Abraham

« Marche en ma présence. » Genèse 17,1

L'apparition de Membré

Genèse 18, 1-14 ; 21, 1-3

Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour.
Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Dès qu’il les vit, il courut à leur rencontre depuis l’entrée de la tente et se prosterna jusqu’à terre.
Il dit : « Mon seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur. Permettez que l’on vous apporte un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre. Je vais chercher de quoi manger, et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! »
Ils répondirent : « Fais comme tu l’as dit. »
Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il dit : « Prends vite trois grandes mesures de fleur de farine, pétris la pâte et fais des galettes. »
Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer.
Il prit du fromage blanc, du lait, le veau que l’on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient.
Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. »
Le voyageur dit : « Je reviendrai chez toi au temps fixé pour la naissance, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. » Or, Sara écoutait par-derrière, à l’entrée de la tente.
Abraham et Sara étaient très avancés en âge.
Elle se mit à rire en elle-même ; elle se disait : « J’ai pourtant passé l’âge du plaisir, et mon seigneur est un vieillard ! 
Le Seigneur Dieu dit à Abraham : « Pourquoi Sara a-t-elle ri, en disant : “Est-ce que vraiment j’aurai un enfant, vieille comme je suis ?”
Y a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir ?
Le Seigneur visita Sara comme il l’avait annoncé.
Elle devint enceinte, et elle enfanta un fils pour Abraham dans sa vieillesse, à la date que Dieu avait fixée. Et Abraham donna un nom au fils que Sara lui avait enfanté : il l’appela Isaac (c’est-à-dire : Il rit).

Méditation

précédente suivante

Prochain de l’inattendu

Dans le désert écrasé par la chaleur, l’hospitalité n’est pas une mondanité, mais une question de vie ou de mort. Impossible de laisser des étrangers seuls dans ce désert, tout près d’Hébron, sans nourriture ni boisson. Abraham obéit à cette règle de l’hospitalité perpétuée jusqu’à aujourd’hui par les Bédouins : il accueille ces visiteurs comme Dieu lui-même, les honore avec piété et leur donne avec générosité.
En retour, ces visiteurs lui promettent un fils qui sera toute sa joie et dont la simple idée fait rire Sara qui n’y croit pas vraiment. Accueillir Dieu, c’est se laisser surprendre, c’est découvrir Dieu là où je ne m’y attends pas. Dieu peut surgir, à l’improviste, avec un visage qui m’était inconnu.
Ici, à Jérusalem, je m’attendais à le rencontrer dans le visage d’un pèlerin et il m’a surpris en venant à moi sous les traits d’une vieille femme musulmane qui mendie, le regard plein de dignité et de joie malgré sa situation.
Je ne décide pas où, quand et comment Dieu viendra se présenter à moi. Partir à sa recherche ? Oui, mais je dois me tenir prêt, sur le seuil, prêt à accueillir l’étranger, ce prochain de l’inattendu. Dieu m’enverra ce prochain que je n’attendais pas et je recevrai la vie en plénitude, le désir le plus profond de mon cœur qui m’était peut-être inconnu. Sur nos routes, préparons-nous donc à nous laisser surprendre. Donnons gratuitement, car Dieu est derrière chaque visage. Alors, lorsque nous le verrons face à face, il nous dira : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. »

Méditation enregistrée dans un studio du Christian Media Center

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

70 commentaires

je m'excuse pour ce retard !!!! Oui effectivement nous ne savons pas le moment ou Dieu nous surprend il faut être prêt à accueillir, car il nous dira j'étais malade , en prison vous m'avez pas visité, nu vous m'avez pas revêtu , j'avais faim et soif vous ne m'avez pas donné à manger, à boire...Oui Seigneur chaque fois que nous aidons notre prochain c'est toi que nous aidons....Aide moi à être plus proche des étrangers qui sont mes frères !!!Amen!!!

Par honoré marie-noëlle 26 juillet 2017 à 23 h 21 Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup frère Olivier pour votre belle méditation et invitation à accueillir l'étranger, à voir Dieu en lui, en chacun et chacune de ceux que nous rencontrons tous les jours!
Pas facile d'être attentif toute la journée! mais rien n'est impossible à Dieu!
Chantal

Par chantal 28 juin 2017 à 19 h 21 Répondre à ce commentaire

Quel beau témoignage frère Olivier ! Comme vous j' ai vu le visage du Christ dans le visage de personnes qui mendiaient . Je pense à une gitane à la sortie de l' église Saint Delphin à Bègles . Son regard était rempli de joie et de bonté malgré une vie certainement difficile . Je lui ai donné une pièce avec joie et me suis efforcé de lui donner mon plus beau sourire en retour .

Par Séverine 26 juin 2017 à 9 h 45 Répondre à ce commentaire

Oh combine votre méditation nous a fait du bien, mon mari et moi.

Nous sommes bénévoles dans un quartier dit "difficile" peuplé , en majorité de musulmans. Nous cherchons à créer du lien social : visites à domicile, contacts avec les instances administratives, associatives et religieuses. accompagnements divers : migrants, personnes en difficultés financières passagères, …
Nous sommes touchés de la confiance, de l'accueil de toutes ces personnes et les portons dans la prière et la messe !
Lors des visites, c'est l'accueilli qui devient accueillant.

Nous sommes paroissiens de la paroisse tenue par les dominicains de Toulouse.
Encore un immense merci pour cette méditation qui nous soutient dans notre action.

Marie Françoise

Par Monchoux M. F. et Pierre 24 juin 2017 à 10 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle histoire biblique et actualisée à l'aujourd’hui de chacun!
Que nous nous en souvenions lors de nos rencontres avec nos frères et soeurs .
Merci à frère Olivier!
Fauvette

Par Fauvette 23 juin 2017 à 10 h 42 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle histoire biblique et actualisée à l'aujourd’hui de chacun!
Que nous nous en souvenions lors de nos rencontres avec nos frères et soeurs .
Merci à frère Olivier!

Par Fauvette 23 juin 2017 à 10 h 41 Répondre à ce commentaire

Chère Monette,
Votre message enthousiaste nous comble certainement toutes et tous.
Bienvenue à Anaëlle !
Que sa présence toute réjouissante vous aide à affronter les soucis de santé de votre mari.
Bien amicalement à vous,

Par Bernard (Bruxelles) 22 juin 2017 à 20 h 00 Répondre à ce commentaire

Je viens de mettre une réponse à une internaute elle n'apparaît pas, ET LE COMMENTAIRE DE L'INTERNAUTE A DISPARU, pourquoi ? d'autre part pourquoi il y a des commentaires de 2016 ? Si quelqu'un pouvait me répondre ? CE dont je doute....
cette année ce site est très mal fait, lorsque plusieurs personnes répondent à un internaute, le commentaire de l'internaute revient à chaque fois - à revoir
MERCI

Par lulu 22 juin 2017 à 14 h 20 Répondre à ce commentaire

Dans la vie, il arrive que nous ayons à nous débattre devant des situations qui nous paraissent insolubles parce qu'on veut absolument se débrouiller tout seul; on pense résoudre ses problèmes sans l'aide de personne, pas même de Dieu. Ce qui nous manque c'est la confiance en Celui qui peut tout. Le Père qui nous aime est là, prêt à nous prendre dans ses bras, à nous consoler, à nous relever, à nous restaurer, à nous aider à reprendre la route, il sera toujours à nos côtés, prêt à nous à nous redonner confiance.
Abraham a fait preuve d'une foi incroyable, il a eu raison, Dieu n'est pas un Dieu cruel; il est amour et miséricorde, il ne nous demande jamais d'accomplir des exploits , mais de répondre à son amour.
Seigneur, apprends-moi à voir avec tes yeux, ton regard. Aide-moi à voir au-delà de mes problèmes et à garder mes yeux fixés sur toi.
Par Marjeanne 6 juin 2016 à 21 h 58

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 22 juin 2017 à 11 h 09 Répondre à ce commentaire

Et voilà !
Le 6 juin de l'an dernier, notre chère Marie Jeanne débarquait déjà avec ces considérations vivifiantes dont elle a le secret.
Bonne idée, chère grande sœur, d'avoir été repêcher ton beau message qui reste d'actualité.
Et merci pour les gentils mots que tu sèmes ici et là sur ce forum. Quand on sème ainsi, on s'aime !

Par Bernard (Bruxelles) 22 juin 2017 à 20 h 05

Merci, frère Olivier.
Je suis interpellé par l'attitude d'Abraham qui se prosterne jusqu'à terre
devant les trois arrivants.
Quelle humilité face, à des inconnus.
Je ne sais pas si je ferais la même chose.

Je crois cependant qu'Abraham
a perçu que Dieu est au plus près du cœur de chacun de nous...
... en commençant, historiquement, par le sien.
Il l'a perçu chez ces trois visiteurs.
C'est Dieu qui nous parle et à qui nous pouvons répondre.
Extraordinaire.

C'est un dialogue avec le Père, plus fort que le doute,
plus fort que le poids de nos habitudes,
et plus fort que nos désillusions,
plus vivant que les jugements dont j'ai affublé les autres
et que je porte sur moi de façon si raisonnable...

Heureusement le Fils, Dieu Lui-même,
est venu me montrer
que le royaume de Dieu commence à ma porte,
juste devant mes pauvres constructions personnelles.

Le Royaume, où Jésus est présent,
c'est quelque chose de nouveau.
Il n'est pas le fruit de mes constructions.
C'est un monde nouveau,
habité par l'Amour du Père.
Je le perçois - parfois - dans l'intimité de mon cœur.

Le Royaume du Père commence, me semble-t-il, avec mon prochain.
Le Fils nous a donné la Paix et l'Esprit
pour Le découvrir découvrir encore et encore
par l'amour, le partage et le pardon.

Je nous souhaite bien modestement,
à chacun de percevoir au moins une fois aujourd'hui,
cette paix dont nous avons tant besoin.

Bonne journée, vraiment

Par Paul (Belgique) 22 juin 2017 à 8 h 04 Répondre à ce commentaire

Cher Paul, merci pour ce beau témoignage.

Décidément, nos frères belges sont en pleine forme !
Merci de nous faire partager vos réflexions si justes, si spontanées.
"Percevoir Dieu dans l'intimité de son coeur" ! Dieu est au plus près de chacun, il se tient à la porte de notre coeur. Savoir le reconnaître sous l'aspect du voyageur, du mendiant; lui ouvrir et l'inviter à notre table.

Merci ! bien fraternellement

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 22 juin 2017 à 11 h 03

Merci, Marie Jeanne.

je pense à un violoniste célèbre, Isaac Stern,
qui disait que si une œuvre musicale s’écrit avec des notes,
la musique, elle, elle vit grâce à « ce qui se passe entre les notes ».

Le Royaume du Père, n'est-ce pas un peu la symphonie de Sa Création...
Et nous sommes tous dans l'orchestre ...

Bonne soirée à tous,

Par Paul (Belgique) 22 juin 2017 à 19 h 06

Merci Paul (de Belgique) de vos commentaires que je lis assidument (mais pas au jour le jour !) et en particulier pour cette mention d'Isaac Stern : je pense en effet que tous les grands artistes, compositeurs ou exécutants, sculpteurs et peintres, auteurs plus ou moins connus, sont inspirés par Dieu.

Par Lyonyx 2 août 2017 à 14 h 10

« C'est que nous avons à devenir le berceau de Dieu, dans notre histoire humaine d'aujourd'hui, en réalisant une authentique maternité divine. «
Très chère Brig, cette phrase me rejoint tellement. Il y a plusieurs années, à Noël, j’ai reçu dans mon cœur, cette parole que Jésus m’adressait : « Je veux venir dans la crèche de ton cœur. » Depuis je lui renouvelle très souvent, et pas seulement à Noël, mon oui et ma grande joie de l’accueillir et de le bercer. Merci pour votre spontanéité et votre coeur d’enfant.
Je trouve très intéressant tous ces nouveaux internautes qui ajoutent une belle note de
fraîcheur et de spontanéité à tous les échanges d’anciens et de nouveaux commentateurs.
J’ai pris du retard, encore une fois, mais c’est avec reconnaissance que je retrouve chacun de vous. À la prochaine

Par Micheline (Canada) 22 juin 2017 à 4 h 36 Répondre à ce commentaire

Bien heureuse de vous retrouvez Micheline, sur le site,j'espère de tout coeur, que votre santé c'est améliorer, nous qui sommes là depuis quelques années, on crée des liens petit a petit, est quand quelqu'un manque a l'appel de notre marche, je me demande, si tout va bien,je reste uni a vos prières, bien fraternellement

Par brig 22 juin 2017 à 13 h 18

Chère Micheline,
Tout comme Brig, qui l'exprime si bien, je me réjouis de vous retrouver si communicative parmi nous, et suis heureux de voir que vos premières réflexions s'adressent précisément à notre chère Brig, toujours sur la brèche pour faire mousser le bon dialogue au sein de notre communauté. Que ce train en marche (on le désigne parfois sous la marque "Micheline") reste vaillant pour nous transporter toutes et tous !

Par Bernard (Bruxelles) 22 juin 2017 à 20 h 19

Merci frère Olivier ! C'est beau, très beau ! Merci de nous rappeler l'essentiel dans notre monde occidental qui a perdu sa joie de vivre et le sens de l'hospitalité !

Par LANGEVIN ODILE 21 juin 2017 à 22 h 15 Répondre à ce commentaire

Belle méditation, merci frère Olivier; comment Dieu se présente à chacun de nous ? comment le reconnaître, comment l'accueillir quand il a soif, faim de pain, d'amour. Vous l'avez , cher frère reconnu sous les traits de cette vieille femme pauvre mais digne. Un beau témoignage.
Dieu est présent partout où il y a des hommes à aimer, à servir. A chacun de savoir le reconnaître.
Abraham l'a reconnu sous l'aspect de trois personnes. Ca me fait penser au Dieu Trinitaire.
Dieu est imprévisible. Il se manifeste à tout moment, là où je l'attends le moins; à moi de le reconnaître. Il est présent en chacun de nos frères et soeurs si différents les uns des autres, Il attend d'être reconnu, accepté. Chercher son visage dans les petits, les migrants qui ne sont pas hélas toujours accueillis avec respect, en frères.
Nous sommes des voyageurs, notre route est semée d'embûches; savoir pendant notre périple être attentif à chaque signe que Dieu nous fait, être toujours prêts à le reconnaître, à lui venir en aide quelque soit l'aspect sous lequel, il se présente à nous.
En une vie que de rencontres. Seigneur, j'ai fait de mon mieux pour te reconnaître, te servir, t'aimer, en ceux que tu as mis sur ma route. Te reconnaître même au téléphone dans ces démarcheurs qui appellent à longueur de journée, ne pas les rembarrer, être correct.
Madeleine Delbrêl disait : C'est Jésus qui m'appelle !

Par Marie Jeanne 21 juin 2017 à 20 h 39 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier ,
Trois étrangers ..., allez savoir pourquoi je pense à la Très Sainte Trinité !

Par fred 21 juin 2017 à 19 h 01 Répondre à ce commentaire

Dieu est derrière chaque Visages, ,

Le bien est quelqu'un à aimer, c'est Dieu lui - même, sous les traits du prochain, de tout prochain,
Aujourd'hui, maintenant, ce soir,demain, a chaque heure du jour,il nous confie son visage, c'est lui,sa pauvreté, sa solitude et sa vie même,
C'est jusque - là qu'il faut aller, ce lien de charité, si le premier prochain est Dieu, si la vie divine est remise entre nos mains,
c'est que nous avons à devenir le berceau de Dieu, dans notre histoire humaine d'aujourd'hui, en réalisant une authentique maternité divine.
"Celui qui fait la volonté de Dieu est mon frères et ma soeur et ma mère "

* Laissons donc se graver a l'intérieur de nos coeur cet appel de Dieu vivant,source qui jaillit en vie éternelle, un Dieu parfois caché qu'il faut sans cesse découvrir et qui doit chaque jour être a neuf en chacun *

Par brig 21 juin 2017 à 16 h 35 Répondre à ce commentaire

Merci de tout cœur, chère Brig ! Chacune de vos paroles est une manne bienfaisante sur notre route d'affamés, un témoignage de vitalité évangélique pour les assoiffés de Vérité que nous sommes toutes et tous.
Continuez de nous soutenir et de nous éclairer, en portant avec un tel courage, par-dessus vos propres souffrances, le souci des petites et grandes tribulations qui s'expriment sur ce forum.
Merci, chère petite grande sœur !

Par Bernard (Bruxelles) 21 juin 2017 à 20 h 14

Chère Brig que j'aime ton optimisme, ta foi, ta générosité. Tu es un exemple pour nous tous.
Je suis tout à fait d'accord avec Bernard; ta parole est apaisante, revigorante .
Merci petite soeur.

Je t'embrasse affectueusement

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 21 juin 2017 à 20 h 48

Marie Jeanne, Bernard,
L'autre jour, je me disais que je répétés toujours la même chose, mais Paul, ce jour là ma bien éclairé a ce sujet, ainsi que vous touse,chacun a sa façon, a sa manière, tout vos commentaires sont enrichissante, je lis et relis plusieurs fois par jours,
je ne peu que dire tout simplement que j'aime mon Dieu, mon seigneur, ma douce vierge marie, il guide nos pas,,,et on ne répète jamais assez quand on aime,
je souhaite une douce nuit, dans l'amour et la paix du christ bien chaleureusement

Par brig 21 juin 2017 à 22 h 30

Dieu vient de faire un précieux cadeau à notre famille, ma petite-fille Anaëlle est arrivée ce jour à 14h30, ALLELUIA.
Nous avons tant besoin de cette bonne nouvelle, depuis que mon mari lutte sans cesse contre la maladie, courageusement,
mais avec beaucoup de souffrance.
Voici que nous recevons cette nouvelle vie, nous avons tant d'amour à lui donner !
Je tenais à vous partager notre joie, chers Bernard, Brig, Marie Jeanne, Pénélope, Fred, Audrey, et je n'oublie pas le retour de Micheline, ainsi qu'avec tous, et bien sûr les frères Dominicains !!

Par monette 22 juin 2017 à 18 h 30

Quelle merveille qu'une vie nouvelle! Que la joie de cette naissance, l'immense bonheur d'un tout-petit, soit pour vous et votre mari, Monette, le vrai soleil de cet été qui commence! Puisse-telle vous donner force, cette joie, sur ce chemin marqué par tant de douleur. Prières et pensées chaleureuses pour toute votre famille.

Par Audrey 22 juin 2017 à 21 h 48

Chère Monette,
une jolie petite fille est une vraie joie,un réel cadeau de la vie,que votre petit ange est maintenant parmi vous qu'elle vous comble de bonheur et d'amour, je ne suis pas encore mami,mais peu être un jour, mais un bébé rien de plus beau, je suis très heureuse pour vous ,je vous embrasse chaleureusement

Par brig 23 juin 2017 à 18 h 14

Quelle poésie dans cette préparation à la rencontre de notre Dieu, ce face à face inattendu!

Par Pierre Pujo 21 juin 2017 à 16 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier, en ces temps de vacances qui arrivent de nous rappeler de tenir notre cœur prêt à se laisser surprendre par l'inattendu d'une rencontre, à donner gratuitement pour recevoir cette vie en plénitude, ce désir de mon cœur qui m'était caché. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 21 juin 2017 à 16 h 18 Répondre à ce commentaire

Accueillir et donner en toute simplicité

voir Dieu dans L' autre

mon espoir la rencontre de Dieu lui-même dans l’éternité

Par albatre 21 juin 2017 à 16 h 01 Répondre à ce commentaire

Merci à ce jeune Frère qui ne peut cacher sa formation et met à notre service ses qualités littéraires. Le balancement de ses phrases rythme notre souffle intérieur et nous prenons le pas tranquille de la marche au désert.
Ici tout y est, le fond ,la forme, qui mettent en valeur l'annonce de la Bonne Nouvelle .. Aujourd'hui, le prochain de l'inattendu, c'est vous ,Olivier, comme ces messagers venus de nulle part et qui surgissent sur notre chemin.
Longue route à vous et merci de Lui avoir dit OUI.

Par Lydie GRENIE 21 juin 2017 à 15 h 47 Répondre à ce commentaire

"Découvrir Dieu là ou je ne m'y attends pas..." dit, Frère Olivier...
... D'un "certain" âge (nonante) - 15 petits enfants, etc... Je reste toujours émerveillé par le mystère de la procréation !!! TOUT EST POSSIBLE A DIEU....

Comment d'une "petite graine" (pour employer le langage de mes ar-petits enfants...) , nos épouses fécondes un nouveau-né ... avec tête, langue, mains, pieds et tout le système vasculaire, etc...
Un prodige de la main de Dieu, qui me renvoie au Psaume 138 (139)

" C'est toi qui m'a formé les reins,
"qui m'a tissé dans le sein de ma mère
"je te rends grâce pour tant de mystères
"prodige que je suis et que tes œuvres !

Par breizh 21 juin 2017 à 15 h 22 Répondre à ce commentaire

Très beau commentaire de ce texte de la Bible qui rappelle l'inattendu de Dieu (et surtout qui rappelle que Dieu n'est pas forcément là où on voudrait qu'il soit !
Merci

Par DARMEDRU 21 juin 2017 à 14 h 59 Répondre à ce commentaire

" Y a t il une merveille que le Seigneur ne peut accomplir "
j ai toujours voulu entendre ça !

Quelle puissance de Dieu ,
Quelle Perfection : seule une perfection absolue peut accomplir des merveilles !
Quelle écoute !
il connait nos désirs profonds nos souhaits profonds !
Mon Dieu
quelle Grandeur !
quelque soit la hauteur oû je te place tu es toujours plus haut ple grand plus beau
tu enchante mon âme par ta merveilleuse miséricorde pour nous

Par Sylvie Boiché 21 juin 2017 à 14 h 46 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier d'éclairer mon Esprit.
Seigneur apprend nous à te reconnaître dans ceux que Tu envois vers nous. Apprends nous à savoir accueillir et à donner en toute simplicité avec amour et humilité.

Par Boniface 21 juin 2017 à 12 h 17 Répondre à ce commentaire

OUI Dieu est imprévisible... Il est souvent là où je ne l'attends pas...
Merci Seigneur pour ces rencontres inopinées ...
Merci Seigneur pour ce prochain inattendu ...
Seigneur faites que je sois digne de ces rencontres et que je sois large d'esprit, de coeur et de promesses
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 21 juin 2017 à 12 h 02 Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour la méditation d'aujourd'hui. L'accueil des étrangers qui peuvent passé devant nos yeux mais parfois nous fermons notre porte pour refuser la duplication des étrangers qui sont dans le besoin hors que c'est Dieu qui passe. Je ne suis pas d'origine française mais dans mon pays cette pratique de l'accueil des étrangers était déjà bien pratiqué par nos parents qui ne sont plus sur cette terre. Je demande à Dieu de m'aider pour que je continue cette pratique dans cette médiation de la parole de Dieu et de l'héritage que nous avons eu de nos parents. Pour que nous puission donner et partager aux pauvres qui sont dans le besoin.

Par Roi Ravaozafisoa 21 juin 2017 à 11 h 06 Répondre à ce commentaire

Oui je suis parfaitement d'accord avec vous dieu prend le visage du prochain pour venir vers nous. Merci pour cette meditation matinale.

Par Tavares 21 juin 2017 à 10 h 50 Répondre à ce commentaire

Merci de nous donner de pouvoir à tout moment entendre et mieux nous familiariser à la Parole de Dieu cela m'aide à m’élever plus à Dieu, d'essayer de me laisser sans cesse guider par la Parole de Dieu

Par D'AVINO 21 juin 2017 à 10 h 50 Répondre à ce commentaire

Merci merci pour ce très beau,très profond commentaire Je vis un combat -je suis paralysée depuis 11 ans !Grâce à vous je vais vivre -dans la Joie -celle que nul ne peut vous ravir .Je vais aller à la Messe ,et vivre avec Jésus -et Guy -mon mari et écrire -espèrons !! à mes petits enfants .Ils sont 24 ..je peux faire une petite chose !! J'écoute souvent une cassette Jacques Fesch -un des derniers condamnés à mort .Ses méditations me donnent de la vaillance !Comme vous Merci

Par desmichelle colette 21 juin 2017 à 10 h 49 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Colette, c'est vous qui nous encouragez!!!

Nous sommes heureux de vous rejoindre par la prière et sommes de tout cœur avec vous.

Par MARIE 21 juin 2017 à 10 h 53

chère Colette, Auvergnate comme moi, j'admire votre courage et vous me donnez de la force quand parfois je baisse les bras, permettez que je vous embrasse.

Par lulu 22 juin 2017 à 14 h 04

Dieu fait des merveilles ? Rien n'est impossible à Dieu !
Pour les uns mais pas pour d'autres ? Alors pourquoi ce sentiment que beaucoup sont laissés sur le bord de la route ?

Par Blandine 21 juin 2017 à 10 h 05 Répondre à ce commentaire

oui DIEU LE PÈRE TT PUISSANT FAIT DES MERVEILLES POUR TT LE MONDE C EST A DIRE LES CHRÉTIENS
DIEU AGIT MAIS pas DS L IMMÉDIAT BLANDINE
IL FAUT ETRE TRES PATIENT
JE SAIS DE QUOI JE PARLE C EST ARRIVER A MOI
COURAGE COURAGE PATIENCE
Q D V B A

Par guillermet claire lina maya 26 21 juin 2017 à 10 h 28

Pas que les chretiens j'imagine !
Cependant pourquoi ce sentiment qu'il a laissé tomber pleins d'innocents !
Suis je à côté de la plaque ?

Par Blandine 21 juin 2017 à 11 h 57

Le rire de Sara, si beau, si frais, si humain. : Voilà trois étrangers qui viennent me raconter des fariboles. Et puis, peut-être un choc : "Je suis si vieille et je connaîtrais encore les joies de l'amour" Nous avions pris cet intervalle comme thème d'une rencontre franco-allemande des religieuses de la Providence . Et aussi, il y a bien longtemps, ah, ces Cinquièmes! qui l'ont joué pour une rencontre de Catéchèse : j'entends encore la rire de Sara ( Catherine PLISSON, si tu lis ces lignes,!!! tant que toutes les participantes riaient avec elle) et le voix de Dieu : "Tu ris, tu oses rire" "Mais j'ai pas ri" (me voilà prise ! ) Oh que si, tu as ris ! La grosse voix de Dieu ??? ( Mais oui, Martine MOTHEAU !) Et enfin Abraham, Véronique GUILBARD, d'une voix sèche, rentre et que je te vois plus ! Tu les as seulement regardés ? Ils étaient beaux, une fois propres et leurs vêtements, tissés où ? Et ces couleurs,! J'y croyais d'abord pas non plus, mais quand je les ai servis,, je les ai regardés. Et maintenant : Confiance ! Tu entends Sara, Confiance ! La prof, l'émotion l'a saisie, tant qu'elle a failli pleurer, Jouer la Bible : rien d'irrespectueux, au contraire, elles y ont mis tout leur cœur et le Seigneur, toute sa grâce. Merci d'avoir lu cet " interlude" et bonne et belle journée du solstice d'été ! Gaby

Par Gaby 21 juin 2017 à 9 h 48 Répondre à ce commentaire

C'est un plaisir d'avoir envie d'accepter l'autre dans la Paix,,,,,,,on sent guidé.

Par GARCIA Marie Cosuelo 21 juin 2017 à 9 h 44 Répondre à ce commentaire

"Y a t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir"? Cette question résonne dans nos vies comme un immense espoir, une belle espérance! quand nous nous souvenons de cette question, qui entraîne une réponse positive, nous ressentons une grande gratitude devant les merveilles de l'amour...l'Amour peut beaucoup nous dit cet épisode en filigrane! Nous sommes tant aimés que le Seigneur accomplis des merveilles en nous, et autour de nous! savons nous les lire?
Et à notre tour, nous pouvons accomplir des merveilles grâce à Lui! Cette Bible regorge de bienfaits et nous donne de la vitalité pour poursuivre notre route, quelle qu'elle soit!
Et ces merveilles dans nos vies, nous donnent la JOIE:" Il rit"! est le prénom donné à tous ceux et celles nés de cet Amour! Merci Seigneur!
Merci Seigneur!

Par Emma 21 juin 2017 à 9 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci frere Olivier pour cette belle meditation sur la confiance . Oui il est souvent difficile de lacher prise , de s'abandonner à la volonte de Dieu , d'autant qu'on ne la connait pas...cette epreuve est-elle un"bien " pour moi ,? La foi peut nous aider . Croire en la bonte Divine ,croire en l'a-venir que Dieu nous reserve ,et meme comme Sara en l'impossible qui n'est pas impossible pour Dieu . Bonne journee à tous

Par buchin domi 21 juin 2017 à 9 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci, cher Frère Olivier, pour ces lumineuses réflexions d'un pèlerin de la foi.
Vous m'avez donné envie de partager un poème que j'avais composé sur ce thème du voyage ouvert aux "imprévus de Dieu".
Je le dédie à toute notre communauté, en esprit de fraternité.

Pour le temps béni des vacances
J'ai mis mon esprit en partance
Lui lâchant la bride à tous crins
Mais Toi, tu m'as fait pèlerin

J'ai respiré l'air des campagnes
Scruté le sommet des montagnes
Parcouru la terre à tout prix
Et c'est Ton regard qui m'a pris

Grisé par le vent de la plaine
J'ai bu longtemps à la fontaine
Rêvant déjà au lendemain
Quand Tu m'as saisi par la main

J'ai vu les déserts et les neiges
Goûté aux fêtes et cortèges
Caressé les fleurs d'oranger
Mais Ta présence a tout changé

J'ai franchi villes et villages
Déambulé le long des plages
Découvert des gens inconnus
C'est alors que Tu es venu

Car Tu es là au creux des vagues
Ou dans un sentier qui divague
Mais il faut Te laisser le temps
De révéler que Tu m'attends

Tu m'accompagnes sur la route
Lorsque je reste à Ton écoute
Mon cœur, c'est Toi qui le repeins
Au feu de la fraction du Pain

Par Bernard (Bruxelles) 21 juin 2017 à 9 h 34 Répondre à ce commentaire

Merci, Bernard (Bruxelles) pour ce beau poème que vous avez eu la bonne idée de partager!
Belle journée! bonne continuation sur les chemins...
"Mais Ta Présence a tout changé"! voilà l'expérience spirituelle que je nous souhaite à tous et à toutes sur cette terre!

Par Emma 21 juin 2017 à 12 h 19

Merci Bernard,
manifique poème, sa me mais le coeur en voyage, oui on pense a c'est milliers de gens qui bientôt font prendre la route des vacances, toi seigneur fait un petit clin d'oeil sur leur chemin, très beau partage de poèmes et de prière, bien fraternellement

Par brig 21 juin 2017 à 14 h 51

Magnifique, mon cher Bernard !

Je découvre une nouvelle facette de mon cher frondeur ! Quel beau poème ! chant de louange au Dieu créateur de toutes merveilles; hymne à la beauté de l'univers ! Merci pour ce beau voyage que tu nous invites à faire, rencontre avec Dieu dans toutes ses créatures et avec soi-même.
Le reconnaître à la fraction du pain qu'on partage...

Belle journée cher petit frère,

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 22 juin 2017 à 10 h 34

Moi aussi j,avais un mari qui avait le don de ramener à la maison celui qui se trouvait sur sa route !!! Parfois je n,étais pas d,accord ,mais il était heureux de partager...à un prêtre ami,à qui je me confiais,..je prie et c,est lui qui fait les bonnes actions,lui disais je,..Ça c,est l'humour de Dieu,m,a t.il répondu !!!!

Par Penelope 21 juin 2017 à 9 h 14 Répondre à ce commentaire

Auteur : Jean-Charles Thomas, évêque de Versailles

Heureux ceux qui vont à la rencontre
de ceux dont l'Eglise est loin :
non-croyants, croyants d'autres traditions religieuses,
pauvres et étrangers,
hommes et femmes d'autres cultures.

Heureux ceux qui acceptent d'aimer
même ceux qui refusent de les aimer.

Heureux ceux qui acceptent d'exposer leurs idées
tout en acceptant que les autres n'y adhèrent pas.

Heureux ceux qui suscitent dans l'Eglise et la société
des lieux et temps où chacun
puisse être reconnu et prendre la parole.

Heureux ceux qui, sans craindre les épreuves,
s'enracinent dans la durée et la patience,
sans jamais se lasser de faire des petits pas
pour rencontrer enfin les autres.

Heureux ceux qui ont un souci de cohérence
entre leur propre vie et le combat qu'ils mènent.

Heureux ceux qui s'en remettent à Dieu
chaque jour dans la prière.

Heureux ceux qui espèrent toujours :
ils trouveront la route qui conduit
au coeur des autres et de Dieu.

Par Heureux. 21 juin 2017 à 9 h 00 Répondre à ce commentaire

Abraham et Sara étaient très avancés en âge.
Malgré cela, Dieu leur accorde un fils.

C'est un véritable défi pour notre regard et notre action de chrétien,
si, nous croyons qu'ils se nourrissent de Foi, d'Espérance et d'Amour.

Par Florine 21 juin 2017 à 8 h 43 Répondre à ce commentaire

"Il y a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir?" Cela me fait penser à la naissance de Jésus: l'ange dit à Marie "Rien n'est impossible à Dieu". Y croyons nous?... Ah! si nous avions la foi, ne serait-ce que de la taille d'une petite graine de moutarde!...
"Accueillir Dieu, c'est le découvrir là où on ne l'attend pas". Vous, frère Olivier, ce fut dans le regard plein de dignité et de joie d'une vieille femme musulmane. Hier, j'ai découvert Dieu dans le geste amical et secourable d'un inconnu qui a saisi dans ses bras la vieille dame que je suis, pour l'aider à descendre d'un train. Merci Seigneur de marcher avec nous sur nos chemins, et de te laisser reconnaître!

Par Mamoune 21 juin 2017 à 8 h 10 Répondre à ce commentaire

Bon...jour,

Merci , Le Seigneur est dans le visage de chacun , l'ami , l'ennemi , sachons voir la flamme de l'Amour en chacun

Union de prières

Par annie 21 juin 2017 à 8 h 08 Répondre à ce commentaire

La gratuité de l'accueil... Quand j'étais enfant, c'était la guerre de 39/40 et mes quatre frères et soeurs et moi vivions plus que pauvrement avec nos parents. Ceux-ci étaient très croyants et d'humeur joyeuse. Nous manquions souvent, plus que souvent, du nécessaire; pourtant, tous les dimanches, une assiette supplémentaire était mise pour accueillir un vieillard de l'hospice tout proche. Souvent c'était le même et je supportais plus que difficilement son odeur et la vue que j'avais de lui. Je le dis à mon père qui m'expliqua avec douceur qu'en l'accueillant c'était Jésus qui était ainsi accueilli. J'ai 82 ans et n'ai jamais oublié. Fil de vie...

Par THERESE 21 juin 2017 à 8 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier pour ce beau message de fraternité.
Seigneur aide-moi à m'ouvrir aux autres et qu'ils puissent sentir ta présence en moi ; que je vois ton visage Seigneur dans celui que tu me donnes à rencontrer. Laisse-moi regarder ton visage Seigneur à travers tous ceux qui ont besoin de Toi.

Par Marilou 21 juin 2017 à 8 h 06 Répondre à ce commentaire

M E R C I... Le Seigneur est en chacun... A LUI de s'exprimer, de se révéler... Pas à nous de décider ; ce qui nous revient, c'est peut-être d'être une terre favorable. Amitié. Danielle

Par Bard 21 juin 2017 à 7 h 36 Répondre à ce commentaire

Je suis touchée par l'Hospitalité ,ma mére avait cette façon chevillée au coeur, et malgré les conflits avec son mari mon Pére ,même dans sa vieillesse ,elle n'a jamais dérogé a cette force venue de la curiosité de la rencontre
c'etait sa liberté sa force et sa joie .Merci J'aime avoir partagé cela avec vous
Bonne journée

Par jnc 21 juin 2017 à 7 h 14 Répondre à ce commentaire

Abraham a donné, et c'est lui qui a reçu. Sara a ri, et elle a enfanté la joie. Le don déborde, fructifie. Dans ce désert, Abraham a reçu déjà. Il a été reçu. Mambré n'est pas d'abord un lieu, c'est un homme, un Amorite (Gn 14, 13), lointain descendant de Canaan, qui, avec ses frères, lui prêta main forte lorsque Loth fut enlevé. Il a été reçu, vu, par Melkisédeq, roi de cette terre de Canaan, à son retour victorieux, reçu et béni, et a reçu de lui le pain et le vin de la bénédiction.
Qu'elle est belle, cette rencontre sous les chênes! Et si simple pourtant. Un peu d'eau, de la nourriture, de l'attention. L'ombre de ces chênes sous la brûlure du jour, comme l'Esprit prenant la scène sous la sienne. "Marcher, c'est simple, et si c'est simple ça a un rapport avec le Bon Dieu," disait le fr. Franck Dubois lors du Carême dernier. Les rencontres, le don véritables, ne se font-ils pas dans ces moments les plus simples, ces trois-fois-rien venus du cœur, desquels on ne s'attendait certes pas à ce qu'ils produisent un tel résultat? Desquels on n'attendait rien, de fait. Simplement donnés, gratuits. Dieu est là, dans ces instants, dans ces rencontres, vrais. Ils sont bénis, et font de notre terre, si stérile, si improbable qu'elle puisse paraître aux yeux du monde, une terre d'où jaillit la vie. Une terre bénie.
Merci fr Olivier, pour ce "gratuitement", ce "prochain de l'inattendu" et ce désir révélé en nos cœurs! Des mots bénis.
Prières pour tous, et avec tous.

Par Audrey 21 juin 2017 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci Olivier ! Je me rends compte que tu n'as pas besoin de te rendre du côté d'Hébron - mais, en fait, peux-tu t'y rendre ? - pour rencontrer ton Dieu. Les chênes pousseraient-ils à Jérusalem, pas loin du mur ? Avec mon bon souvenir et mes amitiés !

Par fr.Guy Musy op 21 juin 2017 à 5 h 39 Répondre à ce commentaire

Finalement cette histoire préfigure celle du Christ (naissance qui semblait impossible, fils voué au sacrifice). Isaac sera le père de Jacob, sauveur d'Israel...
Très beau commentaire d'Audrey. Moi aussi, je suis âgée et je n'ai guère été féconde...

Par Antoinette 3 juin 2016 à 16 h 00 Répondre à ce commentaire

Ouvrir mon coeur, pour vous recevoir seigneur 'dans la simplicité, la joie,être serviteurs de l'amour, quel bonheur

Par brig 2 juin 2016 à 18 h 49 Répondre à ce commentaire

Seigneur, que notre foi grandisse de jour en jour car pour toi, Seigneur, il n'y a rien d'impossible.
En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 2 juin 2016 à 17 h 31 Répondre à ce commentaire

Le Seigneur nous demande comme à Abraham et à Sara de croire qu'il peut accomplir en nous des merveilles: comme Abraham, même si nous ne comprenons pas toujours, nous pouvons le recevoir avec joie et fête, ouvrir nos cœurs pour la rencontre; comme Sara, même si nous sommes tentés de rire devant l'inattendu, nous pouvons recevoir comme un cadeau les grâces qu'il nous accorde. Merci, Audrey, pour votre commentaire très profond, et merci Fred Cacheux pour votre lecture très ressentie. UDP avec vous tous.

Par MARIE 2 juin 2016 à 15 h 35 Répondre à ce commentaire

Abraham et Sara accueillent le Seigneur, lui offrent le meilleur, et le Seigneur leur donne la joie. Rencontre soleil que celle-là!

Sara se croit au crépuscule de sa vie, lumière fanée déjà, mais Dieu vient en plein midi. A cette heure où tout semble suspendu, bêtes et hommes, dans la torpeur, où tout semble en attente.

Et Abraham attend, dans l'entrée de sa tente, tourné vers l'extérieur, vers celui qui vient à lui. Abraham lève les yeux, et Abraham voit. Et c'est tout son être qui sait, alors. Le "vieillard", dans son allégresse, se met à courir. Il court, vers les visiteurs, vers Sara, au troupeau. Il se prosterne, attend debout. Très vert encore, finalement, sous les chênes, Abraham. Lui aussi se tient en plein midi, écrasé ni par la chaleur, ni par celui qui vient à lui.

Le Seigneur vient aussi à Sara, à l'intime de sa tente, au plus intime d'elle-même. Elle a ri en elle-même, Sara, et c'est bien là que le Seigneur se tient, là qu'il l'attend, là qu'il va faire jaillir la vie. Elle rit, et sa première pensée est pour le plaisir. Elle rit en son for intérieur, puis s'en défend, comme un enfant surpris, pris la main dans le sac à malice (v.15: "Sara démentit: "Je n'ai pas ri", dit-elle, car elle avait peur, mais il répliqua : "Si, tu as ri." "). Verte aussi, verte encore, Sara, sous les chênes.

Elle a entendu le Seigneur, de l'entrée de sa tente. Elle l'a entendu, et elle aussi l'a reconnu. Son for intérieur n'est pas fort barricade. La rencontre est teintée d'indulgence, pour son incrédulité, sa réaction si humaine. Elle sait. Son visiteur, elle l'a reconnu, mais elle n'a pas encore tout vu, Sara. "Il rit" bientôt naîtra, mais Dieu déjà participe à sa joie. Il y est au cœur, en son cœur. Le repas de fête est servi, déjà.

De nouveau Abraham et Sara interpellent, m'interpellent, à travers l'espace et le temps, en ces lignes de leur joie toujours nouvelle. Et toi, semblent-ils dire, as-tu des yeux pour voir, des oreilles pour entendre le Seigneur qui te visite? Vas-tu faire de cette rencontre une fête? Accueillir le don, au grand soleil de sa Vie? Vas-tu enfin naître à la joie? Lui donner chair, lui donner voix.

Par Audrey 2 juin 2016 à 6 h 39 Répondre à ce commentaire

merci Audreypourton commentaire surtout le dernier paragraphe, il m'ouvre l'esprit et m'aide à mieux comprendre et Sarah et Abraham maintenant. à moi d'ouvrir tous mes sens et surtout mon cœur /vraiment merci à toute cette équipe c'est formidable bonne journée et continuons de prier ensemble !

Par faux dominique 3 juin 2016 à 4 h 40
voir tous les commentaires