David

« Va et que le Seigneur soit avec toi. » 1 Samuel 17,37

Le choix d'un roi

1 Samuel 16, 1-10

Le Seigneur dit à Samuel : «  Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars ! Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem, car j’ai vu parmi ses fils mon roi. Emmène avec toi une génisse, et tu diras que tu viens offrir un sacrifice au Seigneur.
Tu convoqueras Jessé au sacrifice ; je t’indiquerai moi-même ce que tu dois faire et tu me consacreras par l’onction celui que je te désignerai. »
Samuel fit ce qu’avait dit le Seigneur. Quand il parvint à Bethléem, les anciens de la ville allèrent à sa rencontre en tremblant, et demandèrent : « Est-ce pour la paix que tu viens ? »
Samuel répondit : « Oui, pour la paix. Je suis venu offrir un sacrifice au Seigneur. Purifiez-vous, et vous viendrez avec moi au sacrifice. » Il purifia Jessé et ses fils, et les convoqua au sacrifice.
Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab, il se dit : « Sûrement, c’est lui le messie, lui qui recevra l’onction du Seigneur ! »
Mais le Seigneur dit à Samuel : « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté. Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. »
Jessé appela Abinadab et le présenta à Samuel, qui dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. »
Jessé présenta Shamma, mais Samuel dit : « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. »
Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit : « Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. »

Méditation

précédente suivante

Le libre choix de Dieu

Qui est légitime ? Étymologiquement, la légitimité, c’est « estimé être selon la loi ». Oui, mais qui fait la loi ? Quels sont les critères retenus ? Dans ce récit, les apparences sont trompeuses, dit Dieu ! Et ses choix sont déroutants pour Samuel : aucun des sept fils de Jephté n’est qualifié comme étant le bon candidat ! Pas même l’aîné, pourtant grand et beau ! Ni aucun des six frères suivants…
Ce récit dit quelque chose de très profond de nos propres critères : celui de l’ancienneté l’emporte souvent. La place est à celui qui l’occupe en premier, comme c’est le cas pour une place de parking. Nous avons d’autres critères encore : le plus fort, le plus grand, le plus beau, le plus médiatique, le plus diplômé, le plus riche, le plus cultivé… Les critères changent selon les milieux, mais le principe demeure le même. Et la vie est alors une lente et laborieuse progression dans l’échelle sociale, vers la plus haute légitimité. Quitte à être piégé – ou à se piéger soi-même – dans une course à toujours plus de reconnaissance.
Or, les choix de Dieu sont libres. Celui qui est choisi était « trop ceci » ou « pas assez cela » : trop petit, trop absent (il n’était pas là !), pas assez âgé. David n’était pas dans le cadre. Il ne répondait pas aux critères. Il n’avait pas le profil, au point qu’il avait été purement et simplement oublié.
Ce récit nous montre avec humour que, lorsque toutes les solutions sont épuisées, il en reste une encore malgré tout, à laquelle personne n’a pensé. Il y a un petit dernier quelque part… appelé à devenir roi. Les choix de Dieu sont déroutants.
Jésus n’est pas né à Jérusalem, il n’est pas fils de grand-prêtre, ni de gens puissants. Il ne se réfère à aucune école de pensée reconnue. Il n’a pour autorité que celle de sa parole et de son existence. Pourtant, l’Esprit est sur lui, il est l’oint du Seigneur, le roi d’Israël. Ironie, c’est Pilate lui-même qui le fera graver sur sa croix. Ouvrons les yeux !

Méditation enregistrée dans les studios de Radio RCF Bruxelles.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

59 commentaires

Merci soeur Monette ,
non sans humour, ne me demandez pas , quel est ma race , ma tribu , ma parenté ...
Qui sommes -nous derrière ces écrans ! Petit , beaux , laids , grand , riche , pauvres ...
Tous nous avons un coeur , des histoires , des familles , tous nous espérons trouvés
un guide ...qui parle un langage universel , celui de Dieu , du Christ : et Toi ( petit enfant)
tu seras (appelé) prophète du Très - Haut ....
Ne sommes-nous pas tous , contre toute espérance de croire Qu'avec Dieu , tout est
possible , Il compte sur nous .Quand j'écoute la messe , et je vois des prêtres présider
et lire ce passage , je me dis qu'ils ont tous été des Petits enfants , quelque part de part
le monde , dans toutes les nations ,peut -être mis de côté , mais Dieu avait un plan D'amour
pour tous .De quoi rendre la vue , de quoi entendre , par David , Jésus viendra CONFIRMER
Laissez venir à moi , les petits enfants ...

Par fred 13 août 2017 à 18 h 42 Répondre à ce commentaire

A toi, mon frère prêtre !

Comme un vase d’argile,
Ainsi le serviteur que Dieu s’est choisi.
En toi, il cache un trésor,
Toi, porteur de sa parole de vie.

Le Père n’a pas craint de se confier
A ta fragilité.
En toi, sa puissance surabondante,
Sa miséricorde qui redonne vie.

Jésus t’a aimé en ta faiblesse,
Qu’en toi se manifeste
La munificence du don qu’il prépare,
Et il renouvelle le cœur de chacun des siens.

L’Esprit de toute sainteté
Repose sur le tout petit.
De tes mains il pétrit
Le pain qui fait vivre.

Quand il rassemble son peuple
Il s’en remet à toi.
Qui es-tu pour devenir ainsi
Homme de communion ?

Sois heureux, homme béni de Dieu,
De toi, il a fait l’ami,
Le confident de l’aimé.
Par toi, d’autres connaissent le nom du Sauveur.

Par Partage 13 août 2017 à 17 h 28 Répondre à ce commentaire

Grand'fort,beau,ex....

Dans nos relations les uns avec les autres,savons-nous reconnaître en celui que nous rencontrons l'image et la ressemblance de Dieu?
Toutes nos relations sont des portes ouvertes vers le ciel,à condition que nous sachions entrer dans le regard de celui qui ne s'intéresse pas aux apparences, mais au coeur, le regard tendre et miséricordieux du Père.
Au - delà de l'apparence des événements qu'il soient heureux ou malheureux, Sachons reconnaître l'appel de Dieu à nous rapprocher de lui,l'invitation à ressaisir plus ferment sa main sur le chemin de la vie.
Ne nous contentons pas de correspondre à l'image que nous voudrions donner de nous -mêmes, acceptons d'être comme le seigneur nous connaît. ..

Vierge marie, Reine de miséricorde,guide nos coeurs, pour que nos rencontres soient des écoles de communion, sens jugement du plus grand au plus petit, mais restons dans la fidélité a l'image de Dieu, à travers nos histoires, que nous puissions entrer dans le royaume des cieux.

Par brig 13 août 2017 à 15 h 30 Répondre à ce commentaire

Déroutante pour Samuel, la mission que Dieu lui confie. Car donner l'onction qui fait d'un homme un roi choisi de Dieu, Samuel l'a déjà fait, à Saül que Dieu a rejeté. Il n'est plus roi aux yeux de Dieu, pourtant Saül règnera aux yeux du monde encore longtemps. Difficile pour Samuel de voir Saül se détourner de Dieu, d'entendre Dieu lui dire qu'il l'a rejeté : "Samuel s'enflamma et cria vers Yahvé pendant toute la nuit" (1S15,11). "Samuel pleurait Saül" (v.35) et c'est avec les pleurs de Samuel que commence le chemin qui mènera à l'onction de David : "Jusque à quand resteras-tu à pleurer Saül, alors que moi je l'ai rejeté et qu'il n'est plus roi sur Israël?" lui demande Dieu (v1). Rien d'évident non plus car Samuel craint ce que Saül fera quand il l'apprendra: "il me tuera!" dit-il à Dieu (v2). D'où le sacrifice justifiant sa venue.
C'est bien à voir comme Dieu voit, et non plus à travers sa colère ou ses larmes, à faire sans peur sa volonté, que Samuel est convié. Lui qui admonestait vertement Saül qui avait désobéit à Dieu sait de quoi il parle. Cette obéissance, inscrite en sa chair depuis son enfance, se déploie, sans que Saül le sache, sous ses yeux: après ses cris de la nuit: "De bon matin, Samuel se leva pour aller à la rencontre de Saül" (v12), lui signifier son rejet. Et Samuel, obéissant encore, de prendre la route de Bethléem. Il vient "pour la paix". Ne naît-elle pas de suivre les chemins sur lesquels Dieu nous envoie pour nous apprendre à voir comme lui voit?

Par Audrey 13 août 2017 à 8 h 13 Répondre à ce commentaire

Merci chèrs Audrey, pour vos commentaires si précieux, bon dimanche a vous,bien fraternellement

Par brig 13 août 2017 à 15 h 05

Merci et bon dimanche à vous aussi, chère Brig. Il est toujours bon de vous lire. Avec ma prière pour vous, et pour tous les "marcheurs" qui souffrent.

Par Audrey 13 août 2017 à 17 h 43

merci soeur Marie Monnet, pour cette belle méditation ....peu importe notre condition de vie, pour moi, Le plus important est de croire en la parole de Dieu, de suivre Jésus-Christ son fils, mort sur la croix, qui nous purifie de tout péché, par son sang, ...se repentir entraîne un changement complet dans notre vie..et nous donne la joie et la paix du coeur, ....Jésus a la première place dans ma vie, dans mon foyer au quotidien . le Seigneur nous aide......Rita

Par Rita Giuliani 30 juillet 2016 à 17 h 54 Répondre à ce commentaire

et quand les Apôtres ont eu à choisir le remplaçant du traître, ils ont prié l'Esprit et ...ils ont tiré au sort.....!

Par Suze 27 juillet 2016 à 5 h 24 Répondre à ce commentaire

Choisir, et pour choisir il me faut des éléments. Ce que je vois, ce que j'entends dire et ce que je sais. Je me fie aussi à mon instinct; mais le Seigneur me dit qu'ils sont trompeurs.Qu'Il va plus loin, plus profond.
C'est pourquoi pour tout choix que nous avons à faire, tournons nous vers lui et demandons lui son assistance et soyons à son écoute. Lui seul peut nous aider à faire le bon choix
Seigneur ouvre notre esprit à l'écoute de ta voix

Par Boniface 26 juillet 2016 à 21 h 18 Répondre à ce commentaire

J'aime bien ce que vous avez dit "la vie est une lente progression vers une haute légitimité".L'essentiel est invisible aux yeux des humains. Prenons le temps de dialoguer avec Dieu et entre nous avant toute décision à prendre. Danièle

Par Danièle 26 juillet 2016 à 16 h 04 Répondre à ce commentaire

Comme il est difficile de garder un cœur charitable quand tant d'innocents sont tués, sur notre sol ou ailleurs. Depuis que le monde est monde. Et en apprenant le nouvel assassinat d'un prêtre. Que Dieu l'accueille avec tendresse.

Par mahona 26 juillet 2016 à 15 h 22 Répondre à ce commentaire

Nous savons que le regard de Dieu est différent de celui des humains ; c'est à la fois rassurant et déstabilisant. Comment Lui plaire ? Comment pouvons-nous être sûrs que nos comportements seront bien accueillis ? Les écritures sont remplies de messages où il est dit : les premiers seront les derniers - il est plus facile à un chameau de passer.....il y a plus de joie dans le ciel pour un pécheur qui se repent..... Dieu ne peut pas être versatile mais Ses voies sont souvent impénétrables. Jésus Fils de Dieu est venu parmi les hommes dans des conditions très modestes. Faut-il en déduire que seules la simplicité, l'absence de signe extérieur de richesse trouveront grâce aux yeux de Dieu ? J'espère ardemment que la prière d'un puissant entrepreneur ait autant de valeur que celle d'un simple artisan. Lui qui sonde "les reins et les cœurs" saura voir au travers des apparences.

Par mahona 26 juillet 2016 à 14 h 56 Répondre à ce commentaire

Père, par la grâce de Jésus, je peux t'appeler PÈRE.

MERCI Jésus, avec ton aide, je deviens peu à peu fille de Dieu.

Emma!

Par Emma! 26 juillet 2016 à 10 h 38 Répondre à ce commentaire

Magnifique méditation qui m'ouvre "un peu" à lAncien Testament A

Par Thomas 26 juillet 2016 à 10 h 07 Répondre à ce commentaire

bonjour sabrina,, quand vous sentez monter la colère, buvez un grand verre d'eau fraîche,,
si elle est déjà là, carrément prenez une douche froide, et soufflez un grand coup!
quand vs avez "ce quelqu'un" appelez le St ESPRIT....

ALlez-y !
françoise-de-Paris

Par ronze 26 juillet 2016 à 10 h 00 Répondre à ce commentaire

Prends , Seigneur , et reçois toute ma liberté ,
ma mémoire , mon intelligence et toute ma
volonté , tout ce que j'ai et tout ce que je possède ,
tu me l'as donné , à Toi Seigneur , je le rends .
Tout est à Toi , disposes - en selon ton entière volonté .
Donne-moi ton amour et ta grâce ? C'est assez pour moi .
Auteur: Ignace de Loyola .

Par fred 26 juillet 2016 à 7 h 38 Répondre à ce commentaire

quand face à moi j'ai quelqu'un avec qui j'ai de grosse dificultées, je me dit que je ne voie qu'une partie de la personne . bien cacher se trouve au plus profonds de nos coeur ce lieu bénie ou Dieu se pose, et nous nourrie si nous allons à sa rencontre.
Mais dans la colére c'est dur de le voir!

Par sabrina 26 juillet 2016 à 7 h 10 Répondre à ce commentaire

Face à des rencontres difficiles, les personnes en face de soi sont peut-être désarmées aussi ....

Chère Sabrina,
Permettez-moi une citation : "Quelle que soit la personne que tu regardes, sache qu'elle a déjà plusieurs fois traversé l'enfer". Christian Bobin.
Très fraternellement.

Par Marie-Thérèse L. 26 juillet 2016 à 13 h 19

Saint Padre Pio, me semble-t-il, disait qu'avant un rendez-vous difficile, de prier son Ange Gardien afin qu'ensemble avec l'Ange gardien de l'autre personne, les difficultés prévues et/ou prévisibles s'aplanissent et que l'on puisse s'entendre.
Prions avec vous.

Par Lyonyx 27 juillet 2016 à 16 h 11

Quand Dieu choisit il doit forcément rendre réalisable ce choix.
En plus, il rend capable la personne qu'il choisit

C'est bien la, l'oeuvre de notre Seigneur.

Que tous ses élus (es) arrivent a Lui et correspondent a la mission qu'Il leur confie ! Amen

Par Cécile Breton 26 juillet 2016 à 0 h 57 Répondre à ce commentaire

Dieu ne regarde pas les apparences il regarde le cœur Alors ayons un cœur humble remplie d'amour, capable de pardonner et d'être au service des uns aux autres, surtout des plus pauvres.... oh seigneur rendez nos cœur semblable au votre!!!Amen!!! merci pour cette belle méditation....

Par Marie-Noëlle HONORE 26 juillet 2016 à 0 h 43 Répondre à ce commentaire

Soeur Marie, c'est tellement vrai, ce que vous dites, avoir la meilleure place, se frayer le meilleur chemin par n'importe quel moyen au détriment des autres pour obtenir honneur, richesse, notoriété, puissance. Avoir belle apparence, en mettre plein la vue aux autres pourvu qu'on ait tous les honneurs, l'admiration... Ca fait penser au "vaniteux" du Petit Prince. Mais sous cette belle apparence que reste-t-il d'humain, de fraternel ? on peut tromper l'homme, mais pas Dieu. Lui qui sonde les reins et les coeurs. On porte facilement un jugement, se fiant à l'apparence, c'est trop facile; il y a pourtant en l'homme des trésors de richesse, de générosité, de dévouement, qu'il faut découvrir, et Dieu nous connaît, il sait de quoi nous sommes capables en mal comme en bien.
Souvent aussi on porte un jugement sur nous-mêmes qui nous freine, au lieu de nous faire avancer; on se croit incapable de faire aussi bien qu'un tel, on se déprécie. Il nous faut chaque jour apprendre à nous accepter tels que nous sommes. "Fils de prince ou fils de roi". Dieu nous connaît tous, et nous aime tous, puisque Dieu es notre Père.

Par Marjeanne 25 juillet 2016 à 23 h 55 Répondre à ce commentaire

Ouvrir les yeux...

Moi non plus je ne suis pas né à Jérusalem, et je ne suis pas fille de grand prêtre, (enfin pas que je sache!:)), ni de gens puissants.
Je me réfère de moins en moins à une école de pensée reconnue et je n'ai pour autorité(s) que celle(s) de ma vie...
Je ne sais pas si à l'heure où j'écris ces quelques mots l'Esprit repose sur moi, et encore moins sûre d'être ointe du Seigneur. Encore que, baptisée et confirmée, il y a peut-être sujet à discussion. Mais une chose est sûre, je ne suis pas reine d'Israël...
Ce serait drôle qu'un jour un "gouvernant" grave sur ma tombe "reine de je ne sais quoi"...
Le Seigneur se demande peut-être à mon sujet: " mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire d'elle!" En tout cas pour ma part je n'en sais rien, et je ne cherche plus à savoir. Il fera bien, "au mieux", avec ce que je suis?!...

Voilà, voilà, tout ce que m'inspire ce texte et cette méditation, aujourd'hui, avec un tout petit peu d'humour...

Par IPG 25 juillet 2016 à 22 h 06 Répondre à ce commentaire

Merci, je me sens moins seule

merci pour sœur Marie qui relève des Écritures dans notre époque

merci de pouvoir prier ensemble

Micheline

Par Micheline 26 juillet 2016 à 8 h 38

Oui, Dieu fait certainement au mieux, (voire même plus!) AVEC ce que nous sommes. Mais c'est le petit mot AVEC qui attire mon attention. Car Dieu ne fait pas sans nous . Sans notre collaboration , disons qu'il peut moins... Nous sommes forcément engagés quand Dieu est engagé en nous! Car depuis la résurrection , il est en nous , mains liées ou déliées selon notre attitude!
Très bonne fin de journée à vous, avec Lui ! (Je me le souhaite aussi par la même occasion!)

Par Béatrice 26 juillet 2016 à 14 h 47

Les versets 11 et 12, viendront dans une prochaine méditation, j'en suis certaine. Ce sera peut-être dans les jours qui viennent ou lors de la prochaine session. Il y a tant à méditer sur ces quelques versets.
Soyons patients, Dieu a son heure. Et il ne nous souhaite d'indigestion de sa Parole.

En toute amitié..

Par Micheline (Canada) 25 juillet 2016 à 20 h 11 Répondre à ce commentaire

Soufflée de beauté, merci,
(j'ai tellement vécu de refus, de rejet...et Jésus m'a libérée)

Par Florence Bazas 25 juillet 2016 à 19 h 00 Répondre à ce commentaire

Une simple remarque, mais je pense que la lecture aurait dû inclure les versets 11 et 12 . Je pense que cela aurait donné plus de sens à la méditation, c'est là que Dieu désigne David. C'est vrai que nous le savons, mais peut-être pas tous? Au verset 10,
Dieu n'a toujours pas choisi.
Dieu ne choisit pas selon les apparences, c'est lui qui nous a créé, je n'étais pas née, Dieu me connaissait déjà.
Ses choix sont ceux du coeur.
Union de prière!!

Par monette 25 juillet 2016 à 17 h 43 Répondre à ce commentaire

C'est vrai, le regard de Dieu dépasse les apparences, le Christ le montre constamment. Moi est ce que je suis capable de me laisser regarder par le Christ, ou bien de regarder les autres comme lui? cela demande beaucoup d'humilité (pour moi) et de compassion (pour les autres), mais le même regard vaut pour moi comme pour les autres ("ne jugez pas et vous ne serez pas jugé".
Dans nos sociétés aussi, le salut vient bien plus souvent de parfaits inconnus qui font avancer les choses. Il suffit parfois d'un qui se lève...

Par Antoinette G 25 juillet 2016 à 16 h 15 Répondre à ce commentaire

Le Dieu auquel je crois est vraiment déroutant: il regarde les coeurs, car il a un coeur de "petit", il est à l'aise avec ceux qui lui donnent leur coeur...en toute simplicité, avec ceux qui l'accueillent vraiment! Comme les bergers, les pauvres et les malades et les perdus , les possédés, les étrangers........ de Galilée et de toute l'humanité et chaque homme est choisi pour être couronné du Christ-Roi.
Isaïe 55,8.9: "car mes pensées ne sont pas mes pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Eternel"
Ce Dieu-là, qui naît dans une crèche et meurt sur une croix, assurément nous ne l'aurions jamais inventé! Il nous libère de toutes nos fausses idées sur Dieu et par la même occasion, nous libère de tous nos esclavages et de tous nos préjugés, si nous le voulons bien..., puisque nous sommes créés à son image: libre de l'aimer ou pas...
Je reste toujours "béate" devant cette incroyable nouvelle ,(mais j'adhère!) comme Jessé sans doute devant la décision du Seigneur!
Béatrice

Par BEATRICE 25 juillet 2016 à 16 h 01 Répondre à ce commentaire

Dieu, nous aime tel que nous sommes, il ne s'est pas trompé en nous créant,

Les imperfections d'aujourd'hui ne sont rien aux yeux de Dieu, qui ne regarde qu'a celle du coeur,
A force de fixer nos regards sur les apparences, nous fini sont, par ne plus considérer aux réels problèmes :ceux de notre coeur, de notre âme!
Même si nous ne sommes pas parfait aujourd'hui, Dieu prendre le temps de nous s transformer de jours en jours à son image, il suffit de le vouloir!
Votre modèle doit demeurer le christ!
(Romain 12/2)" Ne nous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon,agréable et parfait "
Toi seigneur qui regarde nos coeurs, qui est source de nos désirs et de nos motivation, seigneur tu recherches avant tout un coeur pur et agréable, .Quel est l'état de mon coeur aujourd'hui?
" Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire,mais que l'humilité vous fasse regarder les autres ,
comme étant au - dessus de vous - même "... petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 25 juillet 2016 à 15 h 50 Répondre à ce commentaire

"Dieu ne regarde pas comme les hommes : les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. " Demandons à l'Esprit-Saint de regarder les autres avec le regard d'Amour de Dieu". C'est avec ce regard que nous serons disciples du Seigneur au coeur de notre monde. En UDP avec toutes et tous.

Par Jean-Louis 25 juillet 2016 à 15 h 17 Répondre à ce commentaire

Les choix de Dieu sont déroutants, "les premiers seront les derniers". "Ouvrons les yeux".
Seigneur Tu nous enseignes l'humilité, alors que le monde recherche les honneurs, aide-nous à trouver les bonnes solutions, les bonnes appréciations dans notre chemin de vie.
UDP avec chacun de vous.

Par MARIE 25 juillet 2016 à 14 h 25 Répondre à ce commentaire

Oui, les choix de Dieu sont déroutants ou plutôt ce sont les voies qu'Il emprunte pour nous répondre.

Par mahona 25 juillet 2016 à 14 h 11 Répondre à ce commentaire

Vous êtes formidable. Merci d’être la pour nous, je n'ais qu'une quatrième année trop ignorant mes vous êtes tellement instruit ses de tout beau ter. Je nais même pas terminer ma quatrième année, je suis émerveiller de voir comment sa corrige nos fautes de grammaire. Que DIEU VOUS BÉNISSE.

Par Pierre Malette 25 juillet 2016 à 13 h 21 Répondre à ce commentaire

Mais le Seigneur dit à Samuel : "Ne considère pas son apparence, ni sa haute taille, car je l'ai écarté. Dieu ne regarde pas
comme les hommes : les hommes regardent l'apparence mais le Seigneur regarde le cœur."
La parole de ce matin, "le choix d'un roi" et votre méditation Sœur Marie sont comme un cœur à cœur.
Merci.

Par Françoise D. 25 juillet 2016 à 10 h 14 Répondre à ce commentaire

A la lecture de ce texte,j'ai les larmes aux yeux et l'espoir au coeur car je pense à ma fille (porteuse de troubles autistiques);et à ce plus qu'elle dégage,à sa joie depuis que le prêtre lui a dit jésus habite ton coeur;.

Je pense à cette qualité non reconnue le plus souvent :l 'intelligence du coeur.

je pense à la lucidité et au discernement.

La liberté de la foi ,de l'esprit est-elle le garant de tout cela?

Par pottier 25 juillet 2016 à 9 h 31 Répondre à ce commentaire

OUI notre societe est gangrenee par "LE PLUS" Toujours PLUS ;;; Resterhumble (pres de l'HUMUS, pres de la terre) pour etre reconnu,sinon roi mais fils de Dieu , c'est ce que dit ce texte . Il reste que l'on peut faire comme Jesus et se tourner vers LE plis faible, le plus petit , le plus demuni . A nous d'ouvrir nos yeux et nos coeurs! Bonne journee à tous

Par BUCHIN 25 juillet 2016 à 9 h 16 Répondre à ce commentaire

" Dieu créateur du Ciel et de la Terre "....
... a manqué à tout... ses devoirs (... élémentaires) ?...
.... IL n'avait rien prévu pour la naissance de son Fils : Jésus....
... Si ... une crèche dans une étable !!!!
.... Mettons-nous un instant, à la place de Marie ?...
Quelle foi .....?
Dans l'adversité, et les apparences trompeuses... demandons au Seigneur de conserver, comme Marie cette foi.

Par breizh 25 juillet 2016 à 9 h 10 Répondre à ce commentaire

J'ai été désigné par mes parents comme légataire particulier et ma légitimité est contestée par mes frère et soeurs.
Ma désignation est conforme à la loi mais au fond, je ne suis pas reconnu par mes paires comme légitime.

Je reconnais que je n'ai pas le profil attendu, mis à part le fait que je suis le fils aîné. Je cherche une solution permettant de vivre une certaine fraternité mais elle est refusée par mon jeune frère qui veut purement et simplement prendre ma place, sans autre considération. Je suis peiné de cette situation que je confie à votre prière pour que le Seigneur nous ouvre les yeux!

Fraternellement dans le Christ

Par renaud 25 juillet 2016 à 9 h 06 Répondre à ce commentaire

Union de prière pour plus de compréhension dans la famille avec vous Renaud.

Par MARIE 25 juillet 2016 à 10 h 20

réponse à Renaud : c'est une problème à ne pas prendre à la légère. Vos parents auraient dû en parler à tous leurs enfants pour expliquer leurs motifs, leur parole aurait pu avoir du poids. Les successions ne mettent pas en jeu que du matériel, mais surtout l'égalité d'amour des parents pour leurs enfants. Même s'il y a des raisons compréhensibles et admissibles (en tant que fils ainé, , vous pouvez être chargé d'une responsabilité particulière dans la préservation d'un bien, ou bien la transmission d'une entreprise...), cela risque quand même d'entrainer des rancoeurs et des difficultés de réglement pour la succession. Peut-être que le notaire peut s'entremettre pour vous auprès des autres héritiers afin de trouver un compromis. La position d'enfant favorisé est loin d'être facile, vos parents ne sont pas Dieu et vous n'êtes pas "l'oint du Seigneur". Donc tout peut se discuter.

Par antoinette 25 juillet 2016 à 12 h 54

Merci Sœur Marie, car vous avez une dialectique qui permet de comprendre et vivre cette méditation comme si nous étions les acteurs de cette scène dans laquelle le Seigneur fera son choix.
Merci.

Par SYLVESTRE14 25 juillet 2016 à 8 h 38 Répondre à ce commentaire

Il s'est élevé devant lui comme une faible plante .
Comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée ;
Il n'avait ni beauté , ni éclat pour attirer nos regards .
Et son aspect n'avait rien pour plaire .
Méprisé et abandonné des hommes , homme de
douleur et habitué à la souffrance ,
Semblable à celui dont on détourne le visage .
Nous l'avons dédaigné , nous n'avons fait de Lui aucun cas ...
Cependant , ce sont nos souffrances qu'il a portées ,
c'est de nos douleurs qu'Il s'est chargé ;
Et nous l'avons considéré comme puni ,
Frappé de Dieu et humilié .
Mais il était blessé pour nos péchés .
Brisé pour nos iniquités ;
Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui ,
Et c'est par ces meurtrissures que nous sommes guéris .
Merci soeur Marie , recevoir la Paix du Christ , la litanies des Saints ,
me dit , que ceux -ci aussi ont fait les frais des apparences , sans
être considérés du tout , pourtant leurs coeurs étaient pareils à celui
du Christ . On défigure souvent ceux qui ne nous plaisant pas , on les
rejettent , par ce qu'ils n'ont rien pour plaire ....Oui nous sommes alors
tous errants comme des brebis , suivant sa propre voie ...avec des semblables
qui ne regarderont que la beauté , le pouvoir , et l'argent , un cadre sans vie, fait
de vanité , de Moi , et autour de Moi , et rien que Moi . Un enchantement aveugle
et sourd à l'appel du Christ ...LE PSAUME 22 , et ce passage sont éloquent :
Marc 9; 12: Jésus répondit : Elie viendra premièrement , et rétablira toutes choses
.Et pourquoi est-il écrit du Fils de l'homme qu'il doit souffrir beaucoup et être méprisé ?

Par lait maternel 25 juillet 2016 à 8 h 19 Répondre à ce commentaire

Chers amis,

le monde ne cesse pas de me proposer des modèles...
Des vieux, chenus, qui semblent rayonner de la sagesse de toute une vie,
d'autres qui nous charment avec de jolies chansons,
des forts, qui accomplissent des exploits physiques admirables,
des beaux et des très belles qui décorent si joliment des hectares de papier,
des puissants qui profèrent des slogans...

Ils sont avec nous, dans monde.
Nous ne pouvons pas les ignorer.
Les médias qui meublent notre journée sont là pour amplifier leur présence.

Le chemin de Croix, à Jérusalem s'achève au Saint Sépulcre.
J'y suis allé un jour. Un seul jour. C'est un endroit bouleversant.
Et pourtant, on peut y lire - je l'ai lu, hier, dans un livre - :
" Pourquoi cherchez vous au milieu des morts Celui qui est vivant ?
Il n'est pas là, Il est ressuscité ".

Il se propose à chacun, y compris au vieux chenu, au beau et aux très belles, aux forts et aux poètes !

Mais, pour ce que je peux en savoir, - que puis-je connaître de Son dialogue avec les autres ? -, Il s'adresse d'abord à moi.
Dans mon cœur, et par le verre d'eau que j'aurai pu donner...
Sans cesse, Il me pardonne et m'entraîne à sa suite.
Il vient à moi, pour autant que j'accepte - comme le dit le Pape François -
de penser avec mon cœur
et d'aimer avec ma tête.

Alors, je ne mourrai pas.
J'entrerai, me semble-t-il, dans la Résurrection.
La Vie commence sur terre.
Elle commence maintenant.

Bonne journée à chacun de nous. Vraiment.

Par Paul (Belgique) 25 juillet 2016 à 8 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci Paul pour cette méditation. Je prends aussi note du conseil de notre pape François.

Par Mireille 25 juillet 2016 à 14 h 21

Oh non, Paul, Il n'était pas au St-Sépulcre comme vous le soulignez. Le souvenir que j' ai gardé de ma visite n' est pas le meilleur de mon voyage-pèlerinage en Terre Sainte. Le St-Sépulcre est par excellence, le lieu de la division : chaque confession chrétienne (catholique, orthodoxe etc ...) y a sa chapelle, chacune célébrant et chantant suivant son rite liturgique, sans tenir compte des autres offices qui se célébrent à la même heure d'où la cacophonie qui en découle ... C'était ainsi, il y a 20 ans. J'ignore si l’œcuménisme a progressé depuis ?...
Mais j'ai beaucoup apprécié cotre commentaire : il est VITAL. Il m'a rappelé cette citation que je trouve sublime : "Je sais que ne me mourrai pas, puisque je suis au dedans de la vie et que j'ai la vie tout entière qui jaillit au dedans de moi". (Syméon, le nouveau théologien).

Reliée à vous et à tous dans une même espérance.

Par Marie-Thérèse L. 25 juillet 2016 à 20 h 27

Bonsoir, Marie-Thérèse,

Oui, tout ce dont vous parlez, ces comportements désolants, je les ai également vus, il y a 6,7 ans.N'empêche, cette journée m'avait laissé une si forte impression, que j'ai très souvent répété autour de moi : " Combien j'ai été ému de marcher - ou à 50 mètres tout au plus - sur les endroits où ont eu lieu des événements, quel que soit le sens qu'on leur attribue, qui ont si puissamment influencé le monde ".

Je leur parlais de mon émotion à propos d'un événement passé, historiquement repérable. J'espérais sans doute susciter chez mon interlocuteur un intérêt à propos d'un pilier de notre histoire chrétienne.

Faisant cela, je suis alors dans le passé, avec également ma propre histoire, mes connaissances et ma (pauvre) mémoire. Mais, depuis cette lecture d'hier, j'ai été interpellé par cette phrase que j'ai citée dans mon partage, et qui concerne mon aujourd'hui, mon maintenant.

Il ne s'agit plus de ma connaissance.
Il s'agit du Christ. De Sa Présence.
Le Christ est vivant, aujourd'hui, avec nous, entre nous, en nous.
Il s'adresse à moi ... quand apparaît mon plus proche prochain.
Je ne suis plus dans le passé.

Je suis dans le présent, avec toute ma fragilité.
Mais nous ne sommes pas seuls.
Ni moi, ni mon prochain.

Bonne soirée à chacun de nous.

Par Paul (Belgique) 25 juillet 2016 à 22 h 17

Seigneur tu connais ma petitesse,aide moi à l'accepter,
mais avec ta grâce,donne moi la joie de la surmonter.
.

Par andre fourmanoir 25 juillet 2016 à 7 h 07 Répondre à ce commentaire

Il faut du temps pour voir une personne, pour qu'elle se révèle à nos yeux.
Dieu habite l'aujourd'hui, mais l'aujourd'hui n'est pas l'immédiat. Il habite avec son peuple, il s'inscrit dans son histoire. Il s'inscrit dans l'histoire de chacun. "C'est toi qui as créé mes reins, qui m'as tissé dans le sein de ma mère [...] J'étais encore inachevé, tu me voyais" dit le psaume 138. Le regard premier sur toute vie appartient à celui qui la donne, il appartient à Dieu. Premier car avant que tout regard humain ne se pose sur un être, il est déjà connu de Dieu. Premier car seul Dieu n'en saura jamais la complète vérité.

Marcher avec Dieu, c'est voir, c'est savoir Dieu dans sa vie, en savoir son regard. Si David, l'absent, est connu de Dieu, David, depuis longtemps déjà, marche avec Lui. "Yahvé qui m'a arraché aux griffes du lion et de l'ours m'arrachera de la main de ce Philistin," dira David à Saül (1S17), rappelant le temps où il "faisait paître les brebis de son père". Là est sa force. Là est ma force.

Etre jugé sur son apparence fait mal. Je ne suis pourtant pas plus cette image que je présente au monde que celle qu'il me renvoie. Je suis créé(e) à l'image de Dieu - non à l'image que je me fais de lui - et mon chemin de vie est d'apprendre à lui ressembler. Apprendre en marchant avec lui, les deux pieds bien sur terre, dans le réel, comme David, en lui demandant la grâce d'ouvrir mes yeux pour voir à Sa lumière. Le seul jour qui éclaire vient de l'intérieur, le cœur ne se lit qu'à la lumière de Dieu.

Par Audrey 25 juillet 2016 à 6 h 48 Répondre à ce commentaire

Apprendre en marchant avec Lui, les deux pieds bien sur terre, merci Audrey de compléter par dette petite phrase le commentaire éclairant de soeur Marie...et contente de te retrouver, Kat Namur

Par Kat 25 juillet 2016 à 8 h 05

Heureuse de vous retrouver ce matin sur le site " Marche dans la Bible ".
Merci pour ce commentaire lumineux qui complète admirablement la méditation de ce matin.

Par Lise 25 juillet 2016 à 8 h 14

Quel plaisir de vous retrouver et de recevoir l'éclairage de vos méditations. Merci pour votre fidélité, mais qu'elle ne se transforme pas en contrainte, même si nous sommes nombreux à rechercher vos commentaires. J'espère que votre silence de ces derniers jours est dû à des vacances et surtout pas à une santé défaillante. Merci pour nous tous.

Par grannie 25 juillet 2016 à 8 h 47

Merci, Audrey, pour vos commentaires toujours bien formulés et très profonds.
Ceux-ci complètent toujours utilement la méditation reçue de notre famille dominicaine.
Bien fraternellement.
Robert

Par CANNIE 25 juillet 2016 à 8 h 54

Merci à tous! C'est un bonheur de vous retrouver, et c'est toujours un bonheur d'écrire. J'étais effectivement partie au vert quelques jours, Grannie, pour une grande respiration en montagne qui était vraiment bienvenue. Merci de votre sollicitude! :-)
En espérant que tous aussi vous portez bien et que le chemin avec Ruth fut fructueux.
Je joins ma prière à la vôtre et reprends le chemin avec vous...

Par Audrey 25 juillet 2016 à 18 h 22

Cordial bonjour à Audrey et à toute la communauté d'internautes. Je suis moi-même de retour sur ce forum après une défaillance de connexion.
Petit commentaire grammatical, sans prétention, à propos de la phrase "Premier car seul Dieu n'en saura jamais la complète vérité". Il est manifeste qu'Audrey a voulu écrire "Premier car seul Dieu en saura jamais la complète vérité", "jamais" ayant ici un sens positif. Le "n' " apporte une négation par laquelle la phrase signifie que "Dieu sera le seul à toujours ignorer la complète vérité", ce qui constitue bien entendu un contresens.
En toute connivence avec les très riches réflexions d'Audrey.

Par Bernard (Bruxelles) 26 juillet 2016 à 22 h 43

Les choix de Dieu sont déroutants....Que veux-tu, Seigneur pour moi qui suis très ....déroutée ????

Par Célestine 25 juillet 2016 à 6 h 47 Répondre à ce commentaire

"Il n'a pour autorité que celle de sa parole et de son existence "
Comme lui , plonger par la prière, dans ce Lieu de conscience, où "ça Parle" en moi ..en nous !
Toute une Vie de recherche, avec seulement le Désir d'être en communion avec l'Esprit Saint . Ô Dieu , comme il faut être petit pour toujours demeurer en Toi !

Par Nicole.B 25 juillet 2016 à 6 h 40 Répondre à ce commentaire

Dommage que le texte ne soit pas complet, il manque le rouquin, le mot de la fin!
Bonne journée à tous et toutes et merci pour ces commentaires et textes!

Par nounouchat 25 juillet 2016 à 5 h 04 Répondre à ce commentaire
voir tous les commentaires