Abraham

« Marche en ma présence. » Genèse 17,1

La marche d'Abram vers sa descendance

Genèse 13, 14-18

Après le départ de Loth, le Seigneur dit à Abram : « Lève les yeux et regarde, de l’endroit où tu es, vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident.
Tout le pays que tu vois, je te le donnerai, à toi et à ta descendance, pour toujours.
Je rendrai nombreuse ta descendance, autant que la poussière de la terre : si l’on pouvait compter les grains de poussière, on pourrait compter tes descendants !
Lève-toi ! Parcours le pays en long et en large : c’est à toi que je vais le donner.»
Abram déplaça son campement et alla s’établir aux chênes de Mambré, près d’Hébron ; et là, il bâtit un autel au Seigneur.

Méditation

précédente suivante

Renoncer à la convoitise

De l’Égypte, avec ses plaies, mais aussi les richesses acquises, Abram a rebroussé chemin pour revenir camper, riche, à Bethel, le lieu des commencements de sa relation au Seigneur. Là où il l’avait invoqué. Loth est parti. Tous deux étaient trop riches pour habiter sur la même terre et les querelles entre eux les menaçaient. C’est alors encore la convoitise qui guette, la comparaison entre les bergers des deux troupeaux. Décidément, difficile de quitter.
Difficile d’aimer simplement son histoire. Difficile plus encore peut-être d’entrer dans un désir de mieux vivre qui n’est pas dans l’envie de s’approprier la vie de l’autre. Pour éviter que le conflit ne s’envenime, Abram propose à Lot de choisir où il veut aller et s’installer. Loth choisit tout le district du Jourdain, à l’orient, pour planter alors sa tente à Sodome.
Pour préserver la fraternité, mieux vaut la séparation que de répéter l’histoire de Caïn et Abel. Se séparer donc pour éviter l’échec de la fraternité. Le Seigneur promet alors à Abram qu’il aura la terre qui s’étend sous ses yeux.
Et une descendance sans fin. Dieu tient sa promesse faite au chapitre 12, au verset 1 en parlant du « pays que je te ferai voir ». C’est donc bien maintenant Canaan qui est sa destination. Pour toujours. Une promesse pour toujours. Surabondante. Quelle est donc la promesse que notre Dieu a fait à chacun, pour toujours ? Non plus une terre, non plus même une descendance. Mieux encore. Une humanité. Une compagnie. Un Dieu compagnon en son fils. Non plus quitter un lieu, mais « aller et venir », rester ouvert à un horizon plus large.
Aller et venir avec son Dieu. Abram va vivre sur une promesse au futur. Elle suffit. Tel est le fruit du renoncement à la convoitise : la promesse d’un avenir inespéré, impossible à construire par soi-même.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

58 commentaires

En cette période de préparation des projets pour l'année scolaire prochaine, la promesse d'un avenir inespéré, impossible à construire par soi-même, m'invite à laisser toute la place au Seigneur dans la perspective d'une réalisation plus fructueuse.

Par Nicole Drouvin 23 juin 2017 à 7 h 11 Répondre à ce commentaire

En relisant tous vos commentaires,ce qui s'en dégage ,c'est la Confiance ...Confiance en un Dieu qui nous aime...cela parait tout simple,nous qui sommes si compliqués !!!!
Monette vous êtes dans mes prières,courage...
Je vois aussi qu',il y a une autre Pénélope sur le site,comment se différencier ?...

Par Penelope 18 juin 2017 à 10 h 51 Répondre à ce commentaire

Se séparer pour éviter l'échec de la fraternité, Abram propose à Loth ou il veut aller il se montre compatissant et humble et veut rester dans l'amour de Dieu, ne voulant pas déplaire son Dieu il accepte la séparation !!!Seigneur pardon pour nos querelles réapprend nous le vivre ensemble !!! Merci pour toutes ces méditations !!!

Par honoré marie-noëlle 16 juin 2017 à 20 h 14 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Véronique pour votre commentaire. il me semble que tous un jour ou l'autre nous avons à faire le choix de Abram à nous séparer de quelqu'un un proche, d'une idée reçue, d'un objet, d'un bien ou autre pour trouver la promesse de Dieu la paix

Par PRIN Annette 16 juin 2017 à 17 h 56 Répondre à ce commentaire

Magnifique méditation, merci soeur Véronique. Abraham était un homme sage, il a su faire confiance à Dieu; il a obéi : "va, pars, quitte ta maison, ta parenté, sors"...Il est sorti, tout quitté. Sa foi a été récompensée.
Il a crû en la promesse que Dieu lui avait faite. Il a réussi, il revient riche, heureux mais lucide, il se sépare de Loth pour éviter toute chamaille, tout conflit entre frères; ne pas se laisser tenter par la convoitise. Chacun suit son chemin. La vie est faite de choix, de départs, de retours;
tous les jours, il faut se remettre en question. Dieu a des projets pour chacun de ses enfants.
A Abraham, il promet une descendance aussi nombreuse que les sables du rivage et que les étoiles du ciel, alors qu'il est vieux et n'a encore pas d'héritier. Mais sa promesse se réalisera.
Que de départs il m'a fallu prendre, que de commencements, de recommencements depuis mon enfance pour arriver à m'en sortir. Sortir de la pauvreté, du mal-être, de l'ignorance. De campement en campement, sans me décourager. La vie n'a pas été tendre, hélas; mais Dieu m'a donné assez de ténacité, de volonté; j'ai été épargnée de toute convoitise. Mon coeur est resté ouvert à toute détresse, à toute souffrance, ayant moi-même tant souffert. Que de tempêtes j'ai dû affronter, mais Dieu était à la barre, toujours présent dans les moments de découragement, de détresse et même de désespoir. Béni sois tu Seigneur !
Bonne nuit ou bonjour, à tous, frères et soeurs !

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 16 juin 2017 à 1 h 30 Répondre à ce commentaire

PARTIR, se dessaisir de soi-même pour un au-delà inconnu surtout quand on n'a pas la foi....
Apprendre à quitter sa vie, cette vie... c'est le lot de Florence, elle est jeune, elle avait l'avenir devant-elle. La maladie à combattre sans beaucoup d'espoir, quasiment plus. Plus je la rencontre elle et sa maman, plus je suis impressionnée par la vacuité de notre quotidien, de ce que nous croyons "être la vie". Oui c'est dans le dénuement de cet échec de vie que je découvre et je suis impressionnée par la vraie vie qu'elle a en elle malgré la dureté des jours et des nuits... Merci Seigneur
pour cet enseignement que je reçois, je repars plus enrichie que ce que j'ai donné... L'amour sera plus fort que la mort.

Par jeanne 16 juin 2017 à 0 h 03 Répondre à ce commentaire

Notre vie est faite de mouvements; notre corps est fait pour bouger, se déplacer, aller, venir, partir, revenir au gré des événements, voulus ou imposés. J'en profite pour répondre à Michelle Dincher-Mosconi, de l'accueil qui a été réservé aux "pieds-noirs" qui étaient obligés de quitter le pays où ils été nés; tous n'étaient pas des colons. J'avais écrit à ce sujet en Juin 2016 : "la France, notre pays, terre accueillante dans les lois, les principes, n'avait pas été à la hauteur de sa réputation en 1962". Nous n'avons pas eu de banderoles à notre arrivée à Toulon, mais un vérification scrupuleuse de nos papiers d'identité, en plein soleil du mois d'Août; j'étais alors sur le point de faire une deuxième fausse-couche et mon petit garçon de trois ans était épuisé. Une fois à terre, nous avons eu droit à un verre de limonade et quelques biscuits. Malheureux, en colère, personne pour nous accueillir, il a fallu se retrousser les manches et recommencer. Heureusement que Dieu est toujours présent dans les jours heureux, encore plus dans l'épreuve, c'est ce qui nous a aidés à vivre.
Nous avons recommencé une autre vie. Les années ont passé... La vie m'a appris que le bonheur se trouve dans le don de soi, le partage; la compassion, la miséricorde, le pardon.Ne pas vivre dans le passé. C'est ce qui m'a permis d'aller toujours de l'avant. Comme Abraham nous sommes des nomades, des voyageurs.

Par Marie Jeanne 15 juin 2017 à 23 h 44 Répondre à ce commentaire

Chère Marie Jeanne,
Quel bonheur d'avoir croisé ta route et de pouvoir partager les valeurs que tu proclames !
(Bref message, car il se fait tard, après des journées bien remplies en randonnées et en découvertes).
Ton frère qui t'admire,
Bernard

Par Bernard (Bruxelles) 16 juin 2017 à 0 h 52

Merci soeur Véronique de faire ainsi s'entrechoquer notre vécu intime, familial, avec la leçon de la Genèse : oui, à chaque génération nous subissons la malédiction de Caïn et Abel, même si nous nous efforçons de nous en préserver, de créer enfin une harmonie familiale. Est-ce dans nos gènes ?

Par Christiane 15 juin 2017 à 17 h 28 Répondre à ce commentaire

"Partir" ou "Laisser partir" ?
Les parents laissent partir leurs enfants afin qu'ils assurent leur vie d'adulte.
Tous, un jour nous partirons et laisserons sur terre nos biens matériels. Pourquoi ne pas commencer dès à présent ?
Le Christ nous a dit "BIENHEUREUX LES PAUVRES EN ESPRIT"

Par DELORME Marie 15 juin 2017 à 17 h 02 Répondre à ce commentaire

Merci Sœur Véronique, J’aime vos méditations, car je sais que dans chacune il y a un mot, une phrase, qui réveillera certains sentiments enfouis en moi. Abram est mené par Dieu, il sait lâcher prise, laisser le Seigneur agir en lui, Sa confiance est si forte ! Quitter les siens et ce lieu qu’il aime pour aller où, il ne sait pas; il suit le chemin que Dieu lui indique, mais conduit, et porté par la Confiance qu’il a en son Dieu, IL VA !....... Sa confiance est totale.
Avec Loth, il ne veut pas susciter jalousie il n’a pas cherché à avoir la meilleure part et laisse Loth choisir pour ne pas éveiller sa jalousie. La paix et sa confiance en Dieu vaut bien plus que tous les biens matériels
Notre chemin de vie n’est-il pas fait de changements, de départs, d’abandons ? C’est tout au long de ce chemin que nous devons être attentifs aux appels de Dieu ; Ils nous accompagnent à chaque instant de notre vie si nous savons être attentifs à sa Voix. Vivre avec Lui, en Lui, et ainsi que le dit Gaby, marcher avec Lui, jusqu’au bout, main dans la main.
Mon âme t’attend, Dieu Trinitaire, que par l’Esprit Saint me parvienne ta Grâce. Je te rends Gloire Seigneur Sauveur!
Marie-Madeleine

Par Madeleine AULANIER 15 juin 2017 à 16 h 31 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation qui me parle beaucoup.

Par marie-françoise 15 juin 2017 à 11 h 36 Répondre à ce commentaire

De l'épisode d'Abraham, père des croyants, on retient surtout la bénédiction de Dieu, la promesse d'une descendance et d'une terre promise.
Et j'apprécie beaucoup les commentaires qui font ressortir la foi du père des croyants.

Mais j'en reviens à un commentaire extrêmement judicieux et qui n'a généré aucune réaction. Je le transcris intégralement, tel qu'il figure parmi les 1ers commentaires faisant suite à la méditation précédente du lundi 12 juin. Commentaire daté de 2016 et qui a été ajouté avant ceux du 12 juin 2017 :

" Pourquoi Dieu a-t-il promis à Abram un pays qui appartenait aux cananéens? Question que l'actualité israélo-
palestinenne rend brûlante aujourd'hui".

Par Hubert 24 mai 2016 à 11 h 52 répondre à ce commentaire.

La fameuse" terre promise" qui a généré tant de massacres et qui a spolié tant de populations de leurs droits !
Cela rejoint les images d'un Dieu tout-puissant et justicier dont on a déjà fait état sur ce site.

Par Esperanza 15 juin 2017 à 11 h 30 Répondre à ce commentaire

Peut être , DIEU, souhaite-il, une séparation momentanée , pour pouvoir mieux se retrouver tant dans son humanité que dans sa divinité .
C.a.dire abolir les mésententes, et mixer les pensées et les prières , pour en faire une nouvelle expression religieuse qui dépasse les frontières et les théologies.

Je REponds à la fois A Hubert et Esperanza, un peu confusément sans doute... Car je vis à la fois en pays chrétien et musulman
CLaire

Par Claire 15 juin 2017 à 12 h 56

Partir, tant de fois partir...comme petite fille déjà " l'Exode" Lisez, si vous trouvez encore " Un Exode ordinaire" de Roger BICHELBEGER, c'est l'histoire de mon village. Puis partir, fuir les bombardements...et encore partir, ...Choisir de partir pour une formation...et partir parce que le Seigneur frappe depuis si longtemps à la porte. Une Congrégation où le partir est " Charisme" Je promets de " partir" là où mes Responsables m'enverront, et chaque fois laisser...les enfants...les parents...des amis...des maisons ....du plat pays aux collines du Sud, de la blonde pierre de Saintonge et des rivages de l'Atlantique et repartir " chez soi qui vous est devenu étranger." Vas y, le cœur joyeux, le Seigneur t'a devancée." C'est ma sœur, pourtant guère pieuse, qui me le dit...Le Seigneur vous envoie de ces paroles inoubliables. Pourtant, si on me le demandait encore...Bientôt le dernier départ...main dans la main avec Lui ! C'est un beau souhait et ce sera sans doute tout autre. Je prie souvent celles qui sont parties durement, Edith STEIN, Sophie SCHOLL....la petite sœur d'Elie WIESEL, Je n'ai pas de belles phrases à vous donner, sœurs et frères internautes, du vécu, en toute confiance...Bel été, Gaby

Par Gaby 14 juin 2017 à 17 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci, Gaby.

"Je n'ai pas de belles phrases à vous donner, sœurs et frères internautes,
du vécu, en toute confiance..." nous dites-vous.
Je n'en suis pas si sûr...
Un mot suffit.
Merci pour "partir".

En tous cas, ce mot résonne ce matin dans mon cœur avec "avancer",
"mettre en actes", "stabiliser pour garder le cap".
Mais, me connaissant, je crains de me laisser emporter sans but,
comme une feuille dans le vent de mon inspiration.

Ce matin, pour avancer, je me rends compte que j'ai besoin de l'Esprit.
Merci de prier un instant pour moi.

Bonne journée, vraiment.

Par Paul (Belgique) 15 juin 2017 à 6 h 48

Pour vous, Paul, pour vous, Gaby, pour nous tous et toutes!
"Vas y, le cœur joyeux, le Seigneur t'a devancée." Comme c'est beau, et vrai, chère Gaby! Ces mots m'accompagneront en cette journée. Puissent-ils illuminer chacun de nos jours!

Par Audrey 15 juin 2017 à 7 h 24

Merci, Audrey,
votre réponse m'a réchauffé dans mon questionnement actuel.
J'en avais besoin. Je me sens renforcé. Merci.
Bonne journée

Par Paul (Belgique) 16 juin 2017 à 9 h 17

"Non plus une terre, non plus même une descendance. Mieux encore. Une humanité. Une compagnie. Un Dieu compagnon en son fils. Non plus quitter un lieu, mais « aller et venir », rester ouvert à un horizon plus large.
Aller et venir avec son Dieu. Abram va vivre sur une promesse au futur. Elle suffit. Tel est le fruit du renoncement à la convoitise..."

La convoitise, hélas ! Envenime souvent les rapports humains, engendre des haines, des vols, des guerres...
Il n'y a que le coeur profond qui voit autrement, plus loin qui sait où est le "vrai trésor"...

Merci sr Véronique :-)

Par Nad 14 juin 2017 à 17 h 22 Répondre à ce commentaire

La convoitises,celui qui doit se sentir toujours inférieur a celui qui possède plus,au fond doit être pas très heureux ,plus il possède, plus il désire encore d'autre choses, plus on devient âpre et dur pour les autres, soucieux et irritable, malheureusement il connaisse pas la paix intérieure,
Ce sont bien souvent les pauvres qui savent le mieux partager et trouver la joie dans le don du peu qu'il ont,a accueillir, sens rien attendre en retour, mais le seigneur nous veux libre dans notre marche,libres de nos fantasmes de fausse richesse.
Or la vie ne dépend pas de la satisfaction des désirs mais de la capacité d'aimer donc de donner,
L'essentiel n'est pas de se battre contre les autres ,mais contre soi - même pour aller plus loin dans le services des autres.vers les autres.
st Paul,
"Rivalisez de respect les uns pour les autres ne brisez pas l'elan de votre générosité, mais laisser jaillir l'esprit;
Soyer les serviteurs du seigneur, ne vous laissez pas vaincre par le mal,mais soyer vainqueur du mal par le bien"
Je veux te suivre seigneur, ce n'est pas l'affaire d'un jour,mais c'est l'affaire de tous les jours,
fidélité, par de là les obstacles et les ténèbres,
fidélité par de là la peur et le doute..
Tout quitter,pour te suivre,c'est une porte d'entrée dans la vie éternelle. ...petite serviteurs de la miséricorde

Par brig 14 juin 2017 à 17 h 07 Répondre à ce commentaire

SEIGNEUR MONTRE NOUS LE CHEMIN DE LA VERITE.
FAIS QUE NOUS NOUS ECARTIONS JAMAIS DE TOI.
MERCI SEIGNEUR.

Par PLODARI 14 juin 2017 à 15 h 40 Répondre à ce commentaire

Comme déjà signalé de nombreuses fois, l'enregistrement de vos méditations de cette semaine est totalement inaudible (c'est un simple murmure !) ... comme c'est dommage pour les auditeurs que nous sommes.
Par contre, cette semaine, l'enregistrement de la "Parole de Dieu" est parfaite !!!
Que se passe-t-il au niveau de la puissance de vos enregistrement ? (il est tellement facile, pour vos auditeurs, de baisser le son, mais quand on est à 100% et qu'on n'entend pratiquement rien, on ne peut rien faire !).
Merci d'avance de tenir compte de ces remarques, déjà faites de nombreuses fois ... mais dont personne ne semble avoir tenu compte !!!

Par LAFITTE 14 juin 2017 à 15 h 33 Répondre à ce commentaire

Bonjour Lafitte,

Ils ne lisent peut-être pas les commentaires. Il vaudrait mieux leur envoyer un courriel pour les informer de ce vrai problème.

Par Bernadette 14 juin 2017 à 16 h 19

Seigneur, Esprit Saint, nous voici devant Toi.
Nous qui sommes tous des pécheurs,
en ton Nom seulement nous sommes ici réunis.

Viens à nous,
demeure avec nous,
daigne habiter dans nos cœurs.

Enseigne-nous ce que nous avons à faire,
le but vers lequel nous devons marcher.

Montre-nous quelle tâche nous avons à réaliser
pour que nous puissions, avec ton assistance,
Te plaire en toutes nos actions.

Sois notre seul conseiller, le seul inspirateur de nos jugements,
Toi seul, avec le Père et le Fils, possèdes le Nom de Gloire.

Toi qui aimes l’équité parfaite,
ne permets pas que nous jetions le désordre
dans ce qui est conforme à la justice.

Fais en sorte
que l’ignorance ne nous entraîne pas sur une fausse route,
que la partialité n’influence pas nos actes
et que nous ne soyons pas séduits
ni par un avantage personnel, ni par une complaisance envers quelqu’un.

Attache-nous à Toi afin de nous rendre efficaces par le seul don de Ta grâce.

Que nous trouvions en Toi notre unité,
qu’à aucun moment nous ne quittions le chemin de la vérité.

Puissions-nous dans toute notre activité
observer la droiture en nous laissant guider par la foi
afin que maintenant nos avis ne s’opposent jamais à ta volonté
et que plus tard nous obtenions une récompense éternelle,
réunis en Ton Nom.

Amen

(Isidore de Séville, 7e siècle)

Par Prière à l'Esprit Saint (Adsumus )nous voici) 14 juin 2017 à 11 h 57 Répondre à ce commentaire

Croire en notre avenir, le construire avec Toi, Seigneur.

Aux chênes de Mambré, Abram déplace courageusement son campement, mais il n'oublie pas d'y bâtir aussitôt un "autel pour le Seigneur".

Seigneur, nous savons que Tu es présent dans tous nos "déplacements", alors ne craignons rien, osons affronter courageusement les événements qui nous bousculent en les vivant avec Toi, Seigneur.

Par MARIE 14 juin 2017 à 11 h 07 Répondre à ce commentaire

nous prions Dieu pour qu'il étende a paix sur la terre, pour que tous puissent vivre en paix,cepenant on constate très souvent que de tout temps la guerre et la zizanie ,le gain aussi à mener le monde; donc malgré tout le bien que Dieu voulait pour les hommes; le but n'a pas été atteint; espérons toujours où cherchons la paix intérieures cela est possible.

Par penelope 14 juin 2017 à 10 h 41 Répondre à ce commentaire

Belle méditation ! Un enseignement vrai sur la vie à deux. Que l'Esprit de Dieu nous éclaire pour savoir prendre les bonnes décisions.
Merci soeur Véronique !
Paix, Joie, Bonheur et Biens !

Par AATBA 14 juin 2017 à 10 h 22 Répondre à ce commentaire

Je vis le divorce de mon fils avec douleur. Je lis la réponse:mieux vaut la séparation...se séparer donc pour éviter l'échec

Quel réconfort en lisant la promesse : en renonçant à la convoitise,un avenir inespéré,impossible à construire soi même

Merci pour ce réconfort. Soyez bénis.

Par Ricci 14 juin 2017 à 9 h 59 Répondre à ce commentaire

Texte très instructif! Sachons, dans l'espérance, attendre que Dieu agisse dans notre vie.

Par Djidohokpin Emile 14 juin 2017 à 9 h 57 Répondre à ce commentaire

"Regarde!...lève-toi", cette invitation fait penser au "lève-toi et marche" adressé à l'aveugle..
Pour nous aujourd'hui, que signifie ce "lève-toi et marche"? peut-être à ne pas s'endormir sur notre vision de la vie? regarder ce "pays" qui a besoin d'évangélisation? "marcher" , c'est-à-dire aller de l'avant...ne pas tomber dans les "c'était mieux avant..." et chercher comment témoigner par nos paroles et nos actes de Celui qui nous anime intérieurement, de sorte que extérieurement cela pose question? ce texte peut nous inviter, aujourd'hui encore, à continuer à "regarder" en soi et autour de soi...à aller vers les autres...avec ce regard de foi qui nous change au point de transformer la vie des autres aussi?

Par Emma 14 juin 2017 à 9 h 52 Répondre à ce commentaire

Pile dans mon actualité.
#çaaide :) Merci

Par Anne-Claire 14 juin 2017 à 9 h 46 Répondre à ce commentaire

Belle figure que celle d'Abraham! C'est le père des croyants, le modèle!
Il a cru en la Parole de Dieu lui promettant une terre qu'il n'a jamais habité de son vivant, et une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel, alors qu'il a eu bien du mal à avoir un fils! Il a cru et a fait confiance à Dieu.
Et nous? Savons nous lâcher prise, nous remettre entièrement entre les mains de Dieu, en lui faisant confiance? Ce n'est pas toujours facile, surtout quand tout va de travers...Pourtant, nous avons Jésus et son Esprit comme compagnon de route pour nous aider. N'ayons pas peur !

Par Mamoune 14 juin 2017 à 9 h 44 Répondre à ce commentaire

Partir pour préserver la fraternité, oui parfois cela est nécessaire..;
Bien sûr ce n'est pas l'idéal mais la fraternité ne doit pas être brisée
Merci Seigneur de nous guider, de nous donner un choix à faire et souvent de nous suggérer quel est le choix le meilleur !
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 14 juin 2017 à 9 h 36 Répondre à ce commentaire

Croire en la promesse suppose la confiance en la Parole...
Cette confiance est donnée et non pas acquise.
Cela permet de vivre en connaissant une Paix profonde, qui aide à suivre le chemin, malgré les difficultés.
Rendons grâce !

Par Nicole .M. 14 juin 2017 à 9 h 33 Répondre à ce commentaire

Merci, sœur Véronique, pour ce partage sur un sujet qui va chercher profond
dans les méandres de nos problèmes familiaux et personnels,
au milieu des bruits du monde.

Chers amis,
voici le mot qui m’interpelle, aujourd’hui : « choisir ».
Abraham, à l’écoute de Dieu, prend un risque et permet à Loth de choisir sa terre.
Et Loth se dirige vers le Jourdain
qui semble regorger de richesses, immédiatement exploitables.
Aurais-je fait autre chose ? Il y a du Loth en moi aussi.

Dieu dit ensuite à Abraham
que le pays où Il lui propose de vivre avec Lui
se trouve … là où il est déjà.

Dans une contrée un peu plus aride, sans doute,
mais Abraham choisit d’y vivre.
Et d’y attendre, jour après jour, de recevoir de Dieu ce qu’il n’aperçoit pas encore.
Abraham bâtira " dans ce pays ou nous sommes " les premières fondations terrestres
du projet de Dieu avec les hommes.

Le projet du Père vit encore au milieu de nous
aujourd’hui, ce 14 juin 2017,
grâce à tous les gestes d’amour, de partage et de pardon entre nous.
Même si le Royaume nous semble parfois caché
par la cacophonie actuelle du monde.

Courage, chers amis, n’ayons pas peur,
le Royaume de Dieu est réellement vivant.
Il est la Vie, pour toujours.
Dieu nous l’a promis.
Jésus est venu le vivre entre nous il y a deux mille ans,
et le vivre avec chacun de nous, maintenant.

Bonne journée à tous, vraiment.

Par Paul (Belgique) 14 juin 2017 à 9 h 28 Répondre à ce commentaire

Savoir prendre les bonnes décisions et les prendre à temps au moment opportun. Etre à l'écoute de Dieu et agir en conséquences nous éviterai bien de conflits et rendrai le monde meilleur.
Merci sœur Véronique que le Seigneur t’inspire davantage pour nous nourrir de belles méditations

Par Boniface 14 juin 2017 à 9 h 25 Répondre à ce commentaire

Si l'on pouvait compter les grains de poussière, on pourrait compter tes descendants.
" Grain de blé qui tombe en terre, si, tu ne meurs pas,
tu resteras solitaire, ne germeras pas."

Difficile d'aimer son histoire ! Pour préserver la fraternité, mieux vaut la séparation.
Aller et venir avec Dieu. Tel est le fruit du renoncement à la convoitise.
Construire et se reconstruire avec la Parole de Dieu.

Par Florine 14 juin 2017 à 9 h 14 Répondre à ce commentaire

Je ne sais plus qui a dit : "mon pays, c'est le monde, mes frères, c'est l'humanité".
En ces temps de nationalisme, de protectionnisme, d'individualisme... moi y compris souvent... la phrase mérite qu'on s'y arrête pour réfléchir encore et encore à notre monde si malade de démesure ! Alors que si chacun faisait peut être l'effort de regarder plus loin que le bout de son nez... ou son nombril... ou son ego... comme Abraham, peut être alors que le monde irait mieux ! Mais ne faut il pas commencer par notre premier cercle pour essaimer à travers nos enfants etc... dans les générations suivantes ?
Nous sommes tous les enfants d'Abraham !

Par Blandine 14 juin 2017 à 8 h 52 Répondre à ce commentaire

Merci pour cette méditation qui me parle tout spécialement en ces moments.... Le Seigneur est bon...

Par SPRENGHETTI 14 juin 2017 à 8 h 39 Répondre à ce commentaire

"Lève les yeux," " lève toi". Je trouve intéressant à part les mouvements de déplacements géographiques, les mouvements du corps, "les sens".Déploiement du corps d'un sens : la vue, (découvrir et se rendre compte par la vue, effet secondaire prendre conscience de......ici de l'héritage que Dieu donne) Déploiement du corps, "lève toi, parcours.." (debout). "Je te donnerai, à toi à ta descendance..." Dieu façonne, à mon avis comme l'argile dans les mains du potier" Lève toi, parcours. J'ai retenu le mot "humanité". Nous pouvons noter que Dieu n'a pas encore cultivé sa relation intérieure avec Dieu. C'est Dieu qui parle et Abraham obéit. Dieu lui dit, lui fait des promesses. Peut être que la relation est plus riche que je veux bien le penser. La richesse d’obéir et le bien que cela procure. Abraham, n'établit pas encore de dialogue avec son Dieu. Il se laisse mener, parce que c'est bien de se laisser mener.

Par LONGCHAMPS 14 juin 2017 à 8 h 08 Répondre à ce commentaire

Bonjour ,
la convoitise !
Il faut choisir ;soit le jugement du monde avec ces conséquences .
Soit être dans un véritable apostolat , car Jésus est venu pour accomplir , et non abolir .
Si une maison est vide , c'est qu'il y a eu désertion de toutes part , par un manque d'amour
on n'accomplit rien de bon sans amour , être affranchi c'est restez fidèle au commandement
de Dieu , ainsi je pense à Saint François priant devant la croix , et recevant dans son coeur de
construire l'église , au départ seul pour créer et accomplir comme Jésus , en Dieu pour Dieu .
Et le Verbe fait Chair , continue son "ouvrage ".
L'argent entre les frères , leurs richesses , crée déjà un mur de séparation , plus loin on voit
le coeur "instruit par Dieu , revenir transformer comme des bâtonnets d'encens , surabonder
une promesse pour toujours .Restez fidèle au Seigneur dans son Verbe sur toute chair .

Par fred 14 juin 2017 à 7 h 53 Répondre à ce commentaire

C'est toujours un moment de grâce ces méditations du matin! ....Merci à toute l'équipe!
Et ce matin,un merci particulier pour cette musique, sobre, pure, qui ouvre mes oreilles et mon cœur à l'écoute et au ....lâcher prise !
Bonne journée à chacun!

Par Bam 14 juin 2017 à 7 h 16 Répondre à ce commentaire

renoncer a la convoitise:
Je n'ai pu convoiter la place auprés de ma Mere , je n'y étais pas désirée, pas souhaitée je dérangeais.pourtant j'etais la et bien la .Cela fait un déplacement en soi qui peut ressembler a du renoncement, la convoitise ce pratique d'une façon plus subtile et la déraciner demande du temps et du discernement .Merci Seigneur merci a tous bonne journée

Par jnc 14 juin 2017 à 7 h 10 Répondre à ce commentaire

Depuis plus de 50 ans que je suis en Métropole, Je me poses beaucoup de questions sur la fraternité. Où est-Elle cette fraternité, quand, arrivant à Marseille, en mai 1962 nous étions accueillis par une banderole "Pieds noirs retournez chez vous".
Où est- elle cette fraternité quand, après avoir travaillé dur toute sa vie un agriculteur, à la retraite, touche moins qu'un émigré arrivant en France et ne travaillant pas.

Où est-elle cette fraternité quand, si ne pense pas tous de la même façon, On est mis au ban de la société.

Par Michelle DINCHER-MOSCONI 14 juin 2017 à 7 h 03 Répondre à ce commentaire

Rester ouvert à un horizon plus large ...
Sortir de la convoitise de la Vie de l'autre , renoncer à une relation qui pourtant était dans la main de Dieu ....
Oui , mais ...
Apprendre humblement que mon humanité a été bénie par la Présence du Christ en son sein , et l'envisager,autrement, de ce fait !
Tout est à découvrir : Merci Soeur Veronique de poser ces jalons , qui ouvrent , peut-être douloureusement, mais qui ouvrent à la Vie.
Tout est renouvelé, à tel point que tout peut être écrasant et enivrant : mais ce qui se passe en profondeur c'est la découverte dans la Foi , d'une Présence aimante qui soutient et qui bénit et sans laquelle je ne pourrais rien faire : alors le gouffre du désespoir serait bien séduisant , mais la lumière qui nous est donnée dans l'exemple même de la Vie de JESUS, éclaire mes pas .
MERCI pour votre profonde méditation.

Par Nicole.B 14 juin 2017 à 6 h 53 Répondre à ce commentaire

Renoncer à la convoitise... N'est-ce pas là la condition pour devenir cette bénédiction promise? Renoncer encore... Mais renoncer à quoi? Cette descendance que Dieu lui promet, Abram n'y croit pas - pas à une descendance issue de lui en tout cas. A celle-ci - à porter lui-même du fruit - il a renoncé. Et pourtant la promesse est là. Il faudra du temps, et des rencontres décisives, pour qu'il ait les mots pour dire à Dieu son tourment. Gn 15, 2 : "Mon Seigneur Yahvé, que me donnerais-tu? Je m'en vais sans enfant..." Abram dit: "Voici que tu ne m'as pas donné de descendance et qu'un des gens de ma maison héritera de moi." C'est dit. Enfin.
Abram marche, croit à ce Dieu présent, sait que Dieu marche avec lui. Croit en la promesse oui, mais il l'a enfermée dans les limites qu'il a lui-même posées à sa vie. Et pourtant c'est bien de s'ouvrir à "cet horizon plus large", sans limites, que Dieu l'invite. A ouvrir les yeux sur cet espoir qu'il n'a pas et qui pourtant est là, sous ses yeux, pour peu qu'il le regarde avec Lui. Peut-être est-il là le vrai renoncement: à penser savoir ce que contient la promesse, à la restreindre, l'étouffer entre les barrières qu'il a lui-même dressées. Mais la promesse est sans limites, comme "la poussière de la terre". Elle est aux dimensions de Dieu. "Lève les yeux et regarde", "Lève-toi!", "Parcours le pays en long et en large". Spectateur du monde qui vivait sous ses yeux, c'est à être acteur debout, en mouvement, que Dieu l'appelle.Acteur avec Lui.

Par Audrey 14 juin 2017 à 6 h 41 Répondre à ce commentaire

Un grand merci Sr Véronique pour cette magnifique méditation. Quel bonheur cela va être de "marcher" dans la Bible toute cette saison avec vous!
Quel bonheur aussi de relire tous les fidèles de RdlV, et de faire connaissance avec ceux qui nous ont rejoints! Prières pour tous ceux d'entre vous qui souffrent, qu'ils l'aient dit, ou pas.
Prières pour tous, et avec tous.

Par Audrey 14 juin 2017 à 6 h 45

Bien chère Audrey, je me mets si tard à mon ordinateur que je ne t'ai pas laissé de message pour te dire que j'apprécie beaucoup tes commentaires et ta sollicitude pour ceux qui osent se découvrir en toute fraternité. Tu t'es montrée compatissante pour moi, rassurante, avec quelques autres amis avec lesquels nous cheminons de puis si longtemps. J'avais répondu à tes messages, mais les trois derniers jours, rien n'est passé. Quand j'ai relancé les frères, ils m'ont enfin répondu qu'ils étaient dans les spams. Certains ont réapparu, mais pas tous. Je te transfère l'un d'eux qui est revenu à sa place !
Je t'embrasse chère petite soeur et te redis toute mon affection. Merci.

Chère Audrey, dernière tentative ! j'ai essayé depuis le 13 Avril d'envoyer des commentaires et de répondre à ton gentil message que j'avais retrouvé, mais hélas, ils ne sont pas passés.
Comme je sais qu'on a du mal à quitter le blog - et - espérant que mon message passe, je te redis toute mon affection pour ton attention et tes encouragements. En attendant de nous retrouver,
je t'embrasse

Marie Jeanne
Par Marie Jeanne le 19/04/2017 à 14:24

Par Marie Jeanne 14 juin 2017 à 11 h 02

Un grand merci à toi Marie-Jeanne! Je suis très émue à te lire (et j'avais bien lu ton message sur CdlV, auquel j'avais essayé de répondre, mais peut-être pas sur la bonne page si tu ne l'as pas vu). S'il y a des mots qui t'ont fait du bien, vraiment, j'en rends grâce à Dieu!
Je crois fermement que, si ces sites de RdlV nous aident tant, c'est non seulement pour leur contenu (nourrissant, qui nous emmène plus loin, nous interpelle - bref, en un mot, formidable!) mais aussi parce que nous y avançons ensemble. Pour que la Parole vivante soit parole de vie, il faut qu'elle prenne chair. Et n'est-ce pas là ce que nous faisons? Ensemble, partageant la marche, nos douleurs, nos émotions, et à l'intime de chacun en même temps. Nous portant aussi ensemble, avec les frères, dans la prière. C'est beau, c'est bon.
J'espère que ta santé s'est améliorée depuis Pâques. Je t'embrasse en retour! La "bee attitude", toujours! :-)

Par Audrey 14 juin 2017 à 17 h 37

Chère Audrey, je ne t'ai pas remerciée hier pour ta gentillesse. Merci de prendre des nouvelles de ma santé. Je vais mieux quand je suis raisonnable. Pendant le Carême, j'ai trop voulu en faire; et à tirer trop sur la corde, elle finit par casser ! J'oublie un peu trop mon âge, mais lui, ne m'oublie pas !
J'ai laissé quelques responsabilités au sein de la paroisse; j'ai gardé l'équipe liturgique. Hier soir nous avons préparé la mess du 25 Juin. A cause de ceux qui travaillent, on met les réunions un peu tard (20 h 30) quand on commence à l'heure !
Merci encore; oui la "Bee Attitude" toujours !

Je t'embrasse

Marie Jeanne

Par Marie Jeanne 15 juin 2017 à 20 h 27

J'aime beaucoup l'histoire d'Abram, notamment l'envoi par le Seigneur vers un pays, et la promesse d'une descendance... Je suis touchée par l'obéissance d'Abram.

Par BARBE Sylvie 14 juin 2017 à 6 h 15 Répondre à ce commentaire

Seul Dieu connaît la fin de notre route,mais il nous guidera sûrement pour arriver à la bénédiction finale
La marche du croyant est une marche de foi,donc on ne voit rien à l'avance, mais il y a la parole de Dieu pour la conduire, pas à pas.De part mon baptême je suis descendant d'abram, Est-ce que je sais,à sa suite "pèlerins aussi dans le fait de sortir du présent pour m'acheminer vers l'avenir? Que mon regard ce lève, vers toi mon Dieu, tourné vers l'autre et son bonheur, l'amour donne tout,le chemin qu'il me reste a parcourir pour ressembler un peu,à cet amour. Bonne journée

Par brig 26 mai 2016 à 14 h 03 Répondre à ce commentaire

Abram a fait don à Loth de la meilleure terre, et pour cela Dieu le bénit par une double promesse. Il lui fait don d'une terre et lui promet une descendance innombrable. A nouveau le Seigneur lui demande de se lever, de se mettre en marche, à nouveau il lui demande de lever les yeux... vers les étoiles, vers l'horizon? Non, en bâtissant un autel, Abram lève les yeux vers le Seigneur. Il garde foi dans le Seigneur. Action de grâce pour ses bienfaits, adoration de ce Dieu qui donne sans limite et ... pour toujours.
Si nous arrêtons parfois notre marche, le Seigneur nous appelle sans cesse à garder foi. Nous, les fils d'Abraham, il nous a bénis pour toujours dans le Christ.

Par elly 26 mai 2016 à 10 h 32 Répondre à ce commentaire

De campement en campement, d'autel en autel, Abraham avance. Autel au Chêne de Moré, autel près de Béthel, où Abraham revient après l'Egypte et invoque le Seigneur avant de parler à Loth, autel aux Chênes de Mambré, après la promesse du Seigneur. Le parcours d'Abraham semble ponctué d'autels, comme autant de points fixes dans son horizon mouvant. Dans un monde où rien de paraît stable, seul l'est l'endroit de la parole du Seigneur, elle seule inaltérable.

D'autel en autel, comme autant de jalons dans l'histoire d'Abraham, son histoire avec Dieu. Qui dit autel dit sacrifice. Que sacrifie vraiment Abraham? Que devra-t-il encore sacrifier? Il a offert à Dieu sa sécurité, sa vie bien ordonnée. Il lui a offert ses questions, ses prières, un cœur, une oreille, attentifs à sa voix. Peut-être lui faut-il maintenant offrir ses doutes qui, malgré sa confiance en Dieu, toujours s'insinuent. Dieu parle au futur, "je donnerai", "je rendrai". Il parle de cette descendance dont Abraham doit bien se demander comment elle verra le jour. Abraham avance, Abraham a confiance, mais pas encore assez.

Et peut-être est-ce bien là ce qu'Abraham apprend, de campement en campement, d'autel en autel: la confiance. La confiance qui peu à peu prend racine en lui, l'homme en mouvement. Racines comme celles de ces chênes dont les noms eux aussi scandent son chemin. Dieu parle au futur mais le présent d'Abraham est de se lever. "Lève les yeux", "lève-toi", lui dit le Seigneur. Les yeux sur l'espérance, avance.

Et peut-être est-ce aussi là le chemin de tout homme, le parcours unique de chacun avec Dieu, le parcours de la foi. Un apprentissage de la confiance, un dépouillement progressif de tout ce qui retient d'avancer. Regarder parfois en arrière, revenir sur ses pas comme le fait Abraham, permet parfois d'aller de l'avant. Là se dressent mes propres autels, mes propres jalons, que seul le recul permet de voir se dessiner vraiment. Tous ces moments de peine, de souffrance ou d'abandon dont je peux dire aujourd'hui: "oui, Seigneur, tu étais là". Points fixes de ma vie, enracinés en Dieu. Racines de confiance qui en moi se creusent. Combat, pas à pas, en espérance. J'apprends, Seigneur. J'apprends.

Par Audrey 26 mai 2016 à 6 h 44 Répondre à ce commentaire

C'est beau Audrey ce que vous écrivez, effectivement Abraham a eu ses moments de doute et aussi de faiblesse: dans le chapitre précédent, il n'a pas hésité à présenter sa femme comme sa soeur pour sauver sa vie (par peur des Egyptiens). Il est bien humain et cela le rend plus proche de nous... Oui cette confiance, il ne l'a pas reçue d'un bloc, il l'a apprise au fur et à mesure de ses dépouillements, mais aussi parce qu'il a expérimenté que Dieu intervient, agit pour le sauver, ne condamne pas ses faiblesses, renouvelle sa promesse. Alors cet autel, Abraham ne le construit-il pas aussi pour louer le Seigneur, rendre grâce de tous ses bienfaits?

Par Anne-France 26 mai 2016 à 9 h 51

Merci Anne-France! Oui, je le crois, l'offrande est aussi louange. Elle fait bien partie, il me semble, de son humanité. Louange et acceptation. Même dans la peur, même dans le doute, Abraham est obéissance. C'est par elle que s'enracine la confiance.

Par Audrey 26 mai 2016 à 21 h 27

Je trouve la séparation aussi effrayante que douloureuse... se diriger vers l'inconnu, seule... C'est effrayant.

Par Candy 26 mai 2016 à 0 h 02 Répondre à ce commentaire

N'est ce pas ce que justement nous apporte la Foi en Jesus, la confiance, ne plus etre seul !

Par MCaroline 26 mai 2016 à 9 h 51
voir tous les commentaires