Paul

« Jésus t'est apparu sur le chemin par lequel tu venais » Actes des Apôtres 9,17

Délivrance merveilleuse

Actes 16, 25-34

En prison, à Philippes vers le milieu de la nuit Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient. Tout à coup, il y eut un violent tremblement de terre, qui secoua les fondations de la prison : à l'instant même, toutes les portes s'ouvrirent, et les liens de tous les détenus se détachèrent. Le geôlier, tiré de son sommeil, vit que les portes de la prison étaient ouvertes ; croyant que les détenus s'étaient évadés, il dégaina son épée et il était sur le point de se donner la mort. Mais Paul se mit à crier d'une voix forte : « Ne va pas te faire de mal, nous sommes tous là. » Ayant réclamé de la lumière, le geôlier se précipita et, tout tremblant, se jeta aux pieds de Paul et de Silas.
Puis il les emmena dehors et leur demanda : « Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? » Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta maison. » Ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu'à tous ceux qui vivaient dans sa maison. À l'heure même, en pleine nuit, le geôlier les emmena pour laver leurs plaies. Aussitôt, il reçut le baptême avec tous les siens. Puis il fit monter chez lui Paul et Silas, il fit préparer la table et, avec toute sa maison, il laissa déborder sa joie de croire en Dieu.

Méditation

précédente suivante

Une conversion exemplaire

Le geôlier de Paul et Silas n’aura pas laissé son nom dans l’histoire. Mais quel personnage ! Tout d’abord, voilà un homme qui rencontre un vrai visage d’Église : la première chose que Paul et Silas lui disent n’est pas un discours sur Dieu, mais une parole de réconfort qui le rejoint là où il est dans sa détresse : « Ne crains pas ! »
Ils reprennent ainsi exactement les premiers mots de Jésus après sa Résurrection*, ces mots qui donnent au geôlier la lumière de Pâques. Ensuite, c’est un homme qui passe de la crainte à la joie, de la mort à la vie. Il était sur le point de se donner la mort, et il accueille la Vie de Jésus en se faisant baptiser avec tous les siens.
Enfin, le voilà qui met en œuvre la parole de Jésus envoyé par le Père pour « libérer les captifs »** lorsqu’il ouvre les portes de sa prison : il engage résolument son existence à l’exemple du Christ, alors même qu’il va ainsi perdre son métier !
Ce qui frappe dans tout cela, c’est la dimension communautaire de ce cheminement. Ce n’est pas une seule personne, mais deux témoins ensemble qui apportent l’Église. Et ce témoignage est assez puissant pour susciter la conversion d’une famille entière, qui devient ainsi une nouvelle Église. Être rejoint par des témoins du Christ, les laisser nous donner la Vie, et imiter ensuite le Christ : il y a dans la conversion du geôlier un vrai chemin de vie chrétienne en Église. Quel dommage que, contrairement au bon larron, la tradition ne lui ait pas donné de prénom… Que cela ne nous empêche pas de prier avec lui pour notre propre conversion !

* Matthieu 28,10
** Luc 4,18
Méditation enregistrée dans les studios d'Alsace Média


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

45 commentaires

Ce text nous a fais de voir l'évangile n'a rien la vérité et de l'union nous comme les nouveaux à le devoir d'une continuté sur ka même rithe.

Par FRITZNEL MYRTIL 20 octobre 2018 à 15 h 46 Répondre à ce commentaire

C est tellement fascinant cette experience que je me demande quelles genres de prieres que l eglise a elevee devant le Seigneur pour que les portes de la prison souvrent?On en parle pas dans les recherches.

Par Michel Ba 21 février 2018 à 0 h 57 Répondre à ce commentaire

Quel est le nom du bon larron?
Où que nous soyons, il reste de l'espoir de faire partie de l'Église et d'évangéliser.
Merci Seigneur pour toute évangélisation.

Par Carignan 25 janvier 2018 à 21 h 48 Répondre à ce commentaire

Conversion exemplaire... certes c’est un exemple de conversion. Mais je me demande: a-t-elle duré dans le temps?
Et puis remettons les choses dans leur contexte: ce brave gardien s’est assoupi pendant qu’il devait veiller sur des prisonniers. Il est réveillé par le bruit et s’aperçoit que toutes les portes sont ouvertes. Premier réflexe: plutôt se donner la mort que de souffrir et mourir de la main de ses supérieurs.
Ensuite, les prisonniers sont toujours là et les portes se sont ouvertes toute seule: comme j’ai la trouille de Dieu je vais demander ce que je dois faire à ceux dont leur Dieu a l’air de répondre, pour sauver ma peau. Et finalement: génial j’ai rien à faire, rien à « payer », pas même à faire pénitence, même pas à me repentir de quoi que ce soit, juste à croire, à dire que je crois, et hop! Tout est nickel! Allez venez prendre un pot, parce que sur ce coup-là je m’en tire pas mal!
Seulement après qu’est qu’il se passe? Pour lui? Pour sa famille? On ne sait pas... ses supérieurs vont-ils lui faire payer l’evasion? Est-il parti? A-t-il été tué? Fait prisonnier? Jeter aux lions?...
Non, il n’a pas de nom, et c’est sans doute mieux comme ça parce que cette conversion on ne sait pas le temps qu’elle a duré, ce qu’elle « valait » vraiment...
Il y a des conversions et des convertis qui ne se voient pas, qui ne font pas de bruit, mais parlent au cœur de ceux qui regardent, eux aussi sans rien dire, discrètement...

Par I. 25 janvier 2018 à 15 h 51 Répondre à ce commentaire

ce verset m'interpelle fortement et m'édifie .ce géolier n'a ni hésité ni cherché à comprendre . il a tout abandonné pour rejoindre dieu au risque de perdre son emploi. Quel engagement et détermination
Seigneur fortifie ma foi pour que je me laisse conduire avec confiance par toi seul.
Merci à vous qui nous aider dans notre quête de conversion.

Par Kouakou Brigitte 25 janvier 2018 à 12 h 50 Répondre à ce commentaire

ce que je retiens de ce passage de la bible et de la méditation, c'est que les chemins pour aller vers dieu sont souvent à l'opposé de ce que nous pouvons imaginer. là c'est un gardien de prison qui va découvrir l'amour de dieu par la force de l'esprit.
Paul et silas ont comprit ce qu'il se passait.
ils ont pu répondre à temps, pour que le gardien ayant eu peur que tous les prisonniers étaient partis, se retrouvait dans une situation de danger face à ses supérieur. il choisi de se donner la mort. c'est là ! à cet instant précis que dieu intervient par l'intermédiaire de ses disciples, il lui offre une nouvelle vie, une nouvelle naissance pour lui et toute sa famille par le baptême. On imagine la grande joie de ce geôlier, qui ouvre son coeur au seigneur qui lui annonce une nouvelle vie.

Par leelou 25 janvier 2018 à 0 h 14 Répondre à ce commentaire

Ouvrons toute les prisons dans lesquelles nous enfermons parfois notre prochain léon D

Par dourte léon 24 janvier 2018 à 22 h 10 Répondre à ce commentaire

Quel est ce prénom du bon larron, selon la tradition ?

Par Devernay Bernadette 24 janvier 2018 à 21 h 55 Répondre à ce commentaire

La réponse a été donnée sous : mnf le 24/1 à 7h 10.
Amicalement.

Par Esperanza 25 janvier 2018 à 8 h 09

Merci frère Marie-Augustin pour votre méditation et le choix des passages des Actes des Apôtres. Ca fait du bien de se remémorer ces passages.
Comme dans l' Evangile, Jésus envoie ses disciples deux par deux, parce que il faut être au moins deux pour témoigner d'un Dieu trinitaire.
Il faut être au moins deux pour parler, dialoguer, c'est le chiffre minimum pour vivre la discussion, la relation, l'amitié, l'amour.
Dès le début de sa mission, Paul est toujours accompagné : Barnabé, Timothée. Silas. Voilà les deux disciples emprisonnés après avoir été flagellés, se sentant dignes de la mission qui leur a été confiée. Ils ont confiance, ils prient, ils chantent les louanges de Dieu. C'est cette confiance, cette foi qui vont ébranler les murs de la prison; Dieu les délivrés avec tous les autres prisonniers. "ne crains pas"! parole réconfortante pour ce pauvre geôlier qui voulait se donner la mort. Le voilà délivré de sa peur, relevé : que dois-je faire pour être sauvé ? Crois au Seigneur Jésus. Cette question est toujours d'actualité. Croire en Jésus, lui faire confiance. Devenir libre, dénouer, les liens de servitudes, se mettre à son écoute.
Chantons et louons Dieu de tout notre coeur maintenant et toujours. Amen !

Par Marie Jeanne 24 janvier 2018 à 21 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci à Paul (celui de 12h 18 !) pour avoir raconté à sa façon cette page des Actes des Apôtres...
Merci au frère Marie-Augustin pour sa méditation...
OUI.... parfois il faut des tremblements de terre pour nous faire agir...
Seigneur donnes nous un coeur généreux qui n'a pas besoin des ces séismes intérieurs !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 24 janvier 2018 à 20 h 41 Répondre à ce commentaire

le tremblement de terre a eu de l'effet aussi sur ceux qui avaient mis Paul et Silas en prison .
conversion pour les uns peur pour les autres
nous vivons des tremblements dans nos vies ,,il m'a fallu beaucoup d'années pour répondre au Seigneur

Merci

Par jnc 24 janvier 2018 à 18 h 56 Répondre à ce commentaire

Merci frère Marie -Augustin ,
bien des anonymes poussent La Porte , pour découvrir l'église , puis ils deviennent comme cette descendance qui , donne
de parler et d'agir , avec l'Esprit du SEIGNEUR , deux par deux , pour être ces témoins , qui tire des prisons , ceux qui sont
dans les ténèbres , y a t 'il pas là , une action de la Providence !
Y a t' il pas là , en évangélisant , comme des anges envoyés par Dieu . Puisqu'Ils ont par Jésus , cru et reçu , louer , chanter
Dieu
Ils ont reçu le baptême trois fois saint , la vie est un cadeau , un don de Dieu , ainsi faisant découvrir le visage de Celui ,
qui ouvre l'appel à la conversion : Tu Te fis proche , au jour où je t'ai appelé . Tu as dit : Ne crains pas !
Seigneur Tu as défendu la cause de mon âme , Tu as racheté ...Ma vie .

Par fred 24 janvier 2018 à 18 h 54 Répondre à ce commentaire

La soudaineté de la conversion du geôlier nous touche, elle peut nous faire comprendre que même ceux qui sont très loin de Dieu peuvent se tourner vers Lui.

Seigneur, Tu appelles chacun de nous à se convertir, jour après jour:

Seigneur, nous Te demandons de nous rapprocher de Toi, (comme nous le dit si bien frère Marie-Augustin) quelles que soient les circonstances de nos vies.

Aide ceux qui ne te connaissent pas à Te rencontrer.

Union de prières avec chacun de vous!

Par MARIE 24 janvier 2018 à 17 h 51 Répondre à ce commentaire

Extrait d'un article paru dans la revue des Compagnons de St François...de ce mois
"Partant pour un mariage familial..... A l'entrée de la ville de Troyes... un bruit dans la voiture .... un pneu crevé. Nous allons manquer le mariage -Arrive une voiture en face conduite par un jeune maghrébin, barbu, en robe blanche qui nous signale notre pneu crevé "Oui, on sait..." Il propose immédiatement d'aller chercher à son domicile tout proche, une bombe de mousse pour réparer provisoirement... nous acceptons....
Quasi instantanément, un autre maghrébin barbu arrive à pied avec un paquet à la main.... .Il précise qu'il a justement une bombe à mousse dans son sac. (Rire !).On lui signale que quelqu'un ...Il s'agenouille et commence la réparation. Le 1° maghrébin revient et aide son coreligionnaire et complète avec sa bombe les travaux de réparation. ... Nous proposons de régler qq. chose, ils sont choqués.... "Savez-vous, répond le plus jeune... que Dieu vous aime ? Vous avez crevé, et nous étions là juste à côté, avec ce qu'il fallait pour vous dépanner. Si vous voulez remercier quelqu'un, remercier Dieu !"
Nous restons muets d'admiration -Nous étions accompagnés de notre fils trisomique... nos amis musulmans, par la présence de cet enfant a inspiré, sans doute ce beau geste et sa référence à notre Dieu à tous, toutes religions confondues." Nicole D...
Qui a été ?.

Par breizh 24 janvier 2018 à 17 h 44 Répondre à ce commentaire

Merci d'avoir relaté ce fait.
Puissent se multiplier de tels gestes de fraternité émanant de ceux "qui ne sont pas comme nous" et dont notre première réaction est souvent de nous méfier.

Par Esperanza 25 janvier 2018 à 17 h 24

Je viens de découvrir ce texte que j'ignorais et j'en suis ravi.Comment ne pas croite devant de tels événements nous sommes vraiment des esprits enfermés dans un mode de vie,je dirais aveugle de toute spiritualité .Je vois mais je suis aveugle de l'essentiel car je ne sais pas m''arrêter dans le silence et écouter la parole de celui qui porte la vérité .Ill faut que je me libére de tout ce qui peut entraver ma marche vers Dieu;Je demande à L''Esprit Saint que dans mes priéres je puisse retrouver cette lumière qui va m'ouvrir les yeux pour mieux le connaitre celui qui est mon Sauveur et Mon Dieu.

Par DAUBAL Claude 24 janvier 2018 à 15 h 52 Répondre à ce commentaire

« Rachel, ouvre-moi ! C’est Esther …
Il faut que je te raconte quelque chose !

Jesse, mon mari,
tu sais, il allait au travail avec son glaive.
Et tout le monde en avait un peu peur, au passage,
lorsqu’il allait travailler dans la prison des Romains.

Bon, j’étais fière de lui,
tu le connais, droit et courageux comme il est.
Mais je ne pensais pas trop à ce qu’il faisait.
C’était parfois dur…
Mais avec les petits services,
ce n’était pas trop mal payé.

Tu ne me croiras pas, mais hier, Jessé a débarqué
à la maison avec deux prisonniers !
Et ils chantaient ! Pourtant Jessé n’avait pas bu, ce jour là…
Et c’était même le fameux Saul qui en avait mis tant d’autres en prison !

Ils parlaient sans cesse de quelqu’un qui a été là,
qui est toujours là et qui va revenir.

Ils ont même lavé avec moi les pots et les cruches à la fin du repas !

Vraiment, tout a changé dans la maison :
Jessé qui chante, tu te rends compte !
Je ne comprends plus ce qui se passe.

Il m’a dit qu’il n’a plus son glaive,
et qu’on aura sans doute un peu moins d’argent.
Mais ses amis partagent tout entre eux.

Tu sais que je l’aime, mon Jesse.
Cela me fait tant de bien de le voir si heureux…
C’est comme si son cœur était sorti de prison… »

Bonne et joyeuse journée !

PS : Frère Marie-Augustin, merci pour votre chaleureux partage,
... même je ne suis pas tout à fait certain que le geôlier s’appelait Jessé... ;-)

Par Paul (Belgique) 24 janvier 2018 à 12 h 18 Répondre à ce commentaire

Tout simplement magnifique votre commentaire, c'est comme si j'y étais...et pour tout vous dire, j'y suis, vraiment !
Déjà la méditation du frère m'a fait réflechir, j'aurais presque voulu être à la place du géolier et en réfléchissant, je me dis , il ne tient qu'à moi de suivre Paul et Silas, puisque je sais qu'Il est la et qu'Il je me quitteras jamais!

Par Kat namur 24 janvier 2018 à 14 h 49

Quel bonheur de vous lire, Paul, un instant léger, qui donne la JOIE !!
Merci aussi, frère Marie-Augustin, "ce qui frappe dans tout cela, c'est la dimension communautaire de ce cheminement".
Je pense que c'est primordial de partager notre joie de croire, croire en la VIE,
vraiment ce jour, ce passage des Actes 16,25-34, me touche bien plus qu'auparavant, avancer ensemble pour former l'Eglise.
Merci aussi Kat, pour vos prières, je vous garde dans la mienne, ainsi que chacun et chacune sur le chemin!

Par monette 24 janvier 2018 à 16 h 51

Merci, cher Paul, pour cette belle narration qui nous fait imaginer le changement, la conversion du geôlier, vous avez un don de conteur pour notre grand plaisir!
Nous lisons toujours vos contributions qui nous aident à avancer. Union de prières.

Par MARIE 24 janvier 2018 à 17 h 26

Merci pour ce joyeux commentaire qui s'ajoute à la méditation du frère Marie-Augustin : que du bonheur aujourd'hui!

Par Marie-france 24 janvier 2018 à 17 h 34

Quelle belle méditation!
Encore une fois pourquoi, Nous Chrétiens, ne laissons Nous Pas Voir!! Notre Joie de croire enDieu!!

Par Delon Colette 24 janvier 2018 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

Quel passage magnifique! qui nous "parle" encore aujourd'hui, surtout si nous le lisons pour nos vies intérieures, non? Il nous arrive de vivre de véritable "tsunami" intérieur durant lequel nous sommes "invités" à revoir ce qui fonde notre vie, ce qui en fait son poids!... Ce "passage" fait, notre cœur s'ouvre et un grand sentiment de liberté se ressent alors! ...Ces moments de grande intensité où nos cœurs comprennent que nous avons à nous poser, pour regarder autrement notre vie, sont une chance véritable à saisir ! alors que trop souvent,ces moments là sont perçus comme trop "violents" à supporter! laissons nous inspirer par ce texte qui nous rassure sur nos "tempêtes" intérieures! elles ne sont pas vaines! se laisser "travailler" par elles, conduit à une liberté plus grande , à une joie de croire qui nous délient de tous les liens de servitude...et la joie se partage alors autour d'un repas...pour fêter le bonheur donné! Se sentir "sauvés" n'est plus trop une expression utilisée, et cependant, remercions la Vie quand cette grâce nous est faite de nous sentir en bonne santé spirituelle, corporelle, parce que nous osons croire que nous ne sommes pas des électrons libres...mais des frères en humanité....

Par Emma 24 janvier 2018 à 10 h 41 Répondre à ce commentaire

« Quel dommage que, contrairement au bon larron, la tradition ne lui ait pas donné de prénom. »
Le nom du bon larron apparaît dans un évangile apocryphe. Drôle de tradition... l’Eglise a rejeté ces livres du canon des écritures mais se permet d’en prendre certaines parties et pas d’autres, sans citer la source. Pourquoi?... c’est bien peut transparent comme méthode... mais tout ce qui est voilé sera dévoilé...

Il ne me reste qu’une chose à faire: lire ces livres (les traductions qui ont pu être faites) et me faire ma propre opinion...

Par & 24 janvier 2018 à 10 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci pour tous ces commentaires qui me rejoignent, dans le doute, les difficultés à prier ; et puis je viens de rencontrer une famille irakienne qui ne pouvait plus croire en aucun Dieu à cause de Daesh, et qui a quitté son pays après menaces de mort, enlèvement d'enfant... Marche, bateau vers la Grèce, train, parkage en Hongrie, bus bondé, marche... Si ce n'est pas un tremblement dans leur vie! Enfin l'avion pour la Suède avant de rejoindre la Finlande. Et là ils rencontrent des Paul et Silas, fréquentent l'église et sont finalement baptisés 2 ans après à Bordeaux. Quel exemple de conversion! Ils louent Dieu de les avoir sauvés.
Recevoir un tel témoignage m'a chamboulée, moi et ma petite foi tant bien que mal alimentée depuis l'enfance sans tremblement dans ma vie.
Merci pour ces belles rencontres

Par Pascale 24 janvier 2018 à 10 h 18 Répondre à ce commentaire

n'ayons pas peur si nous avons la foi grosse comme une graine de moutarde nous devons pas douter laissons nous nous tourmentés par la gloire de Dieu par sa puissance nous avons tous les témoignages à apporter ce que le christ a fait dans dans notre vie ensemble partageons ce que nous avons reçus du christ

Par schmitt anne marie 24 janvier 2018 à 9 h 58 Répondre à ce commentaire

Il n'est pas nécessaire d'être " oscarisé ", nos bonnes œuvres nous les faisons avec l'Esprit Saint, dans notre croyance en Dieu, avec et pour ceux que nous côtoyons quotidiennement.

"Libérer les captifs", voilà le geôlier libéré de sa vie sombre, et les portes de sa prison s'ouvre sur la lumière divine.
Sa conversion le mène sur les chemins de la vraie vie chrétienne.


Prière de ce jour,
Bonne Journée.

Par Florine. 24 janvier 2018 à 9 h 16 Répondre à ce commentaire

J'ai toujours peur, je suis angoissée...Et ceci depuis que je ne prie plus.Que cette lecture me fait du bien:Quand le geôlier croit, il n'a plus peur, il est dans la joie et dans l'action..Je prie pour retrouver la foi , cette foi qui m'a fait "soulever des montagnes" aujourd'hui tarie et asséchée par le manque de prières et d'engagement

Par sophie 24 janvier 2018 à 8 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci Sophie pour votre témoignage et confidence . Cela me touche et me concerne. Et nous sommes peut être bien nombreux dans ce cas. Que faire?
Même la plus petite parole de prière compte .
De tout Lui remettre en vrac au debut du jour ou avant une action en quelques secondes compte aussi. Car nous serons entre ses mains.
Il y a des moments ou je peux prier régulièrement et avec joie et puis ça lache...Je voudrais autrement mais non. Cela pose question et je me sens pas bien. Alors je pense que je fais pas suffisamment un choix.

Par marie 24 janvier 2018 à 9 h 16

Ce qui déclenche la foi chez le geôlier ? "Une parole de réconfort qui le rejoint là où il est dans sa détresse ..."
Puisse le Seigneur ouvrir nos cœurs par les paroles de réconfort qu'Il nous adresse par l'évangile, par nos frères et sœurs.

Par Esperanza 24 janvier 2018 à 10 h 21

Bonjour Sophie,
Me permettez-vous de vous fredonner au cœur ce refrain que j'aime beaucoup?
"N'aies pas peur! laisse-toi regarder par le Christ! laisse toi regarder car Il t'aime"!

Et ce passage d'un psaume:
"Des profondeurs, je crie vers Toi, Seigneur! écoute mon appel!
Que Ton oreille se fasse attentive, au cri de ma prière"!
Le Seigneur ENTEND! Soyez-en sûre! Douce journée, Sophie!

Par Emma 24 janvier 2018 à 12 h 07

Je vous porte dans ma prière, sa nous arrive à To use,Sophie, ne vous inquiétez pas,le seigneur ne demande pas beaucoup, il suffit de tout remettre dans c'est main et de celui de sa mère, il vous aime,en union de prière

Par Brig 24 janvier 2018 à 21 h 00

Le geôlier est lui, et personne d'autre. Cette histoire est sienne, sa vie liée à ces autres : Paul et Silas, ceux que sa vie, ceux que la vie du Christ à travers lui, touchera, inondera de joie. Son nom ne s'est pas perdu, puisque Dieu le connaît, comme lui, en cette nuit mémorable, a fait ce pas vers Dieu, s'est ouvert à sa connaissance.
Tremblement de terre en sa vie, mais n'était-il pas depuis longtemps en chemin vers ce jour et cette heure? Lui qui demande ce qu'il doit faire "pour être sauvé" - la seule parole que le texte nous laisse entendre de lui en cette nuit - ne cherchait-il pas déjà, confusément, "Dieu sauve", Jésus? Secouée, mise sens dessus-dessous, sa vie, et pourtant, en cet instant, tout fait sens.
"Que dois-je faire? " Il a bien compris, ce geôlier, que quelque chose était demandé de lui. Croire, répondent Paul et Silas. Dire oui de tout son être à ce "Dieu sauve" qui s'offre à lui. La suite n'est que vie donnée à son tour: soins offerts à Paul et aux siens; offerts, le pain et joie. Vie donnée, et reçue, car tel est le baptême.
Ce geôlier n'a pas de nom, mais il est une personne. A l'instar du "disciple que Jésus aimait", peut-être dit-il aussi quelque chose de nous-mêmes. De chacun de nous qui avons été un jour, qui sommes, ébranlés sur nos fondations, qui au fond de nos nuits avons vu le jour, "Dieu sauve", un homme. Que notre joie déborde!
Merci beaucoup fr. Marie-Augustin! Prières pour tous et avec tous en ce matin.

Par Audrey 24 janvier 2018 à 7 h 24 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey , pour cette orientation supplémentaire que vous ouvrez par votre méditation, ajoutée à celle de Frère Marie Augustin. Je suis touchée par cet ébranlement au cœur de toutes ces vies : et là, en face , la FOI qui chante des louanges malgré la souffrance de l’enfermement et des plaies ; la FOI naissante de cet homme éperdu de peur mais dont le cœur se laisse ouvrir. Je me reconnais dans tous , mais comme est importante la communion de tous pour que l’ébranlement soit fondateur , et que « l’ebranlé «  ne tombe pas .
Merci de vos prières , toujours car le chemin est long et la Grâce vient dans ce : Tous ensemble.
Belle journée bénie par notre Seigneur.

Par Nicole B 24 janvier 2018 à 8 h 23

Merci à vous Nicole! J'étais heureuse de lire les bonnes nouvelles que vous avez partagées avec nous il y a peu. Oui, ensemble est bien le lieu de la grâce! Un peu triste que notre 'marche' dans la Bible se termine bientôt, mais le carême arrive à grands pas et Matthieu "pas à pas"!
Unis dans la prière avec vous, avec Sophie, et toutes et tous. Et un grand merci à tous!

Par Audrey 24 janvier 2018 à 20 h 27

Quel est le prénom que la tradition a donné au bon larron ?
Merci!

Par mnf 24 janvier 2018 à 7 h 19 Répondre à ce commentaire

Nom du bon larron : Dismas.
Pour en savoir plus, voir INTERNET : "Bon larron".

Par Esperanza 24 janvier 2018 à 9 h 45

J'ignorais que le "Bon Larron" s'appelait "Dismas."...

Je préfère le nom que lui donne le Père Guy Gilbert , dans son livre " L' 'Evangile selon Saint Loubard ".... Loubard ou "malfaisant" ....toute sa vie et, ... " Saint " , au moment de sa mort. Quelques mots suffisent ..... Le regard et les paroles de Jésus sur la croix , effacent à l'instant même, tout son Passé délinquant ..... Il est Saint !

Guy Gilbert conclue avec raison , que ce "Bon Larron" a été le premier canonisé et mieux par Jésus Notre Seigneur Lui-même !

Bonne journée à tous. J.C

Par J.C 25 janvier 2018 à 17 h 12

En dehors de cette magnifique conversion,je me pose une question! Si Dieu secoue ma prison au point d’en ouvrir les portes, j.en conclurais immédiatement qu’il me demande de sortir, ...et je sortirais! Parfois le message du Seigneur est bien difficile à déchiffrer !!!!!

Par Bam 24 janvier 2018 à 7 h 08 Répondre à ce commentaire

La Prière de Saint François de Sales « Je crie vers Toi, ô mon Dieu » :

« Je crie vers Toi, ô mon Dieu, je prononce ton Nom très saint, mais sans pouvoir jamais te saisir ! Seigneur mon Dieu, tu es plus grand que nos paroles, plus silencieux que notre silence, plus profond que nos pensées, plus élevé que nos désirs. Donne-nous, ô Dieu souverain, si grand et si proche, un cœur vivant, des yeux nouveaux, pour te découvrir et pour t’accueillir quand tu viens à nous. Ainsi soit-il. »

Saint François de Sales (1567-1622)

Par Prière 24 janvier 2018 à 6 h 45 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette presence Biblique.
Pouvez vous m'envoyer toute cette reflexion pour un groupe de lectio.je voudrai faire decouvrir les actes des apôtres à une fizaine de personne.
Merci. Madeleine

Par MADELEINE LAROCHE JOUBERT 24 janvier 2018 à 6 h 41 Répondre à ce commentaire

Fort de sa foi, Paul prêche avec une conviction ardente qui le conduit souvent en prison. Mais, l’enfermement n’éteint pas son zèle. Ainsi à Philippes, Paul et Silas son compagnon, tous deux emprisonnés, adressent dans l’obscurité de la nuit des prières et des louanges à Dieu qui sont entendues par les autres détenus.
Au cours de cette nuit, un brusque tremblement de terre annonce quelque chose d’étonnant : les prisonniers ébranlés dans leurs convictions et dans leur cœur ont été libérés des liens de dépendance ancienne tandis que les portes s’ouvrent sans qu'ils se sauvent. L’attitude du geôlier attire elle aussi l’attention puisque l’événement sort l’homme de son sommeil, tout en suscitant une grande peur dans son for intérieur. Phénomène géophysique fréquent dans cette région, le tremblement de terre évoque, dans la situation du geôlier, la métaphore du réveil de la conscience, de la crainte du jugement des hommes et de celui de Dieu.

Cependant, la compassion exprimée par les paroles de Paul apporte un apaisement à l’homme encore tremblant face à la puissance divine. Il est touché par la lumière divine ; elle le pénètre éveillant crainte et abandon à la fois. Il prend alors sur lui de libérer les prisonniers, notamment Paul et Silas à qui il demande : « Que dois-je faire pour être sauvé ? » ; « Croire en Jésus sauveur » répondent les deux disciples. Le salut étant considéré par Paul comme l’élément essentiel de la conversion, à l’aune de sa propre expérience.

Dans l’enchaînement des faits décrits ensuite, bien que le temps semble accéléré, le passage évoque un chemin d’initiation au cours duquel chaque phase est ponctuée par une sorte de sacrement.
Au début, est placé l’enseignement transmis à toute la maisonnée tandis que le lavement des plaies rappelle la repentance de Marie-Madeleine. Il signifie peut-être aussi un acte de réparation quant au mal fait par cet homme aux disciples et le pardon accordé en retour. Suit le baptême de tous les habitants de la maison, finalisé par le repas pris en commun et dans le partage d’une grande joie.

Par Martine Marie 27 janvier 2017 à 14 h 08 Répondre à ce commentaire

Renversant... Qui est libéré, Paul et les siens ou le geôlier? Qui a besoin d'être sauvé? Quelles plaies d’être lavées ?
Paul et Silas, qui chantent dans leur prison, sont libres, d'une liberté que personne ne peut leur enlever, d'une liberté qu'aucun mur ne peut arrêter, aucun lien entraver. Les murs tombent, les liens se défont, mais les prisonniers ne se sauvent pas, ils sont déjà sauvés.

Au geôlier qui ne voit comme issue que la mort, ils offrent la vie. Cette lumière qu'il réclame, ils la lui donnent. Cette lumière, elle est parole. Cette lumière, elle est un homme. Jésus.
"A l'heure même, en pleine nuit"… Son heure est venue, l'heure de vérité, l'heure de la vérité. Et c’est toute l'urgence de la vérité qui s’impose là. A sa clarté, il fait déjà grand jour. Eau du baptême, eau qui lave les plaies, qui donne vie à l'homme qui veut être sauvé.

Bonne Nouvelle partagée, comme ce repas à la table du geôlier. Il "laiss[e] déborder sa joie", déborder comme la vie qui le remplit tout entier, et bien plus que lui. Cette joie comme une eau qui irrigue toute sa maisonnée.
"Rends-moi la joie d'être sauvé," supplie le psalmiste. Elle coule des lèvres du geôlier dont les chaînes sont tombées. Elle est rencontre et liberté, elle brûle d'être partagée. Elle monte en soi et élève, lumière du corps qui se relève. Elle ne peut être enlevée.

Par Audrey 26 janvier 2017 à 6 h 27 Répondre à ce commentaire

Lumineux comme une eau qui jaillit de la source. Merci Audrey.

Par Célestine 26 janvier 2017 à 20 h 06
voir tous les commentaires