Trois disciples

« Moi je suis le chemin, la vérité et la vie. » Jean 14,6

La multiplication des pains

Jean 6, 1-16

Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade. Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades. Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples. Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche. Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. » Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! » Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. » Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture. À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul. Le soir venu, ses disciples descendirent jusqu’à la mer.

Méditation

précédente suivante

Passer de l’autre côté

En fin de compte on ne sait d’où Jésus est parti et non plus très bien où il se rend, sinon qu’il paraît s’être éloigné de liens familiers, ce que pourrait traduire le fait d’être de l’autre côté de la mer*. Ce côté où la vie est inconnue, où il faut risquer.
Comme passer de l’autre côté du miroir, au-delà des apparences. Voilà sans doute ce qui nous est demandé, au-delà des apparences de nous-mêmes comme de nos représentations de Dieu, afin d’espérer entrer pour de vrai dans l’amitié de Jésus, dans son écoute. La foule est là, comme aux heures essentielles, telle l’entrée glorieuse à Jérusalem, juste avant la Passion. Jésus gravit la montagne, mémoire de celle où la loi fut donnée.
Une foule qui paraît patiente, attentive. Sans raison apparente – nous ne sommes pas le soir et Jésus n’a pas guéri de nombreux malades – il exprime le souci de lui procurer du pain. Mais quel pain vraiment ? Car qu’est venue chercher cette foule qui, elle aussi, est passée de l’autre côté des apparences du monde, pour entendre la parole de vie ? C’est Simon qui, un peu plus tard, prononcera la réponse juste : « À qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle »**. Voilà alors ce que Jésus est venu offrir, par-delà les apparences, les paroles qui ne passent pas.
Celles qui font vivre, inscrites en sa propre chair. Et c’est bien ce que confirment les « morceaux en surplus ». La foule a mangé à satiété, il n’est donc pas besoin de plus.
C’est alors autre chose qui est offert. Non un don supplémentaire, mais le cœur du don : sa signification elle-même, la vie de Dieu offerte en partage jusque dans la mort du Fils.
Nous voilà au-delà des apparences, dans la vérité même : la véritable gloire sera celle de l’abaissement de Jésus afin d’être à la hauteur de l’homme humilié pour l’élever jusqu’à la joie que Dieu lui-même soit son compagnon.
« Le voyageur, épuisé par la nuit et qui demande du pain, en réalité désire l’aurore. Notre message éternel d’espérance, c’est que l’aurore viendra ! »***

*Expression qui se retrouve 4 fois : Jean 6, 1. 17. 22. 25
**Jean 6, 68
***Martin Luther KING, La force d’aimer, Casterman, 1964, p. 78-86
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

43 commentaires

Cet épisode de la multiplication des pains et si importante aux yeux des évangélistes et de leurs communautés, qu'ils l'ont rapporté 6 fois; Marc et Matthieu le relatent même à deux reprises.
Si elle manifeste la mission de Jésus, la scène de la multiplication des pains lève le voile sur la mission de ses disciples jusqu'à son retour. La signification eucharistique de cet épisode est manifeste.
Comme au soir de la Cène, Jésus lève les yeux, rend grâce, prend les pains, les rompt, les distribuent. Jésus est en permanence uni à son Père par un amour infini. Avant chaque acte qu'il accomplit, il lève les yeux, rend grâce.
La collecte des "morceaux qui restent", douze paniers pleins, signifie que cette nourriture demeure pour ceux qui sont appelés à partager le même repas dans l'aujourd'hui de l'Eglise. Chaque fois que nous célébrons l'Eucharistie, nous puisons en quelque sorte dans les douze paniers qui furent confiés,ce jour-là aux douze apôtres.
Dans Matthieu, Jésus, ne leur dit-il pas "donnez-leur vous-même à manger" ?
En ce XXIème siècle où la faim dans le mon "prend aux entrailles", tant d'enfants, d'hommes... La parole de Jésus est plus que jamais d'actualité : "donnez-leur vous même à manger"!...
C'est notre rôle, aujourd'hui de partager le pain et la Parole, car l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Par Marie Jeanne 13 janvier 2018 à 22 h 33 Répondre à ce commentaire

Ah ! si chacun, si chaque habitant de notre terre avait chaque jour un morceau de pain !!!
Ah ! si chacun pouvait manger un peu chaque jour....
Seigneur donnes leur leur pain quotidien, comme tu le donnes à moi-même !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 11 janvier 2018 à 13 h 45 Répondre à ce commentaire

Peut-on dire que la "hiérarchie des valeurs ? "... a été respectée ????
Jésus est un fin psychologue ...
La faim tenaillait son auditoire...? Il a compris que notre "charnel" .. devait d'abord être assouvi pour que la " bonne parole "puisse être entendue et que "l'ESPRIT" puisse faire son œuvre....
C''est la parabole du semeur ... il faut que le terrain soit propice pour recevoir la graine...
Nos premiers missionnaires en Afrique l'avaient aussi compris ?..

Par breizh 9 janvier 2018 à 15 h 22 Répondre à ce commentaire

merci pour la si belle méditation: merci de nous pousser toujours plus loin, au delà des apparences....de nous permettre de nous approcher du coeur du Mystère d'amour!

Par LEPRETRE DOMINIQUE 8 janvier 2018 à 21 h 36 Répondre à ce commentaire

Merci pour la belle méditation,
A l'aube de cette nouvelle année, tous les rêves sont permis, même ceux d'oeuvrer tous ensemble pour la Paix sur la terre,
L'amour qui nous est donné en abondance, l'enthousiasme, la foi, la confiance, l'espérance...........
Puissions- nous ensemble réaliser cet objectif, et tant d'autres, et semer sur la terre, et autour de nous des étoiles de Paix,de Joie ,d'Amour !
"Notre message éternel d'espérance, c'est que l'aurore viendra"!

Par suzanne K. 8 janvier 2018 à 20 h 19 Répondre à ce commentaire

Bonsoir à tous ,
Le pain de vie , Eucharistie , pour rester en communion , pour être fortifier , c'est vrai les "Paroles ne passent pas , mais nos coeurs peuvent changer , quel que soient les situations . Le miracle véritable avec le Seigneur , c'est sa fidélité .
Faisons notre cette fidélité divine : Seigneur Tu nous assures la paix , et même toutes nos oeuvres , Tu les accomplis pour nous .Qui accueille celui que J'aurai envoyé M'accueille ;qui M'accueille , accueille Celui qui M'a envoyé : alors l'aurore est là .

Par fred 8 janvier 2018 à 19 h 02 Répondre à ce commentaire

Merci j'aime beaucoup le commentaire de l'Evangile. Merci sœur Véronique !

Par Burckel Huguette 8 janvier 2018 à 15 h 43 Répondre à ce commentaire

Juste merci pour cette belle méditation qui me permet de mieux recevoir le message du Seigneur dsmd crt épisode. Comptez sur mes prières pour vous et les membres de Retraite dans la ville

Par Sowa 8 janvier 2018 à 15 h 21 Répondre à ce commentaire

très belle méditation, je l'ai écouter deux fois, puis une fois supplémentaire en fermant les yeux, cela m'a permit d'être plus à l'écoute de chaque mot, cela fait écho dans mon coeur
la bible nous parle à chacun et à tous,
je suis toujours affamée de la parole de Dieu, comme si je ne serai vraiment rassasier que le jour de mon départ pour ma prochaine vie.
à chaque temps de prières, d'adoration, je ressens l'amour de dieu, parfois j'ai même l'impression que ma cage thoracique va se fracasser tellement ce que je ressens est si fort.
cela m'élève, et pourtant je ne suis pas aussi pieuse, je peux être des jours sans pouvoir sortir de chez moi, et je m'en veux de ne pas aller à la messe et chez les sœurs pour la prière, c'est comme un abandon que je fais à dieu et je m'en veux beaucoup. pourtant le seigneur ne m'a jamais abandonnée, silencieux parfois mais présent, je l'aime de tout mon cœur

Par leelou 8 janvier 2018 à 14 h 45 Répondre à ce commentaire

oui à qui irions-nous?C'est la parole de Jésus et lui Parole du Père qui nous guide si nous voulons l'écouter Comme il est important de bien écouter la Parole de Dieu qui s'est faite chair

Par Perrigault 8 janvier 2018 à 14 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci à Sr Véronique que j'ai toujours plaisir à entendre parce qu'elle m'aide à aller plus loin dans la compréhension de la Parole de Dieu.
Merci à Véronique

Par gicquel 8 janvier 2018 à 14 h 01 Répondre à ce commentaire

Magnifique!

Par Marta Triay 8 janvier 2018 à 13 h 22 Répondre à ce commentaire

Chers amis,

je me souviens, j’étais assis avec les autres sur la colline.
Nous écoutions le fils du charpentier.
De loin, j’ai vu ses amis circuler avec des paniers.
C’était étonnant, les gens y prenaient du pain et du poisson
pour les donner à leur plus proche voisin...

Lorsque l’un d’eux s’est approché de moi,
il n’y avait pas grand-chose dans son panier.
J’en ai tout de même pris un bout, en me disant :
« Mais que va-t-il me rester si je le donne à mon voisin ? J’ai faim, moi ! »

Mon cœur s’est desserré, j’en ai donné à mon voisin.
Il m’en restait un petit bout.
Nous avons mangé ensemble, en souriant.
Tout joyeux, nous n’avions plus faim.

Plus tard, Yeshoua est rentré dans la ville, assis sur un âne.
J’étais au milieu de la foule qui l'acclamait.
Un de Ses amis m’a raconté, plus tard,
qu’Il leur avait demandé, au cours d’un repas,
de partager à nouveau celui-ci, en mémoire de Lui.
Et qu’Il serait alors présent au milieu de leurs vies.

Comme vous le savez, Il est mort.

J’étais assis dans une auberge à quelques kilomètres de là.
J’ai vu arriver trois hommes qui parlaient ensemble,
avec beaucoup de sérieux, de tout ce qu’avaient écrit les anciens.

Au milieu du repas, ils n’étaient plus que deux.
Ils étaient tout joyeux… Comme nous sur la colline.
Je les ai entendus s’écrier : « on y va ! »
Ils ont même failli partir sans payer !
L’aubergiste souriait… Ils avaient l’air si heureux.

Bonne Nouvelle, vraiment !

Par Paul (Belgique) 8 janvier 2018 à 11 h 41 Répondre à ce commentaire

Comment ne pas penser à l'Eucharistie en écoutant ce passage d'Evangile? "Jésus prit le pain, après avoir rendu grâce, il les distribua". De même, nous remercions la VIE à la messe, et ailleurs... pour cette VIE donnée. C'est véritablement un "cadeau" au delà de tout Nom qui nous est offert. Et cette vie est "distribuée" à tout un chacun pourvu qu'elle soit accueillie...
Il est certainement des jours où cette vie est refusée par celles et ceux qui traversent des moments difficiles , où plus rien ne fait sens...
Merci Seigneur, pour cette Vie donnée pour que nous en vivions, afin de croire "en cette aurore" dont parle Martin Luther King.

Par Emma 8 janvier 2018 à 11 h 37 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation SPLENDIDE , Comme toutes celles de Marche dans la Bible, des Frères Dominicains, de Sœur Anne LECU , tjrs Si enthousiaste , qui nous communique sa Foi,
MERCI

Les Dominicains sont Pour Moi l'aliment de ma Foi!

Par Delon Colette 8 janvier 2018 à 10 h 01 Répondre à ce commentaire

Meilleurs vœux à tous/toutes en ce début d'année. J'ai envie de reprendre les paroles entendues récemment à un office "Que le Seigneur vous bénisse et vous garde". Que le Seigneur nous garde des préjugés, des a priori qui nous font passer à côté des gens, des choses. La foule qui suit Jésus, que l'on pourrait peut-être qualifier de moutonnière, attirée par cet homme qui fait des miracles écoute et attend patiemment. En nourrissant matériellement cette grande foule, Jésus montre sa miséricorde. Il ne donne pas "un peu", il donne beaucoup plus que le nécessaire puisque les restes remplissent 12 paniers. Puisque tout est symbole, on pourrait rapprocher les paroles de Jésus de l'eau qui apaise la soif. En ce début d'année, nous avons besoin de croire non pas en des miracles mais dans l'espérance de l'amour de Dieu pour l'humanité qui nous a été révélé par son Fils.

Par mahona 8 janvier 2018 à 9 h 59 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle méditation.
Bonheur de retrouver "Marche dans la Bible".
Douce et belle année à tous

Par Gaudillot 8 janvier 2018 à 9 h 35 Répondre à ce commentaire

Meilleurs voeux pour tous, et chacun
joie ce matin de retrouver Soeur Véronique
J'ai devant mes yeux un temps lumineux et cela présage d'une belle journée
je dois m'abaissée et demander a Dieu de retrouver en moi, la douceur et l'indulgence .j'ai besoin de laisser ces pelures qui masques mon etre profond .
Merci pour (notre message éternel d'éspèrance ,c'est que l'aurore viendra)
bonne journée

Par jnc 8 janvier 2018 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

aprés avoir écouter attentivement se ne son pas nos apparence qui son importante mais s'est ce qui se trouve au plus profonds de nous méme sur le chemin de st jacques chaque personnes rencontraient à de l'importance nous l'oublions pas le méme regard que Marie à eu envers st Bernadette Amitié Fraternelle

Par doucet pierre 8 janvier 2018 à 9 h 29 Répondre à ce commentaire

Meilleurs VOEUX à tous, toutes, internautes de " Marche dans la Bible ".

Par Florine 8 janvier 2018 à 9 h 24 Répondre à ce commentaire

"donnez-nous aujourd'hui, notre pain quotidien"... j'ai entendu parfois "nous, nous ne manquons pas de pain ? pourquoi demander" ....."c'est de nourriture spirituelle qu'il s'agit... ", cela donne un sens "nouveau" au Notre Père...
Merci de votre "éclairage" différent.... sur ce passage de la multiplication des pains.

Par FONTIMPE Marie-Edith 8 janvier 2018 à 9 h 14 Répondre à ce commentaire

Lu quelque part : la différence entre le matériel et le spirituel se révèle dans le partage. Avec les choses matérielles, plus on est nombreux, plus la part de chacun est petite. Pour les réalités spirituelles, c'est l'inverse : plus on est nombreux, plus le don se démultiplie. C'est comme la lumière et la chaleur du soleil, diffusée dans des milliards de corps. De même pour la parole et l'amour de Dieu, qui éclaire et met en mouvement des milliards d'esprits.
Maintenant, ce don gratuit, surabondant, de la grâce et de la miséricorde, est ce que je l'apprécie à sa juste valeur et est ce que je le fais rayonner autour de moi ? Jésus a nourri cette foule qui le suivait, mais il refuse de devenir leur roi. Il ne veut pas créer de dépendance envers un chef, genre "je m'occupe de tout". Dans un autre Evangile, les disciples veulent renvoyer la foule, mais il leur dit : "non, donnez leur vous même à manger". Finalement, il leur montre l'exemple : par le partage, les dons de Dieu peuvent être démultipliés, chacun peut être un pain vivant pour soutenir la vie de beaucoup.

Par Antoinette G 8 janvier 2018 à 9 h 14 Répondre à ce commentaire

Plus exactement : si chacun met ce qu'il a au service des autres, Dieu le démultipliera, car le tout est plus grand que la somme des parties. Ce texte se rapproche de la parabole des talents.

Par Antoinette G 8 janvier 2018 à 9 h 28

Merci Soeur Véronique pour cette belle méditation qui respire l'amour de Jésus.

Par Frère BLANCHARD Robert. 8 janvier 2018 à 9 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette meditation.
Gratitude à la vie et apprenons à être et non paraître.
Prenons le risque de chercher la Vie dans la vie, la Vérité.

Par Bum 8 janvier 2018 à 8 h 56 Répondre à ce commentaire

Heureuse de vous retrouver,soeur Véronique,Audrey ,et vous compagnons de marche.merci à tous pour ce partage de la parole de vie.

Par Annie2 8 janvier 2018 à 8 h 33 Répondre à ce commentaire

Joie ce matin ! joie, joie, joie..

Par Jean-Pierre 8 janvier 2018 à 8 h 25 Répondre à ce commentaire

Merci de recommencer à nourrir notre foi, je ne m'y attendais pas, quelle joie!!!
Voilà une parole qui me fait vivre "à qui irions nous, Tu as les paroles de la vie éternelle", merci soeur Véronique de me les redire, Kat

Par Kat namur 8 janvier 2018 à 8 h 18 Répondre à ce commentaire

Merci, merci, enfin vous ètes là. Quelle joie vraiment. Vous nourrissez bien les pauvres affamés que nous sommes. Il a les paroles de la vie éternelle. Parfois j'ai envie de me taire moi. Car j'ai vraiment l'impression de dire n'importe quoi, et bien sur faire n'importe quoi. A la suite de notre Seigneur, nous marchons en boitant. Viens notre Seigneur, viens nourrir ton peuple affamé. Odile

Par Odile 8 janvier 2018 à 7 h 59 Répondre à ce commentaire

Quelle joie de retrouver en marche et votre méditation, soeur Véronique. Merci de cette réflexion profonde sur un passage difficile.

Par Magali 8 janvier 2018 à 7 h 10 Répondre à ce commentaire

Comment nourrir une foule? C'est bien la question qui est ici posée. Posée aux disciples, ces disciples à qui bientôt il reviendra la charge de nourrir les foules. Le pain dont ces affamés qui sont venus à eux ont besoin ne s'achète pas. Il est là, déjà. En ce que ces gens, qui sont passés "de l'autre côté des apparences" ont amené avec eux et qui, dans la rencontre avec Jésus, déploie toute sa richesse. Et peut-être est-ce cela que Jésus dit aussi à ses disciples : "vous pensez n'avoir que des trois-fois-rien à offrir? Donnez-les moi. Moi, je ferai de ces trois-fois-rien ce dont une foule a besoin."
La Parole partagée se multiplie, rebondit - comme elle rebondit entre Philippe et André - entre les hommes tous tendus vers un seul but : nourrir ceux qui sont venus à eux. Elle devient féconde car le Christ est là au milieu d'eux, pain partagé qui les nourrit eux aussi, et nourrit à travers eux.
Offrir ce que l'on a n'est jamais trop peu, inadéquat, s'il est offert à Dieu. Et qui sait qui sera nourri de ce qui restera quand les disciples, quand nous aurons, repris le chemin? Ces panières aussi sont confiées à ses mains.

Merci Sr Véronique! Un bonheur de vous retrouver et de retrouver 'Marche' ce matin!

Par Audrey 8 janvier 2018 à 6 h 54 Répondre à ce commentaire

J'aimerais pouvoir lire les textes (évangile et méditation) en lettres plus grasses pour mieux les lire. C'est nécessaire, même quand on va vers la fin de notre vie, de nous nourrir de ces paroles de vie. Merci !

Par Gilles 8 janvier 2018 à 6 h 15 Répondre à ce commentaire

Il me semble que sur votre ordinateur, vous pouvez augmenter la grosseur des textes!
Bonne écoute et lecture de la Parole! Véronique qui était doyenne de le Catho d'Angers est un puits chrétien de science! Et comme dominicaine elle sait transmettre la parole du Seigneur! Merci

Par Richard 8 janvier 2018 à 7 h 43

Moi aussi j'avais oublié que "Marche" reprenais aujourd'hui. Mon coeur a sauté de joie en voyant le mail. Merci sœur Véronique de votre invitation à passer de l'autre côté...Et merci Audrey, je garde pour la journée que mon trois-fois-rien donné au Christ et vivifié par lui nourrira ceux que je vais rencontrer aujourd'hui.
Bonne journée à chacun

Par Alice S 8 janvier 2018 à 8 h 44

Bonjour, Gilles, bonjour tout le monde !
Et bonne année 2018 !

Pour agrandir la page sur l'écran,
" tapez : Ctrl et + ", en même temps, une fois, deux fois ...
Pour revenir à la taille précédente
" tapez : Ctrl et - ", en même temps.

A bientôt !

Par Paul (Belgique) 8 janvier 2018 à 8 h 52

Jésus tu soutient le pèlerin dans son cheminement vers le père
Combien de fois nous vivons comme des naufragés, partant à la dérive, désorienté, assoiffés, et portant jésus christ, le fils de Dieu est le sens de notre vie, il suffit de nous approcher de lui,pour trouver une direction à notre vie,la joie,l'espérance, la joie de la présence de Dieu dans nos coeurs,
Jésus christ veut être le chemin, notre chemin, pour nous qui errons parfois sans but,le christ veut être la vérité, notre vérité
pour nous qui cherchons la justice.
Jésus christ veut être la vie,notre vie pour nous qui cherchons le bonheur de tout notre coeur.
Seigneur tu es mon chemin, même si il est parsemé de grande difficulté, un peu perdu en ce moment, fais que j ' imite toujours ton exemple et ne permet pas que je sois séparé de toi.
Tu es ma vérité, aide moi encore aujourd'hui a m'unir à toi a tout moment, tu es ma vie,apprends -moi a ne suivre que toi.
Entendons bien jésus nous dire aujourd'hui,
"Ne soyer pas bouleversé; venez,je suis le chemin, la vérité, la vie "
"Je suis venue pour qu'ils aient la vie,qu'ils l'aient en abondance "...Fraternellement a très vite nous retrouver, .
Tu es ma vérité, aide moi encore aujourd'hui

Par Brig 11 janvier 2017 à 21 h 23 Répondre à ce commentaire

Ce pain aujourd'hui pour moi c'est toute la vie de jésus christ, sa parole,son amour reçu et donné.
C'est son amour reçu et donné, cette parole qui annonce et accomplit dans la foulée ce qu'elle dit,c'est morceau de vie,
comme des morceaux de pain qui peu à peu nous nourissent ,nous restaurant et transforment notre vie.
Chaque morceau de pain compte,chaque don compte,chaque présent compte,pain d'amour et de vie,offrir ce pain et de nous apprendre à nous donner au bonheur des autres.
nous sommes aimés, de mettre en ce verbe comme un pain vital et ainsi de donner a nos rencotres peut - être "l'envie de partager ce pain ".....

Merci a vous chère Lise ,Marie,
être portée dans la prière, celui qui souffre est un des plus beaux cadeaux, j'espère vous revenir bien vite,
je vous embrasse ,fraternellement brig

Par Brig 10 janvier 2017 à 21 h 06 Répondre à ce commentaire

Jésus tu es présent

Jésus tu es présent
Quand ton esprit descend
Sur le pain et le vin
Ce sont des dons divins.
Et alors tu es là
Pas dans un au-delà
Ici et maintenant
De l’homme tu es prenant.
Tu te donnes tout entier, Sans blâme et sans pitié
Pour les gens rassemblés.
A l’origine du blé,
La graine donnant le pain
Que nous tenons en main
est devenue ton corps
Que l’on partage encore
A chaque participant
Qui de toi tout dépend.

Par Prière 10 janvier 2017 à 19 h 54 Répondre à ce commentaire

Dieu pourvoit, gardons confiance!
Cette parabole nous montre que même dans les situations où nous ne savons plus quoi faire Dieu est avec nous et nous aide.

Seigneur nous aussi nous nous demandons comment nous en sortir quand (et chacun de nous peut nommer la situation difficile qu'il affronte et craint), mais Tu es avec nous, Tu nous guides, Tu nous donnes force et discernement par Ton Esprit saint, nous n'avons plus peur, nous avons confiance en Toi! Amen

Par MARIE 10 janvier 2017 à 15 h 20 Répondre à ce commentaire

L ' Eucharistie , qui déjà annonce , nourrit , abreuve , soulève bien des interrogations .
Jésus d'un petit enfant , donne à manger à une immense foule , quel miracle , oui mais
encore ...Scrutant bien en avant , on est dans ce partage , simple et vrai , c'est le Verbe
fait chair , qui ne laisse rien se perdre , mieux encore , il reste douze paniers pleins ...
Une promesse qui rassasie encore ceux qui ont soif et faim . La Parole de vie est-elle
une épreuve ? . A l'inverse je pense qu'Elle est non pas dans les miracles facile , mais
bien au milieu de nous une force qui nourrit l'âme , l'Esprit , le corps , donnant ainsi à
tout un chacun , de chercher , et de trouver , la véritable paix du Christ , elle se partage ,
elle instruit , elle accueille , transforme au rythme de nos coeurs , et se laisse épouser ...
Suivre Ce Chemin , sur des prés d'herbe fraîche , se reposer , vers les eaux du repos !
Et laisser Le Seigneur refaire nos âmes . Philippe et nous ...Jésus nous convie inlassablement
à regarder vers le Père , et le Père du pain du ciel donner à son peuple en a fait un Pain pour
toute l'humanité.Mystère qui demeure Trois fois Saint .Suivre Jésus dans toutes les réalités
les bon et les mauvais moments , nourrir et l'être ..Ailleurs on peut lire cette demande :
Comment jeune , garder pur son chemin :psaume de David 119, 9. Dieu ne laisse rien au hasard
faisant ainsi le Chemin venir dans toute sa pureté habiter avec nous pour vivre des jours sans fin .
Merci soeur Marie , un peu d 'eau dans le "Vin lors de la consécration : puissions -nous être unis à la
divinité de Celui qui a pris notre humanité ...

Par fred 10 janvier 2017 à 7 h 48 Répondre à ce commentaire

Le pain de Vie ne s'achète pas. Il se donne. Il n'est de limite au don de Dieu. Pas de logique comptable dans le don de la vie. Le poisson, qui dans les civilisations antiques signifiait la vie et la fécondité, bientôt deviendra symbole du Christ et de l'Eucharistie. Ichtus, poisson en grec, dont les lettres forment l'acrostiche 'Jésus Christ, Fils de Dieu, Sauveur'. Jésus qui se donne, vraie nourriture dont ces hommes, ces hommes qui viennent à lui, ont besoin. Dont il nourrit chaque homme qui vient à lui. Pas un qu'il n'abandonne.
Ces hommes ne s'y trompent pas, qui voient en Jésus le Prophète annoncé, qui veulent faire de lui leur roi. Mais Jésus qui "vient dans le monde", n'est pas roi à la manière du monde. Jésus est Roi, sur la croix. Cela, il leur faudra l'apprendre. Le Roi se donne. Cela, déjà, il le leur montre là.

Quelle est donc alors cette épreuve à laquelle Philippe est soumis là? Peut-être est-il tout simplement invité à avoir 'des yeux pour voir'? Comment nourrit-on une foule? De quoi a besoin un homme qui vient à lui? Qu'est un roi? Autant de questions auxquelles Jésus répond en actes. "Tu verras", "vous verrez", disait Jésus à Nathanaël que Philippe était allé chercher dans le passage, de Jean également, que nous étions invités à méditer hier. "Suis-moi", avaient été les premiers mots de Jésus à Philippe, en le trouvant. 'Vois', me semble dire Jésus ici.
Vois. Apprend. Marche dans mes pas.

Par Audrey 10 janvier 2017 à 6 h 49 Répondre à ce commentaire

Excusez mon audace,chère Audrey.
"Pas un qu'il n'abandonne".
N'y-a-t-il pas là une coquille qui vous ferait dire le contraire de ce que vous pensez c.a.d.
"Jésus n'abandonne personne".
Merci pour vos participations si riches.
Unis

Par 2Graziella 10 janvier 2017 à 11 h 07

Audace bienvenue, Graziella! :-) D'autant plus qu'elle permet de redire: "Jésus n'abandonne personne." La journée a été longue, et difficile. Jésus n'abandonne personne. Comme cela fait du bien à entendre. Cela, aussi, nourrit.
Belle et douce soirée à tous! Prières pour tous et avec tous.

Par Audrey 10 janvier 2017 à 18 h 25
voir tous les commentaires