Ruth

« Où tu iras, j’irai. » Ruth 1,16

Booz épouse Ruth

Ruth 4, 13-17

Booz prit donc Ruth comme épouse, elle devint sa femme et il s’unit à elle. Le Seigneur lui accorda de concevoir, et elle enfanta un fils.
Les femmes de Bethléem dirent à Noémi : « Béni soit le Seigneur qui aujourd’hui ne t’a pas laissée sans quelqu’un pour te racheter ! Que son nom soit célébré en Israël !
Cet enfant te fera revivre, il sera l’appui de ta vieillesse : il est né de ta belle-fille qui t’aime, et qui vaut mieux pour toi que sept fils. »
Noémi prit l’enfant, le mit sur son sein, et se chargea de l’élever.
Les voisines lui donnèrent son nom. Elles disaient : « Il est né un fils à Noémi. » Et elles le nommèrent Obed (c'est-à-dire : serviteur). Ce fut le père de Jessé, qui fut le père de David.
Voici la descendance de Pérès : Pérès engendra Esrone.
Esrone engendra Ram, Ram engendra Aminadab.
Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone ;
Salmone engendra Booz, Booz engendra Obed ;
Obed engendra Jessé, et Jessé engendra David.

Méditation

précédente suivante

Un remarquable détour

Ces derniers versets qui récapitulent la succession des générations juste avant et juste après l’union de Booz à Ruth nous sont bien connus : la liturgie nous les fait entendre dans la semaine préparatoire à Noël, et de nouveau juste avant la messe de minuit, lorsque la vigile de la Nativité du Seigneur se conclut par la généalogie du Christ selon saint Matthieu, qui reprend ces quelques générations mot à mot *, en y incluant une mention de Ruth : « Booz engendra Obed, de Ruth ». Matthieu ajoute « de Ruth » : il ne manque pas d’évoquer ce petit détour qu’a fait le Seigneur pour se révéler à son peuple et lui donner un sauveur.
C’est un sacré détour, tout de même, car pour que du peuple promis à Abraham naisse le Messie annoncé, via des figures aussi prestigieuses qu’Isaac, Jacob, le roi David ou Salomon, il aura fallu Ruth, l’étrangère, elle qui, venant de Moab, n’était pas concernée par les promesses de Dieu.
Qui aurait pu croire que son attachement aux pas de Noémi puis aux pieds de Booz lui donnerait une telle place dans la mémoire des croyants ? Aurait-elle pu imaginer qu’elle préfigurerait ainsi l’ouverture du salut à toutes les nations ? Savait-elle que par elle nous serait révélé que Dieu arrive dans nos vies à ses fins, y compris parfois au moyen de nos écarts de route ?
Bienheureuse Ruth, de là où tu es, veille sur nos chemins, rends-nous attentifs aux appels que le Seigneur nous adresse pour prendre des directions inattendues, donne-nous ta confiance !

* Mt 1,3-6
Méditation enregistrée dans les studios d'Alsace Média


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

55 commentaires

Paul, merci! je vais écrire votre réflexion et la relire chaque fois que nécessaire, la partager avec une amie désespérée.
J'ai été frappée de la formulation: Booz engendra Oued, DE Ruth. les hommes engendrent ils? ils ne peuvent le faire qu'en passant par une femme, DE. On pourrait remplacer cette formule patriarcale par "Booz et Ruth engendrèrent Oued.

Par Misha 2 septembre 2017 à 8 h 30 Répondre à ce commentaire

Paul ; je me permets de vous répondre suite au message que vous avez laissé sur la toile le 13/08/2017 à 14 h 22

Je vous remercie pour l'analyse que vous faites suite au message donné à Angéline. J'apprécie et j'essaierai de m'en rappeler pour me l'approprier et le donner à réféchir.

Merci à tous ceux qui écrivent et dont j'apprécie la profondeur des analyses : Paul, Bernard, Marie-Jeanne, Audrey, Mahona, Monette, Brig, etc...Sans le savoir, vous m'aidez à approfondir mes analyses.

Puis-je vous demander vos prières pour Patrick qui cherche à se supprimer à l'aide de l'alcool et du tabac ; il est entré, officiellement, depuis quatre mois environ de le processus de l'étouffement par crise. Il dit aimer sa femme, mais s'enfonce de plus en plus dans le processus du suicide.? Merci à tous ceux qui le porteront dans leurs prières.

Union de prières avec tous et pour tous.

Par colombine44 14 août 2017 à 15 h 08 Répondre à ce commentaire

Demain, je déposerai dans les mains de Marie une prière pour Patrick. Vous dire qu'il y a une aide possible en parlant avec un spécialiste, ou à l'aide d'une thérapie médicamenteuse : vous le savez déjà. Certains drames pourraient être évités en sortant du mutisme mais c'est difficile de le faire admettre. Que Notre Dame qui Défait les Nœuds vous apporte son secours.

Par mahona 14 août 2017 à 19 h 45

Colombine 44, si mes petits commentaires peuvent aider un tant soit peu, j'en suis heureuse, car chacun apporte à l'autre, même sans le savoir bien sûr.
Je vous assure que je porterai Patrick dans mes prières, je connais hélas la dépression, pas facile de s'en sortir et inutile de dire à la personne de "se secouer"!!! C'est une maladie très pénible et difficile.
Je vous garde dans ma prière également

Par monette 14 août 2017 à 20 h 07

Bien chers tous,

Rassurez-vous, je ne vais pas trop mal, je peine pour monter les escaliers après la chute que j'ai faite; mais malheureusement, les messages que j'ai envoyés ne sont pas passés; j'ai écrit à deux reprises aux frères, mais je n'ai toujours pas de réponse et mes commentaires, toujours absents.
Est-ce que ce message passera ? je l'espère; je pense à vous tous et vous porte dans ma prière.
Votre grande soeur
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 13 août 2017 à 20 h 26 Répondre à ce commentaire

Fred, Mahona et Paul, je vous remercie.
Je dévoile peut-être un peu trop ma vie, ce que je vis, mais je vis à la lumière de l'Evangile, enfin j'essaie!!
Cela m'aide et m'encourage à avancer encore un pas, un pas chaque jour, sans me sentir seule.
Fred j'apprécie votre compassion, et votre bonté, Mahona c'est très vrai votre phrase de Prévert, Paul vous avez toujours en vous cette confiance de vous tourner vers la présence du Père.
Merci aussi à tous car c'est toujours en vous lisant que la réflexion porte aussi du fruit.
Demain, je vous englobe dans ma prière et vous confie à Marie notre Mère (mon deuxième prénom) pensée à Marie Jeanne et toutes les Marie!!!

Par monette 13 août 2017 à 15 h 57 Répondre à ce commentaire

OUPS, le temps passe si vite que je me trompe de date.....le 15 fête de Marie bien sûr!!

Par monette 13 août 2017 à 18 h 17

Merci ma chère Monette, je pense bien a vous,merci pour vos prières, pour vos commentaires, bien du courage, je vous embrasse, fraternellement

Par brig 14 août 2017 à 15 h 09

Amen!
Faire confiance au Seigneur, c'est être capable de s'abandonner à lui, de lui permettre de tracer notre chemin. ..mais ce n'est pas toujours évident...

Dans ma méditation, j'aimerais être éclairée dans mes choix de vie et dans mes projets de famille et de travail. ..avoir des signes et que l'esprit Saint me guide.

Angeline

Par Angeline 13 août 2017 à 13 h 28 Répondre à ce commentaire

Angeline, puis-je vous proposer une tentative de réponse ?
En trois petits points : la confiance, se déposer, et un signe.

La confiance.
Jésus est venu pour nous rejoindre dans chacune de nos vies humaines.
Il n’est pas venu nous demander de quitter le monde où nous vivons.
Mais d’y vivre sans en être prisonniers.
Il n’est pas non plus venu me dire, avec autorité :
« vis autre chose que ce que tu vis ».

Se déposer.
Ceci se passe dans le silence, la plupart du temps.
Parfois après avoir posé des questions autour de moi.
Mais toujours dans le retour au silence.
Je crois que prier, c’est se déposer.
Ecouter mes questionnements et les réponses qui viennent.

Un signe
que la pensée qui me vient est probablement issue de l’Esprit :
Celle-ci ne doit pas m’inviter à sortir violemment de moi-même,
mais m’apporter un apaisement
qui me permet de choisir librement et dans l’espérance.

Qui suis-je pour vous parler comme cela ?
Un pauvre homme pardonné,
qui a accepté, comme il le peut,
que la Vérité du monde se trouve dans l’Amour du Père,
pour chacun de nous,
et que le Fils nous demande de partager cette Vérité entre nous.

Je ne vous écris pas pour vous dire que je possède la vérité,
mais pour vous inviter à trouver personnellement votre réponse.
Le Fils est Présent à chacun de nous, personnellement.

Bon dimanche, vraiment

Par Paul (Belgique) 13 août 2017 à 14 h 22

" Ruth n'était pas concernée par les promesses de Dieu ... "
Aux yeux des hommes, sans doute,
surtout de ceux qui se disent de la lignée de Dieu sur Terre.

Oh que si ! Ruth est concernée par le Royaume tout proche !

Tu viens, Seigneur Jésus, depuis toujours
vers chacun de nous,
mais pas tant en fonction de nos qualités
ou de nos bonnes actions.

Tu es venu vivre
au milieu de nos joies, de nos peines,
de nos erreurs et de nos faiblesses
de nos fiertés et de nos hontes,
pour annoncer l'avènement,
- maintenant -,
du projet du Père.

Il n'y a pour moi
que Ta Présence et Ta Parole
pour m'éclairer dans ce que je vis,
dans ce que je vois et j'entends,
seul ou au milieu de mes frères.

Sans toi, rien ne dure, rien n'est vraiment stable.
Nous pouvons Te faire confiance.
Tu nous a annoncé l'Amour inconditionnel du Père,
et la guérison de Son Pardon,
jusqu'à Ton dernier souffle parmi nous.

Je te rends grâce
pour ceux qui m'ont aidé
et m'aident encore à Te découvrir.

Je Te prie également ceux qui consultent notre site,
et qui croient qu'ils n'ont rien à partager.
Je te prie pour qu'ils Te fassent confiance.

L'annonce de Ton Royaume
d'Amour, de Partage et de Pardon
s'adresse à tous Tes enfants dans le monde.

Bon dimanche à tous, vraiment

Par Paul (Belgique) 12 août 2017 à 21 h 53 Répondre à ce commentaire

Merci Paul pour ta prière du 12août, je vous suis régulièrement, udp, kat

Par Kat namur 13 août 2017 à 7 h 33

Laissez-moi vous dire, Paul - une fois de plus, peut-être - combien j'apprécie vos interventions. Elle nous conduisent sur le chemin de l'intériorité, vers le face à face avec Celui qui nous habite. Merci.
En union de pensée et de prière avec tous les internautes spécialement avec tous ceux qui sont accablés par la souffrancel ou qui croient "qu'ils n'ont rien à partager".
"Nul ne peut être regardé comme insignifiant car il est appelé à voir Dieu sans fin". (Marguerite Porete).

Par Esperanza 13 août 2017 à 8 h 40

A l'attention de Florine (suite)

Autre exemple :

voir sur Internet : "parler français comme une vache espagnole ou comme un basque espagnol"

Par Esperanza 12 août 2017 à 10 h 35 Répondre à ce commentaire

A l'attention de FLORINE (11 août : 11 h).

Obed ou Oved sont acceptables.
Le b ou le v sont des consonnes labiales ; leur articulation est très voisine ; d'où il y a parfois confusion entre le b et le v.

Par Esperanza 12 août 2017 à 10 h 22 Répondre à ce commentaire

Oui, "bienheureuse Ruth, veille sur nos chemins...donne nous ta confiance !" c'est ce que je retiendrai pour aujourd'hui. Merci !

Par Elisabeth 12 août 2017 à 9 h 30 Répondre à ce commentaire

": il ne manque pas d’évoquer ce petit détour qu’a fait le Seigneur pour se révéler à son peuple et lui donner un sauveur. "
Je ne crois pas que le Seigneur a fait un détour, mais une partie de son peuple (qui se croit Le peuple du Seigneur), qui a la nuque raide et est dur d'oreilles, n'arrive décidément pas à voir tous les hommes, qu'elles que soient leurs religions, leurs croyances, leurs façons de vivre, comme un seul et même peuple!!!...
Quant aux détours et aux écarts de route, en sont-ils vraiment? Je ne le crois pas. C'est le chemin personnel de chacun, qui mène là où il doit mener... mais c'est la façon de le voir et de le lire qu'il faut peut-être apprendre à connaître...

Par & 12 août 2017 à 8 h 29 Répondre à ce commentaire

Bienheureuse celle qui a cru ...

Par fred 12 août 2017 à 10 h 06

OUI, le Seigneur prend et nous fait prendre des chemins détournés pour atteindre le but..
j'avais remarqué en lisant la généalogie de Jésus cette Ruth la Moabite et j'avoue que cela m'avait beaucoup intrigué
et surtout la fidélité de Ruth à Noémie !
Seigneur guides nous sur les chemins, même s'ils sont des traverses ou des raccourcis qui sont plus longs et plus tortueux que la route "normale"
Seigneur ouvres nos yeux pour suivre le bon chemin : TON chemin que je veux suivre !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 11 août 2017 à 21 h 05 Répondre à ce commentaire

Heureuse de pouvoir reprendre un temps avec tous, en marche.
En effet, la fidélité de Ruth est sans faille. Elle suit Noémi en laissant son passé, sans se poser de question sans doute ?
Puis elle s'unit à Booz, donne naissance à Obed, qui veut dire "serviteur".
Oui, c'est le Seigneur qui nous fait avancer, un pied après l'autre, sur le chemin de la vie. Chemin bien tortueux, ô combien !!
Je repense à ma propre vie, que de changements de directions, que de rencontres, des joies, des peines, la souffrance...
Bref, les tracas de la vie sur terre!!
Avec l'âge vient la sagesse, je prends du recul, je vais dire que la maladie de mon mari fait que beaucoup de choses me paraissent à présent de peu d'importance, ce qui me semblait être une montagne, je le vois à présent comme un petit monticule!
Que de changement dans notre vie de couple, nous nous soutenons mutuellement, nous sommes bien attentif l'un, l'autre.
Je ne le réalise qu'aujourd'hui et quel bonheur, même s'il peut être de courte durée, nous l'apprécions au jour le jour.
Et nos 40 ans de mariage le 5 août, merveilleux, le Seigneur nous comble!! En début d'année, je ne pensais pas du tout que nous serions toujours deux à cette date!
Merci mon Dieu, et en union de prière avec toutes et tous!!

Par monette 11 août 2017 à 16 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci Monette ,
parfois nous cheminons croyant avoir les mains vides , mais nous oublions que la grâce de Dieu , c'est de remplir nos mains
pour nous mener par des liens d'amour ..et de faire tomber sur nos foyers , une pluie de bénédictions .
Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu et du Seigneur Jésus Christ ..
Comme dans cette fameuse et magnifique histoire de Tobie , comme dans l'annonciation , je vous salue tous à vous qui avez reçu cette grâce ...Bonne route avec l'Ange du Seigneur , c'est Lui , qui conduit , console , guéris , c'est Lui qui rassemble , tout
autour de la "Table " , pour entrer dans la joie du Seigneur ...et nous mettre sous la bénédiction du Très -Haut .

Par fred 12 août 2017 à 8 h 52

"On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait quand il s'en va"(Prévert). Même si cette phrase a peu de place dans cette lecture des figures bibliques, c'est à elle que je pense en lisant votre message Monette. Les moments heureux sont des trésors à garder et un réconfort quand le ciel s'assombrit. Que la Mère de Jésus dont nous allons célébrer la fête prochainement nous aide à cheminer sur nos routes quand "les voies du Seigneur" deviennent impénétrables.

Par mahona 12 août 2017 à 10 h 18

Merci Monette pour votre partage
plongé dans votre vie
et dans la lumière.
Il répand une bonne chaleur.

Bonne soirée

Par Paul (Belgique) 12 août 2017 à 20 h 55

Merci d'avoir pu vous visitez a plusieurs reprises,et de mieux vous connaître, Sainte Claire que nou fêtons aujourd'hui, toi fidèle apôtre dans la pauvreté intercède pour nous,

Claire, coeur qui s'epanche,Éveille la joie,
Claire,folle d'amour,suscite la tendresse en demeure,
Claire, de nom,de vie,guide-nous dans la nuit,
Claire, tempête de l'esprit, dissipe nos peurs,
Claire, Lumière sur notre table,réunis nos familles,
Claire, fille aux yeux clairs, purifie nos paupières de leurs poussière,
Claire, mère et soeur, prie pour nous,
Prie pour ces mains qui parfois se trompent,
Prie pour ces yeux qui parfois se ferment,
Prie pour ce coeur qui n'aime pas comme i' convient,
Claire,mère et soeur, prie pour la paix qui nous manque,
Pour l'espérance que nous ne possédons pas,
Pour la joie qui s'eteint,

Claire,mère et soeur, prier le Seigneur pour qu'il nous accorde le don de la fidélité et le don nouveaux frères et de nouvelles soeurs, Amen

Dans ta miséricorde, seigneur, tu as conduit sainte Claire à l'amour de la pauvreté; a sa prière, fidèle, accorde-nous de suivre le christ avec la même pauvreté de coeur, afin de pouvoir te contempler dans le royaume des cieux. Par jésus. ..

Par brig 11 août 2017 à 16 h 11 Répondre à ce commentaire

Je vais essayer avec le mail de mon fils Georges; mon message n'est pas passé : j'ai pris mes précautions avant de l'envoyer !

Bien cher Bernard,
Quelle joie de te lire. Je suis entièrement d'accord avec ma chère petite soeur Brig, pour te dire courage et surtout prends bien soin de toi avec ou sans la fronde !
Je m'unis à ses prières et à celles de tous nos frères et soeurs. Je sais qu'ils sont nombreux, même s'ils ne l'expriment pas. Je sens une grande fraternité entre nous et le souci que nous avons les uns des autres.
Ca fait du bien.
Hier soir, j'ai posté mon commentaire, un peu tard sur la méditation de mercredi, elle n'est pas passée; j'ai fait un mot pour le signaler, idem ! aujourd'hui, j'ai écrit aux frères en espérant qu'ils puissent le récupérer.
Bon courage, reviens-nous vite !
Je t'embrasse, je vous embrasse tous
Marie Jeanne

Par Georges MAINI 11 août 2017 à 16 h 06 Répondre à ce commentaire

Message de reconnaissance, entre deux poussées de fièvre, à Marie Jeanne et Brig, suite au commentaire que j'avais laissé le 9 août (méditation du 7 août). Vus êtes vraiment mes sœurs bénies !
Guère d'énergie pour commenter, mais quelle leçon d'ouverture, mine de rien, pour introduire un peu de politiquement incorrect dans dans cette généalogie bien verrouillée !
Bonjour à toutes et à tous, surtout celles et ceux qui se sentent seuls et désemparés.

Par Bernard (Bruxelles) 11 août 2017 à 13 h 10 Répondre à ce commentaire

Un petit mot de vous Bernard, me fait bien plaisir, je vois que cette fièvres persiste, va fatigue beaucoup, je vous envoie, de bonne ondes, toujours positifs, que votre santé s'améliore vite,on vous porte dans la prière, ainsi que pour toute les personnes malades, courage, bien fraternellement

Par brig 11 août 2017 à 13 h 51

Bien cher Bernard,
Quelle joie de te lire. Je suis entièrement d'accord avec ma chère petite soeur Brig, pour te dire courage et surtout prends bien soin de toi avec ou sans la fronde !
Je m'unis à ses prières et à celles de tous nos frères et soeurs. Je sais qu'ils sont nombreux, même s'ils ne l'expriment pas. Je sens une grande fraternité entre nous et le souci que nous avons les uns des autres.
Ca fait du bien.
Hier soir, j'ai posté mon commentaire, un peu tard sur la méditation de mercredi, elle n'est pas passée; j'ai fait un mot pour le signaler, idem ! aujourd'hui, j'ai écrit aux frères en espérant qu'ils puissent le récupérer.
Je te souhaite de vite revenir parmi nous en pleine forme ! je t'embrasse, je vous embrasse tous,
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 11 août 2017 à 15 h 49

Bonjour Bernard et Brig, ainsi que Marie Jeanne.
Je suis en union avec vous, et avec ceux qui souffrent. Je viens d'ouvrir mon ordinateur à l'instant, et suis attristée de voir vos difficultés ou votre maladie.
Vraiment de tout coeur avec vous et merci pour vos pensées également pour ceux qui se sentent seuls, comme le dit Bernard.
Courage et espoir, ne baissons pas les bras!!

Par monette 11 août 2017 à 16 h 05

Ajout : Après une recherche approfondie sur mon très ancien dictionnaire, je n'ai pas trouvé d'explication pour " Obed ",
alors que pour " Oved ", je trouve "Ovelle ", : fruit qui commence à se développer.

Toutefois "Obed", nous mène à obédience.(latin : Obedientia)

Par Florine 11 août 2017 à 11 h 21 Répondre à ce commentaire

est la fidélité de Ruth à Noémie qui est si importante, pourquoi,parce qu'elle était étrangère? Je retrouve une connotation à tous les racismes dont on parle tant; non,je pense que partout et en tout endroit il y a des gens valables en tout points pas d'amalgame; notre religion est au dessus de tout celante même si l'on trouve et se plaint qu'il y a trop d'étrangers chez nous, ce n'est pas pour ce qu'ils sont et d'où ils viennent, mais simplement parce tout être doit avoir un travail lui permettant de vivre, que l'oisiveté est mère de tous les vices;Ruth à accepté la foi de celle qu'elle à suivi et à qui elle elle à été fidèle.Il doit y avoir beaucoup de Ruth de par le monderez inconnue de nous tous.

Par penelope 11 août 2017 à 11 h 17 Répondre à ce commentaire

Frère Marie-Augustin, je souhaiterais un éclaircissement : Je lis " Obed" , alors que ma bible indique "Oved", je m'interroge sur la véritable orthographe ?

Existe-il un sens graphologique spirituel à ces deux dénominations ?

Prière de ce jour, et bonne journée.

Par Florine 11 août 2017 à 11 h 00 Répondre à ce commentaire

Pour Florine, sur les questions d'étymologie et de transcription :
Obed ou Oved sont quasi similaires, b et v étant des labiales.
En hébreu, de mémoire, il me semble que "oved" renvoie à l'adoration. Obed/Oved serait ainsi l'adorateur. Mais sans dictionnaire sous la main il m'est difficile d'aller plus loin.
Attention : rapprocher ce nom hébreu de racines latines ou grecques ne vous mènera à rien de solide concernant la lecture du texte biblique.

Par fr Marie-Augustin 12 août 2017 à 16 h 03

J'aime chaque fois les méditations de Frere Marie- Augustin c'est clair et tres proche de l'intelligence du coeur Merci
Je suis née en 1942
Ma mere avait enfanté Deux foiset je fus son ver solitaire
J'ai survécu a ces poisons
a 9mois en plein désespoir et pleine chaleur ,elle m'a fais prendre un biberon de lait caillé ,j'ai survecu a cette diarrhée mortelle
a 24ans aprés une opération a la téte , elle m'a mise en dangers en faisant fermer les volets pour que j'ai chaud , un oedeme cerebral pouvait m'emporter , j'ai survecu
J'ai enfanté une petite fille avec une malformaton cardiaque ,elle est décédée .
Nos chemins sont tortueux et c'est de cela que la lumiere viendra pour l'eclairer .
je rend gràce au Seigneur pour me guider vers sa lumiere .

Par jnc 11 août 2017 à 9 h 34 Répondre à ce commentaire

Que vos prières vous soutiennent devant la douleur de perdre un enfant.

Je joins une prière de réconfort, aux vôtres.

Par Florine 11 août 2017 à 11 h 04

Votre témoignage me touche ... et j'admire :-vous êtes un témoin de la vie.... vous avez survécu à des épreuves majeures....et vous êtes là, sans lamentations ni acrimonie, vous énoncez les faits simplement,sobrement.
Pour moi vous êtes un témoin de courage que je confie ainsi que votre fille à la Vierge Marie notre mère compatissante, qu'elle vous accompagne quotidiennement dans votre vie.
Sabine

Par sabine 13 août 2017 à 16 h 31

"Les chemins du Seigneur sont impénétrables"
Saint est son Nom!

Par Nicole M. 11 août 2017 à 9 h 32 Répondre à ce commentaire

37 ans que tu m'as dit, mon Rabouni : "Viens, suis moi" ...oh oui, j'en ai fait des détours, suivi de fausses pistes, et alors ? Aujourd'hui, jour du OUI, la confiance guide mes pas, le chemin est BEAU ; merci à vous tous, marcheurs ?témoins que le Père Amour arrive toujours dans nos vies à ses fins ! Coco

Par Coco 11 août 2017 à 8 h 20 Répondre à ce commentaire

Ruth "l'étrangère" ancêtre de David ? Qui l'aurait cru ! Rien n'est impossible à Dieu. La fidélité de Ruth qui quitte sa famille, sa vie, largue les amarres pour suivre Noémie par amour. C'est presque un mariage, un sacerdoce ! C'est la main de Dieu qui l'a conduit car elle est destinée, elle l'étrangère, à entrer dans la généalogie de la famille du Messie. Ruth, ancêtre de David préfigure que le Messie est venu tous. Il est venu pour sauver TOUTES les nations, tous les peuples du monde. Jésus Roi de l'univers don pour nous sauver.

J'ai toujours envie de Le louer et de Le chanter. Je pense au refrain de ce cantique que je partage avec vous en ce vendredi matin :

Tu es là présent livré pour nous,
Toi le tout petit le serviteur,
Toi le tout puissant,
Humblement tu t'abaisses,
Tu fais ta demeure en nous Seigneur.

Bonne fin de semaine à tous dans le partage et la prière.

Par Marilou 11 août 2017 à 8 h 12 Répondre à ce commentaire

Pourquoi au début du livre de Ruth,Noemi a deux fils,et qu',il est mentionné 7 fils à la fin du livre ?

Par Penelope dijon 11 août 2017 à 7 h 55 Répondre à ce commentaire

7 dans la. Bible est le chiffre de la plénitude donc dans ce texte c'est imagé .Ruth est vraiment l'accompli pour Noémie , le meilleur.
Marguerite Marie

Par Nadreau 11 août 2017 à 8 h 33

Obed, le fils né à Ruth, donné par Dieu, qui aussitôt devient celui de Noémi. Obed, ce fils "né de ta belle-fille qui t'aime," disent les femmes de Bethléem à Noémi, la "fera revivre," lui donnera vie.
On ne garde pas la vie reçue de Dieu pour soi; on la reçoit pour la donner. C'est cela, aimer.
Oui, cette vie vient parfois après de long détours, mais ces détours en étaient-ils vraiment? C'est parce qu'elle aimait Noémi que Ruth l'a suivie. Est-ce un détour que de suivre la route où nous conduit l'amour? N'est-ce pas déjà suivre les chemins de Dieu? Ils n'empêchent ni la fatigue, ni la souffrance, ni le désespoir parfois. Est-ce à dire qu'ils n'étaient pas droits aux yeux de Dieu? Un détour n'est après tout qu'une route que je n'avais pas prévue de prendre. Mais la vie ne se prend pas, elle se reçoit. L'amour ne se prend pas, il se donne, et se reçoit, gratuitement, pour "servir", comme ce fils "serviteur". Pas "servir à", ni "servir de", servir, se donner, simplement.
Je te rends grâce Seigneur, ce matin, pour ces détours qui n'en étaient pas, puisqu'ils m'apprenaient la gratuité de l'amour. Puisque, je le sais aujourd'hui, tu y marchais avec moi.

Par Audrey 11 août 2017 à 7 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci, chère Audrey pour votre belle méditation, oui, nous le savons, nous le croyons, le Seigneur est avec nous même dans nos détours, il prend le temps, prenons nous aussi "le temps de vivre en grâce avec nos frères", le temps de l'AMOUR, qui donne sens, gardons confiance!
Avec vous par la prière, petite sœur en Jésus Christ.

Par MARIE 11 août 2017 à 14 h 36

je suis comme Noémi, ne me décourage pas.

Par Antoinette G 11 août 2017 à 7 h 26 Répondre à ce commentaire

Ces appels , nous font entrevoir que les plus petits nous enseignent encore ce qu'est l'amour .
Jésus dira , laissez venir à moi les petits enfants , car petits nous le sommes dans l'ignorance ,
Mais il plait au Seigneur , par amour de son Nom , de nous montrer , que tous nous sommes
précieux à ces yeux .Il sonde nos coeurs , et quand Il trouve la grâce de l'innocence , Il nous
montre que servir Dieu , c'est de ne pas avoir de préjugés , selon les apparences , nous recherchons
ce qui est beau , fort , grand ,riche .Dieu tire de la terre pour relever , ce qui est de côté !
David étant dans les champs , le plus petit de ces frères ..a été sujet de moquerie , de raillerie .
c'est sans armures et les mains nues , qu'il est parti se battre contre ce géant ...Goliath.
Ainsi ce prêtre cherchant qui oindre , ne s'attendait pas à voir ce "petit , devenir l'avenir d'une
génération divine .La crainte de Dieu , ancrée en Lui , il n'eut pas peur de se battre pour Dieu.
Ces psaumes ont reçu une réponse d'amour à la mesure de sa foi .Jésus et son coeur sacré .
Je me souviens des exploits du Seigneur,
je rappelle ta merveille de jadis ;
je me redis tous tes hauts faits,
sur tes exploits je médite.
Merci frère Marie - Augustin , aujourd'hui Le Salut est entrer dans nos maisons .
Coeur Sacré de Jésus , j'ai confiance en vous .

Par fred 11 août 2017 à 7 h 20 Répondre à ce commentaire

Qu'est-ce que porter du fruit? N'est-ce pas être béni nous dit Noémi, dont la vie nourrit l'enfant donné par Dieu? L'accueillir ce fruit, comme ce tout-petit, et le nourrir de sa vie pour qu'il grandisse et, en son temps, porte fruits.

C'est bénir Dieu, à son tour, pour cette vie qu'il donne. Nulle terre, si désolée soit-elle, n'est stérile entre ses mains. Noémi est cette terre, mais elle est aussi Ruth, terre offerte, comme ce champ qu'elle cède, à qui peut faire fructifier ce don.

C'est ne pas chercher à retenir. Noémi, la femme aux "mains vides", ne cherche pas à garder Ruth pour elle seule, Ruth qui pourtant "vaut mieux pour [elle] que sept fils" et qui aurait pu être seule le "soutien de [sa] vieillesse". Et Ruth, à son tour, ne retient pas l'enfant qui lui est né. Il est sien, et déjà il ne l'est plus, ce fils dont les voisines disent qu'il est 'né à Noémi'.

Chemins improbables que ces sillons creusés à cheminer avec Dieu, mais la vie qui en jaillit ouvre le cœur et les yeux. La bénédiction, ce sont les femmes qui la prononcent, elles qui encore reconnaissent en ce fils inattendu le "serviteur" venu de Dieu. "Et Obed engendra Jessé et Jessé engendra David." Jessé, le "don". Le messie est fils du "serviteur", fils du "don". Le serviteur est fils de ceux et celles dont la vie a nourri la sienne, dont la chair, en Dieu, l'a porté, que cela se soit vu ou non. Il engendre le don dont il est lui-même engendré. Il est fils et fruit débordant de la bénédiction.

Par Audrey 10 février 2017 à 6 h 52 Répondre à ce commentaire

Quand les couples volent en éclats..............il est bon de relire la "grande histoire " pour continuer à croire que le couple homme- femme est possible.

MERCI

Par mic 24 juillet 2016 à 23 h 46 Répondre à ce commentaire

"Un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et le gouvernement sera sur son épaule; et on appellera son nom ,
merveilleux, conseiller, Dieu fort,Père du siècle, prince de paix (ES-9)

Obed,celui qui sert,voilà son titre de gloire!.C'est le serviteur qui est l'héritier et dont va sortir David,le porteur de la grâce royale.
Tous nos coeurs ne palpitant -ils pas de joie,quand nous l'appelons de ce nom ,car lui le conseiller, le dieu fort,a servi et demeure un serviteurs éternel en faveur de ceux qu'il aime,nos plus grande bénédictions sont comprises dans ce titre de serviteurs son dévouement à Dieu et son amour pour nous,son oeuvre entière jusqu'à l'abandon de sa propre vie,sa grâce aactuelle qui s'abaisse jusqu'à nous laver les pieds, son service éternel, d'amour quand nous serons avec lui dans la gloire de la maison du Père!
Fruits de gloire,
Sauvés par la foi,
Quand les tiens en gloire,
Seront avec toi,
Au parvis céleste,
Sous l'oeil paternel,
Ton amour nous reste,
Service éternel. .....merci seigneur,
Ainsi le voeu apporté par ces femmes de foi au sujet d'obed,s'est réalisé en jésus, le vrai serviteur,
"Le fils de l'homme qui n'est pas venu pour être servi ,mais pour servir et pour donner sa vie en rançon pour plusieurs "(marc10-45)....bon Dimanche ,fraternellement

Par brig 24 juillet 2016 à 15 h 14 Répondre à ce commentaire

Merci, frère Nicolas, de nous faire reconnaître que nous avons besoin de tendresse, de la manifester et aussi que cette tendresse mutuelle engendre la confiance et nous rend aptes à dépasser nos limites et à nous faire croître dans l'amour.

Rose-Alma

Par Rose-Alma 24 juillet 2016 à 12 h 38 Répondre à ce commentaire

Booz épouse Ruth et ils ont la joie de donner naissance à un fils qui assure leur descendance, mais aussi celle de Noémie. Le rappel de la généalogie montre l'importance des racines et de la transmission. Jésus s'inscrit dans cette longue histoire humaine, en tant que descendant de David.
Nous aussi nous aimons connaître l'histoire de nos ancêtres et nous sommes, même à notre insu, façonnés par leurs vies, leurs joies, leurs épreuves, les lieux où ils ont vécu, nous aimons les découvrir, ce qui nous permet de mieux nous comprendre.

Seigneur, en parcourant l'Ancien Testament, nous découvrons la longue marche qui nous prépare à mieux connaître Ton Fils Jésus, à mieux Te connaître, Père, Fils et Esprit.
Guide toujours plus les pas de chacun de nous, nous t'en prions. Pour nos familles, pour que l'Amour et l'entente y rayonnent. UDP avec chacun de vous

Par MARIE 23 juillet 2016 à 14 h 32 Répondre à ce commentaire

Et surtout, elles sont restées unies, c'est à dire se sont entraidées dans l'amour : "Chaque fois que deux d'entre vous se réunissent pour demander quelque chose en mon nom..."

Par Antoinette G 23 juillet 2016 à 12 h 12 Répondre à ce commentaire

Merci Jacqueline, (7 h 59) pour votre message; je connais ces moments de grande 'inquiétude, ces moments, où on se sent si petit, si vulnérable; on voudrait tant donner de sa vie à celui qu'on aime pour qu'il vive. Chère Jacqueline, faites confiance, priez Celui qui a tout donné, qui s'est donné, qui a partagé nos souffrances et que ses deux grands bras grands ouverts, seront toujours prêts à nous accueillir, à nous soutenir. Je vous souhaite de le fêter ce
quarante neuvième anniversaire. Je vous porte dans ma prière.

Merci à vous aussi Kat (8 h 03)pour votre soutien. C'est vraiment réconfortant de partager ces moments, où ,en toute simplicité, en frères et soeurs, on peut s'exprimer, comme on peut, comme on sait. C'est bon, ça fait chaud au coeur. Merci, à vous frères dominicains pour cette idée géniale; que Dieu vous garde.
Union de prière;

Marie Jeanne. (c'est mon prénom)

Par Marjeanne 23 juillet 2016 à 11 h 58 Répondre à ce commentaire

Dieu est du côté de la vie, mais n'empêche que pour en arriver là, Noémi et Ruth ont dû faire preuve de nombreuses qualités : acceptation, dévouement, générosité, ouverture d'esprit, réflexion (esprit avisé), humilité, initiative...Elles ont bien fait leur part pour remonter à la surface.

Par Antoinette G 23 juillet 2016 à 11 h 25 Répondre à ce commentaire

Seconde réflexion : d'après moi, la fin de cette histoire est un couronnement . En restant dans l'amour en actes malgré les épreuves, Noémi et Ruth ont collaboré à l'oeuvre du Seigneur. Elles ont ainsi obtenu ce dont elles avaient besoin : une nouvelle intégration pour Ruth l'étrangère, un nouveau descendant pour Noémi privée de ses fils. Dieu a fait pour elles "toutes choses nouvelles". Je pense aussi à la parole du Christ : "Cherchez d'abord le royaume de Dieu, tout le reste vous sera donné par surcroit, car votre Père céleste sait que vous en avez besoin".

Par Antoinette G 23 juillet 2016 à 9 h 48 Répondre à ce commentaire

C'est vrai que ce texte peut être choquant de nos jours, mais dans les sociétés patriarcales l'enfant appartenait prioritairement à la famille (chez nous aussi il n'y a pas si longtemps). C'est un enfant de remplacement ("Il est né un fils à Noémi"). De nos jours, ce serait un motif de consultation psy ! Mais le rôle familial primait sur l'épanouissement de l'individu, ce qui évitait peut-être des angoisses. En tout cas l'important dans cette histoire, c'est la généalogie : David a comme arrières grands parents Booz et Ruth, israélite d'adoption, et donc Jésus aussi, puisque Marie était "de la famille de David" (Joseph aussi d'ailleurs). On peut donc dire que Jésus est un enfant de l'amour, qui n'a pas de frontières. Préfiguration d'un élargissement de la conception religieuse.

Par Antoinette G 23 juillet 2016 à 9 h 16 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires