Moïse

« Dieu vit qu’il avait fait un détour. » Exode 3,3

Moïse redescend de la montagne

Exode 34, 29-35

Moïse demeura sur le Sinaï avec le Seigneur quarante jours et quarante nuits ; il ne mangea pas de pain et ne but pas d’eau. Sur les tables de pierre, il écrivit les paroles de l’Alliance, les Dix Paroles.
Lorsque Moïse descendit de la montagne du Sinaï, ayant en mains les deux tables du Témoignage, il ne savait pas que son visage rayonnait de lumière depuis qu’il avait parlé avec le Seigneur.
Aaron et tous les fils d’Israël virent arriver Moïse : son visage rayonnait.
Comme ils n’osaient pas s’approcher, Moïse les appela. Aaron et tous les chefs de la communauté vinrent alors vers lui, et il leur adressa la parole.
Ensuite, tous les fils d’Israël s’approchèrent, et il leur transmit tous les ordres que le Seigneur lui avait donnés sur la montagne du Sinaï.
Quand il eut fini de leur parler, il mit un voile sur son visage.
Et, lorsqu’il se présentait devant le Seigneur pour parler avec lui, il enlevait son voile jusqu’à ce qu’il soit sorti. Alors, il transmettait aux fils d’Israël les ordres qu’il avait reçus, et les fils d’Israël voyaient rayonner son visage. Puis il remettait le voile sur son visage jusqu’à ce qu’il rentre pour parler avec le Seigneur.

Méditation

précédente suivante

Laisser paraître les traits de Dieu

Le peuple, à la nuque raide, s’est fatigué d’attendre Moïse * qui conversait sur la montagne avec son Seigneur. Il s’est alors construit son Dieu, un veau d’or. Son dieu, fait de ses mains, de son reflet, de son illusion. L’attente fut sa tentation suprême. Ne plus la supporter et préférer sa propre image à adorer.
Il s’est alors perdu. Comme nous tous quand c’est notre reflet que nous adorons, que nous cherchons, que nous nommons Dieu. Les dieux à notre image pullulent, hier comme aujourd’hui. Pour les quitter, une seule voie, tenter de tendre l’oreille, d’écouter. Moïse a réussi à arracher les siens à la colère du Seigneur. Une lutte intense qui ouvre son âme à plus d’intimité encore avec son Dieu.
Il repart alors près de lui, sur la montagne du Sinaï, 40 jours et 40 nuits, pour réécrire la Parole, celle-là même brisée devant le désastre de ce peuple trop humain. Témoignage de qui est Dieu, celui qui donne à ceux qui l’aiment le nécessaire pour rester libre du sein de l’histoire. Pour rester fidèle du sein des fascinations du monde. Pour rester vivant.
En revenant d’une telle aventure, le visage de Moïse portait sur lui la trace de Dieu. Lui parler, le contempler, laisse sa marque sur la peau, sur la chair. « Et nous tous – dira Paul ** qui, le visage dévoilé, réfléchissons la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en cette même image, de gloire en gloire, comme de par le Seigneur qui est esprit. » Voilà ce qui nous est offert. Porter sur nos traits ceux du Christ, ceux de la miséricorde et de la vie donnée. Le faire toujours avec douceur et tremblement, sans assurance ni prétention. Juste pour le laisser passer.

* Ex, 32
** 2 Co 3, 19
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

61 commentaires

Que c'est bien dit: le visage de Moïse portait sur lui la face de Dieu, porter sur nos traits ceux du Christ, ceux de la miséricorde, et de la vie donnée. Laissons passer le Christ sur nos traits de douceur et de miséricorde pour que le monde se porte mieux ... Amen !!!

Par honoré marie-noëlle 14 septembre 2017 à 21 h 17 Répondre à ce commentaire

"Ce peuple trop humain" dites-vous, Sr Véronique.

Je puis comprendre votre idée, grâce au contexte et je lis toujours avec intérêt vos méditations qui tentent de nous acheminer vers plus d'intériorité mais l'expression reprise peut prêter à confusion.

Je partage pleinement l'avis de NINON (28 /7 : 9 h 45). L'opposition entre l'humain et le spirituel ou divin transmise et entretenue par l'enseignement de l'Eglise n'a-t-elle pas été un chancre pour le christianisme ?

Par Esperanza 30 juillet 2017 à 9 h 35 Répondre à ce commentaire

Un chancre ? oh, que oui ! en même temps une hiérachie des situations de vie !
Tout en haut, les dignitaires, les consacrés.
2ème place pour les mariés,
ensuite les célibataires que l'on ne savait pas trop où les placer,
Ajoutez les bonnes âmes de l'ouvroir, des bouquets de l'église,etc
quel casse tête ! si vous changiez de paroisse !
Uelcasse-tête....

Par sabine 30 juillet 2017 à 14 h 33

Merci pour toutes vos méditations toujours très éclairantes et parfois étonnantes, nous pousse vers l'avant car c'est du jamais entendu. Que le visage de Dieu illumine le mien afin de témoigner l'Amour qui habite mon coeur et interpelle les autres tout en me convertissant. Continuer votre beau travail d'évangélisation. Félicitations de laisser agir l'Esprit qui vous habite. Vous rayonnez de Lui ! MERCI !

Par Paulin 29 juillet 2017 à 19 h 22 Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas toi qui fais Dieu
Auteur : Saint Irénée

Ce n'est pas toi
qui fais Dieu
mais Dieu qui te fait.
Si tu es l'ouvrage de Dieu,
attends patiemment
la main de ton artiste
qui fit toute chose
en temps opportun.
Présente-lui un coeur
souple et docile
et garde la forme
que t'a donnée cet artiste.
Ayant en toi l'eau
qui vient de Lui
et faute de laquelle,
en t'endurcissant,
tu regretterais l'empreinte
de ses doigts.

Par Partage 29 juillet 2017 à 17 h 23 Répondre à ce commentaire

Tout d'abord, un grand merci à ceux qui m'ont laissé des mots d'encouragement et de compassion, tel que Espéranza, Brig,Bernard, Mahona et bien sûr Marie Jeanne que je viens de lire, merci à tous car je pense à ceux qui ne s'expriment pas.
Et Sabine que j'oubliais etc, prière pour tous!!
Cette méditation me fait réagir et me touche par ces mots :"tenter de tendre l'oreille, d'écouter".
Qui prend vraiment ce temps?? Les jours passent si vite, et le monde court, je ne sais où, ni après quoi??? Plus de progrès, plus d'argent, toujours plus....
Je repense, par rapport à Moïse qui portait les traces de Dieu sur son visage...Oui, je repense à ce temps de partage avec ce Frère moine, dimanche, il m'a donné de son temps, je lui ai donné de mon temps, nous étions à l'écoute l'un de l'autre, cela faisait au moins un an que je n'avais pu partager ainsi.
Pour en revenir à Moïse, j'en suis revenue rayonnante, un grand sourire aux lèvres, et surtout le coeur léger, en joie, la joie de Dieu, cela est une véritable écoute. Prendre le temps, même court, pour écouter son prochain et lui dire qu'il n'est pas seul, avoir une pensée dans la journée pour ceux qui souffrent, ne serait-ce que cela, c'est déjà regarder vers Dieu.
Union de prière avec tous, bon dimanche et pardon d'avoir été si longue!!!

Par monette 29 juillet 2017 à 15 h 42 Répondre à ce commentaire

Ho merci, Monette, pour ce grand sourire du coeur !
Merci de partager avec nous cette joie, en simplicité.
Merci pour ces pensées bienveillantes auxquelles se joignent les miennes, avec sincérité : ) merci

Par ille 30 juillet 2017 à 10 h 35

Ce que je trouve le plus étonnant, dans l'Ancien Testament, c'est que Dieu parle, beaucoup et souvent. On peut même dire qu'il discute familièrement avec les prophètes, ses interprètes pour le peuple (avant, il n'y avait que des patriarches responsables de leur seule tribu) . Moïse est le premier des prophètes, il transmet aux Hébreux, non seulement les 10 commandements, mais en plus toutes les consignes de rites qui feront la religion juive. C'est là que se crée l'image du Dieu jaloux. Peu à peu cette première vision évoluera, mais Dieu parlera de moins en moins, et dans le Nouveau Testament, pratiquement plus., parce qu'il sera incarné dans le Christ.
Dieu est désormais visible à travers les hommes, il n'est plus dans une nuée ou une colonne de feu. La parole de Dieu irradie à travers Moïse, et c'est vrai qu'avec l'âge, notre intérieur, beau ou laid, transparaît sur notre visage . Je pense par exemple à Xavier Emmanuelli, le fondateur du Samu social, dont les rides, en effet, irradient de bonté.
C'est ce qui nous est demandé, d'être des porteurs de lumière ("On n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau"). Je cite à nouveau ce proverbe arabe que je trouve réconfortant : "Si tu ne peux être un astre dans le ciel, sois un feu sur la colline. Si tu ne peux être un feu sur la colline, sois une lampe dans la maison".

Par Antoinette G 29 juillet 2017 à 14 h 50 Répondre à ce commentaire

Chère Antoinette,
C'est très beau, ce que vous évoquez du dialogue de Dieu avec ceux qui sont chargés d'instruire son peuple. Oui, c'est merveilleux, cette phase de l'humanité où Dieu est à tu et à toi avec tel ou tel prophète, appelé à traduire à sa manière les propos et conseils du Très-Haut. Entre-temps, notre Dieu s'est fait humble, proche des hommes et des femmes, et surtout des enfants et des plus faibles, devenant le Très-Bas que chante Christian Bobin. Les contemporains de Jésus ont eu la chance de voir ce Dieu lui-même marcher à leurs côtés, et ils ne l'ont pas toujours reconnu. Quant à nous, ce face-à-face que nous désirons du fond du cœur pour enfin comprendre le sens de notre vie et la mission qui est la nôtre, il est à découvrir dans chacune de nos rencontres, si déroutantes soient-elles parfois. C'est notre prochain, et lui seul, qui nous rapproche de Dieu et qui nous révèle où se situe l'amour à offrir et à recevoir.
Merci, dès lors, à celles et ceux qui s'expriment dans nos échanges par leur témoignage ou par leur silence attentif, l'un comme l'autre porteurs du message que Dieu veut murmurer en nous.

Par Bernard (Bruxelles) 29 juillet 2017 à 22 h 08

Vos interventions, Antoinette et Bernard valent de l'or : elles vont illuminer ma journée.

Un merci tout particulier à Bernard, qui s'est insurgé à plusieurs reprises, contre ces fausses images de Dieu transmises par l'Ancien Testament et entretenues par l'enseignement de l'Eglise. Heureusement, on en revient mais combien de chrétiens culpabilisés !...

Par Esperanza 30 juillet 2017 à 9 h 02

Bon...jour,

Merci pour vos enrichissements sur la Toile , je prends des notes ( sisisisi ) pour réfléchir et continuer d'avancer ... la plus belles de nos richesses , ce ne sont pas les biens , l'argent que nous avons mais bien notre prochain, l'autre , qui me fait grandir , ce qui est beau chez l'être humain , rien n'est figé , je grandis ( si je le veux ) à tout âge !!!
Excellent Dimanche

Par annie 30 juillet 2017 à 9 h 38

@Marie (29/07 - 11h11... et autre internaute dont je ne retrouve pas le message )

... suite de notre vêtement spirituel ...
Je vous recommande le petit livre de Michel Hubaut - théologien franciscain, qui pourra donner qq. pistes de réflexion, il est intitulé
" Du corps mortel... au corps de lumière " Ed du Cerf... qui répond en partie à notre questionnement.
Merci pour ce partage...

Par breizh 29 juillet 2017 à 14 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette référence du livre de Michel Hubaut que je ne connaissais pas.

Union de prières avec vous et tous nos aimés qui sont dans la LUMIÈRE.

Par MARIE 29 juillet 2017 à 15 h 05

Très chère Monette,
Je viens de jeter un coup d'oeil sur la méditation de
"la marche au désert" et j'ai eu l'heureuse joie de te lire.
Oui la joie, car malgré la souffrance, le doute, l'impuissance devant la maladie qui accable ceux qu'on aime, on sait que nous ne sommes pas seuls.
D'autres, beaucoup d'autres, vivent la même épreuve et peut-être se sentent-ils abandonnés, sans aucun soutien ? parce qu'ils ne savent pas que d'autres prient pour eux que Dieu est là, partageant l'épreuve avec eux.
Nous, dans nos épreuves, nous avons le bonheur, le réconfort de savoir que la prière nous donne force et courage malgré la lassitude, le poids qui nous accable. Comme je le disais, à Nicole Ile Maurice : je crois à la "communion des Saints" et quand je n'arrive pas à prier, je sais que d'autres prient pour moi et ça me porte.
Sache, chère petite soeur que je partage ce que tu vis, l'ayant aussi vécu. C'est dur, je le sais, ma la vie
éclate de partout, dans nos petits bonheurs : la naissance d'une petite Anaëlle qui réjouit le coeur et le temps d'un de ses sourires, on se sent revivre.
Nous sommes tous avec toi. J'ai lu tous les commentaires, tous pensent à toi, à ton cher mari, à nos frères et soeurs internautes qui traversent de lourdes épreuves.
La foi qui nous anime est un rempart contre le désespoir. Courage, petite soeur. Que Dieu t'accompagne et te bénisse.
Je t'embrasse bien affectueusement
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 29 juillet 2017 à 13 h 53 Répondre à ce commentaire

Oui, Breizh, tous ceux qui nous ont quitté sont dans l'AMOUR infini, la PAIX, la JOIE du Seigneur, réunis dans la communion des saints avec Marie, mère de Miséricorde, tous les saints et les anges, et avec eux, votre fils veille sur vous. Vous pouvez vous documenter sur la Toussaint, oû nous les félons tous sur le site de l'Eglise de France sur ce lien:

http://www.eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/toussaint/

Prions ensemble: Seigneur éclaire nos cœurs pour nous aider à percevoir tout ce qui nous unit dans TON AMOUR infini, soutiens tous ceux qui doutent: par Ton Esprit saint donne leur force, courage et persévérance pour Te rencontrer. Amen

Par MARIE 29 juillet 2017 à 11 h 11 Répondre à ce commentaire

Merci, Sœur Véronique, de ce beau commentaire.
J'ai été émue jusqu’aux larmes de la bonté du Seigneur, qui laisse sa trace sur mon visage visible pour les autres, quand je veux bien le laisse passer, en ce lendemain d'obsèques que j'ai été amenée à animer à la demande de ma famille.

Merci aussi de ce magnifique texte découvert en lisant votre profil, et qui résonne si fort en moi.
"Y-a-t-il un autre chantier, hier comme aujourd’hui, que celui consistant à témoigner avec douceur et persévérance, du Dieu qui s’est approché de ceux qui se croient loin, indignes ? Y-aurait il autre chose que de marcher pour rendre compte que notre Dieu est venu pour quiconque et pour n’importe qui ? Qu’il n’y a pas de prérogative, pas plus qu’il n’y a de situations définitivement fermées. Se mettre en marche c’est aller, comme nous le pouvons, se mettre au plus près des tombeaux des hommes de ce temps, de leurs nuits. Et là de supplier pour que le Christ lui-même descende et ouvre les tombeaux. Y compris en nous. Qu’il mène lui-même vers l’aurore. Se mettre en marche c’est croire de tout son cœur et de toute son intelligence que personne n’est exclu de l’amour de Dieu. C’est donc mettre aussi sa volonté et son courage à en être des témoins bien modestes et malhabiles, mais opiniâtres. "

Il y a a longtemps que je vous lit, ici et là, et c'est une grâce de se sentir proche, par l'Esprit, à l'autre bout de la France. Merci.
Hélène

Par Hélène 29 juillet 2017 à 9 h 03 Répondre à ce commentaire

Ô Merci Soeur Veronique pour votre belle méditation qui nous conduit sur les pas d'un Moise transformé,voire transfiguré si j'ose dire , bien que seul le Christ Jésus ait donné à ses apôtres le témoignage lumineux de la Présence Divine . Mais n'est-ce pas là une préfiguration de ce qui sera écrit dans le nouveau testament ?
Oh oui donne nous la grâce de nous détacher de nous-mêmes afin de rayonner ta Présence en nous : À chaque eucharistie tu viens demeurer en nous .

Par Nicole.B 29 juillet 2017 à 0 h 32 Répondre à ce commentaire

Ne sommes-nous pas comme ce peuple "de ce peuple", à la nuque raide ? vouloir tout et tout de suite.
Il n'y a qu'à regarder ce qui se passe dans notre monde; la déforestation, la monoculture... pour le profit, on appauvrit les plus pauvres pour s'enrichir rapidement aux dépens de ceux qui triment pour survivre. On ne sait plus attendre. On se fabrique un dieu à son image : Argent et Pouvoir.
Et Dieu, dans notre vie ? quelle place, a-t-il ? quel temps lui consacrons-nous.
Suis-je assez attentive à ta parole, Seigneur, est-ce que je reflète l'amour, la bonté, la miséricorde, est-ce que mon visage resplendit de ton amour ?
Suis-je "image" de Dieu pour mes frères et soeurs ?
Donne-moi Seigneur la persévérance de Moïse.
Le courage de remonter sur ta Sainte Montagne pour te rencontrer en un face à face, un coeur à coeur et redescendre transfigurée, apporter ta lumière à ceux qui doutent, qui vivent dans l'attente d'un avenir meilleur, avec simplicité, avec douceur, amour, avec un coeur créé à l'image du tien.
Me mettre à ton écoute, prendre le temps en toute humilité, de m'approcher de Toi, sans crainte, parce que je sais que tu m'aimes. Remplis mon coeur, Seigneur, qu'il déborde d'amour et de compassion.
Que ton amour me façonne, que ma vie ressemble à ta vie.
"Porter sur nos traits ceux du Christ"
Merci soeur Véronique pour votre magnifique méditation.

Par Marie Jeanne 28 juillet 2017 à 22 h 08 Répondre à ce commentaire

C'est cela que j'avais voulu exprimer chère Marie Jeanne.
Merci sœur Véronique pour cette belle semaine.
N'oublions pas de prier les uns les autres pour toutes les difficultés et souffrances rencontrées dans nos vies.

Par Marilou 28 juillet 2017 à 22 h 18

En tout cas , pour moi vous êtes tous une lettre du Christ , non pas écrite mais avec l'Esprit de Dieu .
Comme il est important de partager ce Trésor , qui en plus nous donne encore et encore de découvrir
le Visage de Dieu qui fait naître ces dialogues , je le pense vraiment derrière chaque prénom
il y a le nom de Dieu , hier au soir j'ai été à L'Adoration du Saint Sacrement , un face à face ,
avec des vêpres , des prières , des hymnes , en vous remettant tous au Seigneur .Puis en ouvrant un livre ,j'ai souri , c'était le cantique de Tobie , je ne connaissais pas cet
endroit , mais une soeur de la charité âgée ,m'a appelée me disant , que sa diabète , ces yeux étaient malades (ne voit plus bien)si je voulais faire La Route avec elle ... .C'est Dieu qui vient nous chercher .Demandez et vous recevrez .Seigneur donne-NOUS seulement de T'aimer de Te chercher de tout notre être , âme , Esprit , corps .Merci Très Sainte divine Providence .

Par fred 29 juillet 2017 à 7 h 32

Sr Véronique écrit : " Le visage de Moîse portait sur lui la trace de Dieu.... "

... Il faut reconnaître que Jésus n'a pas été très prolixe pour nous décrire "l'au delà "...
... souvenons-nous... :
... M.Madeleine ne l'a pas reconnu... elle l'a pris pour le jardinier ?...
... Les disciples d'Emmaus, ne l'ont reconnu qu'à la fraction du pain !...
... Sur le lac de Tibériade les disciples l'ont pris pour un fantôme...
etc...
Oui sur l'autre rive... dans les mains de Dieu et en sa présence nous aurons aussi un autre visage, nous serons nous aussi transfiguré. Mon fils handicapé de 7 ans, qui est dans les mains du Seigneur aura revêtu son vêtement spirituel sans handicap...
... c'est HUMAINEMENT ce que je crois ... mais je me trompe peut -être ?...
... si quelqu'un a une certitude ?... je l'écouterai avec plaisir...
Fraternellement à tous
"... ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits"..;
Prions le Seigneur

Par breizh 28 juillet 2017 à 22 h 08 Répondre à ce commentaire

Merci - j'ai ressenti la même chose pour mon fils.
a sa mort ma première pensée fut "il est libre, il vole"
Micheline

Par Micheline 29 juillet 2017 à 8 h 08

Bien sûr, que nos enfants handicapés que nous avons portes avec amour et souffrance sont dans la gloire de Dieu.Rayonant.
Mon fils Gregoire est part à 41 ans.
Je suis plus légèré,mais il me manque.
Fraternellement.m raze

Par martine raze 29 juillet 2017 à 10 h 21

Je me souviens de cette maman qui lors d'une réunion parents-professeurs disait :" vous les profs, vous devriez RAYONNER, de l'envie de transmettre le savoir... pour quoi ne rayonnez vous pas ?""
Je peux me poser la même question pourquoi moi qui suis chrétien je ne rayonne pas l' Amour du Christ ???
Seigneur aides moi dans cette tâche et peu à peu faites que je puisse rayonner un peu de votre Amour !!!
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 28 juillet 2017 à 21 h 56 Répondre à ce commentaire

HYMNE : L'HEURE S'AVANCE : FAIS-NOUS GRÂCE
C. Duchesneau — CNPL

L'heure s'avance : fais-nous grâce,
Toi dont le jour n'a pas de fin.
Reste avec nous quand tout s'efface,
Dieu des lumières sans déclin.

Tu sais toi-même où sont nos peines :
Porte au Royaume nos travaux.
Sans toi, notre œuvre serait vaine :
Viens préparer les temps nouveaux.

Comme un veilleur attend l'aurore,
Nous appelons le jour promis.
Mais si la nuit demeure encore,
Tiens-nous déjà pour tes amis.

Dieu qui sans cesse nous enfantes,
À toi ces derniers mots du jour !
L'Esprit du Christ en nous les chante
Et les confie à ton amour.

Par Hymne 28 juillet 2017 à 19 h 32 Répondre à ce commentaire

Que Sr Véronique parle plus fort. C'est super, mais on n'entend presque pas. Jean

Par Père Jean Moriaud 28 juillet 2017 à 18 h 23 Répondre à ce commentaire

Seigneur, Ton AMOUR infini rend rayonnants ceux qui le reçoivent et le transmettent.

Merci de nous donner et de nous aider à partager ce rayonnement!

Merci pour Ta PRÉSENCE en chacun de nous!

Par MARIE 28 juillet 2017 à 17 h 30 Répondre à ce commentaire

Grand merci, Sœur Véronique pour cette méditation...et les autres où vous Le laissez passer.
En peu de mots vous évoquez, transmettez ce Compagnon que vous avez élu pour partager votre vie et votre action.
Je vous souhaite un bel été de méditation et de rencontres.
abine

Par Sabine 28 juillet 2017 à 17 h 19 Répondre à ce commentaire

Un témoignage que je vis de façon tellement évidente.
En présence de Dieu la transfiguration de Moise et la nôtre
Éloignée voilà un visage terne , mais tellement différent
Cela m'arrive, je suis descendue du Thabor et ça fait mal
je ne le souhaite à personne.
Oui Seigneur protège et garde ce que tu as fait grandir Amen

Par Cécile Breton 28 juillet 2017 à 17 h 13 Répondre à ce commentaire

Ta lumière seigneur
Nous voulons communier a cette présence de Dieu, en l ' étendant à tous,en nous rendant perméable à la lumière de jésus -christ et les autres,en nous rencontrant le seigneur lui - même et qu'il comprenne qu'il sont pas seuls,quelqu'un qui aspire à chaque battement de leur coeur car justement toute âme devant Dieu est comme un soleil qui illumine le monde en révélant silencieusement comme la vierge au jour de la pentecôte, le visage que chacun peut trouver imprimé dans son coeur, pourvu qu'un visage humain, un visage de bonté, pourvu que notre visage devienne le sacrement souriant de l'éternel amour

Chacun de nous peut communiquer une lumière infinie, car nous sommes appelés a être une source de lumière, chacun de nous peut illuminer le jour,apporter la vie et être une manifestation de la présence infinie. ......

Par brig 28 juillet 2017 à 16 h 40 Répondre à ce commentaire

Merci Brig

Par Sonia 28 juillet 2017 à 21 h 45

Chère Sr Véronique,
Profond merci de ce commentaire qui m'a touchée intensément en mon coeur profond. (Toutes vos méditations me touchent). Infini merci!
Avec la Grâce de notre Dieu, puissé-je être comme le «tremble» portant avec douceur, sans assurance ni prétention, reflétant Sa Lumière, Sa Gloire, en le Souffle de l'Esprit-Saint qui fait jaillir Sa douce Musique évoquant le Christ en Sa Miséricorde et Vie donnée, et ce, à travers la petite que je suis, perdue et sauvée en Lui à chaque instant.
Comme c'est beau votre réflexion, qui nous entraîne à la méditation. J'ai recopié votre dernière parole qui me rejoint tellement: «Le faire toujours avec douceur, tremblement, sans assurance ni prétention, juste pour Le laisser passer.» Louange à la Grâce et Gloire du Seigneur.
Jocelyne

Par Jocelyne 28 juillet 2017 à 15 h 14 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire

Par Sonia 28 juillet 2017 à 21 h 43

HYMNE : BERGER PUISSANT QUI NOUS CONDUIS
CFC — CNPL

Berger puissant qui nous conduis,
Tu nous as faits pour ta lumière ;
Et par delà ce jour trop bref
Tu nous emmènes dans ta gloire.

À travers l'œuvre de tes mains,
Nos cœurs déjà te reconnaissent ;
Mais le désir de ton amour
Toujours plus loin poursuit sa quête.

Nous voulons voir à découvert
L'éclat radieux de ton visage.
Dans l'aujourd'hui de ton appel,
Prépare en nous le face-à-face.

Par Hymne 28 juillet 2017 à 14 h 35 Répondre à ce commentaire

Je pense que le peuple à la nuque raide c'est nous ... Que le veau d'or fabriqué par notre impatience à vouloir tout tout de suite se fissure très vite sans laisser l'homme satisfait ... Et que finalement il (nous) se retourne vers Dieu qui l'attendait ... Dieu qui nous laisse faire nos expériences malheureuses et qui EST là si près à nous aider à reprendre la route vers Lui.
Merci pour tout Monique

Par Monique Lefebvre 28 juillet 2017 à 14 h 35 Répondre à ce commentaire

Pardon, sœur Véronique, d'avoir oublié la majuscule à votre prénom. Mauvaise relecture.

Par mahona 28 juillet 2017 à 13 h 49 Répondre à ce commentaire

Ce que je remarque, plus particulièrement aujourd'hui dans la méditation de Sœur véronique, c'est l'inlassable, l'inaltérable volonté de Dieu de venir en aide. Sa disponibilité est constante ; les désordres "des humains" ne le rebutent pas ; Il revient parler à celui qu'il a choisi, Moïse (s'il a vraiment existé) et lui redonne ses conseils et consignes.
En revanche, je ne comprends pas la phrase de Sœur véronique : "le faire... avec douceur et tremblement (?), sans assurance ni prétention". Si j'admets "la prétention", pourquoi ne pas parler avec assurance de notre foi, des valeurs auxquelles nous croyons ? Il ne s'agit pas d'endoctrinement mais d'échange avec un interlocuteur. Pourquoi toujours baisser la tête ? Les apôtres auraient-ils pu transmettre la parole du Christ en parlant sans assurance ? Un peu d'explication de texte SVP.

Par mahona 28 juillet 2017 à 13 h 46 Répondre à ce commentaire

Je ressens depuis longtemps , que nous sommes sous la coupe du veau d'or
C'est pour notre malheur l'argent qui nous gouverne, nos nuques sont trop raide , notre avidité trop forte et le ens des paroles constructives ont un écho trés faible
heureusement comme moi il se trouvent des hommes et femmes qui menont un combat vers la lumiere
je rend Gràce a Notre Seigneur
merci et bonne journée

Par jnc 28 juillet 2017 à 13 h 32 Répondre à ce commentaire

Soeur Magron devrait avoir pitié des vieux mal-entendants : elle parle trop vite et pas assez fort

Par Yves Dubois-Nicoul 28 juillet 2017 à 12 h 42 Répondre à ce commentaire

Adorer sa propre image équivaut à dresser des murs tout autour de soi. Adorer Dieu, l'Amour Infini, c'est s'ouvrir à l'Infini dans lequel il n'y a pas des murs. Le rayonnement est à notre insu, dans l'humilité, juste pour laisser passer.

Par Turbis 28 juillet 2017 à 10 h 54 Répondre à ce commentaire

Merci Véronique pour cette belle méditation.
C'est par une jeune femme, Audrey, rencontrée en juillet à Kergallic à la retraite-jeûne "reprendre souffle"( avec Odile Debuyer et Guy Laurence, les frères Bernard Durel et Benoît Ente) que j'ai eu connaissance de ce site où elle poste souvent des méditations.
Lors de la retraite, j'étais chargée par Benoît de la liturgie (Laudes - Vêpres intégrées à l'Eucharistie. Chaque matin, je proposais 30 à 40 minutes de partage de la Parole sur l'un des deux textes de la messe du jour. Audrey y venait toujours ainsi que 2 ou 3 autres participant(e)s. Ce fut très "nourrissant".
Je te souhaite un bel été avec du repos j'espère aussi ! Marion

PS notre communauté de Poitiers ( CRSD)évolue : 4 soeurs ont été assignées à d'autres ctés, 3 soeurs nous arrivent dont une junioriste japonaise et une junioriste brésilienne...on s'internationalise ! vive la poursuite d'un vécu interculturel ( encore beaucoup à découvrir !) après l'accueil d'une famille irakienne durant un an et l'accueil de 4 soeurs vietnamiennes l'an dernier lorsque nous étions dans la grande maison rue Sylvain Drault. Depuis la mi octobre 16 nous avons déménagé 36 rue de la Tranchée toujours à Poitiers. Si tu as l'occasion de passer, n'hésites pas. mon tel 06 72 46 71 62

Par SCHOBBENS Marion 28 juillet 2017 à 10 h 45 Répondre à ce commentaire

Merci Marion! Ravie de te voir parmi nous!
Quel bonheur cela a été de passer cette semaine ensemble!
Bel été international à toi!

Par Audrey 28 juillet 2017 à 18 h 39

Merci sœur Véronique.
Cependant, il y a une expression avec laquelle je ne suis pas vraiment d'accord: c'est quand vous parlez d'un peuple "trop humain" . Il me semble qu'on n'est jamais "trop" humain puisque nous sommes créés à l'image de Dieu. Ce que est naturellement bon en nous, c'est ce que Dieu y a mis. C'est quand nous nous déshumanisons, quand nous arrachons le bon grain, que nous laissons place à l'ivraie, c'est alors que le mal commence.
Il me semble que la loi de Dieu n'est pas faite pour nous contrarier, mais qu'elle correspond à notre nature profonde (l'image de Dieu) . Elle est faite pour nous rendre plus humains, plus heureux.
Pardon de vous dire ce que je pense, et merci encore.

Par ninon 28 juillet 2017 à 9 h 45 Répondre à ce commentaire

Merci

Par Marie Thérèse fortanier 28 juillet 2017 à 8 h 45 Répondre à ce commentaire

Pour rester fidèle du sein des fascination du monde !
Ne le sommes -nous pas encore devants tout ces marchands de rêves ?
Au milieu des masses , des mélanges de cultures , au milieu de nos ville , village , qui sommes-nous ?
Quand je vois des idoles mourir , et le peuple entrer dans une collective hystérique , d'autres pour un
coin de terre massacrer des innocents , puis d'autres Fabriquer des industries de plastique , de polluants
parfois jetés dans la nature , des hôpitaux ou il faut prendre un ticket pour passer au guichet comme des bêtes .
Pour dire notre foi , il faut oser le dire : n'attristez pas l'Esprit Saint .Hier j'ai été à la petite source à l'orée du bois
pour y prendre de l'eau , hélas saccagée , mon père y allait , mon grand - père .Oui Jésus l'a dit , celui qui boira à
ma source n'aura plus jamais soif , ne faisons pas de cette source sacrée , ce saccage sauvage si brutale , si violent ,
qui ne donnera plus de laisser paraître les traits de Dieu sous toutes ces formes par ignorance de l'oubli des valeurs
Fondamentales du respect de ce que Dieu nous a donnés .Sa Parole dans Sa Création , afin de porter des fruits rayonnant
d' action de grâce .

Par fred 28 juillet 2017 à 8 h 20 Répondre à ce commentaire

Ô combien merveilleux, est, l'Ode à votre source.

Prière de ce jour, que Dieu lui redonne source jaillissante.

Par Florine 28 juillet 2017 à 8 h 48

Seigneur laisse-moi regarder ceux que je côtoie à travers tes yeux, ceux qui regardent avec amour, qui acceptent l'autre comme il est, avec tendresse et compassion. Que je vois ton visage en regardant les autres.
Peut-être les autres percevront alors en moi une parcelle de cet amour que tu me donnes ? Une parcelle de ta présence ?
Ne serait-ce que pour cette journée j'aimerais pouvoir partager de ce que je reçois de toi en abondance avec tous sur ce site et rayonner de ta présence avec ceux que je vais rencontrer.
Merci Seigneur.

Par Marilou 28 juillet 2017 à 8 h 00 Répondre à ce commentaire

Re-bonjour,

L'apparence est trompeuse , notre image n'est qu'enveloppe , ce qui compte s'est le coeur , ce que je , l'on dégage , voilà , en disant cela je pense aux personnes avec un handicap , sachons voir au-delà , est-ce le handicap ou l'homme le plus important ? la plus grande de nos, mes richesses s'est l'autre, mon prochain , franchissons ces "barrières" qui nous empêchent d'aller au-delà , du coup pour faire court j'ai fait long , merci Sr Véronique d'avoir trouvé les mots qui me font être bavarde ce matin!!!

Par annie 28 juillet 2017 à 7 h 43 Répondre à ce commentaire

Bon...jour,

Porter sur nos traits ceux du Christ...voilà ce que je retiendrai!!!!

@ Praud , avez-vous eu mon message posté hier ?

Union de prièreS

Par annie 28 juillet 2017 à 7 h 34 Répondre à ce commentaire

le texte on l a lu mais impossible de l écouter la voix est a peine audible!!!!!!!la dame devrait parler encore moins fort!!!!!!! merci pour nos vieux d en tenir compte jl grandaud

Par grandaud 28 juillet 2017 à 7 h 25 Répondre à ce commentaire

Il est des hommes, des femmes qui rayonnent, dont on dit qu'ils sont radieux, lumineux. L'âge, l'état de santé, l'apparence comptent peu. Peut-être laissent-ils simplement voir, à travers eux, quelque chose de Dieu. Ils ne le savent pas plus que Moïse ne le savait, descendant la montagne. Dévoilés, tournés vers autre, ils ne pensent plus à leur propre image. Sans doute y a-t-il dans cette nudité quelque chose de la vérité.
Peut-être en est-il ainsi à chaque fois que nous nous dévoilons. Chaque fois que nous montrons ce qui fait notre chair, douloureuse souvent, mais vivante, mais debout. Chaque fois que nous osons, sans aucune considération pour l'image que nous donnons. Car c'est bien dans cette chair blessée que se fait la rencontre avec Dieu. Ne l'est-elle pas, celle de Moïse, par l'attitude de ce peuple qui, à la vérité, préfère la poudre aux yeux?
"Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière," écrivait, goguenard, mais non sans raison, Michel Audiard. C'est bien à travers nos fêlures, nos faiblesses, nos blessures, à travers même ce qui nous rend étranges aux yeux du monde, que la lumière, que Dieu, nous rejoint. A travers elles que, si nous nous donnons, elle pourra peut-être toucher notre prochain.

Merci beaucoup Sr Véronique pour cette magnifique méditation! Prières pour tous (Monette, Gaby, Brig, Fred, et tous ceux qui souffrent) et avec tous.

Par Audrey 28 juillet 2017 à 7 h 18 Répondre à ce commentaire

Merci ma chère Audrey, pour toute vos intentions de prière, quel nous porte vers cet lumière, celle du coeur uni de jésus *de Marie

Par brig 28 juillet 2017 à 15 h 19

Merci chère petite Audrey pour tes commentaires-méditations, que je lis toujours avec un réel plaisir.
Cette phrase me touche personnellement :
"Peut-être en est-il ainsi à chaque fois que nous nous dévoilons. Chaque fois que nous montrons ce qui fait notre chair, douloureuse souvent, mais vivante, mais debout". Savoir se dévoiler, se laisser voir tels que nous sommes. Merci, bonne nuit.
Je t'embrasse
Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 28 juillet 2017 à 22 h 36

Merci à toi Marie Jeanne! Oui, le secret et le silence deviennent peu à peu comme une seconde peau, n'est-ce pas? C'est elle, je crois, que nous enlevons, comme Moïse son voile peut-être lorsqu'il parle à Dieu, lorsque nous parlons à Dieu, lorsqu'enfin aussi nous nous montrons tels que nous sommes.
Je t'embrasse également!

Par Audrey 29 juillet 2017 à 17 h 24

Ah ! aujourd'hui voici un Moise, en femme avec une burkha ! Quand le Seigneur parlait à Moise il enlevait le voile . Quand le Seigneur sortait Moise remettait le voile. Cette histoire de voile n'est-elle pas une jolie métaphore inversée de l'image de notre monde, monde qui se dévoile haut et bas devant toute chose de ce monde et qui se voile la face devant toute chose qui pourrait faire signe, signe de la Présence de Dieu en nous et autour de nous ?
Oh! Seigneur! Apprends -moi, apprends-nous à accueillir tes Signes dans chaque événement de la vie quotidienne ! et surtout, surtout apprends-moi, apprends-nous à apprécier, à approcher, à se rapprocher de tes Paroles de commandement qui dans les écritures ne sont plus présentés ce jour comme Les Paroles du loup-garou de notre enfance , des paroles arbitraires et violentes de mise en situation d'emprise, de dépendance, de soumission mais des Paroles de Libération de l'esclavage de nos limites, des Paroles d'Amour, d'Alliance, d'Association du Seigneur-Dieu avec sa communauté, nous les femmes et les hommes de ce monde, enfants éternels mais des enfants debout , dignes et éveillés, le visage rayonnant de la présence et de l'amour du divin en nous et autour de nous
En union de prières Amitiés

Par IDA 11 décembre 2016 à 16 h 01 Répondre à ce commentaire

Nous tous, comme Moïse, sommes appelés à nous laisser transfigurer.

" ... il se découvre lui-même en moi
...
éclairant tous mes membres de ses rayons
...
Je prends part à la lumière,
et resplendit mon visage comme celui de mon bien-aimé,
et tous mes membres deviennent porteurs de lumière ...

Ce passage de l'Exode me renvoie directement à ce texte si évocateur de St Syméon, le nouveau théologien. (Hymne 16).

Mais il s'accompagne aussi d'une douloureuse question : "Pourquoi, Seigneur, tant d'êtres croupissent dans leur refus de vivre ? Pourquoi ne viens-tu pas à leur secours ? Ils ne sont pas plus mauvais que d'autres. Seraient-ils sous une étoile néfaste ?

l

Par Marie-Thérèse L. 10 juillet 2016 à 20 h 46 Répondre à ce commentaire

Ce passage de la Bible est très impressionnant et merveilleux.
Mais les mots me manquent tellement je suis émue par la grande proximité de Dieu avec Moïse (les hommes).

Bon mois de Juillet

Fraternellement,

Par Evelyne 10 juillet 2016 à 19 h 35 Répondre à ce commentaire

Nous Lui devons TOUT!

MERCI,RENDONS GRACE!

Par mic 9 juillet 2016 à 23 h 34 Répondre à ce commentaire

Mon Dieu me mettre sous t'on regard d'amour
te rencontré au plus profond de moi - même, et dans la prière, pour y trouver,la vérité et la lumière.
Père tout puisant pose sur chaqu'un de nous t'on regard,
Nous touse qui sans voile sur le visage contemplons comme dans un miroir la gloire du seigneur,
Nous sommes transformés à son image de gloire par l'esprit du seigneur, qui nous illuminera tout entier. .Fraternellement

Par brig 9 juillet 2016 à 14 h 22 Répondre à ce commentaire

Voilé. Dévoilé.
Sur l'Horeb, à sa première rencontre avec le Seigneur, Moïse avait voilé sa face. Au Sinaï, le geste est inversé. Moïse rayonne, transfiguré par sa rencontre avec le Seigneur, et c'est devant les siens qu'il voile son visage. Son visage nu, c'est au Seigneur qu'il le montre ou lorsqu'il parle en son nom désormais, lorsqu'il dévoile la pensée de Dieu. Rien entre lui et la parole.

La rencontre avec Dieu transforme, elle laisse des traces, comme elle en a laissé dans la chair de Moïse. Sa lumière est intérieure. Ce buisson ardent qu'il n'osait regarder radie maintenant à travers lui.
La rencontre nourrit. Moïse ne mange ni ne boit en présence du Seigneur.
La rencontre grandit. Moïse n'a plus besoin qu'Aaron parle pour lui.
La rencontre dévoile à soi-même. Sur l'Horeb, Moïse craignait le regard du Seigneur sur lui. Il ne le redoute plus, lui offrant sur le Sinaï son visage nu. Dieu voit au plus intime, voit ce que Moïse ne savait pas, ne pouvait pas encore voir en lui-même. A ses propres yeux, il le révèle.
La rencontre annonce la venue du Seigneur. Comme Moïse, Jésus passera quarante jours au désert sans boire ni manger. C'est sur la montagne aussi que "son visage resplendit comme le soleil" (Mt 17, 2) alors qu'apparaissent Moïse et Elie et que la voix du Père retentit, proclamant l'amour du Fils.

Donne-nous, je t'en prie, Seigneur, d'avancer ainsi à ta rencontre. Nourris de toi, grandis par toi, dévoilés à nous-même chaque jour un peu plus. Que ta lumière rayonne à travers nous, qu'elle annonce ton Fils, qu'elle te dise, en nous, en tout.
Donne-nous, Seigneur, de rayonner de ton amour.

Par Audrey 9 juillet 2016 à 6 h 57 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey pour ce commentaire limpide et instructif.

Par Ghislaine 10 juillet 2016 à 8 h 01
voir tous les commentaires