Jérémie

« Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai. » Jérémie 1,6

La ceinture de lin de Jérémie

Jérémie 13, 1-9

Ainsi m’a parlé le Seigneur : « Va, tu achèteras une ceinture de lin et tu la mettras sur tes reins. Évite de la tremper dans l’eau. »
Selon la parole du Seigneur, j’ai acheté une ceinture et je l’ai mise sur mes reins.
De nouveau, la parole du Seigneur me fut adressée :
« Avec la ceinture que tu as achetée et que tu portes sur les reins, lève-toi, va jusqu’à l’Euphrate, et là-bas cache-la dans la fente d’un rocher. »
Je suis donc allé la cacher près de l’Euphrate, comme le Seigneur me l’avait ordonné.
Longtemps après, le Seigneur m’a dit : « Lève-toi, va jusqu’à l’Euphrate, et reprends la ceinture que je t’ai ordonné de cacher là-bas. »
Je suis donc allé jusqu’à l’Euphrate, j’ai creusé, et j’ai repris la ceinture de l’endroit où je l’avais cachée. Et voici : la ceinture était pourrie, hors d’usage !
Alors la parole du Seigneur me fut adressée :
« Ainsi parle le Seigneur : Voilà comment je ferai pourrir l’immense orgueil de Juda et de Jérusalem. » 

Méditation

précédente suivante

Leçon d’humilité

Vanité des vanités ! Tout ce qui est précieux ici-bas, nos plus beaux atours, nos plus belles réussites, nos projets bien ficelés sont tous destinés à passer si nous n’adoptons pas la bonne attitude spirituelle. Les ruines des grands empires, à travers le monde, témoignent magnifiquement, sous nos yeux, de cet orgueil voué à la disparition. Les Empires se sont écroulés, la foi du plus petit des peuples, Israël, est restée. Dieu, grâce à cette étonnante expérience du prophète Jérémie, nous avertit : l’orgueil détruit tout, fait tout pourrir.
Lorsque je fais du bien, que j’aide quelqu’un, que je réussis à pardonner, lorsque je suis, en somme, un enfant du Père, je dois toujours prendre garde à ne pas laisser l’orgueil, l’amour-propre, m’envahir, car il pourrit tout, détruit tout et donne un évident contre-témoignage. Le seul orgueil qui m’est permis, c’est de reconnaître que le Seigneur a visité ma faiblesse, qu’Il m’a donné son immense grâce pour réaliser cette bonne action.
Sans lui, je ne peux rien. La légitime satisfaction que je peux expérimenter vient de ce don de la grâce de Dieu, de cette connaissance intime d’avoir été le serviteur inutile — et donc bien vivant — de l’amour de Dieu. Jérémie nous invite aujourd’hui non seulement à reconnaître la vanité de notre orgueil, mais nous invite aussi à comprendre que nos actions, toute notre vie, doivent témoigner de Dieu, de Dieu à l’œuvre dans nos vies. Le Seigneur a décidé de se servir de nos mains pour faire le bien dans le monde, mais nous ne devons jamais oublier que c’est bien lui qui nous donne la force d’agir.

Méditation enregistrée dans un studio du Christian Media Center

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

52 commentaires

Oui Seigneur sans toi nous ne pouvons rien, visite ma faiblesse pour que j'ai la force de retourner vers toi et accomplir des bonnes actions qui témoigne de ta présence... sans ta présence ou irions nous, que ferions nous, qui écouter donne nous la force d'agir dans ce monde...Amen !!!

Par honoré marie-noëlle 22 septembre 2017 à 7 h 27 Répondre à ce commentaire

Tiens pas (encore ?) de partage, aujourd'hui.

Bonjour, Mahona, (11h21, hier)
moi aussi, le terme de "serviteur inutile, donc vivant" m'ont interpellé.
C'est cette nuit, - dans le petit réveil de 03h00 -
que je me suis déposé devant le Fils
avec tous mes soucis du moment,
qui me pèsent, m'inquiètent et me fatiguent.

Cela m'a fait du bien, vraiment.
Il nous a dit :
" Venez à moi "
" Je suis la Vie ".

C'est la clé.
Je m'efforce, sans doute, vaille que vaille,
de travailler à ma vie, du mieux que je peux.

Mais je ne suis pas la source de ma vie.
La vraie Vie,
Jésus est venu nous la partager,
gratuitement.

Cela m'a vraiment apaisé.
Je me suis senti rassuré, vivant.
Et je me suis tranquillement rendormi.

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 13 septembre 2017 à 8 h 01 Répondre à ce commentaire

Faire le bien dans le silence de notre coeur est une intimité avec Jésus qui y habite. À étaler nos bonnes actions, cela satisfait notre égo et l'orgueil dilue la beauté de notre geste. Si nous nous vantons.du bien que nous faisons, on risque d' en éventer les bienfaits, d'en perdre le parfum.

Par acsaljen 12 septembre 2017 à 13 h 01 Répondre à ce commentaire

Connaître ce qui se fait de bien,oui;s'en vanter,non,car ça fait du bien de savoir ce que des chrétiens font de bon ,ça donne le goût de les imiter(jean Vanier,Soeur Emmanuel,Mère Teresa,le Pape François...)et ça compense pour tous les scandales(prêtres pédophiles,orgies homosexuelles au Vatican etc,..),tout ce que se nourrissent les journalistes pour salir les catholiques..Avez-vous remarqué qu'on ne parle que des catholiques????Bonne journée à vous tous et toutes internautes et faites connaître vos bonnes actions...sans vous enorgueillir!

Par chantal roussety 13 septembre 2017 à 23 h 06

La Ceinture de lin de Jérémie ; j'ai du mal à comprendre cette parabole :
« Ainsi parle le Seigneur : Voilà comment je ferai pourrir l’immense orgueil de Juda et de Jérusalem. »

Je ne comprends pas cette réponse du Seigneur "et Jérusalem" ??? Merci à Frère Olivier ou la personne qui pourra m'éclairer !

En union de prières

Par Dama 12 septembre 2017 à 12 h 54 Répondre à ce commentaire

Je suis triste de ne plus pouvoir écouter les méditations & la parole. Merci de me dire si la faute est de mon PC ou d'autres problemes....Christiane

Par christiane Duthil 12 septembre 2017 à 12 h 12 Répondre à ce commentaire

".... d'avoir été le serviteur inutile - et donc bien vivant - de l'amour de Dieu" J'avoue ne pas comprendre.....Surtout " si nos actions, toute notre vie doivent témoigner....de Dieu à l'œuvre dans nos vies"

Par mahona 12 septembre 2017 à 11 h 21 Répondre à ce commentaire

Un peu d'humour... (Pourquoi toujours faire ceinture ?)

Un moine rubicond, ceint du cordon de son ordre, monte en chaire, bien en chair, et s'adresse à l'assemblée des fidèles dans un flot continu de menaces et de condamnations, évoquant la dépravation des mœurs du petit village où ses sandales l'ont mené.
Un petit garçon écoute, médusé, les invectives du saint homme, en serrant très fort la main de sa maman.
Le prédicateur, emporté par la fougue de son homélie, gonfle encore davantage son ventre proéminent, au point que sa ceinture se rompt.
Et l'enfant de s'exclamer : "Maman, sauvons-nous, il est délié !"

Belle journée à toutes et à tous !

Par Bernard (Bruxelles) 12 septembre 2017 à 10 h 12 Répondre à ce commentaire

Bernard,
Vous avez raison, un peu d'humour, avec toutes les catastrophes du moment, (bien sûr il ne faut pas les mettre de côté et ne pas y penser, bien au contraire!!), un peu d'humour ne fait pas de mal.
Votre histoire me fait penser également à Alphonse Daudet qui a écrit :" le curé de Cucugnan".
Bonne journée à chacun !

Par monette 12 septembre 2017 à 15 h 38

Oui, cher Bernard ! Fais-moi rire !

J'en ai bien besoin ! j'ai du mal à me remettre de cette chute; toujours autant de difficulté pour me déplacer, surtout monter les escaliers; et les douleurs persistent;
on a beau me changer de traitement, aucun n'est vraiment efficace; ça me sape le moral.

Je te souhaite une bonne nuit, ainsi qu'à vous tous, chers frères et soeurs, en union de prière.

Marie Jeanne































cher

Par Marie Jeanne 12 septembre 2017 à 21 h 45

Désolée mais j'ai peine à percevoir que ce texte biblique soit transposable au XXIe siècle. Il s'en réfère, comme d'autres passages du livre de Jérémie à un Dieu justicier et punisseur qui n'est pas celui annoncé par Jésus-Christ.
Votre commentaire, Frère Olivier, à l'instar de ceux émanant de notre "petite communauté cybernétique" est plus inspirant que le texte biblique devant lequel je reste bloquée.

Par Esperanza 12 septembre 2017 à 9 h 37 Répondre à ce commentaire

cette méditation avec cette leçon d'humilité me concerne car si Dieu m'a donné un "Talent" je ne l'ai pas enterré mais j'essaie de le faire fructifier.... mais parfois j'en suis fier et cela n'est pas dans l'ordre des choses...
Seigneur rappelles moi à l'ordre à chaque fois
Seigneur donnes moi la force de ne pas être fier de ce "Talent"
Seigneur rends moi plus humble envers moi et les autres
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 11 septembre 2017 à 21 h 25 Répondre à ce commentaire

Bonsoir, Cl@udio !

Et si nous pouvions voir nos "talents"
comme des potentialités reçues du Père,
transmises, parfois, par ceux qui nous ont donné la vie ?

De bons outils, en quelque sorte.

Il est certainement heureux
de nous entendre chacun joyeusement chanter,
lorsque nous mettons généreusement ensemble toute nos habiletés
pour travailler ensemble à Sa vigne.

J'aime cette image.
En plus, elle est de saison.

Bonne nuit.

Par Paul (Belgique) 11 septembre 2017 à 22 h 08

si nous avons reçu un talent ou un don qui nous permet de réaliser de belles choses, pourquoi n'en serions nous pas fiers , heureux. remercions en Dieu et offrons lui nos oeuvres.bonne soirée à tous.

Par louison 11 septembre 2017 à 22 h 39

Chers Louison et Paul,

Merci de nous faire partager votre optimisme dynamisant.

Par Esperanza 12 septembre 2017 à 9 h 40

C'est Toi, Seigneur, qui nous appelles, qui nous envoies, et qui nous guides par le juste chemin.

Nous Te remercions pour toutes les grâces que Tu nous accordes, nous Te demandons de nous aider à mettre nos humbles talents au service de Ta parole!

Lorsque le chemin est difficile, nous savons que nous pouvons compter sur Toi, garde-nous par la force de Ton Esprit saint dans la confiance en toutes circonstances! Amen

En prières avec chacun de vous

Par MARIE 11 septembre 2017 à 20 h 12 Répondre à ce commentaire

HYMNE : Ô DIEU QUI FIS JAILLIR DE L'OMBRE
A. Rivière — CNPL

Ô Dieu qui fis jaillir de l'ombre
Le monde en son premier matin,
Tu fais briller dans notre nuit
La connaissance de ta gloire.

Tu es l’image de ton Père
Et la splendeur de sa beauté.
Sur ton visage, ô Jésus Christ,
Brille à jamais la joie du monde.

Tu es toi même la lumière
Qui luit au fond d’un lieu obscur.
Tu es la lampe de nos pas
Sur une route de ténèbres.

Quand tout décline, tu demeures,
Quand tout s’efface, tu es là !
Le soir descend, tu resplendis
Au cœur de toute créature.

Et quand l’aurore qui s’annonce
Se lèvera sur l’univers,
Tu régneras dans la cité
Où disparaissent les ténèbres.

Par Hymne 11 septembre 2017 à 18 h 14 Répondre à ce commentaire

j'aime enormément cette leçon d'humilité qui m'est si utile en permanence; quand je fais quelque chose de mal, c'est lié aux circonstances et quand je sens que je fais quelque chose de bien mon ego se rappelle à moi et si plus simplement j'acceptais que ce que je fais et ce que je suis c'est simplement un don de Dieu...mais j'ai encore du chemin pour arriver à la vraie humilité; mon alcoolisme et mon addiction à certaines substances m'ont rappelé que sans l'autre et sans Dieu, j'étais mort et pourtant cela fait maintenant 18 ans que je n'ai pas touché une goutte d'alcool; pour la drogue, j'ai encore du chemin, mais un jour à la fois avec l'aide des hommes et de Dieu, tout devient possible

Par jlouis 11 septembre 2017 à 18 h 10 Répondre à ce commentaire

Nous sommes tous sur le chemin, nous butons tous sur des pierres, mais avec l'aide des autres (la communion des saints),nous arrivons toujours à avancer.
En union de prières avec vous.

Par Micheline 11 septembre 2017 à 20 h 31

La ceinture de Dieu,

Il y a dans le symbole de la ceinture, quelques chose de très émouvant pour moi,
c'est l'attachement total dans l'amour du christ " Attachez-vous à moi " dit l'éternel, car sans toi mon Dieu il n'y a pas de vie,
car nous sommes le peuple de Dieu ((sa Ceinture)) c'est un tel privilège, je prend un peu plus conscience de cette parole,
De cet attachement au seigneur et important,,nous devons pensée, parlé, et agire comme lui,jésus christ ne doit pas être un élément de notre existence, mais toute notre vie,mettons tout en oeuvre pour fortifier et approfondir notre communion avec le seigneur et nous formerons une seule plante avec lui,.
Alors sa sève coulera en nous!!.......en union petit serviteurs de la miséricorde

Par brig 11 septembre 2017 à 16 h 06 Répondre à ce commentaire

Dieu a crée l'homme à son image (St Jean). L'orgueil est en l'homme et il est s'il est mis dans le service de Dieu en Jésus Christ dans l'action du service à autrui dans les valeurs de l'Evangile: Saint Paul en parle dans ses Epitres. C'est aussi le sermon sur la Montagne annondé la le Christ . Pas facile à nous les hommes de suivres l'Evangile dans sa vie : humilite, Amour, patience, pardon ......à chaque jour suffit sa peine ..

Par Christian 11 septembre 2017 à 16 h 00 Répondre à ce commentaire

Je suis surpris P.Olivier que vous ne nous conseillez pas la lecture du Psaume 138 ?...
Tout est dit...:
"... même là, ta main me conduit,
là, ta droite me saisit. "
... "C'est toi qui m'a formé les reins,
qui m'a tissé dans le sein de ma mère;
... prodige que je suis et que tes œuvres"

... "mes os n'étaient point cachés de toi,
quand je fus façonné dans le secret "

... "Mes actions, tes yeux les voyaient,
toutes, elles étaient sur ton livre ;
mes jours, inscrits et définis,
avant que pas un d'eux n'apparût."

... à croire que Jérémie en est l'auteur... (ce qui n'est pas le cas, je crois ?..)
L'humilité, maitre mot... le premier pas d'un dialogue avec son frère.

Par breizh 11 septembre 2017 à 14 h 49 Répondre à ce commentaire

Vous m'avez fait découvrir ce magnifique psaume, Breih et je vous en remercie, car, depuis il m'accompagne journellement . J'en retire une assurance ,une immense gratitude envers Dieu :
** Tu as supervisé ma création.. et avec quel soin, quelle patience, et tu me crées journellement Tu me conduis, Tu m'inspires dans mon action..**
Je reconnais que je suis contente et fière lors du résultat positif : " On a fait du bon boulot ensemble Seigneur ! **

Par Biniou 11 septembre 2017 à 16 h 49

Breizh et Biniou, vive la Bretagne !! (mais soyons humble ;) )
C'est un très bel hommage à Celui qui sait tout, ce psaume 138, le lire et le remâcher, cela dans le silence, oui, il faut rester humble.
Dieu donne la Vie, nous lui devons d'être là, je ne l'oublie jamais, Il est présent dans la peine comme dans la joie.
"Mais pour moi, que tes pensées sont difficiles,
ô Dieu, que la somme en est imposante!
Je les compte, il en est plus que sable;
ai-fini, je suis encore avec toi."
Chaque jour, se remettre en question et en marche Ensemble.
Merci frère Olivier, pour ce rappel à l'humilité, tout nous est donné et non l'inverse.
Union de prière.

Par monette 11 septembre 2017 à 18 h 46

@Monette... votre message du 11/09 -18h46
Vous employez un mot que j'aime bien... "mâcher"...
Il faut lire la traduction de la bible par l'ami André Chouraqui...
Dans son chapitre: "Le pain descendu du ciel " (St Jean -6/54)
"Qui mâche ma chair et boit mon sang à la vie en pérennité..."
(57)"...ainsi, qui me mâche, celui là vivra aussi par moi..."
et encore dans le verset 58 : "..Qui mâche ce pain vit en pérennité"

(note personnelle) je trouve là que Chouraqui s'approche au plus près de l'origine de ce texte hébreu et plonge aux racines de la révélation) et que ces mots ont un sens...

Par breizh 12 septembre 2017 à 9 h 25

Ma ceinture est trop large ou trop petite, je la perds souvent... car j'ai si souvent le sentiment que le lien est fragile et mes actions si petites !

Par Blandine 11 septembre 2017 à 12 h 38 Répondre à ce commentaire

Bon...jour,

Aimer, Aider son prochain rend heureux...
Belle journée

Par annie 11 septembre 2017 à 12 h 12 Répondre à ce commentaire

Mon Dieu, aide-moi à lever les yeux.
Comme tout le monde, je suis un pauvre être humain,
tout concentré sur ce que je fais.

Mon attention se pose sur mes mains qui travaillent,
et sur les paroles que j’adresse.

Merci aux frères et aux sœurs
qui me rappellent que Tu es présent
dans ma nuit et mon matin,
et dès ma rencontre avec mon plus proche prochain.

L’énergie dans laquelle il me faut puiser
pour accomplir tout ce qui fera ma journée,
Tu me la donnes.
Comme les rayons du soleil,
comme grandit le blé de la terre,
… et quelques pluies bien nécessaires.

Depuis le premier jour de ma vie,
cette énergie grandit en moi et dans nos partages.

Je ne le savais pas.
Je vivais ma vie dans le devoir
et dans la peur de me tromper,
si anxieux de mes fragilités.

Seigneur Jésus, Tu es venu.
Tu m’as pardonné mes erreurs
et mes orgueils si solitaires.

J’entrevois pourtant aujourd’hui bien des joies
dans nos vies parfois si complexes,
où je me sens encore si souvent pauvre et hésitant.

Alors que je croyais que je devais tout accomplir moi-même,
Tu es venu me nourrir par Ta Présence.

Et je découvre la puissance de Ton Amour,
l’apaisement de Ton Pardon et la douceur du partage.
Mes joies deviennent semblables, probablement,
à celles du Royaume de Dieu.

Chers amis,
le projet du Père commence sur Terre,
aujourd’hui, maintenant.

Par Paul (Belgique) 11 septembre 2017 à 11 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire qui arrive á point aujourd'hui quand je viens de décider d'une largesse. Il me fait reconnaître que c'est Dieu qui m'a guidé dans cette décision. Donc point d'orgueil mais de la gratitude pour cette grâce.

Par Elisabeth 11 septembre 2017 à 11 h 37 Répondre à ce commentaire

Malgré nos volontés, Dieu nous conduit comme il était prévu, et quand nous nous laissons faire, nous sommes encore plus heureux et nous oublions nos divergences. Merci Seigneur de t'avoir écouter, j'ai retrouvé ma richesse.

Par paulette 11 septembre 2017 à 11 h 23 Répondre à ce commentaire

Dans la lecture de Jérémie, il nous apprend à prendre concience que l'orgueil se n'est pas un caractère , mais c'est un péché venant du coeur.
Nous devons aimer Dieu avec plus d'amour, et ne pas laisser notre coeur nous guider dans le mal. En veillant et priant nous serons plus fort à combattre contre la tentation.
Que Dieu nous accompagne sur les routes de nos prières.

Par juliette 11 septembre 2017 à 11 h 04 Répondre à ce commentaire

Comme toujours, la méditation du Frère Olivier, sonne juste.
Savoir reconnaître Dieu, dans nos actions que nous voulons bonnes envers l'autre,
et, soi-même, c'est une grâce qui nous est offerte.

Prière de ce jour, bonne journée.

Par Florine. 11 septembre 2017 à 10 h 21 Répondre à ce commentaire

Pendant de longues années j'ai laissé dormir en moi la présence de Dieu.
Puis tout c'est mis en place a partir du moment ou grace a ma soeur qui pris des renseignements precieux auprés d'un organisme , j'ai pu me mettre en marche et donner ma confiance dans l'autre,en faisant les pas necessaires tout s'est mis en place comme un grand soleil qui m'eclaboussait.Ts les impossibles sont tombés et j'ai pris mon chemin de vieet le Seigneur discretement m'a rappelé a mon discernement
Je rend Gràçe pour mon reveil, Merci Seigneur

Par jnc 11 septembre 2017 à 10 h 12 Répondre à ce commentaire

La ceinture empêche la robe de flotter ou le pantalon de tomber, et elle protège aussi les reins (comme autrefois la large ceinture de flanelle des paysans). Ainsi celui qui la porte se sent plus assuré et plus fort. Sur le plan symbolique, tous les jours de ma vie, elle me rappelle l'Alliance, qui m'apporte force pour avancer dans la vie et protection contre l'orgueil en me rappelant ma faiblesse. Mais l'Alliance est faite pour être vécue, au plus prêt de ce qui fait ma vie, sinon elle se désagrège, ce qui est logique. Elle me fait vivre et je la fais vivre aussi.

Par Antoinette G 11 septembre 2017 à 9 h 42 Répondre à ce commentaire

Merci Seigneur de me donner la grâce de reconnaître ma petitesse, mes faiblesses!
Grâce à mon enfant Jokin, âgé de 14 ans, avec un handicap mental, Tu m'as accueilli dans tes bras plein d'amour pour que ma joie soit féconde et pérenne!
Alléluia!!

Par Larrieu Nathalie 11 septembre 2017 à 8 h 36 Répondre à ce commentaire

Le Seigneur a visité ma faiblesse ....
Quelle belle phrase. ...Savoir qu'Il est là ,au plus profond de notre souffrance,même si nous n'en avons pas conscience,Il est à nos côtés pour nous soutenir et nous faire avancer....

Par Penelope dijon 11 septembre 2017 à 8 h 13 Répondre à ce commentaire

Le plus important n'est pas le bien que l'on fait mais le bien qu'éprouve l'autre.
Plus humiliant encore que d'être dans la misère et de devoir mendier de l'aide, c'est de sentir la satisfaction de celui qui donne d'être quelqu'un de bien.
Mais les pauvres aussi peuvent blesser des plus riches qu'eux en apparence, qui ont juste voulu se rapprocher d'eux avec leurs petits moyens et leurs faiblesses... c'est l'histoire d'un pauvre qui va à la rencontre d'un autre pauvre ou l'histoire d'un riche qui ne sachant comment s'y prendre pour aller vers son prochain, veut offrir une pièce avec un bonjour à un pauvre qui mendie devant l'église, mais le pauvre refuse la pièce sans un regard et sans un mot...
Depuis lors le "riche" garde ses pièces et sa compassion bien cachées en lui, et laissent les autres s'occuper des pauvres...

Par Le riche et le pauvre 11 septembre 2017 à 7 h 49 Répondre à ce commentaire

A vous entendre, fr. Olivier, c'est la corde à trois nœuds qui sert de ceinture aux franciscains qui me revient en mémoire, si emblématique du message de pauvreté et d'humilité de St François qu'elle en est venue à les désigner. Ils devinrent "les cordeliers". Trois nœuds à cette corde, pour les trois vœux prononcés, et c'est bien là, me semble-t-il que cette corde se rapproche d'autant plus du message de Jérémie. Car ce que Dieu reproche à ceux vers qui Jérémie est envoyé c'est leur refus "d'écouter [sa] parole" (v10), de suivre "l'obstination de leur cœur." De l'oublier, Lui, eux qui "courent après d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux."
La corde des franciscains ne leur rappelle-t-elle pas constamment ce qui les lie, et à qui elle les lie? Car c'est bien de lien qu'il s'agit ici, de celui qui nous unit à Dieu. Ce lien qui fait qu'en tout, si je lui dis oui, si je m'ouvre à lui, ce n'est pas moi mais moi-avec-Dieu qui agit, lui qui est Emmanuel, "Dieu avec nous". Réalité présente dès les premiers mots que Dieu adresse à Jérémie : "N'aie aucune crainte en leur présence" (ceux vers qui il est envoyé) lui dit Dieu, "car je suis avec toi pour te délivrer" (Jr1,8). Le délivrer, n'est-ce pas le dégager de tout lien si ce n'est celui qui est sa vie même, celui qui le lie à Dieu? Car cette ceinture est faite d'hommes, ceux que Dieu s'était "attaché" pour qu'ils soient "[Son] peuple, [son] renom, [son] honneur et [sa] splendeur." Ce lien est lien de vie.
Merci!

Par Audrey 11 septembre 2017 à 6 h 58 Répondre à ce commentaire

Merci pour ces belles pensees...
Marie Michelle

Par van kisfeld marie michelle 11 septembre 2017 à 8 h 33

HYMNE : DIEU, CE MONDE ÉTAIT ENCORE ABSENT
D. Hameline — CNPL

Dieu, ce monde était encore absent
Que déjà, depuis toujours,
Toi, Parole en nos commencements,
Tu portais le poids des choses.
Toi qui penses, toi qui crées,
L'univers en toi repose.

Dieu, quand l'homme eut habité le temps,
Y jetant ses propres cris,
Toi, Parole en nos événements,
Tu déroules notre histoire.
Toi qui juges, toi qui sauves,
Jésus Christ nous dit ta gloire.

Dieu, nos fleuves vont charriant leurs eaux,
Ignorant des lendemains,
Toi qui tiens déjà le dernier mot,
Tu connais le Jour et l'Heure.
Toi qui aimes, qui accueilles,
Tu prépares la Demeure.

Par Hymne 11 septembre 2017 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

Et qu'il est heureux de nous voir bon!

Par Lise Gélinas 11 septembre 2017 à 5 h 41 Répondre à ce commentaire

Merci frère Olivier ,
Il est si facile d'adresser une lettre de divorce , et de briser un "vase .
Pourtant un mariage part sur des prédictions de bonheur , puis les
épreuves , les aléas , nous font retirer la ceinture qui pourtant maintenait un équilibre :La Parole est cette ceinture .
Faire des voeux , vivre ces voeux , quand tout va bien , puis quand de nous et des autres viennent les maux , c'est
la défaillance , le Christ en croix .Vivre Dieu , comme un châtiment !vivre Dieu avec de la miséricorde .J'étais malade et vous
m'avez visité ? Oui par nos faiblesse Dieu est la force , qui se donne totalement pour les autres .Dieu transforme nos souffrances et nous aides à ne pas gâcher en s'enterrant , mais en agissant puisque Dieu habite la souffrance , vivre , invoquer Jésus .Porter sa croix , savoir la porter , porter celle des autres ; la vanité de ne pas reconnaître ces propres
souffrances .Entre Tes mains Seigneur , je te remets La ceinture de ma vie .Jeune , vieux , témoignage des vraies richesses
de Dieu.Déposer au Seigneur ; ces souffrances .Pour agir ...en son Nom.

Par fred 11 septembre 2017 à 5 h 14 Répondre à ce commentaire

J'ai constaté encore aujourd'hui qu'avec le Seigneur on peut l'approcher et que sans lui cela devient impossible. Oui vraiment c'est lui qui nous donne la force d'agir. Merci ! Je reste ouverte à son action pour continuer une démarche de réconciliation importante. Je recommande cette intention à vos prières. Je rends grâces au Seigneur d'avoir le privilège de lire ce qui devient des enseignements en fait.

Par Cécile Breton 11 septembre 2017 à 4 h 45 Répondre à ce commentaire

Prions pour que votre démarche de réconciliation aboutisse dans le respect et la sérénité. Les faiseurs de paix sont mal compris mais le Seigneur est là qui vous aide.
merci Frère Olivier pour cette belle leçon d'espoir...qui aide tous les membres de Marche dans la Bible.

Par Ricardo 11 septembre 2017 à 7 h 38

En union avec vous Cécile, bonne continuation que le seigneur vous aide dans votre marche et vous bénis

Par brig 11 septembre 2017 à 19 h 29

Tout le livre de Jérémie n'est pas franchement réjouissant, ce qui se comprend puisque c'est l'époque de la prise de Jérusalem et de la déportation des habitants à Babylone. Epoque de malheur donc. Mais avant, nombre d'avertissements sont adressés à Israël par l'intermédiaire de Jérémie. Les gens restent sourds, car ils se sont complètement détournés de l'Alliance et à la place, se sont attachés à des idoles. Je suis d'accord avec Audrey ; Dieu insiste jusqu'à faire un dessin. On ne peut pas dire qu'il ne prévient pas ! Moi aussi, attachée à des idoles, j'oublie ma situation devant Dieu, mon statut de passant sur terre et de serviteur de mes frères, l'Alliance est ainsi détruite et je retombe au statut de simple animal.

Par Antoinette G 23 août 2016 à 22 h 55 Répondre à ce commentaire

A chaque fois que nous refusons ce que Dieu nous propose, c'est comme si nous réduisons notre champ de vision, parce que nous réduisons le champ des possibles. Et de fil en aiguilles notre vie devient effectivement comme cette ceinture de lin qui n'est plus bonne a rien,qui est comme réduit à néant. C'est cela qui attriste Dieu, mais dans le livre de jeremy qui nous révèle que Dieu n'abandonne pas pour autant, l'histoire peut repartir car Jeremy qui a comprit comment s'exerce la justice de Dieu sait que l'homme s'use de ne pas user de la parole de Dieu, à la manière de cette ceinture de lin,c'est par sont histoire je réalise en s'ouvrent à Dieu que Dieu peut agir .Aussi il est important que beaucoup de jeremy se lèvent afin de rendre notre vie a la vie,et de rendre notre vie belle et claire à la lumière de l'évangile. ..ceux que je retiens aujourd'hui fraternellement bonne journée ou soirée

Par brig 23 août 2016 à 11 h 52 Répondre à ce commentaire

Plutôt brutal aujourd'hui, le Seigneur n'y va pas par quatre chemins, on sait ce qui attend Juda et Jérusalem!!
En ce moment, je met un sac contenant du lin(chaud) pour soulager mes douleurs dorsales, peut-être est-ce un clin d'oeil du Seigneur aujourd'hui pour "alléger mon fardeau"??

Par monette 23 août 2016 à 11 h 47 Répondre à ce commentaire

La ceinture symbolise l'orgueil, le fait qu'elle pourrisse sert à montrer sous forme de parabole que Dieu ne veut pas de cet orgueil, qu'il faut détruire l'orgueil en nous.

Seigneur, nous sommes tout petits devant Toi.
Tu nous enseignes à rechercher l'humilité pour Te servir, Tu es près des humbles, des opprimés, des pauvres de cœur.
Heureux les pauvres de cœur car le royaume des cieux est à eux. Mat 5 4

Seigneur remplis nos cœurs de Ta présence, fais de nous des serviteurs de l'Evangile quelles que soient nos positions dans la société. UDP avec chacun de vous

Par MARIE 23 août 2016 à 10 h 50 Répondre à ce commentaire

« Ainsi parle le Seigneur : Voilà comment je ferai pourrir l’immense orgueil de Juda et de Jérusalem. »
Dieu fait pourrir l'orgueil, pas Juda et Jérusalem!
La ceinture de lin...
D'abord cette ceinture n'est pas un don. Elle est achetée.
Mais à quoi sert/servait de mettre une ceinture de lin autour des reins?
Alors quel est/était son usage réel de cette ceinture? Un véritable outil du serviteur? Un rôle de protection du serviteur? Ou seulement un artifice du "costume" de serviteur?...
Dans le cas de Jésus lavant les pieds de ses disciples, le linge autour de sa taille sert à essuyer les pieds après les avoir lavés. C'est donc un outil du serviteur. Mais il est écrit aussi qu'il dépose son vêtement et prend un linge qu'il noue autour de sa taille. Pourquoi avoir quitté son vêtement? Le linge servait peut-être aussi à le protéger lui des "éclaboussures", comme on met un tablier. Une sorte de "protection du serviteur"...

Finalement, dans ce passage de Jérémie, quand on laisse cette ceinture de côté, elle pourrit et ne sert plus à rien. Alors, est/était-elle vraiment nécessaire?...
La ceinture de lin, symbole du service ou de l'orgueil? Symbole du vrai serviteur aimant ou de l'orgueilleux caché sous l'apparence d'un serviteur?...

Par & 23 août 2016 à 10 h 02 Répondre à ce commentaire

Ainsi, c'est le service (du Seigneur à travers les autres) qui fait vivre, qui transforme pour porter du bon fruit. Le Christ le dira aussi par plusieurs images (le sarment de vigne, le grain de blé en terre).
La ceinture symbolise à la fois la tenue de voyage et la tenue de service. Cette histoire m'avait laissée perplexe hier, faute de l'avoir compris. C'est l'obéissance à Dieu dans le service, le partage de notre vie, qui nous met en route, sinon nous ne pouvons que nous dessécher ou pourrir. Cela me rappelle un souvenir d'enfance : nous avions un beau noyer, et chaque année, mon père faisait sécher les noix au soleil sur le toit de l'appentis. Vers 14 ans, je commençais à m'intéresser à la pâtisserie, et je me suis dit, je vais me réserver des noix pour en avoir toujours sous la main, et je les ai mis dans une boîte à chaussures dans le placard de la chambre. Mais elles n'avaient pas été exposées au soleil, et quand j'ai voulu m'en servir, elles étaient toutes pourries !
Dans notre association avec Dieu, notre gain est de grandir pour porter du fruit pour le monde, c'est le sens de notre vie.
Jérémie ne s'est pas dérobé à sa mission, même si elle semble ne lui rapporter que des ennuis. C'est vrai, pour préserver ma tranquillité, j'ai été longtemps sourde et aveugle volontaire. J'ai ignoré les signes que Dieu m'envoyait et je me suis beaucoup abîmé. Je prie pour laisser Dieu me restaurer.

Par Antoinette G 23 août 2016 à 8 h 28 Répondre à ce commentaire

La ceinture s'attache, elle est symbole d'union. Les "reins ceints", sandales aux pieds et bâton en main, c'est ainsi que les Hébreux doivent manger la Pâque, unis à Dieu, prêts au départ, prêts à marcher en suivant sa parole, prêts à marcher avec lui, lui qui marche avec eux.
"Car de même qu'une ceinture s'attache aux reins d'un homme, ainsi m'étais-je attaché toute la maison d'Israël [...] Mais elles n'ont pas écouté," continue ce chapitre de Jérémie. "Ils m'ont abandonné, moi la source d'eau vive" (Jr 2, 13) avait déjà reproché Dieu à son peuple par la bouche de Jérémie. "Oui, depuis longtemps tu as brisé ton joug, rompu tes liens, tu as dit "Je ne servirai pas" (v.20)" Jérémie n'est pas entendu par le peuple, alors Dieu, par sa bouche, lui 'fait un dessin' - celui de la ceinture.

Sur ce dessin d'ailleurs, Jérémie, lui, porte la ceinture précieuse sur ses reins, neuve et belle. Elle est son obéissance en image, le signe visible de sa fidélité à Dieu. Son lien intact avec le Seigneur. La démonstration qui suit concerne ceux qui eux ne la portent pas, oublient ces liens comme est oubliée la ceinture près du fleuve. Magnifique pédagogie divine!
Un dessin vaut mieux qu'un long discours, dit-on... Encore faut-il le regarder. Donne-nous, Seigneur, je t'en prie, des yeux pour voir, des oreilles pour entendre. Donne-nous de savoir servir.

Par Audrey 23 août 2016 à 7 h 32 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires