David

« Va et que le Seigneur soit avec toi. » 1 Samuel 17,37

David épargne Saül

1 Samuel 24, 4-10 ; 12-13

À l’est des rocs des bouquetins, il y avait une grotte où Saül entra. Or, David et ses hommes se trouvaient au fond de la grotte. Les hommes de David lui dirent : « Voici le jour dont le Seigneur t’a dit : “Je livrerai ton ennemi entre tes mains, tu en feras ce que tu voudras.” » David vint couper furtivement le pan du manteau de Saül.
Alors le cœur lui battit d’avoir coupé le pan du manteau de Saül.
Il dit à ses hommes : « Que le Seigneur me préserve de porter la main sur mon maître, qui a reçu l’onction du Seigneur. » Par ses paroles, David retint ses hommes. Il leur interdit de se jeter sur Saül. Alors Saül quitta la grotte et continua sa route.
David se leva, sortit de la grotte, et lui cria : « Mon seigneur le roi ! » Saül regarda derrière lui.
David s’inclina jusqu’à terre et se prosterna, puis il lui cria : « Pourquoi écoutes-tu les gens qui te disent : “David te veut du mal” ? Regarde, père, regarde donc : voici dans ma main le pan de ton manteau. Puisque j’ai pu le couper, et que pourtant je ne t’ai pas tué, reconnais qu’il n’y a en moi ni méchanceté ni révolte. Je n’ai pas commis de faute contre toi, alors que toi, tu traques ma vie pour me l’enlever. C’est le Seigneur qui sera juge entre toi et moi, c’est le Seigneur qui me vengera de toi, mais ma main ne te touchera pas ! »

Méditation

précédente suivante

Quelle voix écoutons-nous ?

David, maltraité par Saül, pourchassé par ses armées, réfugié au désert d’Enn-Guédi, se retient d’un geste fatal et épargne Saül : « Je ne porterai pas la main sur mon Seigneur le roi qui a reçu l’onction du Seigneur. »* Pour David, attenter à la vie d’un roi-messie, c’est ôter de Saül la vie-même reçue de Dieu.
Il consent à ne pas se poser en juge de son beau-père (car, entre temps, David a épousé Mikal, la fille de Saül), et néanmoins tortionnaire : « C’est le Seigneur qui sera juge entre toi et moi, c’est le Seigneur qui me vengera de toi, mais ma main ne te touchera pas. »**
David laisse la place à une autre justice que celle de la loi du Talion. Il s’en remet à un Autre. À Celui-là même dont il a reçu l’Esprit par l’onction. C’est ce que fera aussi Jésus, trahi, humilié, blessé à mort : « Père, pardonne-leur. »*** Remettre à Dieu, maître de toute justice, sa propre capacité de juger, voire de pardonner, c’est d’abord déposer l’inextricable, l’incompréhensible : « Je n’ai pas commis de faute contre toi et toi, tu traques ma vie pour me l’enlever. »
Puis confier ce qui ne peut relever du possible de l’humain, afin que la trahison, l’injustice, la colère, la blessure insoutenable n’envahissent pas tout le champ de l’existence, de l’imaginaire, des choix à venir. Quelle voix écouter alors ? Celle qui, sans cesse, rumine la vengeance méritée ? Ou celle qui invite à tout remettre au Dieu vivant afin que de la vie, jusque-là impensée, advienne ? David a choisi le côté de la vie.
Le Christ nous offrira sa vie pour toujours par son côté transpercé. A nous de nous laisser tourner vers l’avenir, malgré tout.

* 1 Samuel 24, verset 11
** 1 Samuel 24, verset 12
*** Luc 23, verset 34
Méditation enregistrée dans les studios de Radio Notre-Dame Paris


Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Il reste 1500 caractères)

42 commentaires

Merci à qui voudra bien éclairer ma lanterne, si c'est possible. Peut-être Bernard ? Je voudrais pouvoir regrouper tous les commentaires écrits par une même personne mais n'ai pas la technique comme vous Bernard qui avez rassemblé les interventions d'Isabelle. (Réf. : texte "Jonathan intercède pour David" à la suite du message de Marie-Thérèse L. (30 juillet 2016 à 7h53) :" Vivent les moteurs de recherche" écrivez-vous. Je n'ai pas beaucoup de connaissances en informatique. Les "moteurs de recherche", je n'en n'ai pas la moindre notion. J'ai cliqué sur Recherche en haut de cette page, mais ça ne donne rien.
En vous remerciant pour votre attention.
Je reste en union d'esprit et de cœur avec tous les membres de notre "communauté cybernétique".

Par Esperanza 19 août 2017 à 18 h 04 Répondre à ce commentaire

Chère Esperanza,
J'espère que ceci pourra vous aider. Lorsqu'on se trouve sur la page reprenant tous les commentaires (il faut donc avoir d'abord cliqué sur le cartouche "VOIR TOUS LES COMMENTAIRES"), si on veut retrouver systématiquement les commentaires de X ou Y sans devoir tout parcourir, il suffit d'appliquer la fonction de recherche de l'ordi. Sur Mac, on tape "pomme" (touche cmd) puis F, et ensuite taper le nom reherché ; sur PC, il faut taper CTRL + F (c'est-à-dire enfoncer la touche "CTRL" et en même temps la touche F) et ensuite taper le nom recherché.
L'ordi indique alors les occurrences du nom que vous avez mentionné, et il suffit de cliquer d'une mention à l'autre.
On peut glaner de la même manière sur tous les différents forums les commentaires (ou tel mot, telle phrase) que l'on recherche.
Je vous souhaite plein succès !

Par Bernard (Bruxelles) 19 août 2017 à 21 h 25

Seigneur aide moi,comme David à rejeter des pensées sournoises,envers
Mes enfants et mon mari.Elles sont sournoises et me rongent.Chacun a sa vie et moi je voudrais avoir des nouvelles.Bien des fois je me contrôle pour ne pas dire des bêtises....Aie pitié de moi!

Par Geneviève 19 août 2017 à 17 h 07 Répondre à ce commentaire

Merci Sr.Véronique,
Oui, tourné vers l'avenir .....me fait penser au chant :
Tournés vers l'avenir, nous marchons vers La Lumière, fils du Dieu vivant.....
Bon dimanche!

Par Françoise 19 août 2017 à 17 h 01 Répondre à ce commentaire

La Prière de la Bienheureuse Mère Térésa « Seigneur, aujourd’hui je Te donne mon cœur » :

« Seigneur, veux-Tu mes mains pour passer cette journée à aider les pauvres et les malades qui en ont besoin ? Seigneur, aujourd’hui je Te donne mes mains. Seigneur, veux-Tu mes pieds pour passer cette journée à visiter ceux qui ont besoin d’un ami ? Seigneur, aujourd’hui, je Te donne mes pieds. Seigneur, veux-Tu ma voix pour passer cette journée à parler à ceux qui ont besoin de paroles d’amour ? Seigneur, aujourd’hui je Te donne ma voix. Seigneur, veux-Tu mon coeur pour passer cette journée à aimer chaque homme seul, rien que parce qu’il est un homme ? Seigneur, aujourd’hui je Te donne mon coeur. Amen. »

Bienheureuse Térésa de Calcutta (1910-1997)

Par Un coeur. 19 août 2017 à 16 h 05 Répondre à ce commentaire

Cher Paul, merci pour ce témoignage. ( Et à tous les autres qui commentent : chacun m'apporte sa perle.) Seul Dieu peut nous libérer et nous guérir de nos blessures : petites et grandes. Seul Lui peut nous accorder la grâce de faire cette remise entre ses mains, afin de pouvoir pardonner.
Je suis heureuse d’être de retour sur le site. Rien de grave m’a gardé absente, mais très déstabilisant. Merci pour cette communauté virtuelle, car je me sentais portée par la prière de tous. J’ai toujours lu, parfois avec du retard, les méditations et les commentaires. Et je suis très touchée par la sollicitude, exprimée ou on, de chacun.

Quand à David, en s’avançant furtivement de Saül avait-il l’intention de le tuer ? Si oui, il a répondu à la grâce de Dieu en changeant d’avis à la dernière seconde.
Il en est de même de moi, lorsque je change de décision, pour une meilleure, à la dernière minute c’est toujours sous l’inspiration de l’Esprit sans que je ne m’en rendre compte sur le fait. De là l’importance d’être toujours dans le cœur du Père. De demeurer ancré en Lui dans tous les moments de ma vie.

Je te rends grâce, Seigneur, de ta fidélité à notre alliance, même lorsque je la mets de côté temporairement.
À chacun / chacune une excellente journée et fin de semaine.

Par micheline (Canada) 19 août 2017 à 14 h 53 Répondre à ce commentaire

Bonjour, Soeur Véronique, chers amis,
cette phrase m'a fait réfléchir :
" Remettre à Dieu, maître de toute justice,
sa propre capacité de juger, voire de pardonner "...

Je voudrais parler - bien modestement - du pardon.
Le mien, celui que je demande, celui que j'essaye de donner,
celui dont nous parlons avec ceux que je rencontre.

Je dis "modestement" parce que c'est une démarche très personnelle,
dont le Christ nous dit qu'elle est génératrice de la vraie Vie.

Pardonner, ce n'est pas oublier.
D'ailleurs si mon ennemi m'a coupé ma jambe,
je ne pourrai jamais l'oublier.
Et le pardon ne me rendra pas ma jambe.

Le Fils dit à son Père : " Père, ne leur compte pas ce qu'ils me font ".

Tant que je garde ma colère en moi à propos de la blessure reçue,
c'est que j'estime que mon agresseur me doit encore quelque chose.

Mais je peux déposer la colère que j'éprouve aux pieds du Père,
et Lui dire : " Quand ils seront devant Toi, Père,
ce qu'ils m'ont fait, enlève-le de leur ardoise,
cette ardoise que, Toi seul, Tu connais ".

Sans nier la croix que nous portons chacun
et que le Fils m'aide à porter,
c'est ainsi que j'essaye de remettre ma blessure,
dans les mains du Père.

C'est après avoir lu le travail de Lytta Basset,
que je chemine avec cette façon de voir.
Elle m'éclaire aussi le sens du texte de Matthieu,
celui du serviteur impitoyable. (Mt 18)

Mais ceci n'est qu'une vision personnelle.
mais elle m'aide à voyager plus léger.

Bonne journée, vraiment.

Par Paul (Belgique) 19 août 2017 à 11 h 17 Répondre à ce commentaire

Chers amis,

Pourquoi " Mt 18, le serviteur impitoyable " ?
Parce que la première guérison que j'ai entrevue,
grâce aux frères qui m'ont aidé à me déposer devant Dieu,
c'est celle du pardon de mes propres erreurs.

Si l'image de l'ardoise me permet d'entrevoir un peu mieux ce mystère,
le véritable enjeu du pardon
n'est-il pas d'espérer partager,
ensemble,
la joie du Royaume de Dieu ?

Bon dimanche, à chacun.

Par Paul (Belgique) 20 août 2017 à 8 h 06

Fais-moi vivre en toi Seigneur!
Auteur : Joséphine

Par delà ma détresse, Seigneur, je crie vers toi
Entends ma voix qui hurle et mon coeur qui saigne
Seigneur sans toi je suis perdue vidée de toute substance
Pourquoi est-ce que je souffre tant? Pourquoi Seigneur?
Qu'ai-je fait ou peut-être que je ne comprends rien!
Seigneur parle à mon coeur, parle-moi
J'ai besoin de toi, j'ai soif de ta présence, je croule
Par delà ma détresse, Seigneur fais-moi vivre de toi!

Mon coeur est en peine mais mon âme repose en toi mon fort
Je sais que les vagues ne pourront rien contre moi
Tu es l'hôte très doux de mon âme et Celui que j'aime
Pourquoi ne puis-je pas être reconnue comme ta bien-aimée
Celle à qui tu procure tant de bonheur et de joie!
Ils ne comprennent rien ceux qui s'acharnent sur moi
Car au coeur de ma souffrance tu es là et tu me console
Par delà ma détresse, fais-moi vivre de toi Seigneur!

Par delà ma détresse, fais-moi vivre de toi Seigneur
Fais-moi aimer ceux-là même qui me persécutent aujourd'hui
Ne leur en tiens pas rigueur car ils ne savent pas ce qu'ils font
Donne-leur la grâce de découvrir le merveilleux trésor
que je suis pour toi et pour eux
Entre tes mains Seigneur je remets ce bien précieux
que tu m'as donné depuis toujours
Garde-moi près de toi et ne me laisse jamais partir ailleurs
Je ne désire que ta demeure pour y reposer mon âme
Par delà ma détresse, fais-moi vivre Seigneur.

Par Partage 19 août 2017 à 7 h 14 Répondre à ce commentaire

Seigneur aides moi à ne pas ruminer les trahisons que j'ai subies
ces voix de la colère dus à l'injustice et aux blessures du coeur me hantent et me font ruminer...
Seigneur je te confies tout ce que j'ai subis mais déjà tu le connais puisque tu sais tout...
mais en te donnant ce fardeau je demande ton aide pour moi, mais aussi pour les traitres...
afin qu'ils voient clair et voient le mal qui est fait par leur volonté...
Seigneur je me confie à Toi, tu agis avec justice
MERCI Seigneur !!!

Par Cl@udio 18 août 2017 à 21 h 19 Répondre à ce commentaire

Les commentaires de Cl@udio m'interpellent particulierement. Je me retrouve completement dans les belles paroles de sa priere adressée au Seigneur. Oui : Au lieu de ruminer toutes nos blessures endurées, implorons l'aide de notre Seigneur et en toute humilité reconnaissons nos limites , abandonnons nous à Lui . Remettons Lui notre fardeau et laissons le agir . Gloire à L'éternel !

Par Nicole 18 août 2017 à 23 h 23

Mais je c'est que " Si nous aimons Dieu, source d'amour, nous devenons divins etdonc capable de ce dont dont Dieu est capable

En toute humilité, remettre tout dans tes main bénis, et choisir la Vie...merci a vous chèrs frères et soeurs pour tout vos témoignages, bien fraternellement dans la prière uni par le coeur,on en a bien besoin, une pensée pour Marie Jeanne,

Par brig 18 août 2017 à 18 h 53 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Véronique,
Quand David épargne Saül dans sont campement ce n'est pas parce qu'il a un mental d'acier qui lui permet de maitriser ses pulsion,non c'est parce que l'amour de Dieu le rend capable de voir Saül comme Dieu le voit,
L'amour de Dieu n'est jamais inactif "dit Grégoire de nysse;
Christ qui me donne la vie spirituelle et qui permet d'agir, si nous y sommes receptifs la parole de Dieu, les sacrement l'enseignement de l'église instillent en nous goutte à goutte la charité, la vie de dieu il nous rendent différents et nous permettent d'agir d'une manière différente de celle de notre monde.
Mais cet question que je me pose bien aujourd'hui qui me retourne dans ma petite tête de chrétienne vue le contexte en ce moment, face a l'horreur, et la foli de l'homme, je ne peu fermé mais yeux, mais oreilles. ..Seigneur suis je différents des autres hommes! !pardonner mes ennemis? Portée un regard aimant sur ces ennemis?
C'est le regard de Dieu sur eux et le votre uni au sien?sens jugé?
Je suis bien souvent ma fenêtre de ma chambre et me dit qu'il est beau ce massif montagneux je d'amir d'en bas,mais que je me sais incapable de gravir!!je me sens bien démuni,comme beaucoup face devant la violence.
M'unir a votre volonté mon Dieu, librement et par amour,c'est notre vocation d'enfant de Dieu, pardonnée moi si par moments j'en suis bien loin. .....

Par brig 18 août 2017 à 18 h 46 Répondre à ce commentaire

tous ces commantaires sont touchant
,M'en remetre a Dieu pour l'inextiquable confusion entre ma fille et moi .
il n'y a pas de vie dans ça .
c'est destructeur et sterile
Je demande l'aide et La Gràce de notre Seigneur Jésus Christ pour nous aider a trouver la bonne attitude qui sera la clé de cette confusion
Merci a tous

Par jnc 18 août 2017 à 13 h 01 Répondre à ce commentaire

jnc, nous confions au Seigneur votre intention,

Seigneur, Toi qui vois les cœurs , Toi l'AMOUR infini, tu sauras aider jnc à retrouver une bonne communication et une bonne compréhension avec sa fille.

Nous Te demandons humblement d'apaiser la situation, de les protéger et de les guider pour que l'AMOUR et la PAIX triomphent. Amen

Par MARIE 18 août 2017 à 13 h 26

Je crois que si David appelle Saül "Père" c'est parce que ayant épousé la fille de Saül, Saül est son beau-père.
Oui ce passage nous remet en question. Cependant comme tout un chacun, David n'était pas parfait. Nous le verrons probablement plus loin. Il nous aidera aussi à demander pardon. J'aime le savoir tout simplement un homme comme les autres, et travaillé par Dieu comme nous aussi

Par ninon 18 août 2017 à 11 h 24 Répondre à ce commentaire

Comme nous tous , David n'est pas parfait , mais je pense aussi à l'enfant prodigue , Le Père qui l'attend ...Je me rappelle
Jésus racontant l'histoire , chez le collecteur d'impôts , la tête de Pierre , comprenant sa faute , ayant dit à Jésus , qu'il
allait chez un pécheur ....Le retour parfois est dans les deux fils , afin d'avoir une vision autre que centrée sur soi -même .
Quelle douleur , quand un membre de nos familles , nous mettent à l'écart ..Hélas .
En lisant ces commentaires ..un soupir de douleur en pensant à ma propre expérience , mais après des années , ils sont
revenus ..parfois il faut du temps , pour revenir transformés ..
oui Ninon , David était un homme comme nous , travaillé
par Dieu , dans un ouvrage des deux , un tandem de miséricorde.Pensées pour Brig , Marie-Jeanne , Micheline du Canada , Monette , Paul.Bernard, Audrey, et comme je dis chaque soir , Seigneur je te remets tout ce que je porte en moi et tout autour de Moi .

Par fred 18 août 2017 à 19 h 23

Merci, chère Fred, pour cette marque de gentillesse.
Je vous en suis très reconnaissant.
Que les pensées bienveillantes inondent ce forum, plus fortes que l'isolement ou la maladie (je dois accepter celle qui sape mes énergies ces jours-ci).

Par Bernard (Bruxelles) 19 août 2017 à 16 h 51

J'adhère tout à fait à votre commentaire Fred, Ninon, pensées à ceux que vous avez nommé Fred, et à tous !
Restons dans la joie de Dieu malgré ce qui se passe de terrible en ce moment.
Pouvoir dire mon ressenti sur le site, en pensant aussi à chacun, m'a aidé à tenir mieux chaque jour, mais je pense prendre quelque distance en restant plus discrète sur moi même, je vois que certaines personnes sont "dérangées"par certains échanges fraternels, je vais donc vous lire à présent, en demeurant en union de prière!!

Par monette 19 août 2017 à 18 h 35

David était bon et juste; c'est bien pour cela que Dieu l'a choisi.

Par penelope 18 août 2017 à 10 h 52 Répondre à ce commentaire

Admirable leçon de vie, d’humanité et de spiritualité, qui me réconcilie en ce jour avec l’Ancien Testament. Merci, chère Sœur Véronique, de nous livrer ce texte avec vos commentaires si pertinents, et pardon au passage pour la sécheresse de mon commentaire d’hier.
Le Messie est déjà à l’œuvre dans cette prise de conscience de David et dans cette confiance exprimée à l’égard de Dieu. Celui-ci est encore présenté comme un justicier, mais l’Esprit Saint a inspiré la retenue, le respect de la vie, la reconnaissance de l’autre.
Merci, et belle journée à toutes et à tous, en dépit de l’actualité morose. Que la paix rayonne dans nos cœurs, plus forte que la haine !

Par Bernard (Bruxelles) 18 août 2017 à 10 h 24 Répondre à ce commentaire

Merci soeur Véronique ,
ce qui marque nos vies , n'est -ce pas l'onction de notre baptême !
Nous apprenons pas à pas à être des vrais témoins .Celui de Dieu , justifie , pardonne , et relève .
Le pouvoir de l'église , étant de guérir , pardonner , restaurer , tout ce qui entre et qui sort .

David par son attitude , sa souffrance ,fait le premier Pas .Etant de sa race , ayant le même
Dieu , il donne l'exemple au peuple , de ce qu'est la noblesse , et nos la faiblesse , de ce qu'est l'amour en
évitant ainsi , Un scandale , qui nous le savons tous , par des déformations , de faux témoignages , Jésus
à été crucifié . Ce qui est écrit par rapport à David , montre déjà :un coeur sacré .
Pas besoin d'aller faire une offrande , si vous n'êtes pas réconcilier avec vos frères et soeurs .
Si votre témoignage n'est pas reçu , selon la souffrance , la gravité , il est bon de se confier au Seigneur .
L'église en à fait un sacrement qui symbolise cette démarche ...Dieu voit tout , et rien n'est impossible à Dieu.
Mes frères et soeurs sont ceux qui font la volonté de Dieu , les autres ? sont ceux que nous devons aimés plus
que nous -mêmes .Tant qu'il y a de la vie , il y a de l'espoir ...

Par fred 18 août 2017 à 10 h 24 Répondre à ce commentaire

Quel beau texte ! Quelle belle inspiration du Roi David ! Vraiment, si ce n'est que l'Amour de Dieu !
Prions et demandons à Notre Seigneur de nous faire la grâce d'ouvrir notre cœur pour que Son Esprit puisse nous habiter et nous permette d'avoir des réactions empreintes d'Amour vis à vis de nos semblables.
Par la Sainte Vierge Marie, pleine de grâces, d'humilité et d'amour, que Notre Seigneur Jésus nous l'accorde. Amen !

Par AATBA 18 août 2017 à 9 h 44 Répondre à ce commentaire

Union de prière pour les victimes de la barbarie

Par mahona 18 août 2017 à 9 h 35 Répondre à ce commentaire

Confier ce qui ne peut relever de l'humain.
Je suis très touchée ce matin par cette méditation qui vient parler à l'endroit d'une grande difficulté que nous. avons (et que je traverse en ce moment dans ma famille) qui est celle de la " non compréhension " de l'autre :
Nos blessures respectives , créent en nous des chemins inextricables où nous nous perdons et ainsi empêchent de vivre la situation simple de l'intention première.
Les conflits s'installent là où nous ne l'avions pas prévu : Il ne me reste plus que le recours de la prière en confiant au Seigneur cette situation et
la demande de la grâce de la Patience, afin de ne pas faire violence à l'autre .
Dans l'atmosphère de la violence inacceptable vécue en Espagne , il me semble que chaque pas gravis individuellement est une lutte contre la folie de ce monde .
Seigneur nous avons confiance en Toi .

Par Nicole .B 18 août 2017 à 8 h 55 Répondre à ce commentaire

Le rappel, l'exemple dont j'avais besoin ce matin : remettre à Dieu l'inextricable.
Merci !

Par catherine E 18 août 2017 à 8 h 27 Répondre à ce commentaire

Oui merci parce que là parole de Dieu est vivante et agissante. Elle est vie et lumière.

Par jean-marc willigsecker 18 août 2017 à 7 h 46 Répondre à ce commentaire

Très émue, ce matin, à l'écoute de votre méditation, sr Véronique, tant elle est vraie, tant elle résonne en moi, tant elle consonne. "Que Yahvé [...] me rende justice en m'arrachant à ta main!" poursuit David, v.16. Et c'est bien là ce qu'accomplit "tout remettre" entre les mains de Dieu : ôter le pouvoir que la violence subie avait sur ma vie. Ce qui ne s'apparente pas à de l'indifférence - David a le coeur qui bat en coupant le pan du manteau de Saül - la douleur reste, les traces de la blessure. Les mains, les pieds, le côté de Jésus ont été percés, ils le restent, une fois ressuscité. Mais la mort, cette violence incompréhensible, insensée, ne conditionne plus ma vie. Comme David au sortir de la grotte, elle ne m'enferme plus. Comme je le disais l'an dernier, il y a quelque chose de la naissance en cet instant-là. Naissance à une vie nouvelle, cette vie venue de l'avoir remise à Dieu. Cette vie sur laquelle la mort - tous ces moments de mort du passé - n'a plus de prise. C'est cette vie reçue de Dieu, reçue de l'avoir laissé abattre en moi les barrières du possible qui irrigue désormais ma vie. Cette vie qui voudrait tant se donner. Paradoxalement, mais peut-être pas, c'est sans doute à travers toutes ces fissures que la violence a causées qu'elle le fera.
Unis dans la prière, en ces jours où frappe de nouveau la violence aveugle.

Par Audrey 18 août 2017 à 7 h 44 Répondre à ce commentaire

Bonjour, Audrey,
J’ai été très touché par ce que vous nous partagez.

Je pense à tous ceux qui ont été blessés par leurs parents.
Par des parents excessifs, ou insuffisants,
qui ont imposé à leurs enfants,
parfois involontairement, des contraintes qui étaient
les exutoires de leurs propres blessures.
Mais aussi, parfois, en étouffant en eux-mêmes
les signaux de leur conscience.

Non, aucune souffrance n’est bonne en soi,
quoi qu’on en dise.
Mais il me semble, dans mon expérience,
comme pour vous, sans doute,
qu’elle peut être le lieu - un enfer, pour certains –
jusqu’où seul le Fils peut nous rejoindre,
parfois avec d’autres qui nous ont tendu la main
pour nous aider à nous déposer.

Ce lieu peut devenir, avec Lui,
celui dont nous pouvons chacun repartir,
en nous sentant unique et aimé.

Et peut-être capables, enfin, de pardonner.

Alors commence ma guérison.

Bonne journée, Audrey.
merci pour la fidélité de vos partages.

Par Paul (Belgique) 18 août 2017 à 11 h 46

Merci à vous, Paul! Pour vos mots d'aujourd'hui, et pour vos partages.
Oui, je le crois, la souffrance peut être ce lieu où le Christ nous rejoint. Quelque chose de très douloureux, et de très doux à la fois. Quand ne restent plus que les mains vides, présentant sa douleur, et ce quelque chose, d'une tendresse infinie, qui dit "je sais", en retour. Oui, la guérison, la vie véritable commence là.
Douce soirée à vous, à toutes et tous! Avec ma prière.

Par Audrey 18 août 2017 à 22 h 21

Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s'il perd son âme? Que donnerait un homme en échange de son âme?…

Par fred 18 août 2017 à 5 h 49 Répondre à ce commentaire

c'est très bien de se faire rappeler qu'il faut laisser les situations impossible a régler à Dieu de tout remettre à Dieu
super !

Par Suzanne 18 août 2017 à 5 h 22 Répondre à ce commentaire

Oui, c'est juste, mais il dit à Saül "regarde, père", par respect sans doute. Merci, Antoinette, pour votre remarque et toutes mes excuses.

Par MARIE 31 juillet 2016 à 14 h 22 Répondre à ce commentaire

Je voudrais saluer et remercier les musulmans qui étaient présents, en signe de fraternité, ce matin à notre messe en mémoire du père Hamel.

Par Sonia 31 juillet 2016 à 13 h 46 Répondre à ce commentaire

David avec intelligence a trouvé un moyen de prouver sa bonne intention envers Saül, après avoir réussi son action: couper discrètement un pan du manteau, il passe au raisonnement, il argumente longuement pour s'expliquer et pour convaincre son père qu'il ne lui veut aucun mal, contrairement à lui, et il s'en remet au Dieu de justice.
Ce récit très bien construit nous permet d'imaginer la scène de la confrontation, les réactions de Saül sont très peu explicites mais nous pouvons, même sans connaître la suite, les visualiser, il est surpris puis ému et touché par le pardon que lui accorde généreusement son fils "tu me fais du bien alors que je t'ai fais du mal, tu es meilleur que moi".
La réconciliation entre le Père et le fils nous fait penser à d'autres passages de l'ancien et du nouveau testament. L'inventivité d'un des protagonistes pour se rapprocher de celui qu'il aurait pu considérer comme un ennemi nous touche et nous renvoie à des blessures que nous mêmes avons parfois connues sur notre chemin, nous aussi avons peut-être cherché des moyens de rapprochement devant l'incompréhension, ou nous reprochons-nous de ne pas avoir fait cette démarche qui demande beaucoup d'humilité.

Seigneur Tu nous inspires de nous rapprocher de nos frères, même quand leur attitude est difficile à comprendre, guide chacun de nous vers le discernement, le bon sens, la patience, le respect, pour que les méthodes recherchées et trouvées nous permettent de nous protéger tout en progressant ensemble.
UDP dans l'unité et la fraternité.

Par MARIE 30 juillet 2016 à 15 h 29 Répondre à ce commentaire

Une petite remarque : ce n'est pas David qui est le fils de Saul, mais Jonathan.

Par Antoinette G 30 juillet 2016 à 20 h 57

Oui, l'attitude de David est remarquable. Il ne règle pas sa conduite d'après ses instincts, mais d'après ses valeurs (ici la loyauté). Ce qui compte pour Dieu, c'est ce qui dépend de nous, non ce qui n'en dépend pas. David aurait bien toutes les raisons de tuer Saul, puisqu'il en a l'occasion. Mais il ne calque pas son comportement sur celui de l'autre, mais sur
ce qui dépend de lui (essayer de prouver à Saul qu'il ne lui veut pas de mal), et il laisse la justice à Dieu.

Par Antoinette G 30 juillet 2016 à 13 h 49 Répondre à ce commentaire

"David pouvais surment dire c'est parole, qui dans ce monde d'aujourd'hui est si difficile ,a faire et pourtant! !!
"Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent (mat 5)

Pouvons -nous imiter le père notre Dieu, en fesant " levé le soleil " de bonté, sur les méchants et sur les bons,
En faisant "descendre la pluies "de grâce pardonnante,sur les justes et sur les injustes,!!
Que l'esprit -Saint en c'ette années de miséricorde, greffe en moi et en nous,le coeur du christ ,
Pour que je puisse aimé et pardonner ceux qui me veule du mal,ou qui font le mal a autrui, et dans notre monde,
Car christ nous aime,comme David, répand -toi en moi,en nous,infuse ta charité qui seule peut me faire aimer,
Intercedez pour eux et offrir pour eux!que le Seigneur nous bénisse par sa Paix. Fraternellement bonne journée ou soirée

Par brig 30 juillet 2016 à 10 h 24 Répondre à ce commentaire

Geste magnanime admirable de loyauté de la part de David.

Par la suite (2 Samuel 11-12), celui qui deviendra "le saint roi David" convoitant la femme d'Urie use de ruse envers lui et commande son assassinat. C'est seulement quand Nathan le prophète vient lui reprocher son geste qu'il a conscience de son péché.

En David comme en chacun de nous, le meilleur et le pire se côtoient. Il nous faut parfois beaucoup de temps pour y découvrir la présence du mal ravageur et les jugements négatifs sur les autres peuvent fuser de toutes parts .(La paille et la poutre). Mais Dieu, Lui, sait de quel limon nous sommes formés et Il nous prend tels que nous sommes.

Par Marie-Thérèse L. 30 juillet 2016 à 8 h 31 Répondre à ce commentaire

Comme ce texte est actuel. Comme il résonne aujourd'hui de manière toujours nouvelle. Que faire, face à celui qui menace ma vie? Comment répondre à la violence? Au vu de l'actualité, l'esprit de suite pense attentats, mais la violence à laquelle nous sommes confrontés chaque jour pour être plus insidieuse n'en est pas moins réelle. Et c'est notre manière d'y répondre, chacun, au plus quotidien de notre vie, qui, je crois, définit qui nous sommes, et bâtit, pierre à pierre, notre société.

La violence enferme, pousse chacun dans ses retranchements, comme David au fond de sa grotte. Cette grotte où Saül entre, tout à son besoin personnel, centré sur lui-même. L'heure est au choix pour David. La grotte renvoie au ventre, à la matrice où l'homme est confronté à lui-même et dont il naît à nouveau. Quel homme va naître au sortir de la grotte? Un homme de Dieu, un roi. A ses hommes qui le poussent à tuer, interprétant la parole de Dieu, David répond en mettant Dieu au centre de son action, au centre de son choix.

"Que le Seigneur me préserve [...]" David n'est pas un lâche - il s'approche assez pour couper un pan de manteau - le cœur lui bat. Ce serait si facile de donner la mort. La force qu'il lui faut pour ne pas répondre à la violence par la violence, c'est à Dieu qu'il la demande. Non, David n'est pas un lâche de retenir sa main. Il ne se terre pas dans la grotte quand Saül l'a quittée. Il en sort et le confronte. Là encore, c'est entre les mains de Dieu qu'il remet sa démarche. Qu'il remet sa vie. Là, il est homme. Là, il est roi. Là, il est celui par qui Dieu peut agir, son envoyé, son messie. Si Saül sort vivant de la grotte, David en sort en Vie.

Par Audrey 30 juillet 2016 à 7 h 04 Répondre à ce commentaire

Merci Audrey de nous aider par votre commentaire. J'apprécie aussi beaucoup votre culture, votre connaissance de la langue t de ses symboles. Elles sont rares et donc précieuses les personnes qui savent de nos jours la transmettre en suscitant l'intérêt des autres.Merci de persévérer dans votre démarche et de nous la partager.

Par Sonia 30 juillet 2016 à 11 h 15

Merci Sonia. :-) C'est ensemble que nous avançons. Et nous nous soutenons sur le chemin, jour après jour.
Prières pour tous, avec tous.

Par Audrey 31 juillet 2016 à 14 h 56
voir tous les commentaires