Josué

« Dieu nous a protégés tout le long du chemin. » Josué 24,17

La fidélité à la loi

Josué 1, 1-4 ; 6-9

Après la mort de Moïse, le serviteur du Seigneur, le Seigneur parla à Josué, fils de Noun, auxiliaire de Moïse, et lui dit :
« Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, lève-toi, passe le Jourdain que voici, toi avec tout ce peuple, vers le pays que je donne aux fils d’Israël.
Tous les lieux que foulera la plante de vos pieds, je vous les ai donnés, comme je l’ai dit à Moïse ; votre territoire s’étendra depuis le désert et le Liban que voici jusqu’au Grand fleuve, l’Euphrate, tout le pays des Hittites, jusqu’à la Méditerranée, au soleil couchant.
Sois fort et courageux, c’est toi qui donneras en héritage à ce peuple le pays que j’avais juré de donner à leurs pères.
Quant à toi, sois fort et très courageux, en veillant à agir selon toute la Loi prescrite par Moïse, mon serviteur. Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche, pour réussir partout où tu iras.
Ce livre de la Loi ne quittera pas tes lèvres ; tu le murmureras jour et nuit, afin que tu veilles à agir selon tout ce qui s’y trouve écrit : alors tu feras prospérer tes entreprises, alors tu réussiras.
Ne t’ai-je pas commandé : “Sois fort et courageux !” ? Ne crains pas, ne t’effraie pas, car le Seigneur ton Dieu sera avec toi partout où tu iras. »

Méditation

précédente suivante

Étourdissante conquête

Josué, successeur de Moïse, conquiert la terre donnée par Dieu avec une violence inouïe, brûlant les villes les unes après les autres, égorgeant les mères et leurs enfants. La nausée monte petit à petit à la lecture de ce texte devant ce sang et ces corps souffrants. Cette conquête ne sera pas totale et il restera toujours une terre à conquérir, des peuples à soumettre.
Or, Josué est un autre nom de « Jésus ». L’Église a fait de tous ces épisodes une lecture spirituelle qui éclaire notre compréhension de la nouveauté du Christ qui assume l’héritage biblique et ses violences. Le Christ entre en Terre sainte là où Josué est entré, par le Jourdain, par cette humble rivière qui serpente discrètement à travers la vallée désertique et mortifère de la mer Morte.
À partir de là, il conquiert le monde par sa parole, sa mort et sa résurrection, il fait refleurir le désert. Pour un chrétien, pas de terre sainte géographique à conquérir : notre terre sainte, le Royaume de Dieu est au-delà de toute frontière, car il est aux dimensions de la Terre tout entière où vivent, siècle après siècle, des hommes et des femmes qui ne connaissent pas encore le Christ.
Pour faire grandir ce Royaume de Dieu, pas de guerre pour la Terre, sinon celle de la justice et de la miséricorde. Pas d’autre loi que la loi d’amour et des béatitudes. Chaque terre nous appartient, car elle nous est donnée par Dieu pour être évangélisée avec douceur : « Heureux les doux, car ils recevront la Terre en héritage ! »* Oui, remplis de l’Esprit, soyons « forts et courageux » pour être fidèles à la loi de Jésus et faire advenir son Royaume.

* Évangile selon saint Matthieu, chapitre 5, verset 5.
Méditation enregistrée dans un studio du Christian Media Center.


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

69 commentaires

Exerçons en vérité les béatitudes, invoquons l'Esprit d'Amour, et soyons fort et courageux ,fidèle à la loi de Dieu pour que son Règne vienne parmi nous ... Amen !!! merci pour cette belle méditation !!!

Par honoré marie-noëlle 14 septembre 2017 à 21 h 47 Répondre à ce commentaire

Depuis le 31 juillet (lundi) je ne reçois plus les textes de méditation de Marché dans la Bible

Par Lécuyer Christiane 3 août 2017 à 14 h 31 Répondre à ce commentaire

Je laisse aux exégètes le soin d’aller toujours plus loin dans le creux de chaque fait, de chaque mot de l’Ancien et du Nouveau Testament ; que l’Eprit-Saint les habite ! Comme vous, je me tourne vers le TRES-HAUT, le TOUT AUTRE, Celui qui détient La VERITE, celle que nous cherchons tous. Avec vous, autour de vos interventions, je me reconnais, avec force je me révolte, avec honte je doute, mais j’Espère de toute la force de mon être........ alors, je retrouve le calme, la paix, la confiance en la charnière des deux testaments où Jésus a pris notre humanité et nous a donné un peu de sa divinité.
Seigneur, éclaire-nous, rend-nous humbles, aimants, tournés vers Toi. Vierge Marie, tu as porté Jésus en ton sein, conduit-nous vers Lui, afin qu’Il illumine notre chemin et nous rende attentifs aux Signes qu’Il laisse sur la route qui mène au Royaume.

Par Madeleine AULANIER 1 août 2017 à 17 h 02 Répondre à ce commentaire

d'accord avec Michelle

Par prudencepetitpas 1 août 2017 à 14 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci a vous touse internautes d'aujourd'hui, les dialogues on été bien mouvementé, mais tellement riche de savoir,de certains, touse différents, qui nous rassemble, moi sa m'apprends toujours a avancé un peu plus,dans cette marche, j'ai très peu de connaissances, mais je me rend bien compte, que dans tout nos dialogues échangé, il y a toujours une place pour l'ecoute,dans nos joie,nos peine,pour moi c'est même plus qu'une richesses c'est simplement une marche d'amour vers la paix,
un chemin peu être difficile, différents comme pour josué, mais un chemin qui nous sauve....merci de votre présence a touse

Par brig 1 août 2017 à 14 h 05 Répondre à ce commentaire

A demain, pour une nouvelle lecture.

Prière et bonne journée.

Par Florine 1 août 2017 à 13 h 27 Répondre à ce commentaire

"Heureux les doux, car ils recevront la Terre en héritage"
Qu'ils sont heureux ceux qui vivent déjà de la douceur de Dieu , c'est à dire l'expérimentent humblement dans leur vie; qu'ils sont heureux ceux qui sont dociles à mettre en pratique cette béatitude qui consiste à accueillir en soi la vigoureuse et consolante (celle qui nous fait tenir debout) tendresse de Dieu. Qu'ils sont heureux ceux qui vivent déjà un tant soit peu de cette manière. Ils ont déjà la terre en héritage...Jésus dans le sermon sur la montagne "se décrit lui-même"heureux" et laisse éclater sa joie d'être entièrement dans le Père, dans la Terre promise. ET NOUS Y INVITE "Heureux les pauvres de coeur: le Royaume des cieux Est à eux.
Oui, la terre promise n'est pas un lieu géographique pas plus que le Royaume des Cieux.Et pourtant il n'en reste pas moins que notre combat spirituel vise à se laisser habiter par l'agir de Christ lui-même, ce qui oblige à "mourir à soi-même", à tout ce qui en nous est de l'ivraie...
Très bonne journée à chacun et chacune.

Par Béatrice S. 1 août 2017 à 12 h 09 Répondre à ce commentaire

Cher Bernard (si vous le permettez) Loin de moi la pensée de "cataloguer" quiconque dans un cadre déterminé (celui de mécréant que vous mentionnez). Je me débats avec mes doutes, mes perplexités, mes interrogations.... qui restent souvent sans explications satisfaisantes. Comme je l'écrivais, le survol de quelques textes ayant trait à Josué m'a fait toucher du doigt ma méconnaissance. La phrase de St Pierre citée n'avait rien de didactique mais était plutôt un désir de partage. Comment pourrais-je exprimer une certitude en quelques mots alors que la question a mobilisé des chercheurs pendant des années ? Alors, quand je trouve un passage "rassurant (?)" dans les écrits je me l'approprie par souci de confort intellectuel. La chose positive (car j'aime bien ne pas rester sur le négatif) est la remise en question amenée par les extraits de textes choisis par les Dominicains et les méditations/commentaires qui en découlent. Cela fait réagir ; mais n'est-ce pas leur but ? En communion de pensées amicales avec tous/toutes

Par mahona 1 août 2017 à 11 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Mahona. Comme je réagis avec mes tripes, il peut m'arriver de heurter ou d'adopter un point de vue réducteur, et je voudrais souvent nuancer après coup des formulations trop incisives. Mais j'essaie sincèrement de recevoir l'éclairage de l'Esprit Saint, où qu'il se manifeste, et je reste ouvert à ce dialogue qui est le nôtre sur ce site, riche de sensibilités si diverses.C'est le mérite de nos sœurs et frères dominicains de permettre ces échanges toujours interpellants.

Par Bernard (Bruxelles) 1 août 2017 à 12 h 45

Violence inouïe, égorgeant mères et enfants??? comment conciliez-vous ça avec douceur et amour??? je suis confuse et bien tentée d'arrêter ici la lecture de ces textes!

Par andree besner 1 août 2017 à 3 h 50 Répondre à ce commentaire

Pour relativiser quelque peu mes diatribes et répondre si possible au questionnement de Paul, je crois en effet que les béatitudes apportent un éclairage incontournable dans notre quête de compréhension et de conversion.
Loin de l'ambiance bisounours évoquée par &, Jésus, renvoyant Josué à son délire, nous a livré les clés du bonheur : l'humilité au lieu de l'arrogance, la douceur au lieu de la soif de pouvoir, la compassion dans les larmes partagées au lieu de la rage sanguinaire, le désir de justice au lieu des exactions, la miséricorde au lieu de la cruauté exacerbée, la pureté d'intention au lieu de la duplicité, la recherche de la paix au lieu de la poursuite de la guerre, le courage dans la défense de l'équité au lieu de la furie vengeresse, l'acceptation du prix à payer pour la défense des plus faibles au lieu du culte de la force.
Notre frère Olivier nous montre bien, dans la perplexité où il se reconnaît comme nous et la longanimité de ses réflexions, que ces béatitudes imprègnent son apostolat. Si je l'ai blessé par mes propos, je lui en demande pardon. Mais le dilemme est là : vouloir à tout prix récupérer tous les propos de la Bible, jusqu'à faire injure aux Évangiles, ou rejeter ces rameaux desséchés qui ne peuvent plus porter de fruits.

Par Bernard (Bruxelles) 1 août 2017 à 0 h 10 Répondre à ce commentaire

Cher Bernard, chers tous que ces textes ont heurtés, j'ai lu avec attention ce que vous avez dit. Pour moi, cependant, c'est bien dans ces textes aussi que se révèle le Dieu de miséricorde. Je viens d'en poster plus amples explications sur la page d'aujourd'hui (le passage du Jourdain). Avec le plus grand respect, bien entendu, pour toutes vos opinions et révoltes exprimées ici et que je conçois tout à fait. J'ai simplement tenté de dire en quoi, pour moi (et cela n'engage que moi), ces textes aussi étaient porteurs de vie.
Pensées chaleureuses et prières pour toutes et tous.

Par Audrey 1 août 2017 à 7 h 56

Merci. les béatitudes ne sont pas faciles à vivre, il faut de la ténacité et y croire.
C'est tout le contraire, la violence c'est se laisser à ses instincts.
Est-ce que dans 1000 ans , un livre saint, pourrait-on lire
Hitler a été envoyé par Dieu pour épurer le monde qui se livrait aux pêchés ?
Je veux croire, comme Maurice Zundel, comme François Varillon que Dieu N'est QU' amour, le N et QUE sont importants

Par Micheline 1 août 2017 à 8 h 08

Chère Audrey,
Merci, vous avez le courage de vos opinions, que vous exprimez comme suit dans ce commentaire parallèle :
"Oui, je le crois, c'est bien le Dieu de miséricorde qui se donne à voir en ces textes, si difficile que cela puisse paraître à 1ère lecture, à 1ère vue. La violence est celle du monde, celle qui peut-être a laissé des traces en moi, en chacun de nous. Josué, "Dieu sauve", pour moi, dit Dieu présent au cœur de cette violence du monde. Il ne s'agit pas de faire comme si elle n'existait pas, il s'agit de l'envisager avec Dieu. C'est bien cette terre-là qu'il nous donne, non pour que la violence la domine, mais pour qu'avec lui elle devienne terre d'où jaillit la vie."
Mais pardonnez-moi, je reste choqué, comme tant d'autres, par ces allégories qui, présentant au sens premier un Dieu pervers incitant au massacre, voudraient être comprises comme la lutte à mener contre toutes nos violences.
Je m'en tiens humblement aux paraboles de Jésus, suffisamment mobilisatrices, plutôt que de devoir assimiler jusqu'à l'écœurement le sens laborieux de ces métaphores hallucinantes.
Que doivent penser de notre religion les gens de passage qui entendent à la sauvette un extrait de l'Ancien Testament encourageant les pires abominations, et au nom de Dieu, s'il vous plaît !?

Par Bernard (Bruxelles) 1 août 2017 à 15 h 38

Cher Bernard, je comprends vos interrogations, et il est vrai qu'au premier abord ces textes peuvent susciter des réactions très vives. Je voulais simplement dire que, pour moi, l'Ancien Testament est d'une richesse inouïe. Il est nourriture, un véritable pain de route qui m'aide à avancer, jour après jour, qui m'aide à comprendre mon propre chemin. Et la nourriture se multiplie d'être partagée... C'est ce que j'essaie de faire, simplement, chaque matin. Un immense merci à toute l'équipe de RdlV de nous permettre de le faire ainsi! La Parole vit.

Par Audrey 1 août 2017 à 20 h 52

Merci, chère Audrey, pour cette marque d'engagement et de fidélité. Je respecte beaucoup votre démarche et l'enrichissement spirituel qu'il vous est donné de cueillir et de proclamer. Continuez à vous exprimer de la sorte, votre témoignage fait partie de notre quotidien !
J'aspire humblement à ce qu'annonce un certain Paul, tombé de son cheval, foudroyé par la Révélation. Si je ne partage pas toujours ses prises de position, je m'incline devant ce merveilleux testament spirituel qu'il nous a légué :

"Un jour, les prophéties disparaîtront, le don des langues cessera, la connaissance que nous avons de Dieu disparaîtra.
En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles.
Quand viendra l'achèvement, ce qui est partiel disparaîtra.(...)
Nous voyons actuellement une image obscure dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai vraiment, comme Dieu m'a connu."
(1 Co 13)

Douce nuit à toutes et à tous !

Par Bernard (Bruxelles) 1 août 2017 à 23 h 44

Et oui! Jésus propose de chercher le royaume des cieux, pas le monde des Bisounours!...
Encore que, dans le royaume des cieux, chaque être humain avec son histoire n'est finalement qu'un monde de bisounours à lui tout seul...

Par & 31 juillet 2017 à 23 h 28 Répondre à ce commentaire

OUI !!! comme tant d'autres lorsque nous lisons les récits de la "conquête de la Terre Promise, nous sommes horrifiés par cette tuerie de peuples (païens ?)Hittites, Amalécites, Edomites, Amorites, Moabites, Amoréens, Jébusiens, Ammonites, Madianites, et bien d'autres...
Pourquoi Dieu a permis cela ????
Que lui ont fait ces peuples pour mériter ces massacres ???
Sans parler des combats entre les tribus de Samarie et de Jérusalem !!!
Je ne suis pas étonné que beaucoup de chrétiens n'aiment pas l' A.T. et le désaprouvent même
Seigneur éclaires nous !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 31 juillet 2017 à 23 h 19 Répondre à ce commentaire

Oui moi aussi j'ai du mal à parler de Terre Promise pour parler d'une terre conquise avec tant de cruauté et de violence ! et ce peuple continue à avoir la même violence! Même pour la justice et la miséricorde, peut-on utiliser le terme de guerre ? ou alors dans quel sens, merci de me donner votre point de vue

Par Bernadette 31 juillet 2017 à 23 h 01 Répondre à ce commentaire

J'ai du mal à comprendre la méditation du texte de Josué à qui le Seigneur confie la charge de conduire son peuple dans cette terre promise en suivant de Moïse .
Josué s'en écarte de cette loi puisque il conquiert avec une grande violence ce pays (qui sera d'ailleurs et jusqu'à nos jours un pays où les guerres se succèdent) et dans cette méditation on compare Josué à Jesus .
Jesus a un message d'amour quel peut être le lien avec Josué qui fait la guerre ?
Jesus a voulu arrêter cet engrenage de fureur et de violence , Il n'est plus question d'un peuple élu mais de tous les peuples à qui ses disciple transmettront sa loi d'amour .
Apres l'histoire de Moïse l'histoire de Josué m'interroge ? Le dialogue avec le Seigneur est interrompu semble t il ?

Par Croc 31 juillet 2017 à 21 h 33 Répondre à ce commentaire

Devant ces scènes de carnages, on a l'impression de regarder un film de pirates : tuant, fendant, décapitant... pour s'approprier un trésor. On reste sidéré, horrifié.
Dieu dit à Josué, "maintenant, lève-toi, passe le Jourdain que voici, toi avec tout ce peuple, vers le pays que je donne aux fils d’Israël". Cette terre qu'il avait promise aux "Anciens"non pas de la conquérir dans le sang; mais d'en prendre possession comme d'un héritage promis depuis des siècles ?
Josué et Jésus : "Le Seigneur sauve". Josué pouvait sauver le peuple le mener à destination, sans commettre toutes ces atrocités et en s'acquittant de la mission que Dieu avait confiée à Moïse : Sois fort et courageux en veillant à agir selon toute la Loi prescrite par Moïse, mon serviteur; donc de respecter les commandements.
Merci cher frère Olivier d'éclairer un peu notre lanterne. Parce que je ne vois pas en Dieu, un être cruel, sanguinaire, mais un Père miséricordieux, compatissant.
Le Christ prend sur lui, toutes les violences. Par sa parole et sa vie donnée, il nous a sauvés.
Le chemin qu'il nous demande de suivre est celui de l'amour. Pour découvrir des terres à aimer, il n'y a qu'un chemin, celui de la paix et de la justice. Reconnaître sa propre Image dans cette terre inculte qu'est notre coeur, y cultiver la tendresse, la rendre habitable. Laisser son Esprit y faire sa demeure.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Merci frère Olivier.

Par Marie Jeanne 31 juillet 2017 à 21 h 10 Répondre à ce commentaire

Oui bien avant on pense à Tobie , c'est
déjà Dieu qui lui vient en aide ,mais n'est -ce pas une part de Dieu dans l'ARCHANGE qui se présente ?
PUIS CE PASSAGE :
Il nous a châtiés à cause de nos iniquités, et il nous sauvera à cause de sa miséricorde.
Considérez comment il a agi envers nous, et bénissez-le avec crainte et tremblement, et glorifiez par vos oeuvres le Roi des siècles.
Pour moi, je veux le bénir dans ce pays où je suis captif, parce qu'il a fait éclater sa gloire sur une nation criminelle.
Convertissez-vous donc, pécheurs, et pratiquez la justice devant Dieu, dans la confiance qu'il vous fera miséricorde!
Pour moi, je me réjouirai en lui de toute mon âme.
Bénissez le Seigneur, vous tous qui êtes le peuple choisi; célébrez des jours de joie et chantez ses louanges!
Jérusalem, cité de Dieu, le Seigneur t'a châtiée à cause des oeuvres de tes mains.
Glorifie le Seigneur par tes bonnes oeuvres, et bénis le Dieu des siècles, afin qu'il rebâtisse en toi son sanctuaire, qu'il rappelle à toi tous les captifs et que tu te réjouisses dans tous les siècles des siècles.
Par Jésus dans le baptême , notre Dieu c'est fait homme pour que l'homme soit Dieu , et dans ces oeuvres , je Le retrouve
dans ces Saints qui raconte l'amour de Dieu dans toutes ces Béatitudes .Je serai pour vous un Père , et vous serez pour Moi des fils et des filles .Des frères et des soeurs en Christ .Le neuf et l'ancien , un Dieu qui annonce , conduit , révèle ...

Par fred 31 juillet 2017 à 19 h 48 Répondre à ce commentaire

La lecture de l'Ancien Testament nous choque souvent par la cruauté de certaines scènes ou la duplicité de certains de ses élus. Je pense à David qui donne à son dévoué soldat, Urie le Htitite, un billet à remettre à son chef. Dans ce billet, David ordonne au chef de placer Urie dans la bataille de telle façon qu'il soit tué. Ce qu'il ne dit pas c'est qu'il a pris la femme de Urie et qu'elle est enceinte de ses oeuvres. C'est une façon de cacher sa culpabilité. (Voir 2 Samuel ch.11).

L'intelligence humane est trop limitée pour comprendre DIEU.
Dieu utilise les mauvais instincts humains. Il leur offre la possibilité de se repentir et de bénéficier de sa Miséricorde.
Sinon, laisserait-il les gens se tuer à MOSSOUL ou à RAQQA pour chasser daesh qui ne rêve que de mettre le monde entier sous sa domination.

Je sais que mon idée est simpliste mais elle me permet d'accepter les passages les plus cruels de la Bible.
Prions ensemble pour les bourreaux et leurs victimes (N'Est-ce pas ce qui nous a été demandé lors de la décapitation des 21 coptes en Libye ?)

Par DELORME Marie 31 juillet 2017 à 19 h 35 Répondre à ce commentaire

Votre idée, n'est pas simpliste, je crois, que située au temps de Josué, il est permit de penser que leurs actions étaient d'ordre instinctives, primitives, sans raisonnement de haute mortalité, et de spiritualité. La connaissance du bien et du mal, n' était pas de leurs mœurs.
L'Appétit de se trouver une terre, où se poser, seule éclairait leur chemin.
C'est pourquoi, la venue de Jésus, Notre Seigneur, rétablie, rééquilibre les désordres humains.
Toutefois, aujourd'hui cela ne devrait pas exister, car nous avons l'enseignement des Evangiles, pour nous, nous savons ce qui est bien et mal. Nous avons la parole de Dieu.
Il serait plus que temps, que ces pays s'en inspire.

Par Florine 1 août 2017 à 11 h 19

De tous les temps, les hommes ont commis des atrocités. Celles relatées dans la bible et les autres.....seconde guerre mondiale .......Il faut les assumer. Je dis simplement "merci Jésus de nous avoir montrer le vrai visage de Dieu"

Par Michelle 31 juillet 2017 à 19 h 35 Répondre à ce commentaire

Chers vous tous,
Comme bon nombre d'entre vous, je ne puis admettre la violence de ces textes imbuvables.
Mais le point de départ, la terre promise, n'est-il pas "pourri dans l'œuf" ? Imaginer Dieu, enlevant une terre aux Cananéens et la promettant au peuple élu ? Cela rappelle le "Gott mit uns.

Par Esperanza 31 juillet 2017 à 18 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci pour tous vos commentaires. Ce livre de Josué n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre et de provoquer les réactions les plus vives mais pourtant c'est bien la Parole de Dieu. Ces textes font partie de notre foi, nous déplacent et tant mieux. Ils nous évitent de penser que nous avons tout compris de Dieu, bref, que nous en avons fait une idole. L'Église a toujours défendu ces textes, insistant qu'ils faisaient partie du canon. En union de prière et de perplexité, Fr Olivier

Par Frère Olivier 31 juillet 2017 à 18 h 25 Répondre à ce commentaire

Bonsoir Frère,
Votre tache n'est pas facile, car nous tenons à la personne de Jésus telle que révélée par les évangiles, et ma réflexion m'a amenée à ces paroles : Dieu s'est fait homme...et tout homme a une histoire, un passé familial...des ancêtres, des super-ancêtres en remontant la lignée....
Outre ce mystère bouleversant du choix divin que nous ne comprenons pas il nous faut accepter que Jésus a accepté et assumé le choix de son Père jusqu'à la croix.
En écrivant ce message, je me demande comment je pourrai accepter d'abandonner mon confort pour épouser et vivre la vie d'un SDF... d'un migrant en mer..
Bonne soirée Frère Olivier.

Par sabine 31 juillet 2017 à 18 h 59

Nous y voici : le sacro-saint canon.
Hitler haranguait déjà les foules en posant le choix : "Butter oder Kanonen ?" ("Du beurre ou des canons ?").
Et la foule subjuguée, comme le "peuple élu" allant bravement au combat, répondait : Kanonen !!
Pardon pour ce jeu de mots de très mauvais goût, mais nous aussi, nous avons le choix entre la douceur des béatitudes et une tradition maintenue mordicus, en dépit du scandale que constitue cette forme primitive de djihadisme.
C'est bien simple, je n'ai plus envie de "faire mes Pâques" quand le magistère m'impose, lors de la veillée pascale, cet infâme scénario où Dieu, prétendument, se réjouit de la déroute des Égyptiens en créant Lui-même les conditions de ce massacre ("J'endurcirai le cœur de Pharaon"). Cela me rappelle ce cantique de mon enfance : "Il a tué les premiers-nés des Égyptiens, car éternel est son amour." Non, décidément, j'abandonne le terrain aux exégètes pétris de sophistication, et me refuse à me polluer l'esprit avec ces lectures toxiques. Et si je semble moi-même bien trop à cheval sur mes principes, je veux bien tomber de ma monture, comme saint Paul, pour enfin voir la Vérité.

Par Bernard (Bruxelles) 31 juillet 2017 à 19 h 51

Merci à vous pour le temps que vous nous consacrez.
Pour être perplexe, je suis perplexe...
Ces textes cruels ne me parlent guère et la parole de Dieu revendiquée ici me semble bien bien mystérieuse... le mystère étant, je crois, la chose que on n'a pas fini de comprendre. Mais n'avons nous pas le devoir de les dénoncer et de ne pas y adhérer tant la monstruosité et les massacres sont hors de proportion ?
Comment penser un Dieu qui laisse faire ? Silencieux, absent ?
Tuer au nom de Dieu... pour une terre promise... chasser les populations, les soumettre à l'esclavage, les éliminer...
J'en reste bien souvent pantoise et révoltée...
Certes notre intelligence humaine ne peut pas tout cerner mais est ce stupide de dénoncer le massacre d'innocents, de lutter contre les fléaux, contre le mal ?
Pas facile d'intellectualiser et d'interpréter ces écrits, pas commode d'y adhérer...
Cordialement
Bl.

Par Blandine 31 juillet 2017 à 19 h 52

" Ces textes font partie du Canon ".
37 ans d'armée m'ont appris à accepter les instructions,
pour autant qu'elles soient destinées à atteindre un objectif.
Mon cheminement dans l'espérance ne me vient pas de mon enfance
ni de mon éducation.
Je pense que la Bonne Nouvelle vient de l'annonce du Christ,
de l'amour et du pardon à partager entre nous.
Bernard parle de la douceur des Béatitudes.
Je ne sais pas trop quoi en penser.
Elles parlent de larmes et de pauvretés.
J'entreverrai la joie qu'Il nous promet
lorsque j'aurai pu laisser le Fils
toucher celles de mon cœur.
Qu'il me semble long, le chemin du Magistère jusqu'à mon cœur...
Et qu'il est difficile de le partager entre nous
sur le parvis de notre communauté cybernétique.

Bonne nuit, bien amicalement à tous

Par Paul (Belgique) 31 juillet 2017 à 21 h 43

Merci Père pour la très belle méditation sur l'ancien et le nouveau Josuè.
Merci de nous rappeler ce que le Christ nous apporté aujourd'hui encore !
Merci pour ce témoignage qui nous arrive de la terre Sainte.
Belle et heureuse semaine.

Par Fauvette 31 juillet 2017 à 18 h 13 Répondre à ce commentaire

Vous dites, NICOLE (10 h 55) : "cette attitude n'existait pas avant Lui".
Je suis persuadée du contraire. Chaque être humain est habité par une Réalité - que certains nomment Dieu, telle Etty Hillesum) - qui le dépasse et qui le pousse vers son accomplissement. Réalité découverte aussi en dehors du christianisme. La nouveauté de celui-ci, je crois l'avoir découverte grâce à l'intervention d'Antoinette G (29/7 : 14 h 50) : "Dieu est désormais visible à travers les hommes ..." et au commentaire qu'en fait Bernard "C'est notre prochain et lui seul qui nous rapproche de Dieu ..."

Par Esperanza 31 juillet 2017 à 18 h 05 Répondre à ce commentaire

« Une lecture spirituelle qui éclaire notre compréhension
de la nouveauté du Christ qui assume l’héritage biblique et ses violences ... »,
dites-vous, cher Frère Olivier.
A Jérusalem, vous êtes bien placé, au cœur géographique où tout s’est déroulé.

Faire un lien entre Josué et Jésus…
Que c’est difficile !

Mais je me dis qu’Il s’est adressé à Pierre,
un enthousiaste un peu trop vite prudent.
Il a engagé Matthieu à sa suite, qui vivait sur le compte des opprimés.
Il a guéri une prostituée complètement déboussolée,
à qui il s’est montré en premier à la Résurrection…
Il s’est même adressé à Paul, mon saint patron,
qui employait pourtant des méthodes de nazi
pour lutter contre ceux qui annonçaient la Bonne Nouvelle.

Pourquoi Dieu s’est-Il incarné, il y a deux mille ans,
dans ce monde déjà si bouleversé ?

Cela restera pour moi toujours un mystère.
Et non une gloire.
Je ne vaux pas mieux, dans ma vie de tous les jours,
qu’un homme de presque 70 ans dans la tribu de Josué.

Le miracle, ce n’est pas la rigueur de Josué.
Et certainement pas la violence de ses moyens.

Le miracle, c’est la Présence, aimante et pardonnante de Dieu parmi nous.
Aujourd’hui, maintenant.

Ce n’est pas un garde-chasse expérimenté qui vous le dit.
Mais un (ancien ?) braconnier.

Bonne soirée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 31 juillet 2017 à 17 h 54 Répondre à ce commentaire

Josué est effectivement un grand chef de guerre, digne successeur de Moïse : il fait passer au fil de l'épée, pendre ou lapider tout ce qui s'oppose à ses commandements ou à son avancée (il faut savoir ce qu'on veut). C'est parfaitement dans la logique d'un chef de guerre, et qu'il soit investi d'une mission divine n'est pas non plus étonnant : ça se trouve à toutes les époques et dans le monde entier (même si "Dieu" peut être remplacé par diverses idéologies). Au nom de la lutte pour le bien, que de mal on peut faire ! A comparer avec la parabole du bon grain et de l'ivraie.
Dans le livre précédent, le Deutéronome, il y a aussi tout un code civil qui nous choque maintenant (par ex., la lapidation des femmes adultères). Pourtant, c'est une avancée de justice (ainsi, la jeune fille victime d'un viol en pleine campagne isolée n'est pas fautive, - Deut.22).
De même pour l'image de Dieu : "Je suis l'Eternel, ton Dieu, un Dieu jaloux qui punit l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la 3ème ou 4ème génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'à 1000 générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements"(Deut.4). A cette époque, les voisins des Hébreux adoraient Baal, un dieu qui exigeait des sacrifices humains...
Bref, je me demande si nous avons fait tellement de progrès depuis : peut-être sommes nous toujours des peuples "à la nuque raide", au lieu de nous rappeler que ce qui plait à Dieu, "c'est un coeur brisé" (cantique de David).

Par Antoinette G 31 juillet 2017 à 15 h 24 Répondre à ce commentaire

"Or,josué est un autre nom de "Jésus "
Je fait des petits bon,bon,car là je ne comprends pas du tout cher frère!
Pour ma part je ne peu m'imaginer un seul instant que Dieu puisse faire tout cela,!je tourne la page toujours sur c'est texte de l'ancien testament, je regrette je ni arrive pas,mais je voie que je suis pas la seul,vu les commentaires. .

Etre chretien, c'est demeurer dans l'amour du christ, comme dit le saint Père "non ce n'est pas une formule qui nous sauvera, mais une personne et la certitude qu'elle nous inspire:je suis a vous"

Seigneur merci pour le don gratuit de ta grâce, tu tes mis en peine pour venir à notre recherche, ne permets pas que nous soyons aveugles à la main que tu nous tends lorsque nous lisons et m édition ta parole, lorsque nous te recevons dans l'eucharistie mais aussi lorsque tu veux nous rejoindre dans tel événement a telle rencontre,que ta lumière habite en nous,par la force de t'on esprit nous pouvons aimer de tout notre coeur de tout notre âme, cette fore que tu nous donnes pour aimer notre
prochain comme nous même "dans l'amour qui vient de toi"
de te rester fidèle quoi qu'il arrive "Tu es le Dieu d'amour qui sonde les coeurs, lent a la colère et plein d'amour "
bien fraternellement

Par brig 31 juillet 2017 à 15 h 21 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier, je viens de lire votre explication sur le nom de " josué "je comprends mieux (a7h20)

Par brig 31 juillet 2017 à 15 h 31

Ah, chère Brig, toujours si positive pour nous remonter le moral alors même que vous vous débattez avec vos souffrances, vous qui demeurez, envers et contre tout attentive aux tribulations exprimées par nos sœurs et frères internautes et engagée dans une démarche d'amour et de tendresse, dites-nous donc ce que vous comprenez mieux en découvrant que "Josué" et "Jésus" signifient tous deux "Dieu sauve" !
Car pour moi, mécréant aux yeux de saint Pierre cité par Mahona, si Dieu sauve en encourageant le massacre de femmes et d'enfants, où est le Salut ? Et tous les témoignages exprimant aujourd'hui des réticences profondes à l'égard de ces mises en scène nauséabondes, m'encouragent à remettre en cause les prétendues lumières dont se targuaient les seigneurs de guerre de l'Ancien Testament.
Je ne vous cache pas que j'ai parfois envie d'envoyer promener définitivement ces textes immondes, et de nourrir plutôt dans le souci du prochain la conscience responsable et le libre arbitre que j'ai pu un tant soit peu éclairer par la grâce de la Bonne Nouvelle et des clins d'œil que Dieu, je le crois sincèrement, sème dans nos vies pour qu'on s'aime tout simplement !

Par Bernard (Bruxelles) 31 juillet 2017 à 17 h 53

Quelques phrases relevées dans un texte préfacé par Mgr Ratzinger et l'étude ayant trait à la Bible juive et la Bible chrétienne :
"Ne pensez pas que je suis venu abroger la Loi ou les prophètes" - Paroles de Jésus - évangile selon Mathieu (5,17)

"Avant tout, sachez le : aucune prophétie d'Ecriture n'est objet d'interprétation individuelle car ce n'est pas d'une volonté humaine qu'est jamais venue une prophétie mais c'est poussés par l'Esprit Saint que des hommes ont parlé de la part de Dieu" - 2ème lettre de Pierre parlant des écrits de l'Ancien Testament.

Tout cela à replacer dans une étude exhaustive des Ecritures que je ne saurais faire

Par mahona 31 juillet 2017 à 13 h 31 Répondre à ce commentaire

Fais de moi ton apôtre
Auteur : Jacques de Saroung

Fils de Dieu,
dans ton Amour, Tu es venu chez nous
rendre toutes choses nouvelles.

Pour parler de ton Amour
à celui qui m'écoute,
donne-moi ton Amour.

Dieu très haut, Tu es descendu du Ciel
pour habiter avec nous, pécheurs.

Pour raconter la beauté de ton Amour,
donne-moi de monter là où Tu habites.

Dans ton Amour pour nous,
Tu as accepté avec patience
d'être cloué en croix.

Pour parler de ta bonté,
fais couler dans mes veines
ton Sang qui donne Vie.

Par ton Amour brûlant,
permets que ma bouche
annonce avec force ton Evangile.
Donne-moi de chanter
à pleine voix ta Gloire
parmi les gens sur cette Terre.

Par Partage 31 juillet 2017 à 13 h 09 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette très belle prière, je reprends:

"Donne-moi de chanter à pleine voix Ta gloire parmi les gens sur cette terre."

Seigneur nous Te louons, nous avons confiance en Ton AMOUR infini, même si nous ne comprenons pas tout.
Union de prières bien fraternelles.

Par MARIE 31 juillet 2017 à 20 h 01

"Sois fort, sois courageux, ne crains pas, car le Seigneur ton Dieu sera avec toi partout où tu iras"

Nous pouvons prendre à notre compte le cantique du magnificat, ne restons pas uniquement dans l'ancien testament, Dieu nous parle maintenant:

Le Seigneur fait pour nous des merveilles, saint est son nom!
Il se penche sur chacun de nous désormais tous les âges nous diront bienheureux.

Seigneur nous savons que Tu es là, au cœur de nos vies, bien vivant, ô Jésus Christ.

Merci pour Ta PRÉSENCE au milieu de nous dans tout ce que nous vivons. Guide-nous, fortifie-nous, aide-nous à Te partager. Amen

Par MARIE 31 juillet 2017 à 12 h 54 Répondre à ce commentaire

Je m'associe aux différents commentaires qui ont tous et chacun exprimé mieux que je ne puis le faire, l'incompréhension l'étonnement et la difficulté que j'éprouve devant ce texte.
Le message du frère Olivier est intellectuellement une réussite. Il veut concilier les contraires. Mais spirituellement, il ne me convainc pas. Pourquoi ne pas admettre cette part de mystère qui ne vise pas simplement la coordination de l'ancien et du nouveau testament mais bien des aspects de la "doctrine" du christianisme ? Et que l'on ne peut expliquer qu'au prix d'interprétations voisinant parfois la sophistique. Un de mes maîtres donnait cette définition (philosophique ? ) de l'interprétation : " forme de désobéissance intellectuelle"
Pour ma part, je reste sur ma fin (faim), dans cette quête à jamais inachevée. Mais MERCI profondément. Vos prédications me sont indispensables.

Par Geneviève, Chambéry 31 juillet 2017 à 12 h 38 Répondre à ce commentaire

Pourquoi faut-il être exégète pour être capable de comprendre ou d'expliquer ce testament ancien qui devrait-être limpide pour chacun à toute les générations?
N'est-ce pas le message de Dieu aux hommes?
l'éclairage du Christ est-il si limpide pour notre humanité?

Par Bruno 31 juillet 2017 à 11 h 58 Répondre à ce commentaire

Chères amies, chers amis internautes,
Vous m'attendiez au tournant – cela dit sans prétention – après mes considérations récentes sur la violence prêtée à Dieu dans l'Ancien Testament, laquelle n'est bien entendu que celle des hommes, conquérants ignobles qui ont le culot de s'arroger la bénédiction de Yahvé, Dieu des armées.
La méditation du jour me laisse complètement abasourdi.
Les premières lignes pouvaient signifier une courageuse autocritique : enfin, un mandataire de l'Église reconnaissait publiquement, dans notre héritage judéo-chrétien, le caractère nauséeux de ces textes belliqueux. Et puis patatras, on compare allègrement Josué et Jésus, non pour situer le Messie aux antipodes du guerrier sanguinaire qui s'autoproclame lieutenant de Dieu, mais pour insinuer que la nouveauté du message du Christ ne l'empêcherait pas d'assumer "l'héritage biblique et sa violence". C'est cette même interprétation sidérante qui autorise les colons israéliens, soit dit en passant, à revendiquer les terres palestiniennes au nom de leur statut de peuple élu, ces domaines à usurper faisant soi-disant partie de la Terre promise.
Je le dis humblement et résolument : le Christ n'assume pas les exactions du passé, il a pris notre chair et connaît donc bien nos émotions et nos tourments, mais il les partage pour nous révéler un chemin de paix qui est la condamnation intrinsèque de tout ce ramassis de sauvagerie et d'aveuglement. Seigneur, fais-moi voir ta lumière dans ce bourbier !

Par Bernard (Bruxelles) 31 juillet 2017 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

Heureusement qu'il y a le nouveau testament !!!!!
Ces épopées guerrières sanguinaires me paraissent quand même difficiles à croire, venant de Dieu.
Que doit on comprendre ? Qu'il faut éradiquer l'ennemi pour parvenir à la perfection de l'amour en tuant femmes et enfants et nombre d'innocents ? Quel paradoxe.
Ce sont pour moi des récits mytiques, visant à glorifier un peuple, le peuple élu, qui s'est sans doute égaré maintes et maintes fois. Pas de quoi toujours pavoiser, sûrement pas.
On élimine les "mécréants" au fond, au nom de Dieu !
Je trouve cela extrêmement déstabilisant, sans doute ma naïveté et mon incapacité à interpréter l'horreur me bloquent elles !
L'accomplissement de la loi du Christ se refere plus à cet idéal d'amour du prochain dans le non jugement et dans le pardon de celles et ceux qui se repentent authentiquement ... mais certainement pas de glorifier ces cruautés.

Par Blandine 31 juillet 2017 à 12 h 31

Tout à fait d'accord avec toi, cher Bernard;
je savais que tu allais revenir de ton escapade plus "frondeur" que jamais ! Ce texte, aujourd'hui, c'est le bouquet !
Je te transfère un passage d'une pétition envoyée par Amnesty International qui va dans le sens de ton commentaire :
"Des biens d’une valeur de centaines de millions de dollars fabriqués dans les colonies israéliennes construites sur des terres palestiniennes occupées sont exportés chaque année. Au fil des ans, des entreprises israéliennes mais aussi internationales ont permis et facilité la construction des colonies et leur expansion.

Comment les États peuvent-ils continuer à autoriser un soutien financier à une politique de colonisation cruelle, discriminatoire et criminelle par nature ? Alors que la majorité d’entre eux condamnent officiellement les colonies, aucune mesure concrète n’est prise depuis des décennies".

Chacun, n'y voyant que ses intérêts; tant pis si un peuple est exploité, spolié !

Par Marie Jeanne 31 juillet 2017 à 23 h 12

Je ne comprends pas cette violence, ce carnage et encore moins sa validation.
Suis par trop naïve ? Enfin quand même ! Tuer femmes et enfants, perpétrer des horreurs ne m'incite pas du tout à comprendre et à accepter.
Le christ'a t il réellement assume cela ou l'a t il dénoncé ? Qu'en savons nous ?
Il est venu accomplir la loi et me semble t il a dénoncé les horreurs ?
Il a pêché amour et paix alors ???? Décidément je n'en finis pas de ne pas comprendre.

Par Blandine 31 juillet 2017 à 11 h 29 Répondre à ce commentaire

P.s.
Dans le mot accomplir n'y a t'il pas L'idee d'amener à la perfection ? Or la perfection de ces textes violents est tout sauf évidente.... le Christ avait donc du boulot auprès de ces gens prisionniers de leur textes par trop guerriers, violents et cruels.
Décidément ??????

Par Blandine 31 juillet 2017 à 11 h 38

c'est vrai, Blandine, ces textes sont effarants et effrayants, et dans le fond, nous aimerions avoir des textes bibliques ripolinés et joyeux... et pourtant c'est la relation historique de la vie ce temps là où la relation des combats sanglants était appréciée, plus votre tas de cadavres était important, meilleure était votre réputation.
Ceci me fait remercier le Christ pour son message d'amour, et le courage qu`il lui a fallu pour le partager, l'enseigner...et ceci L'a conduit au calvaire..
Un grand merci pour vos interventions que j'apprécie beaucoup.
Sabine

Par sabine 31 juillet 2017 à 17 h 54

dur à concevoir que Josué(Jésus) est pû commettre tant d'horreurs,;il est amourette miséricordieux envers tous les coupables, parfois nous trouvons un peu trop, j'aimerais parfois que ceux qui font beaucoup de mal ,soient punis par lui, afin de faire un exemple et faire réfléchir les autres; mais bien sûr les voix de Dieu sont impénétrables,contentons-nous de l'aimer ,de le remercier pour ce qui nous est donné car tout viens de lui.

Par penelope 31 juillet 2017 à 11 h 08 Répondre à ce commentaire

Moi non plus je ne comprends pas l'assimilation Josué-Jésus non pas du point de vue orthographe, mais moral.
Il est vrai que cette conquête d' Israël est un véritable carnage ! Par exemple après avoir pris Jéricho, tous les habitants sont assassinés ! Deach n'a pas fait mieux ! en tous cas tout le contraire de Jésus ! et ce n'est qu'un exemple.
Faut-il prendre ces récits bibliques "au mot" ? Ou comme une histoire racontée avec les conventions littéraires de l'épopée, pour nous faire comprendre combien il est difficile de se laisser conquérir par l'Amour ! je dirais même impossible ! Dieu seul peut nous le donner...
J'aimerais quand même savoir, Frère Olivier, vous qui devez voir tant de violences à Jérusalem j'aimerais avoir votre avis. Votre méditation ne fait que poser le problème. Merci

Par ninon 31 juillet 2017 à 10 h 46 Répondre à ce commentaire

Selon ce que je lis, on ( des Pères de l'Eglise, des religieux, des philosophes) a étudié pendant des années les textes de l'Ancien Testament et leur rapport au Nouveau Testament. Ces lectures très superficielles de ma part apportent plus de questionnement que d'apaisement. Cela est évident car je ne peux en aucun cas me comparer aux personnes érudites et qualifiées. Votre méditation, Frère Olivier, apporte un éclairage de douceur : le Christ assume l'héritage biblique et ses violences ; lui-même victime de violences ne prêche pas la vengeance mais le pardon (Père, pardonnes-leur...). Vous écrivez : "des hommes et des femmes qui ne connaissent pas encore le Christ". Les juifs ont connu le Christ mais ne le reconnaissent pas comme le Messie ; d'autres religions ont interprété (?) un Dieu selon leurs croyances ou leurs héritage culturel. Etre fort et courageux comme le demande le Seigneur ; accepter chaque journée avec bonne volonté "Ton Dieu sera avec toi partout où tu iras".

Par mahona 31 juillet 2017 à 10 h 45 Répondre à ce commentaire

" l'église a fait de ces épisodes une lecture spirituelle, qu'éclaire notre compréhension". Moi, je suis très troublée par ce grand écart entre le message évangélique que vous développez dans cette méditation et cette conquête sanglante, dès l'arrivée dans " la terre promise " : La prise de Jéricho etc... et ça continue tout le long de l'ancien testament. Je suis dans l'incompréhension , c'est Dieu qui parle à son peuple directement à travers ses prophètes. Le peuple se partage le pays après tant de massacre . Voilà un moment que cette question me taraude et que je préfère m'installer dans le nouveau testament . Je voudrais tellement être pacifiée par rapport à ce qui me parait être en totale contradiction avec un Dieu Amour et miséricordieux. Je sais que les contextes historiques sont différents mais ça ne me suffit pas. Cette question ne touche en rien ma foi , je suis engagée dans l'église , et, je vous remercie d'une réponse.

Par Tanguy Elise 31 juillet 2017 à 10 h 03 Répondre à ce commentaire

Comme Elise, ce texte me trouble. Il y a un énorme fossé, me semble-t-il, entre l'Ancien et le Nouveau Testament, dans la façon qu'ils ont de présenter Dieu. Dieu coléreux, vengeur, d'un côté, Dieu Amour de l'autre (je schématise) .Mais il faut bien se dire que Jésus n'est pas venu pour rien. c'est Lui qui nous a dit: "bienheureux les pauvres", c'est Lui qui a laissé venir à lui les malades , les handicapés et les enfants. Cette attitude-là n'existait pas avant Lui. Il a fallu des centaines d'années pour que les Hommes soient capables d'accepter ce message, d'ailleurs bien peu l'acceptent vraiment, encore aujourd'hui. Que nous apporte aujourd'hui la lecture de l'Ancien testament? les dix commandements, certes, mais de nos jours je crois que nous devons le dépasser.

Par Nicole 31 juillet 2017 à 10 h 55

Nicole 10h55 dit:"c'est Lui (Jésus) qui a laissé venir à lui les malades , les handicapés et les enfants. Cette attitude-là n'existait pas avant Lui."
Je ne suis pas convaincue que cela n'existait pas avant lui.
Car s'il existe un Tobie, dans l'ancien testament qui ensevelit les morts alors que ça ne se fait pas et qu'il continue à le faire (bien qu'il ait déjà failli perdre sa vie à cause de cela), pourquoi n'y aurait-il pas eu du temps de Jésus déjà des personnes qui laissaient venir et allaient vers les enfants, les malades, les handicapés?!... ce n'est pas parce qu'on parle de ce que Jésus a fait, sans se cacher et en le disant haut et fort, que personne d'autre ne l'a jamais fait avant lui, mais peut-être plus discrètement...

Et oui!... Jésus assume le passé et la foi des anciens, il ne juge pas, il n'est pas venu pour cela, mais pour que tout soit sauvé, et même, oserais-je dire, "justifié", que ce qui est rouge écarlate devienne blanc comme neige... Mystère difficile à appréhender?
Jésus propose une autre façon de vivre en croyant en un seul Dieu, le même que celui auquel croyaient les Abraham, Moise, Josué... on adhère ou on n'adhère pas. On croit ou on ne croit pas.

Par & 31 juillet 2017 à 12 h 00

Heureux les coeurs purs car ils verront Dieu:
En passant dans l'autre rive , en sachant ce que Jésus nous enseigne , par rapport aux épreuves de nos réalités , au milieu des
guerres , des violences que l'on nous montre chaque jour de loin et de prés .Tenir bon c'est croire que Le Seigneur est là et qu'Il agit dans nos faiblesses , la Croix que nous portons deviens Sa Croix , Il nous enseigne , nous découvre à nous-mêmes .
La terre promise par la douceur du Christ , le Verbe fait chair , prends dans la Blanche hostie , tout un peuple en marche partout dans le monde , faisant de ceux qui sont touchés , des terres sacrées; .Fleurir là
ici et ailleurs pour dire Dieu qui est Notre Père , Le Fils qui est notre Salut , l'Esprit Saint qui nous murmure ,n' ayez pas peur .
En Portant La Croix , Jésus nous enseigne que son joug est léger , par ce que c'est Lui qui marche au devant de nous , pour
nous instruire que La Parole est Vivante et ne reste jamais inerte , c'est dire frère Olivier , Ton Dieu sera Mon Dieu .L'amour
prière , l'amour qui dit :Notre secours et dans Le Nom du Seigneur , et qui agit partout dans le monde ,terre consacrée au Seigneur , pleines d'épis , de blés , courage tenez bon .La loi c'est être fidèle Au Seigneur , et faire tout ce qu'Il vous dira .
Heureux qui s'abrite en Lui.

Par fred 31 juillet 2017 à 8 h 20 Répondre à ce commentaire

Merci frère pour votre commentaire, qu'il enracine en nous cette douceur en toute circonstance.

Par michelle 31 juillet 2017 à 8 h 01 Répondre à ce commentaire

La Terre Promise, le Royaume de Dieu, n'est-ce pas aussi - peut-être même d'abord - en nous qu'il faut le chercher? Notre chair n'est-elle pas cette terre qu'il nous faut faire nôtre et véritablement habiter? Elle peut avoir été marquée par la violence dont elle porte les traces qui semblent parfois impossibles à effacer. Impossible... Mais "rien n'est impossible à Dieu" (Lc 1, 37). Cette chair, c'est Dieu qui nous l'a donnée. Et c'est bien avec lui qu'il nous faut oser entrer en ces territoires de nous-mêmes dont nous avons été dépossédés. Là, qu'avec lui, en ces terres marquées par la violence et la mort, va s'affirmer la vie. Là qu'elle va reprendre ses droits, là, sur nos cœurs de chair souffrante, qu'est inscrite la Loi, là qu'elle pourra fleurir pleinement, et se donner.
Oui, ces textes sont violents, parfois jusqu'à la nausée. Cela ne veut pas dire, à mon sens, qu'ils n'ont rien à nous apporter. Ils nous incitent à méditer: qu'est-ce qu'être fort véritablement? Ce n'est pas l'épée qui conquiert Jéricho, c'est la prière. Ce n'est pas l'épée qui sauve les émissaires envoyés par Josué, c'est une prostituée qui sait que "Yahvé, votre Dieu, est Dieu, aussi bien là-haut dans les cieux qu'ici-bas sur la terre." (Jos 2, 11). Qu'est-ce qu'être courageux? N'est-ce pas se lever, comme le fait Josué, et avancer, mettant sa foi, et tout son être, en la parole de Dieu?
Merci pour cette méditation fr. Olivier! Belle journée à tous! Avec ma prière pour toutes les chairs qui souffrent

Par Audrey 31 juillet 2017 à 7 h 25 Répondre à ce commentaire

Je ne comprends pas quand vous dires "Josué est un autre nom de Jésus". Quel sens donnez-vous à cette assimilation ?
Merci à vous et à tous ceux qui oeuvrent sur ce site très utile pour moi.

Par jlp51 31 juillet 2017 à 7 h 03 Répondre à ce commentaire

En hébreu. Jésus et Josué se disent tous les deux "Yehoshua" ou "Yeshua". Nous utilisons donc deux noms différents en français mais c'est en fait bien le même nom: "Dieu sauve". Bonne journée à tous !

Par Fr Olivier 31 juillet 2017 à 7 h 20

Merci frère Olivier, toujours cette voix douce qui apaise et calme, incite à la méditation et à la non violence.

Il y eut Noé, Abraham... Moïse, Josué.. tant de sang versé !!! Notre Dieu était toujours là avec nous. Sois fort et courageux, Je suis avec toi. Mais Il nous a créé libre et cette liberté nous conduit à prendre le mauvais chemin, le chemin du mensonge, de la violence, d'en vouloir toujours plus....Et de lui tourner le dos.

Loin de se décourager par amour pour ses enfants que nous sommes et pour le monde entier, Il nous a envoyé son fils unique Jésus, Dieu parmi nous, pour nous sauver, pour nous donner la chance d'une seconde vie, la vie dans son royaume de paix et d'amour partagé.
(Excuse-moi d'avoir été très réductrice mais je ne veux pas trop m'étendre).

Oui j'ai confiance en toi Jésus, je suis tellement aimée de toi que je peux partager avec les autres ce que tu me donnes sans compter.

Donne-nous à tous l'Esprit qui guérit et qui donne l'amour et la paix dans le monde.

Par Marilou 31 juillet 2017 à 5 h 57 Répondre à ce commentaire

Si, je crains Seigneur, si, je m’effraie ; ce que Tu nous dis par la bouche de Josué me retourne jusqu’aux entrailles ! Et pourtant je sais que tu nous aimes, je ne peux douter de Toi ni des paroles de Josué, le prophète, puisque ce sont les tiennes..... ! Tous ces morts, tous ces enfants, tes enfants, tués, massacrés, innocents ? Faut-il y voir la prophétie de Jésus innocent sur la Croix, portant le poids de nos péchés ?

Seigneur, envoie ton Esprit éclaire moi, je ne comprends pas. N’as-tu pas dit « Heureux ceux qui croient sans avoir vu » ou compris ............... Alors je suis de ceux-là, Je suis humblement à toi..... sans comprendre, mais simplement parce que je t’aimes et que tu nous aimes.

Par Marie-Madeleine 12 juillet 2016 à 20 h 25 Répondre à ce commentaire

¨ »Sois fort et courageux ». Le Seigneur avertit Josué que l’avenir ne sera pas de tout repos s’il l’averti d’être fort et courageux. Où Josué trouvera-t-il cette force et ce courage ? Dans sa foi au Seigneur, le Dieu de ses Pères.
Et cette foi il la nourrira de la Parole qu’il devra garder sur ses lèvres, devant lui, dans son cœur, afin de pouvoir la transmettre au peuple que Dieu lui confie. Un peuple si petit pour venir habiter un si grand territoire : ce peuple pourrait se décourager devant la tâche à réaliser. Sois fort et courageux : cette recommandation du Seigneur, Josué devra faire en sorte qu’elle prenne profondément racine dans le cœur de ses frères.
Seigneur, tu nous demandes, à chacun de nous, de faire de même. Être forts et courageux, nous le seront seulement avec ta grâce. En regardant toujours vers Toi, en mangeant et digérant ta Parole.
Donnes-moi cette fidélité dans la foi et dans l’Amour. Amen

Par Micheline (Canada) 12 juillet 2016 à 19 h 28 Répondre à ce commentaire

Merci encore Micheline, je vous est laissé un petit mots sur la page de hier,je me permet de vous embrassé fraternellement brig

Par brig 12 juillet 2016 à 21 h 51

N'ai pas peur; l'intimité avec Dieu vivant est le secret de la vie véritable. .

Le seigneur est mon aide et mon protecteur ,mon coeur a espéré en lui ,et j'ai été secouru . Et ma chair a refleuri,
aussi le louerai-je de tout mon coeur.

Le seigneur est près de tous ceux qui l'invoquent de tous ceux qui l'invoquent avec sincérité.

Seigneur, malgré mais imperfection je veux me lever pour toi et te servir,amen.........Fraternellement brig

Par brig 12 juillet 2016 à 13 h 37 Répondre à ce commentaire

"Ne crains car le Seigneur ton Dieu sera avec toi partout où tu iras."
Quelle merveilleuse parole: Dieu non seulement nous indique le chemin à suivre, mais il est avec nous partout et toujours!

Seigneur aide chacun de nous à avoir conscience de Ta présence, à t'accueillir et à te suivre à tout instant de notre vie.
Aide-nous à partager cette bonne nouvelle.
UDP avec chacun de vous.

Par MARIE 12 juillet 2016 à 10 h 38 Répondre à ce commentaire

"Demeurez en moi et je demeurerai en vous" : nous sommes le temple de Dieu, quand nous agissons selon sa loi, il est dans nos yeux, notre bouche, nos mains, nos pieds. Je n'avais jamais cru à l'exhortation de Jean Paul II "N'ayez pas peur", vu justement tous les motifs d'avoir peur en ce bas monde. J'avais aussi peur de moi et de ce que Dieu attendait de moi. C'état parce que je mettais les choses matérielles en priorité dans ma vie, et celles-ci sont toujours précaires. Croire que Dieu est partout avec moi, cela ne veut pas dire que je suis protégée de la vie, mais de la mort spirituelle.

Par Antoinette G 12 juillet 2016 à 7 h 46 Répondre à ce commentaire

"Sois fort et courageux," répète Dieu à Josué. Mais qu'est-ce qu'être fort et courageux? Est-ce passer une ville au fil de l'épée, la livrer au feu et maudire la place? Toutes choses que Josué fera, mais est-ce cela que lui dit le Seigneur? En quoi cela éclaire-t-il notre propre chemin?

"[M]aintenant lève-toi", sois un homme debout, Josué. Passe le Jourdain et guide mon peuple. "Moïse, mon serviteur, est mort," à toi de reprendre le flambeau. Sois mon serviteur. Etre fort et courageux, c’est d’abord servir, servir en conscience, servir debout.

"[C]’est toi qui donneras en héritage," la promesse de Dieu s'accomplira par toi. Cette promesse tient en un verbe, répété quatre fois : donner. Dieu donne, toujours. A toi d'être la main, le cœur – la racine de 'courage' – par lesquels ce don se révèlera, se réalisera.
Il te faudra "agir selon toute la Loi prescrite par Moïse", cette Loi dictée par Dieu, écrite de sa main, sur la pierre, mais d'abord sur ton cœur. Suis "toute la Loi", tout l’esprit de la Loi. Elle n’est pas préceptes, elle est parole, vivante. Le Livre s’inscrit, se dit, se lit, aux lèvres de chair et de sang.
"Ce livre de la Loi ne quittera pas tes lèvres [...] afin que tu veilles à agir selon tout ce qui s’y trouve écrit." Proclame la Loi en la vivant, en lui donnant chair en toi. En tes actes, c’est Dieu alors qui parlera à travers toi. Si la promesse est un verbe – donner – la Loi aussi en est un : agir.

"[N]e crains pas," Dieu est avec toi. Etre fort c'est croire toujours, quoi qu'il arrive, que Dieu est avec toi. Ose croire et avance sur le chemin, fort de cette présence, le cœur ancré dans cette espérance. Dieu est avec toi "partout où tu iras".

Par Audrey 12 juillet 2016 à 7 h 00 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires