Trois disciples

« Moi je suis le chemin, la vérité et la vie. » Jean 14,6

Les premiers disciples

Jean 1, 43-51

Jésus décida de partir pour la Galilée. Il trouve Philippe, et lui dit : « Suis-moi. » Philippe était de Bethsaïde, le village d’André et de Pierre. Philippe trouve Nathanaël et lui dit : « Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. » Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et vois. » Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. » Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? »
Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »

Méditation

précédente suivante

Résurgences

« Viens, suis-moi » dit Jésus à Philippe. « Viens et vois », dit Philippe à Nathanaël. Le mouvement est contagieux. Il y a un passage de témoin, comme le feu se transmet d’une brindille à l’autre. Cette transmission se fait de génération en génération. La question se pose alors : et nous ? À qui allons-nous transmettre le feu, la foi ?
L’expérience que nous faisons massivement est qu’il n’y a pas eu de transmission entre les générations. Quantité de grands-parents se désespèrent de voir leurs enfants et leurs petits-enfants qui ont « abandonné » toute pratique et toute foi. Les ont-ils « abandonnées vraiment » ? Comme Nathanaël, ils n’ont pas encore rencontré personnellement Jésus. Nathanaël met en doute la parole du témoin, jusqu’à ce qu’il vérifie lui-même en rencontrant directement Jésus. Si le message se transmet comme le feu d’une brindille à une autre, la foi ne s’allume qu’au moment où la personne qui a reçu le témoignage fait elle-même l’expérience de la rencontre. Bernadette de Lourdes ne se culpabilisait pas si on ne la croyait pas, car il ne s’agissait pas de croire en elle, mais en la parole qu’elle portait. « Je suis chargée de vous le dire, je ne suis pas chargée de vous y faire croire. »
Il n’y a pas de pastorale miracle, nous sommes tous indignes des conversions, dans le cœur des grands ou des petits, nous ne méritons pas d’avoir des vocations. On ne produit rien, on prépare le terrain, on accueille, on accompagne, on s’efface. Dans la transmission du message, comme c’est le cas entre Philippe et Nathanaël, comme c’est le cas entre générations, il peut y avoir un saut de génération, mais c’est à la manière d’une rivière souterraine. Dans certains terrains calcaires, la rivière disparaît puis réapparaît : c’est une résurgence. L’Évangile peut traverser certaines générations, sans que cela apparaisse visiblement. La foi n’est pas toujours facile à identifier ; les signes visibles de la foi ne sont pas nécessairement là où on les croit.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

116 commentaires

Merci soeur Marie Monnet, pour cette belle méditation , je prie pour mes enfants et mes petits enfants, depuis plusieurs années , je fais partie du groupe de " prières des mères " et les choses ont changés , nos enfants et petits enfants se sont rapprochés de l'église , j'en suis heureuse, ....merci Seigneur pour les grâces que tu nous donnes .....Rita

Par Rita Giuliani 5 février 2017 à 18 h 42 Répondre à ce commentaire

merci

Par mathilde egger 23 janvier 2017 à 6 h 59 Répondre à ce commentaire

Je veux espérer qu'il y aura des résurgences dans ma propre famille...
Oui, comme vous le dites, comme grand père je suis désespéré de voir que mes enfants et petits enfants ont abandonné toute pratique et de foi
Certains enfants ont bien voulu (pour me faire plaisir ?) faire baptiser leurs enfants, d'autres ont refusés : "Ils choisirons leur religion quand ils voudront !"
Sans instruction... comment choisir ?
Prions pour que les yeux s'ouvrent et que les oreilles entendent....
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 17 janvier 2017 à 14 h 20 Répondre à ce commentaire

Seigneur, puisse ma vie être un témoignage vrai et parlant...
Qu'elle suscite questionnement... étonnement... Qu'elle indique une direction... un chemin...
Qu'elle soit un doigt pointé vers Toi...
...
Le reste... C'est ton travail Seigneur... C'est le mystère de Ton Cœur à Coeur...
À moi, la patience et la confiance...
À moi d'être le plus vrai possible pour que mon péché et mes lâchetés n'opacifient pas trop mon témoignage...
Seigneur, à mon aide...

Par Alain 17 janvier 2017 à 11 h 38 Répondre à ce commentaire

Merci infiniment pour la meditation, elle m'a mis du baume au coeur! Je suis une mère et une grand mère qui souffre et qui culpabilise de n'avoir pas su transmettre la pratique de la foi! Heureusement que pour la foi elle même ce n'est pas le vide! Je demande chaque jour au St Esprit d'eclairer mes deux enfants! Pour leurs petits qui sont tout petits je ferais de mon mieux!
Votre meditation m'a redonné courage! Allons haut les coeurs ma mission continue!

Par Michèle Sikias 13 janvier 2017 à 9 h 58 Répondre à ce commentaire

meilleurs vœux à tous.
Merci pour cette méditation, ne perdons surtout pas courage, quand on pense bêcher dans l'eau, une lueur se fait entrevoir dans les regards de certain.

Par chantal 11 janvier 2017 à 21 h 35 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous, meilleurs voeux de paix de bonheur, d'avancée en eaux profondes, des voeux de connaitre Jésus, sa parole. Il dit à Philippe "viens et suis moi" Philippe dit à son tour viens et vois à Nathanael. Il y a donc un appel, "viens". Ouvre nos oreilles que nous entendions père. "Je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, ils reconnaissent ma voix..." Viens. appel que l'on entend que se répercute dans le cerveau, dans le gout dans le gustatif, ce viens est rempli de saveur, et déclenche un mouvement d'adhésion du coeur, du corps et un abandon totale une soumission obéissance, un oui d'amour. Viens. Suis moi mouvement des membres. Viens Ensuite à Nathanael Viens et vois. Philippe montre celui qui a de la saveur : " Je suis le sel de la terre et la lumière du monde" Celui qui me suis n'aura jamais faim, celui qui me boit n'aura jamais soif.

Par LONGCHAMPS 11 janvier 2017 à 18 h 27 Répondre à ce commentaire

Ce texte de soeur Marie Monnet est trés beau .il est porteur d'un immense encouragement pour que nous continuons notre pauvre et trop faible chemein a cote de nos enfants et petits enfants .
Souvent je n'ose pas parler, les vacances se terminent ....je n'ai pas dit ce que je voulais dire a l'un a l'autre ,aux grands aux petits .Ca me tue ,je le regrette je me sens tellement nulle
. C est vrai je les crois souvent completement indifferents et en parlant avec eux ,ou atravers ce qu'ils disent , je sens Dieu présent en eux
Merci a soeur Mariie .je vais imprimer son texte pour pouvoir le lire et le relire pour surtout ne pas me decourager lorsque le sousterrain est......long
Un grand merci

Par Brigit naegelen 11 janvier 2017 à 10 h 14 Répondre à ce commentaire

Merci de votre présence qui m'aide beaucoup dans la Foi au Christ

Par Legrand 11 janvier 2017 à 7 h 37 Répondre à ce commentaire

L'Esprit souffle où il veut et les voies du Seigneur sont impénétrables....
Pourquoi vouloir à tout prix que nos proches soient tels que nous le voulons??
Laissons -les vivre et faire leur découvertes et leur chemin, si Dieu les cherche, laissons le temps.....

Par monette 10 janvier 2017 à 23 h 22 Répondre à ce commentaire

Heureuse de vous retrouver soeur Marie. Merci de votre méditation qui me touche personnellement. J'ai eu la chance d'avoir reçu des témoins à différentes époques de ma vie que j'ai su saisir et qu' à mon tour, j'ai tout fait pour les transmettre à d'autres. J'ai cru que le témoin que j'avais passé à mes fils était en de bonnes mains et qu'à leur tour, ils continueraient la course !
Hélas, petit à petit, leurs mains se sont relâchées, la pratique s'est faite de plus rare et ils n'ont pas transmis le témoin à leurs enfants avec assez de vigueur. Eux-mêmes pratiquent occasionnellement... Quant aux arrières-petits-enfants, pas de baptême.
Le 19 Février, je suis invitée pour le premier anniversaire de mon arrière-petite-fille au "baptême républicain" comme ce fut le cas pour son frère trois ans. C'est triste.

Mais je crois quand même que ce qu'on a semé n'est pas perdu et qu'un jour il pourra porter des fruits, comme les plantes du désert, qu'on croyait mortes et qu'il a suffi d'une ondée bienfaisant pour les voir refleurir !

Par Marjeanne 10 janvier 2017 à 22 h 42 Répondre à ce commentaire

Il y a eu un doublon !

Par Marjeanne 10 janvier 2017 à 23 h 02

Merci de votre confiance indéfectible dans le Seigneur et de nous àpprendre à voir Son œuvre envers et contre le pessimisme ambiant..

Par Sowa 10 janvier 2017 à 19 h 23 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Marie Monnet pour cette méditation.
Comme maman, je culpabilise beaucoup de ne pas réussir à transmettre la (ma?) foi à mes enfants. Je sais qu'ils doivent eux même faire l'expérience de la rencontre mais je ne peux m'empêcher de ressentir de la frustration car je n'arrive pas à "déclencher" cette rencontre.
Relire les paroles de Bernadette fait du bien et recadre les choses: " Je suis chargée de vous le dire, je ne suis pas chargée de vous y faire croire. »
Vous écrivez : "Il n’y a pas de pastorale miracle [...]les signes visibles de la foi ne sont pas nécessairement là où on les croit. "
Transmettre le message et rester à sa place, accepter que le mystère de la rencontre n'est pas entre nos mains, mais bien entre celles de Dieu.

Par Bénédicte 10 janvier 2017 à 19 h 05 Répondre à ce commentaire

Oui, il peut y avoir un saut de génération dans la transmission de la foi. L'aînée de nos petits-enfants, 13 ans, a voulu faire sa confirmation et cette année, elle a voulu aller aux scouts d'Europe. Ses parents, dont notre fils, ne s'y sont pas opposés.

Loué soit-tu Seigneur, pour ton action dans nos vies !

Par Martin Maïté 10 janvier 2017 à 18 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci. Cela fait du bien d'entendre que nous ne sommes pas "responsables" des vocations, seul Dieu l'est. J'ai été catéchiste paroissiale de profession de foi et confirmation pendant 38 ans, et coordinatrice pendant les 14 dernières années. Combien de fois des âmes bien pensantes ne m'ont-elles pas demandé si je voyais un "résultat", constatant "qu'on ne les voyait plus à l'église après la cérémonie". Mais je reste encore aujourd'hui persuadée que Dieu peut faire germer un jour ou l'autre toute graine qui a été semée avec amour. Dans ma propre famille, mes petits-enfants ne sont pas baptisés pour diverses raisons liées à l'époque où nous vivons. Mais je sais, je sens qu'ils ont en eux cette semence d'amour, et je demande à Dieu de faire d'eux des êtres humains positifs pour l'humanité. Cela passera-t-il un jour par une pratique religieuse, c'est à Dieu d'en décider, et de quelle façon. Je remercie de tout mon coeur le curé et la paroissienne qui m'ont un jour lancé l'appel.

Par Marthe Léonard 10 janvier 2017 à 15 h 21 Répondre à ce commentaire

Comme cela fait du bien de lire cette méditation ! Dieu nous fait confiance , il nous laisse libre mais dans ce domaine de la transmission tout ne nous appartient pas.

Gardons foi et confiance dans l'avenir.Dieu est et sera là pour toujours !

Par Deffontaines Elisabeth 10 janvier 2017 à 14 h 28 Répondre à ce commentaire

Je suis grand mere moi aussi et comme tant d'autres je n'ai pas su (ou pas pu )transmettre mes "habitudes"chretiennes à mes enfants ...mais je suis fiere quand meme de leur avoir transmis des valeurs de respect , d'ecoute et de tolerance . Le fleuve resurgira peut etre plus fort des profondeurs ...j'en ai l'esperance Pensees positives à tous et toutes

Par buchin domi 10 janvier 2017 à 13 h 12 Répondre à ce commentaire

Re-bon....jour,

Je pense que pour donner envie à nos jeunes de venir à la Messe , de croire , déjà faut commencer par soi-même , montrons des visages de réssuscités , de joies , qu'est-ce qui nous , me fait être comme cela ? que nos églises soient plus gaies , bonne réflexion

Par annie 10 janvier 2017 à 10 h 48 Répondre à ce commentaire

Il n'y a pas de pastorale morale...... Je suis en accord avec cette réflexion.
E t si, je suis interpellée par le fait que 2 de mes petits enfants ne sont pas baptisés!!!!? Je laisse faire le destin de Dieu....
Ils le rencontreront par la façon de voir leurs cousines vivre.
Nous sommes là pour montrer le rayonnement du Seigneur par nos actes.
Merci Soeur Marie pour cette méditation...
Elle me réconforte dans mes "jugements".
UDP
Bonne semaine
martine

Par Bouquin 10 janvier 2017 à 10 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette image parlante des eaux souterraines.

Par contre j'adhère moins quand je lis : "nous sommes tous indignes des conversions, dans le cœur des grands ou des petits, nous ne méritons pas d’avoir des vocations". Cette idée de 'mérite' parce que nous aurions fait, ou plutôt pas fait ceci ou cela, ne contribue-t-elle pas à nous ligoter à un monde ancien où on devrait gagner son paradis par ses mérites, et où la transmission serait affaire de méthode, de catalogue ou de quotas, et que les églises qui se vident sanctionneraient un échec. Après les flux viennent les reflux dans le mouvement de la nature et de la vie !

Oui, les 'Sources' de Dieu sont à l'œuvre de manière invisible, elles sont bien plus puissantes que nos schémas, et ses voies sont impénétrables. Oui parfois "la rivière disparaît puis réapparait". Jésus ne nous demande t-il pas d'avancer au large, c'est à dire dans la profondeur de sa Parole vivante pour recevoir les rayons de son mystère et être ainsi lampadaire qui reflète et diffuse sa lumière par notre présence là où nous sommes.

La joie profonde présente dans la prunelle de nos yeux ne vient-elle pas de ces eaux souterraines à l'œuvre dans nos vies ? Je crois qu'elle est là notre vocation à aimer, qu'elle se déploie dans cette joie de l'espérance présente même dans les jours difficiles, et non pas seulement dans nos mérites. Elle provoque ceux qui en sont témoins qui, à leur tour, deviennent passeurs de joie et de Bonne Nouvelle, et ensemble de génération en génération, nous avançons en simples maillons de la chaine invisible des hommes de bonne volonté.
Bonne année à tous.
Laudate.

Par Laudate 10 janvier 2017 à 7 h 31 Répondre à ce commentaire

Rivières souterraines......J'aime cette idée!

MERCI

Par mic 9 janvier 2017 à 23 h 05 Répondre à ce commentaire

Merci de me redonner espoir dans les générations futures qui manifestent si peu leur foi.

Par Duveau Marie-France 9 janvier 2017 à 21 h 22 Répondre à ce commentaire

Dieu nous prend là où nous sommes, c'est lui qui vient nous rejoindre, qui nous parle de telle façon qu'on arrive à comprendre suffisamment pour poser le premier pas'sans pour autant bien comprendre ce qu'il attend de nous,et encore moins là où il veut amener, . De même il peut entrer dans nos vie a tout moment, à tout âge, le seigneur est notre point de départ, les points d'étape, et le point d'arrivée, dans ma vie, c'est le chemin, c'est lui qui trace,nous transmet, et nous conduit,
Comme les apôtres, écouter ta voix seigneur me dire " viens suis moi" avec confiance, tu est là accompagne moi,je me laisse guidé par toi,c'est toi qui mène ma vie, pour pouvoir a mon tour transmettre ta parole, est vers toi que tend mon coeur.

Une joie de vous retrouvez, vous touse pour quelques jours, car je serai bientôt hospitalisée, que la prière m'aide,a être confiante,dans ce chemin si difficile a suivre seigneur, une très bonne année a vous touse dans l'amour de la parole du christ, et la paix,fraternellement, ...petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 9 janvier 2017 à 20 h 59 Répondre à ce commentaire

Courage Brig ; que la force de votre foi et l'affection de votre entourage vous soutiennent dans cette épreuve
Union de prière

Par mahona 10 janvier 2017 à 9 h 53

Merci, chère Brig, oui, nous continuons à prier avec vous, restons dans la confiance!

Par MARIE 10 janvier 2017 à 14 h 08

Merci Mahona, pour votre soutien fraternellement

Par brig 10 janvier 2017 à 14 h 10

Chère Brig,

Merci pour ce merveilleux témoignage de Foi, merci pour vos voeux à l'occasion de cette nouvelle année 2017.
Quand vous serez hospitalisée je resterai unie à vous par mes prières quotidiennes. Que votre Foi vous aide à surmonter toutes vos épreuves. Je serai chaque jour de tout coeur avec vous, dans les moments de doute ou d'espoir mais surtout dans la Paix en Jésus - Christ.

Puissiez vous faire confiance à Dieu notre Père quel que soit le chemin qu'il faudra suivre.

En union de prières.
Lise.

Par Lise 10 janvier 2017 à 17 h 42

Heureuse de vous retrouver soeur Marie. Merci de votre méditation qui me touche personnellement. J'ai eu la chance d'avoir reçu des témoins à différentes époques de ma vie que j'ai su saisir et qu' à mon tour, j'ai tout fait pour les transmettre à d'autres. J'ai cru que le témoin que j'avais passé à mes fils était en de bonnes mains et qu'à leur tour, ils continueraient la course !
Hélas, petit à petit, leurs mains se sont relâchées, la pratique s'est faite de plus rare et ils n'ont pas transmis le témoin à leurs enfants avec assez de vigueur. Eux-mêmes pratiquent occasionnellement... Quant aux arrières-petits-enfants, pas de baptême.
Le 19 Février, je suis invitée pour le premier anniversaire de mon arrière-petite-fille au "baptême républicain" comme ce fut le cas pour son frère trois ans. C'est triste.

Mais je crois quand même que ce qu'on a semé n'est pas perdu et qu'un jour il pourra porter des fruits, comme les plantes du désert, qu'on croyait mortes et qu'il a suffi d'une ondée bienfaisant pour les voir refleurir !

Par Marjeanne 10 janvier 2017 à 22 h 46

Chère et courageuse Brig, je vous porte dans ma prière et vous dis toute l'affection que j'ai pour vous, toute l'admiration pour votre foi; chère petite serviteur de la miséricorde.

Que notre Dieu miséricordieux vous accompagne dans votre épreuve et vous console.

Qu'il vous garde et vous bénisse !

Je vous embrasse

Marie Jeanne

Par Marjeanne 10 janvier 2017 à 22 h 59

Merci Marjeanne, pour toute vos intentions de prière, je les porterai touse avec moi ,demain, mais là premier chose que je fait,c'est d'aller retrouver dans la clinique, ma petite chapelle, est la aux pied de Marie, est de jésus je dépose mon fardeaux, est je repars en paix un coeur rempli d'espoir, je vous embrasse fraternellement

Par Brig 11 janvier 2017 à 14 h 25

j'ai beaucoup aimé cette méditation qui me tranquillise, m'encourage et me met en plein dans l'espérance. Grand merci à Sr Marie Monnet

Par Marie-Thérèse Pillonel 9 janvier 2017 à 20 h 42 Répondre à ce commentaire

Dieu notre Père, par ce temps de Noël que nous venons de vivre, par ton Fils Jésus qui réveille nos cœurs, par la lumière qu’Il y a laissée, soyons comme les premiers apôtres, porteurs de Ta flamme. Levons-nous, Il nous appelle : Il appelle chacun de nous : » Viens, suis-moi »- « Je suis le chemin de la Vérité »- « viens et vois » .....
Si nous sommes là, tous ensembles, c’est que nous avons soif de Toi, que nous voulons vivre de Toi et te partager avec nos Frères qui ne savent pas que TU ES. Hélas, nous sommes pauvres et négligents, Ta source, Seigneur, ne se tarira pas car tu nous aimes ! elle glisse doucement sous les pas de notre génération qui ne découvrira sa pauvreté que lorsque ton Eau jaillira à nouveau devant les pas de nos enfants.
Seigneur donnes-nous ta Miséricorde car Tu es Miséricorde ............... et nous sommes devant Toi en toute humilité

Par Marie-Madeleine 9 janvier 2017 à 20 h 32 Répondre à ce commentaire

Certains suivent le christ sans le savoir. Les athées, juifs, musulmans et bouddhistes sont autant humanistes que les chrétiens. Alors pourquoi le Christ ne serait il pas en eux sans qu'ils le sachent ?
La foi peut être en effet souterraine, se voir, mais jamais se verbaliser. Il suffit peut être de regarder autour de nous, de se réveiller et d'accepter la multitude de chemins pris par les uns et les autres.
J'ai souvent en tête cette chanson des amants de Landerneau chantée par un Brassens certainement pas si athée que ca "c'est une larme au fond des yeux qui lui valut les cieux".
De braves gens ne vont jamais à l'église, n'intègrent ni la résurrection qui est le coeur de la foi chrétienne, ainsi que l'eucharistie, mais en sont ils pour autant exclus ?
Je pense sincèrement que le noeud que le christ veut dénouer ne peut se faire qu'à travers l'Amour, le Vrai, et que celui ci passe par des sentes qui nous sont parfois inconnues.

Par Blandine 9 janvier 2017 à 19 h 33 Répondre à ce commentaire

Ce texte me donne espoir pour mes petits-enfants mais qu'est-ce qu'on a fait pour que nos enfants décrochent . Qui suis-je et quel est mon pouvoir envers mes proches et ma communauté? Je prie fort pour que la petite graine que j'ai bien voulue implanter dans le coeur de mes enfants perse un jour le sol arride et qu'ils voient la lumière du Seigneur.

Merci pour vos textes et vos méditations de tous les jours.

Par Denise Moffatt 9 janvier 2017 à 19 h 04 Répondre à ce commentaire

J'aimerais vous faire part de quelques réflexions venant de moines bénédictins (pardon Sœur Marie) à propos de la crise des vocations et de la foi dans notre société, en particulier chez les jeunes : "La formation monastique traverse une crise profonde...... Elle se situe dans une crise de société qui exerce des pressions inadmissibles sur les jeunes (théorie du gender, sexualité, absence de toutes contraintes, refus de références stables, etc...).Nous ne devons pas perdre cette réalité de vue...... La formation chrétienne religieuse ou monastique pour s'adapter à cette "génération smartphone" doit et devra de plus en plus tenir compte des conditions dans lesquelles vivent nos jeunes....Il n'y a pas qu'une seule manière de faire......En nous appuyant sur une foi vivante et sur la solide expérience de ceux qui nous ont précédés, Dieu bénira nos efforts et nous en récolterons les fruits, comme une grâce". Il est très juste, comme l'écrit Sœur Marie, que la foi n'est pas toujours facile à identifier et que les signes visibles de la foi ne sont pas nécessairement où on les croit. Chacun, à sa place, peut transmettre des éléments de sa foi à sa manière et peut avoir une influence, même modeste dans son entourage familial, professionnel, relationnel.
Je ne partage pas votre affirmation sœur Marie quand vous écrivez "on ne produit rien". Certes vous ne produisez sans doute rien de "matériel" mais vous produisez des remous, des questionnements, des adhésions par la parole ou par l'écrit. La parole, l'écriture sont des forces puissantes sur les esprits. Les mots entrent dans notre esprit parfois inconsciemment, laissent des traces et ressurgissent de façon imprévue. Que l'Esprit Saint nous inspire les mots et/ou les gestes pour essayer de dire l'amour et la miséricorde de Dieu.

Par mahona 9 janvier 2017 à 19 h 01 Répondre à ce commentaire

Nous devons parler de Dieu à nos enfants mais nous devons aussi parler de nos enfants à Dieu.

Par Pierre de Bruxelles 9 janvier 2017 à 18 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci Pierre de ce commentaire. Je suis d'accord avec vous.

Par Sonia 9 janvier 2017 à 21 h 11

Oui, merci, Pierre, présentons nos enfants et nos familles à Dieu!

Par MARIE 10 janvier 2017 à 14 h 04

Merci sœur Marie pour ce message plein d'espoir. C'est réconfortant .

Par MarieB 9 janvier 2017 à 18 h 45 Répondre à ce commentaire

Quelle joie j'ai ressenti en écoutant la méditation de ce matin! C'est tellement ce que je pense : la nécessité d'une rencontre personnelle avec le Ressuscité. C'est ce que j'espère pour nos enfants et petits enfants (du moins pour ceux qui n'ont pas encore fait cette rencontre) et je prie dans ce sens. Mais peut-on réellement savoir ce qui se passe dans les cœurs? C'est du domaine de l'indicible, c'est une histoire entre le Seigneur et la personne. De toute façon, je ne suis pas trop inquiète en voyant vivre nos petits: ils sont sains moralement (en attendant de devenir "saints" peut-être!), et pratiquent les valeurs de l'Evangile, même sans en avoir conscience. Je fais confiance au Seigneur, lui qui lit dans les cœurs de ses enfants!
Et comme le dit Sœur Marie: "les signes visibles de la foi ne sont pas nécessairement là où on les croit".

Par Mamoune 9 janvier 2017 à 18 h 26 Répondre à ce commentaire

Quelle belle image que celle de la résurgence ; jusqu'à présent je n'utilisait que celle du semeur qui ne voit pas lever ce qu'il a semé. Je vais la partager avec mon groupe de prière des grands-parents jeudi prochain.

Par Mamie 92 9 janvier 2017 à 18 h 19 Répondre à ce commentaire

merci pour cette méditation
j'ai tendance à désespérer du peu de Foi de mes enfants surtout quand je vois que jamais ils ne parlent de Dieu à leurs enfants. Comment faire, quand j'essaie de leur parler, ils rient. De vous entendre parler de la "résurgence" m'a fait du bien, mes prières feront un jour de l'effet

Par Vansteenkiste Claudine 9 janvier 2017 à 17 h 54 Répondre à ce commentaire

saurions nous reconnaître en ce temps les signes du Seigneur : Merci Seigneur pour tout ce que tu fais pour nous tous.

Bénis nos Soeurs et Prêtres, chargés de nous aider dans nos cheminements.

Faits Seigneur, grandir en nous la foi.

Par LALUNG Julie 9 janvier 2017 à 17 h 54 Répondre à ce commentaire

Merci, Sœur Marie, pour cette très belle manière de respecter et de valoriser tout cheminement de bonne foi, qui n'est pas nécessairement la voie de la foi "officielle". N'oublions pas le bon larron, sachons apprécier le publicain dénigré par le pharisien, mais sans prétendre à un brevet de sainteté en nous vantant d'adopter l'attitude du publicain...
Heureux de retrouver tous ces échanges qui interpellent !

Par Bernard (Bruxelles) 9 janvier 2017 à 17 h 50 Répondre à ce commentaire

Merci de tout cœur, Soeur Marie.
Arrière-grand -mère, je dis comme Marie-Christine.JE ne perds donc pas espoir pour nos enfants.
I.Virginie

Par I.Virginie 9 janvier 2017 à 17 h 49 Répondre à ce commentaire

Merci. Je ne perds donc pas espoir pour mes enfants !

Par Marie-Christine 9 janvier 2017 à 17 h 29 Répondre à ce commentaire

Le Seigneur nous comble TOUS de ses grâces …..
Il pleut des grâces , car les portes du ciel sont ouvertes à nous tous ….
Ouvrons nos yeux pour bien les VOIR …..
Préparons notre cœur à bien les RECEVOIR …..
La Foi est une grâce RELATIVE & GRATUITE qui nous est offerte …..
Aide –nous Seigneur à L’ACCEPTER ….
Montre – nous Seigneur comment la VIVRE ….
Facilite - nous Ton chemin qui mène à la lumière ,
Apprends – nous à bien aimer , COMME Tu nous a aimés …
& Donne –nous la Paix !!!!
Grand merci sœur Marie pour votre sublime méditation
&
Bonne année 2017 & meilleurs vœux à nous tous !!!

Par Najoi 9 janvier 2017 à 17 h 21 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire plein d'espérance . La rencontre ne nous appartient pas et l'image de la rivière souterraine est très parlante. C'est mon arrière-grand-mère qui était très croyante...et moquée par le reste de sa famille pour sa "crédulité"!

Par Pézerat Sabine 9 janvier 2017 à 17 h 05 Répondre à ce commentaire

"On accueille, on accompagne, on s'efface". Merci, sœur Marie pour votre méditation qui nous "porte"!

Pour rassurer les nombreux parents et grands parents qui se désolent, rendons témoignage, la graine semée ne meurt pas: maman a fait jusqu'à un âge avancé le catéchisme dans son quartier, connaissant et accueillant dans son petit logement avec amour et patience, si bien que souvent elle aidait même aux devoirs.
Un jour, des années après, elle reçoit un coup de fil d'une ancienne fillette du caté devenue maman à son tour, qui lui demandait si elle pouvait lui chanter certains chants du caté pour son enfant, et voulait transmettre à son tour. On pourrait citer de nombreux exemples similaires. Souvent longtemps après avoir essayé modestement de transmettre, nous avons la joie de constater que notre témoignage, grâce à Dieu, grâce à l'Esprit saint, donne du fruit.

Merci, Seigneur, pour les petit signes que Tu mets sur nos routes, et qui nous aident à partager Ta Parole et à en vivre quotidiennement!
Ouvre nos yeux pour que nous sachions les voir! Amen.

Par MARIE 9 janvier 2017 à 16 h 43 Répondre à ce commentaire

Ne dit-on pas que c'est Dieu , qui arrose !
Donc c'est par Lui que la foi devient témoignage , qu'un tel et autres se disent Chrétiens , c'est bien
mais en gardant dans ces actes de témoignages , le respect des uns et des autres , Jésus dans le se
faire baptiser par Jean le Batiste , le fait afin que nous soyons non seulement purifier pour nos corps ,
mais surtout dans l'Esprit , le transmettre ne demande que celui de notre persévérance , pour ce qui est
de nos enfants et amis , parents , laissons -leur leur libre arbitre , puisque nous les aimons , puisque dans
les assemblées nous prions , faisons confiance au Seigneur , car ils sont nombreux sous le figuier ...
Pour ce qui est de l'Eglise , que Jésus voulait pure et sans tache , il me semble bon de rappeler que
recevoir La Paix du Christ , n'est pas d'aller regarder la paille dans l 'oeil de son voisin , et autres , parler
de nouvelle naissance ? juger ...croire que ... Moi je pense que tous nous sommes sans cesse dans ces
besoins que l'église met à notre dispositions , Les Sacrements . En n'oubliant pas que c'est Une Maison
de prière , qui est là édifiée pour nous consolider , nous fortifier , nous instruire les uns les autres .Marre
d'entendre parler de nouvelle naissance , en mettant l'église en marge .Le Credo ne peut être assimiler
sans ce Je crois à l'église sainte apostolique , car bien des saints et saintes en mourant ont laissés leurs
oeuvres qui encore profitent selon les diverses réalités de toutes les catégories qui peuvent être non seulement
un cadeau , mais un moyen de conversion . Nouvelle naissance sans cela est loin de s'apparenter à l'humilité ,
attention donc de ne pas aller au 7 ciel et de retomber très très bas . Car l'édification mutuelle , le soutien , c'est
faire preuve de fidélité , persévérance , je dirais d'endurance malgré les temps présents . Nos enfants ?
Un jour viendra , ils se souviendrons de cela , dans cet amour simple mais vrai , ils pourront à leur tour , CHOISIR,
de venir , de faire , selon leur développement spirituel , de découvrir , ce que Le Baptême leur réserve ...
N'oubliez pas : je peux tout à celui qui me rends fort . L'adoration du Très Saint Sacrement est une force , l'Ostie
Consacrée ...Mais c'est aussi pour ne pas s'appuyer sur notre propre sagesse .On le sait , le pouvoir , le j'ai reçu ,
le ceci est cela , est loin d'être comme Jésus , qui pur se laisse baptiser pour nous remettre sans cesse sur Son
Chemin .Ne culpabilisons pas pour nos enfants , remettons les au Seigneur . Nouvelle naissance , charismes ?
Oui , mais sans amour ....Avec: même une petite Marguerite offerte de tout notre coeur , fait des miracles .La foi
ne demande que d'être aimée , et d'être donnée gratuitement ...Soyez vigilants avec ces nouvelles naissances , qui
peu à peu font de l'église , pour certains illuminés , une image autre que familiale ...qui se donne aussi au dehors
simplement humainement , visiblement , invisiblement , toutes catégories comprises , mais la mode de chaque siècles
en est là .La foi reste invariable , elle croit tout , aime tout , respecte tous . Merci soeur Marie Monnet , suis de très mauvaise humeur , avec ces nouvelles naissances , qui bouscule tout , casse tout , savent tout , ect ect ect . Le cierge
Pascal est sans nul doute plus éloquent que ce que j ' essaie de transmettre .Heureux ceux qui meurent dans le Seigneur .

Par fred 9 janvier 2017 à 16 h 15 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce texte.
Je suis grand mère et je porte cette blessure car j'ai le sentiment de n'avoir pas su éveiller à la foi mes enfants et encore moins mes petits enfants.
J'avais oublié ces mots de Bernadette "Je suis seulement chargée de vous le dire".
Merci de me les avoir rappelés.
Michelle

Par Michelle 9 janvier 2017 à 15 h 59 Répondre à ce commentaire

Merci Sœur Marie Monnet de nous donner cette parole d'espérance : " les signes visibles de la foi ne sont pas nécessairement là où on les croit ". Que cette espérance nous porte à transmettre le feu de la Parole aimante du Seigneur. En UDP avec toutes et tous en ce début d'année.

Par Jean-Louis 9 janvier 2017 à 15 h 59 Répondre à ce commentaire

Les grands-parents eux-mêmes vivent comme des paiens, en tous les cas, plusieurs d'entre eux...
Salut!

Par Claude Lachance 9 janvier 2017 à 15 h 47 Répondre à ce commentaire

Un grand merci à vous, Soeur Marie Monnet ; votre subtile méditation a réconforté mon coeur d'épouse et de mère, inquiète
pour les membres de son foyer... Je me dois de veiller "sur le grain", certes, mais tout abandonner entre les mains de Notre
Seigneur ! Et, comme disait notre petite Thérèse de Lisieux :-"Ne nous lassons pas de prier... la confiance fait des miracles!!!".
En union de prières,
Amen.
Guillemette

Par Guillemette 9 janvier 2017 à 15 h 17 Répondre à ce commentaire

C'est surtout le texte accompagnateur que j'ai envie de commenter ! Un très grand merci, car je fais, hélas, partie de ces grands-parents et parents qui sur ses quatre enfants , pas un seul ne pratique et sur les sept petits-enfants trois seulement sont baptisés et ne pratiquent ni ne reçoivent aucune lumière...j'aime beaucoup l'image de la rivière souterraine... je reprends espoir et me ressource en préparant un jeune adulte au baptème; merci de nous rappeler qu'il faut toujours espérer!

Par grenaudier 9 janvier 2017 à 14 h 59 Répondre à ce commentaire

"De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon? "
Nous savons ce qu'il en est sorti....
OUI, l'Espérance est plus qu'un vague espoir, elle est à vivre au jour le jour au travers de toutes les indifférences et agressivités, c'est notre richesse, j'en suis persuadée, même si je ne suis pas toujours en capacité de le vivre pleinement. Dieu écrit droit avec des lignes courbes (citation approximative..), c'est là que s'exerce la foi-confiance, ce n'est pas de l'ordre d'une croyance teintée de magie qui s'évanouit à la première difficulté.
Il est urgent d'annoncer la Bonne Nouvelle, c'est à dire l'Evangile, c'est à dire Jésus-Christ lui-même non pas par des discours , mais en l'incarnant dans nos vies.
Je suis persuadée que seul ce témoignage vivant touche les coeurs .Et je suis aussi persuadée que l'Esprit-Saint est à l'oeuvre dans ce monde et dans toutes les personnes "de bonne volonté", chrétiennes ou pas, croyantes ou pas. Notre contexte matérialiste ne pousse pas à la transcendance, mais je crois que l'homme ne vit pas seulement de pain et de jeux...
l'Eglise de pierres vivantes doit redonner le goût de l'Autre aux autres, il me semble que notre pape François nous pousse vers cette Joie.Elle peut être très contagieuse.
Alors oui, on peut être très triste de ce que nos enfants ou petits enfants soient en dehors de cette Joie profonde, mais il nous appartient de toujours en vivre pour pouvoir continuer à en témoigner, c'est Dieu qui sème à travers nous. C'est encore lui qui vient à la rencontre de chacun , nous ne sommes que de "facilitateurs" de cette rencontre, là est notre responsabilité être une "brindille allumée", vivre l'Amour plutôt que d'en parler(exclusivement...)Mais la foi en Dieu est concomitante à la foi en L'homme, alors avançons dans la confiance là où nous vivons.
C'est un "commandement -conseil" que je me donne souvent...dans cette marche vers toujours "plus de Vie"

Par Béatrice S 9 janvier 2017 à 14 h 43 Répondre à ce commentaire

Vous avez raison, nous sommes des messagers il faut en parler, mais nous ne pouvons obliger personne à croire. Tel est mon cas, mon père m'a rabattu les oreilles avec Dieu dans ma jeunesse et j'ai fais tout le contraire, la délinquance, la drogue , le sexe et les bars. Un jour j'étais rendu au bord du désespoir et j'ai provoquer Dieu en direct en lui criant si c,est vrai que tu existe sauve moi ou je me suicide je n,en peux plus, à l'instant j'ai senti en moi une présence et j'ai cru que oui il était là présent pour moi. Alors j'ai voulu le connaître et je me suis mise à lire sur lui sur sa vie et j'ai rencontré des gens pratiquant qui m'ont parlé de lui. et maintenant je lui parle tous les jours comme à un ami, je le remercie, je lui demande conseil et quelques fois je lui dit que ta volonté soit faites et jamais il ne m'a trompé. Maintenant je sais que rien sur cette terre nous appartient, nous ne sommes que de passage pour apprendre à aimer et pardonner et que quand nous mourrons nous retournerons à la source d'Amour qui nous à créée.

Par Diane Boutin 9 janvier 2017 à 14 h 38 Répondre à ce commentaire

"Retourner à la source d'Amour qui nous a créés" : quelle jolie phrase et quelle belle perspective. Merci Diane Boutin de nous faire partager cette espérance en ce début d'année.

Par mahona 9 janvier 2017 à 14 h 55

Merci a vous Diane pour votre témoignage et votre foi. Oui, il faut une rencontre, et vous l'avez eu, car, dans votre détresse vous avez criez vers Lui... Il était tout près de vous Diane et Il n'attendait que çà.
Oui, Dieu existe et il nous aime. Louange à Lui. JFL

Par JFL 9 janvier 2017 à 16 h 54

Lorsque l'on dit que l'évangile est toujours d'actualité voila un très bel exemple. Merci de si bien vulgarisé l'Évangile

Par André Larouche 9 janvier 2017 à 14 h 10 Répondre à ce commentaire

Comme je suis heureuse et remplie de joie de pouvoir entendre Marche dans la bible, qui m'apporte tellement et m'aide à connaître de plus en plus notre MAÎTRE le Seigneur par ces prières et ses Évangiles magnifiquement bien lus et facile à comprendre. Merci Marquita.

Par Brignone Marquita 9 janvier 2017 à 13 h 25 Répondre à ce commentaire

Merci! Pour cette belle méditation, l'importance de la rencontre, comme c'est vrai....témoigner accompagner, s'effacer...Les signes visibles de la foi ne sont pas nécessairement là où on les croît.
Voilà ce qui me fera méditer aujourd'hui donner du temps au temps...faire confiance...bonne journée

Par Lisette 9 janvier 2017 à 13 h 17 Répondre à ce commentaire

merci soeur marie ,trés belle méditation pleine d'espoir à l'image de bernadette trés réconfortante,continuez a nous raviver de vos textes , cordialement

Par redzia 9 janvier 2017 à 12 h 50 Répondre à ce commentaire

Oui,il est primordial d'avoir confiance en Dieu. L'Espérance doit être plus forte que ma culpabilité de n'avoir pas su transmettre la foi ã mes enfants. L'image de la rivière souterraine me plaît beaucoup. Un jour le Seigneur resurgira dans leur vie. Merci ma Soeur pour votre méditation pleine de Vie. Jeanne

Par de Laubier 9 janvier 2017 à 12 h 37 Répondre à ce commentaire

Merci Marie, pour votre langage direct, décontracté et responsable.
Préparons le terrain.
Accompagnons Bernadette de Lourdes avec humilité, discrétion et confiance, jusqu'à la prochaine résurgence !

Par Lucas b. 9 janvier 2017 à 12 h 19 Répondre à ce commentaire

Parents, notre désolation d'être tellement peu témoins de cette Présence qui ns anime, d'avoir l'impression de ne pas savoir transmettre, de ne pas déceler les traces de cette éducation ds l'attitude de nos enfants. Mais avons-ns seulement accès à une parcelle de ce coeur intime qui conduit au Père. Merci très chère Soeur pr ce parfum d'espoir que dépose votre méditation ds notre désolation.

Par Michel Mulquet 9 janvier 2017 à 12 h 08 Répondre à ce commentaire

Soeur Marie Monet,

Je tiens à vous dire que j'apprécie énormément vos textes, car ils sont à la fois profonds et concrets. Car je n'aime pas les paraphrases, etc... Je me sens proche de votre façon de voir et sentir. J'aime voir l'essentiel, ce qui fait vivre et nous essayons de vivre de l'Esprit du Seigneur ressuscité, n'est-ce pas? Grand merci.

Par Catherine 9 janvier 2017 à 11 h 59 Répondre à ce commentaire

Chère soeur Marie Monnet,
Merci pour ce message d'espoir.

Par Bernadette 9 janvier 2017 à 11 h 42 Répondre à ce commentaire

Merci pour ces mots pleins d'espérance....

Par Valois Bénédicte 9 janvier 2017 à 11 h 32 Répondre à ce commentaire

Merci .... belle et bonne analyse .... c'est vrai , nos enfants et petits enfants (pas toujours mais souvent) nous déçoivent quand à la manifestation de leur foi et de leur participation à la vie chrétienne autour d'eux.
La foi se cache sans doute dans des manifestations qui ne sont pas celles que nos parents nous ont inculquées et que nous avons "gobbées", enfin acceptées en bons enfants des années 40 à 70..... entourés d'une société beaucoup moins agressive et permissive que de nos jours ...avec des prêtres , des petites sœurs , des écoles de vie chrétienne (Scoutisme, cœur vaillant,
et autres démarches formatrices et exigeantes ).....
mais cependant , un petit coup de pouce de notre seigneur ou de la vierge marie ou du saint esprit etc etc , serait réellement le bienvenu car nous mêmes perdons de la vitesse ??? (voir les assistances aux messes un peu partout...nombre et vieillissement..)...car en face de cette faiblesse de plus en plus apparente , se dresse l'Islam qui rejette le christianisme violemment et surement ,gagne du terrain même chez les jeunes....nous ne sommes pas certains que notre église prenne bien conscience du danger .. eux sont beaucoup plus directifs et appellent un chat un chat et ordonnent les démarches et modes de vie...Merci encore de nous envoyer un petit rayon de soleil d'espoir...nous sommes désenparés et quand même disons le découragés..il s'agit de nos enfants et petits enfants tout de même , pas de X générations après nous...prions très fort pour que Notre seigneur nous entende et nous envoie son aide

Par bernard Grillot 9 janvier 2017 à 11 h 29 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Marie pour cette méditation. Il est vrai qu'elle réconforte en indiquant nos limites, à l'image de Bernardette de Lourdes. Et pourtant, comment ne pas souffrir de ce qui nos semble une "perte en ligne" pour nos petits-enfants ?

Par Patrice Dunoyer de Segonzac 9 janvier 2017 à 11 h 29 Répondre à ce commentaire

Quelle paix cette méditation m'apporte ce matin! MERCI Sœur Marie!
Au lieu de marcher courbée sous le poids de la culpabilité de ne pas savoir transmettre ma foi à ceux qui me sont chers, je peux commencer l'année nouvelle digne et heureuse d'être Enfant de Dieu, d'être sa servante humblement. C'est un si grand privilège!
Je garderai dans mon cœur la précieuse petite phrase de Bernadette de Soubirou . Elle remet bien les choses à leur place.

Par Chantal 9 janvier 2017 à 11 h 12 Répondre à ce commentaire

une méditation simple, que je peux faire mienne, faisant confiance à l' Esprit Saint et aussi à la Communion des Saints. Merci!

Par anne marie Barreau 9 janvier 2017 à 11 h 05 Répondre à ce commentaire

oui, c'est vrai ce que vos dites; je l'avais oublié,; merci de nous le rappeler et je gardons confiance... bonne journée à vous et à toute vos équipes....

Par Claudemarie 9 janvier 2017 à 11 h 01 Répondre à ce commentaire

Bravo pour cette meditation à laquelle j'adhère en grande partie. La foi n'est pas forcément la ou on le croit.

Par Blandineb 9 janvier 2017 à 10 h 59 Répondre à ce commentaire

Merci Soeur Marie pour cette belle méditation.

On ne peut pas transmettre la foi on ne peut que la proposer .

Par Françoise 9 janvier 2017 à 10 h 54 Répondre à ce commentaire

Sœur Marie,
Sœur Marie, Merci. Par ce commentaire vous mettez un peu nos pendules à l'heure. Nous culpabilisons parfois de ne pas avoir d'impact sur nos petits. C'est un manque de confiance et un peu d'orgueil. Le Seigneur nous demande de travailler dans sa vigne. Il ne nous rend pas responsable de la qualité du vin. La vinification c'est son domaine. Alors faisons notre travail avec beaucoup d'amour. Pour le reste, le Seigneur saura y faire et Il le fera! Jean-Marie.

Par Wack Jean-Marie 9 janvier 2017 à 10 h 30 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette belle méditation qui réconforte . Oui je pense toujours qu'un jour mes enfants ,petits enfants,frères et soeur seront touchés par l'Esprit Saint ,reconnaitront Dieu .

Par Marguerite 9 janvier 2017 à 10 h 22 Répondre à ce commentaire

Merci pour le mot et l'image de la résurgence qui sonne comme espérance ce matin

Par andree 9 janvier 2017 à 10 h 21 Répondre à ce commentaire

Oui, c'est vrai, il faut rencontrer Jésus. Le père de Foucault n'a fait aucune conversion...A-il cherché à en faire ? Ou a-t-il admiré et respecté la foi qu'il rencontrait ? Il n'a eu aucun disciple de son vivant...Mais quelle moisson ensuite !
N'est-il (avec d'autres) à l'origine de nos évolutions de pensée: voir le positif de chacun et le respecter, tout en témoignant clairement de notre foi ceci dans l'amour. N'oublions pas que c'est le témoignage de foi des musulmans qui l'a amemé à changer de vie et à se convertir.
Dans les incroyants que nous rencontrons, n'y a-t-il pas beaucoup de choses à admirer ? Beaucoup d'exemples pour nous convertir ?

Par ninon 9 janvier 2017 à 10 h 19 Répondre à ce commentaire

L'image de la transmission du témoin est bienvenue : elle se situe dans la ligne symbolique de la course que Paul reprend à plusieurs reprises (2Th III, 1 ; 2Tm IV, 7 ; Ph III, 12) . Mais, cette course, où mène-t-elle ? Si elle aboutit dans nos églises, elle est vaine : les églises ne sont, sur le trajet, que les stands de ravitaillement (si je puis dire). Est chrétien non pas celui qui croit à des dogmes (souvent discutables, hélas) ou qui va à la messe, voire se lève la nuit pour des "adorations" comme on aime désormais à les multiplier, mais celui qui, en actes, respecte le seul commandement laissé par Jésus, "aimez-vous les uns les autres" (Jn XIII, 34) et exerce généreusement le seul pouvoir qu'il nous ait conféré, "pardonner" (Mt XVI, 19 qui ne s'applique évidemment pas seulement à Pierre comme le montre Mt IX, 8)... Même si celui qui agit ainsi se croit athée, il appartient à l'Eglise du Christ telle que notre Seigneur veut se la construire (Mt XVI, 18) et non pas telle que nous nous entêtons à vouloir la construire ! Si nous nous disons chrétiens mais n'agissons pas ainsi, nous sommes hors de l'Eglise : Augustin d'Hippone l'a écrit voici bien longtemps, "Beaucoup se croient dedans qui sont dehors et beaucoup se croient dehors qui sont dedans". Mt XXV, 31 & ss. confirme et donne matière à nous interroger, non sans une certaine inquiétude !

Par Romain 9 janvier 2017 à 10 h 12 Répondre à ce commentaire

Ton approche,Romain, me semble tout à fait conforme à l'attente de nombreux chrétiens nouveaux ou re-naissants,ou re-commençants.C'est la justesse de la Parole de Dieu,celle qui touche le croyant,celle qui comme un torrent va l'entrainer vers la Foi.L'exemplarité de celui qui dit et fait est essentielle.Sœur Marie nous expose toute la force du Signe de Vérité qui illumine l'incroyant.Les brindilles vont bruler alors au même feu de L'Esprit saint.Ce feu c'est celui de l'Amour divin,la Miséricorde.Cet amour commence par savoir s'aimer soi-même pour bien assurer et nettoyer le Royaume de Dieu qui nous est offert par le Père et son Fils bien aimé.Ce Royaume, qui est notre, engage notre responsabilité dans le chemin de Foi.La liberté de notre parcours conduit, par la Crainte de Dieu, à cette liberté d'appréhension de la Parole en l'adaptant à chaque situation personnelle.La Prière,la Méditation et la participation fraternelle avec la communauté chrétienne aident à cette transmission par l'évangélisation bien vécue qui est notre mission. C'est ici que résonnent les paroles de St Augustin citées par Romain.Je partage sa conclusion et le remercie pour sa contribution très riche. Merci aussi à cette belle méditation de Sœur Marie

Par GERARD 9 janvier 2017 à 11 h 00

Merci soeur Marie pour votre méditation remplie d'affection. Je la reçois comme une lettre pour m'inviter, en couple, en famille donc en Eglise à une année avec Dieu.

Par Michel 9 janvier 2017 à 10 h 09 Répondre à ce commentaire

Soeur Marie Monnet, pourriez vous expliquer : "Nous ne produisons rien"

Est ce dire sans Dieu ? Nous mettons juste Dieu en relation avec les hommes et femmes qui souffrent quand nous prions?
Merci d'avance pour votre réponse.

Par B 9 janvier 2017 à 10 h 05 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Marie pour votre meditation
Cela me fait du bien car en regardant bien même si nos enfants et petits enfants
Ne vont pas à la messe pas catéchisme et meme qqs un pas encore le baptême
Il y a des petites pépites de bon chez eux et c est l Esprit Saint qui fait tout .

Par Marie-guy 9 janvier 2017 à 10 h 01 Répondre à ce commentaire

Merci Sœur Marie pour votre si beau témoignage! Grand bonheur de vous retrouver tous ce matin pour "marcher ensemble dans la Bible" si bien guidés par nos chers dominicains et dominicaines!
Ce mot de résurgence me donne espoir pour cette dure expérience de voir nos enfants et petits enfants éloignés et indifférents à la Foi...
Meilleurs vœux à vous tous pour une année 2017 avec l'ESPERANCE au cœur et PRIONS de tout notre cœur comme Bernadette qui est restée tellement confiante et humble!
Odile A

Par Odile A 9 janvier 2017 à 9 h 55 Répondre à ce commentaire

Eh bien, personnellement, avec toute notre bande de onze petits-enfants, certains jeunes adultes ! je ne m'inquiète de rien, je me contente de "vivre" sous leurs yeux. La rencontre avec le Christ est particulière à chacune et je serais bien téméraire si j'affirmais que nul d'entre eux, ne l'ait rencontré un jour.
Ils savent que je prie pour eux, ils connaissent mes engagements et surtout le respect que je leur témoigne lorsqu'ils ont des paroles vives, vives comme eux-mêmes sont vifs dans leur corps.
Pour le repas de Noël, nos enfants m'ont demandé de bénir la table, comme chaque année, cette année j'était plus frileuse... et puis l'Esprit Saint m'a donné les paroles, le thème, ce fut court et, cependant, en se rasseyant j'ai entendu "très bien".
Voir tous ces grands se lever et avoir une attitude écoutante m'a beaucoup émue.
Je crois fermement à la transmission non par les paroles mais par le témoignage de nos vies.
Bonne année à tous... demeurons dans la sainte et douce nostalgie de Dieu (Pape François)

Par anne-claire 9 janvier 2017 à 9 h 53 Répondre à ce commentaire

Les croyants voudraient que les autres croient en leur Dieu et leur transmettre leur foi, mais quelle foi?!...
peut-être qu'il faut montrer un peu plus de foi en l'avenir, de la terre et des hommes, quoi qu'il se passe, et pas seulement crier et pleurer: "oh mon Dieu oh mon Dieu, le monde va mal, les hommes ne croient plus en toi..."
N'oublions pas que Jesus a confié les fondations de son Eglise a un pêcheur qui l'a renié, et n'était même pas capable de veiller un peu et de prier avant l'agonie de son Seigneur...
Et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères...
Je ne sais pas si j'ai rencontré Jesus. Mais j'ai rencontré un jour l'injustice et l'impuissance, et je me suis révoltée. C'était le pot de fer contre le pot de terre. J'ai fini par plier... j'aurais pu rompre.... A terre, j'ai fini par m'assoir, et j'ai découvert la Paix miséricordieuse, ou la Paix de la Miséricorde.. Elle peut parfois passer pour ou par de l'indifférence, de l'égoïsme,de la dureté.

Par & 9 janvier 2017 à 9 h 52 Répondre à ce commentaire

Cela donnée un peu d espoir car Fitch est dur de voir nos petits enfants indifférents quand on parle de Dieu ou alors je ne sais pas trouver les mots

Par Garcin 9 janvier 2017 à 9 h 26 Répondre à ce commentaire

Merci sœur Marie pour cette méditation qui nous met face à notre responsabilité.
Si dans de nombreuses famille les enfants croient et pratiquent toujours, c'est par ce qu'i y a eu l'investissement de parents par leur présence aux offices et c'est toujours vrai. J'ai l'exemple d'une couple de neveux qui vont à l'office chaque dimanche, à la messe de minuit à noël, à la veillée Pascale, à la préparation de leur communion, ..... Pour ce qui est du loisir détente, c'est un soir en semaine chacun son tour.
Les parents qui veulent "envoyer" leurs enfants à la messe pour qu'ils soient libérés et puissent pratiquer un sport, un loisir, car eux-mêmes se sont éloignés du chemin de l'Église pour répondre à une offre de loisirs; ..... ce qui ne veut pas indiquer qu'ils ont perdu la foi, mais la pratique pour aller à la rencontre de Dieu.

Par SYLVESTRE14 9 janvier 2017 à 9 h 22 Répondre à ce commentaire

Tout d'abord bonjour à tous et très belle année 2017.
Je constate en lisant les commentaires que nous sommes nombreux à déplorer que nos enfants et petits- enfants n'aient pas la Foi. Mais nous ne savons pas où se nichent les intentions du Seigneur et pour avoir vu une personne très proche revenir à la Foi de son enfance, j'ai beaucoup d'espoir.
Je continue à prier pour que tous ceux que j'aime retrouvent ou trouvent le chemin vers le Seigneur et je demande à Marie de m'aider. Continuons sans faiblir à être des témoins et à vivre tout simplement notre Foi dans notre vie de tous les jours.
Gardons en mémoire la parole de Bernadette que vous venez de nous rappeler sœur Marie.

Par Gaudillot 9 janvier 2017 à 9 h 19 Répondre à ce commentaire

Bonjour «ma» Soeur et merci. Il me semble d'avoir lu (je ne me rappelle où?) que «la foi irradie». Nous aussi vivons au Québec une crise religieuse ou crise de pratique religieuse. Nos églises sont à peine «visitées» par 7 à 8 % de la population. Peut-être serait-il bon de nous demander «POURQUOI?» Est-ce le message du Christ qui ne passe plus ou encore que nombre de gens ont décidé, oui, fait le choix, qu'ils n'en avaient plus besoins ? Un fait est assuré, il existe des «irréductibles» de Dieu, du Christ-Jésus et de l'Esprit. L'Église, institution, traverse une période houleuse. Le seul message auquel je tente de m'accrocher est celui de l'Évangile et il m'arrive de trouver difficile, exigeant. Mes conditions de pauvretés humaines étant. Nonobstant, je fais, comme moult gens si ce ne sont tous les gens, de mon mieux. Puissent Dieu Père, Jésus Fils et l'Esprit me venir, nous venir en aide. Je conclus en «disant» que je me considère privilégié d'être, pour aujourd'hui (demain, je verrai) «détenteur-bénéficiaire» de la foi. Fi en absence de laquelle je serais un «homme» mort. Oui, sans foi, je démissionne et quitte la vie.
Gaston Bourdages,
Écrivain.
Saint-Mathieu-de-Rioux au Québec.

Par Gaston Bourdages 9 janvier 2017 à 9 h 19 Répondre à ce commentaire

Les signes de la foi ne sont pas nécessairement là où on les croit
Avec le temps, plus je m'en aperçois....
Merci à sœur Marie de le souligner
Bonne année à tous

Nicole

Par Barbry 9 janvier 2017 à 9 h 16 Répondre à ce commentaire

Merci, chère soeur. Non seulement ce que vous avez dit (ou écrit) est très bien dit, mais c'est aussi très juste! La 'rencontre' est absolument nécessaire, mais dans une société hédoniste, elle se fait malheureusement beaucoup plus difficile. Car cette rencontre que nous proposons, à la suite aussi fidèle que nous le pouvons à l'enseignement du Christ, est combattue par le 'climat' social que nous connaissons et peut apparaître insignifiante par rapport aux promesses factices mais immédiates prônées par nos environnements. Et cela nous fait mal de constater combien l'on se rue à la suite de l'éphémère, ratant de ce fait l'éternel.

Par Jacques Stoquart 9 janvier 2017 à 9 h 04 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire apaisant. La culpabilité de n'avoir peut-être pas su transmettre ou donner goût ne sert à rien et n'offre pas un beau visage de l’Évangile et du Christ. L'important est que nous demeurions fidèles et nos enfants croient aussi dans notre propre foi et comptent sur notre fidélité et notre prière.

Par Mariej 9 janvier 2017 à 9 h 03 Répondre à ce commentaire

Quelle joie de retrouver ces méditations qui transforment notre journée.bonne et sainte année à tous les internauts qui élargissent l'impact de cette approche de la bible par leur sensibilité personnelle.Annie2

Par Annie 2 9 janvier 2017 à 9 h 03 Répondre à ce commentaire

Voilà un commentaire qui me remet du baume au cœur, car, comme beaucoup de grand parents ,je suis triste de voir qu'il n'y a pas, ou ne semble pas y avoir de suite...d'autant plus que certains bons pratiquants ont tendance à ´´ignorer'´ ces non pratiquants....

Par Delpeuch 9 janvier 2017 à 8 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci....vous avez si bien exprimer ( comme Mariej) mes sentiments.
Merci chère soeur Marie Monnet.
Demandons simplement que le Seigneur entre dans les coeurs de nos chers!

Par Jacqueline 9 janvier 2017 à 9 h 33

"La foi n’est pas toujours facile à identifier ; les signes visibles de la foi ne sont pas nécessairement là où on les croit."
La foi: encore un mot dont il faut découvrir "la vérité toute entière" pour ne pas en réduire les signes visibles (et invisibles) à quelques croyances religieuses....

Par & 9 janvier 2017 à 8 h 51 Répondre à ce commentaire

Bonne et Sainte Année à tous et à nos chères sœurs et chers frères lecteurs et méditateurs et méditatrices des Paroles de Dieu (de Vie).

Je rétiens un mot de cette méditation "Résurgence". Nous avons besoin de ce mot surtout à notre époque où la foi semble être "quelque chose" de dépasser. Il faut que nous arrivions à ressusciter la foi chez les personnes chez qui elles s'est endormie et à transmettre à celles qui n'ont pas encore rencontré cette foi par un témoignage en acte et en vérité. C'est uniquement par notre témoignage vivant et non en proclamant l’Évangile que allons transmettre la foi à notre génération. C'est le témoignage qui convertis, dire à une personne que "Jésus t'aime" n'a pas de sens pour cette dernière si la personne qui la proclame est un modèle d'amour. Car le Christ aime aussi à travers nous. Il nous a dit que notre prochain c'est Lui cf. Matthieu 25, 32-46.

Par Gilles 9 janvier 2017 à 8 h 42 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette meditation, elle m'eclaire et me rassure car j'étais malheureuse lorsque ma fille après sa confirmation m'a dit «je ne veux plus aller à la messe tout ce que j'ai fait c'est pour d'obéir, mais je suis athée...» bref je pensais que je n'ai pas su transmettre la foi à ma fille et que sa vie sans Dieu est inconsevable pour moi, j'étais démunie, mais je continue à prier pour elle. Car c'est tout ce que je peux faire pour elle. Et après cette meditation, j'espère qu'elle fera cette rencontre avec Jesus et que cette résurgence se fasse en elle.
Merci Jésus pour ta patience envers nous car malgré nos manquements tu nous aimes, amen.

Par Cole 9 janvier 2017 à 8 h 28 Répondre à ce commentaire

Merci, cela m'enlève la culpabilité de ne pas avoir su trouver les mots pour mes enfants, la Foi, comme les miens qui m'envoyait au catéchisme sans m'expliquer que cela était important. Et je rends grâce à Jésus de m'avoir dit "suit moi" c'était dans un grand moment de désespérance et j'espère tellement que mes enfants entendent cet appel, alors je prie pour eux.
Merci de nous retrouver cela me fait un très grand bien.
Chantal

Par Dauphin 9 janvier 2017 à 8 h 20 Répondre à ce commentaire

Merci, beaucoup, soeur Marie, pour cette méditation qui m'ôte un poids car je fais partie, comme vous le dites , de ces parents et grands-parents qui regrettent de ne pas avoir transmis leur foi : qu'est-ce qu'on a fait ou pas fait ? Nous nous apercevons parfois qu'un de nos enfants, très rétif dans l'enfance et l'adolescence, se réclame à l'âge adulte de nos valeurs humaines et regrette de voir la génération plus jeune ne pas les respecter; il en viendra peut-être aux valeurs chrétiennes s'il fait La rencontre dont vous parlez.
Cordialement.
MT

Par FERLIN 9 janvier 2017 à 8 h 18 Répondre à ce commentaire

Bon....jour,

Que cela me réchauffe le coeur de vous lire à nouveau je retiendrai " je suis chargée de vous le dire , de ne pas vous le faire croire "
Belle journée/semaine mes frères et soeurs
Fraternellement

Par annie 9 janvier 2017 à 8 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci de nous aider à ne pas "culpabiliser"pour avoir essayer de transmettre la foi à nos enfants. Le semence semble tomber dans des terres bien différentes malgré une éducation commune. De nos 5enfants ,chacun a un chemin bien différent: de l'engagement à l'indifférence . Des petits enfants qui ne sont pas baptisés....
Rien n'est impossible à Dieu.
Merci encore
Nicole de Broucker

Par de Broucker 9 janvier 2017 à 8 h 04 Répondre à ce commentaire

Tu n’as pas d’oreilles



Christ, tu n’as pas d’oreilles …
Tu n’as que nos oreilles
Pour entendre le cri de nos frères.

Christ, tu n’as pas d’yeux …
Tu n’as que nos yeux
Pour faire rayonner ta présence dans nos vies.

Christ, tu n’as pas de lèvres…
Tu n’as que nos lèvres
Pour parler de toi aux hommes d’aujourd’hui.

Christ, tu n’as pas de pieds…
Tu n’as que nos pieds
Pour accompagner les hommes sur ton chemin.

Christ, tu n’as pas d’aide…
Tu n’as que notre aide
Pour conduire les hommes à ton côté.

Nous sommes la seule Bible
Que les gens lisent encore
Nous sommes le dernier message de Dieu
Proféré en paroles et en actes.



Anonyme rhénan du XIV° siècle

Par Aimer le Seigneur en Esprit et en vérité . 9 janvier 2017 à 7 h 22 Répondre à ce commentaire

transmettre la foi!!
Je le souhaitais,nous le souhaitions,d'une façon toute élémentaire,par une vie que nous voulions "exemplaire,toute simple.Peut être n'avons nous pas prié assez?
Seigneur accorde nous d'être plus ouvert à la prière et persévérant

Par andre 9 janvier 2017 à 7 h 10 Répondre à ce commentaire

Voir... Philippe appelle Nathanaël à voir mais la rencontre avec Jésus remet chaque élément de la vie de Nathanaël à sa vraie place. Elle la réordonne. Avant que Nathanaël ne le voie, Jésus, déjà, l'avait vu. De cela, Nathanaël en sait alors la vérité. Il le reconnaît. Rencontrer Jésus à un certain point de sa vie, c'est le voir alors en tous points de sa vie. Petit à petit, regarder en arrière et voir, et savoir qu'il était là, avec soi, à chaque pas. Dans le rire et les larmes, dans la honte et le silence dans lequel enfermait la souffrance. Expérience bouleversante. Vivante.

"Je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras et te ramènerai en ce pays, car je ne t'abandonnerai pas, que je n'ai accompli ce que je t'ai promis," dit Dieu à Jacob qui, en songe, voit les anges monter et descendre l'échelle reliant la terre au ciel (Gn 28). Les anges se pressent mais Dieu est aux côtés de Jacob. "[A]u-dessus du Fils de l'Homme", c'est là que seront les anges, dit Jésus à Nathanaël. Jésus aux côtés de tout homme. "Tu verras", assure Jésus. Tu verras Dieu dans ta vie, tu verras Dieu dans la vie de ceux que croisera ton chemin. Tu verras aussi le monde avec des yeux neufs, non sans douleur. Tu verras, avec Lui. Lui qui, toujours, est avec toi. Et tu voudras rendre grâce. Et cette rencontre qui donne vie, cette vie réordonnée à la rencontre, alors il te faudra les dire.

Témoigner, nous ne pouvons faire que cela, vous le dites si bien, Sr Marie. Alors, témoignons! Quel bonheur de pouvoir à nouveau marcher ensemble dans la Bible, témoigner ensemble! De cela aussi, ce matin, j'ai envie de rendre grâce. Prières pour tous, et avec tous.

Par Audrey 9 janvier 2017 à 6 h 58 Répondre à ce commentaire

Merci pour l'image de la rivière souterraine et de sa resurgence. Je n'ai pas l'orgueil de croire que c'est moi qui peut "entrainer" mes enfants et petits-enfants mais je me remettais quand même en question et j'étais triste. Votre méditation est arrivée au bon moment ce matin après une nuit où j'ai repassé ce que javais fait de ma vie (jai 77 ans).

Par Andree BEGOC 9 janvier 2017 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci Soeur Marie Monnet. Mieux vivre sa foi grâce aux méditations qui nous aide à marcher ensemble et en nous accompagnant.

Par Eliane Vermelle 9 janvier 2017 à 6 h 38 Répondre à ce commentaire

Qu'elles sont suaves vos paroles, soeur Marie. Merci de nous partager la richesse de votre tendre sagesse. Je ne peux que les offrir en méditation à Dieu et espérer son inspiration pour partager le feu( à l'image des brindilles qui brûlent et de sainte Bernadette) à mes chers enfants qui sont mes plus grands persécuteurs

Par Diane 9 janvier 2017 à 6 h 32 Répondre à ce commentaire

MERCI pour ce message très encourageant.A.M.A.

Par Abiteboul Anne-Marie 9 janvier 2017 à 6 h 03 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce message de foi et d'espérance puisse Dieu donner à toutes votre équipe la grâce de continuer à nous faire découvrir la parole de vie

Par Felicite Preira Mendy 9 janvier 2017 à 5 h 27 Répondre à ce commentaire

Joie et Bonheur de retrouver la Marche ensemble!! J' entends Jésus nous dire :" Viens et suis moi ". N'avoir que le souci de vivre le plus sincèrement possible cette Parole qui se donne chaque jour , n' est-ce pas le témoignage que nous pouvons laisser de cette relation d'amour qui nous donne Vie ?
Ô Seigneur Esprit Saint viens combler nos Cœurs tout au long de cette année, pour continuer cette douce et lente transformation qui nous prépare au Royaume.
En union de prière avec vous tous .

Par Nicole. B 9 janvier 2017 à 5 h 27 Répondre à ce commentaire

merci pour cette réflexion qui me remet de l'espoir au coeur.

Par andree besner 9 janvier 2017 à 4 h 49 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires