Abraham

« Marche en ma présence. » Genèse 17,1

La rencontre d'Abram
et de Melchisédech

Genèse 14, 17-20

Le roi de Sodome s’avança vers la vallée de Shavé, c’est-à-dire la vallée du Roi, à la rencontre d’Abram. Celui-ci venait de battre Kedorlahomer et les rois qui l’accompagnaient.
Melkisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin : il était prêtre du Dieu très-haut.
Il le bénit en disant : « Béni soit Abram par le Dieu très-haut, qui a créé le ciel et la terre ; et béni soit le Dieu très-haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains. » Et Abram lui donna le dixième de tout ce qu’il avait pris.

Méditation

précédente suivante

Le tout premier dialogue interreligieux

Melchisédech est une figure mystérieuse de l’Ancien Testament. Il est roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix. C’est lui qui bénit Abraham en offrant à Dieu du pain et du vin. Car il est prêtre et Abraham le reconnaît comme tel, lui donnant un dixième de tous ses biens.
Cette scène est représentée dans de nombreuses églises et je vous invite à y être attentif. Elle est souvent placée face à une autre offrande, un autre repas, le dernier que Jésus partage avec ses disciples, à quelques heures de sa mort.
Ainsi, ce geste ancestral, entre Abraham et Melchisédech, est nôtre aujourd’hui. À chaque fois que nous communions au pain et au vin, au corps et au sang de Jésus, nous aussi, nous vivons cette rencontre. Écoutons bien la prière eucharistique (n°1) : « Et comme il t’a plu d’accueillir les présents d’Abel le Juste, le sacrifice de notre père Abraham, et celui que t’offrit Melchisédech ton grand prêtre, en signe du sacrifice parfait, regarde cette offrande avec amour, et dans ta bienveillance, accepte-la. »
Ce geste de paix, entre le père des croyants et l’autre monde, celui du prêtre étranger, mystérieux et sans âge, c’est déjà le geste de paix que nous pouvons poser aujourd’hui entre nous, croyants, et tous ceux qui sont aux frontières de la foi, au-delà d’elle, dans un autre monde, un peu mystérieux, en d’autres lieux, selon d’autres cultures, avec des religions différentes.
Il n’est pas nécessaire d’être grand prêtre pour célébrer la communion. Il faut juste, sur son propre chemin, être attentif à celui qui vient. Tous ceux qui voyagent ainsi, parfois taxés d’un peu d’idéalisme, disent combien ils sont transformés par l’hospitalité qu’ils ont reçue. Pas seulement par le dépaysement, la splendeur de la nature, ou encore par la beauté des traditions rencontrées. Mais transformés par la force des rencontres inattendues, accueillies, célébrées, autour d’un verre d’eau, d’un coin de couverture partagée, de quelques confidences égrenées. Au-delà de toutes les différences, cette reconnaissance mutuelle est possible, elle est le religieux le plus authentique, là où Dieu est sensible au cœur.
Soyons de ceux-là, sur la route des grands voyages, comme sur celle de la vie quotidienne. Ouverts, attentifs, prêts à entrer en relation. Paix ! Shalom ! Salam !

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

57 commentaires

Amen

Par Michel Nozil 15 juin 2017 à 18 h 46 Répondre à ce commentaire

Pour que ces rencontres soient bénies , il faut entrer en communion .Ainsi l'ancien testament viens simplement
rayonner le Nouveau , de la dîme à l 'Eucharistie , Pain rompu en partage , Jésus nous convie universellement
à être dans son rayonnement , connaître , visiter , rencontrer Dieu .
Les deux sont indispensable pour communier vraiment , même si c'est Dieu qui fait toujours le premier pas .
Que ce soit dans nos familles , avec ceux que nous rencontrons ,avec l'église que nous fréquentons à côté de chez
nous , comment accueillons -nous ?
Plus largement je pense aux immigrer , face à notre "dîme ! , face à notre raisonnements .Laisse ton offrande et va te
réconcilier avec ton frère ! L'offrande autour de l'autel prends vraiment le sens de donner sa vie en nourriture dans l'universalité qui fait de Dieu , un Dieu d'amour selon les cultures avec des religions différentes , la foi , c'est le grand voyage qui reste un mystère ...Voici que je fais couler vers elle , la paix comme un fleuve .Porter la communion dans
le rayonnement du Christ , c'est être La Lumière qui brille au milieu des ténèbres ...Toi qui dis-tu que je suis vraiment ?

Par fred 15 juin 2017 à 10 h 23 Répondre à ce commentaire

Trad. J.F Frié — CNPL

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Ouvrez, ouvrez vos portes,
Ne fermez plus vos coeurs !
Il vient à nous sans faste,
Grandeur ni majesté,
Vêtu comme le pauvre
Dans son humilité !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Entendez-le qui parle,
Sortez tous de l'erreur !
Malheur à l'homme riche
S'il ne veut écouter
Le Christ de la Promesse
Qui vient nous racheter !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Il montre à tous les humbles
La face du Sauveur !
A lui sont en partage
La gloire et le pouvoir,
Ce qu'à la fin des âges
Les peuples pourront voir !

Qu'il soit béni, qu'il vienne,
Le Roi, notre Seigneur !
Il donne aux misérables
La paix du Bon Pasteur,
Il est doux. Il est humble.
Son joug sera léger!
Et c'est lui qui nous mène
Jusqu'à la liberté !

Par Hymne 15 juin 2017 à 8 h 27 Répondre à ce commentaire

Il est des rencontres bénies qui font de ceux qui y prennent part des bénédictions. En cette terre de Canaan marquée par la malédiction, un roi issu de cette terre s'avance. Melkisédeq, "Mon Roi est Justice". Mais quelle est donc cette justice? Canaan était innocent des actes qui ont conduit à la malédiction, c'est pourtant lui qui en porta les conséquences - sa terre, sa chair, marquées par elle. C'est pourtant de là que viennent le pain et le vin de la bénédiction. N'est-elle pas là la justice, entendu ce qui est juste, en ces fruits bénis nés de cette terre? Elle qui règne en cet instant de vie, en cet instant de paix improbable au milieu des guerres auxquelles Abram, pour sauver Loth et les siens, s'est levé, a agi?
Et la bénédiction se propage. N'est-ce pas elle qui fait Melkisédeq roi véritable? Elle jaillit des mains d'Abram recevant Dieu lui-même en ses trois visiteurs aux chênes de Mambré. Il est un chapiteau roman, dans une église des environs, que j'aime beaucoup. Deux personnages s'y font face, l'un d'eux en éminence, entre eux une miche de pain, passant de l'un à l'autre. S'agit-il d'Abram et de Melkisédeq, de la rencontre de Mambré? Rien ne permet de l'affirmer. Qui donne et qui reçoit? Impossible de le dire, et n'est-ce pas l'essentiel qui est dit là? Que seul compte le don. Que la bénédiction véritable se fait dans la rencontre et prend dans sa lumière ceux qui, dans un même esprit, dans l'Esprit, en Dieu, donnent et reçoivent en un même geste. Comme des rois.

Par Audrey 15 juin 2017 à 6 h 42 Répondre à ce commentaire

La rencontre de deux hommes, de deux mondes. Abraham, c'était l'offrande par le sacrifice d'animaux et que même pour obéir à Dieu, il aurait sacrifié son propre fils. Quant à Melkisedek, très peu connu dans l'Ancien Testament, il avait compris, en tant que prêtre, que la plus belle offrande qu'il pouvait faire c'était le pain et le vin, dons de Dieu pour réconforter, nourrir les hommes; il offrit le "fruit de la terre et du travail des hommes". Abraham reconnut en lui le grand prêtre, l'homme juste. Ces paroles nous les entendons à chaque Eucharistie; ce pain et ce vin devenus le Corps et le Sang de notre Seigneur qui nous met en route, qui nous ouvre aux autres, qui nous relève, nous restaure et nous console de nos déboires, de nos faiblesses.Le Pain de Dieu qui nous pousse toujours sur le chemin de la fraternité et de la paix.

Par Marjeanne 1 juin 2016 à 21 h 14 Répondre à ce commentaire

Très touché par cette ouverture à tous les autres, soulignée par votre conclusion : Paix, Shalom, Salam !
Encore merci de nous redire que Dieu ne s'adresse pas qu'aux seuls baptisés dans l'Eglise romaine !

Par Jean-Louis DUCLOS 1 juin 2016 à 15 h 31 Répondre à ce commentaire

Ce message est superbe et même émouvant.
Je ne connaissait pas ce passage. Si ancien et si actuel.
Merci
Francis

Par Francis Krug 31 mai 2016 à 12 h 02 Répondre à ce commentaire

Voilà une méditation dont notre monde a besoin pour cheminer dans la paix! Accueillir l'autre, ne pas avoir peur de l'étranger, de celui qui a une religion différente que la nôtre, l'accepter dans sa différence, c'est ce qui manque à notre monde aujourd'hui. Puisse l'exemple d'Abraham, nous ouvrit les yeux et éclaire nos ténèbres! Merci pour cette belle méditation!

Par Gilles 31 mai 2016 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

Oui, le partage du pain et du vin (d'un repas , d'un gîte) est une communion réelle . Quand on a fait un long pèlerinage , on comprend encore mieux le sens de ces mots et la force de la paix qu'ils procurent.

Dorénavant je chercherai Melchisedech en face de la dernière cène dans les églises...merci!

Par Isabelle 29 mai 2016 à 11 h 59 Répondre à ce commentaire

Oui, le partage du pain et du vin (d'un repas , d'un gîte) est une communion réelle . Quand on a fait un long pèlerinage , on comprend encore mieux le sens de ces mots et la force de la paix qu'ils procurent.

Dorénavant je chercherai Melchisedech en face de la dernière cène dans les églises...merci!

Par Isabelle 29 mai 2016 à 11 h 57 Répondre à ce commentaire

Comme c'est bon d'entendre parler de paix, d'attention à l'autre, d'ouverture d'esprit, surtout en ce moment où tout va mal dans notre monde, grand merci à vous soeur Marie!

Par monette 29 mai 2016 à 11 h 27 Répondre à ce commentaire

Je rejoins tout à fait le commentaire d'Elly sur le personnage de Melchisedech ...personnage mystérieux qui offre déjà le Pain et le Vin ....peut être que ceux qui ont écrit la bible avaient besoin de ce personnage pour asseoir Abram dans sa position de chef...puisque personne ne sait,on peux tout supposer....merci Elly de chercher...

Par Pénélope 29 mai 2016 à 8 h 48 Répondre à ce commentaire

Melchisedech,Grand Prêtre; nous prononçons ton nom sans vraiment savoir qui tu es?
Merci sœur Marie Monnet d'avoir levé pour moi un coin du voile sur ce personnage de l'AT. Léon

Par dourte léon 29 mai 2016 à 0 h 48 Répondre à ce commentaire

La paix de Dieu dans les nations, la paix de Dieu dans nos maisons, la paix de Dieu dans les coeurs. La paix en toutes circonstances.... Difficile, mais n'est-ce pas l'une des dernières paroles du Christ Ressuscité à ses amis? ' "La paix soit avec vous. Je vous donne ma paix, je ne vous la donne pas comme le monde la donne...."
Merci pour votre méditation qui m'a aussi beaucoup intéressée, car je n'avais jamais su quoi commencer avec Melchisedech et son mystère est un peu moins mystérieux.
Nous nous sentons parfois forts de notre foi, dans l'ignorance d'autres croyances. Ce qui me frappe, c'est que Melchisedech, ce roi de paix, semble croire déjà en un Dieu unique, un Dieu Très-Haut, ou suis-je dans l'erreur? Sinon, d'où lui vient cette connaissance? La Bible en parle-t-elle? Je crois qu'il va falloir que je me replonge dans l'Ancien Testament.
Merci et Salem à vous et à votre communauté.

Par elly 28 mai 2016 à 18 h 48 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation. Cela me parle de la présence de l'Esprit Saint éclairant et faisant agir les humains pour la véritable paix des cœurs et la louange faite au Dieu d'Amour. Que nos rencontres, nos relations soient signes de Son amour!

Par Rita Pelletier 28 mai 2016 à 17 h 12 Répondre à ce commentaire

Jésus- Christ par la sainte Eucharistie nous invite à le suivre , il est la source de la vie, , il nous aime , il est venu sur terre, pour répandre l' amour et la paix, accepter l'autre, tel qu'il est , nous aimés les uns ,les autres , dans la pratique de chaque jour , aide-nous Seigneur.... merci Soeur Marie Monnet pour cette belle méditation .

Par Giuliani Rita 28 mai 2016 à 15 h 03 Répondre à ce commentaire

Votre méditation, très chère Soeur, me va droit au coeur...Vous mettez des mots là où moi je n'y arrives pas. Dans mon quotidien, avec mes collègues, quant nous discutons des choses du monde, de la guerre, des réfugiés, de l'exode de tout un peuple fuyant les bombardements, des murs et barbelés remis aux frontières de quelques pays, de la montée du populisme avec ces odeurs nauséabonds, j'ai l'impression d'être seule à m'indigner ! Parlez de la Paix, de faire la paix, d'arrêter de faire dans la provocation, de remonter les gens les uns contre les autres ( ce que fond très bien nos politiques )....c'est dur, c'est parler dans le vent !...Paix, Salem, Shalom......c'est beau, non ?

Par Dominique K 28 mai 2016 à 12 h 00 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Marie pour cette très belle méditation. En vous écoutant,je pense au frère Christian de Chergé et aux moines de Tibhirine.
Eux aussi étaient "ouverts, attentifs et prêts à entrer en relation".

Par Gaudillot 28 mai 2016 à 11 h 12 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Marie Monnet

chaque jour je constate que l'important dans notre vie c'est notre rapport a l'autre

notre vie mouvementé nous fait oublier le principal ...

Dieu dans l 'Homme

Par albatre 28 mai 2016 à 8 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci

Par Laure Magrou 28 mai 2016 à 7 h 44 Répondre à ce commentaire

Jeudi, c'était la fête du Corps du Christ, du Saint Sacrement, qu'on appelle chez moi la Fête Dieu. Merci soeur Marie pour l'ensemble de votre méditation. Je la trouve fort à propos à l'occasion de cette Fête.
Dans les cantons catholiques de Suisse, pour la Fête Dieu on fait des processions avec le Saint Sacrement dans les rues des villes et des villages où l'on a dressé des autels. Elles ont marqué mon enfance. Que de réjouissances à préparer de magnifiques bouquets de fleurs, à se faire beaux et à partir en procession pour "accompagner" le Seigneur et aussi rendre accessible le sacré dans nos lieux de vie de tous les jours.
"Il n’est pas nécessaire d’être grand prêtre pour célébrer la communion. Il faut juste, sur son propre chemin, être attentif à celui qui vient."
Quand on est petit, l'adoration restait pour moi quelque chose d'abstrait, en revanche la procession était un symbole très parlant de ce que vous dites. Jaime bine la liturgie quand elle n'est pas trop cérébrale.

Par sonia 28 mai 2016 à 7 h 13 Répondre à ce commentaire

Merveilleuses rencontres pas très....catholiques:

Il y a Monia et Hamda qui s'occupent de la cuisine là où nous travaillons et qui illuminent nos journées de leur bienveillance.
Il y a Dominique, très humble, qui nous enchante de ce qu'il crée de ses mains, qui donne sans compter et qui vit la mixité culturelle dans sa famille en partageant une grande bonté et en s'occupant des anciens comme des jeunes.
Il y a ces professionnels dont je ne connais pas la religion et qui s'occupent d'enfants malades avec autant de respect que pour leurs propres enfants.
Pour moi, avoir la foi c'est avant tout te reconnaître dans tous ces gestes.
Et puis il y a aussi mon mari qui me dit que si les religions ont toujours tendance à chercher le pouvoir et que les chrétiens se montrent souvent moins crédibles que leurs évangiles.

Par Célestine 27 mai 2016 à 23 h 22 Répondre à ce commentaire

Melchisédech préfigure le Christ à chaque fois que nous vivons l'Eucharistie , nous partageons le pain et le vin nous sommes en communion les uns avec les autres, le geste de paix entre nous devrais être sincère et profonde, car Jésus est présent il nous dit la paix soit avec vous et il ne nous la donne pas à la manière du monde, parfois nous donnons la paix du Christ le plus souvent le regard de l'autre est ailleurs !!!Seigneur fait que nous soyons de vrai artisan de paix Amen !!!Merci pour la profondeur de cette méditation !!!

Par Marie-Noëlle HONORE 27 mai 2016 à 23 h 05 Répondre à ce commentaire

« MELKISEDEK , ROI DE JUSTICE ET DE PAIX ». Merci Sœur Marie Monnet, vos méditations sont à la fois claires et si profondes !....Je trouve merveilleuse la rencontre de ces deux hommes, qui ne se connaissent pas mais qui, guidés l’un vers l’autre par le -Très Haut, se sont reconnus Frères dans leur croyance en un même Dieu. Ils sont étranges pour nous,
certainement par leurs habitudes, leurs modes de vie, leurs rites pour adorer notre Dieu Unique à tous, et certainement différents en un grand nombre d’autres choses. Je découvre ce passage de la Bible qui m’intriguait parfois mais n’y attachais pas d’importance particulière. Maintenant que j’ai découvert et compris « la prière Eucharistique I », je crois que je vivrais ma messe autrement !
Quel bel apprentissage que de traverser l’Ancien et le Nouveau Testament et de vivre nos jours en côtoyant nos Frère différents (sans les comprendre vraiment). Quelle joie de faire nôtre le don d’Abel, la multiplication des pains, les bénédictions de nos prêtres, et la dernière Cène, le pain, le vin dont nous faisons encore mémoire chaque jour.
Seigneur apprend--nous à comprendre nos frères différents, à les aimer comme tu les aimes, comme tu nous aimes. Oui, nous sommes tous tes enfants et tu nous aimes tous

Par Marie-Madeleine 27 mai 2016 à 22 h 52 Répondre à ce commentaire

Dieu créateur et sauveur, source de Paix, pour toute la terre; sois aujourd'hui notre vie,
Ô christ, tu nous appelles à un partage avec autrui :Unis -nous dans ton amour.
"Quand l'amour grandit en toi,la beauté fait de même. Car l'amour est la beauté de l'âme "Bonne fête st Augustin "
Merci a vous soeur Marie et toute votre équipe, pour l'acompagnement de cette semaine, une belle aventure que nous vivons, de sagesse et de foi"oui comme vous dites "confiance et nous continuons notre marche. Petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 27 mai 2016 à 21 h 01 Répondre à ce commentaire

Je n'avais jamais fréquenté Melchisedech ...
Merci à vous, sœur Marie ainsi qu'à la communauté des sœurs et frères de nous faire redécouvrir la grâce d'une rencontre vraie ! Combien de fois, pourrais-je dire en jetant un coup d’œil rétrospectif sur mon passé : "Dieu était là et je ne le savais pas", alors que je Le cherchais désespérément autre part, dans les livres notamment. Et malgré mon aveuglement, les occasions de Le rencontrer se renouvellent inlassablement.

Un souvenir ému a surgi de ma mémoire à la lecture des commentaires : c'était à Abu Gosh, lieu présumé d'Emmaüs. Les portes de l'église étaient restées ouvertes durant la messe. Au moment de la consécration, a retenti l'appel à la prière du muezzin. Moment inoubliable comme si je percevais une face du Royaume.

Par Marie-Thérèse L. 27 mai 2016 à 20 h 24 Répondre à ce commentaire

Le Notre Père : donnez -nous notre Pain de ce Jour (le Verbe fait chair )
Or Il est La Paix , l'amour ...Communion , assis à La Droite de Dieu .
La dîme , reste un échange dans la communion , or c'est le cœur qui
est de s'unir Vraiment a celui du Christ , ensuite ma pensée se tourne vers Marie ,
allant vers sa cousine Elisabeth , puis au mariage de Cana ...Dans nos vies , c'est
porter Vraiment cette paix du Christ , oui c'est un mystère qui se vit , se médite , un rosaire ,
pleins de mystère qui nous ressemble ...Quand à l'Adoration du Très Saint Sacrement ,
c'est un sacerdoce on ne peut Plus Royal , chacun , y met Sa Présence ..et en ressort de Sa Présence , de Dieu
L 'église , constitue , institue , donne , ce Que Nous vénérons le plus , pour ce qui est des vocations , elle demeure
apostoliquement un peuple multiples , dans toutes les nations ...sœur Marie ! cela m'inspire de prier , pour les vocations ..
Des prêtres , Seigneur ...Il faut y voir aussi , peut- être à réapprendre autrement , ce que le sens du Sacré dans nos familles , des enfants qui feront du Futur le maintien de ce sacerdoce ...Vivre sa Foi ,c'est fleurir le cœur de Marie et de Jésus , Shalom , paix , Alléluia , Saint Dominique , vous le dira , en toute simplicité ..Pour parler du Seigneur ...Partout avec
son amour ...

Par Fred 27 mai 2016 à 19 h 39 Répondre à ce commentaire

Quel plaisir, quel bonheur, que d'entendre les commentaires de Soeur Marie Monnet....et quelle espérance nous pouvons avoir: merci - à moi d'être attentive et ouverte à tous ceux que je croise sur" ma" route !

Par Houis Jeannine 27 mai 2016 à 19 h 32 Répondre à ce commentaire

Paix à toi sœur Marie Monnet. Merci pour cette belle et claire méditation. Puisse le Saint Esprit m'inspirer à être ouvert et attentif à ceux que je rencontre dans la journée.

Par Boniface 27 mai 2016 à 18 h 44 Répondre à ce commentaire

shalom!J'essaie d'en faire autant:ce matin j'ai assisté à la mese en y allant aussi pour un ami qui,malade n'a pu y aller et en fin de journée je reçois les locataires de l'immeuble qui voudront bien venir pour la fête des voisins,Mais:que c'est difficile Seigneur d'apporter la paix autour de nous...Heureux les artisans de paix,ils verront Dieu.

Par Abiteboul Anne-Marie 27 mai 2016 à 16 h 15 Répondre à ce commentaire

Je suis heureuse de découvrir ce lien concret que tu mets en lumière entre l'eucharistie et la rencontre de l'autre.
Il est vrai que les plus belles rencontres inattendues se font via le partage de nourriture ou de boisson.

Auparavant, je voyais dans l'eucharistie le don de soi. Ici, je réalise le geste de paix et l'ouverture à la différence.
c'est une belle perspective.
Merci!

Par Philou 27 mai 2016 à 16 h 14 Répondre à ce commentaire

Seigneur, que chaque fois que nous communions à ton corps et à ton sang, notre coeur s'ouvre davantage pour être prêt, attentif à être transfiguré par toutes rencontres accueillies, inattendues avec ceux que tu mets sur notre chemin.
En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 27 mai 2016 à 14 h 39 Répondre à ce commentaire

De grâce évitez UDP et osez dire les mots UNION et PRIÈRE ! MERCI.

Par Marie-Jo 29 mai 2016 à 18 h 20

Bonjour ! Merci, sœur Marie.
Vous nous dites " la force des rencontres inattendues, accueillies, célébrées, autour d’un verre d’eau, d’un coin de couverture partagée, de quelques confidences égrenées ". Ces mots tout simples m'ont amené tant de souvenirs ! Merci...
Lors de ces rencontres, j'ai tout doucement appris que la question n'est pas de chercher qui d'entre nous est le plus près de Dieu, ... mais de savoir que Dieu est près de chacun de nous, et entre nous.
Il ne s'agit pas tant d'évaluer "ma" proximité de la Vérité, mais de m'ouvrir à la réalité de Sa Présence.
Dieu est là, le Fils est là, l'Esprit vient à nous.
Bien souvent, Il s'approche de nous par notre plus proche prochain.
Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 27 mai 2016 à 11 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci à vous sœur Marie et à vous aussi Paul
La méditation et les commentaires me sont utiles pour me retrouver.
Bien fidèlement
Micheline

Par Micheline 27 mai 2016 à 13 h 31

Bonjour,
Je vous retrouve dans votre commentaire. En effet, Dieu vient à notre rencontre tous les jours à travers nos prochains. C'est à nous d'y prêter attention et de savoir Le reconnaitre à travers eux.
Merci Soeur Marie pour ces méditations et merci aussi Paul pour ce commentaire tellement bien approprié.
Je vous souhaite Bonne Continuation

Par Marie Josèphe Maximilien 27 mai 2016 à 14 h 26

Merci, Micheline, pour votre commentaire. Merci Marie-Josèphe.
Vous nous avez dit : " La méditation et les commentaires me sont utiles pour me retrouver ".
J'en suis très heureux. Emerveillé moi-même de ce cheminement continuel, de l'ombre à la Lumière... et puis l'ombre, et puis la Lumière. Et sans cesse, dans l'ombre comme dans la Lumière, le Fils présent parmi nous.
Je suis assez facilement prêt à croire que Dieu s'approche de nous tous.
Mais il me semble que le miracle s'accomplit vraiment lorsque je me rends compte (et que j'accepte) que Dieu s'adresse à moi personnellement, aussi.
Bonne nuit à tous, vraiment. Dans la Paix de Sa Présence.

Par Paul (Belgique) 28 mai 2016 à 0 h 34

Ma chère maman disait : " de l'échange et de la discussion jaillit la lumière"

Par Tikirasta 27 mai 2016 à 10 h 47 Répondre à ce commentaire

Bonjour soeur Marie,
Ce n'est pas vraiment un commentaire mais un échange.Dans notre diocèse l'évêque avait lancé une initiative:"les Maisons d'Evangile".Nous nous réunissons par petits groupes pour approfondir la Parole de Dieu.Depuis deux ans nous "marchons avec Abraham".Cette année étant la dernière,autant dire que vos méditations tombent à pic pour nous ouvrir un regard différent sur ce personnage attachant.C'est comme une sorte de rétrospective qui parachève notre cheminement de 2 ans.Merci donc pour votre participation, à distance,à notre Maison d'Evangile.
Bonne journée.
Fraternellement.
Danielle

Par Casabianca Danielle 27 mai 2016 à 9 h 47 Répondre à ce commentaire

"Et Abram lui donna le dixième de tout ce qu’il avait pris."
"Car il est prêtre et Abraham le reconnaît comme tel, lui donnant un dixième de tous ses biens."
"Ce geste de paix, entre le père des croyants et l’autre monde, celui du prêtre étranger, mystérieux et sans âge,"
Finalement, Abram n'est qu'un pauvre païen, dirait-on peut-être aujourd'hui, qui fait la guerre, dépouille ses victimes en leur prenant leurs biens, qui lui servent à honorer son Dieu et sa religion en offrant un dixième de ce qu'il a pris!
Le "père des croyants" me semble bien loin de l'image laissée par celui qui se dit Fils de Dieu et meurt sur une croix, après avoir guéri l'oreille de son ennemi, qu'un de ses pauvres apôtres avait coupé en voulant se battre pour défendre son "maître et seigneur".
Vous avez raison ma sœur, nul n'est besoin d'être grand prêtre, pas même besoin de faire de grands voyages à l'autre bout du monde,... Pas besoin de se revendiquer d'une religion ou d'une autre, ni "d'afficher" un Dieu ou un autre... Mais peut-être une dose d'idéalisme et surtout d'envie, et un soupçon de confiance, pour vouloir entrer en relation... Et Un brin de réciprocité pour avoir plus de chances d'y arriver...

Par Sr Isabelle 27 mai 2016 à 9 h 46 Répondre à ce commentaire

Merci de Marie de nous rappeler ce 1er dialogue interreligieux. Il est bon de rappeler que nous sommes avant tout les enfants du Très Haut.

L'amitié, le partage, l'amour de l'autre au delà des frontières, de la langue... Devraient nous animer en tant que pierres vivantes de notre église. Oui portons la Parole par nos actes, vivant témoignage de notre foi.

Prions afin que l'Esprit agisse dans nos cœurs pour que nous puissions l'ouvrir aux autres.

Par Marilou 27 mai 2016 à 9 h 32 Répondre à ce commentaire

Je vous suis reconnaissante pour cette profonde méditation qui permet de mieux comprendre ce qui peut se passer dans toute rencontre

Par Nana 27 mai 2016 à 9 h 24 Répondre à ce commentaire

Merci de l'explication pour le texte de la prière eucharistique .... je n'écouterai plus de la même façon ...

toinou

Par GUERINEAU 27 mai 2016 à 9 h 23 Répondre à ce commentaire

J'avais toujours pensé que "Salem", nom propre souvent utilisé en toponymie (ex: "Les sorcières de Salem"), était une abréviation de "Jérusalem". Je vous remercie de m'apprendre une autre hypothèse - voire le bonne réponse.
En outre, ce passage de relai entre un "monde d'avant" et le "Père des croyants" est tout simplement vertigineux - d'un point de vue anthropologique pour l'incroyant autant que spirituel pour le croyant.

Par clerc Jean-Pierre 27 mai 2016 à 8 h 58 Répondre à ce commentaire

J'ai rencontré ce geste de paix, autrefois, en Afrique musulmane ; ce contact avec une ancienne tradition humaine vient télescoper le repliement, et l'inquiétude qui pèsent sur nos sociétés. Puissions-nous nous ouvrir à nouveau à ces gestes d'accueil qui viennent du cœur. Merci pour ce partage.

Par Lucas B. 27 mai 2016 à 8 h 55 Répondre à ce commentaire

Il est le roi de Salem c'est à dire roi de paix ... dans ce monde bouleversé ou nous vivons en ce moment , nous en avons vraiment besoin de ce roi de la paix ..... Que notre Seigneur vienne au secours de notre France en révolution , mais surtout que nous sachions l'écouter pour enfin retrouver un quotidien plus facile à vivre dans la fraternité et la confiance ...
Donnes-nous Seigneur le don de l'écoute et de la bonne parole .... ND de tous les jours priez pour nous ....

Par Ninine 27 mai 2016 à 8 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci. Trés beau.
Seigneur ,je te confie mes peurs qui m’empêche d'allez vers l'autre. Je sais que c'est le premier pas qui coûte, mais la fatigue me décourage.Je me confie à toi.

Par rigal 27 mai 2016 à 7 h 51 Répondre à ce commentaire

être attentif.C'est bien là la question.Préoccupé par toutes celles que préoccupe le vieillissement,j'éprouve beaucoup de mal à me "poser".
Que le seigneur me donne l'humilité de Marie pour accueillir sa grâce.et rester en éveil.

Par fourmanoir 27 mai 2016 à 7 h 16 Répondre à ce commentaire

Merci ,merci Vous me donnez du courage ! Ce matin ,je n'en avais pas beaucoup Je pense aux chrétiens de Syrie,et aussi à tous les consacrés qui vivent chaque jour la prière et le don de leur personne ! Très unie à vous Colette D ,paralysée depuis 1O ans

Par desmichelle colette 27 mai 2016 à 7 h 09 Répondre à ce commentaire

Bon.....jour,

Oser la rencontre , la fraternité , je pense à l'échange mais cela peut passer par un regard , un geste , le Seigneur nous a fait avec deux oreilles et une bouche il faut écouter deux fois plus et savoir se taire
Union de prières

Par annie 27 mai 2016 à 6 h 59 Répondre à ce commentaire

Dans son analyse magnifique de ce passage dans son livre "Brèves rencontres - Vies minuscules de la Bible" (Cerf), fr. Philippe Lefebvre souligne combien le pain et le vin qui, jusqu'à cet épisode, étaient liés à la malédiction (celle d'Adam - "maudit soit le sol" (Gn 3), celle de Canaan, par Noé (Gn 9)), entrent ici dans le registre de la bénédiction:
"La malédiction désigne le domaine de l'opacité et de la résistance des choses, de la vie qu'il faut acquérir de haute lutte. La bénédiction marque au contraire la vie donnée là où elle était improbable, la vie venue de plus loin que des efforts humains, la vie reçue capable de se transmettre encore." (p.64)
Il souligne également combien: "c'est la rencontre personnelle qui seule atteint au registre de l'événement qu'on peut raconter" et combien ce passage est "une manière de nous indiquer les périmètres où se situe la "réalité vraie", celle qui produit du fruit à travers le temps." (p.55)

Il me semble que ce sont des données que l'on retrouve dans chaque rencontre vraie que l'on peut faire avec des hommes et des femmes venant d'autres cultures, celles que vous décrivez, Sr Marie. Que cette rencontre se fasse d'ailleurs si nous sommes le voyageur, ou si nous recevons celui venu d'ailleurs.

Des souvenirs me reviennent d'un guide copte qui, au fil lent du Nil, lors d'un voyage en Egypte, me parlait de sa vie, de ce qu'était vraiment son pays.
Souvenirs aussi de ces années passées à enseigner dans une école "difficile", où se mélangeaient cultures et religions. Malgré les difficultés, les tensions parfois, des liens se toujours se créaient lorsqu'à l'occasion d'une fête religieuse, des friandises y étaient partagées. Rien de tel que la pâtisserie pour rapprocher les gens, adultes comme enfants! Nous accueillions à bras ouverts les mamans musulmanes apportant pâtisseries orientales, et elles étaient heureuses, se sentaient accueillies, je crois, de partager avec nous celles liées à Noël ou à Pâques. Lorsque l'une d'elles se proposa un jour de nous confectionner des bugnes pour Mardi-Gras, il me sembla que là, se dessinait vraiment quelque chose d'important.

Alors peut-être est-ce cela, entrer dans la logique d'Abraham et de Melkisédek: essayer de se situer toujours dans la rencontre vraie avec l'autre. Si situer toujours dans la logique de la bénédiction, la logique de la Vie. La logique de Dieu.

Par Audrey 27 mai 2016 à 6 h 43 Répondre à ce commentaire

"des liens toujours se créaient" - pardonnez la faute de frappe! :-)
Belle journée à tous! Prières pour tous avec tous.

Par Audrey 27 mai 2016 à 7 h 05

Comment mettre ceci en pratique, quand, après avoir été élevée dans une atmosphère pluri-cultuelle, on se retrouve chassée de sa terre natale par la violence et la barbarie ; quand, pendant 8 ans on a vécu dans la peur, dans le bruit des mitraillages, dans l'odeur du sang, dans la vision de corps émasculés, amputés; quand on a touché du doigt la haine, la peur, la défiance vis à vis de l'autre.
Mon dieu, les hommes sont "humains" c'est à dire perfectibles, aide les à devenir meilleurs!

Par Michelle DINCHER-MOSCONI 27 mai 2016 à 8 h 11

Je rentre de Turquie ou j étais en chantier.c était la première fois. Comme d habitude j ai baigné dans une mer d affection j ai été servi comme jamais autour effectivement d un verre d eau, d un thé pris à même le lieu de travail un bout de pain aux olives fractionné à la main . Je rendais grâce au seigneur sans arrêt. J étais transporté d allégresse. La vue des mosquées ne m à pas gêne je dirais même qu'elles me disaient des messages de paix. Merci seigneur

Par Léon larcher 27 mai 2016 à 6 h 21 Répondre à ce commentaire

Le sacerdoce royal !
C'est croire au suprême qu'est l'amour .
La noblesse , le respect quel que soit l'approche , porter
l'amour , porter cet ange merveilleux en soi , comme Dieu
en Dieu . Cet ange c'est Jésus , venu remettre les cœurs
dans le même esprit ..Celui d'un tout , que donner à nos enfants , sinon cette magnifique bénédiction . Que le Seigneur Te bénisse , qu'Il Te découvre Sa face (son amour ) et qu'Il Te Garde ! Il n'en tient qu'a cette foi , conjuguée d'être en communion avec tout ce qui respire , garder l'amour , être dans les émotions , les
sentiments , l'action de grâce , un pain complet , quel que soit nos chemins , joies , souffrances , garder l'essentiel de notre nature dans celle de notre Père :
L' amour , qui donnent la croissance , l'intelligence de grandir nos cœurs , dans le sacerdoce du cœur , et de celui des prêtres consacrés au service de Dieu , comme nous dans le baptême , un seul souhait , la communion totale en esprit en vérité .
Jean 15 16: Je vous ai choisis et établis pour que vous alliez et portiez du fruit et que votre fruit demeure ...Jésus dit : demeurez "dans mon amour " .COEUR Sacré de Jésus miséricordieux , donnez à tous cet immense bonheur .Merci sœur Marie aimée de Dieu

Par Fred 27 mai 2016 à 5 h 45 Répondre à ce commentaire

Bonjour et merci Sr Marie. J'aime beaucoup vos méditations; celle de ce matin me plaît particulièrement. Je n'ai ni l'âge ni l'argent pour" prendre la route des grands voyages" mais, à mon niveau, je prends "celle de la vie quotidienne". En effet, ma foi, je la vis au quotidien dans la rencontre. J'essaie d'être le Samaritain de celui qui m'interpelle; aujourd'hui, tant de personnes ont besoin d'avoir l'oreille et le coeur de ceux qui, comme moi, essaient d'être "ouverts, attentifs, prêts à entrer en relation". Je suis certaine alors que l'Esprit-Saint me guide! Bonne journée à tous les internautes et grand merci aux Dominicains qui nous font découvrir ces trésors!

Par Denise Delaporte 27 mai 2016 à 5 h 42 Répondre à ce commentaire

Sœur Marie merci . Votre méditation passionnante me donne envie de partir parcourir le monde à la découverte des merveilles de Dieu ! Merci pour votre éclairage sur Melchisédech , le psaume 109 m 'apparaît enfin moins mystérieux , je vais le chanter différemment dimanche à l'office des vêpres .
Avec mon amitié
Benedicte

Par Benedicte 27 mai 2016 à 3 h 24 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires