
je l'appellerai.Appel à une vie chrétienne généreuse .

Par fred 11 juillet 2017 à 7 h 45 Répondre à ce commentaire

Salut Frère Pascal !
Ce récit biblique s'applique de nos jours ; beaucoup de pays vivent des périodes de famines intenses, la souffrance s'installe, mais la solidarité entre les hommes demeure par endroit.

Par Colette 29 juillet 2016 à 21 h 30 Répondre à ce commentaire

Merci Merci Vous m'aidez à garder la foi et la Joie !Nous sommes en Auvergne ,le temps est magnifique ..mais mes contacts avec les Résidents des Maisons de Retraite me manquent ! Je vis écrire à mes petits enfants et décider de vivre avec le Seigneur ,et les saints du jour

Par desmichelle colette 5 juillet 2016 à 19 h 38 Répondre à ce commentaire

Ces derniers temps je suis un peu prise, c'est pour cela que je réagi un peu tard. Veuillez m'en excuser. Je vous remercie vivement pour vos commentaires qui nous conduisent à bien méditer les passages bibliques. Soyez bénis.

Par Augustine Latey 4 juillet 2016 à 15 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci frère Pascal Marin, pour cette belle méditation, qui m'a touchée , elle me fait prendre conscience, que toutes les difficultés de la vie, m' ont rapprochée de Dieu , chaque fois que j'écoute une de vos méditation , j'en apprend d'avantage et certaines choses sont plus claires et compréhensibles . Que Dieu vous bénisse.

Par Rita Giuliani 28 juin 2016 à 19 h 46 Répondre à ce commentaire

Merci frère, très bon commentaire, qui nous remet dans une bible actuelle, non pas un récit bien ancien, passionnant mais lointain. La bible nous propose un chemin d'aujourd'hui qui devient alors chemin vers Dieu

Par Martine 24 juin 2016 à 17 h 32 Répondre à ce commentaire

Martine , je partage exactement la même réflexion . C'est une découverte très forte ,que dans la bible , c'est notre propre histoire qui se vit. Merci frère, de nous rendre la bible
si proche de nos vies, c'est un réconfort, une nourriture. Merci à toutes et tous pour vos commentaires si riches . Union de prières avec toutes et tous , surtout avec les malades.
Paulette

Par Paulette 05 24 juin 2016 à 22 h 38

Merci Frère pour les éclairages apportés. Ce n'est pas toujours facile de comprendre les messages de L'Ancien Testament.

Par Gaudillot 24 juin 2016 à 10 h 50 Répondre à ce commentaire

Difficile de rester dans la paix quand nous sommes dans des périodes de vaches maigres ! Pourtant, c'est la seule voie pour '' garder notre coeur et notre intelligence dans le Seigneur Jésus Christ''

Par Esther 23 juin 2016 à 22 h 47 Répondre à ce commentaire

Merci frère

Par Michel 23 juin 2016 à 18 h 19 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau textes et pour tous les commentaires. Cette prière monte en moi, Seigneur, fais nous connaître tes chemins, éclaire notre regard pour que nous puissions accomplir, non ce que nous voulons, mais ce que Tu veux.

Par sophie 23 juin 2016 à 6 h 40 Répondre à ce commentaire

"Marcher dans la Lumière " MERCI cher Frère de mettre en lumière le sens de notre vocation.
MERCI de nous éclairer.
Hospitalisée je peux vous écouter. 1 grand MERCI et union de prière.
MERCI à vous tous.
Marie-Hélène

Par Marie Hélène 23 juin 2016 à 4 h 52 Répondre à ce commentaire

Bon rétablissement pour votre santé Marie Hélène, je suis avec vous dans la prière, et par la pensée, car moi même je serai à nouveau hospitalisée et réopéré lundi,bien du courage, je me permets de vous embrassé fraternellement le seigneur et avec vous

Par brig 23 juin 2016 à 5 h 26

J'en ai marre de cette Église qui ne connaît et ne reconnaît que les pauvretés matérielles et ignore tout de ce que j'appellerai "la pauvreté des cœurs""...

Par Nantie 23 juin 2016 à 0 h 30 Répondre à ce commentaire

Rêve ou réalité ? la vie est ainsi faite; il y a en chacun de nous une part de rêve, rêve d'un monde où tout est beau, où on s'aime, on partage. Utopie ? peut-être, mais c'est le rêve de Dieu qui désire un monde fraternel, juste. Mais la vie n'est pas un rêve; des vaches maigres et des vaches grasses, il y en aura toujours. On le voit bien à l'heure actuelle où des enfants manquent du strict nécessaire, de l'eau potable, de nourriture, de soins... Alors que certains se gavent sans scrupule, sans souci des pauvres qui n'ont même pas un toit. Ces petits si chers à l'abbé Pierre qui disait : "sur ma tombe, au lieu de fleurs et de couronnes, apportez-moi la liste de milliers de familles, de milliers de petits enfants auxquels vous aurez pu donner les clés de vrais logements".
Nos pays sont riches, nos greniers bien greniers bien remplis, pourquoi tant de misères, d'injustices.Ne sommes-nous pas les enfants d'un Père généreux et miséricordieux qui fait tomber la pluie sur les bons et les méchants. Ce père, à qui nous demandons notre pain quotidien.
Seigneur, apprends-nous à aimer comme tu aimes, à donner sans compter. Que nous sachions garder nos mains ouvertes, un coeur généreux, sensible à toute détresse.Vivre dans la foi les épreuves que nos rencontrons sur nos chemins, savoir que tu seras toujours là, à nos côtés.
.

Par Marjeanne 22 juin 2016 à 23 h 59 Répondre à ce commentaire

Seigneur aide nous a vivre l'aujourd'hui de notre vie tu nous dis demain se suffira d'elle même...La foi nous permet de garder confiance en celui qui est la Lumière, le Chemin, la Vie, la Vérité!!!Merci !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 22 juin 2016 à 23 h 20 Répondre à ce commentaire

Merci frère Pascal Martin de nous éclairer sur la réalité de la foi et de la force d'espérer à travers les bonnes journées et les journées difficiles ! Nous n'avons qu'à faire au mieux possible et à croire que le Père nous vient en aide jusqu'à la fin de nos jours.

Par Hélène Sauriol 22 juin 2016 à 22 h 01 Répondre à ce commentaire

Les songes de pharaon :comme dans le premier rêve interprètes par Joseph, il y a un aspect d'abondance et un aspect de predition,ilen va de même pour nos existence ici bas,elles peuvent être caractérisée tant par le bien que par le mal,la seule importance est de s'attacher a faire du bien qui fait tant du bien, une vraie source de lumière. Mais lorsque l'épreuve vient,on oublie trop vite les bienfait du passé, seul un entraînement a vivre dans l'esprit nous permet de rendre grâce à Dieu en toute circonstance, seigneur encourage moi a mettre toute ma confiance en toi,même si nous ne connaissons pas toute l'histoire du ddébut à la fin,Dieu a un plan pour chacun de ses enfants, un plan qui se révèle au fur et à mesure, avec le temps, mon Dieu tu sera toujours fidèle du passé, du présent, et du futur. ...petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 22 juin 2016 à 21 h 18 Répondre à ce commentaire

Mais comment oser pareil commentaire? Aucune trace archéologique. Sauf quelques débris( 'Voir St Paul!) qui mériteraient d'être analysés autrement que sous le diktat d'une Loi transformée en Histoire. Vos commentaires sont d'une arrogance inouïe après la Parole du Christ. Et je ne prétends aucunement à vous donner leçon! Mais l’Humilité devant les Sciences (et leurs erreurs!) ne devrait-elle pas vous rappeler (et nous aussi!) à la médiocrité de notre "savoir" de Dieu?
Qui êtes-vous pour parler ainsi ?

Par NADAUS 22 juin 2016 à 21 h 06 Répondre à ce commentaire

Merci à vous de nous nourrir de vos commentaires.A chacun d'entre nous qui vous lisons de se faire son propre "nectar"pour vivre pleinement notre foi!

DIEU nous aime et IL veille!

MERCI.

Par mic 22 juin 2016 à 23 h 07

Bonjour Nadaus,

Je me perds dans les méandres de votre pensée. Pourriez-vous l'expliciter davantage, être plus précis ? J 'ai peine à vous comprendre.

Vous évoquez d'abord un commentaire, ensuite "vos commentaires". Sont-ils donc tous dans le sac de votre réprobation ?


Genèse 41, 17-28 ; 46-47 ; 54 ; 57

Pharaon dit à Joseph : « Dans le songe, j’étais debout au bord du Nil, et voici que montaient du Nil sept vaches, bien grasses et de belle allure, qui broutaient dans les roseaux.
Puis, derrière elles, montaient sept autres vaches, chétives, très laides et décharnées. Je n’en avais jamais vu d’une telle laideur dans tout le pays d’Égypte.
Les vaches décharnées et laides mangeaient les premières vaches, les grasses, qui entraient dans leur panse. Mais on ne s’apercevait pas que les grasses étaient entrées dans leur panse : elles restaient aussi laides qu’avant. Alors je me suis réveillé.
Mais j’ai encore vu, en songe, sept épis qui montaient sur une seule tige ; ils étaient pleins et beaux. Puis, après eux, germaient sept épis durcis, maigres et desséchés par le vent d’est.
Et les épis maigres avalaient les sept beaux épis. J’en ai parlé aux magiciens, mais personne n’a pu me fournir d’explication. »
Joseph répondit à Pharaon : « Pharaon n’a eu qu’un seul et même songe. Ce que Dieu va faire, il l’a indiqué à Pharaon. Les sept belles vaches représentent sept années, et les sept beaux épis, sept années : c’est un seul et même songe !
Les sept vaches décharnées et laides qui montaient derrière les autres représentent sept années ; de même, les sept épis vides et desséchés par le vent d’est. Ce seront sept années de famine.
C’est bien ce que j’ai dit à Pharaon : ce que Dieu va faire, il l’a montré à Pharaon.
Joseph avait trente ans quand il se tint en présence de Pharaon, le roi d’Égypte. Il prit congé de lui et parcourut tout le pays d’Égypte.
Pendant les sept années d’abondance, la terre produisit à plein.
Alors commencèrent les sept années de famine, ainsi que Joseph l’avait annoncé. La famine sévissait partout, mais dans tout le pays d’Égypte il y avait du pain.
De partout on vint en Égypte pour acheter du blé à Joseph, car la famine s’aggravait partout.

lu par
Marilyne Fontaine
Ecouter
Réagir
Méditation

précédente
Les histoires bibliques nous regardent
Les rêves de Pharaon sont aux couleurs de l’Égypte. Ces vaches et ces épis, ils habillent encore les murs splendides des tombeaux de la vallée des rois. Mais si l’auteur biblique a pu s’inspirer du récit d’un voyageur, relatant ce qu’il a vu là-bas, l’Égypte dont parle la Genèse n’est pas seulement, pas d’abord, un pays réel dans l’histoire réelle. La Bible ne raconte pas l’histoire. Il lui arrive bien sûr de le faire, et c’est aux historiens de discerner là où c’est le cas.
Les récits bibliques sont faits pour éclairer les pas d’un peuple en marche dans le temps. Les pas d’hier, nos pas d’aujourd’hui. Les histoires bibliques regardent l’actualité. Elles prennent en vue notre situation présente, incertaine de son avenir. De quoi demain sera-t-il fait, que nous réserve-t-il ? Vaches grasses ? Vaches maigres ? Pas de réponse à espérer ! Ni prévisionnel, ni historien le récit biblique. Dans l’histoire de Joseph, l’interprétation du songe de Pharaon ne se décide ni pour « vaches grasses » ni pour « vaches maigres », puisque les deux seront au rendez-vous et à égalité. Mais sur les conseils inspirés de Joseph, abondance et pénurie vont être vécues et traversées dans la foi. La foi préserve de l’orgueil en situation d’abondance et elle donne la force d’espérer en situation de manque. La leçon vaut toujours. La Bible ne raconte pas l’histoire des générations passées. Non, cette sagesse de Dieu qui a su inspirer leurs chemins, elle en garde la mémoire pour que nous marchions nous aussi à sa lumière.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Lyon

frère Pascal Marin
Couvent de la Tourette
Ecouter
Réagir

Réagir
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Marie-Thérèse L.

jflopepe@skynet.be

Que nous reprochez-vous au juste ?
"Aucune trace archéologique ... la Loi ... l'Histoire ..." cela va de soi que les faits bibliques ne sont pas des faits historiques. Le frère Pascal le souligne clairement ainsi qu'Audrey (22 juin, 6h 28) : "La bible est rencontre avec Dieu qui nous parle et prend chair en nous". N'est-ce pas ainsi que les commentateurs le conçoivent ?
"Une arrogance inouïe après la parole du Christ". En quoi, voyez-vous de l'arrogance ? Et quelle parole du Christ ? Les internautes vous donneraient-ils l'impression de vouloir cerner Dieu et Le définir ? D'en propager de fausses images ?
Je crois que le Dieu qui nous habite nous révèle d'infinies parcelles de Lui-même. Les mystiques en témoignent.

Merci de vouloir bien éclairer ma lanterne (et peut-être aussi celle de nos frères et soeurs internautes).

Par Marie-Thérèse L. 23 juin 2016 à 13 h 21

Pourquoi mon texte a-t-il été coupé par la reprise du texte de la Genèse et la méditation du frère Pascal ?

Par Marie-Thérèse L. 23 juin 2016 à 13 h 25

Bien sûr que la foi préserve de l'orgueil en situation d'abondance : je n'ai que trop tendance à croire que tout m'est dû, que c'est normal d'avoir plus que les autres, que je dois être spécialement protégée en raison de mes mérites, ou juste parce que c'est moi...En réalité, la richesse autant que la pauvreté peut me faire perdre la foi (que je me dise "je n'ai besoin de personne" ou " Dieu m'en veut"). D'ailleurs, ni la richesse ni la célébrité ne préservent de l'auto-destruction (et peuvent même y pousser autant que d'être pauvre et anonyme). Je me rappelle ce mot d'une actrice connue à mon époque : "Ce qui m'a préservé, c'est que je me suis toujours rappelé que je n'étais qu'un fétu de paille dans la main de Dieu". Si ce n'est pas de l'humilité...

Par Antoinette G 22 juin 2016 à 21 h 00 Répondre à ce commentaire

Merci! une fois de plus,vous nous rappelez que la Bible n'est pas une histoire ancienne,mais qu'elle est référence pour chacun de nous aujourd'hui.
Je note: les récits bibliques sont faits pour éclairer les pas d'un peuple en marche dans le temps.Merci d'actualiser la Genèse.

Par colette.devos 22 juin 2016 à 20 h 56 Répondre à ce commentaire

Les conseils inspirés de Joseph ...
Divine Providence !
Si vous aviez la foi comme un grain de sénevé ...Fait
se déplacer les montagnes , Pharaon par la confiance en Joseph ,
fait de lui SON GOUVERNEUR , plus loin , notre situation , n'est pas
encore dans cette confiance , partant de soi-même, des autres , on
met des freins , des Tu Crois ! Mais quand on aime , on part au quart
de tour , comme des vaches grasses , mais il est vrai , que pour le bien
tout concourt au bien , tout est bien qui finit bien ...La Foi, sous toutes
ces formes , c'est la foi , quand à l'orgueil , c'est comme les montagnes russe ...
Ce qui compte c'est le soutien , que l'on attends de Dieu , puis ce qui est possible
de faire , car ailleurs et ici , qu'importe c'est notre monde ..Faire mémoire , oui, l'homme
est doué d'une telle intelligence , d'une telle beauté , quand ils se donnent à Dieu ...
On retrouve toutes les saveurs des bienfaits , à l'inverse , faut prier , qu'une pluie de
bénédictions leur tombent dessus , car il y en aura aussi pour nous , dans la sagesse de Dieu .
Celui qui mange peu , beaucoup , pas du tout , vit quand même pour Dieu , mais bon on refait pas
le monde ,faut avoir le pied Marin , merci frère Pascal

Par FRED 22 juin 2016 à 19 h 21 Répondre à ce commentaire

Merci Fred et tous les Gracieux dont le coeur palpite à cette lecture et ce commentaire. Merci Frère Pascal de nous éclairer et aux acteurs comme Maryline de nous faire entendre cette ressource magnifique. Dans le Temps qui nous dévore et nous avale avec notre impatience, notre fougue, notre désespoir parfois, la Parole nous invite au recueillement, à cet espace qui n'est plus l'agitation mais la méditation dans l'Amour infini. Et comme par magie, on retrouve ce petit brin de sérénité, cette graine si minuscule de Paix qui peut grandir en nous.
Moi qui suis si bavarde et dispersée, parce que je suis toujours dans la palpitation et l'émotion,je découvre l'exercice du silence en soi pour faire pousser ce coeur de papillon qui volette fragile et mystérieux aux confins de l'abîme. Je n'échappe pas à la douleur en priant plus ancrée dans la Parole mais je comprends mieux les subtilités et les affres de notre condition humaine, je lâche prise et j'accepte le Conseil du Très-Haut. "Le Vent se lève / il faut tenter de vivre" nous dit le Poète, tous les textes bibliques comme tous les textes poétiques sont des palimpsestes fabuleux qu'il nous faut décoder, patiemment, tendrement et inlassablement pour retrouver ces miettes d'amour, cet O R inépuisable, ce trésor qui nous réjouit à chaque souffle.
Sourions et inspirons, nous pouvons survivre, notre toute petite infime si minuscule contribution à la cathédrale d'amour du Très-Haut est nécessaire parce que sur terre nous sommes le C O R P S du Christ. C'est cette mission que nous préservons en priant et partageant ensemble. Merci à tous d'eXister et de prier ainsi liés dans l'Amour. Communion de Prière.

Par Nathalie Henry 23 juin 2016 à 11 h 04

Que nous soyons dans l'abondance matérielle ou spirituelle, ou dans la privation, tout vient de Dieu qui nous donnes la joie, celle que personne ne peut nous ravir. Mais quand l'abondance est à notre porte, faisons des réserves d'Espérance. Et en tous temps rendons grâce, car tout est "cadeau"

Par ANNE-MARIE 22 juin 2016 à 19 h 10 Répondre à ce commentaire

Comme Joseph, marchons, marchons notre vie au jour-le-jour ; les bons et les mauvais, nous voulons les vivre dans l’Espérance, le Seigneur est avec nous à chaque instant de notre vie. Les jours où Il nous comble de son Amour qui nourrit notre Foi, engrangeons cette joie de le savoir si près de nous. Les jours de tristesse Il est là aussi, ces jours de manque, ces jours que nous redoutons tous, ceux où nous ne le voyons plus, alors essayons de puiser dans nos réserves et crions ............ « viens Seigneur, viens, car nous ne pouvons pas sortir seuls de ce bourbier d'où nos cœurs t'appellent..., viens nous chercher ! »

Par Marie-Madeleine 22 juin 2016 à 18 h 46 Répondre à ce commentaire

Merci d’être la pour nous. J'avais autrefois les prêtres qui chantait la chanson de Zacharie et quelque autres, ou sont-ils maintenant je les voie plus. J'ai bien besoin de vous tous. MERCI et que DIEU vous bénis. bien à vous Pierre Malette.

Par Pierre Malette 22 juin 2016 à 17 h 24 Répondre à ce commentaire

Je lis les lectures du jour presque quotidiennement. Grâce à cette méditation, ma lecture de ces textes sera faite sous un éclairage nouveau. Merci

Par Alphonse Lemieux 22 juin 2016 à 17 h 19 Répondre à ce commentaire

Cette 'marche dans la Bible' éclaire aujourd'hui les pas de notre humanité sur le chemin de lumière vers le Père. Merci Frères et Soeurs et tous les pélerins de notre site à baliser ce chemin. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 22 juin 2016 à 16 h 13 Répondre à ce commentaire

C'est ma cousine qui m'a fait parvenir votre site.
J'espère être plus cultivée à travers vos publications.
Union de prières.

Par Marie Abouhamad 22 juin 2016 à 15 h 54 Répondre à ce commentaire

"La foi préserve de l'orgueil..... en situation de manque". Si je partage ce qui est énoncé dans la seconde partie de la phrase, je suis plus réservée pour la 1ère partie. Je ne vois pas de rapport entre la foi et l'absence d'orgueil en situation d'abondance.
Merci de m'éclairer sur ce point qui ne m'empêche pas d'apprécier la symbolique du texte et la méditation de Frère Pascal. Que la sagesse de Dieu nous inspire sur notre chemin.

Par mahona 22 juin 2016 à 15 h 00 Répondre à ce commentaire

Cette histoire n'est pas seulement une leçon de bonne gouvernance économique ("gouverner c'est prévoir"). Il est bon de faire des réserves, non pour thésauriser, mais pour les utiliser au bien de tous ceux dont on est responsable. Cette prévoyance responsable ne vient pas en contradiction avec la parole du Christ ( '"soyez comme les oiseaux du ciel"). Dieu ne nous veut pas irresponsables, mais confiants en nos capacités, en lien avec lui par la prière et avec les autres par l'action, de ne nous laisser ni emporter ni écraser par les circonstances de la vie.

Par Antoinette G 22 juin 2016 à 10 h 54 Répondre à ce commentaire

Merci frère Pascal Marin pour cette méditation :

"La foi préserve de l’orgueil en situation d’abondance et elle donne la force d’espérer en situation de manque."

Merci CHANTAL pour ces mot :

"ETRE ALLIEE avec DIEU pour porter du fruit".

Cela nous donne la force défendre et de préserver la VIE en nous et autour de nous.
, ce don donné en Christ!

Emma!

Par Emma 22 juin 2016 à 10 h 49 Répondre à ce commentaire

"La foi préserve de l’orgueil en situation d’abondance et elle donne la force d’espérer en situation de manque."
Encore faut-il savoir de quelle "foi" "on" parle... Mais chacun est libre, de croire à ou en ce qu'il veut, d'avoir sa propre foi, en Dieu, en l'homme, en l'autre ou les autres, en l'avenir, en la société, en la mondialisation, ou tout courant politique ou religieux, et même en lui-même!...
Il est des "charlatans" plus efficaces que de "bons médecins", mais pas forcément pour tout le monde...

Par & 22 juin 2016 à 9 h 31 Répondre à ce commentaire

Dans le bouddhisme il y a le Bouddha historique, Shakyamuni, et le bouddha qui est en chacun de nous comme l'Esprit Saint qui vit en tous les chrétiens et les guide dans leur vie de tous les jours. Tout comme la bible historique et la bible chemin de vie.
Merci Frère Pascal

Par Tikirasta 22 juin 2016 à 9 h 29 Répondre à ce commentaire

"Abondance et pénurie peuvent être vécues dans la foi", qui préservent de l'orgueil et du désespoir. L'avenir est toujours incertain, mais l'homme en lien avec Dieu peut se prémunir des risques de perdition, psychologique ou matérielle.
Cela me rappelle un film où les deux personnages principaux (des tueurs à gage) manquaient d'être tués à leur tour. L'effet sur chacun était radicalement différent. L'un, parce qu'il avait une base de foi et s'était simplement fourvoyé sur le chemin, comprenait que la vie est très fragile et qu'il devait utiliser sa force pour le bien (défendre les plus faibles). L'autre en déduisait au contraire qu'il était invulnérable et continuait la même vie, jusqu'à finalement mourir pour de bon.
La foi (la conscience de notre place sur terre) ne nous protège pas des aleas de la vie, mais de nous même, de l'auto-destruction. J'ai été longtemps spectateur de ma vie. Je comprends maintenant que je suis alliée avec Dieu, non pour me tenir à l'abri, mais pour croître et porter du fruit.

Par chantal grisaud 22 juin 2016 à 9 h 29 Répondre à ce commentaire

oui marcher a la lumière avancer dans la foi au christ

pas de leçon écrite , dicté , faire confiance

accepté d’être Déranger le moins facile quant nous avons tout ou presque

pas de discours , des actes de foi !!!!!

merci frères et sœurs

Par albatre 22 juin 2016 à 9 h 24 Répondre à ce commentaire

"La foi préserve de l’orgueil en situation d’abondance et elle donne la force d’espérer en situation de manque."
Frère Pascal, cette méditation est une leçon d'humilité.
Oui, car dans la vie courante il peut y avoir des périodes de vaches grasses : du travail, la santé, une vie sociale et familiale épanouie, ..... , mais il y a aussi les revers, les périodes de vaches maigres : chômage, divorce, maladie, marginalisation, .....
Alors trouvons dans la foi la force nécessaire pour combattre les comportements déviants pouvant faire sombrer, dans la situation la plus difficile ou d'exulter dans l'opulence, ce qui n'est pas facile pour bon nombre de personnes.
Alors, soyons humbles, faisons preuve de sagesse et de dignité pour ne pas gêner les autres en ayant la foi en cette année de Miséricorde..

Par SYLVESTRE14 22 juin 2016 à 9 h 10 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette médiation! "La foi préserve de l’orgueil en situation d’abondance et elle donne la force d’espérer en situation de manque." L'orgueil et la foi ne font pas bon ménage et l'abondance peut-être source d'orgueil dans un monde où les gens ne voient que l'apparence et aiment ne regarder que leur nombril. La foi donne la force d'espérer et c'est ce qui à mon avis fait qu'on dise que les croyants résistent mieux à la souffrance ou que le taux de suicide est moins élevé en leur sein comme l'a montré Émile Durkheim dans son étude sur le suicide...

Par Gilles 22 juin 2016 à 8 h 56 Répondre à ce commentaire

"La bible s'incarne et donne vie", merci Audrey pour votre commentaire très juste.
Le passage du jour nous enseigne à être prêts aux jours de famine. Lorsque tout va bien et que nous sommes dans l'abondance nous n'imaginons pas ce que peut engendrer le manque.

Seigneur, Tu as "préparé" Joseph en lui enseignant en songe le sort qui attendait le pays d'Egypte, il a su entendre et comprendre ton dessein: aide-nous, nous aussi à entendre et comprendre ce que Tu attends de nous à tout instant de notre vie! UDP

Par MARIE 22 juin 2016 à 8 h 49 Répondre à ce commentaire

"La foi préserve de l’orgueil..."
Je ne crois pas qu'elle "préserve" de l'orgueil. Je crois même qu'elle peut avoir l'effet pervers de dissimuler l'orgueil derrière une "fausse humilité"... Gare à la chute!... Dans une citerne ou comme esclave... Et malheur à celui par qui le "scandale" arrive...

Par Handicapé relationnel 22 juin 2016 à 8 h 46 Répondre à ce commentaire

la FOI préserve de l'orgueil en situation d'abondance, et permet d'espèrer en situation de manque, Seigneur montre nous le chemin en toutes situations..que ce chemin soit direction d'amour

Par Joelle 22 juin 2016 à 8 h 01 Répondre à ce commentaire

Comme cela est vrai, fr. Pascal! L'historien est face au texte. Savoir qui l'a écrit, quand, pour qui, dans quel but, dans quel contexte et quelle en est sa portée. Le replacer dans le temps et l'espace. S'attacher aux mots - chaque mot a son histoire propre, chacun a été choisi et renvoie à d'autres textes à qui il se lie. Que dit-il, ce texte, et, parfois tout aussi important, que ne dit-il pas. Voilà la méthode de l'historien, je la connais bien.

Par bien des aspects, cette méthode est celle qui éclaire un texte biblique et pourtant elle est, il me semble, vide de sens si appliquée ainsi. Car l'historien, toujours, se place en retrait. Face au texte, il ne prend pas parti - il s'y efforce en tout cas. Le texte ne le concerne pas, lui.

Mais la Bible me concerne. La Bible se vit. Elle s'accueille, se reçoit. Elle a aussi besoin de mon 'oui', de la libre offrande de ma personne à sa parole. Besoin que je me livre au Livre, m'ouvre au texte et le laisser résonner à ma propre histoire. Celle que j'y lis est celle de ma vie. Sa lumière l'éclaire et je le nourris, aussi, de mes blessures, de mes soifs, de mes pauvretés, de mes cris. Non plus spectateur, mais acteur.

La Bible est rencontre avec Dieu qui me parle et prend chair en moi. Elle est une avec lui. Rencontre aussi avec ceux qui l'ont lue, ceux qui la lisent. Avec leur faim propre, unique, et leur regard qui l'est tout autant et ouvre le mien. La Bible est histoire d'union, à Dieu, à son peuple. Ses chemins sont miens mais c'est ma vie qu'elle réclame pour les parcourir. Le Verbe est une personne, et la Bible s'incarne. La Bible s'incarne, et donne vie.

Par Audrey 22 juin 2016 à 6 h 28 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires